AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Il n’est point de vainqueur sans l’aveu du vaincu ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Sam 11 Jan 2014 - 16:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
La dernière discussion que Jay avait eu avec Charlie ne s'était pas vraiment bien terminée. Pourtant, elle avait bien débutée et promettait pas mal de bonnes choses. S'en était à croire que les Lane étaient génétiquement programmés pour se quitter sur de mauvaises paroles qui les obligeaient à y penser sans arrêt jusqu'à la prochaine dispute. Depuis qu'ils avaient repris contact, Jay avait l'impression qu'il passait plus de temps à se sentir mal à l'aise qu'à se réjouir d'avoir revu sa frangine. Il fallait avouer que Charlie avait un don naturel pour appuyer là où ça faisait mal et pour lui faire comprendre à quel point tout était mieux dans sa vie depuis qu'il – et les autres – n'en faisait plus partie. Bien sûr, du côté de la jeune femme c'était le même son de cloches et leurs disputes étaient surtout basées sur une profonde incompréhension qui n'était malheureusement pas prête d'évoluer vu qu'ils avaient clairement laissé entendre qu'ils ne se reverraient plus avant quelques années. Comme la fois dernière en somme.

C'était à cause de toutes ces conneries qu'il avait frôlé la catastrophe dans l'arène du Circus il y a quelques jours. Les combats « normaux » rapportaient pas mal en raison des paris, mais ceux à mort étaient tout de même bien plus intéressants. C'était pour cette raison que Seth insistait toujours pour que son cadet en fasse de temps en temps. Inutile de préciser qu'à cause de la dispute qui les avait opposés lors de la dernière rencontre avec Charlie, Seth avait d'autant plus envie de pousser son frangin dans cette direction. Oh, il ne cherchait pas à ce qu'il se fasse tuer, mais simplement à lui faire comprendre que c'était lui et personne d'autre qui prenait les décisions. Et ça, Jay l'avait bien imprimé. Il avait amèrement regretté de s'être mis son aîné à dos vu la manière dont Charlie l'avait chassé comme un malpropre – selon lui – après qu'il ait pris sa défense. Finalement, il n'y avait qu'avec ses frères qu'il arrivait à trouver un terrain d'entente, avec la frangine c'était toujours bien trop compliqué.
Il avait donc frôlé la catastrophe !

Les combats précédents s'étaient très bien déroulés et les dégâts subis par Jay étaient si minimes qu'on lui avait finalement proposé un qui se solderait pas la mort d'un des combattants. Avant qu'il ne puisse décliner, Seth avait déjà accepté à sa place et il était quitte pour se lancer dans l'arène. Le combat avait bien débuté jusqu'à ce qu'il se mette à penser à Charlie, sans raison précise. Juste une connerie parce que quelqu'un avait balancé un « Blondie » dans le public. Lui qui ne prêtait habituellement pas attention à la foule avait été déconcentré et ça avait été suffisant pour que l'autre en face parvienne à prendre le dessus. La résistance du texan avait été mise à rude épreuve et même s'il ne ressentait pas la douleur inhérente aux blessures qu'il récoltait alors, son corps lui ne pouvait plus se mouvoir avec autant de facilité vu les dégâts occasionnés. Finalement il avait été à deux doigts de se faire éclater la tête contre le sol poussiéreux et avait réussi à inverser les rôles en repoussant l'assaillant par terre pour lui régler son compte. Bien sûr, comme il était à deux doigts de perdre les paris avaient penchés en faveur de l'autre combattant et au final, les Lane récoltèrent un beau pactole. Mais les blessures étaient plus que conséquentes et Jay était dans l'incapacité de se battre pendant un petit moment. Malgré la régénération mineure qu'il s'était découverte, les dégâts restaient trop importants pour se soigner d'eux-mêmes et il était donc dispensé de Circus pour quelques temps. Chose qui n'avait bien évidemment pas enchanté Seth.

C'était pour cette raison qu'il se retrouvait au centre-ville à devoir jouer les messagers et à porter un paquet pour le compte du Cartel. Du travail d'homme de main, ce qu'il était, qui lui permettait aussi d'éviter de revoir son frangin qui était toujours d'une humeur exécrable. Même les engueulades quotidiennes depuis la rencontre avec Charlie ne semblait pas être suffisantes pour apaiser la colère du chef de famille, mais c'était ainsi. Jay avait aussi découvert que se promener dans une ruelle du centre-ville avec la tête qu'il avait – à comprendre des traces évidentes de coups – était le mieux pour attirer l'attention. Et pas de manière positive bien évidemment ! Peu importait, le texan avait livré son paquet en ignorant le regard curieux de la réceptionniste, puis il était redescendu dans la rue avec l'idée de regagner le plus rapidement possible le quartier de Lincoln. Mais c'était sans compter sur le hasard qui avait décidé qu'il était plus amusant de pimenter un peu la journée.

Après avoir jeté un coup d’œil vers le bâtiment qu'il venait de quitter, Jay s'engagea dans la rue en marchant sur le trottoir et aperçu à la dernière seconde une silhouette se dresser devant lui. Par réflexe il pilla ce qui l'élança au niveau des côtes – l'endroit de prédilection des combattants du Circus semblait-il – avant de lever les yeux vers la personne, prêt à l'insulter. Mais il s'interrompit en voyant qu'il s'agissait d'une personne qu'il connaissait bien et qu'il cherchait justement à éviter depuis quelques jours : sa frangine.

« Qu'est-ce que tu fous ici ? » Le ton était étonné avant qu'il ne se reprenne. « Non oublie, j'm'en fous, ça me regarde pas. Tu pourrais faire gaffe en marchant bordel. » Il avait presque oublié qu'il était censé l'ignorer. Secouant la tête il reprit. « J'y vais avant que ça recommence comme à chaque fois. »

Et qu'ils se remettent à se taper sur la tronche puisqu'il semblait que c'était la seule chose dont ils étaient capables. Au moins c'était la preuve que Charlie était bel et bien une Lane.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 12 Jan 2014 - 16:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Elle y tenait à son petit frère, ça ne faisait aucun doute – sauf pour les autres Lane – mais, elle ne savait pas quoi faire, ni comment faire. Chaque rencontre se terminait de travers, à croire que Jay était génétiquement fait pour comprendre de travers tout ce qu’elle pouvait dire. Dans ses moments de lucidité sans fierté, elle voulait bien admettre que la réciproque était aussi vraie. Charlie avait passé du temps à se repasser ce qui avait pu se dire, surtout quand Jay avait pris sa défense face à Seth – comment ça avait pu dégénérer après ça ?! – et ses interrogations laissaient toujours place à l’inquiétude. Bordel, elle en avait passé du temps à se demander s’il allait bien, à songer à tout ce que Seth pouvait faire, à imaginer les pires scénarios possibles. Elle avait relu, et encore relu, des dossiers parce qu’elle n’entravait que dalle à ce qu’elle lisait en songeant au dernier des Lane. A croire qu’il était capable de lui pourrir son boulot sans être présent.

Puis, à force d’imaginer des scénarios catastrophes, elle avait fini par envoyer l’Irlandaise du côté de la maison familiale dont elle ne faisait plus partie. La texane n’avait aucun message à faire passer, elle ne voulait même pas qu’Aishlinn parle avec Jay, juste qu’elle aille voir s’il allait bien. Ça la bouffait de ne pas avoir de nouvelles mais, elle était bien plus flippée d’essayer de le revoir et de risquer de se faire prendre par Seth. Pas pour elle, sa propre sécurité était le cadet de ses soucis mais, pour lui. Ne plus le voir, c’était lui éviter des ennuis, non ? A force de le se le répéter, elle finirait bien par y croire et lâcher l’affaire. Pour le bien de tous, qu’il avait dit.

Se plonger dans le boulot était compliqué et elle n’avait pas besoin de ça. Surtout depuis la récente histoire du retour/départ de Randall qui avait déjà mis à mal ses activités. Elle s’était trouvée particulièrement à côté de la plaque pendant son rendez-vous dans le centre-ville avec un client. Apparemment, ça ne s’était pas trop vu mais, elle savait qu’elle était capable de mieux et elle avait quitté l’immeuble en s’insultant de tous les noms. Et, même si elle formulait rarement des insultes à voix haute, en bonne texane, elle en avait pas mal en stock ! Pourquoi fallait-il que ce soit si compliqué de lâcher l’affaire ? Des fois, elle en venait à se dire qu’elle aurait dû s’abstenir de se pointer au boulot de Jay la première fois. Au moins, à cette époque – qui lui semblait bien loin et proche en même temps – elle était persuadée qu’il se foutait de ce qu’elle pouvait devenir et, c’était bien plus simple à gérer. Il avait foutu cette certitude en l’air et les choses avaient dérapé à partir de là. Un beau bordel !

Puis, comme si les choses n’étaient pas déjà assez compliquées, le destin avait décidé d’y foutre son grain de sel. Quelqu’un devait trouver marrant de les voir s’engueuler pour rien et, du coup, de les foutre sur le même chemin, au même moment. Elle venait de finir une conversation téléphonique avec son assistante juridique, quittant du regard l’endroit où elle marchait pour ranger son téléphone. Quelques secondes à peine et, quand elle releva les yeux, elle se stoppa. Devant elle, un homme, son frère, à deux doigts de lui rentrer dedans. La trentenaire plissa les yeux, la question de Jay lui passant au-dessus de la tête parce que tout ce qu’elle voyait c’était les marques qu’il avait sur le visage. Une avalanche de questions lui traversa l’esprit : Est-ce que c’était Seth ? Qu’est-ce qui s’était passé ? C’était arrivé quand ? Est-ce c’était de sa faute, à elle, du coup ? Si des traces étaient visibles sur son visage, qu’est-ce que ça donnait sur le reste de son corps ?

Elle ne voyait que les traces de coups sur son frère, du coup, tout ce qu’il pouvait avoir dit était passé à la trappe. Et c’est avec un regard plus qu’inquiet qu’elle décida de prendre la parole sans prendre en compte ce qu’il venait de dire. S’il comptait s’échapper aussi facilement, il se mettait le doigt dans l’œil.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? » Elle n’osait même pas lever la main sur le visage de Jay de peur que certaines marques soient encore douloureuses. « Tu as vu un médecin ? » La logique de Charlie : bobo = docteur. Logique applicable sur tout le monde sauf sur elle, bien évidemment. « C’est Seth qui t’a fait ça ? » Évidemment que c’était lui. Qui ça pouvait être d’autre ? « Jay, je suis vraiment désolée. »

Paroles plus que sincères, de toute façon ça se voyait à la tête qu’elle faisait. Maintenant, c’était certain, elle regrettait d’avoir été le voir la première fois. Si elle n’avait pas déconné sur ce coup-là, ils ne se seraient pas revus, ne se seraient pas retrouvés pour boire ce café – qu’ils n’avaient pas bu d’ailleurs – et Seth ne leur serait pas tombé dessus. Enfin, à voir la tête de Jay, c’était surtout sur le cadet de la famille que l’aîné était tombé. Et c’était bien connu, l’inquiétude entraînait souvent la colère, plus à cause de la crainte de ce qu’il aurait pu se passer qu’une colère véritable. Charlie enchaina sur un ton plus animé mais où l’inquiétude était toujours présente.

« Mais, Jay pourquoi tu le laisses faire ça ? »

Après tout il valait bien mieux et n’avait aucune raison de devoir supporter les humeurs d’un aîné au besoin compulsif de tout contrôler.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 12 Jan 2014 - 19:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Bizarrement le regard inquiet que Charlie arbora eut pour effet d'agacer Jay. Il était dans de mauvaises dispositions en raison de leur dernière discussion et il semblait que le seul moyen pour qu'ils ne se prennent pas le chou était de s'éviter. La seule fois où leur conversation s'était soldée de manière positive – hormis celle où elle était sous l'effet de la morphine – avait été la fois où il avait débarqué en étant en colère. Mais bon, Jay n'avait pas franchement l'envie de se prendre la tête avec elle dès les premiers mots échangés. Pourtant, une fois de plus les choses s'engageaient mal entre eux. La réaction de sa sœur avait beau être rassurante en un sens, disons surtout qu'elle montrait que la jeune femme s'inquiétait pour lui, le texan le prenait comme une mauvaise chose. L'idée de voir un médecin ou encore d'accuser Seth était, pour lui, la preuve qu'elle s'imaginait qu'il avait besoin d'elle pour s'en tirer. Finalement, Charlie avait raison : il avait un don pour prendre les choses dans le mauvais sens. S'il avait tout d'abord imaginé passer à côté d'elle sans lui répondre, Jay fut contraint de revoir ses projets lorsque la jeune femme lui posa une question qui n'avait pas lieu d'être. Dans un sens, Charlie avait raison de s'imaginer que c'était Seth le fautif. Vu la manière dont il s'était comporté la fois dernière, c'était plutôt évident qu'il avait dû passer ses nerfs sur quelqu'un – lui en l'occurrence. Ajoutez à cela que Jay avait prétendu faire des combats « sans risques » et vous compreniez pourquoi l'avocate pensait aussitôt à Seth dans le rôle du fautif. L'inquiétude palpable de la voix de sa sœur poussa le trentenaire à répondre d'un ton agacé.

« Arrête, bordel ! » Il secoua la tête. « Et toi, pourquoi est-ce que t'as besoin de croire que t'as toujours quelque chose à voir avec ce que je peux faire ? » C'était ce qu'elle sous-entendait en s'excusant, non ? « Nan, c'est pas Seth qu'a fait ça. Tu le crois franchement capable de faire un truc pareil ? ! Et bah, t'as une belle opinion de nous. »

Parce que, forcément, si elle accusait Seth d'un comportement pareil c'était qu'elle pensait la même chose d'eux. Jay n'arrivait pas à se dissocier de son frangin, pour lui leurs agissements étaient forcément liés. Pourtant, dans un sens c'était bien le chef de famille le responsable de tout ça. S'il n'avait pas poussé son cadet à se lancer dans ce combat qu'il avait manqué de perdre, ce dernier n'aurait pas toutes ces blessures et cette discussion n'aurait jamais eue lieu. Mais de là à l'avouer à sa frangine, il y avait une marge ! C'est seulement lorsqu'il retomba dans le silence que Jay constata qu'en excusant Seth il se retrouvait aussi sans justification pour expliquer d'où sortaient ces blessures. Il se souvenait bien d'avoir parlé de combats à Charlie, mais ils étaient censés être sans risques et surtout, Jay ne tenait pas à ce qu'elle mette son nez là-dedans. Peut-être qu'il aurait finalement mieux fait de laisser l'avocate s'imaginer ce qu'elle voulait, surtout que Seth était largement capable de s'en prendre à lui. Il l'avait à la fois montré dans le café et après le retour de Jay au domicile familial – même si ce n'était pas comparable aux blessures que le cadet affichait actuellement. Soupirant pour s'être lui-même trahi, Jay détourna les yeux pour vérifier que personne ne traînait dans le coin.

« Ce qui s'est passé ? Ça semble plutôt logique pourtant : j'me suis juste battu. Tu devrais y être habituée avec nous après tout, je vois pas pourquoi ça te surprend d'un coup. »

Peut-être parce que c'était la première fois qu'il se prenait une raclée pareille et qu'il avait la tronche aussi abîmée ? Bien entendu, le sujet du médecin avait soigneusement été évité. C'était un silence qui signifiait bien qu'ils n'avaient pas changé leurs habitudes. Si Seth n'avait pas été à l'hôpital avec une balle dans le bras, lui n'avait pas vu le moindre médecin pour des blessures qui ne mettaient pas sa vie en danger. Enfin c'était ce qu'il pensait du moins, la douleur était supportable donc c'était bon signe. Au final, comme Jay avait constaté qu'avec Charlie la meilleure défense restait l'attaque, il opta pour une réplique suffisamment vexante pour que sa sœur décide à nouveau de l'envoyer chier et qu'ils mettent fin à cette discussion pesante. Reportant son attention sur elle, il lança sa remarque d'un ton peu amène.

« En fait t'as raison, c'est totalement ta faute. Tu m'emmerdes tellement avec tes histoires que j'ai pas réussi à me concentrer dans mes derniers combats et je me suis pris une putain de raclée. Si tu me faisais pas chier avec tout ça, j'aurais pas eu ces emmerdes. » Il se contredisait puisqu'il avait dit qu'elle n'avait rien à voir dans cette affaire, mais tant pis. « Alors arrête de faire style que ça t'inquiète alors que tu m'envoies chier lorsque ça t'arrange. J'en ai marre et franchement, j'ai pas la tête à me prendre le chou avec toi encore une fois. On va faire comme si on s'était pas croisés et on se dit à l'année prochaine. »

Il ne le pensait pas vraiment, chasser Charlie l'ennuyait sérieusement, mais Jay disait la vérité à propos de sa lassitude. Il en avait marre qu'ils ne puissent pas se parler normalement et sa patience était épuisée à force de prendre des pincettes avec Seth. Il fallait choisir entre lui et Charlie et pour le coup, c'était légèrement plus dangereux de se mettre l'aîné que l'aînée à dos !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 13 Jan 2014 - 15:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
La réaction de Jay et ses premiers confirmaient ce qu’elle avait fini par comprendre toute seule, comme une grande : elle était incapable de le comprendre et de savoir comment s’y prendre avec lui. Elle avait beau essayer, le vouloir, ça ne suffisait pas. Tout ce qu’elle pouvait dire était mal interprété et… A quoi bon s’acharner à essayer de faire comprendre quelque chose, à se justifier en permanence ? Ça commençait sérieusement à empiéter sur son boulot, en plus de la bouffer sur un plan personnel. Elle commençait à être fatiguée de cette relation conflictuelle et là, elle n’avait plus envie de se battre. Peut-être qu’elle baissait les bras ou que ce n’était pas le jour, elle n’en savait rien. Si être inquiète – ce dont elle ne pouvait pas s’empêcher – était mal perçue, qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire ? Tout ce qu’elle comprenait c’était que ça énervait Jay parce qu’il n’en avait rien à foutre et puis voilà.

Du coup, quand il lui demanda d’arrêter, elle leva légèrement les mains en signe d’abandon. C’était ce qu’il voulait alors, ok. Et puis ça lui semblait tellement évident les raisons pour lesquelles elle se sentait responsable, qu’elle n’était même pas certaine de vouloir répondre à sa question. De toute façon, ça serait pris de travers. Charlie haussa les épaules quand il la questionna sur Seth, ne répondant toujours rien, et enfonça les mains dans les poches de sa veste. Elle avait parlé de Seth, pas d’eux tous mais, apparemment, cette différence ne se faisait pas chez son cadet. Ne pas répondre. Elle se mordit l’intérieur de la joue pour s’empêcher de dire quoi que ce soit, baissant légèrement le regard sur le sol.

Là, elle mourrait d’envie de lui demander ce qui lui était arrivé si ce n’était pas Seth mais, en fait, ne pas poser de questions semblait apporter les réponses. Elle inspira, accusant la réflexion sur la manière dont elle les percevait, toujours sans rien dire, ne le regardant même pas. Si elle relevait la tête elle savait qu’elle finirait par lever un peu la voix en lui répétant, une énième fois, qu’il avait tout faux sur la façon dont il voyait les choses. Finalement, si Jay était capable de gueuler ou de se montrer hostile c’était qu’il allait bien, non ? Alors là, elle en était venue à se dire qu’elle allait le laisser finir pour qu’il reprenne sa route. Sauf que Monsieur décida de tout lui mettre sur le dos et de parler de ses combats. Quelle conne franchement, et elle qui avait gobé ses histoires de combats sans trop de danger. Ouais, tu parles ! A voir la tronche qu’il se tapait, elle était bien forcée de constater qu’il lui avait juste menti parce que, après tout, pourquoi s’en priver ? Elle gobait tout. Elle se frapperait bien la tête contre le premier mur pour avoir été aussi naïve mais, au lieu de ça, elle releva la tête vers Jay.

« Pour quelqu’un qui en a marre de se prendre le chou, tu es quand même beaucoup dans la provocation. » Le ton était parfaitement calme, un simple haussement d’épaules pour ponctuer sa phrase. « Tu veux y aller ? Vas-y mais, par contre oublie-moi pour l’année prochaine et les années qui suivent aussi. » Elle laissa passer un soupir. « Je ne vais pas me battre avec toi. Je fous le bordel dans ta vie, ok. Passe à autre chose alors, reste comme c’était avant vu que ça avait l’air bien plus simple pour toi. J’en ai marre de devoir passer mon temps à me justifier sur ce que je peux dire ou ne pas dire. » Elle secoua légèrement la tête. « Tu as l’air d’avoir morflé, je n’y peux rien si ça m’inquiète, c’est comme ça. Maintenant si tu n’es pas capable de le comprendre et, comme je ne suis pas capable de changer. On est dans une impasse alors autant passer à autre chose. »

Bien sûr, elle n’en avait aucune envie mais elle n’avait pas envie de saouler non plus à chaque fois. Si c’était vraiment dérangeant, alors, autant… Pff, elle n’en savait rien en fait. Elle savait très bien que même s’il se barrait, elle trouverait toujours un moyen pour essayer d’avoir de ses nouvelles, sans qu’il le sache. C’était son frère. Et ça ne risquait pas de changer.

« Et désolé de douter de ce que peut faire Seth, il me semblait pourtant que c’était lui qui était venu dans le bar, l’autre jour. » Et qui avait frappé Jay, accessoirement. Le ton avait une pointe d’ironie mais restait toujours monocorde, sans le moindre cri ou énervement. « Et tu as raison, je n’ai aucune raison de me sentir responsable. » Elle secoua la tête l’air de dire : putain j’suis bête. « Je sais pas pourquoi, j’ai cru comprendre qu’il était énervé parce qu’on se voyait. Mauvaise interprétation de ma part, c’est bête. » Sérieusement, comment il espérait qu’elle ne se sente pas responsable ? « Mais apparemment, je comprends tout de travers parce que, tu vois, par exemple, j’étais persuadée que les combats que tu faisais n’étaient pas si dangereux que ça. » Merci d’avoir menti, elle appréciait grandement ! « Franchement, vas-y si tu veux parce que, en plus d’en avoir marre de me prendre la tête avec toi, être prise pour une conne à une légère tendance à m’irriter. Surtout venant de toi. »

Elle l’avait même carrément mauvaise. Elle savait qu’elle avait tendance à bien vouloir croire les gens mais que Jay puisse se servir de ça c’était vraiment une sensation désagréable.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 13 Jan 2014 - 20:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Est-ce qu'il allait réellement dans la provocation ? Jay pouvait difficilement le nier sachant qu'il avait volontairement cherché à l'énerver pour qu'elle ne cherche pas à la retenir lorsqu'il se tirerait d'ici. C'était un peu con dans un sens, parce que c'était seulement la fuite d'un lâche et en aucun cas celle qu'un frangin devrait avoir sa sœur. Mais il y avait belle lurette que le mot « famille » n'avait plus vraiment de sens pour eux – en avait-il eu un jour cela dit ? Au début de la phrase qui suivit, le texan pensa avoir touché le point sensible puisqu'elle le laissait s'en-aller, sauf que les choses ne se passèrent pas aussi facilement. Apparemment il avait un peu trop exploiter ce point sensible puisqu'elle déclara de but-en-blanc que s'il se tirait d'ici, il pouvait en même temps tirer un trait sur elle. Cette fois-ci, ce fut à lui d'hésiter. Coup les ponts pour de bon ? Ce n'était pas du tout ce que Jay avait pu imaginer et il était impensable pour lui d'agir de la sorte. C'était débile, mais il avait toujours considéré que le fait qu'ils partageaient des gènes était une excuse pour qu'ils se retrouvent un jour ou l'autre. Ça avait fonctionné la première fois, mais la deuxième ? Un doute l'étreignit soudain alors que Charlie enchaînait en déclarant qu'elle était visiblement aussi à bout que lui de cette situation. C'était idiot. Ils étaient censés être heureux de se revoir et voilà qu'ils se sentaient tous les deux plus mal depuis qu'ils se reparlaient. La logique des Lane n'était définitivement pas logique.

Ils étaient effectivement dans une impasse, sauf que Jay avait la possibilité d'ouvrir une brèche vers une sortie de secours. Mais est-ce que ça valait vraiment la peine de le faire ? Commencer à se justifier auprès de la jeune femme reviendrait à l'inviter à s'intéresser à ses affaires et donc tôt ou tard au Cartel. Une moue agacée se dessina sur le visage du texan lorsqu'il entendit sa sœur parler de sa part de faute dans l'incident du café. Ce n'était pas sa faute. C'était la sienne, puis celle de Seth parce qu'il n'avait rien à faire dans cette zone de la ville. Mais c'était Jay qui avait dit qu'il avait envie de la voir, c'était lui qui avait garé le pick-up de manière visible et c'était encore lui qui avait attendu avant d'intervenir pour séparer ses deux aînés. Bref, c'était sa faute et pas celle de Charlie. Il n'eut de toute manière pas à s'épancher longtemps là-dessus puisque la jeune femme aborda le sujet gênant des combats prétendument sans danger. Ils ne l'étaient pas bien entendu, prétendre qu'une bagarre entre deux hommes – surtout lorsqu'il était question d'argent – pouvait se terminer sans blessé, c'était comme de prétendre que les femmes ne mentaient jamais sur leur poids ou leur âge. Et avec la dernière phrase qu'elle balança, Jay ne pouvait tout simplement plus s'en-aller. Ce serait comme de confirmer qu'il la prenait pour une conne alors que ce n'était pas le cas. Ce fut un soupir qui exprima ce qu'il pensait de tout ça. Puis, après avoir secoué la tête, il répondit enfin.

« Arrête, je ne t'ai jamais prise pour une conne. » Le ton était étonnamment très calme. « Tu sais très bien pourquoi j'ai menti à ce sujet. » Ou peut-être pas, justement. Au moins Jay admettait avoir menti. « Dis-le-moi franchement, si je t'avais dit que ces combats c'était vraiment dangereux, qu'est-ce que tu m'aurais dit ? D'arrêter, sauf que je peux pas. » Parce qu'une paie de cariste ne suffisait pas à faire vivre cinq personnes. « J'ai simplement pensé que si je te mentais là-dessus, ça te donnerait un truc en moins à réfléchir. À la base j'avais pas vraiment prévu qu'on se croise lorsque je suis dans cet état. »

Ça n'arrivait pas tous les jours non plus, heureusement d'ailleurs, mais à ses débuts au Circus c'était relativement fréquent cela dit. L'envie de se tirer d'ici s'était envolée depuis qu'il savait qu'en se tirant, il encourait le risque de ne plus la revoir. Inutile de préciser que la menace – même si ce n'en était peut-être pas une – avait fait son petit effet. Glissant l'une de ses mains dans la poche de sa veste – une autre puisqu'il avait laissé la sienne au café – Jay reprit.

« Et, que je sache, c'est pas toi qui avais dit qu'on devait se voir lorsque Seth a déboulé au café. C'était pas toi non plus qui avait garé ta bagnole dans la rue et c'était pas toi non plus qui avait dit à Seth que tu resterais à la baraque pendant leur absence. » Parce que c'était comme ça que Seth avait compris que quelque chose coinçait : en voyant que le cadet n'était pas là il devait être. « Alors ouais, peut-être que t'es en partie responsable parce que t'étais là et qu'on a pas le droit de se voir. Mais franchement, t'aurais pas été là, il aurait trouvé autre chose à me reprocher. »

C'était un peu à cause de ça qu'il prenait aussi mal ce qu'elle pouvait lui dire. Seth passait son temps à le traiter comme un crétin et à lui reprocher des débilités, forcément lorsque quelqu'un d'autre le faisait Jay le prenait mal. À force d'accumuler avec l'aîné, il n'avait plus aucune tolérance avec les autres, Charlie comprise. Soupirant légèrement, le texan détourna une énième fois son regard de sa sœur. La regarder en face était compliqué lorsqu'il parlait franchement, parce que c'était accompagné du sentiment de culpabilité. Celle de lui avoir menti et celle de prendre le risque de la mettre en danger. Pourtant, il osa aller jusqu'à lui faire une proposition plutôt inhabituelle et surtout plus qu'inattendue.

« Si tu veux une preuve.... demande-moi ce que tu veux sur ces combats et je répondrai. Franchement. »

Ça n'avait peut-être l'air de rien, mais venant de lui c'était un gros – que dis-je, énorme – effort. Il ne restait qu'à espérer que sa sœur s'en rende compte.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 14 Jan 2014 - 22:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Elle ne savait pas ce qu’elle avait imaginé mais, sûrement pas de le voir rester. Il voulait partir, il n’arrêtait pas de le répéter : ici et, avant de se quitter dans le café. Elle lui ouvrait la porte – façon de parler – il n’avait plus qu’à s’engouffrer dedans et c’était fini. Enfin, dans 3 heures elle reviendrait sur cette décision stupide mais, ça aucun des deux ne le savait. Le voir rester venait de la larguer complètement, pas faite pour le comprendre. Un léger rire lassé en secouant la tête, qui voulait dire « vas-y continue de te foutre de moi », se fit entendre quand il assura ne pas la prendre pour une conne. Bien sûr ! Là aussi elle était supposée le croire ? Non parce que là, elle ne savait plus vraiment ce qui était vrai, ce qui ne l’était pas. Bon, au moins il admettait avoir menti sur les combats, elle n’avait pas tout perdu. D’un autre côté ça aurait été particulièrement stupide de continuer à mentir avec la tête qu’il se payait et ce qu’il avait dit avant.

Elle avait décidé de ne plus répondre rapidement, ça marchait toujours mieux quand elle organisait ses idées et qu’elle s’empêchait de répondre juste par fierté. Sinon elle aurait déjà trouvé le moyen de balancer un truc au fait qu’il lui remettait la faute sur elle au sujet de son mensonge sur les combats. Le regard qu’elle posa sur Jay semblait prouver qu’elle ne comprenait pas pourquoi il continuait à s’accuser de ce qui s’était passé au café. Apparemment, ils ne risquaient pas d’être d’accord sur le sujet parce qu’elle avait une vision bien différente des choses. Cela dit, elle nota qu’il admettait, peut-être, qu’elle était en partie responsable pour avoir été présente. Argument qu’il avait contredit la seconde d’après mais, au moins il y avait un semblant de progrès, non ?

Elle aurait bien donné son point de vue mais en voyant Jay détourner les yeux, elle préféra se retenir, s’interrogeant sur ce qu’il comptait ajouter. Et allez, sur quoi d’autre est-ce qu’il lui avait encore menti ? La dernière phrase la bloqua un instant. Premier réflexe : lui demander ce qui prouverait à Charlie qu’il n’allait pas lui mentir une fois de plus mais, elle se trouva particulièrement injuste dans cette réflexion. Ou alors elle était réellement trop naïve parce qu’il donnait l’impression d’être particulièrement sincère dans sa proposition. La Texane inspira et s’appuya sur le mur d’un immeuble juste derrière elle. En fait elle n’était pas certaine de vouloir lui demander quelque chose parce que, si un jour elle apprenait qu’il avait menti, elle savait très bien qu’elle serait incapable de lui faire confiance par la suite. Pas avec la manière dont il s’y prenait pour lui dire qu’il répondrait sincèrement. Alors plutôt que de se lancer, elle préféra revenir sur ce qui avait été dit.

« Tu sais, si tu m’avais dit pour les combats… Tu as raison, je t’aurais demandé d’arrêter et, là, tu m’aurais envoyé chier pour n’en faire qu’à ta tête. » Et, pour le coup, ça ne sonnait pas comme une critique. C’était dans son caractère. « Alors, oui, je me serais inquiété mais, au moins, j’aurais su pourquoi je le faisais. Parce que, Jay, ne pas savoir c’est pire. »

Elle n’était pas si stupide que ça, elle savait très bien qu’un salaire de cariste ne suffisait pas, surtout si les autres ne travaillaient pas. Jay avait dit que c’était lui qui ramenait l’argent, elle avait passé bien plus de temps à s’inquiéter en se demandant ce qu’il faisait, qu’elle n’en aurait passé en le sachant.

« Et, s’il te plait, arrête de te sentir responsable pour le café. Si je dois suivre ton raisonnement, on peut aussi remonter jusqu’au jour où je suis venue te voir à ton boulot. Si je ne l’avais pas fait, on ne se parlerait peut-être pas et ça ne serait pas arrivé. » Elle haussa les épaules. « Et je peux même pousser jusqu’au fait que tu avais prévenu que ce n’était pas une bonne idée de se voir, que Seth le prendrait mal s’il l’apprenait. Je n’ai pas arrêté pour autant. » Elle posa son regard sur son frère en secouant légèrement la tête. « Et apparemment on est n’est toujours aussi peu doués pour se tenir à ce qu’on devrait faire. »

Léger sourire, un peu navré parce qu’ils couraient droit vers les emmerdes à se parler et, pourtant, elle était incapable de faire autrement. En fait, Charlie agissait à l’envers avec son frère. Dans sa vie de tous les jours elle était patiente et calme, sauf quand on la poussait à bout et qu’elle était blasée, là, elle s’énervait. Avec Jay c’était l’inverse, elle s’énervait très vite mais quand elle avait atteint un certain stade, elle devenait posée et calme. Parce que, depuis le début, elle n’avait toujours pas élevé la voix.

« Je ne te poserai pas de question sur tes combats. » Elle avait pourtant une occasion en or qu’il lui offrait. « Si tu dois me répondre, je ne veux pas que ce soit parce que tu veux prouver quelque chose. Tu sais, je veux bien entendre que tu n’aies pas envie de me répondre mais, dans ce cas, ne le fais pas. Mais ne me ment pas, s’il te plait. »

C’était bien parce qu’elle trouvait sa proposition comme un « cadeau » qu’il lui faisait qu’elle n’avait pas envie d’en abuser. Pourtant, des questions, elle en avait. Mais elle n’avait pas envie de profiter d’une situation qui s’était mise en place sans qu’elle ne sache comment. Loin de se dire que la menace de ne plus le voir avait eu un impact.

« Jay ? » Quitte à être dans quelque chose de calme, autant en profiter et voir s’il allait suivre ce qu’elle lui avait demandé concernant les mensonges. « Pourquoi tu ne me laisses pas t’aider ? Parce que, avocate c’était le boulot sur mesure. Celui où c’était possible de faire quelque chose juridiquement en cas de problème, sans parler de la paye. » Ses choix d’études étaient fait pour les aider et… Elle secoua la tête. « Tu sais, ce n’était pas supposé se passer comme ça. »

Son départ, les proportions que ça avait pris et ainsi de suite. Et, pour le coup, c’était elle qui avait la tête baissée, les mains toujours dans les poches et le dos appuyé sur le mur.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 15 Jan 2014 - 16:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le fait que Charlie prenne appui contre l'immeuble à leurs côtés laissait penser qu'elle n'allait pas s'en-aller immédiatement. Mais était-ce réellement surprenant ? Pas franchement : c'était toujours Jay qui voulait se barrer, elle de son côté n'avait jamais cherché à fuir la discussion. C'était ridicule qu'ils soient incapables de parler franchement alors que la famille c'était tout de même censé être les personnes avec qui vous vous montriez le plus franc... Les explications qu'elle lâcha pour lui prouver qu'il avait tort de ne pas lui avoir parlé des combats – bien que cette fois-ci Jay ne le prenait pas mal, un miracle – ne convainquirent pas vraiment le texan. En quoi savoir qu'il se battait pour de l'argent pouvait lui permettre d'être plus à l'aise que de l'ignorer ? Si elle n'avait pas connaissance de ce point, Charlie n'y penserait pas et ce serait des soucis en moins pour elle. Non, définitivement il ne comprenait pas la logique de sa sœur et par extension, celle des femmes. Il n'y en avait pas, tout simplement.

Mais il passa ce point sous silence : il était préférable de ne pas avouer son incompréhension pour le moment, la jeune femme risquerait encore de s'imaginer qu'il avait une excellente raison de mentir ou de lui dissimuler d'autres choses importantes. La suite des paroles de Charlie prouva, une fois de plus, qu'ils n'avaient pas du tout la même vision des choses. Jay ne se sentait pas responsable de ce qui était arrivé au café, il se contentait de relever les faits. De la même manière qu'un gamin qui poussait sa sœur par terre était responsable de ses blessures, lui avait invité Charlie là-bas et c'était donc par sa faute qu'elle avait été en présence de Seth. Il n'y avait pas de parts de responsabilité dans son esprit, c'était simplement ce que les faits indiquaient, rien de plus. Mais Jay décida de ne pas l'interrompre puisque ce qu'elle disait était bien plus important que des précisions sans intérêt. En plus, c'était toujours sur ces détails qu'ils se prenaient le bec. Peut-être qu'en se contentant de survoler l'essentiel ils en arriveraient à communiquer plus ou moins normalement ? Le texan se contenta donc d'un léger haussement d'épaules lorsque Charlie souligna avec justesse qu'ils allaient s'attirer des emmerdes à se parler. Seth n'était pas au courant de tout, il n'était pas au courant pour les rencontres s'étant déroulées avant le café, il n'y avait donc aucune raison pour qu'il sache pour celle-ci.

Le silence semblait finalement être la meilleure réponse étant donné que Charlie lui déclara qu'elle ne lui poserait aucune question sur les fameux combats. Peut-être qu'il avait réussi à lui avouer quelque chose sans que ça ne déclenche une série de catastrophes ? L'inquiétude du trentenaire s'atténua très légèrement au fur et à mesure des informations qui lui arrivaient, du moins jusqu'à ce qu'elle pose une simple question. Pourquoi est-ce qu'ils refusaient son aide ? C'était toute la fratrie, pas seulement lui, même si les raisons de Jay étaient bien différentes de celles des autres. L'envie d'utiliser un joker pour ne pas lui répondre lui effleura l'esprit, mais en considérant le fait qu'elle avait été aimable de ne pas insister sur les combats, il se sentit obligé de le faire. Après un soupir qui en disait long sur ses réticences, Jay lâcha enfin quelques informations.

« Même si tu étais restée à la maison ce serait la même chose. Pour moi, ça n'a rien à voir avec le fait que tu sois devenue avocate ou que tu ne vives plus avec nous. En fait, tout ça je m'en fous un peu. Enfin pas directement. » C'était plus compliqué que prévu finalement. « Je veux dire.... pour moi si t'es partie de la maison, c'est parce que tu n'avais pas envie d'être mêlée à toutes ces affaires qu'on avait à Houston. Tu sais, les trucs de gang que Seth commençait à faire.... » Il n'avait jamais eu confirmation de cette hypothèse cela dit. « Alors si je te laisse nous aider, ça voudra dire que tu devras te mêler de tout ça, sauf que c'est pour éviter ça que t'es partie. » Il haussa les épaules, évitant toujours soigneusement de la regarder. « Je ne t'en veux pas d'être partie. » C'était bien la première fois qu'il l'avouait. « Et pour être parfaitement honnête avec toi, je pense que c'est même mieux comme ça. Tu es bien la seule à pouvoir faire quelque chose de ta vie, ça aurait été con que tu finisses strip-teaseuse dans un bar du coin. »

Et ça, Jay n'était pas le seul à le penser. Même Seth et les autres partageaient ce point de vue : elle ne devait pas avoir un boulot de merde alors qu'elle était aussi futée. C'était bien pour ça qu'ils s'étaient démerdés pour qu'elle fasse des études. Terry aussi aurait pu vu son intelligence, mais il avait préféré rester auprès de la famille. Là où les points de vue de chacun différaient, c'était que les autres – sauf Earl – lui en voulaient d'avoir finalement utilisé leur « sacrifice » pour aller aider d'autres paumés alors qu'ils espéraient naïvement qu'elle resterait à la maison à les conseiller sur les meilleurs casses à faire et le moyen de se défendre sans prendre de risques. Là, Jay avait été plutôt heureux de voir qu'elle ne faisait pas ce qu'on attendait d'elle, même si l'idée de ne plus la voir quotidiennement l'avait forcément contrarié. Il fallait suivre la masse des Lane. Cependant, les « explications » données par le texan n'avanceraient pas beaucoup la trentenaire sans un autre détail.

« L'endroit où on va pour que je me batte, ce n'est pas vraiment comme je te l'avais dit. Ce n'est pas dans les rues, c'est un coin où tous les types se réunissent et où les combats sont organisés suivant les risques. Plus c'est risqué, mieux ça paye et plus les paris sont intéressants. C'est pas très clair comme accord on va dire. Je n'ai pas envie que tu sois mêlée à tout ça c'est tout. » Inutile d'être un génie pour comprendre que c'était le rendez-vous des petites frappes de la ville. « Si je te dis ça Charlie, c'est parce que je compte sur toi pour ne pas fouiller là-dedans. Je te fais confiance. Je suis honnête alors ne cherche pas à en savoir plus, c'est tout ce que je te demande en échange de ce que je viens de dire. »

Ce n'était pas une question, mais bien une information qui n'était pas négociable.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 16 Jan 2014 - 22:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Dans le fond, Charlie fut surprise de voir son frère répondre à la question. A croire qu’elle était habituée à l’entendre l’envoyer chier d’une manière ou d’une autre plutôt que d’expliquer les choses. Ce qui ne lui donnait pas envie d’ouvrir les hostilités la première, puis elle en avait marre de passer son temps à être en conflit avec lui. Ça semblait même être un avis partagé parce que Jay n’entrait pas non plus dans un discours énervé, il posait simplement les choses. Bon ça avait l’air un peu chaotique, comme s’il avait du mal à organiser ses pensées mais, ça, ce n’était pas bien grave pour l’avocate. Cette discussion avait quelque chose de bien parce que, pour une fois, elle avait la vision de Jay – qui avait l’air sincère –, lui permettant au moins de comprendre où était le souci.

C’était con à dire mais, pour elle, on lui en voulait parce qu’elle était partie, parce qu’elle était devenue avocate et que, du coup, ça semblait être « trop bien » pour eux. Jamais elle n’aurait pensé que Jay puisse trouver ça mieux pour elle, que ça l’éloignait de leurs activités et que ce n’était pas plus mal. Il ne lui en voulait pas d’être partie et, si l’information semblait honnête, elle avait quand même un peu du mal à y croire parce que… Enfin, pourquoi ils avaient passé autant de temps sans se voir ? Seth n’était pas l’unique responsable, Jay devait bien lui en avoir voulu à un moment ou à un autre, non ? Un léger sourire passa sur ses lèvres.

« En plus d’avoir des consos gratuites, Earl aurait adoré que j’ai ce genre de boulot. » Il aurait au moins pu avoir accès à toutes les collègues potentielles de Charlie. Mais, elle prit un air plus sérieux pour reprendre. « Je ne suis pas partie parce que je ne voulais pas être mêlée à vos histoires mais parce que… » Parce que quoi ? « Je crois que j’en ai eu marre, ou que j’ai grandi et compris que ce que je voulais était impossible. » Elle ne savait pas tellement comment expliquer les choses, pas douée dans ce domaine-là. « C’est peut-être super égoïste mais, tu vois, je ne voulais pas que tu suives Seth. Avoir un boulot qui rapportait assez, pour moi, c’était amener de l’argent pour éviter que Seth embarque tout le monde dans ses trucs. En plus de pouvoir essayer de faire quelque chose en cas de problème avec la justice. » Elle haussa les épaules, son regard toujours sur le sol. « Ouais, ce n’est pas que je ne voulais pas être mêlée à vos histoires mais, en plutôt que je ne voulais pas que tu y sois mêlé aussi. Enfin toi, et Earl aussi. »

Charlie avait moins d’affinité avec lui mais, ça restait son frère et, dans le fond, elle ne le voyait absolument comme une mauvaise personne. Seth, c’était différent, elle devait avoir perdu espoir de le voir changer un jour. Et, Terry, bon alors lui, elle n’avait jamais trouvé que ce soit quelqu’un de « bien », frangin ou pas elle l’avait toujours trouvé… Impossible de le décrire mais, c’était vraiment celui avec qui elle avait été le plus en conflit. Quoi qu’il en soit, c’était elle qui avait merdé en partant, qui avait baissé les bras en se disant que la famille avait trop d’importance pour les deux et qu’elle n’arriverait jamais à leur offrir un peu plus « normale » et sans risque.

Les explications sur les combats avaient forcément de quoi être inquiétantes. Ce n’était pas des trucs organisés vite fait dans une ruelle mais ça semblait être carrément une organisation. Et, si plus les risques étaient importants, plus l’argent entrait, alors elle ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer que Seth – toujours lui, ça ne pouvait pas venir de Jay – se servait de son cadet pour lui demander de faire des combats dangereux. De toute façon, elle avait Jay devant elle pour juger des dégâts qu’il pouvait subir. Dès que ça touchait son petit frère, elle avait cette fâcheuse tendance à s’emporter, surtout à cause de l’inquiétude. Pour, une fois, elle se força à ne pas succomber à cette envie. Inquiète, elle l’était, ça se voyait clairement sur son visage mais elle ne s’emporta pas. Pas cette fois.

« Jay, essayes, s’il te plait, d’inverser les rôles, juste deux minutes. » le ton était toujours calme et posé alors qu’elle relevait les yeux sur son frère. « Si c’était moi qui t’avais dit ça. Qu’est-ce que tu ferais ? »

Changement de stratégie, peut-être que le fait de ne pas s’énerver l’aidait à mieux réfléchir pour amener les choses. Plutôt que de lui expliquer que ça l’inquiétait forcément et que c’était difficile de répondre à sa demande, elle préférait que lui, il essaye de voir les choses de son point de vue à elle. Bon ok c’était une fille et qu’il y avait peu de chances de l’imaginer en train de se battre contre des types mais, ouais, il fallait faire un effort d’imagination.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 17 Jan 2014 - 17:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Oh, il aurait été incapable de contredire Charlie sur le fait qu'Earl aurait préféré la savoir strip-teaseuse plutôt qu'avocate, puis Seth et Terry aussi certainement. Ils auraient pu garder la main sur elle au moins et elle aurait rapporté un peu de fric. C'était bien le seul point de désaccord qu'il avait avec ses frères : le fait que la vie actuelle de Blondie était bien mieux pour elle que si elle était restée avec eux. Mais ils avaient aussi une manière bien différente de la percevoir, Jay n'avait jamais été honteux ou contrarié de voir qu'elle ne suivait pas le même chemin qu'eux, c'était même l'opposé. Mais bien sûr, malgré tout ce qu'il venait de dire à Charlie il était tout simplement exclu qu'il en vienne à faire une telle confession ! C'était con à dire, mais pour la première fois où ils évitaient de chercher à comprendre l'autre, ils captaient enfin ce qu'il ou elle pensait vraiment. Finalement, la seule manière de bien se comprendre c'était de parler franchement, un truc que Jay faisait au quotidien, sauf lorsque ça concernait sa frangine. Il laissa apparaître une légère moue lorsqu'elle parla d'avoir voulu éviter qu'ils ne soient tous embarqués dans les combines de Seth. C'était peine perdue, depuis qu'ils étaient venus au monde ils faisaient ce que leur aîné voulait – Charlie y comprit au début. Espérer annuler l'ordre des choses était aussi vain que d'espérer voir Jay devenir président des États-Unis. Face au discours de sa sœur, le texan ne répondit rien. Déjà qu'il ne la regardait pas, comme si c'était trop gênant d'entendre ce que l'autre pensait réellement. Au fond, c'était bien plus simple de mentir, vous pouviez vous faire vos propres idées sur la manière de penser de l'autre et vous évitiez de devoir repenser tout votre mode de fonctionnement.

Ce ne fut que lorsqu'elle posa une question directe qu'il daigna reporter son attention sur elle. Qu'est-ce qu'il ferait si c'était elle qui était à sa place ? Il n'y avait pas trente-six solutions, surtout lorsque vous constatiez que Jay avait une facilité impressionnante à s'emporter dès qu'il était question de sa frangine. Haussant les épaules comme pour atténuer ce qu'il allait dire, le trentenaire lâcha sa réponse.

« Je me démerderai pour essayer de trouver où ces combats ont lieu et j'irai faire comprendre à ces types que s'ils t'embauchaient encore, ils auront affaire à moi. » Mais comme il ne tenait pas à ce qu'elle prenne ça pour un conseil, il s'empressa d'ajouter des précisions. « Sauf qu'il y a une différence entre toi et moi. Sans vouloir t'offenser, t'as pas vraiment la carrure à menacer des types comme ça et très franchement, que tu sois avocate ça leur fera ni chaud ni froid. En fait si. Tu risquerais de t'attirer des ennuis et à moi aussi. » Il soupira. « Puis la différence c'est aussi que si tu fais quelque chose pour que j'arrête, les autres vont se retrouver dans la merde et au final, tu nous causeras plus d'ennuis que tu n'en régleras. »

Après, il était vrai qu'une intervention de sa part mettrait fin aux combats et par conséquent, aux blessures qu'il pourrait récolter. Mais très franchement lorsque vous aviez son don, ne pas l'utiliser serait une insulte à la race humaine. Enfin ça c'était le discours que Terry tenait lorsqu'il notait des réticentes chez Jay. Cela dit, Charlie n'avait pas été mise au courant des améliorations qui s'étaient produites dans son don, depuis qu'elle était partie il s'était découvert pas mal de nouvelles facultés. Mais ce n'était pas le genre de sujets qu'il avait envie d'aborder maintenant qu'ils réussissaient enfin à avoir un semblant d'entente. Il détourna les yeux de la jeune femme pour regarder une fois de plus les environs.

« Je vais être honnête Charlie, je pensais que c'était une connerie que tu veuilles reprendre contact. Même si t'es pas partie pour ces raisons, si tu recommences à te mêler aux problèmes qu'on pourra avoir, ça ne va faire que compliquer les choses. Les autres sont persuadés que tu t'es tirée pour mener ta vie loin de nos affaires alors si tu viens tenter de les régler, ils vont forcément mal le prendre. » Pour lui c'était logique, mais pour elle ? « Puis moi, bah j'ai pas envie que tu commences à te faire des emmerdes en venant démêler les nôtres. Tu te souviens des embrouilles qu'ils faisaient à Houston, bah ici c'est pareil. Même des fois un peu plus craignos, alors j'ai pas envie que tu t'en mêles. »

L'explication était assez anarchique, mais au final le gros était compréhensible. Certes il avait dû sous-entendre qu'ils traînaient avec des types peu fréquentables, mais apparemment c'était la seule solution pour que Charlie puisse comprendre pour quelle raison il n'avait réellement pas envie qu'elle vienne les aider. Il soupira légèrement avant de la regarder à nouveau.

« De toute manière, même si t'étais restée à la maison après avoir eu ton boulot, j'aurais pas voulu que tu ramènes l'argent et que tu t'occupes de tout ça. C'est pas ta place. » Mentalité d'un autre temps, mais tant pis. « Des fois je me dis que les gens avaient raison lorsqu'ils disaient que t'es née dans la mauvaise famille. » Il faisait référence à leurs détracteurs de Houston. « Essaye de comprendre que de toute manière, Earl et moi on est déjà mêlés à ces affaires, mais pas toi. Ça servirait à rien de vouloir changer ça, dans les deux sens. »

Donc aussi bien la voir revenir vers eux que leur frangin et lui puissent s'éloigner des deux autres.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Jan 2014 - 22:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Elle ne pouvait pas le contredire sur ce point : elle n’avait pas la carrure pour être impressionnante. Et, en réalité, elle ne comptait même pas sur son statut d’avocate pour menacer qui que ce soit. Il y avait des milieux où ça n’impressionnait personne et où c’était même du suicide. Cela dit, ils s’accordaient aussi sur le fait qu’il était difficile de ne rien faire en sachant que l’autre se retrouvait à se battre dans des combats qui étaient réellement dangereux. Là, où Jay se plantait, c’est qu’elle pouvait avoir un peu de ressource, qu’elle pouvait aussi envisager des solutions qui n’impliquaient pas son boulot, ni même sa carrure peu impressionnante. Assez naturellement son esprit se dirigea vers Chase Neutron-Grey et ses capacités impressionnantes. Ça, au moins, ça devait être dissuasif, non ? Charlie secoua légèrement la tête pour effacer cette pensée de son esprit, elle réfléchissait vraiment n’importe comment quand il s’agissait de son frère. Risquer d’envoyer Chase dans un endroit qui craint, en plus d’être dangereux, juste pour avoir de l’aide c’était vraiment abusé.

Finalement, le plus désaccord qu’ils pouvaient avoir se trouvait dans le fait que Jay ne prenait pas en compte le fait qu’elle se fichait pas mal de problèmes qu’elle pouvait s’attirer. Ce qui pouvait lui arriver n’avait pas de grande importance si ça pouvait aider son petit frère. Le problème c’était que ça ne semblait pas être le cas. A l’écouter, tout ce qu’elle pouvait faire ne servirait qu’à lui attirer plus de problèmes. Chose qu’elle ne voulait pas, évidemment. Mais d’un autre côté, il ne faisait rien pour la rassurer en lui disant que les choses étaient pires maintenant par rapport à Houston. Deux minutes plus tôt – peut-être plus – elle disait vouloir savoir et maintenant, elle se plaignait mentalement d’être au courant. Pas étonnant qu’ils soient incapables de se comprendre, elle n’était même pas foutue de savoir ce qu’elle voulait elle-même.

Impossible pour elle de ne pas laisser échapper un soupir un peu blasé quand il expliqua qu’il ne l’aurait pas laissé l’aider parce que, en gros, ce n’était pas à la femme de ramener l’argent. Il ne l’avait pas dit comme ça mais c’était ce que ça voulait dire. Ils avaient réellement été élevés dans la même famille ? Un questionnement qui trouva écho quand Jay annonça qu’elle devait être née au mauvais endroit. L’air de ne pas comprendre pourquoi il venait de dire ça, elle se retrouva à relever les yeux vers lui.

« Je n’ai jamais regretté d’être arrivée dans cette famille. Peu importe ce que les gens pensent. » Elle secoua légèrement la tête tellement l’idée lui semblait impensable. « Si je pouvais revenir en arrière et avoir le choix, je ne choisirais pas une autre famille. » Elle changerait un tas de choses, pour ne pas avoir à se retrouver dans cette situation là avec lui mais, jamais elle ne changerait de famille. Impossible. « Je ne sais pas trop comment je dois prendre ta phrase. C’est un regret pour toi, que je sois née dans cette famille ? »

Et là on entrait dans un des plus gros progrès de leur mode de conversation. Avant elle aurait cru qu’il le regrettait, serait partie avec cette idée, se serait vexée et aurait trouvé quelque chose de vexant à dire en échange. Là, elle préférait l’interroger pour éviter les malentendus, sûrement parce qu’elle n’avait plus envie de hurler ou qu’elle comprenait qu’ils pouvaient percevoir les choses de manières différentes. Le ton était même resté très calme, ce n’était qu’une question et non pas une critique. Elle laissa passer un soupir.

« Je ne sais pas quoi faire, Jay. » Et, franchement, venant d’elle c’était une grande première en plus d’un aveu qui sonnait horrible à ses oreilles. « Tu es mon frère et, je ne vois pas comment il est possible de te laisser dans cette situation. Sérieusement, est-ce que tu as vu la tête que tu as ? La prochaine fois, c’est quoi : l’hôpital le plus proche ? Et après ? » Le ton n’avait toujours pas bougé de son timbre posé et calme. « Et, en même temps, je n’ai aucune envie de te causer le moindre souci. Ça n’a jamais été le but, tu sais ? » Elle ne savait pas pourquoi mais elle avait besoin qu’il comprenne qu’elle n’avait jamais rien fait contre lui, que ses actions partaient toujours d’une bonne volonté à la base. « Le truc c’est que les autres ont déjà un problème avec moi alors, franchement, un peu plus ou un peu moins je m’en fiche un peu. Les froisser ne me pose pas de problèmes, avoir des ennuis encore moins parce que… » Euh… Elle ne savait pas trop comment expliquer mais, elle se retrouva à relever la tête vers Jay et à sortir les choses comme elles venaient. « Si j’apprends un jour qu’il t’es arrivé quelque chose de grave. De vraiment, vraiment grave. » Elle haussa les épaules, pas très à l’aise dans ce genre de discours. « Je n’aurais rien fait pour essayer d’éviter ça, tu comprends ce que je veux dire ? »

Elle n’était pas certaine de bien se faire comprendre mais, tout ce qu’elle voulait dire c’est qu’elle passerait le reste de sa vie à regretter de ne pas avoir tenté quelque chose si ça venait à mal tourner pour Jay. Forcément, elle finirait par se rendre responsable mais, bien sûr, elle ne voulait pas envisager qu’il puisse arriver quelque chose de trop définitif à Jay.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 20 Jan 2014 - 14:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Ce fut assez inattendu que Charlie lui pose une question suite à l'une de ses déclarations. Les fois précédentes, elle – et lui aussi – avait plutôt l'habitude d'interpréter ce qu'il disait comme bon lui semblait et de se forger une opinion sur cette base. En bref, ils pensaient pouvoir se comprendre sans demander plus de détails à l'autre, sauf que ça foirait totalement à chaque fois ! Jay secoua la tête en détournant le regard lorsque sa frangine lui demanda s'il regrettait qu'elle soit née Lane. Bien sûr que non, il était content d'avoir une sœur comme elle, mais dans un sens, il aurait tout de même préféré qu'elle soit née ailleurs. Dans une famille plus ouverte et un peu moins branchée délinquance. Bref, une famille où son comportement aurait été perçu comme quelque chose de normal. Pour les Lane, avoir une frangine avocate était aussi humiliant qu'avoir une frangine strip-teaseuse dans une autre famille. Enfin les Lane, pour les trois autres – même si Earl n'avait pas trop l'air de comprendre de quoi il était question. Difficile d'organiser ses pensées lorsque vous vouliez approuver et nier quelque chose. Finalement, le texan opta pour la solution de facilité en disant les choses comme elles étaient. Charlie était futée, elle comprendrait. Enfin il l'espérait.

« Oui et non. Non parce que ça me ferait chier de ne pas t'avoir comme frangine, mais oui parce que si t'étais née dans une famille plus... normale ? Bah t'aurais pas toutes ces emmerdes. » Il haussa les épaules. « J'sais pas, les rares fois où j'ai dit que j'avais une sœur avocate, les gens trouvaient ça cool alors qu'en entendant Terry ou Seth, on a plutôt l'impression que c'est la honte. T'es un peu trop normale en fait. »

Bon, ce n'était pas aussi clair qu'il l'avait espéré, mais au moins Charlie pourrait-elle piger qu'il n'était pas agacé par l'idée qu'ils avaient un lien familial. Au début il avait trouvé ça naze d'avoir une nana dans la fratrie, considérant toujours qu'elle allait leur attirer des emmerdes, mais avec les années cette position avait évoluée. Maintenant Jay aurait bien du mal à se dire qu'il n'avait plus de sœur, même avec un caractère de cochon et un nom de mec. C'était bien la seule femme qu'il estimait et venant de lui, ce n'était pas rien. Mais bien entendu, il était tout simplement exclu qu'il le dise aussi clairement. La situation actuelle était déjà bien assez gênante, il n'aimait pas devoir exprimer aussi franchement ses pensées parce qu'il disait toujours une connerie ou un truc qu'il aurait dû garder pour lui. Seth n'avait pas tort, il était trop con pour avoir une discussion normale avec qui que ce soit. Surtout Charlie.

Ces pensées furent bousculées par l'aveu de la jeune femme. Elle ne savait pas quoi faire, bah lui non plus. Ça leur faisait un point commun comme ça ! Enfin, pas sûr que Charlie en soit ravie. Parler apportait toujours des emmerdes, ils auraient mieux fait de s'ignorer et de laisser tomber la compréhension pour aller chacun de son côté. Sauf que c'était trop tard maintenant et qu'il allait falloir faire avec. Un soupir lui échappa tandis qu'elle lui demandait comment les choses évolueraient. L'hôpital n'était pas au programme, Jay doutait que les autres puissent avoir l'idée de l'y amener même si les choses tournaient vraiment mal un jour. Ils avaient l'air tellement persuadés de son invulnérabilité, ils attendraient certainement que les choses se règlent d'elles-mêmes. Sauf que ce n'était pas le genre de discours à tenir face à sa frangine qui avait l'air de suffisamment s'inquiéter comme ça. Face à ce qu'elle lui demandait finalement, Jay fut forcé d'acquiescer, même si ce qu'il déclara ne serait certainement pas à son goût.

« Oui je comprends. Mais tu ne peux rien faire pour éviter ça, t'inquiéter n'empêchera pas que ça puisse arriver tu sais. » Il haussa les épaules. « Je connais mes limites, je sais ce que je suis capable ou non de faire, je me déciderai de pas de me battre si je ne suis pas en état de le faire. » Il ne mentait pas, ce n'était jamais lui qui décidait d'y aller, c'était les autres qui le poussaient à faire ça. « Le problème Blondie c'est pas seulement les autres. Pour toi c'est facile à dire qu'il faut que les choses changent, mais tu t'es déjà demandé si ça me convenait à moi ? » C'était peu probable vu qu'ils ne parlaient jamais de leurs sentiments. « J'ai jamais été doué pour rien, c'est pas comme toi. J'ai un boulot de merde et ça, ça changera jamais. Mais dans ce truc je suis bon, plutôt bon d'après certains anciens. Je vois vraiment pas pourquoi je changerais ça alors que c'est bien le seul moyen que j'ai de pas être complètement minable tu vois. »

Il s'attendait à ce qu'elle ne comprenne pas et qu'elle suggère qu'il fasse autre chose. Pour Charlie qui avait toujours été plus intelligente que les autres Lane, excepté Terry peut-être, c'était parfaitement logique et à portée de main de changer de vie et d'opter pour une réorientation professionnelle. Mais Jay était bien conscient que mis à part les boulots de merde dont personne ne voulait, il n'aurait rien de plus intéressant. Et franchement, à choisir entre une vie rangée sans risque de se faire tuer pendant un combat, mais avec un boulot de merde, puis une vie certes agitée, mais où il pouvait mettre ses talents à l'épreuve, il n'y avait pas photo. Soupirant légèrement, les mains toujours enfoncées dans les poches de sa veste, il termina.

« Et arrête de te faire du bile. Ça c'est amélioré avec le temps, je suis beaucoup plus performant qu'à Houston. » Le « ça » désignant son don, même si Charlie ne savait rien à propos de lui. « Je n'ai encore jamais perdu de combat vraiment important. »

Sinon il ne serait plus là pour en parler, forcément.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 22 Jan 2014 - 21:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Demander des précisions était une bonne chose parce qu’elle comprenait ce qu’il voulait dire, enfin elle le pensait. Mieux, elle ne le prenait pas mal, et ça relevait presque de l’exploit quand on connaissait le passif de leurs dernières conversations. Comprendre ne voulait pas dire qu’elle partageait le même point de vue, cela dit. Par exemple, elle n’estimait pas avoir d’emmerdes particulières. Enfin, ce qui l’ennuyait profondément c’était de ne plus avoir accès, comme elle le voulait, à sa famille mais, en dehors de ça les Lane n’avaient jamais été une source de problèmes – à quelques détails près qui lui semblaient peu importants, en réalité. Tout n’était pas parfait, les choses ne se déroulaient pas comme elle le voulait mais admettre que c’était une source d’emmerdes, c’était avouer avoir un problème avec sa famille et elle était incapable de penser de cette manière.

« Enfin, tu sais, dans une autre famille, j’aurais peut-être fini par avoir un métier qu’ils auraient trouvé honteux aussi. » Son choix s’étant fait en rapport à sa famille, il était évident pour elle qu’elle ferait autre chose si elle était née ailleurs. « Peut-être que je ne suis pas si normale que ça mais, je ne sais pas… » Elle haussa les épaules. « Dans toutes les familles, je crois, il y a toujours une personne qui ne répond pas aux attentes des autres. Faut croire que mon rôle est surtout là. » Et elle trouvait le moyen de dire ça avec un regret clairement annoncé dans le timbre de sa voix parce que, en fait, tout aurait été bien plus simple si elle avait suivi le mouvement. Elle secoua légèrement la tête. « Enfin, peu importe. Le seul truc à retenir, Jay, c’est que je ne regrette absolument pas cette famille. »

Facile de lui dire que ça ne servait à rien de s’inquiéter mais, comment pouvait-elle faire autrement ? Entendre Jay lui dire qu’il savait ses limites et qu’il ne s’engagerait pas dans un combat en sachant qu’il n’était pas état c’était… En fait elle avait l’impression de s’entendre quand elle disait qu’elle savait les affaires qu’elle prenait et que ça ne comportait aucun risque. Sur le papier c’est joli, ça fait bien, on n’a pas envie de s’en faire mais, dans la réalité, il y avait toujours un évènement qui foirait tout et qui créait des situations compliquées. Tout son raisonnement fut coupé quand Jay lui demanda si elle s’était déjà interrogée sur ce qui lui convenait à lui. Euh… Bah, elle se sentait un peu stupide parce que, non, elle ne lui avait jamais clairement posé la question. Cela dit, il y avait une raison à ce manque d’interrogation, qu’elle lui expliquerait quand son cadet aurait fini de se définir comme incapable de rien.

Là, Charlie en voulait surtout à Seth et sa façon de parler à Jay. Combien de fois il avait dit à Jay qu’il était trop con pour réfléchir, seulement sur leur courte entrevue dans le café ? S’il passait sa vie à rabaisser le plus jeune, ce n’était pas étonnant que ce dernier se sente incapable de faire quelque chose. Seth avait une vision complètement faussée de Jay sauf que, Charlie aussi mais elle ne s’en rendait pas compte. Jay, c’était son frère, il était très bien et, forcément, il pouvait faire ce qu’il voulait pour peu qu’il s’y force un peu.

« Je ne t’ai jamais demandé si ça te convenait parce que tu ne m’as jamais annoncé tes occupations comme quelque chose qui te plaisait mais comme une obligation. » Et une nécessité pour aider le reste de la famille mais, jamais il n’avait parlé de choix. Alors peut-être qu’elle avait interprété à sa manière et qu’elle aurait dû poser la question. « Je ne sais pas comment tu te vois Jay mais, je ne peux pas être d’accord avec toi. Tu crois que tu ne peux rien faire d’autre mais est-ce que tu as déjà essayé ? » Pensant que ça pouvait sonner comme un reproche, elle décida d’enchainer rapidement. « On m’a laissé faire ce que je voulais, vous m’avez même plus qu’aidé dans cette voie. Peut-être que tu as aussi besoin d’un coup de pouce. Après, Jay, mes choix ne convenaient pas et on ne m’a pas empêché pour autant de le faire alors… » Elle inspira. « Ce serait très mal venue de ma part de t’empêcher de faire ce que tu veux mais, est-ce que c’est vraiment ce que tu aimes faire ? » Elle détestait déjà cette question parce qu’elle n’avait pas envie d’entendre une réponse positive. « Est-ce que, très sincèrement, cette activité te convient ? »

Entendre que son frère, si parfait, dire qu’il appréciait pouvoir foutre sur la tronche d’autres types ce n’était pas tellement le genre de révélation dont elle avait besoin. Mais, si on lui avait laissé le choix à elle, est-ce qu’elle ne devait pas essayer de faire la même chose pour lui ? Enfin, là, c’était bien beau mais, honnêtement elle aurait bien du mal à laisser les choses en état en sachant que Jay risquait de se faire rétamer durant un combat. Pas qu’elle voulait mettre ses capacités en doute mais, c’était une sœur et, forcément, l’inquiétude prenait le dessus sur la logique. Un air interrogateur passa sur son visage.

« C’est quoi qui s’est amélioré depuis Houston ? »

La manière dont étaient organisés les combats ? Sa technique de combat ? Enfin il y avait un tas de choses qui pouvaient s’être amélioré.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 23 Jan 2014 - 15:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Supputer sur les choix de Charlie si elle était née dans une autre famille, n'était pas vraiment à portée de Jay. Pour le coup il se disait simplement qu'il avait toujours imaginé sa frangine dans une famille un peu plus normale et il n'avait jamais cherché plus loin. Mais après, elle avait certainement raison en imaginant qu'elle aurait aussi pu être la bête noire ailleurs. Au moins en étant issue des Lane, la jeune femme occupait le beau rôle et ça le consolait un peu. Blondie n'était peut-être pas normale, mais pour Jay elle était toujours apparue comme la personne la moins étrange de ses connaissances. Peut-être parce qu'elle était humaine, pas comme les combattants du Circus, puis qu'elle était du bon côté de la loi, pas comme ses frangins ? C'était trop de pensées pour pas grand-chose et le texan se contenta de hausser les épaules pour signifier qu'il ne savait plus trop quoi penser. Ça ne lui plaisait pas d'imaginer sa sœur dans le rôle de celle qui avait toujours un problème, mais il aurait été bien incapable de lui prouver que ce n'était pas le cas. Après un léger soupir, il reporta son attention sur elle.

Le fait qu'elle commence sa réponse suivante en mettant en avant qu'il n'avait jamais prétendu que se battre lui plaisait, ne manqua pas de mettre Jay dans une position qu'il n'avait pas vue venir. C'était vrai, il avait toujours présenté ça comme une obligation, mais certainement parce que s'en était une. Est-ce qu'il aimait réellement se battre ? Pas vraiment. Enfin les combats ne le gênaient pas, mais amocher des types juste pour du fric ne le rendait pas particulièrement fier de lui. Quant à tuer pour de l'argent, inutile de préciser que ce n'était pas ce qu'il avait imaginé faire à son âge lorsqu'il était encore ado. Mais il était rare que l'on ait ce que l'on désirait réellement et pour être honnête, Jay avait tellement pris le pli d'agir de la sorte que c'était devenu aussi naturel que de se nourrir pour survivre. Il soupira une énième fois alors que Charlie mettait en avant qu'elle avait pu changer de vie et cela même si ses choix ne convenaient à personne. Sauf qu'elle à cette époque, elle ne servait pas de gagne-pain à toute la famille. Comment est-ce que les autres réagiraient si Jay décidait tout à coup de laisser tomber les combats au Circus ? Très mal certainement et il ne s'attendait pas à avoir le soutien des autres s'il décidait de se recycler dans la garde d'enfants ou le toilettage de caniches de luxe. Non franchement, il ne voyait pas d'autre issue que celle du Circus.

Ce ne fut que lorsque Charlie interrogea son frère sur ce qui s'était amélioré que celui-ci se rendit compte qu'elle n'était peut-être pas au courant de tout ce qui faisait son « talent ». Son départ avait l'air de remonter à tellement longtemps qu'il ne savait même plus ce qu'elle savait et ce qu'elle ignorait à ce niveau. Il marqua une brève pause avant de répondre au reste avant toute chose.

« Je sais pas si c'est ce que j'aime faire. Je le fais c'est tout. Je m'en sors pas trop mal. Puis franchement... » Jay hésita un instant. « Je fais rien qui puisse me plaire alors je sais même pas comment je pourrais savoir ce que ça fait de faire un truc qu'on aime. » Cariste au port ? Il y avait mieux. Homme de main pour le Cartel ? Pas très passionnant. Il faisait des trucs parce qu'on lui demandait. Point barre. « T'as pas l'air de piger Charlie je crois. Ils t'ont peut-être laissée faire ce que tu voulais, mais tu crois que Seth t'aurais laissée filer si on était pas intervenus ? » Vu qu'il en était venu aux mains, c'était peu probable. « Et sans vouloir critiquer tes choix, j'ai aucune envie de les envoyer chier et de faire mes trucs de mon côté. Toi tu t'en es bien tirée, mais moi à part eux, je connais pas grand monde dans cette ville de merde. » À Houston c'était un peu différent. « Tu peux pas comparer nos situations. Même si j'avais envie de faire un truc, je pourrais pas. Je préfère éviter de faire des plans sur la comète, ça m'épargne les déceptions ensuite. » Un comportement typique de loser, c'est un fait. « Et toi, est-ce que c'est vraiment ce que t'aimes faire, défendre des types que tu connais pas ? »

Il avait bien du mal à y croire, mais peut-être parce qu'il n'était pas foncièrement bon comme sa frangine. Une preuve de plus qu'ils n'étaient pas du tout pareils, Jay se voyait mal faire un boulot pour aider les autres. Pour lui le travail devait permettre de vivre avec l'argent apporté, mais il ne comptait pas vivre pour bosser comme ça avait l'air d'être le cas de Charlie, sans vouloir la critiquer. Après un énième soupir, il répondit à sa dernière question.

« Ce qui s'est amélioré, c'est ce qui t'inquiétait à l'époque. C'était pas un problème de santé, mais plutôt un truc normal. Bref, pas la peine de s'étaler là-dessus, t'as juste à savoir que c'est largement suffisant pour que je flippe pas dès que je vais me battre. »

Jay ne tenait pas à explorer ce sujet trop en profondeur, elle risquait encore de s'inquiéter pour des conneries alors qu'il n'y avait aucune raison de s'en faire. Son regard s'attarda sur la jeune femme alors qu'il se souvenait qu'ils étaient ici pour des raisons différentes.

« T'es ici pour le boulot ? »

Question un peu incongrue il fallait l'avouer, mais c'était la seule qui s'était présentée à lui.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 23 Jan 2014 - 21:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Peut-être que c’était elle qui était trop idéaliste, ou qui voyait Jay de manière peu objective mais, il devait bien y avoir quelque chose qui lui plaisait, non ? C’est elle qui était un peu conne en fait. Parce que, quand elle vivait encore eux, elle n’avait jamais vu ses frères faire autre chose que ce qu’ils faisaient. C’était presque comme une évidence parce qu’elle les avait toujours vu faire. Sa vision des choses avait surtout évolué quand elle était partie, qu’elle avait vu d’autres choses et qu’elle n’avait plus personne pour lui rappeler ce qu’elle pensait être des acquis. A partir de là, elle ne pouvait pas en vouloir à Jay de ne pas envisager pouvoir faire quelque chose d’autre que ce qu’il avait toujours connu, de ne pas réellement avoir réfléchi à ce qui pourrait lui plaire. Ce n’était pas la peine, non plus, de lui rappeler qu’elle s’en serait moins bien sortie si Jay n’était pas intervenu au moment de son départ, elle en restait parfaitement consciente.

Ce qui la dérangeait le plus dans le discours de son cadet, c’était surtout que, à l’écouter, il avait l’air de penser que ça avait été facile pour elle. Qu’elle s’était barrée et qu’elle avait entamé sa vie comme elle l’avait voulue, en un claquement de doigt et sans la moindre difficulté. Charlie ne connaissait personne quand elle s’était barrée, elle s’était juste retrouvée dans une ville complètement inconnue et, derrière elle, plus aucun frère pour avoir un minimum de soutien. Elle décrocha de ses pensées à la question de Jay sur ce qu’elle pensait de son activité et après un instant de réflexion, elle hocha la tête.

« Oui. Honnêtement, c’était un choix qui avait été pris pour d’autres raisons mais, finalement, j’aime ce boulot. Je ne sais pas, au moins je me dis que j’aide des personnes à défaut de pouvoir aider ceux qui étaient visés quand je me suis lancé dans ce métier. » Donc, ses frères. « Et, Jay, tu crois que je connaissais qui quand je suis partie ? On venait d’arriver dans cette ville, j’étais complètement paumée. Les seules personnes que j’avais dans mon entourage, c’était vous. » Le ton restait calme et sans la moindre critique. Après tout, ça avait été son choix, pas le leur. « Je n’ai jamais eu la prétention de dire que je m’en serais sortie toute seule, je reste parfaitement consciente de ce que vous avez fait et, surtout, de ton intervention quand j’ai dit que je partais. »

Peut-être que c’était une façon de dire merci et, surtout, qu’elle n’y était pas arrivée toute seule. Enfin, une façon de dire qu’il pouvait aussi avoir de l’aide s’il voulait se sortir de sa situation.

« Je ne vois pas en quoi nos situations ne sont pas comparables. Je ne te demande pas de trouver un truc qui demande des années d’études, mais tu as l’air de penser que tu es incapable de faire autre chose et, franchement, ne me demande pas d’être d’accord sur ce point-là. Peut-être que tu as fini par y croire avec le temps mais, Jay, tu es loin d’être stupide, encore moins de l’être autant que Seth peut le prétendre. » Elle haussa les épaules. « Si c’était le cas, tu n’aurais jamais réfléchis par toi-même et tu ne serais pas allé contre son avis en intervenant quand je suis partie, ou l’autre jour au café. » Rien à voir mais, parler du café lui rappela quelque chose qu’elle risquait d’oublier de dire. « D’ailleurs, j’ai récupéré ta veste. »

Inconsciemment elle avait sûrement prévu de se servir de cette veste pour avoir une raison d’aller le voir, sans attendre des années. Elle n’aurait jamais tenu un tel délai de toute façon. Les explications de Jay sur ce qui s’était amélioré avec le temps restaient assez nébuleuses. Alors, sa seule façon d’essayer d’en savoir un peu plus fut de hausser les épaules et de prendre un ton un peu plus léger.

« C’est-à-dire ? Tu es comme Aishlinn, tu te rends intangible ? »

Elle n’y croyait pas réellement mais, elle espérait que la réponse de Jay lui donnerait un peu plus de renseignements sur la question. Charlie ignorait aussi que Jay n’était pas au courant du pouvoir de l’Irlandaise. La gamine ne s’en cachait pas réellement, alors bon. Le regard de la trentenaire se déplaça sur un immeuble un peu plus loin, avant de revenir sur son frère dans un hochement de tête.

« Oui, j’avais un rendez-vous avec un type pour une affaire. Une histoire de mauvais paiement par son patron, rien de très passionnant, en réalité. » Précision faite, et vraie, pour ne pas l’inquiéter. « Et toi ? Tu es plutôt loin des docks. »

La dernière question restait toujours sur un ton calme, même si elle restait curieuse de savoir ce qui avait pu entrainer Jay jusqu’ici.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 25 Jan 2014 - 21:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
C'était plutôt bizarre de se dire que même si Charlie n'avait pas décidé de se lancer dans le droit pour le plaisir de défendre des paumés, elle y trouvait un certain plaisir, voire réconfort. Chacun son truc. Jay était trop bridé par les pensées négatives qu'il entendait depuis des années et la simple idée de quitter le cocon familial pour se lancer dans une vie en solo lui semblait hors de portée. Autant lui conseiller d'aller s'établir sur Mars, Charlie aurait autant de chance de succès ! Le texan haussa les épaules comme elle déclarait ne pas avoir eu grand monde sur qui compter lorsqu'elle était partie de la maison. Il la croyait sur parole et très franchement, même s'il n'était pas liant et n'avait aucun ami, il ne se voyait pas se retrouver totalement seul. Quant à se faire de nouvelles connaissances, c'était tout bonnement exclu. Il détestait devoir copiner avec des autres paumés, ses frères suffisaient largement et il était inutile de chercher plus loin. Mais bizarrement, Jay était convaincu que cette réponse ne plairait pas à la jeune femme s'il lui servait. Sauf qu'il ne voyait pas quoi dire d'autre.

« J'ai pas dit ça pour que tu dises qu'on a fait des trucs pour toi. Je m'en fous perso, c'est passé depuis longtemps et je l'ai oublié. » Pas vraiment, mais c'était une manière de dire qu'ils étaient quittes. « Écoute, je sais bien que c'était pas une partie de plaisir pour toi, mais je te le répète : toi et moi c'est pas pareil. J'ai jamais aimé devoir parler à d'autres personnes que la famille et franchement, je compte pas que ça change. Du coup me tirer de la maison ce serait surtout le meilleur moyen pour que je me retrouve vraiment tout seul. Pas que ça me dérange, mais si je vais ça, je pourrai plus revenir en arrière après. »

Parce qu'il était bien évidemment exclu de recommencer une vie sans quitter le domicile familial, Seth s'y opposerait. Bien entendu, l'idée de demander de l'aide à Charlie ne l'effleura pas une seule seconde. D'une part, parce qu'elle avait bien trop de boulot avec sa vie de célébrité, ce n'était pas une critique cela dit. Puis d'une autre, parce qu'elle serait mêlée à ses emmerdes et qu'elle en avait déjà assez avec Seth. Inutile de leur faire clairement comprendre que c'était elle qui avait déclenché cette idée de départ chez Jay. Lorsque la jeune femme reprit la parole pour déclarer qu'il était loin d'être stupide, forcément le trentenaire resta sceptique. Il n'était certainement pas aussi con que Seth le prétendait, mais après il était loin d'être une lumière pour autant. C'était à peine s'il savait écrire convenablement donc bon. De toute manière il en avait marre de devoir sentir les regards réprobateurs des personnes dites « normales », celles qui voyaient forcément un paumé sans cervelle dès qu'elles posaient les yeux sur lui. Il y a quelques mois, Jay s'en foutait, mais depuis qu'il savait qu'il pouvait être associé à sa sœur, c'était légèrement différent. Finalement, Charlie avait bousculé par mal de choses depuis son retour parmi eux. Il lâcha un bref soupir.

« Ma veste ? Ouais... t'as qu'à la balancer. » Pour l'état dans lequel elle était de toute manière. « Et très franchement, j'suis pas sûr qu'aller contre l'avis de Seth ce soit une marque d'intelligence tu vois. Je dirais plutôt le contraire. Si j'étais vraiment capable de réfléchir, j'aurais dit non dès qu'on s'était revus la première fois. »

Parce que ça leur aurait évité plein d'emmerdes à tous les deux. Mais non ! Il avait fallu qu'il se croit plus futé que les autres et voilà ce qui arrivait maintenant. Il n'était peut-être pas con, mais il n'était pas assez futé pour dépasser Seth et c'était la seule chose qui importait à l'heure actuelle. Mais comme l'avocate reprenait sur le sujet d'Aishlinn, Jay lui décrocha un regard interrogateur. Intangible ? Il n'était pas au courant du don de la gamine, même s'il se doutait qu'elle en avait un vu cette manière d'être sûre d'elle qu'elle arborait à chaque visite.

« Intanquoi ? Je sais pas ce qu'elle fait. À part m'emmerder j'étais pas au courant qu'elle avait un don. » Même si, au final, elle ne l'emmerdait pas tant que ça. « Je suis simplement plus résistant. Puis un peu plus fort, dans certains cas. Enfin on va dire que c'est un truc typique pour les gars qui se battent, alors même si la nature me dit que c'est ce que je dois faire, je vais pas la contredire. »

Ça, c'était l'argument de Terry. « Mère Nature t'a donné ce don, c'est pour que tu te battes et que t'en fasses profiter la famille ! » Jay n'était pas sûr que son frangin était capable de décrypter les souhaits de Mère Nature, mais s'il le disait, c'était forcément vrai. L'argument trouverait certainement quelques réticences chez Charlie, mais le texan restait persuadé que ce serait un gâchis de ne pas se servir de son pouvoir. Et mis à part en se battant, il ne voyait pas comment il pourrait le faire. Quoi qu'il en soit, Charlie lui déclara qu'elle était ici pour une affaire, encore une fois. Elle ne faisait que bosser. Et lui ? La question était forcément gênante vu qu'il était là pour le compte du Cartel, mais tant pis. Un mensonge dans cette discussion ne serait pas de trop.

« J'ai livré des fournitures de bureau pour un type que je connais. » C'était l'excuse typique en cas de contrôle. « Tu t'occupes encore des affaires comme ça ? T'avais pas ouvert un cabinet aux dernières nouvelles ? Logiquement c'est plutôt à toi de rester là-bas et aux employés de se déplacer. Tu sais Charlie, je crois que t'as pas trop compris comment les patrons doivent traiter leurs employés. »

Enfin, comment ils devaient dans le monde des Lane. Mais il apparaissait clair que ce n'était plus le même que celui de la seule demoiselle de la fratrie.
Revenir en haut Aller en bas



Il n’est point de vainqueur sans l’aveu du vaincu ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » - Périclès.
» [FINI] « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. »
» Dieu a dit : tu ne tueras point. [Livre 1 - Terminé]
» Le palais Sans-souci en Danger
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-