AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Le trop de confiance attire le danger ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Dim 2 Fév 2014 - 17:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4481
ϟ Nombre de Messages RP : 1451
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Charlie avait toujours représenté un « danger » aux yeux de Renan et cela depuis que son ex-femme avait commencé à s'intéresser à la jeune femme. Kailee faisait souvent les éloges de l'avocate, si à l'écoute, si douée, si altruiste... en bref, le genre d'amie que la demoiselle adorait avoir autour d'elle. Tout cela pour dire que l'Officier de la Pénombre s'était souvent questionné sur ce que son ancien compagne avait bien pu partager avec le texane. Et si elle lui avait confié ses soupçons sur les articles qui concernaient les affaires de SHADOW ? Renan avait eu beau tâter le terrain à l'époque, son épouse n'avait pas daigné détailler plus en avant quel était le contenu de leurs discussions, prétendant qu'il s'agissait « d'affaires entre femmes ». En bref, ça ne le regardait pas. Oh, Renan savait parfaitement que Kailee ne le soupçonnait pas d'avoir un lien avec toutes ces affaires, pour elle il était simplement un laveur de vitres lambda qui n'avait certainement pas l'envergure d'appartenir à un groupement terroriste. Au final, le peu d'estime que son épouse devait avoir à son égard l'avait protégé de tous les soupçons et il s'en était parfaitement tiré. Tout cela pour dire que même si le français ne craignait pas d'avoir été cité dans les conversations des jeunes femmes – ou alors pas au rayon « affaires louches » – il devait tout de même vérifier que Charlie n'avait pas été mise au courant des détails concernant SHADOW.

Autant dire que lorsque son patron l'avait informé que la société de l'avocate les avait engagés pour s'occuper de nettoyer les vitres de leurs bureaux, Renan avait vu là l'occasion de pouvoir se renseigner un peu sur tout ce qu'elle pourrait savoir à ce sujet. Il savait bien que les gens ne voyaient jamais les individus qui s'occupaient de l'entretien de leur bâtiment. Si vous vouliez vous fondre dans la masse, c'était l'idéal ! C'était d'ailleurs ainsi que le français avait eu l'occasion de constater que la jeune femme et lui-même avaient quelques connaissances en commun. Aishlinn, l'Irlandaise avec qui le Breton avait passé quelques soirées dans une ruelle – en tout bien tout honneur. L'idée qu'elle puisse venir ici pour demander de l'aide à l'avocate ne lui était pas apparue si saugrenue que cela. En se renseignant sur Charlie, Renan avait eu l'occasion de constater qu'elle avait eu affaire à des dossiers plutôt dangereux et inhabituels, il n'était donc pas exclu que l'adolescente puisse venir lui demander conseil pour savoir comment s'en sortir face à cet organisme mystérieux. Une raison de plus pour craindre ce que maître Lane pouvait bien savoir. Et une raison de plus pour essayer de se renseigner sur elle.

Il avait donc un peu compté sur la chance qui s'était rapidement mêlée de la partie. L'idée était d'inviter la jeune femme à boire un verre et essayer de lui tirer les vers du nez concernant cette Irlandaise rebelle et ses anciens liens avec Kailee. Oh, l'idée d'aborder ce sujet n'enchantait pas franchement Renan, son ex-femme restait un souvenir douloureux – car celui d'un quasi échec de mission – et il s'en serait bien passé. Mais l'individu passait après le groupe. Il avait réussi à aborder la jeune femme lorsqu'il s'occupait des vitres intérieures et que Charlie avait quitté son bureau au même moment. Certainement trop polie pour passer à côté de lui en l'ignorant, ils s'étaient salués et, l'air de rien, Renan avait émis l'idée d'aller boire un verre pour la remercier de l'affaire qu'elle avait résolue pour lui. Tout semblait lié au hasard et rien n'avait l'air prémédité – et pourtant. La texane avait finalement accepté et Renan avait proposé qu'ils se retrouvent dans un bar-café de la ruelle à la fin de journée – soit assez tard vu l'emploi du temps de Charlie.

C'était donc pour cette raison que le trentenaire attendait dans le fameux bar. L'heure du rendez-vous était proche, même si un peu de retard était accepté vu le boulot monstre que la jeune femme avait. Histoire de bien faire savoir qu'il n'avait pas l'intention de lui faire du rentre-dedans, Renan avait adopté un comportement que l'on pourrait qualifier « d'entre amis ». Il avait choisi une table qui, sans se trouver dans la zone de passage, n'était pas totalement en retrait non plus. L'endroit était bien éclairé et il était plus fréquent de croiser des bandes d'amis et des collègues que des couples dégoulinants d'amour. Après quelques instants de patience, l'avocate arriva finalement sur place et le français le salua de loin pour lui faire savoir où il était. Encore une manière de ne pas jouer les prétendants en évitant d'être aux petits soins pour elle. De plus, quelque chose lui disait qu'une femme indépendante comme Charlie n'apprécierait pas d'être bichonnée. Tout comme son ex-femme en réalité, elles fonctionnaient presque sur le même mode. Le mieux était donc d'emprunter le même comportement qu'avec Kailee. Lorsqu'elle s'approcha de la table, il la salua plus poliment.

« Re bonjour. Ou plutôt bonsoir. J'espère que je ne vous ai pas fait quitter votre travail plus tôt que d'habitude, je m'en voudrais de vous ennuyer. » Il lui offrit un sourire franc en la laissant s'installer où elle désirait. « Ça circule drôlement chez vous ! J'avoue que je n'avais pas imaginé que vous puissiez avoir autant de clients en une journée. Je me demande comment vous vous en sortez. » Et d'un air amusé. « Vous avez toute mon admiration. »

Le ton était franc et sincère, même si les pensées l'étaient bien moins.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 2 Fév 2014 - 20:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
L’inverse n’était pas vrai : Renan n’avait jamais constitué un « danger » pour Charlie. Il avait été le voisin agréable, sans vraiment le connaître et, surtout le mari de Kailee. Si les choses avaient pris entre les deux, les raisons n’étaient pas imputables à l’un ou à l’autre, du moins pas du peu qu’elle en savait et, de toute façon, ce n’était pas ses affaires. Pour une avocate qui devait prendre position, dans les histoires de couples elle s’efforçait de toujours rester neutre parce que les gens n’étaient jamais des plus objectifs. Une engueulade et le conjoint devenait le pire des enfoirés. Une réconciliation, et il redevait l’amour d’une vie. A moins d’une erreur grave, oui, elle s’arrangeait toujours pour ne pas trop être d’un avis ou de l’autre. Kailee avait beau être séparé de Renan, Charlie n’avait pas mis ce dernier dans la case des abrutis d’ex-mari à bannir. C’était leur histoire à tous les deux.

Bien pour ça qu’elle n’avait pas hésité quand elle était tombée sur le dossier de Renan et que, finalement, quand la question s’était posée sur le choix de l’entreprise à embaucher pour les vitres, elle avait proposé celle où il bossait. Ce n’était même pas un traitement de faveur, il fallait un nom d’entreprise, c’était celle qu’elle connaissait alors, les choses s’étaient faites assez naturellement. Bien, résumons, Lane & Robb était le cabinet d’avocats où vous pouviez rencontrer : Chase Neutron-Grey : nébuleux personnage. Jace : le coursier fils du commander de la Légion des Étoiles. Renan : Officier de la pénombre de SHADOW. Une Irlandaise : voleuse au Cartel – peut-être la plus normale, en fait. Adriel Veidt : le marchand d’armes aux doubles secrets et aux projets pas très « droits ». Et bien évidemment, hormis pour Jace et la face que voulait bien lui montrer Chase, Charlie n’était au courant de rien. Ouais… Bienvenue à Lane & Robb !

Bref, la texane n’avait rien contre Renan et, quand il lui arrivait de le croiser, le saluer n’était pas une question de politesse mais de bon sens. Ça ne l’avait pas empêché d’être un peu surprise quand il avait lancé son invitation pour la remercier. C’est surtout qu’elle estimait juste avoir fait son boulot donc, elle ne voyait pas tellement en quoi il avait besoin de l’inviter boire un verre mais, dans la situation inverse c’était le genre de chose qu’elle était capable de faire alors, elle n’avait pas tardé à accepter. Reprenant le fil de ses rendez-vous, c’est après le dernier – qui s’était un peu éternisé – qu’elle avait quitté son bureau. En passant devant Sarah, qui faisait, également, des horaires impressionnants, cette dernière l’invita à aller boire un verre ensemble – ça devait être le thème de la soirée.

Charlie avait refusé mais, en aucun cas elle avait donné la raison parce que, ces derniers temps, aussi bien Sarah que Chase semblaient s’être mis d’accord sur le fait qu’elle avait besoin de quelqu’un dans sa vie. Chase imaginait un certain mage. Sarah un certain Jonas – Charlie pensait quand même que Sarah se « sacrifierait » bien pour ce dernier, d’ailleurs. Autant éviter de dire qu’elle allait boire un verre avec un homme parce que l’assistante allait encore s’imaginer des choses parfaitement injustifiées. L’avocate arriva sur le lieu de rendez-vous avec un quart d’heure de retard, ce qu’elle n’aimait pas mais, elle ne s’était pas vu virer son dernier client sous prétexte d’aller boire un verre. Repérant assez rapidement Renan – il avait bien aidé à la tâche en la saluant – et se dirigea vers la table avec un sourire navré.

« Je suis vraiment désolée pour le retard. » d’autant plus qu’ils n’avaient probablement pas les mêmes horaires et qu’elle avait l’impression de l’avoir fait attendre vraiment beaucoup de temps. « Mais non, ne vous inquiétez pas, j’ai fait tout ce que je devais faire aujourd’hui. »

Cette fois le sourire était sincère, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter pour ça. Elle aurait pu partir encore plus tard, parce qu’elle trouvait toujours quelque chose à faire mais, Renan n’avait pas chamboulé son emploi du temps. Charlie enleva sa veste qu’elle posa sur le dossier de la place faisant face à Renan avant de s’installer. C’est sur un ton de la confidence, qu’elle se pencha très légèrement pour lui donner le secret qui permettait de tenir des journées comme ça.

« De la caféine… Beaucoup de caféine. » Elle laissa passer un sourire amusant en reprenant place plus confortablement. Ça n’avait rien d’un secret ou d’une méthode miracle. « Et puis, je préfère avoir beaucoup de personnes que pas du tout. Au moins, ça occupe. » Tu m’étonnes. « Et pour vous, ça se passe bien ? Pas d’horribles avocats qui se sentiraient supérieurs et voudraient vous faire passer par la fenêtre parce que vous êtes Français ? »

Le ton était léger, en référence à son affaire mais, la question restait sérieuse. Elle espérait vraiment que les choses se passaient bien pour lui quand il bossait pour le cabinet. Un serveur arriva assez rapidement pour prendre leur commande, elle en profita pour commander une bière et laissa Renan passer la sienne.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 4 Fév 2014 - 21:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4481
ϟ Nombre de Messages RP : 1451
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le retard de Charlie n'importuna pas Renan : il avait l'habitude d'attendre ! Que ce soit une jeune Irlandaise à la sortie de son travail, une cible qui traînait tard au travail ou tout simplement le moment idéal lors d'une mission, le français était devenu un homme doté d'une patience d'ange ! Il la rassura donc d'un sourire accompagné d'un geste de la main destiné à signifier que c'était sans importance. Mieux valait qu'elle soit en retard plutôt qu'elle ne lui pose tout simplement un lapin, non ? Comme elle s'installait pour lui confier son secret, le trentenaire s'accorda un léger rire amusé. Le café et les américains, ce n'était pas la même histoire d'amour qu'avec les français ! Renan avait bien essayé de boire le pseudo café qu'ils vendaient dans leur bar spéciaux, mais il avait surtout trouvé qu'il ressemblait davantage à du jus de chaussettes. Cependant, il fallait avouer que l'avocate avait eu l'air d'être bien équipée la fois où il avait eu recourt à ses services. Renan ne pouvait pas nier ce qu'elle disait concernant la masse de travail qui l'attendait tous les matins : mieux valait en avoir trop que pas assez. Difficile de vivre sans salaire digne de ce nom, il en savait quelque chose, surtout que la jeune femme travaillait désormais à son propre compte. Ce n'était pas le même mode de vie qu'avec une place dans l'entreprise d'un autre. Encore une fois il en savait quelque chose : le rôle d'Officier de la Pénombre lui prenait largement assez de temps pour qu'il comprenne la situation vécue pas Charlie.

La question ensuite posée par la jeune femme ne manqua pas d'amuser le français. Fort heureusement, il n'avait pas eu droit à de nouveaux racistes ! Encore moins dans les bureaux de l'entreprise de maître Lane. C'était plutôt le genre d'endroits où il était plaisant de bosser, même si pour le coup, Renan profitait de sa présence pour essayer de grappiller quelques informations sur sa « cible ». Il secoua la tête d'un air négatif, mais fut rapidement coupé par l'arrivée d'un serveur qui se renseigna sur leurs commandes. Le français imita sa voisine de table et laissa le jeune homme s'éloigner avant de reporter son regard sur Charlie pour répondre.

« Non ça va. Depuis que vous êtes intervenue je n'ai plus eu le moindre problème, vous êtes très douée vous savez. » Même si elle n'y était pour rien bien entendu. « En vérité, la majeure partie du temps les gens font à peine attention à vous. Vous savez, les hommes de ménage ou les laveurs de vitres ce n'est pas ce qui intéresse le plus les employés, sauf lorsque l'un d'entre eux a un accident. Au final, dans mon affaire je pouvais presque m'estimer chanceux d'avoir été remarqué ! »

Le ton était léger et amusé, signe qu'il ne parlait pas très sérieusement. Cependant, c'était totalement vrai lorsqu'il parlait du manque d'attention que les gens portaient aux simples laveurs de carreaux. Le trentenaire y était habitué, même si c'était ainsi qu'il avait réussi à approcher son ex-femme pourtant. Il y avait fort à parier que s'il n'avait pas fait le premier pas, la journaliste – future célébrité en devenir – n'aurait pas daigné lui accorder la moindre attention. Peut-être que Charlie ne prendrait pas ça sérieusement étant donné qu'elle devait être habituée à voir les « petites gens », mais c'était assez commun pour que Renan parle d'expérience. Il décida d'ailleurs de profiter de ce sujet pour glisser une question qui l'intéressait sérieusement.

« D'ailleurs je crois avoir remarqué que vous employiez quelques étrangers vous aussi. » Il parlait d'un ton calme et badin, comme une discussion parfaitement normale. « Enfin c'est ce que j'ai déduis en voyant une adolescente dans vos bureaux, j'imagine que vous n'avez pas des clients aussi jeunes, ou alors je m'inquiéterai de l'avenir de la nouvelle génération. » C'était une plaisanterie, aussi enchaîna-t-il rapidement. « Elle a un accent de Grande-Bretagne ou des environs. Enfin elle n'a pas l'accent Américain, ça c'est certain. »

Il savait parfaitement qu'Aishlinn ne travaillait pas pour Charlie étant donné qu'il avait vu qu'elle bossait dans ce petit garage où il avait été avec elle pour récupérer l'artefact responsable de leur prise de connaissance. Mais la logique, lorsque vous rencontriez quelqu'un dans des bureaux, c'était de penser qu'il bossait sur place. Les cabinets d'avocats devaient avoir une bonne raison d'employer des jeunes, que ce soit pour servir de coursiers ou simplement pour apporter un peu d'aide aux secrétaires en leur demandant de ranger les dossiers par ordre alphabétique ou des choses de ce genre. Bref, dans les mensonges et la manipulation, l'essentiel était bien de se comporter de la manière la plus logique qui soit ! Il fallait donc se contenter des évidences voilà tout.

« C'est une bonne chose d'employer des jeunes, ça les occupe et en plus ils peuvent se faire un peu d'argent de poche. »

Il avait aussi eu des petits boulots étant adolescent, mais c'était dépassé depuis longtemps. Même si, au final, Aishlinn n'était pas beaucoup plus jeune que lui. Une dizaine d'années environ, mais pour une gamine, c'était comme une vie entière à n'en pas douter !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 5 Fév 2014 - 15:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Elle ne prenait pas sérieusement le fait qu’elle soit douée parce que, elle n’y était pour rien. Si défendre quelqu’un lui permettait de ne plus avoir de problème par la suite, elle aurait bien moins de travail mais, ça ne serait pas un mal dans ce sens-là. Enfin, ce qui était important, c’est qu’il ne semblait pas avoir d’ennui au cabinet et c’était une bonne chose. L’équipe montée se rodait, elle ne connaissait pas suffisamment tout le monde pour savoir comment ils pouvaient être avec les autres, et entre-deux, on disait bien ce qu’on voulait à un entretien d’embauche. La preuve Renan était un employé dont le patron ne devait pas imaginer, une seule seconde, qu’il avait un double emploi dans une organisation secrète. Le truc, c’était qu’à moins qu’il le dise, personne ne devait pouvoir le soupçonner, Charlie la première. Elle hocha la tête un peu navrée mais complètement d’accord sur le fait que certaines personnes étaient simplement snobées à cause du métier qu’elles pouvaient faire. Ce qui était profondément débile.

« Ce qui est bien dommage parce que, en fait, ça reste des métiers bien utiles. » Les éboueurs, par exemple, s’il n’y avait plus ces personnes, franchement ça craindrait vraiment. Enfin bref, pour elle il n’y avait pas réellement de sot-métier. « Et, je n’ai rien de doué, c’est seulement que tous les matins avant d’aller au cabinet je fais le tour des entreprises qui embauchent la vôtre pour les menacer d’un procès si on vous ennuie. »

Bien sûr le ton n’avait rien eu de sérieux sur sa dernière phrase. Jamais elle ne se permettrait de faire ça et puis, Renan devait être apte à gérer ses soucis tout seul – sauf, éventuellement, quand ça touchait un plan juridique. C’était seulement une façon amusée de souligner le trait d’humour qu’il avait eu en la désignant comme douée. Là où Renan assurait – sans qu’elle ne s’en rende compte – c’était qu’il laissait passer une question qui l’intéressait sur un sujet qu’elle avait elle-même lancé en parlant de racisme. Du coup, elle ne trouva absolument rien de suspect dans les interrogations qu’il pouvait avoir sur les personnes qu’elle avait embauchées.

La seule chose qui l’avait surprise c’était de considérer la jeune Irlandaise comme une employée. Vu les activités de l’adolescente, Charlie l’imaginait assez mal travailler dans un cabinet d’avocats. En réalité, l’avocate ne connaissait pas grand-chose des activités d’Aishlinn, elle ne faisait que supposer après avoir vu Abban – le jumeau – qui lui était venu pour essayer de lui voler des dossiers. Mais sinon, Charlie avait une vie parfaitement normale, hein ! Laissant le serveur revenir après les derniers mots de Renan pour déposer les bières commandées, Charlie attendi qu’il soit partit pour répondre.

« En fait, on n’embauche pas tellement de jeune. Il y a notre coursier qui vient de manière régulière et, on essaye de favoriser les stages pour les étudiants. Mais, pour le moment ça s’arrête là. » A terme elle trouverait bien d’en embaucher un peu plus mais là, c’était le début et elle avait misé surtout sur l’essentiel pour lancer la machine avant de réfléchir à des moyens d’aider des plus jeunes. « L’adolescente, dont vous parlez, et qui est Irlandaise. » Il n’était pas si loin que ça, en fait. D’un autre côté, pour Charlie : Angleterre, Irlande, Écosse, tout ça c’était la même chose. « Elle n’est pas embauchée, en réalité. »

Et elle se serait bien arrêtée là mais comme il avait dit que, si ce n’était pas le cas, il s’inquiéterait de la jeunesse d’aujourd’hui, Charlie préféra rétablir un peu les choses plutôt que de laisser penser qu’Aishlinn était une « mauvaise » adolescente. Sauf qu’évidemment, elle n’allait pas dire que la gamine servait à communiquer avec Jay. Qui, en ayant dépassé la trentaine, embauchait une gamine de 19 ans, pour ouvrir le dialogue avec son frère ? Dit comme ça, c’en était presque ridicule.

« Mais, elle n’a pas d’ennuis avec la justice. » Avec d’autres choses, peut-être… Probablement, même.

Finalement, en réfléchissant bien, si Aishlinn n’était pas embauchée, si elle n’avait pas d’ennui avec la justice et aucun lien de parenté avec Charlie, il restait la possibilité qu’elle joue les indics’. Et, d’une certaine manière c’était un peu ça. L’avocate passa sous silence le rôle de l’adolescente, n’annonça pas qu’elle lui servait pour lui transmettre des informations. La Texane avait toujours été assez secrète sur la vie des gens qu’elle connaissait, parce qu’elle estimait que ce n’était pas à elle de révéler les choses. Chase et Adrian se connaissaient, par exemple, mais elle n’avait jamais dit quelque chose d’important sur l’un à l’autre en partant du principe qu’ils devaient le savoir. Pas sûr qu’après quelques verres elle soit toujours aussi prudente et évite quelques gaffes, quoique… Elle n’avait jamais testé ce cas de figure. Du coup, le changement de sujet lui semblait être une évidence et elle passa par la première chose qui lui traversa l’esprit.

« En fait, je dois avouer que je suis assez surprise par l’invitation. » Ce qui n’était pas une critique. « Enfin, je veux dire, me remercier verbalement après l’entretien qu’on avait eu était amplement suffisant. » Parce qu’il était évident que c’était uniquement pour cela qu’il avait proposé ce verre. « Ce n’était pas la peine d’en arriver là, vous savez ? » Dans un sourire. « Cela dit, merci, au moins ça fait sortir un peu la tête des dossiers. » Et ça, qu’elle l’avoue ou non c’était une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mer 5 Fév 2014 - 19:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4481
ϟ Nombre de Messages RP : 1451
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Faire semblant de s'amuser lors d'une discussion ennuyante était à la portée de pratiquement tout le monde. Renan avait débuté comme tout le monde et avait rapidement compris que la manipulation, même si elle pouvait être innée, devait se développer. Il savait que la sortie qu'il faisait risquait de s'étaler un peu sur la longueur s'il souhaitait obtenir certaines informations. Kailee lui avait toujours parlé de Charlie comme d'une femme très « secrète » dans le sens où elle ne parlait pas de ses affaires et des gens qu'elle connaissait sans penser aux répercussions que cela pouvait avoir. Il se doutait par exemple qu'en abordant le sujet d'Aishlinn, il risquait de se casser les dents s'il insistait de manière trop poussée pour savoir ce que l'Irlandaise faisait réellement là-bas. Mieux valait y aller en douceur. Au final, la pêche aux informations était comparable à la séduction : il fallait y aller en douceur, ne pas froisser l'autre et tâter le terrain pour savoir si personne d'autre n'était sur le coup. Si un autre agent de SHADOW s'amusait à questionner l'avocate à propos de la demoiselle et que lui viendrait juste après, elle se poserait forcément des questions. En bref, Renan allait devoir se montrer patient en espérant que la texane accepterait de boire un peu plus que de raison juste pour voir sa langue se délier un peu. Le tout était de la mettre à l'aise pour qu'elle se sente suffisamment en sécurité pour envisager d'être dans une position de faiblesse en étant pompette.

Lorsque la jeune femme déclara qu'elle se débrouillait pour effrayer les clients de l'entreprise qui l'employait, il ne se priva pas de lâcher un léger rire sincère. Même si, au fond, il n'avait besoin de l'aide de personne pour régler ses problèmes. Il était évident que Charlie avait d'autres chats à fouetter que de s'assurer que ses anciens clients n'avaient pas des ennuis, aussi prenait-il ça à la légère.

« Vous êtes un ange gardien en réalité. »

Il ne parlait pas sérieusement, mais c'était une manière de la flatter un peu. C'est à ce moment que le serveur revint avec les commandes, remercié par Renan, avant que Charlie ne reprenne la parole au moment où celui-ci s'éloigna. Elle n'avait donc pas embauché Aishlinn ? Il s'en doutait, une voleuse avec un travail de garagiste n'allait pas en plus s'amuser à servir de coursier, ou autre, à une avocate. Le français n'en apprit pas beaucoup plus sur ce qu'elle faisait chez eux, mais le trentenaire pu au moins savoir qu'elle n'était pas là pour une affaire qui la mêlerait à la justice. Bon, la possibilité qu'elle vienne demander l'aide de Charlie face à SHADOW n'était pas totalement exclue, mais pour le moment l'Officier de la Pénombre ne se voyait pas insister sur ce sujet, surtout que son interlocutrice embraya rapidement sur autre chose. Il y reviendrait plus tard !

Le français commença à boire un peu de sa bière pour encourager la jeune femme à l'imiter, puis la reposa sur la table en offrant un nouveau sourire à Charlie comme s'il comprenait sa surprise. C'était vrai, Renan se doutait qu'elle allait lui déclarer ça. Après tout, elle avait été rémunérée pour son affaire et c'était son boulot ! Les clients dont il lavait les vitres ne venaient pas lui payer un verre pour le remercier d'avoir réussi à enlever les mouches écrasées de leur baie vitrée. C'était pour cette raison que le trentenaire avait trouvé une excuse qui puisse justifier cette invitation. Il hocha finalement la tête pour signifier que ce n'était rien, avant de répondre d'un ton posé.

« De rien, ça me fait plaisir. » Il changea de position avant de reprendre. « En fait, vous être franc avec vous, je ne voulais pas seulement vous remercier pour cette affaire, même si c'est ce qui m'a motivé à vous le proposer au début. » Léger haussement d'épaules comme si l'explication à venir n'était pas très évidente. « Ça va certainement vous sembler bizarre, mais suite à notre dernière discussion j'ai un peu repensé à l'époque où vous vivez en face de nous. » Le « nous » incluant son épouse. « Je me suis dit qu'à l'époque je n'ai jamais vraiment cherché à vous connaître plus que ça, enfin plus que les fois où l'on se croisait dans l'escalier. » Du moins avant son divorce, après ça avait un peu évolué. « Pourtant, vous étiez quelqu'un d'assez important pour Kailee, enfin elle parlait de vous au moins une fois par jour. » Le ton était détendu comme si l'évocation de son ex-femme ne le gênait guère. « Du coup je me suis dit que j'avais un peu raté le coche. La logique aurait voulu que je sois plus attentionné à l'époque, même si ce n'est pas obligé de forcément s'entendre avec les amies de sa femme, c'est toujours un bonus non négligeable. » Il eut un rire comme si c'était une plaisanterie. « Alors voilà, disons que je voulais aussi vous remercier pour les quelques temps passés à jouer les voisines parfaites. »

Il n'y avait qu'à voir si la jeune femme allait gober l'excuse ou trouver ça louche.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 6 Fév 2014 - 23:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Ouais, évidemment, qu’elle était un ange-gardien. On pouvait même enlever le mot « gardien » à la phrase. Charlie était un parfait modèle de perfection, hein, jamais un pas de travers et une morale à toutes épreuves. Jamais il ne viendrait à l’esprit de la trentenaire de, par exemple, « empoisonner » un de ses collègues pour venir en aide à son frère, encore moins à mentir pour trouver le nom d’un contact louche dans une boite de striptease. Et monter un plan pour avoir un moyen de pression sur un agent de l’UNISSON qui lui avait volé ses dossiers, noooon, jamais de la vie ! D’accord Renan n’avait pas parlé sérieusement et elle avait souri en retour de manière amusée mais, n’empêche que ça lui rappelait que beaucoup la voyaient comme quelqu’un d’intègre alors qu’elle avait son lot de faux pas. A noter que ses écarts de conduite les plus importants, à ses yeux, s’étaient toujours fait en compagnie de Chase Neutron-Grey. Mais, bien sûr, c’était un simple hasard. Du coup, boire, ça semblait être une bonne idée. Action un peu influencée par mimétisme quand Renan avait commencé à entamer sa propre bière.

Ce qu’elle avait pu dire sur Aishlinn semblait suffire puisque le sujet ne retomba pas. Une bonne chose. Renan avait, donc, toute son attention pour lui expliquer les raisons de son invitation. Sur le coup, quand il commença à expliquer qu’il y avait une autre raison que le remerciement, elle se retrouva à hausser légèrement un sourcil qui fut suivi par un sourire un peu intrigué quand il précisa qu’elle allait sûrement trouver ça bizarre. Bon, ok, en fait il devait avoir eu un autre problème avec un employeur et il cherchait à nouveau les services d’un avocat… C’était l’explication la plus logique et la première qui était venue à l’esprit de Charlie avant qu’il ne commence à parler de l’époque où ils avaient partagé un palier commun.

Elle eut un sourire qu’elle cacha – pas vraiment une réussite – quand il expliqua que Kailee avait pas mal parlé d’elle. A aucun moment l’avocate ne s’inquiéta de ce qu’avait pu dire cette amie à Renan, si elle pouvait faire confiance à quelqu’un c’était bien elle. La texane trouvait bien aussi, que le presque trentenaire parle de son ex-femme parce que c’était un sujet qu’ils avaient en commun et dans lequel elle ne se lançait jamais ne sachant pas vraiment comment il avait vécu les choses. Elle n’était même pas certaine qu’il sache qu’elle était toujours en contact avec Kailee depuis son départ. Par contre, elle ne manqua pas de laisser passer un léger rire quand il parla de voisine parfaite.

« Vraiment ?! Je me serais détestée en tant que voisine. » Le ton était amusé mais, ça restait une réalité. Ça va, Renan et Kailee habitaient en face mais, ses voisins sur le côté avaient eu la « joie » de pouvoir entendre bien trop d’engueulade au goût de Charlie pour être considéré comme une voisine parfaite. « Plus sérieusement, ce n’est pas parce que Kailee apprécie quelqu’un que ça vous imposait de le faire aussi à ce moment-là. » Le fait qu’elle parle de Kailee au présent pouvait laisser entendre qu’elles avaient toujours gardé le contact. « Puis, de toute façon, vous vous seriez vite ennuyé entre nous deux. » Le ton était plus léger, haussant les épaules. « On a des conversations typiquement féminines, rien de vraiment intéressant. »

Ce qui n’était pas vrai, elles avaient beaucoup parlé de tout et de rien mais aussi de choses qui avaient de l’importance. Mais, comme tout, les conversations qu’elle avait avec quelqu’un restaient entre elle et l’autre personne. L’idée c’était surtout de ne pas le faire culpabiliser de ne pas s’être intéressé à la trentenaire à l’époque où il vivait encore avec la journaliste. Parce que Charlie était blonde et que, même si ça lui semblait effectivement un peu bizarre – mais pas méchant – comme démarche, elle avait gobé son histoire. Difficile de se montrer méfiante envers quelqu’un comme Renan, à vouloir remettre toutes ses paroles en doute.

« Et, de toute façon, je n’ai pas fait spécialement d’effort de mon côté non plus. » Là, en revanche, le ton avait été des plus sérieux. S’il devait réellement y avoir des torts alors, ils étaient partagés. C’est en se rendant compte que ça pouvait être mal interprété qu’elle reprit rapidement. « Enfin, pas que vous paraissiez inintéressant. C’est seulement que, je ne sais pas vraiment, je crois qu’on devait avoir pas mal de points communs elle et moi et que c’était bien plus simple avec Kailee. »

Et que, sur le moment, ni l’une, ni l’autre, ne devait avoir envie de mêler son conjoint à cette relation naissante. Enfin, Charlie supposait, en réalité elle ne s’était jamais réellement posé la question. Ça avait été assez naturel avec l’ex-femme de Renan.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 7 Fév 2014 - 12:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4481
ϟ Nombre de Messages RP : 1451
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le rire que Charlie s'accorda après que Renan ait parlé d'elle comme d'une voisine parfaite, poussait à penser qu'elle avait quelque chose à se reprocher. Oh, il n'avait pas oublié les fréquentes disputes qu'elle pouvait avoir avec son ancien compagnon, c'était d'autant plus vrai que Kailee et lui-même n'avaient jamais eu de mot plus haut que l'autre, mais cela ne l'avait pas vraiment contrarié. Peut-être que s'il avait été avec son ex-femme pour autre chose que pour les intérêts de SHADOW, il aurait aussi été du genre à se disputer ? Lorsque vous deviez faire profil bas et ne pas trop vous manifester, il était logique de ne pas provoquer de dispute, mais dans le cas contraire, c'était presque naturel. Bref, tout cela pour dire que le trentenaire ne tenait pas rigueur à Charlie pour ces quelques prises de bec dont il avait pu être le « témoin » surprise en passant dans le couloir à ce moment. Il lui avait déjà dit lors de leur précédente discussion et c'était pour cette raison qu'il ne revint pas là-dessus.

En bon manipulateur qu'il était, Renan remarqua forcément que sa voisine parlait au présent en abordant le sujet de sa relation avec Kailee. Bien qu'il ne le montra pas, cela l'interpella et l'espace d'un instant il se demanda si Charlie pouvait encore parler avec la jeune femme. Sans aucun doute. Depuis qu'ils avaient divorcés, le français ne s'était plus intéressé à celle qui avait partagé un bout de sa vie, mais il se doutait qu'elle devait avoir gardé contact avec des amis d'avant. Peut-être même certains collègues avec qui le courant passait bien. Il s'accorda un sourire amusé au moment où la jeune femme émit l'idée qu'il se serait ennuyé lors des discussions qu'elles avaient à l'époque, bien qu'il ne goba pas vraiment l'histoire des conversations entre filles. Kailee était journaliste avant d'être femme ou même épouse. Elle vivait essentiellement pour son boulot et c'était ce qu'il avait avancé comme argument pour justifier leur divorce. Enfin, en plus d'autres détails de mauvaise foi.

Il la laissa terminer en s'accusant aussi de ne pas avoir été très regardante sur la relation qu'ils auraient pu avoir et le trentenaire la rassura d'un geste de la main destiné à lui faire comprendre que c'était sans importance. Le point où il ne pouvait pas la contredire fut alors abordé : elle ressemblait énormément à Kailee. C'est le moins que l'on puisse dire ! Les deux jeunes femmes étaient aussi accaparées par leur métier l'une que l'autre, sans compter qu'elles semblaient toutes les deux avoir cette soif de « justice ». Oui, Charlie lui faisait beaucoup penser à son ex-femme et ce n'était pas forcément pour l'enchanter. Il lui offrit toutefois un sourire qui laissait penser le contraire.

« Oh, je ne vous le fais pas dire. À l'époque elle me disait souvent que, même si vous ne veniez pas du même milieu, elle se sentait très proche de vous. » Il ne la regardait pas en permanence comme pour laisser l'impression que c'était une discussion légère. « Kailee prétendait que vous vous ressembliez beaucoup. Je ne vais pas vous mentir, au début je pensais qu'elle se faisait des idées. Elle avait un peu tendance à voir des signes partout, vous voyez de quoi je parle je pense. » Parler de détails insignifiants permettait de noyer le poisson en masquant le fil conducteur de la discussion. « Mais maintenant je comprends mieux pourquoi elle disait ça. » Il hocha la tête pour lui-même. « Vous êtes aussi passionnée qu'elle par votre travail, puis cette manière que vous avez d'aider les personnes dans le besoin plutôt que les nantis, c'était la même chose avec elle. » Il marqua une pause. « Enfin je pense que c'est encore. »

Il fallait comprendre qu'il n'avait pas gardé contact avec la jeune femme, mais vu la manière dont il parlait d'elle, cette décision ne venait apparemment pas de lui. L'essentiel pour Renan était d'éviter que Charlie n'aborde les sujets gênants, sans pour autant se braquer et ne plus vouloir parler de Kailee. Il avait besoin de ça pour pouvoir deviner les affaires sur lesquelles elles avaient pu travailler ensemble. C'était un chemin risqué, le trentenaire avait cru comprendre que la demoiselle était relativement secrète sur les affaires qu'elle pouvait avoir eues et le simple fait qu'elle lui mente à propos des discussions qu’elle avait avec Kailee en disait long. Mais il ne se découragea pas !

« Je sais bien que ce n'est pas parce qu'elle vous apprécie que je devais faire de même. » Il prenait soin de parler au présent. « Mais je me dis que ça lui aurait certainement fait plaisir, alors je rattrape le coup, même si j'en conviens, ça ne sert plus à grand-chose. » Il eut un sourire qui montrait qu'il n'était pas contrarié par cette discussion. « C'est une bonne chose qu'elle vous avait sous la main lorsqu'elle vivait encore en ville. Je ne comprenais pas grand-chose à ses affaires et à son travail, ce n'est pas comme de laver des vitres vous voyez. » Se rabaisser était une bonne manière de masquer le danger qu'il pouvait représenter. « Mais avec vous, elle a certainement eu plus de soutien. Ça vaut bien une invitation dans un bar je pense ! »

Parce que, bien entendu, c'était la seule raison de son invitation.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 8 Fév 2014 - 17:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dans les faits, elle était assez d’accord avec le fait que ça n’avait pas d’importance de savoir qui n’avait pas pris le temps de connaitre l’autre. Si l’un, ni l’autre n’avait cherché à le faire à cette époque, c’était que ça leur convenait bien à ce moment-là. En réalité, elle ne comprenait pas tellement pourquoi ça changeait maintenant parce que, comme il le dirait un peu plus tard, ça ne servait plus à grand-chose de faire des « efforts » pour Kailee. Mais bon, ça lui changeait les idées, ça lui faisait sortir des dossiers et, contrairement à ses sorties avec Chase, ça lui éviterait sûrement de finir enfermer quelque part. Quoique, avec sa poisse, elle risquait de ne même pas être étonnée si, tout d’un coup, une bande de types se décidait à braquer ce café. Question d’habitude, on finit par se faire à tout.

Sur le coup, Charlie se demanda ce que voulait dire Renan par « milieux différents », est-ce que c’était par rapport au milieu où elles étaient nées, ou à leurs métiers respectifs. Question qu’elle chassa parce que, finalement, ça n’avait pas de réellement importance. Charlie aurait été incapable de le contredire concernant le côté passionné des deux femmes dans leur travail, du coup c’est un haussement d’épaules, en buvant une gorgée de sa bière, qu’elle lui offrit. Par contre, contrairement à elle, Renan ne semblait plus avoir de nouvelles de la journaliste. Charlie aurait pu hocher la tête, juste pour confirmer qu’effectivement, Kailee n’avait pas changé sur son plan professionnel. Mais, même ça, elle ne réussit pas à s’y résoudre. Dans l’hypothèse où Renan avait envie de savoir ce que devenait son ex-femme, il faudrait qu’il voie directement avec la principale concernée.

« Je vais finir par croire que c’est une tare de passer beaucoup de temps à son travail et d’aider une certaine population. » Le ton était léger, prouvant qu’elle ne voyait pas du tout les choses de cette façon. « Ou, du moins, que c’est la seule chose que voient les personnes. »

Ce n’était pas une critique, ni même un reproche, seulement une réalité. Enfin, si on demandait à quelqu’un de définir Charlie, elle était certaine qu’on choisissait de parler en premier du temps qu’elle accordait à son boulot. Sauf peut-être Chase, à croire que c’était la seule chose qui la définissait. Bon, en même temps, c’était un peu le cas, donc difficile de mal le vivre en partant de ce principe. Quand Renan avait fini de parler en expliquant qu’il ne comprenait pas grand-chose au travail de son ex-femme, parce qu’il n’était « que » laveur de vitres, Charlie eut un sourire rassurant.

« Vous savez, j’ai le même métier que Scott et ça n’a pas aidé non plus. » Elle haussa les épaules. « Le truc c’est qu’on bosse dans un secteur où la plupart des informations ne sont pas partageables. Du coup, que l’autre comprenne ou non, ça ne change pas grand-chose. Enfin, par exemple, avec Scott on ne parlait pas de nos affaires, sauf si elles étaient communes. »

Cela dit, ils parlaient beaucoup d’affaires qu’ils n’avaient pas en charge, passant des plombes à expliquer comment ils s’y seraient pris. Le genre d’échange qu’ils leur arrivaient encore d’avoir puisque, contrairement à Renan et Kailee, Scott et elle étaient restés en contact. Enfin, sauf ces derniers temps, depuis qu’il croyait – injustement – que l’avocate était manipulée mentalement par le jeune Neutron-Grey. Alors que, si elle était bien certaine d’une chose, c’est que Chase n’irait pas fouiller dans sa tête sans lui demander l’autorisation.

« J’imagine que pour Kailee c’était un peu la même chose, du moment qu’une affaire ne tombait pas dans le domaine public, elle ne devait pas beaucoup en discuter. »

Le fait qu’elle « imaginait » et non qu’elle en était certaine pouvait largement faire comprendre que les deux femmes avaient pu parler de choses « confidentielles ». Le fait que l’une et l’autre soient assez discrètes sur leurs affaires, aidait à partager des informations en sachant que l’autre n’irait pas les répéter au premier venu.

« Puis, de toute façon, encore heureux que tout ne tourne pas que autour du travail. » Ah, très drôle ! « En fait, je ne sais même pas ce que vous faites en dehors de votre emploi. Vous avez des activités ? »

Ok, définitivement, Kailee et elle devaient parler boulot si Charlie n’était même pas foutu de savoir des trucs sur Renan. Implicitement, c’est qu’il n’avait pas été le principal sujet de conversation entre les deux femmes. Enfin, elles avaient probablement échangé sur les difficultés qu’elles pouvaient rencontrés mais, elles n’avaient pas tellement parlé de comment étaient leurs conjoints respectifs du moment.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 8 Fév 2014 - 21:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4481
ϟ Nombre de Messages RP : 1451
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan voyait effectivement le fait d'aider autrui comme une tare. Mais il n'allait certainement pas le dire sachant qu'il était censé se faire passer pour le type agréable à qui l'on avait envie de se confier. Il se contenta donc d'un sourire puisque le ton de l'avocate montrait bien qu'elle ne pensait pas ce qu'elle disait. Les gens retenaient toujours les choses les plus faciles à remarquer. À quoi bon parler de la demoiselle comme d'une jolie blonde aux formes avantageuses si elle était célèbre pour son métier ? Si elle avait été mannequin, les gens se ficheraient pas mal du fait qu'elle soit une grande oratrice. Il haussa finalement les épaules comme s'il n'avait pas de réponse à fournir.

« Vous préféreriez que les gens parlent de vous pour votre physique ? Pour une fois qu'une femme est estimée à sa juste valeur, je trouve que c'est une bonne chose. Même si j'avoue que c'est dommage que cette vision de vous soit aussi réductrice. »

Il y avait toujours mieux à dire d'elle, mais c'était un bon début. En ce qui concernait le Breton, il comptait bien enquêter plus en avant sur elle et découvrir ce qui pourrait bien l'intéresser, en plus de son métier. Charlie n'avait pas beaucoup parlé de sa famille lors de leur précédente discussion, mais il y avait peut-être quelque chose à exploiter là-dessous ? Même si à l'heure actuelle le français ne voulait aucun mal à la jeune femme, si les choses se gâtaient, amie de Kailee ou pas, elle subirait le même traitement que toutes les autres cibles de SHADOW. En vérité, en voyant ce que Renan avait pu faire à une femme qu'il prétendait aimer – prétendait seulement – c'était assez facile de comprendre que l'idée de malmener Charlie ne l'inquiétait pas outre mesure.

Après sa remarque sur le métier de laveur de vitres, Renan avait espéré que son interlocutrice relance sur ce sujet et il ne fut pas déçu. Malheureusement pour lui, elle axa plutôt cette précision sur son ancien petit-ami – un type que le français n'avait jamais apprécié d'ailleurs – et non sur Kailee. Tant pis. Il s'y était mal pris. Le trentenaire voyait tout de même une importante différence entre le métier d'avocat et celui de journaliste : les journalistes étaient de fouille-merde, vulgairement parlant, qui cherchaient la merde là où elle n'avait pas raison d'être. Les avocats quant à eux se contentaient de faire ce qu'on attendait d'eux : régler des ennuis.

« Les avocats sont tout de même plus appréciés que les journalistes. Enfin je sais que Kailee essuyait souvent des refus assez.... musclés. »

Il hocha tout de même la tête aux paroles de la texane, mais fut pris de court lorsqu'elle tourna la discussion dans sa direction. Mauvaise idée. Il fallait rester centré sur ce qui intéressait l'Officier de la Pénombre, mais sans pour autant attirer l’attention sur ces questions. Le mieux était de dissuader Charlie d'explorer cette zone. C'est avec un sourire légèrement hésitant qu'il reprit.

« En vérité... pas trop. Enfin plus maintenant. » Il marqua une brève pause. « Avant je sortais plus parce que je voulais éviter que Kailee passe son temps sur l'ordinateur à la maison, mais depuis que je suis seul, je préfère rester chez moi et profiter de mon temps libre tranquillement. » À la base de SHADOW plutôt. « En fait j'ai une très bonne amie avec qui je sortais pas mal avant, pour diverses choses, mais elle est très occupée depuis quelques temps, alors j'ai fini par mettre ça de côté. »

Il faisait référence à Evey, il en avait d'ailleurs parlé lors de l'affaire de la raciste, mais peut-être que Charlie ne ferait pas le lien ? Le fait était que son amie et binôme avait pas mal interféré dans son mariage avec Kailee et peut-être bien que cette dernière avait pu dire quelque chose à son amie. Les femmes aimaient bien critiquer leurs « rivales » auprès de leurs amies féminines, non ? Bien que le sujet des affaires de Charlie l'intéressait plus que le reste, le français décida de continuer sur ce chemin.

« Et comme tout ne tourne pas autour du travail, vous devez aussi avoir des loisirs je présume ? » Il esquissa un léger sourire. « Enfin, mis à part aller boire un verre avec un quasi-inconnu je veux dire. Vous devez être très demandée. »

Il faisait référence à sa célébrité, mais le ton employé montrait bien qu'il plaisantait. Ils avaient déjà abordé ce sujet lors de leur précédente discussion et c'était surtout pour pousser Charlie à détourner la conversation.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 10 Fév 2014 - 19:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
S’intéresser à elle pour son physique ? L’espace d’un instant, un marqua un air complètement incrédule, comme si cette idée lui était vraiment bizarre. Blonde, yeux bleus, 1m70 avec ses talons. Hop, on avait vite fait le tour. Pour le coup, elle but une gorgée de sa bière. En réalité, là où elle avait l’impression que c’était une tare d’être vu comme quelqu’un qui travaillait de trop, c’était surtout dans les réactions de son entourage. Sarah était capable de prendre des rendez-vous qui n’avaient rien de professionnels, juste à cause des bonnes manières de Jonas. Et ne parlons pas de Chase qui lui avait tout une liste des personnes qu’il pouvait lui présenter. A croire qu’il convenait de travailler moins, pour s’investir dans des relations sociales. Elle marqua un léger rire en secouant la tête.

« Non, je crois que je serais encore plus mal à l’aise si j’étais considéré que pour ça. » Surtout qu’elle finirait probablement en mode cachalot, vautré dans un lit, si elle suivait les gènes de sa génitrice. Oui, oui, parait qu’elle avait été belle dans sa jeunesse alors, on était à l’abri de rien. « C’est seulement que j’ai un entourage qui, je crois, voudrait me voir me concentrer sur d’autres choses que le travail, comme si c’était le pire des défauts. » Elle avait souri montrant qu’elle prenait ça de manière légère.

Pour la suite, elle n’avait pas tellement axé sur Kailee parce que, en réalité, elle ne savait pas tellement ce qu’elle pouvait dire ou non, ni à quel moment ça pouvait devenir déplacer. Parler de la relation que Renan et la journaliste avaient pu avoir, n’était pas vraiment ses histoires surtout quand la relation était finie. Puis, honnêtement, même si l’homme en parlait facilement, Charlie ne savait pas comment il avait vécu sa rupture avec Kailee et elle n’avait pas tellement envie de toucher un point sensible.

Elle hocha la tête, l’air un peu navré, pour confirmer que le boulot de la journaliste n’était pas toujours des plus calmes comparé aux avocats. Enfin, si on enlevait les juges corrompus, les moyens de pression inventés par des revendeurs de drogues, les assistantes enlevées, les salles de jeux clandestines, les mentalistes qui perdent le contrôle de leur pouvoir, les… Enfin bref, un vrai parcours de santé. Cela dit, elle n’enlevait pas le fait que le boulot de Kailee était bien plus à risques que le sien, surtout quand on fourre son nez là où il ne fallait pas. Oh, tient, un autre point commun que les deux femmes partageaient.

Changer de discussion, plutôt que de parler des affaires de Kailee semblait être la meilleure option. Sauf que, en réalité, le nouveau sujet était un peu bouché. Du moins, Charlie se voyait assez mal insister sur un point sans risquer de toucher quelque chose de sensible. La très bonne amie, fut associée à celle dont il avait parlé lors de son affaire judiciaire et, Charlie se voyait mal demander pourquoi elle était occupée en ce moment ou comment Renan vivait les choses. Un peu déplacé. En fait, elle comprit que son sujet était vraiment mal choisi quand Renan lui retourna la question. Quand ça ne tournait pas autour du travail, chez l’avocate, il était question de son petit frère… Ou plus récemment d’un ex mort, mais pas si mort que ça, qui était réapparut. Non mais, en fait, sa vie était super bordélique ! Renan avait tout compris à la manière de faire changer de sujet à Charlie, sans qu’elle n’en prenne conscience puisque les questions étaient des plus légitimes.

« J’avoue que ces derniers temps, avec l’ouverture du cabinet, les loisirs sont un peu passé au second plan. » Voir au troisième, quatrième, euh cinquantième en fait. « Aller boire un verre avec un quasi-inconnu, en fait c’est un essai pour voir si l’expérience est à recommencer dans l’avenir. » Le ton était léger, preuve qu’elle n’était pas sérieuse dans son discours. « Non, plus sérieusement, je crois que j’apprécie de me retrouver tranquille chez moi quand il n’est pas question de travail. »

Bref rien de passionnant, bon d’un autre côté elle n’allait pas lui narrer sa dernière sortie en forêt avec un mentaliste et un chaman, ni même la dernière fois qu’elle s’est retrouvée dans une soirée avec une immersion réelle dans les années 60. Hey, en fait elle comprenait Adrian quand il disait que les gens devaient les prendre pour un fou, c’était sûrement pour une folle furieuse qu’elle passerait si elle devait parler de ce genre de choses. Bon, finalement, revenir sur le sujet qu’ils avaient en commun n’était pas une si mauvaise chose que cela. Malin, le Renan. Blonde, la Charlie.

« Et vous savez, pour les refus que Kailee pouvait avoir. Je ne pense pas que ce soit uniquement à cause de son métier, il y a des journalistes qui sont plutôt tranquilles de ce côté-là. » Elle haussa légèrement les épaules. « Mais elle a quand même une sérieuse tendance à s’occuper d’affaires que d’autres préféreraient mettre de côté. » A fouiller là où il ne fallait pas, forcément, on s’attirait des ennuis. « En fait, je me dis que ça ne devait pas être spécialement évident pour vous, non ? » Il devait avoir passé beaucoup de temps à s’inquiéter, non ? Peut-être pour ça que, elle-même ne devait pas être faite pour vivre avec autre chose que des chats. « Enfin, je n’en sais rien, j’ai toujours eu du mal à imaginer comment, l’entourage de la personne, pouvait percevoir le fait de s’occuper de certaines affaires. »

Jay, par exemple, elle avait l’impression qu’il croyait toujours qu’elle allait se lancer dans une affaire à problème, même quand ce n’était pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 11 Fév 2014 - 0:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4481
ϟ Nombre de Messages RP : 1451
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Parfois, vous en appreniez bien plus en écoutant les gens lancer des phrases destinées à meubler un silence que lors d'un véritable interrogatoire. Même si Renan se doutait que la jeune femme n'était pas seule au monde, lorsqu'elle déclarait que son entourage cherchait à tout prix à ce qu'elle pense à autre chose son boulot, il eut l'assurance qu'il y avait bien des gens qui tenaient à elle. C'était forcément réciproque et pour un individu comme le français, c'était aussi le signe qu'il y avait quelque chose à exploiter. Il resta toutefois parfaitement neutre, toujours un sourire en coin comme s'il passait un bon moment et que la soirée se déroulait conformément à ses espérances. Est-ce qu'il était bien ? L'Officier de la Pénombre n'aurait pas su le dire. Mis à part ses sorties avec Evey, les derniers vrais moments de détente qu'il s'était offert remontaient à son adolescence, avant qu'il ne commence à fricoter avec SHADOW. Autant dire qu'il ne savait plus si ce que c'était que de s'amuser vraiment. Penchant légèrement la tête sur le côté comme s'il réfléchissait à quelque chose, le trentenaire haussa finalement les épaules.

« Les gens qui ne sont pas passionnés par le travail ne comprennent pas qu'on peut s'épanouir en se concentrant là-dessus. Je suis comme ça, si j'avais une sœur ou une amie dans votre cas, je ferais certainement pareil. Enfin j'imagine. »

En vérité, non. Renan se moquait de ce que les autres faisaient. Cependant, son existence entière était dirigée par SHADOW, la preuve : il avait été jusqu'à se marier pour une mission. Une chose était évidente, il n'allait jamais avoir une existence normale avec une femme, des enfants, une jolie maison dans la banlieue de la ville et un chien pour l'accueillir en rentrant le soir. Charlie non plus à n'en pas douter, mais pas pour les mêmes raisons. C'était encore une fois, un point à surveiller.

L'avocate reprit alors la parole à propos de ses loisirs. Il avait flairé que c'était un sujet assez épineux puisqu'elle était toujours surchargée de travail et il suffisait donc de mettre les pieds dans le plat et poser les questions qui gênaient pour la pousser à changer elle-même de sujet. Le tout était de ne pas être trop lourd ou sinon vous preniez le risque de braquer complètement la cible et de la pousser à quitter le café plutôt qu'à changer de conversation. Tout était question de dosage ! L'esprit du français était entièrement dirigé vers son interlocutrice. Il souriait lorsqu'il fallait sourire, hochait la tête lorsque c'était le bon moment, en bref, se débrouillait pour que la discussion apparaisse aussi agréable que possible à son interlocutrice. Enfin, sa présence du moins. Après un bref sourire suite à la remarque sur le verre avec un quasi-inconnu, il acquiesça d'un hochement de tête comme elle lui expliquait aimer rester simplement chez elle.

« Je vous comprends. »

Il faisait la même chose. À part lorsque sa meilleure amie, Evey, lui demandait de sortir avec elle, il préférait rester dans l'appartement qu'il avait jadis partagé avec Kailee, histoire de se reposer un peu. Diriger un groupe comme le sien n'était pas de tout repos, surtout avec certains incompétents ou certaines têtes brûlées qui jouaient avec ses nerfs. Quoi qu'il en soit, en lui retournant la question il semblait que le trentenaire avait bien fait : Charlie revint d'elle-même sur le sujet de l'ex-femme afin d'expliquer que ce n'était pas forcément son métier qui la mettait en danger. Non, c'était elle. Son caractère de fouineuse et son obstination. Si elle avait accepté dès le début de lâcher l'affaire, elle n'en serait pas au point où elle était aujourd'hui. Charlie lui offrit alors une possibilité d'aiguiller la discussion sur un sujet bien particulier. Il soupira légèrement, hochant la tête tout en offrant un sourire qui se voulait rassurant à l'avocate.

« Je ne vais pas vous mentir, ce n'est franchement pas facile. En fait, pour être honnête avec vous, c'est même en partie ce qui nous a poussés à nous séparer. » Le ton restait léger comme s'il avait accepté cet état de fait depuis le temps. « Dans un sens, je trouve que c'est une bonne chose d'avoir un tel trait de caractère, mais d'un autre côté... je ne peux pas m'empêcher de dire que ça nuit aussi aux relations avec les autres. » Il regarda Charlie en réfléchissant. « Vous pouvez facilement imaginer ce que c'est comme situation. Il suffit d'essayer de visualiser comment vous vous sentiriez si l'un de vos proches vous disait qu'il était sur une affaire très importante et peut-être dangereuse, mais sans vouloir vous en dire plus ? » Il sourit légèrement. « Je crois que c'est encore pire que de tout dire finalement. Peut-être que le problème venait de moi, mais j'avais tendance à imaginer les pires choses qui soient alors qu'au final, elle ne risquait peut-être rien. »

Elle avait parlé d'avoir des frères et vu qu'elle évitait le sujet, il était probable qu'elle ne soit pas au courant de toutes leurs affaires. Peut-être étaient-ils en froid ? Elle comprendrait rapidement ce que ce genre de situation pouvait faire naître comme pensées. Il n'excluait pas la possibilité qu'elle puisse le prendre en pitié et lâcher quelques informations, du moins si elle était bel et bien au courant. Après une légère pause et une gorgée de bière, il reprit finalement.

« En fait, ce qui peut être contrariant dans ce genre de situation, c'est surtout que l'autre personne essaye de vous préserver en évitant de vous mettre au courant. Mais à côté, elle en parlait avec d'autres personnes et parfois, vous avez le sentiment que c'est peut-être parce que vous n'êtes pas à la hauteur ou pas suffisamment digne de confiance. » Il espérait la faire culpabiliser un peu. « Pourtant, je me dis que partager cette information avec ses proches c'est une manière de se protéger. Être seul à savoir quelque chose, c'est beaucoup plus risqué que d'être une dizaine, enfin je crois. » Il sourit d'un air désolé. « Je dis ça, mais j'avoue que j'ignore totalement comment vous vous pouviez percevoir Kailee. Si ça se trouve, c'était juste avec moi qu'elle agissait comme ça. »

Et une fois de plus, ça n'avait pas l'air de le vexer.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 12 Fév 2014 - 13:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Aller boire une bière avec lui ne la dérangeait pas mais, elle n’était pas certaine que, sur le « long terme », ils puissent réellement s’entendre. Il était bien loin de la contrarier pour le moment, au contraire, elle trouvait même que ça se passait très bien mais… Disons que les « défauts » que pouvait avoir Kailee concernant son boulot, elle les avait aussi. Et, si à un moment il avait trouvé ça dérangeant chez la journaliste, il finirait forcément par trouver ça chiante chez elle aussi. Charlie comprenait qu’il puisse ne pas être passionné par son boulot – bien qu’elle aurait adoré les points de vue que ça pouvait offrir – mais, il le disait lui-même : il faisait partie des personnes qui ne pouvaient pas comprendre. Elle laissa passer un sourire pour toute réponse parce qu’en fait, elle ne savait pas tellement quoi répondre. Le truc avec Chase et Sarah, par exemple, c’est qu’ils ne comprenaient pas que si elle avait mis sa vie affective de côté ce n’était pas uniquement à cause de son boulot mais parce que les quelques expériences dans ce domaine s’étaient soldées par des échecs et qu’elle en était au stade où elle se disait qu’elle ne devait pas être faite pour ça. Ça devait être dans les gènes de la famille Lane, une connerie du genre.

Renan, d’une certaine manière, confirmait que le choix d’affaires pouvait nuire à une éventuelle relation de couple puisque ça avait joué dans la balance pour sa séparation avec Kailee. Et même si le ton était léger quand il disait ça, Charlie n’avait pas pu s’empêcher d’avoir un très léger sourire navré. Des fois Charlie devait avoir un peu la même logique que Jay, soit : pas de logique du tout. Parce qu’elle trouvait parfaitement normal de ne pas parler de ses affaires qui étaient en partie confidentielles alors que, de l’autre côté, elle trouvait normal que l’autre personne dise tout. C’est ce qu’elle avait dit à Jay, en même temps, qu’elle préférait qu’il ne mente pas sinon elle allait forcément s’imaginer des trucs graves. En fait l’exemple qu’avait pris Renan ne pouvait pas être plus parlant pour elle.

« En fait, pour être parfaitement honnête, je ne pense pas que le problème venait de vous. Je me dis que c’est assez humain d’imaginer le pire quand on n’a pas toutes les données du problème. » Elle laissa passer un léger sourire dans un haussement d’épaules. « Enfin, ça m’a fait un peu la même chose quand j’ai appris qu’un proche m’avait menti pour, apparemment, me préserver. Finalement, ça a eu l’effet inverse, j’étais plus inquiète que rassurée. »

Le proche en question étant le plus jeune des Lane. Savoir n’empêchait pas l’inquiétude mais, au moins, elle savait un peu près ce qu’il faisait. Même s’il devait encore cacher des choses. Après il y avait une différence entre ne rien dire en pensant préserver l’autre et ne rien dire parce qu’un dossier demandait une certaine confidentialité. Ouais, en fait, elle pouvait trouver toutes les excuses possibles pour prouver qu’elle avait raison de ne rien dire alors que les autres devaient le faire : la logique Lane, on pourrait écrire un livre sur ça.

Buvant une nouvelle gorgée de sa bière, elle laissa Renan expliquer que, finalement, ce qui semblait être le plus frustrant c’était que d’autres personnes pouvaient être au courant mais pas lui. Ce qui, forcément, poussa Charlie à s’interroger sur les raisons qui empêchaient Kailee de ne pas parler de ses affaires à Renan. Elle avait été mariée avec lui, ça ne devait donc pas être une question de confiance. Impossible pour Charlie de ne pas afficher un léger air navré à la dernière phrase de Renan parce que, effectivement, les deux femmes étaient capables de parler de leur affaire. Limite elle se sentait un peu coupable d’être au courant en étant la voisine alors que Renan avait été mis à l’écart en étant le mari. L’avocate prit quelques instants de réflexion pour s’interroger sur les raisons qui la poussait ou non à parler de ses affaires et, une fois cette réflexion faite, elle se décida à répondre.

« J’avoue que je ne me suis jamais interrogé sur comment elle choisissait les personnes à qui elle parlait de ses affaires ou non. Mais si elle fonctionne de la même façon que moi, en fait ça dépendant de plusieurs choses. » Elle organisa ses pensées et se lança. « Il y a forcément un facteur confiance qui entre le ligne de compte, je n’irais jamais parler d’une affaire sensible à une personne sans être certaine que l’info ne sera pas répétée. » Ce qui semblait être l’évidence même. « Et après, il y a la compréhension de l’autre. Attendez, je cherche un exemple. » Une légère moue de réflexion sur le visage, elle passa en revue les exemples possible avant de s’arrêter sur un en particulier. Elle reporta son regard sur Renan. « Mon frère, le plus jeune, honnêtement je lui fais confiance comme ce n’est pas permis de le faire. » Elle savait qu’il pouvait mentir mais, sur les choses importantes, elle ne doutait jamais de lui. « Mais ça ne me viendrait pas à l’esprit de lui parler d’une affaire parce que, je sais qu’il va s’inquiéter et plutôt que de comprendre que c’est important pour moi et de m’encourager, il va surtout chercher à me dire d’arrêter l’affaire qui pose problème. »

Alors qu’elle en parlerait plus facilement avec Chase parce que, lui, au contraire, il va juste la pousser quitte à proposer son aide pour s’enfoncer encore plus dans une affaire. Finalement ce n’était pas étonnant que ce soit avec le mentaliste qu’elle ait connu le plus de problèmes. Du coup, elle voyait bien Renan dans cette dernière catégorie de personnes, celles plus inquiètes et probablement moins encourageantes, ce qui expliquerait pourquoi Kailee ne lui parlait pas de ses affaires. Enfin, ça ne restait que des suppositions.

« Après je suis d’accord que, dans les faits, mettre des gens au courant est plus sûr pour la personne qui est sur une affaire mais… Enfin c’est aussi plus risqué pour les personnes au courant, du coup, des fois le mieux est encore de ne rien dire. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mer 12 Fév 2014 - 21:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4481
ϟ Nombre de Messages RP : 1451
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
La conversation suivait son cours et Renan était assez satisfait de ce qu'il entendait pour le moment, même si, bien évidemment, Charlie n'avait pas encore avoué avoir parlé d'affaires importantes avec la jeune femme. Tout viendrait en temps et en heure, il ne fallait pas trop insister pour le moment et laisser les choses suivre son cours. La manipulation demandait aussi beaucoup de patience, bien que le français n'était pas certaine de pouvoir persuader l'avocate de le revoir encore souvent sans que cela ne devienne suspect. Elle allait encore finir par croire qu'il essayait de lui faire du gringue s'il insistait trop. Bref, le point positif là-dedans c'était que Charlie voyait parfaitement de quoi le Breton voulait parler en disant qu'il avait tendance à s'imaginer le pire dès que son ex-femme lui disait qu'elle était sur une affaire risquée. En vérité, il s'en moquait et souhaitait même parfois qu'il lui arrive malheur sans que SHADOW ne soit impliqué dans l'incident. Mais il n'allait pas le dire puisque c'était un point que seuls les membres de son organisme pouvaient connaître. Il sourit après avoir entendu son exemple.

« Et bien c'est exactement ce que je ressentais. Je crois que c'est apparemment difficile de réussir à faire la part des choses entre ce que vous pensez être bon pour vos proches et ce qu'eux voient comme étant bon pour eux. Je dirais bien que ça me rassure de ne pas être le seul dans ce cas-là, mais je suis navré que vous ayez aussi à connaître ça. »

Il lui offrit un sourire franc et sincère pour appuyer ces dires. Une manière de montrer qu'il pouvait être sympathique et qu'il avait aussi des sentiments et émotions, du moins en apparence. Renan n'était pas un homme insensible, il ne partageait juste pas le même mode de fonctionnement que la plupart des êtres humains qui peuplaient cette planète. Était-ce une bonne ou une mauvaise chose ? L'avenir le lui dirait, mais à ce jour il s'en montrait plutôt content. Lorsque Charlie arbora un air navré, le français pensa d'ailleurs avoir touché un point sensible et comme elle avouait son ignorance quant à la manière dont Kailee choisissait ses confidents, il sentit venir la partie intéressante. Était-elle incluse dans le lot ? Renan ne changea pas d'expression, conservant un air poli et détendu sur le visage tout en oscillant du regard entre son verre et le visage de sa voisine de table. Son ex-femme lui faisait confiance, elle lui avait souvent dit. Elle lui avait d'ailleurs confié des informations importantes la concernant, mais rien qui soit en rapport avec son métier. L'analyse de Charlie l'intéressait donc sincèrement, car elle ressemblait beaucoup à la journaliste et devait certainement fonctionner de la même manière sur ce plan-là. Il eut d'ailleurs droit à une confidence sur le frère cadet de la demoiselle, chose qu'il conserva dans un coin de son esprit « au cas où », c'était toujours utile d'avoir un moyen de pression après tout. Au terme des paroles de la demoiselle, Renan hocha la tête comme s'il comprenait ce qu'elle voulait dire.

« J'avoue que c'est aussi très risqué de mettre ses proches au courant, mais très franchement à part si elle enquêtait sur un gang relativement important, je ne crois pas que tout le monde a les moyens de menacer toute une famille. Je suis peut-être naïf, mais j'ai toujours imaginé que plus on était nombreux, plus les risques étaient réduits. » Il haussa les épaules comme s'il ne voyait pas quoi ajouter. « Après vous avez raison, je pense que la compréhension doit entrer en ligne de compte. Je sais qu'elle me faisait confiance, mais après, j'avoue que je n'étais pas un modèle de compréhension vis-à-vis de son métier. » Il eut un air presque navré. « En fait je dirais même que c'était l'opposé. Je n'aimais pas qu'elle soit journaliste, même si elle l'était avant que je la rencontre je sais. »

Il sourit légèrement. Le tout était maintenant d'aborder LE sujet. Celui qui, normalement, lui permettrait de savoir si Charlie avait été mêlée de près ou de loin aux affaires qui concernaient SHADOW. Il fallait rester prudent et avancer doucement, sans pour autant survoler trop superficiellement.

« En fait pour être honnête à vous, la seule fois où je l'ai vu réellement anxieuse, je lui ai demandé de tout laisser tomber. Affaire, métier et tout ce qui tournait autour. Au final, nous n'en avons jamais parlé davantage comme certaines choses se sont produites entre-temps. » La perte d'un enfant, un divorce... « Mais parfois je me demande ce que j'aurais pu faire d'autre pour éviter tout ça. » Et comme il ne voulait pas avoir l'air de se plaindre, il enchaîna sur ce qui l'intéressait davantage. « Si vous aviez remarqué quelque chose de ce genre, vous l'auriez encouragée vous ? Enfin je veux dire, vous fonctionnez un peu comme elle, votre avis doit forcément être différent du mien. Je ne sais pas si vous en saviez plus que moi sur cette affaire, mais j'avoue que je me pose souvent la question. »

Peut-être qu'elle le prendrait en pitié et lui dirait quelques mots à ce propos ? Même si Charlie n'avouait pas clairement avoir participé à cette affaire, le simple fait qu'elle puisse en avoir entendu parler serait une raison pour approfondir les recherches. Enfin, si sa tentative portait ses fruits.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 15 Fév 2014 - 16:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Sur le fait qu’il soit navré qu’elle puisse connaitre cette sensation, Charlie laissa passer un sourire rassurant dans un haussement d’épaules, comme si ce n’était absolument pas grave, ni même important. Ça l’était, bien évidemment mais, Chase lui avait déjà fait la réflexion concernant le fait qu’elle ne parlait pas de sa vie, de ce qui la tracassait ou l’ennuyait, alors, de manière assez logique, ce n’était pas avec Renan qu’elle allait le faire. En fait, à partir du moment où elle estimait que les autres avaient aussi leurs problèmes à régler, elle ne voyait pas tellement l’intérêt de parler de ce qui pouvait l’ennuyer. Ce qui relevait plus d’un trait de caractère plutôt que d’une envie absolue d’être secrète sur sa propre vie.

Renan ne semblait pas faire de fausses notes, malgré le fait qu’il ne semblait pas accepter le fait de voir une personne, lui étant proche, se mettre dans des affaires compliquées. Sa compagnie avait même quelque chose d’agréable, leur n’échange n’était pas si compliqué que ça et il réagissait assez bien, en fait. Sans arrière-pensée particulière, Charlie pouvait comprendre ce que Kailee avait trouvé de bien chez le presque trentenaire. A défaut de pouvoir parler des affaires de la journaliste, il avait l’air d’être quelqu’un d’assez attentif. Enfin, ça restait qu’une impression, après elle ne le connaissait pas non plus pour se faire un avis ferme et définitif. Puis, de toute façon, on parlait de Charlie, à moins de clairement la menacer, elle aimait presque tout le monde. Suivant cette logique, elle avait également envie d’aider les gens, sûrement pour ça qu’elle avait fini par expliquer son mode de fonctionnement, qui devait être un peu près le même pour Kailee, même si elle n’en était pas certaine à 100%.

L’avocate n’était pas certaine, étant donné les derniers évènements, qu’il faille s’en prendre à un gang pour que les proches soient menacés. A priori – elle pouvait se tromper – il n’était pas question de groupe quand elle s’était retrouvée à l’hôpital « à cause » de Jay. Cela dit, ça avait été le cas quand son assistante s’était faite enlevée. Ouais, en fait, ça dépendait des histoires, il y avait des exemples et des contre-exemples. Elle avala une nouvelle gorgée quand Renan avoua ne pas avoir fait preuve de compréhension vis-à-vis du métier de Kailee et, la trentenaire s’interrogea sur ce qui pouvait bien pousser une personne à commencer une relation avec quelqu’un dont il n’aimait pas le métier. Surtout quand le métier en question prenait beaucoup de place dans la vie de cette personne. Ça devait forcément rendre les choses un peu compliquées, non ?

La suite fut un peu plus compliquée pour l’avocate qui, d’une certaine manière, avait envie de le rassurer mais, de l’autre, se retrouvait bloquée par certains discours qu’elle ne pouvait pas avoir. Les questions de Renan étaient légitimes, en tout cas, elle n’y vit absolument pas une manière de se renseigner sur ce qu’elle savait, ça suivait juste le fil d’une conversation. Un peu malgré elle, sans forcément s’en rendre compte, elle avait cherché à cacher un air navré en buvant de sa bière. Un signe qui pouvait être interprété comme le fait qu’elle ne répondrait pas forcément à toutes ses interrogations. En fait, même sans vouloir être secrète, Charlie ne se voyait pas annoncer fièrement que la journaliste avait pu lui dire des choses alors qu’elle ne l’avait pas fait avec lui. Elle trouvait ça plutôt déplacé.

« Kailee est quelqu’un de particulièrement bornée, du coup, quelqu’un pourrait lui donner toutes les raisons du monde de ne pas poursuivre une affaire, qu’elle le fera quand même. » Et ce n’était pas elle qui allait critiquer cette façon de faire. « Je n’ai peut-être pas eu la meilleure des réactions mais quand ça semblait vraiment sérieux, j’étais plus du genre à lui demander de prendre ses précautions plutôt que de chercher à la dissuader. » Elle détourna le regard, un instant le temps de poser tranquillement ses pensées avant de revenir sur Renan. « Je m’étais dit qu’en faisant comme ça, elle ne braquerait pas et qu’elle pourrait continuer d’en parler si les choses devaient mal tourner. Enfin, au moins, histoire d’avoir une idée de ce qui pouvait se passer s’il lui arrivait quelque chose. »

Ce qui n’avait pas été le cas puisqu’elle exerçait toujours, dans une autre ville. Mais voilà, Charlie avait estimé que c’était la meilleure des stratégies à employer avec Kailee. Elle ne disait pas avoir eu raison de faire comme ça, peut-être qu’elle aurait dû aussi chercher à la dissuader mais, disons que, à faire comme ça, tout ce qu’elle aurait récolté c’est que Kailee fasse les choses dans son coin. Sa façon de faire étant bien différente de celle de Renan, elle enchaina assez rapidement.

« Je ne suis pas en train de dire que vous avez mal réagi. Pas du tout même. Parce qu’en fait, je comprends réellement qu’on puisse s’inquiéter pour quelqu’un au point de lui demander de tout laisser tomber. » Tu m’étonnes qu’elle comprenait, après tout, elle venait de demander à son petit frère de le faire. Ah non, de réfléchir à ce qu’il voulait, même si elle espérait que cette réflexion entraine une envie d’arrêter les combats. « En fait, j’ai même demandé à quelqu’un de tout laisser tomber dernièrement… » Phrase qui avait été dite à voix haute sans trop s’en rendre compte. En tout cas, quand ce fut le cas, elle secoua la tête, avant de reporter son attention sur Renan. « En fait, les gens qui n’en font qu’à leur tête, sont ingérables. » Le ton avait été des plus légers et son sourire amusé avant de reprendre un semblant de sérieux. « Vous auriez fait quoi, si elle vous avait dit sur quoi elle travaillait ? »

Parce que, généralement, le fait de dire les choses entrainait les autres à vouloir se renseigner davantage ou faire des choses inconsidérées. Et, dans ces cas-là, il serait facile de comprendre qu’il était plus prudent de ne pas mettre au courant ses proches.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 15 Fév 2014 - 20:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4481
ϟ Nombre de Messages RP : 1451
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Pour quelqu'un habitué à décrypter les expressions, l'air gêné de Charlie était difficile à rater et cela même si elle avait cherché à le dissimuler. Renan espérait simplement que, si elle savait quelque chose, l'avocate se laisserait avoir par son côté « sensible » et par le fait que lui se trouvait face à elle tandis que Kailee était perdue de vue depuis quelques temps. Sauf si elles s'étaient revues entre-temps bien évidemment, mais le français avait du mal à le concevoir. D'un autre côté, il ne devait pas sous-estimer l'amitié que deux personnes pouvaient avoir, surtout deux femmes. Elles étaient parfois si fusionnelles qu'il était impossible de tirer quoi que ce soit d'eux, surtout s'il s'agissait d'un « professionnel » comme Charlie qui restait une excellente avocate. Il ne lui restait qu'à croiser les doigts et compter sur sa subtilité pour la pousser là où il désirait la voir aller. Une première réponse arriva. Kailee, bornée ? C'était le moins que l'on puisse dire ! Elle devait figurer en photo à la définition de ce mot. Souvent le Breton s'était dit que ce devait être la femme la plus bornée qui soit, même Evey qui en tenait une couche n'était pas comparable. C'était un peu ce qui l'avait impressionné chez elle d'ailleurs. Charlie confirma donc qu'elle était plutôt du genre à « encourager » les gens en leur demandant de faire attention à eux. Il est vrai que c'était une bonne technique : si l'autre craignait que vous ne fassiez des bêtises, il vous en empêcherait et mieux valait qu'il ne sache rien. Renan aurait certainement adopté le même comportement que le texane s'il n'avait pas été chargé de s'assurer que son ex-femme lâcherait l'affaire pour de bon. Mieux valait donc éviter de l'encourager, vous en conviendrez. Il hocha la tête en signe d'approbation, mais sans pour autant répondre.

La suite fut destinée à le rassurer avant qu'elle ne fasse un nouvel aveu pour le moins surprenant. Ainsi donc elle avait aussi demandé à quelqu'un de tout laisser tomber ? Un proche ou un ami ? La question valait la peine d'être posée, toutefois la jeune femme avait l'air de ne pas forcément avoir porté attention à ce qu'elle disait. Peut-être qu'elle avait parlé sans réfléchir ? Il esquissa un énième sourire lorsqu'elle parla de personnes ingérables, avant de prendre une expression pleine de réflexion lorsque l'avocate lui demanda ce qu'il aurait fait s'il avait été au courant. Après quelques secondes de silence, Renan haussa les épaules.

« Pour être honnête... je ne sais pas trop. Je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas quelqu’un de très doué pour planifier les choses. J'ai tendance à agir à l'instinct en fait. » C'était plutôt tout le contraire. « Je crois que tout dépendrait de ce que ce serait ce travail. Si c'était quelque chose de dangereux, j'aurais certainement cherché à me renseigner pour savoir ce qu'elle risquait, voir si ses collègues étaient là pour la soutenir. Peut-être même appeler le FBI en soutien pour être certain qu'elle n'allait pas se mettre dans les ennuis jusqu'au cou. » Le ton était plein de plaisanterie, mais il enchaîna plus sérieusement. « Je ne sais pas comment j'aurais agi, mais je sais que j'aurais fait ce que je pouvais pour qu'elle soit en sécurité. Enfin... à mon niveau ce n'était pas grand-chose, ce n'est pas comme les moyens que vous avez de votre côté. »

Un laveur de vitres n'avait, effectivement, pas grand-chose à offrir pour assurer la sécurité de son épouse qui avait tendance à se mettre dans les ennuis dès qu'elle en avait l'occasion. Les explications qu'il venait de fournir ne plaidaient pas forcément en sa faveur, mais ce que Renan cherchait dans cette discussion, c'était que Charlie finisse par le voir comme quelqu'un d'humain et de sensible. Si elle comprenait qu'il souhaitait simplement le bonheur de son ex-femme, peut-être qu'elle daignerait lui confier quelques-unes de ses pensées ? Après tout, il n'était plus rien pour son ancienne épouse aujourd'hui et il ne risquait plus de lui mettre des bâtons dans les roues. C'est donc d'un ton léger qu'il poursuivit sa tentative d'approche.

« Mais vous avez raison. Kailee était une femme bornée. J'imagine que ça n'a pas dû changer depuis le temps, les gens comme elle restent toujours les mêmes. C'est pour ça que c'est une bonne chose qu'elle puisse tout reprendre à zéro. » Il disait ça d'un ton assuré. « Vous avez l'air d'avoir une manière d'agir tout à fait compatible avec ce type de... comportements ? Je ne sais pas comment qualifier ça. » Il haussa les épaules. « Vous parlez de personnes ingérables, vous en fréquentez tellement que ça pour parler d'expérience, ou vous généralisez ? » Comme c'était une question qui suivait la prochaine, il enchaîna directement. « Parfois je me dis que pour convaincre les personnes bornées de quelque chose, il vaut mieux être un ami voire un étranger. La famille a toujours plus de mal à se faire entendre. D'ailleurs la personne dont vous parliez avant, c'est un ami ? »

Le ton restait léger, montrant qu'il ne demandait pas ça par curiosité malsaine, mais simplement parce que c'était une suite logique de leur discussion actuelle.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein





Le trop de confiance attire le danger ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Un jugement trop prompt est souvent sans justice ▬ Charlie
» Le palais Sans-souci en Danger
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-