AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_1Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_2_bisNulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather

 
Message posté : Dim 12 Jan 2014 - 22:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Heather estimait n’avoir aucun mérite en avançant des arguments face à des questions, elle avait suffisamment vu Jonas faire pour comprendre comment ça devait fonctionner. Tout ce qu’elle faisait n’était qu’une pâle copie de ce que lui pouvait faire quand il s’exprimait devant des personnes. Lui relaisser la parole était donc un soulagement plus qu’autre chose même si, évidemment, elle ne laissa rien paraitre. Elle le trouvait bien plus habile dans cet exercice que ce qu’elle pouvait être. Même à la question de la métisse, il arriva à s’en sortir haut la main. Heureusement qu’elle était sa jumelle parce que, sinon, elle aurait sûrement été une de ses premières fans à vouloir le suivre dans tous ses déplacements – si leurs idées ne divergeaient pas – juste pour l’écouter… Ah mais, en fait, ce n’était pas déjà ce qu’elle faisait ? Si on ne lui avait pas appris à maitriser ses émotions, elle serait probablement en train de sourire de fierté en l’écoutant répondre aux interrogations de ce petit groupe qui s’était formé.

Si quelqu’un espérait voir une trace de déception quand Jonas expliqua qu’il ne ferait que remercier le super qui la sauverait, sans pour autant adhérer à sa manière de faire, c’était peine perdue. Il avait beau laisser entendre que la vie d’Heather ne valait pas celle de deux autres personnes, elle savait que c’était faux. D’une, elle le connaissait. Deux, la vie de Jonas valait toutes les autres vies et, sur ce point, elle savait qu’ils pensaient de la même manière. Et, heureusement qu’elle en était persuadée parce que ça lui évitait de se poser bien des questions en se demandant s’il y avait un fond de vérité dans ce qu’il disait. Si elle devait rester pragmatique, sans faire entrer de sentiments en ligne de compte, elle lui donnait raison. Aucune vie ne valait plus qu’une autre. Sauf qu’ils étaient de la même famille, qu’ils avaient grandis ensemble et qu’ils étaient jumeaux. A partir de là, on ne pouvait pas lui demander de penser avec une logique froide.

Si Heather pensait qu’on l’avait oublié, elle venait de se mettre le doigt dans l’œil. Quand on lui posa une nouvelle question, elle eut la désagréable sensation de s’être foirée quelque part. Elle qui était supposée être celle qui était là seulement pour le décor était bien trop sollicité. Et l’espace d’un court instant, elle espéra que son frère ne lui en voudrait pas trop. Pourtant ses interrogations et ses craintes ne trouvèrent aucun écho dans sa façon d’être. Elle posa son regard sur la jeune métisse pour lui répondre.

« Je n’ai pas l’impression que ma vie passe après ses convictions. » Surtout ne pas dire que c’était la jeune femme qui n’avait pas compris et écouté du discours de Jonas. « Et, j’espère bien que ma vie ne vaut pas plus que deux autres, ce n’est pas une question de conviction ou de journal mais de logique. » Elle inspira, sans se défaire de son air avenant. « Personne ne peut juger si une personne est plus importante qu’une autre, c’est pour cela que laisser cette appréciation à quelqu’un qui n’a ni autorité, ni entrainement, est dangereux. Imaginez, si les personnes impliquées dans l’accident avaient été de votre famille, est-ce que vous trouveriez toujours qu’il a bien agi ? »

Doucement réorienté vers les Super, surtout éviter les sujets qui pouvaient être trop personnels. Pas qu’elle n’avait aucune confiance en Jonas, bien au contraire mais, si on continuait à prendre des exemples en la désignant… En fait, elle préférait éviter, en se disant qu’il serait bien plus à l’aise s’il était question de généralité. Est-ce que ce n’était pas ça son rôle, au final ? Faire en sorte que tout se passe bien pour lui ?

« Admettons que je sois d’accord sur le fait qu’il n’est pas très cool d’avoir des victimes dans cette histoire. Franchement, le type qui a agressé cette fille, si c’était votre sœur, vous seriez quand même bien content que quelqu’un lui fasse payer ? »
« Est-ce que vous êtes certaine que l’homme qui a agressé cette personne était lui-même ? Ça se trouve, il était manipulé par un mentaliste, ou sous l’influence d’autre chose qui ne dépendait pas de sa volonté. »
« C’est quand même peu probable. »
« C’est quand même pour ça qu’on a un système judiciaire, parce qu’on s’est aperçu bien plus tard de la proportion humaine à accuser des gens sans chercher à comprendre ce qui s’est passé. »

Oui, elle avait bien appris sa leçon parce qu’elle était loin de penser exactement de cette manière. Cela dit, ce n’était pas elle qui allait mettre en avant les failles de ce genre de discours à moins de vouloir se tirer une balle dans le pied et dans celui de son frère par la même occasion.

« Vas-y Adam, laisses tomber, on s’casse. »

Genre, on a des choses plus intéressantes à faire qu’écouter deux bourgeois parler de trucs à la con. Le groupe de potes décida de se bouger laissant, tout d’un coup une place impressionnante devant les jumeaux. La métisse, dans la foulée, décida de suivre le mouvement. Parler c’était bien mais, pendant ce temps-là, son hot dog était en train de refroidir. Heather en profita pour jeter un regard à son frère pour lui demander si tout allait bien, de manière muette. La mère de famille, dont la fille était cachée derrière ses jambes, en profita pour se manifester à nouveau.

« Et, euh, ça vous arrive souvent ce genre de chose ? »

Le « vous » il ne fallait pas rêver, c’était surtout Jonas.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 13 Jan 2014 - 17:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les justifications données par Heather étaient parfaitement logiques et c'était dans ces moments qu'il se disait qu'ils se ressemblaient vraiment. Même si elle ne croyait certainement pas un mot de ce qu'elle disait, la jumelle de Jonas était parfaitement crédible dans ses explications. D'un côté, cela lui faisait un peu mal au cœur de voir qu'elle était forcée de dire quelque chose qu'elle ne pensait pas, mais il faisait de même. Pourtant, cela lui semblait bien plus injuste lorsque c'était à la jeune femme de le faire. Jonas conserva toutefois un silence parfait alors que la métisse reprenait Heather en avançant des arguments qui furent rapidement balayés. Dans un sens, l’américain bénissait les mentalistes. Ils offraient une arme indéniable aux détracteurs des super ! Qui donc pouvait assurer ne jamais avoir été manipulé par l'un d'entre eux – à moins de posséder un moyen de s'en protéger ? Personne ! Malheureusement pour eux, l'absence de preuves n'en était pas une et ne pas être capable de se défendre sur ce point laissait la porte ouverte aux accusations. C'était un exemple que Jonas utilisait beaucoup parce qu'il savait bien ce que les gens pensaient des individus capables de lire dans leurs esprits : ils étaient effrayants. C'était un point de vue que le trentenaire partageait bien puisqu'il aurait été très contrarié que qui que ce soit – excepté Heather – puisse lire dans ses pensées.

La discussion glissait vers la fin, le jeune qui était responsable de toute cette agitation semblait finalement avoir trouvé ce débat plutôt ennuyeux puisqu'il décida de s'en-aller, accompagné de ses comparses. La métisse à la langue bien pendue fit de même, suivie quelques instants par le regard de Jonas qui se demandait s'il allait la revoir à un prochain regroupement de ce genre. Au final, son attention se reporta sur sa jumelle au moment où elle lui jetait un regard destiné à l'interroger sur ce qui venait de se passer. Un sourire sincère et rassurant se peignit sur les lèvres du trentenaire avant que la mère de la petite Élise ne reprenne la parole pour les interroger. Est-ce que ça arrivait souvent ? Pas vraiment non, heureusement d'ailleurs ! Retrouvant un air plus avenant et surtout plus ouvert à la discussion, Jonas la rassura.

« Oh, non et heureusement d'ailleurs ! C'est assez rare que les gens viennent nous aborder en réalité, il faut croire que j'ai dû dire ou faire quelque chose qui ne leur avait pas vraiment plu. Mais c'est certainement la même chose avec vous, je suis certain que vous avez aussi le droit à des remarques désagréables dans ces fêtes. Nous ne sommes pas si différents vous savez. »

Les gens aimaient toujours se sentir au même niveau – si ce n'est au-dessus – des gens avec qui ils parlaient. L'essentiel était donc de leur faire comprendre qu'ils n'étaient pas les enfants d'un éditeur particulièrement riche, même si pas forcément apprécié de tout le monde, le reste coulait ensuite de source. Le regard clair du trentenaire passa de la mère à sa fillette qui venait de sortir de sa cachette.

« Vous n'avez même pas idée ! Pas plus tard qu'il y a une dizaine de minutes, une des vendeuses m'a accusée de lui avoir donné un faux billet de dix dollars. Non mais vous imaginez ? Est-ce que j'ai une tête à faire de la contrefaçon ? »
« Absolument pas. »

La réponse semblait convenir à la mère de famille qui esquissa un sourire ravi. Abonder dans leur sens était aussi une excellente manière de les amadouer, mais ce n'était pas pour autant que Jonas le faisait à chaque fois – la preuve avec ce petit accrochage qu'il venait d'y avoir. L'attention du trentenaire s'étant reporté sur la petite qui n'avait pas vraiment parlé, certainement effrayée, il se renseigna à ce sujet.

« Tu n'as pas eu trop peur ça va ? Ce n'est que des paroles tu sais, il n'y a rien à craindre. »

Un sourire rassurant pour faire passer le tout et normalement ce serait un bon début pour qu'elle se remette à parler. Finalement, Jonas n'avait presque pas entendu le son de sa voix, à croire qu'elle avait perdu sa langue après avoir parlé à Heather. Cette dernière semblait d'ailleurs intéresser la mère de la petite qui la fixait avec un intérêt non feint. Le joli minois de la jeune femme provoquait souvent ce type de regards, parfois de la jalousie, mais souvent de l'envie. C'était une chose qui amusait toujours beaucoup Jonas – puis le rendait fier, autant être honnête. Une question arriva alors, sortie de nulle part.

« Et vous n'avez pas d'enfants je crois ? C'est plutôt surprenant, vous avez l'âge de vous marier non ? En plus Élise a l'air de bien vous aimer, je suis certaine que vous feriez une bonne maman. » Jonas jeta un regard à sa sœur pour voir sa réaction. « Mais j'imagine que ça ne doit pas être simple de trouver quelqu'un d'assez bien lorsqu’on est comme vous. »
« Comme elle ? » La question sembla surprendre la femme.
« Bah, jolie, puis riche aussi. Ça doit attirer pas mal de monde non ? »
« Heather n'a pas besoin de ça pour plaire aux gens. »

Une phrase prononcée d'un ton léger qui ne répondait pas à la question, elle ne le concernait pas directement après tout.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 14 Jan 2014 - 22:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Son sourire avenant cachait la fierté de voir son jumeau agir de manière aussi naturelle. Il était capable de donner l’impression que tout le monde était au même niveau, qu’ils n’avaient rien de différent des gens avec qui ils échangeaient. Pas qu’elle se sentait particulièrement supérieure aux autres personnes mais, de façon pragmatique, il fallait bien avouer qu’ils n’avaient absolument pas la même vie que la mère d’Elise, par exemple. Mais, Jonas arrivait toujours à trouver les mots pour réduire cette différence, passant pour quelqu’un de particulièrement accessible avec qui il était facile de parler. Honnêtement, elle ne savait pas comment il faisait parce qu’il n’était pas comme ça dans sa vie hors média et, elle était bien incapable de se composer un rôle comme il pouvait le faire.

Quand la mère de famille expliqua sa mésaventure, Heather leva légèrement les yeux au ciel comme si elle trouvait inconcevable qu’on puisse imaginer cette pauvre dame comme une pro de la contrefaçon mais, très vite son regard se porta sur la petite Élise. Jonas cherchait même à la rassurer, ce qui permit à la petite de se mettre à côté de sa mère mais elle gardait toujours un bras accroché à l’une de ses jambes. La gamine, en regardant Jonas, secoua la tête pour dire qu’elle n’avait pas peur mais n’osa toujours pas lui parler. Pas par peur, mais parce qu’elle était drôlement intimidée. D’ailleurs rien de lui parler – sans prononcer un mot – la fit sourire un peu gênée avant d’appuyer sa tête sur la jambe de sa mère : si elle ne le voyait pas, il ne la verrait pas non plus, non ? Réaction qui amusa Heather.

Sans avoir le temps de se pencher davantage sur la petite, c’est sur la mère qu’elle porta son regard, un sourire toujours avenant sur le visage. Voilà typiquement pourquoi ils étaient différents et pourquoi ils avaient des vies différentes. Chez les Cooper on ne formait pas de couple, ni de famille, par amour. Son avis n’avait, sur ce plan-là, pas d’intérêt non plus, elle était là pour faire un mariage utile et s’y plierait quand Bruce aurait fait son choix. Un sourire un peu gêné passa sur le visage d’Heather quand la mère l’avait défini comme jolie, avant de retrouver son sourire habituel et de pouvoir lui répondre.

« Merci mais, en réalité… » Elle se pencha légèrement en avant pour prendre un ton de confidence – même si Jonas pouvait entendre. « C’est plutôt l’inverse. Je ne sais pas, peut-être que j’impressionne de manière injustifiée » A cause de son milieu social, comme l’avait souligné cette mère. « Et les gens n’osent pas me parler, partant du principe qu’ils n’ont aucune chance. » Elle soupira. « C’est bien dommage. »

Heather se redressa en affichant une moue navrée en direction de la mère de famille. Au moins, aux yeux de cette femme, la jumelle rencontrait les mêmes difficultés que tout le monde : elle aussi avait du mal à trouver l’amour. Les raisons étaient peut-être différentes mais les résultats étaient les mêmes.

« Ce qui est certain c’est que j’essayerai vraiment de faire de mon mieux pour essayer d’être une bonne mère. » Elle haussa les épaules dans un sourire. « Mais je vais attendre de trouver la bonne personne avant. »

Dans le monde magique des bisounours et des arcs-en-ciel magiques, oui, c’est comme ça que ça se passerait. Le prince charmant, le coup de foudre – peut-être – puis tout plein d’amour dégoulinant de partout pour, enfin, avoir la petite famille heureuse avec des gamins bavant et hurlant en courant dans tous les sens. Une chance, son monde était bien différent de celui-là. Elle adorait les enfants mais, honnêtement, elle se sentait incapable d’en avoir et était même certaine de faire une très mauvaise mère. Sauf que, bien sûr, ce n’était pas ce qu’elle allait dire à cette femme. En tout cas, la mère avait l’air d’être compatissante au sort d’Heather, comme si elle comprenait parfaitement ce qu’elle vivait mais, heureusement pour les jumeaux, elle préféra s’abstenir de faire part de son propre parcours sentimental.

« Et votre fille est adorable, impossible de ne pas fondre devant elle. » Un clin d’œil en direction d’Elise qui sortit un peu de son silence.
« Dis, tu veux bien lui dire maintenant ? »
« Tu es sûre ? Parce que je crois que c’est mieux si tu lui dis. »

Ouais elle devait bien aimer les gamins parce que son sourire était particulièrement naturel et sincère quand elle s’adressa à la petite Élise qui ne devait rien comprendre au monde et aux enjeux des adultes. Elle hocha timidement la tête alors que sa mère semblait se demander ce qui se passait. Heather se tourna vers son jumeau, faussement très sérieuse, comme si cette histoire demandait toute son attention.

« Jonas ? » Elle inspira en le regardant en tendit la main en direction de la petite. « Élise voudrait te dire quelque chose. »

La main de la gamine était dans celle d’Heather et elle attendit que Jonas reporte son attention sur elle, avant de se tortiller un peu pour se donner le courage de se lancer.

« Dis, tu veux bien être mon amoureux ? J’en ai deux autres mais, tu sais, je peux très bien m’organiser et puis si ça pose un problème je jette James. » Elle secoua vivement la tête. « Mais pas Brian parce que lui c’est mon amoureux numéro 1 de toute la vie à l’infini. »

Dans un regard, et un sourire rassurant, Heather laissa comprendre à la mère de famille qu’il n’y avait aucun problème. EN tout cas, ça ne leur en posait pas de leur côté.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 15 Jan 2014 - 20:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jonas ne s'était jamais vraiment posé de questions sur la vie sentimentale d'Heather. Pour lui c'était parfaitement naturel que sa jumelle partageait son point de vue : les relations amoureuses étaient bien secondaires lorsque vous aviez quelqu'un qui partageait avec vous autant de choses qu'un jumeau. Bruce avait toujours dit que ses filles trouveraient un bon époux qui saurait leur donner une vie aisée et de beaux enfants. Enfin qu'elles trouveraient... qu'il leur trouverait plutôt. La vieille éducation conservatrice portait ses fruits, la famille Cooper en était la preuve vivante ! Quoique, le fait qu'il n'existait aucun amour entre les différents membres – excepté les jumeaux – pouvait remettre tout ceci en cause, mais c'était une donnée que le public n'avait heureusement pas à sa disposition. Les histoires de mariage étaient donc toujours restées secondaires aux yeux de Jonas qui savait que sa jumelle finirait par quitter le nid familial pour faire sa propre vie. Ce n'était pas par manque d'intérêt, mais bel et bien parce qu'il doutait que sa sœur puisse le remplacer par un époux qu'elle rencontrait quelques mois – voire semaines – avant leur mariage. Il n'y avait donc pas de raisons de s'inquiéter.

Quoi qu'il en soit, la mère d’Élise semblait compatissante aux déboires amoureux d'Heather, visiblement le fait d'impressionner les prétendants était quelque chose de connu chez elle. Ce n'était pas si étonnant, si elle n'était plus mariée le simple fait d'avoir une enfant à charge devait refroidir trois-quarts des hommes de la ville ! Il resta silencieux, se contentant de sourire d'un air approbateur suite aux paroles de sa jumelle. Si Heather avait compris qu'il occupait le devant de la scène lors des discussions « sérieuses » et cela même si Jonas aurait apprécié partager ces discussions avec elle, lui de son côté avait parfaitement cerné qu'il ne fallait pas se mêler des conversations qu'elle avait avec d'autres personnes. D'où le fait qu'il ne s'était pas renseigné sur ce que la petite avait dit juste avant d'ailleurs !

Mais il semblait de toute manière qu'il soit amené à apprendre de quoi il avait été question puisque l'enfant reprit – enfin – la parole pour s'adresser à Heather d'une manière qui éveilla forcément la curiosité de Jonas. Ce dernier regarda forcément sa jumelle lorsqu'elle l'interpella, ayant toujours un peu de mal à comprendre ce qui était en train de se passer. Bien malgré lui, le trentenaire sentit un sourire – sincère – naître sur ses lèvres en voyant la gamine se tortiller comme si elle allait lui demander la lune. Sa question fut bien plus... inattendue ! Pour le coup il fallait avouer qu'il se sentait bien plus dans son élément lorsqu'on venait lui poser des questions sur les super ou le Daily Herald plutôt que lorsqu'on lui présentait une requête aussi innocente que celle de la petite Élise. Son regard se détourna machinalement sur Heather, une fraction de seconde. C'était con à dire, mais les gamins le désarmaient complètement. Faire ami-ami avec les adultes était bien plus aisé. Mais puisque sa jumelle n'allait pas voler à son secours, Jonas décida de réagir comme les choses se présentaient. Histoire de ne pas dominer la gamine, le trentenaire s'accroupit pour se mettre à sa hauteur, un sourire flottant toujours sur ses lèvres.

« Oh, mais je suis certain que James serait certainement très triste que tu le laisses à cause de moi. » Quoique, à cet âge-là on se remettait rapidement des « ruptures » en général. « Et Brian, ça ne le gênera pas ? » L'avantage avec les enfants, c'était qu'une semaine après « un coup de cœur » ils oubliaient totalement l'autre. Accepter n'était donc pas un gros risque. « Mais bien sûr, ça me ferait très plaisir. Surtout que tu as l'air de venir souvent aux fêtes de quartier, on se reverra fréquemment. » Il leva les yeux vers la mère avant d'en revenir à Élise pour lui offrir un nouveau sourire. « Tu m'as l'air d'être une jeune femme très demandée. »

Une gamine plutôt, mais en général les enfants préféraient ne pas être trop infantilisé face à des adultes avec qui ils parlaient. Quoi qu'il en soit, le fait d'accepter une demande aussi innocente n'engageait évidemment à rien puisqu'il était peu probable que la petite se souvienne de cet épisode dans deux semaines. Il ne savait pas exactement comment ça se passait dans les écoles « normales » vu qu'Heather et lui-même avaient été dans une école privée, mais ça devait être comme partout. Au final, Jonas gratifia sa nouvelle amie d'une bise, puis se redressa pour porter son attention sur la mère de la petite qui avait l'air plutôt contente de pouvoir avoir une discussion avec les deux Cooper.

« Vous aimez bien les fêtes de quartier pour y venir aussi souvent, ou c'est pour une autre raison ? Comme par envie de voir du monde par exemple ? » Comprendre les motivations des gens permettait souvent de les comprendre eux. « Vous venez de quel quartier exactement ? »
« Oh, juste à la limite de Lincoln, pas dans la mauvaise partie vous savez ! »
« La mauvaise partie ? »
« Celle avec les jeunes qui vendent de la drogue et tout ça, vous savez ! »

Il hocha la tête bien qu'il ne pensait pas que Lincoln soit le seul quartier dans ce cas, mais allez le faire comprendre à une femme qui devait penser que le degré de délinquance correspondait à la couleur de peau des personnes. Le regard de Jonas se porta finalement sur Heather, ils étaient venus ici pour pouvoir faire connaissance avec le public, mais les choses tournaient plutôt mal pour le moment – si l'on exceptait la petite Élise. Alors qu'il s'apprêtait à demander à sa jumelle si elle se sentait assez détendue pour continuer, Jonas fut interrompu par un type qui travaillait à un stand de tir à la carabine non loin de là.

« Mademoiselle ! Jolie comme vous êtes, vous n'voudriez pas venir faire un tour à mon stand ? Je vous offre les trois tirs, ça me fera de la bonne pub. »

Il lui adressa un clin d’œil, montrant qu'il savait certainement à qui il avait affaire.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 16 Jan 2014 - 22:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lorsque le regard de Jonas se posa sur sa sœur, cette dernière lui offrit un sourire encourageant comme pour lui dire qu’il n’y avait rien à craindre. Elle n’imagina même pas qu’il puisse dire quelque chose de travers au point de faire chialer l’enfant et, alors qu’elle tenait la main d’Élise, sa main de libre effleura son frère. Un encourageant ou l’assurance qu’elle restait là si vraiment ça ne le faisait pas. Un geste qui passa inaperçu, comme souvent, aux yeux des autres personnes. Ils avaient appris à se faire discret de ce côté-là quand ils étaient en public. Jonas devait apparaitre comme seul – même si elle était présente – et pas attaché aux attentions d’une jumelle envahissante. Ce n’était pas en public qu’elle allait chercher, continuellement, à avoir un contact avec lui, pour le bien de son image à lui.

Chacun son domaine mais Jonas s’en sortait très bien, même avec une enfant comme Élise, ne lui demandant pas de quitter le moindre de ses amoureux et la gratifiant même d’une bise sur la joue. Action qui ne manqua pas de faire sourire la petite qui tournait déjà le visage vers sa mère l’air de lui dire : « hey t’as vu, t’as vu ? C’est trop cool ». Bref, les enfants. Se faire bien voir des enfants n’était pas inintéressant. Soyez bien avec un gamin et vous vous mettez la mère dans la poche. Et une mère, entourée d’autres mamans, pfff, ça parlait, ça parlait et parlait encore. Des vraies commères, une avalanche de paroles. Il y avait donc fort à parier que la prochaine fois que la mère d’Élise attendrait sa fille à la sortie de l’école, se mettrait à parler de sa rencontre et du fait que les Cooper étaient des gens adorables. Ne jamais négliger les enfants et, heureusement parce qu’Heather avait quand même un feeling assez naturel avec eux.

Le sourire qu’elle donna à l’attention de son frère était une forme de félicitation et de fierté alors que la gamine avait fini par aller retrouver sa mère. La discussion commençait même à toucher à sa fin et les deux allaient peut-être pouvoir s’avancer un peu plus dans cette fête de quartier quand un type interpella Heather qui se tourna dans sa direction. Il n’y avait que Jonas pour comprendre la légère crispation des doigts de la trentenaire qui, pour une raison inconnue, avait une horreur – presque maladive – des armes. A feu, à plomb, à air comprimé, à eau, peu importe, elle détestait ça. Elle resta souriante mais, pour le coup, ça lui demandait un effort.

« Et j’ai le droit de demander de l’aide ? »

Sourire adorable sur les lèvres dans une question qui restait des plus innocentes alors qu’elle ne l’était pas. Elle n’était pas stupide, il voulait qu’elle vienne alors, même si ça l’emmerdait, il ne pouvait pas lui dire non. Le mec du stand avait fini par hocher la tête, elle avec de l’aide c’était toujours mieux que sans elle. Si Heather mourrait d’envie de demander de l’aide à son frère pour la sortir de là, c’est vers Élise qu’elle se tourna et, quand sa demande fut acceptée, c’est avec elle qu’elle se retrouva au stand de tir. Élise avait un fusil pour enfants, Heather accroupie à côté d’elle la conseillant sur la manière de viser. Les trois tirs furent vite bouclés mais, la gamine n’avait pas touché suffisamment de cible. Peut-être parce qu’il se sentait un peu obligé de le faire, le type fila quand même une petite peluche à la gamine. Il était peut-être perdant sur ce coup-là mais, comme d’autres personnes arrivaient pour essayer – en se disant peut-être le forain était assez cool pour accorder des peluches aux enfants – il n’était pas si perdant que ça.

Heather fut libérée et après avoir salué la gamine et sa mère, les deux Cooper purent enfin reprendre leur chemin. C’est en avança, saluant parfois quelques personnes qu’Heather décida d’interroger son frère. Elle ne donnait, visuellement, pas tellement l’impression de le faire. En tout cas, ça pouvait passer pour deux personnes parlant normalement et elle s’assurait que ses paroles restent uniquement pour son frère. En réalité, elle s’inquiétait de ce qui s’était passé avec le groupe de jeunes.

« Ça va ? » A aucun moment elle ne le fixait ou ne laissait échapper son sourire. « Il n’y a pas été trop fort quand même, en te bousculant ? »

Elle ne le disait pas mais, il ne serait pas compliqué pour Jonas de comprendre qu’elle n’adhérait pas du tout à cette attitude. Encore moins qu’elle elle visait son jumeau. C’était con, hein, mais s’en prendre à lui, c’était comme s’en prendre à elle. Non, en fait c’était pire. Si ça avait été elle, elle serait passée à autre chose sans s’en préoccuper mais quand c’était lui… ça l’énervait. D’ailleurs, ils auraient été que tous les deux que son discours aurait été bien moins calme et posé – sans pour autant s’énerver ouvertement et sortir des grossièretés à tout bout de champ, même irrité ce n’était pas dans son tempérament. Comme pour compense un peu, un sourire plus amusé fit son apparition.

« Heureusement qu’il y a des enfants pour composer, non ? »

Son regard se porta vers un petit groupe de personnes, un peu plus loin autour de table et en train de discuter probablement du quartier. Elle allait le désigner d’un mouvement de tête avant de se retenir. C’était le boulot de Jonas, il savait mieux qu’elle les personnes qui convenait d’aller voir ou non.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 17 Jan 2014 - 20:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L'intervention de l'homme au stand ne fut pas la meilleure de la journée. En entendant qu'il s'agissait du tir à la carabine Jonas se retint de s'interposer pour éviter à sa sœur de devoir jouer avec quelque chose qu'elle détestait, mais comme à chaque sortie il fallait mettre ses sentiments de côté et faire bonne figure. C'est donc un regard encourageant – le même que celui qu'elle lui avait offert avec la petite – qu'il posa sur elle. Au final, Heather parvint sans trop de mal à retourner la situation à son avantage en demandant l'aide de la petite Élise qui accepta avec joie, visiblement très heureuse de se retrouver au milieu de toute cette agitation. C'est avec un sourire faussement détendu que le trentenaire regarda sa sœur et la petite expédier les trois tirs, tous ratés malheureusement, avant que le type du stand n'offre tout de même une peluche à Élise. Cette dernière ayant visiblement suffisamment passé de temps en leur compagnie, les jumeaux la quittèrent finalement après l'avoir saluée, ainsi que sa mère, comme il se doit. Nul doute qu'ils la recroiseraient d'ici quelques semaines !

Alors qu'ils s'éloignaient, l'inévitable question arriva. Un léger sourire se dessina sur les lèvres de Jonas qui marchait aux côtés de sa sœur, puis il répondit d'un ton suffisamment bas pour qu'eux seuls puissent entendre leur conversation.

« Ne t'inquiète pas, ça va très bien. Ce n'était pas une vraie bousculade, je ne m'y attendais simplement pas, sinon tu l'aurais à peine remarqué. » Il inspira. « J'ai bien moins aimé ce qu'il a pu te dire. »

Disons qu'en général dans ces regroupements vous ne vous faisiez pas bousculer à tous les stands et encore moins par des jeunes qui tenaient simplement à venir vous ennuyer. Il se doutait parfaitement qu'elle n'avait pas apprécié ce que ce jeune avait fait, mais de son côté le trentenaire avait surtout été contrarié par la manière donc ces adolescents avaient osé qualifier Heather. Une godiche, une potiche, des phrases insultantes qui revenaient malheureusement trop souvent dans la bouche de leurs détracteurs. Pourtant la belle était tout sauf ça, elle était intelligente, mais surtout très humble. Il se disait souvent qu'il admirait la manière dont sa sœur réussissait à rester en retrait alors même que tout le monde la critiquait. Enfin tout le monde, disons que lorsque les gens critiquaient la famille Cooper – et non le journal – c'était l'éducation conservatrice qui était pointée du doigt. Heather avait dû se douter que Jonas avait rapidement perdu patience en entendant les remarques que le jeune lançait sur elle. Il aurait bien été capable de l'envoyer bouler de manière relativement sèche – pour ne pas dire insultante – s'il n'avait pas autant l'habitude de s'abriter derrière une carapace. Même si elle était bien moins efficace face aux piques sur la jeune femme.
Lorsqu'il fut question des enfants, le trentenaire lâcha un très léger rire.

« Oui, même si je t'avoue que sa déclaration m'a plus posé problème que les questions que sa mère a pu nous poser. » Il jeta un coup d’œil dans sa direction. « Je n'ai pas ton aisance pour parler avec les enfants. »

Ce n'était pas de la jalousie bien sûr, ils se complétaient plutôt bien, encore une fois, sur ce plan-là. Alors qu'il reportait son attention sur le chemin, Jonas remarqua le même groupe de personnes qui était installé à une table et semblait discuter de choses et d'autres. L'attention du trentenaire se porta sur sa jumelle comme s'il voulait voir ce qu'elle en pensait et comme Heather ne semblait pas contrariée à cette idée, il lui désigna le petite attroupement. Leur arrivée près de la table ne manqua pas d'être remarquée, comme celle de n'importe qui d'ailleurs, aussi l'homme en bout de table, un septuagénaire, leur adressa la parole.

« Salut les jeunes ! Alors, on se promène et on profite du beau temps ? »
« Bonjour. Il faut bien non ? Avant que le froid ne s'installe pour de bon. »
« Tu l'as dit ! Vous buvez un verre avec nous ? » Il désigna son voisin de table. « On est entre voisins. Vous venez du quartier ? » Question qui semblait indiquer que l'homme ne les avait pas reconnus, tant mieux ! Il fallait bien en profiter un peu non ?
« Non, mais on aime bien venir dans les fêtes comme ça. Et pourquoi pas pour le verre, on a le temps après tout. » L'homme tapota le banc à côté de lui.
« Venez à côté de moi ma jolie, ça fait longtemps que je n'ai pas eu de jeune fille à côté de moi. »
« Papa, enfin. Un peu de tenue. » Une femme d'environ leur âge était assise de l'autre côté de l'homme et secoua la tête.
« C'est bon Rachel, ils sont jeunes, je ne vais pas les faire rougir comme ça ! » Jonas s'installa aux côtés du voisin tandis que l'homme se décala pour laisser la place à Heather. « Vous buvez quoi ? Une bière ça vous ira ? »
« Je ne sais pas si de l'alcool ça... »
« Mais si ! Au pire vous prendrez le taxi pour rentrer ! » Faisant signe à une jeune femme il leva deux doigts en montrant tour-à-tour Heather et Jonas.
« Vous venez du quartier alors ? »
« Oui, on habite plus loin, on parlait justement des problèmes qu'il y a en ce moment. » Jonas fronça légèrement les sourcils.
« Lesquels ? »
« Oh, des vols assez bizarres. Des choses qui disparaissaient, mais sans que les alarmes se déclenchent et personne n'a vu qui que ce soit. On se demandait d'où ça pouvait venir. » Il les scruta tous les deux. « Vous venez de la ville au moins ? »
« Oui, mais de l'autre bout en réalité. »
« Et vous êtes mariés ? »

Avant qu'il n'ait le temps de répondre, Jonas fut coupé par l'arrivée de la jeune serveuse qui leur posa deux bières débordantes sur la table. Échangeant un regard avec sa jumelle, il ne quitta toutefois pas son sourire. Parfois croiser les habitants du quartier demandait plus d’investissement que prévu !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 20 Jan 2014 - 15:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Qu’elle aime ou non quelque chose, il suffisait de ce regard encourageant de son jumeau pour qu’elle se lance. Aucune idée de si c’était rationnel, s’il y avait une explication scientifique à ça ou non mais c’était ainsi, elle avait juste l’impression de pouvoir tout faire du moment qu’il l’encourageait. En fait, c’était même un peu flippant parce que, sans lui, elle ne serait peut-être pas capable de faire tout ce qu’elle faisait. D’un autre côté, elle ne pouvait pas concevoir sa vie sans lui dans les parages, une des raisons qui faisaient qu’elle comprenait très bien qu’il n’ait pas apprécié ce qui avait pu être dit à Heather. Mais, au lieu de lui répondre, elle laissa passer un sourire rassurant pour lui assurer que tout allait bien, que ça ne l’avait même pas atteint. Pour que ça puisse lui faire quelque chose il aurait fallu que l’avis de ces personnes ait une importance pour elle et, heureusement pour la trentenaire, il n’existait qu’une personne capable d’avoir un impact sur elle juste avec des mots. Mais, quand il fut question de la petite Élise, la jumelle tourna le regard vers Jonas.

« Ça ne s’est absolument pas vu. »

Elle était sincère parce que si elle savait qu’il n’était pas à l’aise avec les enfants, les autres autours n’étaient pas au courant. Elle doutait franchement que la mère de la petite ait remarqué quoi que ce soit. C’était Jonas, capable de laisser croire qu’une situation lui était normale et naturelle sans que ce soit réellement le cas. Parfait. Son attention quitta son jumeau pour aller se poser sur le petit groupe de résidents, un sourire des plus avenants sur le visage. Bien qu’elle salua les personnes – être discrète n’empêchait pas la politesse – elle laissa Jonas gérer les choses. En fait, ses actions se résumèrent à rassurer la femme dans un sourire, et à hocher la tête dans un sourire pour accepter d’aller s’asseoir à côté du doyen du regroupement.

Quelques instants plus tard, ils étaient tous installés et les jumeaux n’eurent pas réellement le choix de leur boisson. Une bière, ça n’allait pas les tuer et encore moins leur retourner la tête jusqu’à leur faire dire n’importe quoi. Autant ça ne lui viendrait pas à l’idée de boire de l’alcool en étant toute seule mais, elle avait quand même un minimum de résistance. A moins d’être enceinte, il était carrément inconcevable – selon certain – de ne pas boire un verre durant un gala. Donner une bonne image, c’était un vrai boulot en fait. Son sourire l’avait, bien évidemment, quitté quand il avait été question de problèmes de vol dans le voisinage mais, à la question de l’homme, elle l’avait retrouvé de manière amusée, sans la moindre trace de critique sur son visage. Heather remercia la serveuse avant de reporter son attention sur le doyen.

« Non, nous ne sommes pas mariés. En fait, Jonas est mon jumeau. » Et hop, vas-y que je te présente dans la foulée.
« Vous êtes jumeaux ? » L’homme regarda les deux tour à tour, c’est Heather qui reprit le fil de son raisonnement dans un sourire rassurant.
« Oui, je sais, on ne se ressemble pas. » Ça la tuait de dire ça avec le sourire.
« Hey, au moins vos parents ne devaient pas avoir de mal à vous reconnaitre. »

Et voilà qu’un autre type s’esclaffa comme s’il avait sorti la blague du siècle. Jonas pouvait facilement le comprendre – pas les autres – mais, le sourire d’Heather avait quelque chose de forcé quand elle hocha la tête dans la direction du type comme pour dire qu’elle trouvait cette intervention drôle. Cela dit, ça n’avait fait rire personne alors, le doyen reprit rapidement pour oublier ce qui venait d’être dit. Il tourna la tête vers Jonas.

« Donc, vous c’est Jonas. » Et se tournant vers sa sœur. « Et vous ? »
« Heather et vous ? »
« George, et ça, c’est ma fille, Rachel. »

Il était mignon parce qu’il avait un super sourire en présentant sa progéniture, il n’y avait pas vraiment de doute à avoir sur le fait qu’il devait y tenir comme à la prunelle de ses yeux. Mais comme il ne comptait pas s’attarder sur les nombreuses qualités de cette fille, il reporta son regard sur Jonas.

« Alors, qu’est-ce qui vous amène dans le quartier, juste la fête ? »

Comme il aurait été bien impoli de ne pas toucher à son verre, Heather le prit pour en boire un peu. Toute l’astuce était dans le fait de boire régulièrement mais en petite quantité. Torcher le verre rapidement c’était prendre le risque qu’on la resserve aussi vite, et ce n’était même pas envisageable. Résistance ou non, elle n’avait pas l’intention de finir complètement morte sous la table.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 21 Jan 2014 - 14:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jonas savait parfaitement que le coup de la ressemblance était toujours un sujet épineux. Même s'ils étaient jumeaux, il est vrai que leur lien familial ne sautait pas aux yeux. Enfin au moins le trentenaire se consolait-il en se disant qu'il ressemblait davantage à Heather qu'à Casey, la cadette de la famille. Il se contenta d'afficher lui aussi un sourire alors que sa jumelle soulignait l'évidence qu'on leur sortait à chaque fois. Ils avaient beau ne pas être une copie conforme, ils avaient bien plus de choses en commun que la plupart des autres membres d'une famille et Jonas se consolait ainsi. L'idée que l'on puisse les penser mariés était franchement amusante, parce qu'au final ils n'avaient ni d'alliance, ni le comportement d'un petit couple. C'était dans ces moments que le citoyen se rendait compte que tout le monde n'avait pas la même manière de détailler ses interlocuteurs. Pour lui c'était obligatoire sans quoi il risquait de sortir une boulette qui lui retomberait forcément sur le coin de la gueule. Après la petite plaisanterie qui n'avait fait rire personne, le doyen, qui semblait mener la discussion, s'occupa de faire les présentations et Jonas nota ces informations dans un coin de son esprit. Tomber sur une famille était une bonne chose. Ils allaient pouvoir apprendre quelle était vraiment la vie dans un tel endroit.

Lorsque le prénommé George s'interrogea sur la raison de leur présence ici, Jonas prit quelques secondes pour trouver comment présenter la chose. Rachel et les autres personnes présentes à la table écoutaient la discussion d'un œil distrait en regardant de temps en temps autour d'eux.

« Oui juste la fête. On aime bien ce genre de regroupement, puis comme on ne vit pas dans cette zone de la ville, on trouvait que c'était un bon moyen de voir comment ça se passait ailleurs, vous voyez. »
« Oui je vois. C'est vrai que ça change pas mal d'un quartier à un autre, mais d'une période à l'autre aussi. »
« Comment ça ? » George regarda d'abord sa fille avant de répondre.
« Bah vous voyez, moi je vis ici depuis que je suis gamin, ça remonte ! À l'époque, y'avait pas toutes ces rivalités, tous ces clans et tout. Je trouve ça dommage. On perd l'esprit de la ville. »

Jonas jeta un coup d’œil à sa sœur pour voir ce qu'elle en pensait avant de l'imiter en buvant un peu de la boisson qui leur avait si aimablement été proposée. Il n'était pas franchement amateur d'alcool, mais comme l'avait songé Heather, ce serait plutôt malpoli de ne pas y toucher ! Pendant ce bref instant, Rachel avait déjà repris la discussion avec son paternel.

« D'un autre côté papa, c'est comme ça pour tout. Les choses évoluent, ça fait partie de la vie. Si on restait au même niveau pendant des années, ce serait rapidement monotone, tu ne crois pas ? » George fit la moue.
« Si, peut-être. Mais on peut évoluer sans tout perdre. » Il tourna la tête vers les jumeaux. « Vous ne pensez pas ? »

La question de la conservation des traditions était forcément importante pour les Cooper puisque leur géniteur était un fervent défenseurs de ces dernières. Pour comme le Daily Herald d'ailleurs. La réponse de l'aîné des jumeaux ne tarda donc pas et pour une fois, il n'avait absolument pas besoin de travestir ses pensées.

« Si, je pense la même chose. En fait j'irai même jusqu'à dire que je préfère les traditions à une évolution trop marquée. » Le doyen rigola légèrement.
« Vous me plaisez bien tous les deux. » Rachel toucha le bras de son père.
« C'est lui qui dit ça, arrête de toujours généraliser enfin. » Elle tourna la tête vers Heather. « Excusez mon père, il en est resté à l'âge de pierre et s'imagine que ce que l'homme pense est généralisé. » Elle soupira légèrement.
« Ma fille est une féministe dans l'âme voyez-vous, c'est pour cette raison qu'elle a décidé d'élever mes petits-enfants toute seule ! »

George s'esclaffa comme si l'idée était particulièrement bizarre et Jonas ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire. Face à cet homme il avait presque l'impression de voir Bruce Cooper, en plus aimable cela dit. Leur géniteur n'avait jamais été très souriant et les rares fois où il le faisait, ce n'était généralement pas pour manifester son plaisir ou quelque chose de ce type. Quelques personnes passèrent à côté de leur table sans vraiment leur porter attention, Jonas les salua lorsque leurs regards se croisaient, mais ne détacha pas son attention de la petite famille avec laquelle ils bavardaient. La discussion reprit après que George n'ait englouti une bonne rasade de sa propre bière.

« Dans votre quartier vous avez ça ? Des barbecues entre voisins pour sympathiser, comme ça se faisait avant vous voyez ! Si c'est le cas, dites-moi où c'est et je déménage directement vers chez vous ! »
« Mais enfin papa, laisse-la un peu parler la pauvre. »

Après quoi, Rachel offrit un sourire encourageant à cette malheureuse et opprimée Heather qui devait certainement avoir obtenu toute sa sympathie avec ses ravissants sourires.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 23 Jan 2014 - 3:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
De tous les sujets, celui des traditions était celui qu’elle détestait le plus. Heather était loin de vivre isolée du monde, elle voyait bien que leur modèle d’éducation n’était plus celui de la majorité des gens. Loin de regretter son éducation, elle trouvait que c’était le sujet où il était difficile d’aller dans le sens de tout le monde, il y avait forcément des gens qui ne seraient pas d’accord avec le discours tenu. Se défendre, encore et toujours, de cette éducation face à des gens qui s’entêtaient à ne pas comprendre, ni même tolérer, était épuisant – bien qu’elle ne le montrait jamais. Et puis critiquer l’éducation des jumeaux c’était émettre un avis peu glorieux sur la famille Cooper, chose avec laquelle Heather avait beaucoup de mal. Un jour, il faudrait qu’elle essaye d’en parler avec quelqu’un qui ne critique pas tout en bloc, sans que cette personne ne soit de sa famille, juste histoire de prouver qu’ils n’étaient pas les seuls trentenaires à penser de cette manière.

Jonas était bien plus à l’aise dans ce genre de manifestations, elle faisait surtout la fille qui s’intéressait à ce qui se disait mais ne comptait pas spécialement entrer dans le débat. Finalement, elle aurait préféré rouler sous la table, son verre de bière -qu’elle n’aimait pas tant que ça- à la main, plutôt que de se voir inclure dans la conversation, surtout par une féministe. Son sourire ne l’avait pas quitté alors qu’elle se demandait ce qu’elle avait aujourd’hui pour que tout le monde se sente obligé de lui demander de son avis. Le regard qu’elle avait lancé à Rachel se voulait rassurant, pour prouver qu’il n’y avait pas de soucis avec son père mais, apparemment ce n’était pas suffisant, on lui demandait bien de s’exprimer.

« Non, pas de barbecue entre voisins par chez nous et, si vous voulez mon avis, c’est bien dommage. » Le timbre de sa voix marquait un regret même si son sourire restait toujours aussi avenant.
« Bah voilà papa, maintenant elle n’ose même plus te contredire. » Rachel posa son regard sur Heather. « Vous êtes bien trop gentille, vous savez des fois faut les secouer un peu les vieux. »
« J’ai bien peur que secouer les personnes avec du vécu ne soit pas dans mes cordes. » Le ton avait été léger, dans un sourire amusé avant de reprendre sur un air plus sérieux. « Mais, je le pense vraiment quand je dis que c’est bien dommage. L’évolution est une très bonne chose sur des domaines très variés mais, il honnêtement, pour ce qui est des interactions entre les gens, beaucoup de choses se perdent. »
« Ah tu vois Rachel ! »

Tout mais pas ça… Elle se doutait bien que le sujet ne remportait pas un accord parfait entre le père et la fille, mais être prise à partie à cause d’une phrase, elle aimait moyennement.

« Non mais, regardez, internet, les téléphones tout ça c’est des évolutions qui permettent aux gens de pouvoir communiquer beaucoup mieux qu’avant. Faut savoir vivre avec son époque. Vous n’êtes pas d’accord ? » L’avantage c’était que si elle n’était pas d’accord, à aucun moment le ton ne monta. A croire qu’elle devait avoir l’habitude de ce genre de discours avec son père.
« Si, bien sûr, on communique beaucoup mieux à travers des écrans interposés. Tellement que maintenant, en cas de catastrophe, les gens composent un numéro spécial pour envoyer leurs dons alors que, avant, ils se déplaçaient. »
« Je le redis : vous me plaisez bien tous les deux. »

George avait le sourire, Rachel un peu moins mais elle n’était pas énervée pour autant. Heather, de son côté, elle faisait passer ses paroles dans un sourire navré en direction de la fille du doyen pour signifier que ce n’était pas une attaque personnelle, seulement un point de vue différent.

« Et parlons-en des écrans. Les gens, de nos jours, ça met ses enfants devant la télévision et néglige l’éducation et les valeurs familiales. D’mon temps, les gamins ils étaient tenus par leurs parents, on ne les voyait pas trainer dans la rue pour revendre de la drogue. »
« Faut toujours que tu partes dans les extrêmes. » Elle soupira doucement en secouant la tête avant de regarder à nouveau Heather. « Vous avez revendu de la drogue, vous ? » Tous les matins, entre son café et son croissant, ça ne se voit pas ?
« Ah, mais laisse donc Jonas s’exprimer un peu aussi. »

Ils avaient quelque chose de mignon dans leur désaccord, en réalité. Rachel venait de lever les yeux au ciel, comprenant cela dit qu’elle faisait la même chose que son père en ne prenant l’avis que d’une seule personne. Du coup, dans une fausse imitation de son père elle se tourna vers Jonas.

« Et vous mon p’tit alors, vos parents vous ont posé devant une boite abrutissante et vous avez mal tourné ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 25 Jan 2014 - 21:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La discussion avait quelque chose de léger qui était bien appréciable après la prise de bec qui avait eu lieu quelques minutes plus tôt. C'était bien ce qui était le plus pénible selon Jonas : devoir rester de marbre face à des personnes qui vous crachaient presque au visage parce qu'ils avaient mal interprété quelques-uns de vos mots. Au moins avec cette petite famille les débats restaient du genre cordial, allant même juste dessiner un sourire amusé sur les lèvres de l'américain. Sa jumelle était beaucoup prise à partie aujourd'hui, il fallait croire qu'elle était plus populaire qu'elle ne le pensait. Ça ne dérangeait pas Jonas, bien au contraire. Le trentenaire avait toujours regretté que sa sœur, sa jumelle plutôt, ne puisse pas réellement s'exprimer, mais c'était ainsi qu'ils avaient été élevés. Cela dit, comme il l'avait fait comprendre avant leur départ pour cette sortie, Jonas ferait toujours passer Heather avant le reste et il n'était donc pas question d'empêcher la jeune femme de répondre aux questions qui lui étaient posées simplement pare que c'était son rôle à lui de communiquer avec le public. C'était aussi ça que d'avoir une jumelle : tout partager.

Il suivit donc la discussion avec attention, silencieux pour une fois. Heather s'en sortait très bien et forcément, l'entendre parler de la sorte arracha un sourire à Jonas. Même si la prénommée Rachel avait l'air d'être sur une autre longueur d'ondes que son père, elle le respectait tout de même et c'était le plus important. Lorsque la jeune femme interrogea finalement l'américain en imitant son père d'une manière plutôt réussie, le trentenaire ne se fit pas prier. Les questions de ce type il savait parfaitement comment y répondre.

« Pas vraiment, non. Nous c'était plutôt les journaux que la télévision. »
« Ah, tu vois que les petits doivent lire plutôt que regarder leurs dessins animés bizarres, là. »
« Papa, ne généralise pas, je n'ai pas envie que mes enfants deviennent des Einstein en herbe. »
« Ce n'est pas forcément parce que vous les faites lire qu'ils deviendront plus intelligents que la moyenne vous savez. Disons simplement que ça développe un peu plus leur esprit d'analyse. »
« Vraiment ? » Le ton était sceptique.
« Et bien vous voyez, pas mal de recherches ont prouvé que le fait de lire stimulait beaucoup plus de parties du cerveau que de simplement regarder quelque chose. Là ce n'est pas seulement la télévision, un match de baseball ou de football américain c'est la même chose. Lire active plus l'esprit que de simplement regarder. » Rachel eut un léger rire.
« Et bah voilà papa, s'ils doivent arrêter de regarder la télévision, ils n'iront plus aux matchs avec toi non plus. »

L'idée ne semblait pas vraiment enchanter George qui afficha une légère moue. Jonas savait bien qu'il aurait préféré qu'il soit totalement de son côté, mais la demoiselle avait l'air d'avoir des idées bien arrêtées et l'essentiel était donc de lui prouver qu'il n'était pas bloqué sur ses positions. Le trentenaire était pratiquement convaincu qu'un conservateur comme George devait emmener ses enfants à des matchs, c'était pour cette raison qu'il avait pris cet exemple, histoire que Rachel comprenne bien qu'il y avait plusieurs manières de voir les choses. Comme la discussion restait relativement bon enfant, l'américain en profita pour enchaîner sur la suite.

« Vous avez raison, il faut savoir vivre avec son époque, mais après il ne faut pas tourner le dos au passé pour autant. Je suis le premier à dire que le fait de pouvoir communiquer par téléphone est une bonne chose, mais si vous pouvez appeler votre grand-mère une fois par semaine, est-ce que vous lui rendrez encore visite pour savoir comment elle va ? Le problème avec les technologies actuelles, c'est que bien souvent on s'en sert pour se donner bonne conscience. »
« Je suis d'accord. Si je n'habitais pas dans ta rue, est-ce que tu viendrais me voir souvent avec les petits vu tout le travail que tu as ? »
« C'est différent papa, moi je vis seule, je dois travailler pour deux. »
« C'est pour ça que je disais qu'il fallait une maman et un papa dans un couple. » Rachel leva les yeux au ciel.
« C'est dépassé ça tu sais, il y a des tas de mères célibataires en ville ! »
« Pas dans notre rue en tous le cas. » Il regarda dans la direction des Cooper. « Dans votre quartier les choses sont peut-être plus faciles cela dit. »
« On peut dire ça. Il n'y a pas beaucoup de délinquance alors je dois avouer que je serais bien incapable de vous dire si la télévision a un effet quelconque sur l'éducation. Mais je ne pense pas que tous les jeunes qui ne sont pas traditionalistes finiront comme dealers dans les rues de la ville. »
« Ah ! »
« Je ne pense pas que ce sera les cas de vos petits-enfants par exemple. »
« C'est parce que j'ai bien élevé ma fille ça. »

Et il semblait sincère. Un léger sourire aux lèvres, Jonas fit une fois de plus l'effort de boire un peu de sa boisson gracieusement offerte. Vu la manière dont George menait la discussion, il était fort probable qu'il aurait été vexé si les Cooper avaient décidé de bouder leur bonne vieille bière Américaine ! Le regard clair du trentenaire passa brièvement sur le minois de sa sœur pour s'assurer que cette discussion ne l'indisposait pas, puis cette dernière reprit de plus bel alors que George relançait la charge.

« Vous avez l'air calés en éducation. Vous avez des enfants tous les deux ? Enfin pas ensemble, j'ai bien compris ça. » Encore heurex, ce serait assez bizarre.
« Non, ni mariés, ni enfants. »
« On peut faire l'un sans l'autre vous savez. »
« Oui, ma fille est aussi contre le mariage voyez-vous. » Jonas s'accorda un léger rire devant l'expression du père. « Vous êtes encore jeunes, vous avez le temps, mais ne traînez pas trop quand même ! Regardez ma fille, si elle avait attendu aussi longtemps que moi, je n'aurais jamais vu mes petits-enfants. » Et comme c'était naturel de demander ça aux femmes, George regarda Heather. « Je suis sûr que vous adorez les gamins ! »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 27 Jan 2014 - 11:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Heather culpabilisait un peu, de son côté. Elle ne le laissait pas paraitre parce qu’il était hors de question que des gens extérieurs puissent s’en rendre compte mais, elle n’avait pas envie d’attirer l’attention parce qu’elle ne voulait pas qu’on se souvienne particulièrement d’elle. Le nom de Cooper devait être associé à un journal et, par extension à son père et à son jumeau mais, surtout pas à elle. La trentenaire n’avait rien à gérer dans ce quotidien et, de ce fait, il lui semblait normal que ce soit Jonas qui soit mis en avant plutôt qu’elle. La prendre à partie en lui posant des questions – dont les réponses restaient dans l’esprit de la famille Cooper – c’était un peu voler la « vedette » de son double et, ça, ça lui posait un cas de conscience. Et, forcément, elle se sentait un peu bloquée parce que refuser de répondre était impoli, renvoyer les questions à son frère donnerait l’impression qu’elle n’était pas capable de donner un avis sans lui, et s’éclipser était tout simplement impossible.

Elle avait l’air – et le faisait vraiment – de suivre le reste de la conversation mais, autant dire qu’elle s’était faite la plus discrète possible pour éviter de reporter l’attention sur elle, laissant Jonas gérer un exercice dans lequel il était bien plus doué qu’elle. Et ce qu’elle pouvait être fière de lui, rien que dans sa façon de parler baseball, ou match, en sachant que l’argument toucherait les deux personnes. Jonas n’était pas seulement fait pour ce genre d’exercice, il était parfait dans ce rôle. Croisant le regard de son jumeau, Heather eut un hochement de tête imperceptible – sauf pour lui – pour lui faire comprendre que tout allait bien. Mais la discussion tournant autour de l’éducation, immanquablement, ça lui retomba dessus. Finissant une petite gorgée de sa bière, qu’elle buvait lentement, elle reposa son verre avant de poser son regard sur George.

« Qui n’adore pas les enfants ? » Le sourire d’Heather s’était fait ravi.
« Oui mais, pour vous, ça doit plus présent parce que… » Il fut coupé par sa fille.
« Parce que c’est une femme, c’est ça ? Papa, sérieusement, tu peux jouer un peu moins dans les clichés. »
« c’est pas un cliché, c’est une réalité, il doit bien y avoir quelque chose qui prouve que les femmes ont plus de feeling avec les enfants que les hommes. » ben tu m’étonnes que ça existait, enfin le tout était de ne pas braquer Rachel.
« C’est surtout une histoire de perception. Enfin, il est dit que les femmes sont mères avant d’avoir un enfant, l’instinct de maternel. En revanche, les hommes le sont une fois leur enfant venu au monde parce que, avant ça, c’est une notion assez abstraite pour eux. »

Ce n’était pas eux qui se tapait les nausées, les hormones et un truc à expulser au terme de neuf mois… pas eux qui étaient tellement énormes qu’on pouvait les comparer à un système solaire. George s’était bien occupé de l’éducation de sa fille, et semblait être présent pour son petit-fils alors il devait bien comprendre de quoi elle parlait. Heureusement qu’elle se renseignant sur tout et rien à la fois, c’était du sport de pouvoir échanger sur tous les sujets possibles en se calant sur des faits prouvés. Un sourire passa sur le visage du doyen.

« Et alors, vous avez déjà trouvé le père de vos futurs enfants. »
« Papa ! Tu ne veux pas la laisser un peu avec tes questions indiscrètes. » Heather laissa passer un sourire rassurant à l’attention de Rachel.
« Roh, Rachel c’est bon, si ça la dérangeait, elle nous le dirait, n’est-ce pas ? » La trentenaire hocha la tête pour confirmer ce qu’il venait de dire, bien qu’en réalité elle ne dirait rien.
« Non, je n’ai pas trouvé cette personne. » Son père ne l’avait pas trouvé, en fait. Détail. « J’ai bien entendu vos recommandations sur le fait de ne pas attendre trop longtemps mais, ça reste une évolution très importante que je n’ai pas envie de faire à la va-vite. »
« Bientôt il va vous dire que, de son temps, c’était les parents qui choisissaient les partenaires de leur fille. Soi-disant qu’ils savaient très bien ce qui était le mieux pour leur progéniture. » Rachel roula des yeux comme si cette idée était parfaitement absurde. Si seulement elle savait que ça se faisait encore.
« Oui, eh bien n’empêche qu’il y avait beaucoup moins de divorce à cette époque, si ça ce n’est pas une preuve ! »
« C’est seulement que les divorces n’étaient pas bien vus à cette époque. »

Et qu’une femme n’avait pas tellement de droit. Un point pour Rachel sur ce coup-là et George devait le savoir parce qu’il refoula cet argument d’un mouvement de main faussement exaspéré. Il n’avait pas de contre-argument à donner à sa fille. Et comme Rachel se sentait en position de « force », elle continua rapidement en reportant son attention sur Jonas.

« Vous, comment vous prendriez les choses si c’était votre père qui choisissait un mari à votre sœur. » Jumelle ! « Sans qu’elle n’ait son mot à dire ? »

Oui, c’est vrai, comment il le prendrait alors qu’il devait bien exister une personne, pas de la bonne famille, qui aurait pu lui correspondre bien mieux que quelqu’un qui servirait les intérêts de la famille ? Sérieusement, c’était le genre de sujet qu’elle n’aimait pas tellement parce qu’il impliquait de mentir.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 28 Jan 2014 - 15:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jonas devait admettre que, même s'il connaissait parfaitement sa jumelle et avait donc déjà conscience de son point de vue, il aurait immédiatement pensé qu'elle avait un bon feeling avec les enfants rien qu'en la voyant. Il ne pouvait donc pas en vouloir à George d'interroger la jeune femme à ce propos : après tout, s'il avait grandi avec l'idée que les femmes étaient faites pour enfanter et élever leur marmaille, il était évident qu'il allait assimiler Heather à une bonne maman. Le nouvel échange entre le père et la fille dessina un sourire amusé sur les lèvres du trentenaire alors qu'il constatait que George employait à peu près la même technique que lui : les statistiques. Malheureusement pour lui, le retraité n'avait pas de chiffres à fournir à sa fille ! Jonas était certain que c'était exactement ce qu'il fallait pour contrer une féministe comme Rachel : il en avait déjà croisé bien trop souvent. Une chance que les Cooper ne soient pas reconnus comme « les enfants de » sans quoi ils auraient certainement eu droit au discours habituel sur leur manque de neutralité en raison de la politique conservatrice du journal de leur père.

Quoi qu'il en soit, Heather savait trouver les mots qu'il fallait pour calmer à la fois le père de Rachel et cette dernière. Même une féministe comme elle ne pourrait pas nier avoir un feeling plus poussé avec ses enfants que leur père – divorcé qui plus est, semble-t-il. Une mère portait son enfant et le sentait bouger, vivre en elle. Quant au père, à part les rares fois où il posait sa main sur le ventre de son épouse, il ne voyait que les vomissements, la mauvaise humeur les courbatures et la tendance qu'avait sa femme à vider le frigo sur une envie de fraises. Bref, les deux situations n'étaient pas comparables. L'espace d'un instant, Jonas se demanda comment se passeraient les choses le jour où sa jumelle serait enceinte. Nul doute que ce serait particulièrement étrange de la voir dans cet état, mais ce serait une partie d'elle – et d'un autre, mais c'était un détail – il l'apprécierait forcément. Cette pensée trouva écho chez George qui questionna, sans aucune gêne, Heather sur son potentiel amoureux. Même Rachel semblait constater que c'était un peu déplacé, mais la belle ne sembla pas contrariée par cette intrusion dans sa vie privée puisqu'elle y répondit avec franchise et simplicité. Une nouvelle « dispute » s'engagea entre le père et la fille sur un sujet assez gênant puisqu'il concernait bel et bien Heather. Bruce n'avait jamais dissimulé le fait qu'il comptait trouver des partis intéressants pour ses filles et qu'il ne leur en laisserait pas vraiment le choix, aussi lorsque Rachel lui posa directement la question, il lui fallut quelques secondes pour trouver quoi répondre. C'est avec son habituel sourire de façade qu'il répliqua.

« Je dois déjà vous avouer que quelle que soit la manière dont Heather trouvera un mari, pour moi il ne sera jamais à la hauteur de toute manière. Même si c'était le président des États-Unis en personne. » Il haussa les épaules. « Je ne ferai aucune remarque pour autant, je ne pense pas avoir à me mêler de la vie privée de ma jumelle, même si j'en ai envie. » Il esquivait la question de manière assez visible, mais mentir n'était jamais une bonne chose. « Disons que du moment que ma sœur est heureuse, c'est tout ce qui compte, comment elle y arrive dépendra d'elle. » Il glissa son regard vers l'intéressée. « Heather est majeure et vaccinée, je suis certain que si notre père faisait quelque chose qui ne lui plaisait pas, elle lui ferait savoir. »

En fait, il était convaincu du contraire parce que c'était l'éducation de sa sœur. Le reste était vrai. Jonas savait bien que la demoiselle allait finir par trouver un mari, avoir des enfants et une maison à elle, mais cette idée le dérangeait toujours autant. En vérité, bien que le trentenaire savait qu'aucune autre relation ne viendrait parasiter la leur, l'idée de la savoir éloignée et de lui et d'avoir l'impossibilité de la voir ou de la serrer dans ses bras sur une envie subite le perturbait beaucoup. Ça lui rappelait les souvenirs de la faculté de droit et très franchement, ils n'étaient pas bons, au contraire même. Rachel semblait sceptique face à cette déclaration.

« Donc en résumé, si je vous suis bien, vous dites que vous vous moquez de la vie sentimentale de votre sœur ? »
« Non, je disais que je ne m'en mêlerai pas à moins qu'elle ne me le demande. Je ne veux pas parasiter ses décisions. »
« Et ça ne vous gêne pas plus que ça ? Vous êtes son frère quand même. » Son jumeau, pas son frère. Il eut un sourire.
« Vous êtes en train de me dire que vous êtes contre l'idée d'un mariage arrangé, mais ça vous choque qu'un frère puisse ne pas décider pour sa sœur ? »
« Il a raison, c'est pas très logique Rachel. »
« Je ne disais pas ça voyons ! Mais ça m'étonne, c'est tout. »

Elle haussa les épaules et se concentra sur sa boisson, imitée par Jonas qui détourna son regard vers la foule. C'est à ce moment que son regard croisa celui d'une jeune femme qu'il connaissait pour l'avoir rencontrée quelques temps plus tôt. Vivian, une Coréenne au caractère bien trempé et avec qui le trentenaire était tombé sur un os. Leur discussion s'était terminée sur une note assez... animée, voire mauvaise. Il en avait bien évidemment parlé à sa sœur et elle savait donc à quoi s’attendre, mais il ne comprenait pas trop ce qu'elle faisait ici. George sembla remarquer son regard insistant sur la demoiselle puisqu'il reprit la parole.

« Vous la connaissez ? » Jonas tourna la tête vers lui.
« Un peu oui. »
« On l'invite alors ! » Levant la main, il fit alors de grands signes à Eun-Sil pour l'inviter à venir vers eux. « Ramenez-vous ma petite dame, y'a de la place en bout de table ! »

Aux côtés de Cooper bien évidemment.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 28 Jan 2014 - 21:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« T’es certaine que tu veux rien boire ? »
« Ouais. »
« Il y a des trucs sans alcool, t’es pas obligée de prendre un truc corsé ! »

Jus d’orange à la main, Eun-Sil essayait de passer inaperçue dans la foule. Mais qu’est-ce qui lui avait pris de mettre les pieds ici ! Elle ne s’en souvenait plus. Portant le jus de fruit à ses lèvres, elle en recracha immédiatement le contenu à l’intérieur du verre. Elle ne s’autoriserait pas de boissons tout bonnement pour éviter les débordements. Passer inaperçue. Invisible. C’était possible ? Il y avait fort à parier que non. Une demi-heure qu’elle zonait de groupes en groupes, de discussions en discussions tentant vainement de trouver quelque chose d’intéressant qui l’obligerait de rester jusqu’à la fin. Rien. Nada. Tous semblaient orientés sur des discussions liées à la famille et la coréenne n’avait jamais rien à dire à ce sujet. La collectivité ? Encore moins. Espèce d’être hybride, la jeune femme n’avait pas tellement son pied dans la solidarité et pourtant elle vivait dans les quartiers pauvres et faisait sans s’en rendre compte, plus que certains présents dans la pièce.

S’éloignant d’un groupe, elle avisa une place vide à une table non loin de là et y déposa son verre à peine siroté. Profitant d’un moment d’inattention de l’assemblée, elle s’empara d’un morceau de pain qu’elle fourra dans sa bouche pour se trouver une excuse au fait de ne pas articuler le moindre mot depuis presque dix minutes. Secouant la tête énergiquement, elle désigna le coin opposé de la salle lorsqu’un groupe l’apostropha et s’éclipsa en silence, les épaules basses. Soupirant, elle dévia de trajectoire avant de s’immobiliser. * Hiiii….ferme les yeux !* Hum oui. Certes. Fermer les yeux rendait une personne totalement invisible. Oui oui. * Décampe Sil, décampe !* Ouai, brillant. Courir pour échapper à … hé merde. Orgueil pourrit et honneur de mes deux ! Jonas ! Si le jeune homme n’avait pas détourné le regard, la coréenne se serait contentée de hausser les épaules et de passer son chemin, évitant à tout prix de raviver une catastrophe sans nom. Mais bien évidemment que mister était bien décidé – comme la dernière fois – à ne pas lui faciliter la donne. Elle sursauta lorsque l’homme assit non loin de Jonas agita la main en la traitant amicalement – vulgairement – de petite dame. Elle se raidit et avança en serrant les points. Ravalant un commentaire désobligeant adressé à la base au père de famille, elle dévia le regard en se rendant compte qu’elle aurait à s’asseoir aux côtés de – bah Jonas tien.

S’obstinant à ne pas vouloir croiser le regard du trentenaire une seconde fois, elle se posa délicatement à ses côtés, fixant la salle pour ne rien regarder d’autre. On pouvait le dire. Elle s’était assise en bout de banc. Largement. A peu de choses près, on aurait pu asseoir encore un enfant entre la coréenne et l’américain et pourtant, la jeune femme se savait déjà bien assez proche du poseur de gants.

« Dîtes, c’est quoi votre nom ? Moi c’est George, et voici ma fille Rachel. » Le père était tout sourire et la demoiselle en question agitait une main animée en direction d’Eun-Sil qui observait un silence anormal. « Vivian. » Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase que le père fit un commentaire amusé sur le fait que ce nom n’avait rien de chinois. Il fallait peut-être boire finalement. Relevant la tête un instant pour répondre qu’elle n’était pas chinoise, elle croisa le regard de l’autre jeune femme. Surprise par ce visage étrangement familier et dévia pour observer Jonas à son côté. Comme il lui rendait son regard elle détourna les yeux instantanément en esquissant un sourire – tant bien que mal – à l’adresse de George et de Rachel qui venaient de reprendre la discussion. Comme si elle avait l’impression qu’elle allait se faire planter dans les côtes par son voisin, Eun-Sil reporta son attention sur la foule. Ok. Elle était misérable. Têtue, ingérable et colérique. Se souvenant de la tasse de thé qu’elle avait balancé volontairement sur Jonas, elle haussa et roula des épaules comme si on venait de lui annoncer qu’on allait lui tordre le coup.

« C’est donc vous la frangine ? Gloups. Elle se maudit intérieurement avant de tourner un visage soit disant amical vers la sœur de Jonas. Son ton était crispé mais n’avait rien d’agressif. Je veux dire, vous êtes frère et sœur, tous les deux. Vous êtes la sœur de… » Elle désignait d’un index son voisin, pas décidée à croiser son regard. Elle n’avait pas prononcé son nom parce qu’elle était toujours incapable de le prononcer correctement.

« Oh, c’est vrai que vous vous connaissez alors ? » Le père.
« NON ! » Eun-Sil.

Elle croisa le regard de Jonas et son nez se retroussa. * Par les anciens !* Comme si elle devait des explications à toute la petite troupe, elle enchaîna la suite sans quitter Jonas des yeux. « J’lui ai peut-être – sûrement même – pourri un après-midi ou deux. » Elle n’était pas plus douée en excuse qu’en parlote. Le rire de Rachel la décrocha de Jonas et elle haussa les sourcils devant un élan de joie. Ok, pourquoi pas. Pas certaine que Jonas trouverait ça drôle. Du coin de l’œil, elle reporta son attention sur la sœur de son voisin. Quelque chose de puissant émanait de cette jeune femme dont le charme n’était plus à prouver. La coréenne abordait une tenue passe partout et même si elle avait fait un effort pour se maquiller, elle n’était en rien comparable à la jeune femme qui lui faisait face. Si elle se sentait capable d’étrangler Jonas au moindre commentaire, elle aurait été bien incapable de lever une main sur la sœur en question. Se rappelant la discussion – ils avaient discuté ? – qu’elle avait eu avec Jonas, elle comprit soudainement pourquoi le lien qu’il semblait partager avec sa… jumelle ? probablement - était si fort. Mais même si elle se sentait admirative devant la jeune femme, elle n’allait pas faire de fleurs à son frangin.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 29 Jan 2014 - 0:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Heather ravala un sourire trop prononcé quand son jumeau annonça qu’aucun homme ne sera assez bien à ses yeux. Si quelqu’un avait vu un tel sourire ça aurait probablement soulevé des questions auxquelles elle n’avait pas envie de répondre, auxquelles les gens ne comprendraient pas le raisonnement. Il fallait avoir un jumeau pour espérer imaginer ce que pouvait lier deux être conçus en même temps. Dans un sourire, elle porta son regard sur Jonas en hochant la tête pour confirmer le fait qu’elle le dirait si quelque chose ne lui convenait. Un geste auquel les gens extérieurs croyaient. Les deux seuls à ne pas croire à cette affirmation étaient les jumeaux. La trentenaire n’avait jamais remis en cause l’éducation de ses parents, déjà qu’elle avait un point de vue différent sur les Supers – dont seul, Jonas, était au courant – ce n’était pas elle qui pensait se « rebeller » un jour contre l’autorité paternelle. Ou, peut-être qu’elle n’avait pas encore trouvé de cause suffisante pour estimer devoir le faire. Elle garda, à nouveau, un sourire de fierté, pour elle, quand Jonas mis Rachel face à son raisonnement qui n’avait pas de grande logique. Ce que George avait aussi remarqué.

Le doyen remarquait beaucoup de choses en réalité, comme le regard de Jonas qui s’était accroché à une personne dans la foule. Elle avait beau connaitre son jumeau, elle ne lisait pas dans ses pensées. Jonas lui parlait souvent des personnes qu’il pouvait rencontrer, sauf qu’avec ce genre de sortie, il y avait beaucoup de gens. Alors, sur le moment, cette femme pouvait tout aussi bien être une personne croisée à une sortie de quartier, ou celle qui lui avait envoyé son thé. Sérieusement, il y avait réellement une personne qui avait osé s’en prendre à Jonas mais… Mais… Il était adorable, parfait, comment on pouvait en venir là ? Elle aurait bien interrogé Jonas du regard mais, avec la famille autour, elle n’aurait pas eu plus de réponse et puis George s’était déjà engagé à inviter la femme à venir. Et, forcément, parce que c’était dans son caractère et son éducation, c’est toujours avec le même sourire avenant qu’Heather avait accueilli la nouvelle venue.

Toujours grâce à George, Heather eut rapidement un prénom à mettre sur la nouvelle arrivante. Donc, il s’agissait bien de la femme-lanceuse-de-thé. Elle ne s’était pas défait de son sourire mais nota mentalement qu’il convenait d’éloigner toutes les boissons de Vivian, ce qui était plus facile à dire qu’à faire. Forcément, si elle se levait pour virer le verre de cette femme, ça risquait de ne pas faire très poli. Ok, en fait, elle ne put retenir un regard interrogateur vers Jonas quand Vivian annonça ne pas le connaitre. C’était quoi le délire ? Enfin, elle le savait puisque son jumeau lui avait raconté mais, quand même.

Jumeaux… J.U.M.E.A.U.X… ju-meaux… Elle hocha la tête dans un sourire.
« Oui, c’est bien ça. Jonas, » Parce qu’il avait un prénom. « est mon frère. » Envie de mourir face à ce qui ressemblait à une insulte. « Je m’appelle Heather. »
« Sont même jumeaux. » C’est George qu’elle devait peut-être demander en mariage, en fait !
« Oui, enfin papa, c’est la même chose. Ils sont frère et sœur. » Et tuer sa fille.

Les deux n’étaient jamais d’accord, fallait pas s’en faire, on prenait vite le pli. Et, au moins, même sans être d’accord ils n’avaient pas besoin de se balancer leurs verres de bière à la figure, de se dire qu’ils se donnaient mutuellement envie de vomir et ainsi de suite. Heather reporta son regard sur la nouvelle arrivante, dans un éternel sourire dont elle n’arrivait jamais à se défaire même, quand ils n’étaient pas entourés.

« Qu’est-ce qu’il a pu vous faire pour vous déranger ? »

Le ton était léger, et amusé pour dépendre un peu l’atmosphère. D’ailleurs la question laissait comprendre qu’elle ne demandait pas réponse. Heather pouvait se permettre de rester neutre parce que, lui, il savait qu’elle était de son côté. Ce n’était pas son jumeau pour rien, elle prendrait forcément son parti. Et c’est parce qu’elle n’attendait pas de réponse qu’elle enchaina assez rapidement.

« Vous êtes du quartier ? »

En temps normal, elle aurait probablement laissé les autres faire la conversation mais, elle voulait éviter que Rachel ou George s’interroge sur la manière dont Jonas et la prénommée Vivian s’étaient rencontrés. Si la rencontre en question s’était mal finie, comme lui avait dit Jonas – et dont elle ne remettait pas les paroles en question – il était sûrement préférable de ne pas revenir sur un sujet qui pourrait être gênant pour l’un ou pour l’autre.

« Je ne vous ai jamais vu dans le coin. » Le ton de George n’était pourtant, ni hostile, ni critique.
« D’un autre côté tu ne sors jamais de ta rue, sauf pour aller voir un match. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 29 Jan 2014 - 11:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Vu la manière dont Vivian s'approcha, Jonas avait l'impression qu'elle allait à l'échafaud. Et bien, elle avait eu une si affreuse impression à l'issue de leur précédente discussion ? Le trentenaire resta silencieux alors que George commençait à interroger la nouvelle arrivante sur son prénom et ce fut la même réaction que Jonas qui arriva en retour. Ce prénom ne faisait pas très asiatique, sauf que la jeune femme ne releva pas la faute d'origine que le vieil homme fit. Est-ce que sa mauvaise humeur était en pause ? Risquant un regard vers la demoiselle, l'américain songea que le problème venait peut-être bel et bien de lui : elle n'avait pas l'air décidée à s'en prendre aux trois autres personnes présentes ici. Il resta silencieux comme la jeune femme reprenait la parole pour interroger Heather d'un ton quelque peu... crispé ? Oui, c'était le mot. Au moins n'était-elle pas agressive, même si elle semblait avoir gardé rancune à l'égard d'un Jonas qui n'avait même pas le droit à son prénom. Pourtant, il restait souriant comme si la distance évidente qu'elle imposait – autant physique que sur le plan de la conversation – l'indifférait. Il fallait avouer que la manière dont leur dernière discussion s'était achevée avait quelque peu refroidi le trentenaire qui préférait éviter de faire une nouvelle boulette avec l'asiatique. Du moment qu'elle ne s'en prenait pas à sa jumelle, c'était l'essentiel.

Buvant une gorgée de sa bière, qui finalement était la bienvenue, l'américain suivit la discussion qui s'installa doucement. Vivian avait droit aux interrogations d'un George qui semblait particulièrement curieux, mais les réponses qu'elle lança étaient pour le moins... bizarres ? Jonas ne manqua pas de remarquer le regard que lui lança sa sœur lorsque leur nouvelle voisine déclara qu'ils ne se connaissaient pas et il y répondit par une très légère moue signifiant grossièrement « elle doit préférer oublier ». Il semblait que leur précédente rencontre lui avait laissé un goût amer dans la bouche. Et lui l'odeur du thé sur ses vêtements. Il soutint tout de même le regard de la demoiselle alors qu'elle déclarait lui avoir pourri quelques moments, mais ne répliqua rien. Mieux valait attendre que les choses se tassent.

Heather répondit finalement aux questions de Vivian et Rachel démontra une fois de plus qu'elle n'était pas au diapason avec les jumeaux : être frère et sœur ou jumeaux n'était absolument pas la même chose. Cela se confirma d'ailleurs lorsque sa jumelle commença à poser quelques questions à l'asiatique, signe qu'elle avait compris que ce serait embarrassant pour l'un comme pour l'autre d'aborder le sujet de leur rencontre. Mais c'était sans compter que Rachel et George aimaient mettre leur grain de sel dans la discussion en se renseignant toujours plus sur l'identité de Vivian. Bientôt le patriarche du groupe allait finir par lui demander si elle était mariée ou si elle avait des enfants.

« Il me semble que Vivian vient d'un autre quartier. » Après tout, ils s'étaient rencontrés ailleurs.
« Là où vous vous êtes croisés ? C'est dans votre quartier à vous deux ? » Il désigna les deux Cooper d'un geste du menton.
« Non, nous ne venons pas vraiment du même coin. »

Son regard glissa vers Vivian. À elle il avait avoué être le fils de l'éditeur du Daily Herald, enfin sans le nommer, elle savait donc parfaitement qu'il venait d'un quartier aisé. Ne l'avait-elle pas traité de fils à papa ? Elle avait aussi profité de l'occasion pour critiquer la relation qu'il pouvait avoir avec sa sœur, même si ce n'était pas directement dirigé contre Heather cela dit. Son attention se reporta sur cette dernière alors que Rachel reprenant après avoir vu un peu de son verre.

« Vous aimez bien les fêtes de quartier vous aussi ? Vous avez raison, c'est les meilleures de la ville ici ! Les gens ne viennent pas pour chercher des ennuis, juste pour s'amuser. »
« Il y a toujours des fauteurs de troubles malheureusement. » Comme les gamins venus les emmerder avant.
« Oh non, non, juste des gens qui cherchent les ennuis voyez-vous ! »

Elle hocha la tête comme pour confirmer ce qu'elle venait de dire, avant de jeter un coup d’œil du côté de la foule qui continuait de se presser autour d'eux. Le trentenaire évitait de trop regarder du côté de Vivian, conscient qu'elle avait clairement dit trouver son sourire horripilant. Finalement c'était une bonne chose qu'elle se soit installée à ses côtés, ça lui faisait une excuse pour ne pas la regarder trop souvent. C'est à ce moment que George décida de reprendre son rôle de maître de cérémonie en constatant que l'asiatique avait une boisson « indigne d'une fête ».

« Oh, vous buvez un truc d'enfant là ! Une bonne bière c'est largement meilleur. » Et une fois de plus, il adressa un signe à la serveuse avant de désigner Vivian. « Vous en avez encore vous deux ? Vous buvez doucement ! » Jonas sourit légèrement.
« On savoure ! » George s'esclaffa avant de reporter son regard sur Vivian.
« Et vous êtes venue toute seule ma petite demoiselle ? Pas de mari dans le coin ? »

Et voilà, la question à un million qui semblait devoir être posée à toutes les femmes majeures de cette fête. Pourtant, Vivian n'avait pas vraiment l'air d'être de celles qui se casaient. Quoique. En jetant un coup d’œil vers elle, le trentenaire constata qu'elle avait l'air un peu plus... femme, que lors de leur dernière discussion. Comme quoi, il devait vraiment avoir vu uniquement son mauvais côté, en espérant que ce soit différent ce jour-là.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather
 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  SuivantRevenir en haut 
Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_6Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_8


Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_1Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_2_bisNulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Heather Ciabattino Stanam Williams
» Une larme vaut parfois mieux qu'un sourire
» Heather Stevens Williams
» Sarkozy à la cérémonie pour la mort de Soeur Emmanuelle
» (f) elizabeth lail → soeur de coeur et meilleure amie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_6Nulle amie ne vaut une soeur ▬ Heather - Page 2 Categorie_8
Sauter vers: