AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Un train peut en cacher un autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 12 Jan - 22:20 Message | (#)

Megastar ! Vous êtes le héros du jour, qu’est-ce que ça vous fait ?
Megastar ! Qu’avez-vous ressenti en voyant ce wagon sur le point de tomber ?
Megastar ! Avez-vous quelque chose à déclarer aux familles ?
Qui doit-on blâmer dans cette histoire ?
Qu’est-ce que ?
Comment vous ?
Pourquoi ?

** Sortez-moi de là. Sortez-moi de là. **

••••••••••
Le matin, 9h58

Christopher aimait se retrouver un peu seul, de temps en temps. Il quitta Star High avec son vélo, prenant le métro pour aller aussi loin qu’il pouvait, avant de s’embarquer dans les alentours boisés de la ville. Star City… Tant de vie, d’opportunités, mais surtout, tant de monde. La notoriété n’aidait pas à la discrétion, alors il s’éloignait, il allait se ressourcer. Et il pensait à Jace, à qui il aurait pu proposer de l’accompagner… Mais il secouait la tête, chassant le visage de son meilleur ami… Souvent, il longeait les voies ferrées, empruntait même le pont qui enjambait le fleuve, quand il était sûr qu’aucun train ne passerait.

Mais ce matin, il y eut un problème. Pour une raison encore inconnue, un train dérailla. Une vitesse un peu excessive, peut-être. Chris l’avait laissé passer, prêt à s’engouffrer à sa suite sur le pont, quand un des wagons du milieu quitta les rails, pour se mettre en travers. Le convoi poursuivit un moment sa course, entraînant le wagon, séparé des autres, vers le précipice. Quand enfin le train s’arrêta, le wagon était à moitié dans le vide, sur le point de basculer. Chris n’hésita pas une seule seconde. Il se concentra, et le MEGAS l’enveloppa tout entier.

Megastar prit une impulsion et s’éleva dans les airs, en direction du wagon. Il devait y avoir une bonne cinquantaine de personnes à l’intérieur. Et la voiture bascula. Le super-héros prit de la vitesse et descendit en piqué vers la rivière, avant de remonter, les bras tendus. Il espérait être assez fort pour retenir la chute, mais surtout, remettre le wagon sur le pont. La vitesse l’y aida. Il lui fallut quelques minutes sans relâcher ses efforts pour enfin mettre tout le monde à l’abri, loin du vide. Éreinté, il ne vit même pas arriver les hélicoptères, puis les ambulances.

••••••••••
Conférence de presse, 15h02

On raconte que vous avez perdu connaissance. Trop gros efforts ?
Certains pensent que ce serait un acte criminel, quel est votre sentiment ?
N’était-ce qu’un heureux hasard pour les citoyens que vous avez sauvés ?
Quand ?
… Megastar…
Blablabla…



ASSEZ !

Tendu à l’extrême, Christopher avait fini par lâcher. Son regard s’était plusieurs fois posé sur Jace, qui se trouvait parmi l’assemblée de vautours. De journalistes. Mais rien n’y avait fait, la présence de son ami, réconfortante au début, n’avait pas suffi. La pression était bien trop forte. Il avait donc crié, avant de partir en courant, pour se réfugier dans les toilettes les plus proches. Les journalistes qui avaient tenté de le suivre furent arrêtés par la sécurité. Et pour la plupart, ils se tournèrent vers Thunder, lui posant des questions sur la soudaine fuite de Megastar.

Christopher, appuyé sur un lavabo, n’osait même pas regarder dans le miroir. Il sentait les larmes couler le long de ses joues. Il sentait la sueur imbiber ses vêtements. Quand enfin il leva les yeux, la vision était presque apocalyptique. La seconde suivante, il était agenouillé devant une cuvette de toilettes, déversant le peu que son estomac contenait. Parce qu’il avait été incapable de manger quoi que ce soit depuis le sauvetage.

••••••••••
Le jour même, à la radio

Tout d’abord, commençons par cet incroyable sauvetage, ce matin, vers 10h, sur la ligne Star City-Philadelphie. Un train, contenant pas moins de quatre-cents passagers a déraillé sur le pont enjambant la Wading. Si les blessés se comptent par dizaines, on ne déplore aucune victime, et ce grâce à l’intervention héroïque de Megastar, le jeune super de la Légion des Étoiles.

… courage exceptionnel, volonté de fer, réactivité, toutes ces qualités ont été primordiales pour empêcher la catastrophe de devenir un drame…

Megastar, héros du jour. Le…

En rentrant au campus, Chris s’était effondré comme une masse sur son lit, après avoir réglé son radio-réveil… Radio-réveil qui se prit une claque monstre et s’écrasa au sol, interrompant le flot de paroles continu, toutes ces histoires de Megastar… Jace était alors arrivé, lui avait parlé d’une conférence de presse, et l’avait installé devant un bon steak. Sauf que Christopher n’avait rien mangé, son estomac se nouant peu à peu à mesure que son ami lui disait ce qui allait se passer à dix-huit heures à la Tour de Paix, et ce qu’il allait devoir répondre.

••••••••••
Les toilettes, 15h09

C’est une putain de catastrophe… fit le jeune homme, en s’adossant à la paroi de la cabine dans laquelle il était.

Il s’en voulait énormément de se mettre dans des états pareils. Il aurait dû être fort, assumer ces actes devant la presse, mais il avait juste paniqué et agi en lâche. Mais c’était plus fort que lui. Noyé sous les questions incessantes, il avait coulé à pic. Impossible de parler. Impossible de se raccrocher à Jace. Jace… Il entendit la porte s’ouvrir et se refermer, et jeta un œil, puisqu’il n’avait pas pris le temps de fermer la cabine. Et c’était bien Jace. Il se releva immédiatement, tâcha de se recoiffer un peu, pour donner le change, mais il n’aurait trompé personne. Alors, il baissa les yeux et garda le silence.

Il avait honte.


Dernière édition par Christopher Peck le Lun 13 Jan - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 12 Jan - 22:53 Message | (#)

— Naturellement qu’il est un peu fatigué.

Jace adressa un sourire tranquille aux caméras braqués sur lui. Les mains croisés dans le dos, bien campé sur ses deux pieds, photogénique comme à son habitude, le jeune homme était le candidat parfait pour les conférences de presse et, au fil des mois à la tête de la Team Alpha, il en avait appris tout l’art.

— Cette aventure a été éprouvante pour lui. Elle l’aurait été pour n’importe qui. Mais il a écouté son instinct et sa morale plutôt que de s’inquiéter des conséquences : c’est ce qui fait de lui un héros, non ses pouvoirs. Lui et tous les citoyens qui décident de venir en secours à leur semblable. Bien sûr c’est éprouvant. Et c’est ce qui rend ces actions remarquables et précieuses.

De réponse en réponse, Jace fit dévier les questions les plus indiscrètes jusqu’à des problèmes généraux et de grands principes. Il avait fini par enrober la suite de la conférence de presse dans des considérations passe-partout dont les journaux étaient toujours friands. S’il évitait en général de recourir à ce fonds trop usé des héros en mal d’inspiration, il ne se souciait guère que de se défaire le plus tôt possible des journalistes et il n’avait aucune envie de se lancer dans une quelconque entreprise pédagogique. Tout ce qui l’intéressait, c’était Christopher, qui devait en train de faire une crise de spasmophilie dans les toilettes, tel qu’il le connaissait.

Il faut dire que Jace se sentait particulièrement coupable. Il avait poussé son ami à accepter cette conférence de presse, persuadé que le jeune homme était enfin prêt à assumer son rôle de super-héros seul, en public, sans se ranger derrière lui et l’image de la Team Alpha. C’était une nouvelle étape et, sur le moment, il avait eu toute confiance. Il se reprochait désormais d’avoir précipité les choses et traumatisé un peu plus Megastar. Sans doute avait-il été beaucoup trop préoccupé par ses propres problèmes, négligeables évidemment à ses yeux au regard de ceux de son ami, pour s’intéresser de près aux difficultés du jeune homme.

Les journalistes finirent par se disperser et Jace sortit dans le couloir. Il avait déjà son téléphone en main, espérant que Christopher répondrait à son appel, mais il croisa une Légionnaire qui lui indiqua que son ami s’était enfui, tout chamboulé, jusqu’aux toilettes les plus proches. Le blond rangea dans son appareil et allongea le pas pour finalement débarquer dans les toilettes déserts, aux étages inférieurs et publics de la Tour de la Paix. Son regard se posa sur Christopher et son cœur se serra aussitôt.

Mais il lui fit son plus beau sourire.

— Et tu t’es pas mal débrouillé, mec ! Ils étaient relous sur la fin, et t’as craqué, franchement, j’te comprends, n’importe qui aurait fait pareil.

N’importe qui mais pas lui.

— Mais au début, t’as bien géré, sérieux. Pour une première fois, c’était classe.

Jace s’était rapproché de son ami et il passa un bras autour de ses épaules.

— Allez, viens, on monte chez moi, on va pas rester ici.

Il l’entraîna hors des toilettes, avant de retirer son bras et de le guider jusqu’à l’ascenseur. Les adolescents dépassèrent bientôt les étages publics pour continuer à monter, encore et encore, jusqu’au sommet de la Tour de la Paix et aux appartements du Commander et de sa famille, que Megastar devait avoir fini par bien connaître, à force de fréquenter Jace. Le fils du Commander posa la main sur la plaque de reconnaissance digitale et la porte d’entrée s’ouvrit. Quelques minutes plus tard, Jace était assis sur le rebord de la baignoire, dans la salle de bain attenante à sa chambre, après avoir fourni brosse à dents et dentifrice à Christopher.

Une chemise propre attendait le jeune homme sur le panier à linge. Lorsque Megastar eût fini de se laver les dents, Jace le fixa d’un air absent, avant de murmurer :

— Euh ouais, attends, j’te laisse te changer.

Alors qu’ils avaient toujours partagé des vestiaires, depuis quelques semaines, Thunder était devenu inexplicablement pudique en la présence de son meilleur ami. Il se leva et sortit, en fermant la porte de la salle de bain derrière lui. Puis il se laissa tomber dans le fauteuil de son bureau, sortit son téléphone et vérifia sur Twitter, chez les journalistes qu’il suivait, si les premiers commentaires de la conférence de presse étaient positifs.

Certains soulignaient l’angoisse du jeune héros, mais dans l’ensemble, la catastrophe était évitée. Jace poussa un soupir de soulagement et posa l’appareil sur le bureau, avant de se passer une main dans les cheveux. Il allait à présent devoir remonter le moral de son ami : il savait très bien qu’une haleine fraiche et une chemise propre n’y suffiraient pas. Il fallait aussi parvenir à lui faire avaler un morceau. Deux missions héroïques particulièrement ardues. Quand Megastar refit son apparition, Jace reprit son sourire tout naturellement et proposa :

— On s’fait une partie d’console ? Ou sinon, y a le DM de maths…

Pure diversion : cela faisait bien des semaines que Jace était capable de faire ses devoirs de mathématiques tout seul et qu’il n’avait vraiment plus les mêmes devoirs de mathématiques que Megastar. Le jeune homme faisait cependant perdurer la tradition, parce que Christopher avait toujours été celui qui l’aidait à travailler et qu’il avait peur, effroyablement peur, de changer certaines choses.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 13 Jan - 0:21 Message | (#)

Jace se montra égal à lui-même dans ce genre de situation : enthousiaste, cherchant les bons côtés, même si Christopher était parfaitement conscient qu’il n’y en avait pas. Si au début il avait tenté de répondre aux questions, il avait très vite compris que non seulement il ne pourrait rien dire, mais qu’en plus, ça allait le rendre fou. Pour une première fois, ce n’était pas la classe. Même la Guerre de Sécession apparaissait comme une promenade de santé à côté… Chris frissonna un peu quand Jace lui passa un bras autour des épaules. C’était un contact réconfortant. Plus que les mots.

Il se laissa conduire dans les couloirs, puis l’ascenseur, jusqu’aux appartements des Roberts. Il connaissait l’endroit par cœur, pour l’avoir de nombreuses fois fréquenté au cours des derniers mois. Le logement était désert, ce qui n’était pas plus mal, Chris n’avait aucune envie de croiser quelqu’un. Dans la salle de bain, il posa de nouveau le regard sur son reflet. La brosse à dents dans une main, le dentifrice dans l’autre, il se disait qu’il aurait mieux valu le passer au karcher. Après un soupir, il entreprit de s’enlever cet horrible goût de vomi et de le masquer par une agréable odeur de menthe.

Quand il eut terminé, il vit Jace sortir… Depuis quelques temps, les deux amis qui fréquentaient les mêmes vestiaires, s’étaient plusieurs fois vus en sous-vêtements, voilà qu’à présent ils n’osaient même plus être dans la même pièce, même s’ils n’étaient que torse nu… Christopher retira sa chemise, trempée de sueur et quelque peu tachée, s’en servit pour s’essuyer un peu, avant d’enfiler la propre, gentiment prêtée par Jace. Il resta encore un moment dans la salle de bain, histoire de retrouver l’état d’esprit qui l’animait quand il était avec son meilleur ami.

Qu’il trouva dans son bureau, installé sur son fauteuil. Sans attendre, le fils du Commander proposa deux activités destinées à changer les idées du naufragé : console ou maths. Les jeux vidéo, ça pouvait défouler, mais il aurait sans doute les mains un peu trop tremblantes pour être réellement efficace. Et le devoir, il savait très bien qu’il n’était plus aussi utile qu’avant, puisque Jace n’avait plus besoin de lui. Mais ça restait de belles tentatives.

Le… Je l’ai déjà fait, le DM… Je savais que tu pourrais le faire sans moi, j’ai pris un peu d’avance.

Chris avait parlé depuis l’encadrement de la porte. Il entra dans la pièce et reprit :

Et je me sens pas trop de jouer…

Il avait contourné le bureau et se posa contre le bord. Il aimait bien cette pièce. Elle ressemblait beaucoup à Thunder…

Merci pour tout ça… et de supporter un cas comme moi. Sérieux, comment tu fais ? Mets-moi devant des gens, je deviens une bombe à retardement…

Il fit un geste pour désigner l’extérieur, là où étaient les gens, les journalistes. Les rares fois où il avait affronté la presse, Jace était toujours devant, à répondre aux questions, et il faisait ça si bien que personne ne pensait à se tourner vers son acolyte, juste derrière. Megastar n’en était pas à se dire qu’il aurait hésité à sauver les gens lors de l’accident du train pour éviter les interviews, mais le faire seul avait quand même eu cet inconvénient de taille : c’était tout aussi seul qu’il avait été jeté dans l’arène.

Je veux pas que tu t’en veuilles, pour ce qui s’est passé, t’as essayé, et si j’avais vraiment pas voulu, j’aurais dit non. J’ai juste pensé que ça pouvait passer, cette fois. Mais c’était juste une belle connerie…

Il tâchait de parler avec le sourire, même s’il était crispé. Son regard balaya la pièce, et revint sur Jace. Et il se rendit compte de la proximité entre eux. Il se leva, pour retourner vers la porte.

Par contre, j’ai la dalle… Tu m’offres un truc à manger ? Ou alors on commande. Mais là, franchement, j’ai pas bouffé depuis ce matin, et…

Et j’ai rendu ce que mon estomac avait gardé de mon petit-déjeuner. Chris termina sa phrase par un vague geste fataliste, avant de se diriger vers la cuisine. Il s’installa sur la première chaise qu’il rencontra et se rendit compte que ça faisait du bien de s’asseoir. Il avait un peu l’impression d’avoir pris une cuite, mais sans avoir bu une seule goutte d’alcool.

… ce truc… ça doit passer à la télé, nan ? Y avait des caméras… et partout à la radio… et sur le net…

La panique refaisait son apparition. Megastar plongea la main dans sa poche et en sortit son téléphone, avant de… le lâcher. Heureusement, l’appareil était protégé et en avait vu d’autre. Il ne prit même pas la peine de le ramasser et se prit la tête à deux mains.

Je vais être la risée du pays… et tous les gamins, ils vont voir leur héros en train craquer son slip à la télé… et ma frangine, tu vas voir, la honte à l’école, pour elle…

Chris se leva pour se placer face à Jace, et lui mit d’abord les mains sur les épaules.

Putain, pourquoi je fais ça ? Je fais le boulet, là…

Et il attira son ami contre lui. Encore une fois, le contact lui faisait un bien fou, l’apaisait. Il espérait que le blondinet ne soit pas trop mal à l’aise, au point de le repousser. Encore quelques instants…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 13 Jan - 10:02 Message | (#)

Pas découragé par les premiers refus de son ami, Jace avait encore une liste de 63 activités — établie la seconde précédente — à lui proposer, pour le distraire. La dernière impliquait un voyage surprise au Canada qui risquait d’être un peu compliqué à organiser, mais s’il fallait ça pour redonner le sourire à Christopher, Jace était prêt à leur fabriquer de nouveaux passeports sous Photoshop. Il pivota sur son siège pour suivre le déplacement de Megastar jusqu’à son bureau et haussa les épaules quand le jeune homme exprima sa perplexité devant ses propres réactions.

— Y a plein d’gens qu’aiment pas parler à la presse. Genre, mon père, par exemple, il déteste ça.

Et l’on faisait difficilement plus héroïque que le Commander de la Légion des Étoiles.

— Avec le temps, il a appris à s’y faire, quand c’était strictement nécessaire. Mais bon, tu t’en doutes, au début, c’était pas facile.

Supposait-il, parce qu’en vérité, il ne savait pas grand-chose des débuts médiatiques de son père. Ce qu’il savait, c’était que le communicant de la famille et plus largement de la Team Alpha, c’était lui. Ni Christopher ni Qaletaqa n’appréciaient d’être l’objet de toutes les attentions. Lui, il en avait besoin. En éludant la question de sa propre culpabilité, qu’il estimait bien réelle, Jace hocha la tête et se leva, pour accompagner Christopher à la cuisine et ouvrir tous les placards, tandis que la cuisinière électrique s’allumait toute seule.

— J’te fais des pâtes, hein ? Avec une sauce, doit y avoir des sauces. Au moins, ce s’ra rapide.

Cuisiner, il aimait bien cela, mais il n’était pas encore très doué et, en général, ça lui prenait un temps fou. Il n’avait pas envie que Christopher le voit se débattre avec une recette en attendant le moment où il pourrait enfin manger. Alors il allait au plus efficace : l’eau fut bientôt versée dans une casserole, sur la plaque et, en attendant l’ébullition, Thunder se retourna vers son coéquipier. Il avait espéré que l’appât de la nourriture serait assez fort, mais encore une fois, il avait sous-estimé l’anxiété de son ami.

Thunder ouvrit la bouche pour tenter d’en placer une dans le flot nerveux de lamentations, mais difficile de calmer un Megastar qui s’imaginait déjà tout Star City réunie pour lui jeter des tomates pourries à la figure en l’imitant devant les caméras. Sans qu’il sût vraiment ce qui se passait, Jace se retrouva dans les bras de son ami. Après un instant de crispation instinctive, il l’entoura des siens, parce que Christopher en avait besoin et, au fond de lui, parce qu’il en avait envie. C’était une excellente excuse. Une occasion à ne pas manquer.

D’une main, il caressait le haut de son dos. De l’autre, placée au creux de ses reins, il le tenait contre lui. Il le savait bien : c’était les mêmes gestes qu’il avait eues avec Loïs, à la belle époque. Au bout de quelques secondes, il se détacha un peu et la main qu’il avait posée au bas du dos de son ami vint se poser sur sa joue.

— Tu sais…

Blop blop blop.

— Faut qu’j’verse les pâtes…

Le jeune homme se détacha un peu brusquement de son coéquipier pour attraper un paquet de pâtes et le verser d’une main peut-être un peu tremblante dans l’eau en ébullition, puis il se mit à fouiller dans tous ses placards, avec des gestes désordonnés, histoire de gagner du temps avant de se retourner vers Christopher. Il cherchait une nouvelle casserole, un pot de sauce, de la vaisselle, n’importe quoi pourvu qu’il eût à s’occuper. Pendant ce temps-là, quelques étincelles électriques couraient sur sa nuque, sur ses mains, signe immanquable de sa nervosité.

— T’inquiètes pas pour les médias, mec. J’leur ai parlé et tout, déjà, et puis s’il faut, j’ai quelques contacts, j’arrondirai les angles, c’est pas un problème. Ceux qui feront un peu chier, je les menacerai de retirer des exclusivités pour les futures confs et puis voilà. De toute façon, tu sais, les journalistes qu’étaient là, ils étaient tous réglos.

En convoquant la conférence de presse, il les avait triés sur le volet, pour ne pas exposer Christopher à des questions trop personnelles ou trop insistantes. Manifestement, ces précautions n’avaient pas suffi. Après avoir versé la sauce dans une casserole, Jace entreprit de dresser la table. Soudain, alors qu’il allait poser un couteau, son geste fut arrêté en plein vol et, immobile, il se mit à fixer un point indéterminé sur la nappe. Sa pensée avait été brusquement tirée vers un problème de mécanique, pour l’un des petits automates qu’il construisait. Il arrivait désormais souvent que son esprit se déconnectât de quelques secondes de la réalité, pour se plonger dans un problème plus complexe, sans qu’il parvînt à le contrôler.

Cinq longues secondes passèrent puis Jace s’anima à nouveau. D’une voix lointaine, il murmura :

— Désolé.

Et acheva de dresser la table en reprenant un ton plus habituel.

— Tu vas voir, demain, ce sera qu’un mauvais souvenir, et en attendant, ct’aprem, on s’amuse, rien que tous les deux. Ça va être cool, non ? Tu veux du coca ?

Et pendant tout ce temps, pas une seule fois il n’avait regardé Megastar dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 13 Jan - 11:18 Message | (#)

Spoiler:
 

Apprendre que le Commander n’aimait pas parler à la presse, qu’il avait mis du temps à s’y faire et qu’il y avait même été contraint à cause de l’importance de son poste, ça n’était pas pour rassurer Christopher. Si Richard Roberts lui-même, le grand héros, avait du mal avec la presse, comment le jeune homme pouvait-il espérer y arriver un jour ? Il garda ses doutes pour lui, parce qu’il s’était déjà beaucoup plaint d’être un crétin incapable, nul besoin d’en rajouter, Jace avait bien saisi le tableau. Les pâtes, ça calerait, ça serait parfait, mais rien n’était plus efficace pour l’apaiser que ces bras autour de lui.

Ouais, les pâtes, t’as raison, dit-il, quand son ami s’écarta, un peu brusquement, après lui avoir posé une main sur la joue.

Et alors que Thunder s’affairait, il chercha quelque chose pour y porter son attention. Les magnets du frigo, qu’ils connaissaient par cœur, mais qu’il fit semblant de redécouvrir. Inconsciemment, il passa le bout de ses doigts sur la joue que venait de toucher Jace… Pourquoi est-ce qu’il avait aimé ça ? C’est juste un contact, comme ça… Et si son meilleur ami ne le regardait pas tout en s’occupant et en parlant, la réciproque était également vérifiée. Chris écoutait, et fut enfin rassuré par plus que des gestes : les paroles firent également leur effet. Parce que Jace allait s’occuper des journalistes, et tout allait rentrer dans l’ordre.

Megastar détacha le regard du frigo et alla vers la table, histoire d’aider un peu. Son ami, occupé à mettre la table, se figea soudain. Ces petites déconnexions lui arrivaient fréquemment, désormais, et Christopher avait fini par s’y faire. Il attendit simplement que l’esprit quitte ce sur quoi il s’était arrêté et revienne dans le présent. Ce qui arriva après quelques secondes. Il secoua la tête au « désolé », avant d’aller s’intéresser à la sauce, qui commençait à peine à chauffer dans sa casserole.

Ouais, un mauvais souvenir… Faut vraiment que tu m’apprennes comment tu fais, quand même… Mais faut que j’arrête d’y penser. T’as raison, cet aprèm, on s’amuse ! Je gère le coca.

Il se dirigea vers le frigo et revint avec la bouteille. Il vida son verre d’un trait, ce qui lui fit un bien fou. Juste après, ils se retrouvaient tous les deux devant la cuisinière, chacun face à une casserole. Chris ne cuisinait pas particulièrement, pour lui, ça se résumait à ouvrir une boite de quelque chose et mettre ça dans un récipient pour le réchauffer, au feu ou au four à micro-ondes. Là, surveiller une sauce, c’était dans ses compétences. Quand il partait camper, il allumait souvent un petit feu et se faisait sa petite popote pépère, rien de bien compliqué.

Tu sais, je t’en ai même pas parlé, en fait… ce matin, le train… j’ai eu de la chance d’être là au bon moment. Quand j’ai vu le truc partir, je me suis demandé si quelqu’un l’avait pas fait exprès, juste pour me tester…

La coïncidence était grosse, quand même : un train qui déraille devant un héros à même de sauver les passagers, ça ne se voyait pas tous les jours. Mais c’était arrivé.

J’ai pas vraiment réfléchi, à comment j’allais faire, c’était par instinct, je savais que j’allais pas réussir à soulever le wagon, je suis pas assez fort… Cinq-cents kilos, c’est minable à côté du poids de ce truc, surtout avec les passagers…

Le wagon devait bien faire, avec les gens à bord, plusieurs tonnes, voire plusieurs dizaines… Heureusement, il était à moitié sur le pont, ce qui avait facilité le système de levier.

J’ai utilisé ma vitesse, pour pousser, du coup, ça a décuplé, mais j’en ai bavé… J’ai entendu à la radio qu’ils disaient que j’étais tombé dans les vapes, ben c’est pour ça… Mais j’étais obligé, sinon, le truc allait tomber. Et y aurait eu des morts…

Lui qui avait voulu un peu raconter ses exploits en détails en était arrivé à se justifier de s’être presque ruiné la santé en sauvant la vie d’une cinquantaine de personnes. Mais après tout, la vie de Super-héros ne devait pas être de tout repos, parce que sinon, elle ne valait pas la peine d’être vécue. Il fallait juste omettre la partie « notoriété » qui pesait un peu trop. La reconnaissance, oui. La célébrité, non.

La sauce est chaude. C’est cuit, de ton côté ? demanda Chris, en portant la petite casserole jusque sur la table.

Puis il s’installa face à son assiette, attendant d’être servi. Après tout, il était celui qui avait besoin de réconfort, alors il en profitait. Avoir Jace pour s’occuper de lui, lui tout seul, c’était un plaisir pas si rare que ça, mais dont chaque seconde comptait. Quand il eut dans son assiette pâtes et sauce, il enfourna une première bouchée, peut-être un peu grosse, et prit bien le temps de mâcher puis d’avaler avant de parler.

C’est top. Pas besoin de faire des trucs trop compliqués, la simplicité, ça marche très bien aussi. Merci.

Et tout en plongeant sa fourchette dans les pâtes, il demanda :

Tu proposes quoi, cet aprèm ? Me faut un truc pas trop calme. Choisis, je te fais confiance. T’as toujours été doué pour me sortir de mon cafard.

Tout comme lui-même était prêt à tout pour aider Jace quand son ami en avait besoin. Ce qui arrivait de temps et temps, de plus en plus souvent depuis que le fils du Commander s’était découvert des capacités intellectuelles insoupçonnées…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 13 Jan - 12:38 Message | (#)

Avec une attention quasi religieuse, Jace fixait les pâtes et il fallut les suppositions de son ami pour lui faire oublier sa gêne toute personnelle et se concentrer sur le problème qu’il n’avait jamais vu sous cette angle. Le jeune homme jeta un regard à Christopher. C’était vrai, ça. Et si quelqu’un l’avait fait exprès ? Avec Megastar, les hypothèses, somme toute, ne manquaient pas : un ennemi de la Légion désireux de bien doser ses forces avant de s’affronter à la Team Alpha, un ancien adversaire du jeune héros qui avait voulu prendre sa revanche ou une nouvelle escouade extraterrestre venue contrôler l’évolution du MEGAS, après son hybridation avec un être humain. Autant de personnes qui eussent mérité une bonne décharge électrique.

Thunder se promit de se pencher sur la question, mais plus tard. Tiré Christopher d’un traumatisme médiatique pour le jeter dans un traumatisme héroïque, ce n’était pas une stratégie très engageante et pour l’heure, il fallait souligner tout ce que le jeune homme avait fait de bien. C’était d’ailleurs la spécialité du leader de la Team que d’insister en permanence sur les mérites de ses coéquipiers, pour balayer chez eux les doutes qu’une découverte de l’existence héroïque suscitait inévitablement. Il posa donc la main sur l’épaule de son ami et déclara avec assurance :

— Tu t’es super bien débrouillé, Chris, et ces gens te doivent une fière chandelle. T’as utilisé ton cerveau pour bien utiliser tes pouvoirs, et tu sais qu’c’est important. T’es vraiment de plus en plus doué sur le terrain. J’suis fier de toi.

Cette fois-ci, Jace ne passait pas du baume en redorant une réalité un peu difficile, comme lors de son diagnostic après la conférence de presse : Megastar était bel et bien un héros d’exception dont la principale qualité était d’utiliser ses compétences avec intelligence et pondération. Quand même il ne l’eût pas apprécié autant qu’il le faisait, Jace eût été heureux de le savoir dans son équipe. Il comptait sur lui et il était persuadé que tous les autres membres de la Team faisaient de même.

— C’est prêt. Laisse, installe toi, j’m’en occupe.

Armé de ses casseroles, Jace les déposa sur la table et versa une généreuse portion à Christopher, avant de s’en servir un tout petit peu. Il n’avait pas vraiment faim, parce que lui avait réussi à manger au déjeuner, mais il l’accompagnait pour ne pas lui donner l’impression de le fixer alors qu’il mangeait — c’était toujours un peu désagréable. Malgré tout, il ne pouvait s’empêcher de le regarder et de sourire, en le voyant engouffrer ses pâtes de bon appétit.

— On va faire du kart ? Du vrai, hein, pas sur la console. Y a un circuit couvert pas trop loin, j’crois.

Jace se balança en arrière, sur sa chaise, dans un équilibre périlleux pour attraper son téléphone, et il se mit à pianoter pour retrouver l’adresse.

— C’est sympa. J’regarde si c’t’ouvert le dimanche.

Il finit par hocher la tête et reposa l’appareil sur la table, à côté de lui.

— C’est bon. On fait ça, c’est moi qui invite. Après, j’sais pas, on verra. On ira ptêt au ciné. Ou alors, j’te ramène chez toi et je te mets au lit, parce qu’avec tous tes efforts, là, puis le stress, tu vas avoir besoin de te reposer.

Jace pointa sa fourchette vers Christopher.

— Et on proteste pas ! Ordre du docteur.

Un sourire un peu triste se dessina sur les lèvres du blond.

— ‘Fin, j’suis pas docteur, pas encore, mais c’est pas comme si c’était très compliqué, hein…

Le nombre de carrières qui s’offrait à lui avait augmenté considérablement depuis que le monde lui était devenu beaucoup plus facilement compréhensible mais Jace n’en paraissait pas vraiment enthousiasmé. À chaque fois qu’il évoquait un avenir brillant dans un métier respecté, chercheur, physicien, médecin, informaticien du génie, c’était avec une ironie amère qui n’annonçait rien de bon. Ce jour-là comme souvent, il balaya cette remarque en passant aussitôt à autre chose.

— Puis j’suis sûr que tu te nourris n’importe comment, aussi. Si ça t’épuise de faire des efforts, va falloir revoir ton plan nutritionnel.

Jace avait déjà imposé ses calculs de calories et de protéines à Qaletaqa et maintenant que tout cela était devenu limpide et intuitif pour lui, il comptait bien s’improviser diététicien en chef de la Team Alpha. Tous ces jeunes héros athlétiques en pleine croissance avaient besoin que quelqu’un prît leur alimentation en main. Cela dit, en l’occurrence, Jace plaisantait à moitié et ce fut avec un sourire entendu qu’il menaça :

— J’devrais peut-être te priver de coca, d’ailleurs, les sucres rapides, c’est pas très bon.

En fait, c’était très inspirant et il poursuivit sur sa lancée, les deux coudes sur la table.

— Puis j’t’aurais bien proposé un Mars glacé en dessert, mais ma mère a des yaourts blancs au bifidus actif, là, c’est ptêtre mieux pour toi. Tu sais, y a la pub, là, où ils disent que c’est bon pour le stress.

Il s’appuya sur le dossier de sa chaise, alors que son sourire s’élargissait encore.

— Ouais, et puis j’vais t’inscrire à des cours de yoga ! J’te vois bien faire le Lotus et tout. Pour ton anniversaire, je t’achèterai un jardin zen miniature, ce sera mieux qu’un jeu vidéo.

Le yoga, il pratiquait intensément lui-même, en vérité : question de souplesse, essentielle pour les arts martiaux. Mais il essayait de brosser un tableau aussi peu engageant que possible à Christopher. Taquiner son ami était une source inépuisable de satisfaction.

— De toute façon, les jeux vidéos, ça stresse, c’est bien connu. Tu devrais te mettre à la peinture sur soie. Très relaxant la peinture sur soie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 13 Jan - 23:23 Message | (#)

Les compliments de Jace, après ses tentatives un peu manquées de rassurer Chris, s’avérèrent bien plus efficaces. Parce que, pour le coup, ce dernier était bien plus à même de juger de ses actes quand il savait qu’ils avaient été plutôt héroïques. Dire « tu t’es bien débrouillé » à quelqu’un qui avait manqué de se pisser dessus en public, c’était difficile à croire. Alors que « tu es de plus en plus doué sur le terrain », ça se basait sur du concret. Et le « je suis fier de toi » acheva de laisser un sourire sur le visage de Christopher. Qui s’attaqua donc à ses pâtes, alors que son ami l’accompagnait avec une quantité moindre.

Megastar acquiesça à l’idée du kart, et ne protesta pas quand son « docteur » lui dit qu’il invitait. Et après, au lit ! Comment ça, au lit ? Mais la perspective d’être bordé par Jace fit qu’il pouvait bien s’accommoder de cet ordre-là… Puis Thunder, de façon assez soudaine, parut alors un peu triste, et la raison en fut évidente : il se posait trop de questions sur son avenir depuis qu’il savait que de très nombreuses portes s’ouvraient. Certains désespéraient de ne jamais trouver leur voie faute de diplômes ou de compétences. D’autres parce qu’ils ne savaient pas quoi choisir entre les grandes professions désormais accessibles…

Hey, le principal, c’est que tu fasses que tu as envie de faire. Pas juste ce que tu peux faire, lui rétorqua Chris en pointant sa fourchette en retour.

Et alors qu’il se lançait dans les dernières bouchées, il eut droit à une remarque sur sa façon de manger. Privé de coca, condamné à manger des yaourts au bifidus, il n’était pas certain d’avoir encore envie d’être sous les ordres de Jace. Et du yoga. Et de la peinture sur soie. Tout un programme extrêmement palpitant que Chris avait hâte de… ne pas essayer. Le yoga, peut-être, lui servirait, ne serait-ce que pour réussir à se contrôler un peu en cas de montée de stress.

Je suis pas non plus accro aux jeux vidéo. Ok, ça stresse, mais ça défoule, aussi. Mais franchement, le yoga, je tenterais bien. J’imagine que ça aurait pu me servir, tout à l’heure, devant les… enfin, tu vois, quoi.

Christopher avala sa dernière fourchetée de pâtes et vida son verre d’un trait. Avant, en conséquence, de lâcher un énorme rot.

Wow, j’suis désolé, il est parti tout seul, celui-là ! s’exclama-t-il, en riant.

Un grand gamin. Signe que ça allait vraiment mieux, en fait. Il avait balayé lui-même les pensées qui s’étaient tournées vers la conférence de presse, et se concentrait à présent sur la suite. Dès qu’il fut calmé, il se leva pour débarrasser.

Si le kart m’a crevé, je veux pas désobéir au docteur, mais franchement, j’ai besoin de bouger, là, pas d’aller me coucher, dit-il, en remplissant le lave-vaisselle.

Puis il se mit en position de boxeur et mit une petite droite, légère, dans l’épaule de Jace.

Alors, on y va ? Prêt à te prendre la branlée de ta vie à la course ?

Il se remit bien droit, avant de désigner la chemise qu’il portait.

Je te rends ça vite. La prochaine fois. Et faut pas que j’oublie la mienne !

Chris disparut, pour se rendre dans la salle de bain, où il avait laissé sa propre chemise, en boule dans un coin. Mieux valait ne pas la laisser traîner, il préférait que Jace n’ait pas à subir de remontrance de la part de sa mère à cause de lui. Il revint dans la cuisine, son vêtement à la main.

T’aurais pas un sac, un truc, pour que je transporte ça ? Déjà que j’ai l’air de… ouais, d’avoir pris une putain de cuite, mieux vaut pas en rajouter.

Même s’il avait retrouvé le sourire, ça n’effaçait pas les « restes » de sa crise, les larmes, les vomissements, la sueur. Il aurait juste eu besoin de passer sous la douche, en fait. Mais avant le kart, c’était inutile. Heureusement qu’il porterait un casque, d’ailleurs. Au moins, on ne le reconnaîtrait pa quand il serait sur le circuit.

Bon, on y va ? Tu m’as promis une virée en kart et un ciné, je veux mon après-midi avec toi ! Surtout si après t’es là pour me border…

Il réalisa après le sens de ses paroles, la signification qu’elles pouvaient avoir.

On y va comment, à ton circuit ? À pied ? En taxi ? En métro ? C’est dans un coin fréquenté ? Et y aura du monde ? Ah ben oui, on est dimanche, y aura forcément du monde…

Et la plupart des gens auraient sans doute vu la catastrophe de quinze heures, ce blackout télévisuel qui resterait certainement dans les mémoires. Christopher tourna le dos à Jace, et entreprit de prendre de l’avance sur les cours de yoga, pour ne pas à nouveau céder à la panique. Il s’en voudrait énormément de ruiner les efforts de son ami pour lui remonter le moral en se replongeant dans sa détresse. Respirer. Calme. Kart.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 14 Jan - 11:07 Message | (#)

Jace, faire ce qu’il avait envie de faire ? C’était à peu près comme demander à Christopher de monter un one-man-show pour dans deux mois. La remarque de Megastar demeura sans réponse et Jace préféra s’aventurer sur un terrain qui ne regardait pas son avenir et ses choix personnels. Il redevint un instant sérieux quand son ami parla de yoga et hocha la tête.

— Ça, j’peux t’apprendre, un peu. C’est vrai que c’est utile. Enfin, avec tes pouvoirs, t’en as un peu moins besoin que d’autres, forcément…

Lui avait dû apprendre avant toute chose à se contrôler, pour éviter d’électrocuter son entourage. Les capacités de Christopher lui paraissaient beaucoup plus stables et, de toute façon, en tout beaucoup plus impressionnantes que les siennes — ce qui rendait la fragilité et les incertitudes de son ami d’autant plus touchantes.

— Mais c’est toujours bon. On f’ra ça, un jour.

Sur quoi Christopher fit une démonstration d’élégance, à laquelle Jace se contenta de lever les yeux au ciel avec un sourire — ce n’était pas lui que ça allait choquer. Le repas fut rapidement fini et la table débarrassée ; pendant que Christopher rassemblait ses affaires, Jace remplissait le lave-vaisselle. Quand l’adolescent réapparut, Thunder hocha la tête.

— J’vais prendre un sac à dos, on va la mettre dedans.

Alors qu’il se dirigeait vers sa chambre pour récupérer son sac, il fut arrêté par une marée de questions de plus en plus angoissées. Naïvement, il avait cru les inquiétudes de Christopher dissipées par leur petite conversation et la plâtrée de pâtes, mais il se rendait compte à présent qu’il avait été un peu trop optimiste. Pivotant sur ses talons, Jace fit marche en arrière et vint se planter devant son ami. Les yeux droits dans ceux de Christopher, Jace lui adressa un sourire confiant et posa une main sur son ventre.

— Inspire. Lentement. Voilà. Expire. Lentement. Encore. T’arrêtes pas, mais écoute moi.

Son autre main se posa sur l’épaule du jeune homme.

— On est dimanche. Dimanche, les gens ont autre chose à foutre que de regarder les infos en plein milieu de l’aprem. D’une. De deux, y a probablement des célébrités quelconques qui ont couché ensemble, qui divorcent, qui ont fait un scandale, des gens connus dans le monde entier, pas comme toi et moi. À côté, nous, tout le monde s’en fout. De trois, j’peux t’assurer que les gens sont nazes, mais alors vraiment nazes, pour reconnaître quelqu’un au hasard dans la rue. De quatre, si vraiment y a des gens qui font chier, on s’en fout, on va ailleurs. OK ?

Les mains de Jace quittèrent les vêtements de Christopher.

— J’vais chercher le sac. On prend l’métro.

Quelques minutes plus tard, les deux adolescents étaient collés l’un à l’autre et, à vrai dire, à cinq ou six autres personnes, dans une rame bondée où, en effet, personne ne prêtait attention à eux. Tous les regards étaient gouvernés par de savants calculs dont le but était d’éviter absolument d’observer qui que ce fût d’autres et le trajet n’était scandé que par les musiques qui montaient confusément d’écouteurs trop forts et le nom des stations articulées par une voix inhumaine.

Ils sortirent cinq stations plus loin, et c’était toujours le centre-ville. Remontant à la surface, Jace passa les rues en revue, pendant plusieurs secondes.

— C’est quand même plus facile depuis le ciel, y a pas à dire…

Sa représentation de Star City était d’abord celle d’une carte. Il finit tout de même par trouver la bonne rue et ils purent pénétrer dans le circuit de karts. Comme Christopher l’avait prévu, il y avait du monde. Des jeunes gens, des garçons surtout, de deux ou trois ans plus jeunes qu’eux, principalement. Des groupes qui se connaissaient et se poursuivaient dans les circuits. Jace parcourut d’un œil rapide le tableau des tarifs et sortit quelques billets. Ils purent bientôt s’installer au volant de leurs petits bolides.

Jace n’était pas extrêmement doué. Et pour cause, il n’en avait jamais fait. Il n’avait toujours pas acheté sa voiture. Il travaillait pour Charlie, certes, il faisait des économies, certes, mais ses économies avaient tendance à partir dans autre chose, sans qu’il s’en rendît vraiment compte : des vêtements, des jeux vidéos, son plan d’épargne logement (même si ça, c’était une idée de sa mère, surtout). Depuis peu, les pièces pour les automates, aussi. Ses derniers cours de conduite étaient un peu lointains et, en vivant au centre de Star City d’une part, en sachant voler d’autre part, il n’avait pas beaucoup l’occasion de pratiquer.

Après avoir heurté assez régulièrement les plots qui délimitaient le circuit pendant un petit moment, il trouva tout de même à maîtriser les commandes de son engin. Tout eût été beaucoup plus simple, certes, s’il n’avait pas tenu à se lancer toujours et tout de suite à pleine vitesse. Mais les jeux étaient presque les seuls instants de sa vie où Jace ne se souciait pas d’être le meilleur, de servir à quelque chose, d’endosser des responsabilités. Y être maladroit et perdre, c’était un peu sa manière de décompresser. Voir des gamins de quatorze ans prendre un tour d’avance sur lui, c’était un exutoire.

Après avoir lamentablement perdu sur toute la ligne, il vidait, absolument ravi, une bouteille d’eau à la petite buvette, en attendant que Megastar descendît de son kart, à son tour. Il n’était pas pressé, du reste : il pouvait très bien le regarder tourner pendant des heures. Il était tellement doué, ce Christopher, n’est-ce pas… ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 14 Jan - 15:12 Message | (#)

Jace, alors qu’il se dirigeait vers sa chambre, fit soudain volte-face pour revenir vers son ami. Chris sentit son estomac se nouer au contact de la main sur son ventre. Mais il tâcha de se concentrer sur les mots, non pas sur le toucher… Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. Dimanche, un grand jour, personne ne ferait attention, chacun pensait à se détendre et s’amuser. Et s’ils étaient chiants, il fallait les ignorer. Simplement. Ou aller ailleurs…

Ok… fit Christopher, en regardant s’éloigner Jace.

Si sa respiration était apaisée, il sentait son cœur taper contre sa cage thoracique. Quelques expirations supplémentaires lui permirent d’être un peu plus maître de ses émotions. Et muni du sac à dos dans lequel il avait fourré sa chemise, il suivit son ami dans le métro. Pour un dimanche, c’était bondé. Et étrangement, être collé contre lui semblait beaucoup anodin en étant serré contre d’autres personnes. Les joies des transports en commun… Entre les autres voyageurs, plus intéressés par leur petite vie, en fait, Chris passait totalement inaperçu, et il n’en était pas fâché.

À l’extérieur, il suivit docilement Jace qui avait quelques difficultés à se repérer, mais ils trouvèrent finalement le karting couvert, qui était à cette heure fréquenté par des gamins un peu plus jeunes qu’eux. Et encore une fois, personne ne fit attention à la présence des deux héros. Ce qui était rassurant : l’anonymat était pour Megastar une juste récompense au calvaire qu’il avait vécu moins d’une heure plus tôt. Et une fois au volant de son kart, il oublia tout.

Christopher n’avait jamais fait de karting, il n’avait que très peu eu l’occasion de conduire, mais c’était presque instinctif. Il avait les bons réflexes, évitait les autres véhicules, prenait bien les virages, et à aucun moment il ne toucha les pneus, plots ou balises sur les bords de la piste. Et il s’amusait tellement qu’il ne remarqua pas que Jace avait quitté le circuit pour aller se désaltérer à la buvette. Il finit par l’y rejoindre, un grand sourire aux lèvres, et demanda une petite bouteille d’eau également.

C’était super ! T’as vraiment eu une bonne idée, là ! lança-t-il, avant de boire les trois-quarts de sa bouteille en quelques gorgées. T’as toujours les trucs qu’il faut pour me sortir la tête de mes problèmes, en fait.

Il vida la bouteille, la jeta dans la poubelle la plus proche et reprit :

Merci, ça m’a vraiment fait du bien. Tu parlais d’un ciné, tout à l’heure, on y va ? On est passé devant un truc, pas loin, mais j’ai pas vraiment fait attention aux films qu’ils passaient…

Il envoya une tape dans l’épaule de son ami, récupéra son sac et se dirigea vers la sortie. Il y avait vraiment du monde dans la rue. Les gens profitaient de leur dimanche pour aller se promener ou faire les magasins. Il fallait espérer qu’il n’y aurait pas trop de monde au cinéma. Ce qui n’était pas vraiment le cas. Heureusement, il restait suffisamment de place sur tous les films à l’affiche. Le tout était de trouver lequel aller voir… Finalement, il opta pour le dernier film d’animation de Disney. Pourquoi pas ? Pas trop long, et qui s’annonçait plutôt bien.

Dans la salle, ils eurent la chance de n’être pas trop mal placés. Et après les pubs, le film commença. Christopher le regarda avec des yeux d’enfants, regrettant de ne pas pouvoir partager ce moment avec sa sœur… mais heureux d’être avec Jace. À un moment, lui qui avait gardé les mains posées sur ses genoux depuis le début, en posa une sur l’accoudoir. Ou plutôt, sur celle de Jace, qui occupait déjà la place. Heureusement qu’il faisait noir, parce qu’il rougit en la retirant vivement. Et il ne fit rien de plus jusqu’à ce que les lumières se rallument.

Alors, qu’est-ce que t’en a pensé ? demanda-t-il, en regardant sa montre.

Dix-huit heures trente passées. Quand ils se retrouvèrent dehors, Chris, les mains dans les poches regarda autour de lui, comme si ça allait suffire à lui donner l’inspiration sur la suite du programme. S’il se fiait à ce que Jace avait décidé, il ne lui restait plus qu’à rentrer chez lui et se coucher. Rentrer chez lui, d’ailleurs, n’était pas une mauvaise idée, dans la mesure où il avait absolument besoin de prendre une douche.

C’est pas le tout, mais à moins que tu me proposes un truc sportif, faudrait que je me douche, moi. Je dois pas avoir l’air super beau à voir, ou à sentir… Tu parles d’une compagnie.

Il avait commencé à marcher vers le métro. Qui serait de toute façon le point de départ de quel que soit le trajet qu’ils allaient faire. Sauf si Jace avait une autre idée. Là, Christopher se laissait simplement guider, même s’il avait un peu pris les choses en main concernant le cinéma. Et pas seulement littéralement. Il secoua la tête pour chasser le souvenir de ce bref contact involontaire. Garder l’esprit clair. Jace, c’est ton meilleur ami.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 14 Jan - 17:52 Message | (#)

— Évidmment qu’j’ai toujours les trucs qu’il faut. J’te connais comme si j’t’avais fait.

Heureusement tout de même que Christopher s’en était bien tiré, sans quoi Jace eût été bon pour une nouvelle crise de confiance de la part de son meilleur ami. Mais l’adolescent avait brillé sur le circuit et Thunder ne pouvait qu’être admiratif de ses compétences de pilote. Il le battrait une autre fois, sur la console — peut-être en empêchant l’électricité de se distribuer correctement dans sa manette, maintenant qu’il avait acquis une compréhension intuitive de ce genre d’appareil. Il était très doué pour placer les bananes de Donkey Kong au bon endroit — hélas, on ne lui avait pas fourni de fruits à l’entrée du karting, ce jour-là.

— Ouep, on y va.

Jace avala la fin de sa bouteille d’eau, la compressa et l’envoya d’un lancer parfait dans la poubelle — on était basketteur ou on ne l’était pas. Les deux jeunes gens quittèrent le karting pour prendre le chemin du cinéma.

— J’te laisse choisir le film. ‘Fin, prends pas un truc trop chiant non plus, hein.

Autrement dit, pas une comédie romantique où le même scénario servirait de support aux mêmes bons sentiments moites et aux mêmes plaisanteries éculées. En dehors de cela, Jace n’était pas trop difficile et le choix du dessin animé lui convint parfaitement. Vautré dans son fauteuil, un pied contre celui d’en face, il avait une main presque perpétuellement plongée dans le pot de pop corn gigantesque qu’il avait absolument tenu à prendre et une autre négligemment posée sur l’accoudoir. Il riait quand il fallait et seuls les passages trop sentimentaux étaient accueillis avec un ennui poli.

De temps à autre, il jetait des regards à Christopher, pour s’assurer que tout se passait bien. Tel qu’il le connaissait, le jeune homme était capable de trouver un obscur rapport entre la conférence de presse et le film qu’il était en train de voir et de recommencer à se ronger les sangs. Cette fois-ci, malgré tout, les opérations semblaient se passer comme prévu. Jace reporta son regard sur l’écran. Et manqua de mourir dans son siège lorsque la main de Megastar se posa sur la sienne. C’était un signe ! Non ? Si ? Tétanisé, Jace essayait de ne pas quitter l’écran des yeux. C’était un signe. Non ! Si ?

La main s’envola. Pourquoi ? Parce qu’il n’avait pas réagi à l’invitation. Non ? Si. Ou alors… Jace en oubliait de se bâfrer de pop corn. Cela faisait quelques semaines désormais qu’il se disait que ses sentiments pour Christopher étaient mêlés de… quelque chose d’autre. Depuis longtemps. Il n’en était certes pas à acheter Têtu ni à changer les mots-clés de ses recherches de porno sur Internet, mais il avait de plus en plus de mal à refouler ses envies et ses pensées trop peu innocentes.

Le reste du film fut une torture. Jace guettait chaque mouvement de Christopher et tentait de l’analyser. Il se reprochait de n’avoir jamais lu de magazines féminins. Il y avait sans doute des rubriques comme « Comprendre les hommes » entre « L’épilation de l’été » et « Quel régime choisir ? ». La lumière se ralluma et le pot de pop corn était vide : pour tromper l’angoisse, Jace avait tout mangé. À la question de Christopher, Jace répondit nerveusement :

— De quoi ?

Son regard resta fixé dans celui de son ami pendant deux secondes.

— Ah. Du film. Très bien. Très bien le film. Très… Drôle. Bien. On y va.

Pour se calmer, Jace aplatissait consciencieusement le pot de pop corn jusqu’à trouver une poubelle où le fourrer. Dans la rue, l’anxiété de Jace monta d’un cran. Christopher ne se disait pas beau à voir — est-ce que c’était un signe ? Est-ce qu’il attendait compliment ? Son ex-petite amie avait fait cela, très souvent. Loïs disait : « Je suis mal coiffée ». Et Jace avait fini par comprendre, à la longue, qu’il était censé répondre : « Mais non, tu es très belle comme ça, ma chérie ».

— C’est sûr.

Mince. Mauvaise stratégie. Jace se rattrapa. Enfin, il essaya :

— J’veux dire, c’est sûr que ça te fera du bien.

Seconde tentative.

— J’veux dire, ça te détendra, quoi. Viens, on va chez toi.

Le jeune homme pressa sa carte de transport en commun contre la borne et ils se retrouvèrent bientôt tassés dans un métro encore plus bondé qu’auparavant. Jace n’avait pas vraiment autre chose à quoi se tenir que Christopher et, pour éviter cette utilisation délicate de son ami, il mit à profit tout son sens de l’équilibre. Heureusement qu’il était bien entraîné. Voilà à quoi ça servait, d’être un expert martial : éviter de peloter son meilleur ami dans le métro.

De longues, interminables, nombreuses et angoissantes minutes plus tard, Jace était allongé sur le lit de Megastar et il écoutait l’eau de la douche. C’était une très mauvaise idée. Plus il écoutait l’eau de la douche, plus il s’imaginait Christopher sous la douche. Plus il s’imaginait Christopher sous la douche, moins l’intérêt qu’il portait à son ami était discret — et pas seulement parce que dans la salle des bains, les lumières n’arrêtaient pas de varier en intensité.

Thunder se redressa, s’assit en tailleur, inspira profondément et essaya de penser à autre chose. Un flan, un iceberg, une vieille dame. Une vieille dame cuisinant du flan sur un iceberg. Bonne technique. Il attrapa le premier bouquin qui trainait, le manuel de mathématiques de Christopher et il se mit à tourner les pages. Vite. Très vite. En résolvant les exercices les uns après les autres. Cinq secondes plus tard, Jace ne pensait plus du tout à Megastar, à la douche ni à la savonnette. Il ne pensait plus à grand chose d’autres qu’aux chiffres, aux fonctions, aux sphères de congruence, aux plans et aux coordonnées.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 14 Jan - 19:14 Message | (#)

Jace sembla s’emmêler un peu les pinceaux quant à sa manière de réagir aux propos de Chris. Qui ne chercha pas à comprendre. Ils avaient quelques arrêts pour arriver jusque chez lui, du côté du pont Grant. Un petit deux-pièces généreusement payé par son père, et dont il était donc l’heureux propriétaire, et non locataire. La pièce principale n’était pas très spacieuse et contenait la cuisine. Et la chambre voisine disposait d’une petite salle de bain. Rien de très brillant, mais qui suffisait au confort du jeune homme, d’autant qu’il n’était pas très loin de Star High. Il s’était plusieurs fois demandé s’il ne vaudrait pas la peine de prendre un emploi, plutôt que de vivre sur les versements mensuels paternels… et encore, s’il recevait de l’argent, c’est parce que sa mère l’avait exigé, depuis son lit d’hôpital.

Quand ils arrivèrent, Christopher laissa Jace faire comme chez lui et alla directement dans la salle de bain. La douche lui fit un bien fou. Il resta longuement sous l’eau chaude avant de se rappeler qu’il était peut-être bien, aussi, de se laver. Il remarqua à peine les variations de lumière alors qu’il commençait à se savonner. Ses pensées s’attardèrent inévitablement sur son ami, dans la pièce à côté… Qu’avait-il pensé de cette main posée en toute innocence sur la sienne ? Avait-il cru que c’était volontaire ? Peut-être lui en voulait-il d’être allé aussi loin. Il tripota machinalement l’anneau… Est-ce que Jace se serait intéressé à lui s’il n’avait pas été Megastar ? S’il avait été juste Christopher Peck ? Probablement pas, puisqu’ils ne se seraient jamais rencontrés… Et même par hasard, il y avait peu de chance pour qu’il l’ait regardé.

Chris s’asséna une claque mentale et se rinça, avant d’attraper sa serviette. Quand son regard tomba sur le miroir, il se demanda pourquoi est-ce qu’il l’avait gardé : il allait du sol au plafond. Inévitablement, il se voyait entièrement, et ne pouvait s’empêcher de se juger. Avec un soupir, il se noua la serviette autour de la taille et entreprit, avec une autre plus petite, de se sécher les cheveux. Tout en réalisant que, dans sa précipitation, il n’avait prévu aucun vêtement de rechange. Qu’il allait devoir aller tel quel dans la chambre. Est-ce que Jace serait là ? Sans doute. C’était stupide, ils s’étaient déjà mutuellement vus à moitié nus. Pourquoi se poser des questions ? Il fallait y aller innocemment.

Mettant l’autre serviette autour de son cou, il prit un air dégagé et ouvrit la porte de la salle de bain, pour se diriger directement vers son armoire, sans un regard pour son ami. Il ouvrit une porte, attrapa un boxer propre, une paire de chaussettes, un t-shirt et un jean. Et l’air de rien, l’ensemble sous le bras, il retourna d’où il était venu. Puis il s’assit sur les toilettes fermées, et se prit la tête à deux mains. Jace l’avait forcément regardé passer. Qu’est-ce qu’il avait bien pu penser ? Après avoir poussé un cri muet, il se débarrassa des serviettes et s’habilla en vitesse, se passa un coup de peigne, et retourna dans la chambre. Pour lancer un :

Voilà, tout beau tout propre !

Chargé d’un enthousiasme un peu forcé. Puis il s’approcha du lit pour s’intéresser au bouquin que Thunder avait entre les mains.

Ah, les maths. Ouais, c’est une occupation comme une autre. Mais j’suis sûr qu’on peut trouver un truc mieux. Tu veux prendre ta revanche à la course ? dit-il, en désignant le salon du pouce.

L’un de tout premier virement effectué par son père avait été consacré à l’achat d’un écran plat et d’une console. S’il l’avait regretté au début, parce qu’il s’était lui-même condamné à ne manger que des pâtes, l’arrivée du virement suivant et les jeux vidéo lui avaient vite fait oublier ces regrets. Mais peut-être était-il temps pour lui de se trouver un petit job comme Jace, histoire d’occuper différemment son temps libre et d’être moins dépendant. Il alla donc dans la pièce d’à-côté, alluma la télé et la console et continua jusqu’au coin cuisine pour ouvrir son petit frigo. À part une bouteille de coca, un sachet de salade et une plaquette de beurre, il n’y avait rien. Il prit la bouteille et sortit deux verres, avant d’aller poser le tout sur la table basse. Puis il prit les deux manettes et s’installa dans le canapé.

Tu veux jouer auquel ?

Parce que des jeux de course, il en avait plusieurs. Voitures, formule 1, motos, karts, dans plusieurs environnements, des jeux qu’ils connaissaient tous les deux par cœur, désormais. Et sur lesquels il leur arrivait parfois de débattre pendant qu’ils se disputaient la victoire. Se tourner vers les habitudes, c’était la meilleure chose à faire pour oublier les petites gênes. Avant, ils n’étaient jamais gênés. Avant, ils étaient juste les meilleurs amis. Mais depuis quelques temps, il y avait autre chose. Quelque chose que Christopher refusait de nommer. Il opta pour son véhicule favori, et la course commença.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 14 Jan - 20:20 Message | (#)

Saine activité que les mathématiques, mais les exercices étaient beaucoup trop simplistes pour que Jace y fût tout à fait absorbé et que son regard ne se tournât pas vers Christopher qui venait de faire son apparition. Sans vêtement. Était-ce un signe ? Non ? Si ? Thunder déglutit péniblement. Une vérité venait de le frapper de plein fouet : il aimait son ventre. Il aimait le dessin de ses abdominaux, plus net selon les mouvements et les respirations, la manière dont un peu d’eau avait perlé encore dans son nombril, la confusion sensation d’une chaleur qui battait là.

Alors que Christopher refermait la porte, Jace sentit les larmes lui monter aux yeux, sans qu’il pût s’expliquer. Toute sa vie lui échappait. Il était là, lui, Thunder, à fixer le corps de son meilleur ami en se divertissant avec un manuel de mathématiques. Ce n’était pas ce qu’il voulait, ça n’avait jamais été ce qu’il avait voulu. Il avait rêvé d’une vie simple, d’un esprit simple. Être un héros, au bras d’une fille, ne pas comprendre les explications compliquées, ne jamais se poser de questions, savoir toujours où étaient ses convictions et ses ambitions. Ce qu’il devait faire. Thunder n’aimait pas l’incertitude. C’était trop compliqué, l’incertitude.

Il cligna rapidement des yeux pour ravaler ses larmes, inspira, se recoiffa machinalement et quand Christopher refit son apparition, le sourire du blond n’était pas moins forcé que l’enthousiasme du brun.

— Tu parles que j’veux ma revanche ! Prépare toi à prendre ta pâtée !

Jace se releva du lit avec cette aisance absolument improbable qui trahissait une micro-utilisation de son pouvoir de vol et il emboîta le pas à Megastar pour rejoindre le salon et se laisser tomber dans le canapé. Combien de soirées évidentes avaient-ils passé tous les deux, ici ? Devant un film, devant un jeu vidéo, penchés sur un plan pour la Team Alpha, à discuter des professeurs, des cours, des résultats de telle ou telle ligue sportive. Maintenant, il lui semblait que n’importe laquelle de ces conversations aurait quelque chose de faux et de caché. Quand il prenait la parole, il sentait sa voix un tout petit différente. Juste un tout petit peu mal placé.

— Bah tiens, celui-là, on reste dans la thématique.

Il avait désigné un jeu de kart. Manettes dans les mains, la course commença, puis la suivante et la suivante encore. Assis en tailleur sur le canapé, penché en avant, Jace ne pouvait s’empêcher de bouger légèrement sa manette, comme si c’était un volant, alors qu’il manœuvrait son véhicule virtuel. Il était un peu plus doué aux jeux vidéos qu’il ne l’était avec un véritable kart, mais le résultat n’était pas brillant non plus : ces jeux-là, il n’y jouait qu’avec Christopher, parce que c’était Christopher et son temps libre à lui, pour le peu qu’il en avait, était tout entier occupé par le sport.

Même avec la manette étrangement poussive que Christopher avait entre les mains, Jace trouvait le moyen de perdre. Alors que son petit personnage secouait une nouvelle fois la tête d’un air désolé, l’adolescent s’exclama spontanément :

— ‘Tain, mais c’est pas possible, même en trichant, j’y arrive pas !

Oups. Il tourna les yeux vers Christopher et se fendit de l’un de ses larges sourires.

— Hé, c’est sans pitié, les jeux, mec ! Tu m’connais, j’suis sans foi ni loi. Genre…

Son kart démarra en trombe dans la nouvelle course tandis que celui de Christopher refusait obstinément d’avancer. Et pour cause : la manette ne répondait absolument plus aux commandes. Jace plissa les yeux et, cette fois-ci, le kart de Christopher se retourna et commença le circuit à contresens. Évidemment, celui de Jace faisait des embardées : distribuer les bonnes impulsions électriques dans la manette de son ami lui demandait un peu trop de concentration pour qu’il fût encore capable de contrôler correctement son propre véhicule et, après ce tour de force malhonnête, lorsque la course se finît, ils venaient tous les deux de tomber en fossé et se classaient huitième et septième.

— T’as vu ? J’suis avant toi. Et ça c’est pas d’la chance, tu vois…

Jace posa sa manette et prit un air suffisant, comme un sportif imbus de lui-même qui commenterait ses résultats.

— C’est mon incroyable expérience dans le domaine, une alliance d’intuition et de technicité, de longues heures d’entraînement et un talent inné absolument indéniable, évidemment. Je dirais que mes concurrents se sont bien défendus, mais ma supériorité était trop évidente.

Les imitations avaient toujours fait partie des nombreux talents de Jace. Le jeune homme s’interrompit tout de même pour se pencher, attraper son verre de coca et s’installer à nouveau confortablement dans le canapé.

— Bon, sérieux, vas-y, fais une partie tout seul contre des gens en ligne et moi j’te regarde, j’aime bien ça. Et puis, t’auras plus de challenge. Franchement, j’sais pas comment tu fais : moi, avec les consoles, j’ai deux mains gauches. ‘Fin, droites, en l’occurrence.

Parce qu’il était gaucher. Et il n’y avait pas qu’avec les consoles qu’il était maladroit : son adresse en arts martiaux, en mécanique ou en menuiserie étaient loin de s’étendre à tous les domaines pratiques. La cuisine, les jeux vidéos, la conduite, tout cela, ce n’était pas pour lui. Le verre à la main, il le vida par petites gorgées, en suivant la course de Megastar, qu’il commentait de temps à l’autre de « tention à la carapace » et autres « mais quel connard, lui ».

De temps en temps, il détachait tout de même les yeux de l’écran pour fixer les mains de Christopher sur la manette. Alors celle que son ami avait touchée, au cinéma, frémissait un peu.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 14 Jan - 22:13 Message | (#)

La partie lancée fut une copie quasi-conforme de ce qu’avait donné la course un peu plus tôt. Christopher avait l’impression qu’il était un peu moins bon que d’habitude, mais toujours meilleur que Jace, qui malgré la pratique, n’arrivait toujours pas à la cheville de son ami. Jusqu’à ce qu’il apprenne la raison de ses « difficultés » : la triche ! Du coup, la course suivante fut totalement biaisée par l’intervention de Thunder, qui tout concentré qu’il était à faire aller le kart de Megastar à contresens, ne se préoccupait absolument plus du sien. Du coup, le blond termina devant le brun, évidemment, mais ils occupaient les deux dernières places.

Ouais, j’vais faire ça, les gars en ligne ils trichent pas, eux, au moins ! rétorqua Chris à la proposition de Jace, en lui donnant un petit coup de coude, sur un ton loin du reproche.

Il décida de ne pas faire plus d’une ou deux courses, histoire de ne pas laisser trop longtemps son meilleur ami dans le rôle du spectateur. Il finit par remporter la course, levant les bras, et s’autorisa donc à recommencer. Mais après le premier virage, il eut une étrange sensation, comme un picotement dans la main. Il tâcha de ne pas s’en soucier, concentrer sur la trajectoire de son kart, mais ses doigts frémirent indépendamment de sa volonté, et il lâcha la manette. Sans s’inquiéter de la récupérer et de finir la course, il se tourna lentement vers Jace et plissa un peu les yeux.

Ah, je vois, tu as passé un pacte avec le Diable, tu as décidé de m’empêcher de gagner coûte que coûte… tu as fait le pari que je perdrais… Combien ? Combien t’a-t-on promis pour me ridiculiser de la sorte aux jeux vidéo, moi, le maître incontesté ?

Sur les derniers mots, il s’était levé et avait pris un ton un peu grandiloquent. Son talent pour les imitations se limitait à ce genre de choses, il était loin d’avoir les mêmes aptitudes que Jace. Puis il se pencha vers son ami, lui prit son verre des mains, le posa sur la table, et lui sauta dessus, l’immobilisant sur le canapé.

Crains ma colère, Jace Roberts, elle est terrible !

Et il entreprit, consciencieusement, de chatouiller son ami. Comme vengeance implacable, on ne faisait pas mieux. Il ne céda finalement que lorsque la « lutte » s’équilibra. D’un bond, il se remit sur pieds et, un peu essoufflé, mains sur les hanches, il lança :

As-tu bien appris ta leçon, Jace Roberts ?

Oui, parfois, il arrivait qu’il se comporte comme un gamin. Mais il était assez jouissif pour quelqu’un comme lui, Légionnaire des Étoiles, qui enchaînait les actes héroïques, qui avait de vraies responsabilités, de se laisser un peu aller à des jeux plus légers, des jeux qui n’étaient plus de son âge, d’agir comme un « génie du mal » en herbe, le genre de génie qui utiliser les chatouilles comme arme de destruction individuelle. L’inconvénient, c’est qu’il était lui aussi plutôt chatouilleux, et que ses propres moyens d’attaque se retournaient en général contre lui.

Ben voilà, perdu… Tant pis, dit-il, en ramassant la manette et revenant à l’écran-titre.

Ses adversaires avaient dû se demander ce qui était arrivé à celui qui faisait la course en tête, puis s’imaginer qu’il avait soit été déconnecté, soit qu’il avait dû partir soudainement. De toute façon, personne ne communiquait. Et il y avait peu de chances pour qu’il s’affronte encore un jour…

Voilà ! Du coup, euh… Même si j’ai rien contre ta proposition de me mettre au lit… euh… Il se sentit rougir, et c’était entièrement sa faute. Quel con. … on peut, je sais pas, ressortir… ou faire un truc plus calme, un jeu…

Il fit un geste en direction de son armoire à jeux. Il y en avait une petite vingtaine, mais la collection ne demandait qu’à s’agrandir.

… ou parler… enfin, je sais pas quoi dire, alors…

Silence. Silence qui devint vite gêné pour Chris. Planté au milieu de son salon, les mains dans les poches arrière de son jean… puis il repensa à ce qu’il avait ressenti, sur le canapé, ce frémissement de sa main, comme un courant électrique… Il avait accusé Jace tout de suite, parce que ça ne pouvait être que lui, mais soudain, il se disait qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. La méthode de Thunder consistait à couper ou réduire le flux électrique dans la manette, pas à en faire passer directement sous la peau…

En fait, j’me dis, t’as ptêt faim, toi, moi j’ai mangé y a… quoi, trois heures, un peu plus… Ouais, presque quatre, en fait, et j’commence à avoir encore un peu faim… en fait.

« En fait »…

… et comme j’ai rien à bouffer, ici, à part des pâtes, encore, on peut ptêt vraiment sortir… Le « en fait » fut ravalé à temps. … pour se manger un truc à l’extérieur ? J’parie que les popcorns ça t’a pas vraiment calé, hein ?

Lui avait hésité à en prendre, mais ça n’aurait pas été raisonnable. Jace s’était enfilé un pot en entier, donc peut-être n’avait-il pas si faim que ça. En fait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 14 Jan - 23:26 Message | (#)

— Toi, le maître incontesté ?

Jace n’était nullement impressionné. Il avait combattu un femme aux ongles extensibles, comme dans Full Metal Alchemist, alors ce n’était pas un colosse de l’espace pour l’heure pas du tout colossal qui lui mènerait la vie dure.

— T’es en train d’perdre, le maître incontesté. Puis en plus, t’as même pas… Hééé !

Jace fut plaqué contre le canapé et et ses abdominaux se contractèrent sous les doigts baladeurs de Christopher. Il n’était pas forcément d’un naturel très chatouilleux, mais la nervosité physique et psychologique accumulée ces derniers temps le rendait bien plus réceptif que d’ordinaire et il se mit à rire — sans implorer pitié. Et pour cause : sous sa forme humaine, Christopher ne faisait pas encore le poids contre le leader surentrainé de la Team Alpha. Certes, Jace évitait d’infliger à son ami des prises trop violentes, mais l’adolescent fut bientôt largement dominé par Thunder, qui consentit, magnanime qu’il était, à le laisser s’enfuir.

Il se redressa à son tour sur le canapé, les yeux encore embués de larmes joyeuses.

— J’ai rien appris du tout, maître contesté. J’serais toi, j’me méfierais des coups d’État.

Jace se sentait le cœur étrangement léger. Il avait pu profiter d’un peu de proximité physique, tactile même, en un sens, avec Christopher, sans ambiguïté ni intention impure. C’était un soulagement médiocre et un exutoire bien imparfait, mais c’était un soulagement tout de même. Il haussa donc un sourcil amusé en entendant son ami s’embourber dans ses propositions. Il n’y avait pourtant pas de journalistes à proximité et d’habitude, Jace ne lui faisait pas cet effet.

Le blond secoua la tête.

— Pas envie d’sortir. Et j’plaisantais pas quand j’disais qu’il fallait qu’tu te couches tôt.

Il n’avait pas oublié que Christopher s’était évanoui : de toute évidence, quoi qu’il en dît, son ami avait besoin de nourriture et de repas.

— On commande un truc. Des sushis.

Jace se leva du canapé et frôla Christopher en passant à côté de lui, pour aller chercher, dans la poche de son blouson, son téléphone portable. Il revint en tapotant sur l’écran, pour trouver le menu d’un restaurant japonais où sa mère l’avait emmené mangé, peu de temps auparavant. Il tendit le téléphone à Christopher.

— Tiens, vas-y, choisis ce que tu veux et puis j’appelle.

Parce que c’était lui qui appelait les inconnus, c’était comme ça. Lui qui parlait aux vendeurs dans les magasins. Lui qui négociait une ration supplémentaire à la cantine pour Christopher. C’était son rôle et il l’aimait. Il récupéra son téléphone quand Christopher eut fait son choix et, après un cours temps d’attente, occupé à se planter devant l’armoire à jeux pour en choisir un, Jace annonça sa commande, l’adresse, le mode de règlement et raccrocha après avoir très courtoisement remercié l’employée, à l’autre bout du fil.

— Une demi-heure. J’sais pas trop à quoi on pourrait jouer.

Jace s’était mis à farfouiller dans les boites et, sans se retourner vers Christopher, saisissant le courage d’un instant, alors que la manette de la console venait d’émettre un petit bip à cause d’une surcharge temporaire d’énergie, le jeune homme interrogea :

— J’peux dormir ici, ce soir ?

Le jeune homme sortit un jeu d’échecs et, pour que Christopher eût tout de même une chance, les cartes de Tempête sur l’échiquier, puis il revint près de son ami.

— C’est juste, en ce moment, tu sais, c’était… compliqué. Pour moi. Et on s’est pas beaucoup vus. Du coup. Et… Tu m’manques.



Beaucoup.


Presque aussitôt, il se réfugia dans le ton de la plaisanterie et poursuivit :

— Et puis j’voudrais pas qu’tu fasses le fou jusqu’à point d’heure sur Internet à parler à je sais pas qui sur Skype ou à visiter Youporn. J’ai dit que tu devais te coucher tôt, autant qu’j’reste là pour te surveiller, hein ? On mange les sushis et après, j’te raconte une histoire pendant que tu t’endors.

Il avait dit cela à moitié pour plaisanter : Jace adorait raconter des histoires, généralement des histoires héroïques où les justiciers de la Team Alpha ou de la Légion des Étoiles triomphaient, après bien des périples, de leurs agresseurs. Il s’assit sur le bord du canapé et entreprit de disposer les pièces sur le plateau, après avoir fourré le paquet de cartes à mélanger à Christopher. Comme un peu plus tôt, Jace évitait de regarder son ami, concentré sur les pièces, et pas assez courageux pour croiser son regard après ce qu’il venait de lui dire.

Il lui avait laissé les blancs, il lui laissa ouvrir le jeu. En bougeant sa propre pièce, il lança d’une voix aussi naturelle que possible :

— Bon, et sinon, comment ça va avec les filles, en ce moment ? Comment elle s’appelle, là, la petite rousse, de chimie. ..J’crois qu’elle t’aime bien. T’as quelqu’un en vue ?

Il espérait de tout son cœur qu’il lui répondît que non.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 15 Jan - 1:33 Message | (#)

Le « maître incontesté » dut se résigner : il obtempéra aux ordres de son chef. Ils ne sortiraient pas, et il irait se coucher tôt, et il aurait même droit à une histoire. Christopher fit son choix pour le dîner et laissa Jace gérer la partie « relationnelle » de la commande. Son ami faisait ça tellement bien qu’il ne se serait jamais précipité pour le faire. D’autant qu’il était certain qu’il bafouillerait ou quelque chose du genre. Parler aux gens, ça ne marchait vraiment que quand Jace était avec lui. Et quand l’interlocuteur était là, physiquement. Chris tourna la tête vers la manette qui venait d’émettre un petit bip, puis s’en désintéressa complètement à la question posée… dormir ici ?

Il se remémora les fois précédentes. Les fois innocentes où ils avaient dormi dans le même lit, à refaire le monde jusqu’à tard avant de sombrer dans le sommeil… Un temps révolu, parce que désormais, la perspective de se trouver aussi près de son meilleur ami lui faisait un drôle d’effet au creux de l’estomac. Jace vint vers lui avec un jeu d’échecs et les cartes qui permettaient de modifier les règles en cours de partie. Pourquoi pas. Christopher n’était pas un champion aux échecs, et il était encore moins depuis que son ami avait développé ses nouvelles aptitudes intellectuelles.

La bouche un peu sèche, il ne répondit absolument rien à la justification donnée, et se contenta d’un signe de tête, se demandant par la suite s’il l’avait bien fait ou s’il avait cru le faire. De toute manière, Jace avait saisi au vol une justification un peu plus humoristique de la situation… Mais il savait qu’il allait de toute manière devoir répondre quelque chose. Aussi, après l’histoire des sushis et de l’histoire, il prit son courage à deux mains, lui aussi.

Bien sûr, tu peux rester ici. On a déjà fait ça… même si c’est vrai que ça fait un moment et… moi aussi, ça me manque. Enfin, toi… enfin, ouais, c’est cool, tu peux dormir chez moi.

Après avoir perdu un moment l’équilibre sur le rebord de la falaise, il se rattrapa de justesse, évitant de tomber dans le précipice de ses sentiments confus. Le jeu fut mis en place, avec un léger malaise en toile de fond, et quand la partie commença, Jace, sur un ton que Christopher jugea un peu trop « artificiellement naturel », après tout, c’était son meilleur ami, il avait appris ça le connaître, Jace, donc, l’interrogea sur une éventuelle petite amie. La rousse en chimie… Ah, oui. Chris avait bien remarqué qu’elle lui jetait des regards par-dessus son épaule, qu’elle faisait ce truc avec ses cheveux, mais les quelques fois où leurs yeux se rencontraient, il ne se sentait pas particulièrement bien…

Tu sais, même si… même si on s’est un peu moins vu, c’est quand même un truc que je t’aurais dit… La fille, je me rappelle même pas comment elle s’appelle… Et d’une manière générale, je sais pas… Je sais pas comment m’y prendre, en fait, du coup, je fais rien. Mais en même temps, je… ouais, ptêt que j’ai quelqu’un en vue… mais… mais c’est compliqué.

Chris dut décupler ses efforts pour se concentrer sur le jeu, pour éviter de croiser le regard de Jace. Compliqué, c’était bien le mot. Il venait tout juste d’accepter dans son lit son meilleur ami, et là-dessus, il lui avouait qu’il avait quelqu’un en vue, mais c’était compliqué. Et il avait peur quand le regardant, Jace comprenne, fasse le lien, se rende compte de qui il parlait. Et la situation deviendrait encore plus compliquée.

Et puis, tu sais que je suis pas doué… ouais, c’est même plus que ça… dans les relations avec les gens, alors imagine un peu, avec les filles…

Il aurait pu rajouter « il n’y qu’avec toi que ça se passe bien ». Il aurait pu se rattraper de façon maladroite sur ce que sous-entendait le fait qu’il n’allait pas vers les filles. Il aurait pu retourner la question à Jace concernant le « quelqu’un en vue », mais il préférait ne pas commettre de maladresse, entre la séparation d’avec Lois et les récents soucis liés à l’apparitions de nouveaux pouvoirs.

Banzaï ! annonça-t-il, d’une voix un peu trop forte, après avoir tiré une carte.

Au moins, ça détournait un peu l’attention de sa gêne et recentrait sur le jeu.

Trente minutes, t’as dit, c’est ça ? Ça fait combien de temps ? J’ai l’impression que ça fait plus. Ils sont en retard, non ? En fait, j’ai faim. J’espère que ça va pas trop tarder… Bon, tu joues ?

S’il avait pu balancer un grand coup de tête dans la table basse, Chris l’aurait fait. Mais il serait passé pour un taré. Du coup, il se remit mentalement les idées en place. Jeu d’échecs. Sushis. Jeu d’échecs. Sushis. Jace… Jeux d’échecs. Jace. Sushis. Jace d’éch… Jace allait dormir avec lui, dans son lit… Il y avait toujours le canapé, mais ça ne serait pas super confortable, il ferait un peu froid… Non, il ne pouvait décemment pas priver son meilleur ami du grand confort… Il retint au dernier moment la proposition de dormir lui-même sur le canapé.
Revenir en haut Aller en bas



Un train peut en cacher un autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» Un train peut en cacher un autre
» Une lettre peut en cacher une autre... [Vik]
» Une bonne nouvelle peut en cacher une autre ►Alex & Flo◄
» Une menace peut en cacher une autre
» Une voiture peut en cacher une autre (rp privé Ayou)[Avorté]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-