AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Sea, sun & sun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Lun 30 Déc 2013 - 11:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil


***

29 décembre 2013

L’hélicoptère avait entamé lentement sa descente dès que la petite île s’était dessinée à l’horizon. Elle était perdue, semblait-il, au milieu de l’Océan Pacifique, mais quand l’atmosphère était particulièrement dégagée, depuis l’une des plages, avec des jumelles, l’on pouvait apercevoir la ligne du littoral californien, quand on regardait dans la direction de Los Angeles. Loin cependant des routes de navigation, pour la plaisance comme pour le transport de marchandise, loin des couloirs aériens, elle offrait une intimité parfaite et c’était précisément pour cette raison que Chase l’avait choisie.

Ce séjour de deux jours devait être le clou de ses cadeaux de Noël et c’était bien l’anxiété qu’il ne plût pas à Lukaz plutôt que les turbulences de l’hélicoptère qui faisait battre son cœur. Certes, Chase n’avait pas manqué d’énergie pour rendre le Noël de Lukaz inoubliable et le Breton avait eu plus de cadeaux que tous les autres habitants de l’immeuble réunis. Entre les petits gadgets — comme ses fameuses lunettes de vision nocturne — les très gros gadgets — comme la Scorpio rutilante qui n’attendait plus qu’une occasion pour dévoiler toutes ses capacités, il y avait les présents un peu plus conventionnels : une console de jeu portable, des jeux pour la console de jeu portable, une invitation pour deux dans un bon restaurant (dont la vraie valeur était la carte qui était allée avec et sur laquelle Chase avait inscrit « Pour partager avec Suzaku »), une peluche en forme de renard dont le mentaliste assurait qu’elle entretenait une ressemblance frappante avec son petit ami, des jeans, un nouvel autoradio (qui captait les stations de police) pour le pick-up, toujours plus discret que la Scorpio, et des jouets… pas pour les enfants. Entre autres choses.

Avec cette avalanche de cadeaux était arrivée une recommandation très claire : ne rien prévoir pour le samedi, le dimanche, le lundi et le mardi qui suivraient Noël. Il y avait deux jours pour le voyage jusqu’en Californie et deux jours pour le séjour. Selon les projets de Chase, ils seraient donc rentrés à temps pour le réveillon du Nouvel An. À part cela, Lukaz n’avait pas eu plus d’informations et même le jour du départ, l’Américain avait gardé son compagnon dans le flou le plus total, le laissant sans vergogne mettre des vêtements chauds dans la valise, pour le laisser sur une fausse piste.

— Et toi, tu ne touches pas aux ordinateurs pendant notre absence.

Avait-il dit à Clank. Puis, par prudence, il avait transporté le très serviable mais très étrange robot dans la Forteresse Onirique, sous la garde des sentinelles araignées. Puis ils avaient pris des avions. Chase avait demandé à Lukaz l’autorisation d’utiliser ses pouvoirs pour lui masquer leur destination, malgré les panneaux, les annonces, les billets, tout au long du voyage, d’appareil en appareil et d’aéroport en aéroport. Ce n’était qu’une fois dans l’hélicoptère que le mentaliste avait précisé qu’ils se trouvaient en Californie. Lorsque l’appareil se posa sur la plateforme de l’île, sur le toit d’une vaste villa, Chase consentit enfin à donner un peu plus d’explication.

— C’est une île privée. Pas très grande, mais il y a la villa, une plage, un cours de tennis, une piscine couverte à l’intérieur, un sauna, enfin, tu verras. Il y a un petit bateau, aussi. J’ai loué ça pour deux jours. Enfin… Disons que j’ai employé quelques intermédiaires et qu’ils ne se souviennent plus vraiment d’avoir été mes intermédiaires, histoire qu’on soit vraiment tranquille. Les bagages sont déjà ici, évidemment, mais comme tu le constates, tes gros pulls ne te serviront pas à grand-chose.

Chase montra le ciel. C’était cela, surtout, qu’il avait loué.

— Il fait froid et gris à Star City. Je voulais t’offrir un endroit où tu sois bien, vraiment bien. J’ai vérifié les prévisions de la météo militaire, et ce sera ensoleillement maximal pendant tout le séjour. Ici, tu peux en profiter en plein, sans te soucier du regard des autres. On est rien que tous les deux, tous seuls, sur toute l’île. D’ailleurs…

Le jeune homme sortit son téléphone, l’éteignit sous les yeux de Lukaz et retira la batterie.

— J’ai tout réglé au travail, j’ai laissé à Aaron la charge de l’équipe, j’ai dit à ma famille et à Charlie que je serais injoignable. Pas de coup de téléphone au milieu de la nuit, pas d’urgence, pas d’obligation, rien que toi. C’est promis. Je voulais qu’on puisse se détendre, discuter tranquillement, se reposer. Tout ça.

L’hélicoptère était déjà parti, tandis que Chase rangeait son téléphone démantelé dans la poche de son blouson. Le toit de la villa était baigné de soleil. L’Américain, assez fier de lui, prit la main de son petit ami et l’entraina jusqu’à un escalier qui faisait le tour du bâtiment pour descendre jusqu’au rez-de-chaussée. Là, la villa, toute en élégance architecturale, dominait un panorama entier sur l’océan, depuis une petite colline d’où l’on pouvait descendre pour rejoindre une plage de sable.

Entraîné à l’intérieur de la maison, Lukaz put découvrir des pièces spacieuses : le salon gigantesque, la cuisine suréquipée, les chambres d’amis qu’ils n’utiliseraient pas, la salle à manger, le fumoir, la bibliothèque, le billard, la chambre principale, avec sa salle de bain et, au sous-sol, la piscine couvert le sauna, le jacuzzi. Chase mettait un point d’honneur à vanter les mérites de la villa, du carrelage de la douche au régulateur thermique du sauna, mais il était facile de voir qu’il cherchait moins à se vanter qu’à se rassurer, en trouvant des arguments supplémentaires pour susciter l’enthousiasme de Lukaz, au cas où la surprise déplût à son petit ami.

Le tour du propriétaire les avait reconduits sur une terrasse bien plus grande que leur appartement à Star City et où une seconde piscine, pour ceux qui n’avaient vraiment pas envie de descendre jusqu’à l’océan, attendait, bordée de transats. Chase se retourna enfin vers Lukaz, toujours stressé, et interrogea anxieusement :

— Ça te plait au moins un peu ? Je t’ai dit qu’il y aurait du soleil pendant deux jours ?

Au moins cinq fois depuis le début de la visite.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 1 Jan 2014 - 19:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Noël était une fête qui n'avait jamais intéressé Lukaz plus que cela. N'étant guère croyant, tout l'aspect religieux lié à cette célébration ne l'avait jamais touché et cela avait déjà été vrai durant son enfance, à la Grande Foire du Futur. Là, s'ils fêtaient bien la fin de l'année, ça ne prenait pas la forme traditionnelle du réveillon de Noël. Il n'y avait pas de foie gras, pas de dinde rôtie, pas forcément de bûche et les cadeaux se résumaient souvent à des chocolats et des sucreries. N'ayant jamais vécu en dehors de cet environnement là, c'est dès lors devenu la norme pour le Français et lorsqu'il fut obligé de quitter sa famille, il ne changea rien à cela. De toute façon, que pourrait faire un voleur solitaire pour fêter Noël ? Lorsque sa vie changea, grâce à Suzaku, sa conception des fêtes de fin d'année ne bougea pas pour autant. Enfin effet, élevé selon les traditions japonaises, les Miura ne célébraient pas la fête de Noël et si Lukaz sortait souvent faire la fête avec Suzaku pendant cette période de l'année, ce n'était encore une fois pas pour fêter Noël.

Cela aurait donc pu continuer encore longtemps, mais l'arrivée de Chase dans la vie du Français avait changé la donne. En effet, le jeune Américain fêtait Noël, lui, et de fait, Lukaz avait commencé à réfléchir à tout cela. Peu à peu, l'idée d'offrir des cadeaux aux gens qui comptaient pour lui germa dans son esprit et il se mit à la recherche de cadeaux à la hauteur. Pour rattraper le temps perdu, Suzaku s'était vu offrir une moto très spéciale tandis que la petite Aishlinn avait elle aussi eu droit à un présent, Lukaz l'appréciant tout particulièrement. Pour Chase, la situation avait néanmoins été un peu plus complexe... Ses passions premières faisaient que tous les cadeaux que l'on pourrait trouver dans le commerce ne valaient rien, que ce soit des ordinateurs, des montres, des téléphones ou n'importe quel autre système technologique. Si durant un temps, il avait hésité à acheter une moto ou une voiture au blondinet, il avait finalement tiré un trait sur cette option au vu de la conduite très... particulière de son petit ami.

Par chance, Lukaz avait pu se servir de ses contacts pour trouver le criminel connu sous le nom de Docteur Otaku et, passé le temps de la surprise en découvrant qui il était, il avait fini par réussir à le convaincre de lui créer un robot. Un robot, voilà un cadeau qui plairait à Chase ! C'est ainsi que Lukaz était entré en possession de Clank et qu'il en avait fait présent à son petit ami sous l'arbre de Noël. Ce n'était néanmoins pas le seul cadeau puisque le Français avait aussi réussi à dénicher quelques tirages exceptionnels des comics préférés de son petit ami, que ce soit des premières éditions ou des éditions rares. Si certains d'entre eux avaient été obtenus légalement, ce n'était pas le cas de tous, mais le jeune Français se doutait que cela ne serait pas vraiment un problème pour Chase. Malgré cela, Lukaz trouva ses cadeaux un peu... Pas forcément à la hauteur, surtout quand il voyait les présents que lui faisait Chase. Des gadgets divers et variés, la Scorpio, des jeux vidéos, une drôle de peluche... Cela faisait vraiment beaucoup et le voleur se demandait s'il les méritait vraiment, mais la surprise fut encore plus grande quand Chase lui indiqua de garder libre les quatre jours suivant Noël. Cela impliquait nécessairement une autre surprise, mais il avait du mal à savoir quoi, du moins jusqu'à ce qu'on ne lui parle de voyage. S'imaginant déjà au chaud sous la couette d'un chalet de montagne, Lukaz ne put qu'être ravi de toute l'attention à laquelle il avait droit.

Le jour du départ, le Français avait ensuite accepté que Chase se serve de ses pouvoirs sur son esprit pour lui cacher totalement la destination vers laquelle ils se rendaient. Bien que cela lui faisait ressentir d'étranges sensations, comme s'il était totalement perdu, il ne voulait pas gâcher le plaisir que Chase avait à lui faire découvrir sa surprise le moment venu. Puis, lorsque Chase évoqua le fait qu'ils se trouvaient en Californie, Lukaz comprit qu'il n'était pas vraiment question de faire du ski. L'hélicoptère qu'ils avaient ensuite emprunté se dirigea vers une île sur laquelle il finit par se poser, à la grande surprise du Français, surprise qui devint encore plus grande quand son petit ami lui donna quelques explications. Une île privée, une villa, une plage, un cours de tennis et des milliers d'autres choses, visiblement. Un lieu de vacance idéal que Chase avait loué pour deux journées, dans le plus grand secret, sans doute le cadeau le plus important qu'il venait de lui faire. Parce qu'une fois de plus, c'était le Soleil qu'il lui offrait. L'air un peu perdu face à tant de luxe, mais aussi face au comportement de son petit ami, Lukaz ne put qu'afficher une expression un peu idiote tout en laissant simplement échapper un : « Chase... » Cela ne fit que s'accentuer lorsque Chase éteignit son téléphone portable, un symbole particulièrement fort de sa part.

Alors que l'hélicoptère repartait, les laissant seuls sur cette île, Chase commença à lui faire visiter les lieux, l'entraîna à travers la villa, lui faisant découvrir le panorama, puis chacune des pièces, l'une après l'autre. Lorsqu'ils finirent par arriver sur une nouvelle terrasse, Lukaz resta un temps le regard rivé sur l'horizon, avant de lever les yeux directement vers le ciel. Puis, comme cela semblait quand même le but de l'opération, il retira sa veste, son pull et son tee-shirt dans le but de se retrouver torse nu, envoyant tout cela sur un transat à proximité. Se retournant ensuite vers Chase, il s'approcha tout près de lui et saisissant son visage entre ses mains, il l'embrassa avec une passion non dissimulée. « Si ça me plaît un peu ? C'est tout simplement énormissime ! Chase... Tous ces cadeaux, ce voyage, cette villa... Je sais pas quoi dire. C'est... géant ! Puis le Soleil, tu aurais pas pu me donner mieux. Déjà dans ta forteresse, tu as fait ça pour moi, mais ici, c'est encore mieux ! » Fermant les yeux, Lukaz profita un temps des rayons que son corps captait et, souriant, il reposa son regard droit dans celui de Chase. « Tu sais, j'ai jamais vraiment voyagé, en fait. Sauf une fois, au Grand Canyon. » Ça avait d'ailleurs été un voyage très étrange, avec Colin et des drôles d'aventure... Mais là-bas aussi, on lui avait offert le Soleil, et il en avait ressenti les bienfaits. Seulement ici, c'était très différent. Ce n'était pas un petit camping et le Soleil était très différent, moins violent que celui du désert. « Mais ce voyage là, c'est... Tellement mieux. Je t'aime, Chase. »

Et une fois de plus, il embrassa son petit ami, glissant ses mains sous ses vêtements, l'attirant tout contre lui. « Le Soleil me fait vraiment du bien. Il est beaucoup plus fort qu'à Star City, même en été. C'est génial. Par contre, ça veut dire que je vais être très en forme pendant deux jours, j'espère que tu es préparé. » Souriant, Lukaz débarrassa alors Chase de sa veste qu'il envoya une fois de plus sur le transat. « Faut que tu te mettes à l'aise toi aussi. Surtout que comme tu l'as dit, j'ai que des gros pulls. C'est ballot... Je vais rien avoir à me mettre pendant deux jours... » Ce n'était pas tout à fait exact, puisqu'il aurait très bien pu se contenter de porter ses sous-vêtements, mais comme ils n'étaient que tous les deux, autant en profiter un peu, non ? Embrassant une fois de plus son petit ami, Lukaz souriait toujours, appréciant plus que largement d'être chouchouté comme ça. « Alors, ô mon prince du Soleil, est-ce que tu as prévu quelque chose pour la suite ou est-ce qu'on improvise ? J'irais bien boire un truc frais et grignoter quelque chose. Le voyage, ça creuse. Pas toi ? Après, on peut profiter de la piscine, à la condition que tu mettes pas de maillot, bien sûr. Puis il faudra tester les transats. Je crois que j'ai pris par erreur les jouets que tu m'as offert... » Ses mains se firent un peu plus joueuses, sous les vêtements de Chase. « Enfin, je sais pas si tu as prévu quelque chose d'autre, mais comme tu parlais de repos, ça me semble être un excellent programme. Alors... » Jetant un œil vers la villa, Lukaz sembla réfléchir un petit moment. « Il me semble que la cuisine est par là. » Puis, attrapant la main de Chase, il l'entraîna à sa suite vers l'intérieur de la villa.
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Jeu 2 Jan 2014 - 22:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
L’Américain était à deux doigts de réciter de mémoire la liste des températures et le degré d’ensoleillement quand Lukaz coupa court à sa nervosité météorologique en l’embrassant fougueusement. Les mains du jeune homme trouvèrent bien vite leur place au bas du dos dénudé du Français et Chase ne se fit pas prié pour récolter une petite partie de la récompense qui venait couronner ses efforts. Agent de tourisme n’avait jamais été sa vocation et ses voyages avaient toujours été des plus professionnels, entre l’équipe Argos et les tournois d’échecs. Adepte des très grandes villes internationales plutôt que des recoins isolés, sans internet ni réseau téléphonique, Chase avait dû redoubler d’ingéniosité pour localiser une île conforme à ses idées et mettre en place un trajet assez discret pour éviter tout inconvénient.

Leurs lèvres se séparèrent, laissant Chase avec un sourire ravi et fier sur le visage. L’enthousiasme de Lukaz mettait un terme à ses inquiétudes et, sans qu’il sût s’il l’imaginait ou s’il le percevait réellement, il lui sembla en effet que son petit ami débordait d’énergie. Bien sûr, les semaines de pluie, le mentaliste redoublait d’attention pour rendre le temps moins long et la vie moins pénible à son solaire compagnon, mais il avait eu envie de faire plus. Star City était certes magnifique, avec ses illuminations, dans les longues nuits d’hiver et le charme de ces décorations électriques parlaient évidemment à Chase. Mais pour Lukaz, il avait imaginé autre chose. Autre chose que le froid, la neige et la ville. Un espace à la mesure de la liberté ensoleillée dont le Français semblait rêver.

Aux anges, Chase répondit dans un murmure :

— Je t’aime, Lukaz.

Il avait même répondu en français. Ses progrès en la matière, sans être très rapides ni très spectaculaires, étaient néanmoins constants et il avait appris cette phrase-là avant toutes les autres. Se laissant aller contre Lukaz, il déposa la tête contre son épaule et sourit un peu plus. Il était rassuré que le voleur commençât par vanter les mérites du soleil. Chase avait craint un instant que son ami crût qu’il cherchait à l’impressionner avec le luxe de la villa, alors que ce qu’il avait cherché, le cœur de son cadeau, était beaucoup plus personnel et beaucoup moins mondain : cette boule de feu qui brûlait là, très loin au-dessus d’eux.

Bientôt, le Français se mit à dessiner le programme de la journée avec des activités très suggestives. Chase redressa la tête et haussa un sourcil.

— J’aurais pu te dire d’apporter des vêtements plus légers, mais ça aurait gâché la surprise…

Ben voyons. C’était sans doute pour ajouter à son innocence que ses mains venaient de se glisser sous le pantalon et le boxer de Lukaz pour caresser ses fesses. Son innocence fut entière quand il se cambra alors que les mains de son ami le caressait avec un peu plus d’insistance. Il esquissa une moue faussement songeuse.

— Hmoui, sinon, il y a toujours le tennis, les promenades… Mais enfin, c’est vrai, on a beaucoup travaillé, mieux vaut se reposer. Avec Argos, l’aquarium, les échecs, tu vois, je me sens tout tendu.

Le pauvre était décidément bien à plaindre. Puisqu’ils étaient d’accord, les deux hommes prirent le chemin de la maison et Chase ouvrit bientôt un réfrigérateur gigantesque dans lequel s’alignaient entre autres des jus de fruits variés. Tous les placards de la villa étaient pleins. Le jeune homme se retourna, observa un instant les piercings de Lukaz avec un air rêveur, avant de se souvenir du but de l’opération.

— Euh… Ah, oui. Je ne sais pas vraiment faire le cocktail, mais y a plein de choses. Et je crois que l’alcool est…

Les portes des placards se mirent à s’ouvrir toutes seules, les unes après les autres, en se refermant presque aussitôt. L’une d’entre elle finit par coulisser.

— Là. Je ne sais pas trop ce que tu veux.

La gastronomie n’était toujours pas le fort de Chase, dont les goûts restaient somme toute très classiques. Il se servit donc pour sa part un grand verre de jus de fruit, laissant Lukaz composer sa propre boisson tandis qu’il se mettait en quête des chips. Quelques minutes plus tard, les deux garçons étaient allongés sur un double transat. Chase était encore habillé, mais la crème solaire avait volé d’un placard à l’étage jusqu’à eux, en attendant le moment où les boissons et les chips seraient finies. Enfin, c’était l’excuse officielle. Officieusement, Chase, même si l’entraînement criminel de Lukaz avait achevé de sculpter sa silhouette, avait conservé une pudeur nerveuse. Enlever ses vêtements dans le feu de l’action, c’était une chose, se déshabiller pour prendre le soleil était beaucoup moins naturel pour l’Américain.

Il profitait donc unilatéralement de la semi-nudité de son compagnon.

— Lukaz… ?

Chase déposa son verre sur la petite table de son côté du transat et se tourna vers son ami.

— Tu sais, puisque tu parlais… des transats. Et des jouets. J’ai beaucoup réfléchi, depuis qu’on a un peu parlé de ce qu’on faisait avant, tous les deux, dans le domaine. Enfin, surtout moi. Et tu sais, c’était toujours… Enfin, on en parle quand y a des problèmes, surtout. C’est dommage, je crois. Je ne suis pas forcément très à l’aise avec… ce sujet. Je n’ai jamais eu ce genre de discussions, ni avec mes sœurs, ni avec, je ne sais pas, un meilleur ami. Et c’est aussi pour ça que je t’ai offert les jouets. Pour que j’arrive à être moins, comment dire ? Stressé, avec toi. Pas pour les gestes, mais pour parler de mes envies. Avec les mots. On n’est pas obligés, tu sais, d’en disserter, mais juste, je voulais que tu saches que si tu avais des doutes sur mes désirs. Ou des questions à me poser. Ça ne me braquera pas. Et je ne trouverai pas ça, je ne sais pas, inapproprié.

Le sourire qui appuya cette assertion fut malgré tout un peu timide. Mais sincère. Chase roula à nouveau sur le dos pour attraper son verre et en boire une gorgée. Il changea tout naturellement de sujet : il avait presque autant envie de bavarder avec Lukaz, de tout, de rien, de leur vie intime comme des dernières nouvelles, que de profiter de l’intimité que leur offrait l’île. Se reposer, profiter de son petit ami, ne pas avoir à compter les secondes parce qu’ils risquaient à tout moment d’être interrompu par un coup de fil important, voilà ce qu’il avait recherché, loin d’Argos et de la Triade.

— J’aime bien cette île, aussi. Je voyage beaucoup, mais tu sais, comme je ne suis pas très doué avec les langues, je reste surtout dans les grands hôtels, et ils se ressemblent un peu tous. Je veux dire, très occidentalisé. Je ne peux pas vraiment découvrir les côtés authentiques. Et puis souvent, aussi, je ne passe qu’en coup de vent. Mais si ça te tente, on pourrait voyager, tous les deux. Pour de vrai. Quelques jours, dans des villes, pas forcément des grandes villes, pour voir les vrais pays, tu sais. La Bretagne, par exemple, dans ta famille, c’était génial.

Il y avait ainsi bien des choses que Chase n’eût jamais faites seul et qu’il imaginait fort bien à deux. La présence de Lukaz à ses côtés le rassurait — et elle l’aidait à cultiver ses désirs.

— Où est-ce que tu aurais envie d’aller, toi ? Moi, j’aimerais bien découvrir l’Asie. C’est bête, sans doute, de dire ça en général : ça doit être très différent en Thaïlande et en Chine ou en Corée et au Laos, par exemple. En fait, voilà, c’est ça qui m’embête : de ne pas me rendre compte de la diversité. Je connais mieux certaines dimensions parallèles que les pays de mon propre monde.

Chase releva les manches de sa chemise. Même s’il avait pu prévoir des vêtements plus adaptés que ceux de Lukaz, il avait tout de même un peu chaud, sous le soleil californien. D’un regard, il fit léviter le bol de chips, originellement entre eux sur le matelas du transat, jusqu’à la petite table à côté de Lukaz, pour pouvoir s’installer au milieu et se faufiler dans les bras de son petit ami. S’imaginer parcourir le monde avec Lukaz était grisant. Et en bon Neutron-Grey, Chase ne comptait pas vraiment s’arrêter là.

— Et on pourrait aussi explorer des dimensions parallèles, justement. Bon, j’en connais surtout des peu hospitalières, mais il y en a quelques unes plus accueillantes.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 5 Jan 2014 - 14:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lorsque Chase avait semblé chercher une explication valable au fait qu'il n'avait pas pris la peine de prévenir Lukaz que le contenu de sa valise lui serait inutile, le Français ne fit que sourire, pas le moins du monde gêné par cette idée-là. Puis, quand le blondinet donna d'autres options qu'ils pouvaient ajouter au programme de repos imaginé par le voleur, Lukaz fut contraint de faire une petite précision. « Hum... Je ne sais pas jouer au tennis. » Ce n'était pas comme si la foire dans laquelle il avait grandi avait été équipée d'un cour. A dire vrai, il n'avait jamais réellement fait de sport, au sens strict du terme. Certes, il faisait de l'exercice afin de se maintenir en condition, sans pour autant entrer dans certains extrêmes. Mais du sport en suivant des règles très précises au sein d'un club quelconque, ça lui était tout simplement étranger... Et puis, il n'avait jamais pris le temps pour cela, préférant de loin s'adonner à des sports plus... intimes.

Quoi qu'il en soit, les deux jeunes hommes se dirigèrent vers la maison et ils retrouvèrent très facilement la cuisine, sans même recourir à un plan des lieux. Chase se mit alors à farfouiller télékinésiquement dans les placards, cherchant visiblement l'endroit où se trouvait l'alcool. « L'alcool ? Tu cherches à me saouler pour abuser de moi ou c'est l'image que je te donne ? » Lukaz avait bien évidemment dit cela avec le sourire et s'il était vrai qu'il ne refusait jamais de boire, en certaines occasions, il n'était pas non plus du genre à boire tout le temps. D'ailleurs, depuis qu'il était avec Chase, il avait pratiquement arrêté, le blondinet n'en consommant pas. De fait, comme Lukaz ne sortait plus draguer dans les boites de nuit, il s'était davantage mis aux sodas et autres jus de fruit. « Sers-moi le même jus de fruit que toi, ça ira très bien. »

Ils retournèrent ensuite s'installer sur les transats, Lukaz profita plus que largement du Soleil sans même avoir besoin de porter une paire de lunettes protectrices. S'il était vrai qu'il lui arrivait de regretter de ne pas pouvoir bronzer, il restait ravi de ne pas avoir besoin de se tartiner de crème solaire. Un mal pour un bien, dirons-nous. Chase finit néanmoins par briser le silence de l'île d'un air plutôt sérieux qui en était presque inquiétant. En plus, il reposait son verre sur la table, comme quand on s'apprête à aborder un sujet qui fait mal... Se tendant quelque peu, Lukaz l'écouta donc, craignant ce qu'il pourrait bien entendre. Puis, à mesure que les mots étaient prononcés, il se détendit à nouveau, notant avec amusement que son petit ami commençait à être contaminé par sa tendance à parler beaucoup. Le Français n'eut toutefois pas le temps de répondre que déjà Chase changeait de sujet, avant de venir s'installer à ses côtés, tout contre lui.

En souriant, Lukaz glissa sa main sous la chemise de son petit ami, certes un peu gênante, mais il faisait avec, caressant doucement son ventre. « Pour ce que tu as dit juste avant, je suis d'accord avec toi, c'est un peu dommage. Mais je veux pas non plus te mettre mal à l'aise, tu sais. Cela dit, ne pas en parler ne t'aidera pas avec ça... Du coup, si j'ai des questions ou des envies, je te promets d'en parler avec toi. Mais t'as pas besoin de te prendre la tête avec tout ça, tu sais. » Ponctuant sa phrase d'un tendre baiser, le Français poursuivit alors, aussi naturellement que l'avait fait Chase. « Tu sais, en fait... Je crois que je ne sais même pas où j'aurais envie d'aller. Je veux dire, tu le sais, j'ai pas été à l'école quand j'étais gamin. C'est mes parents qui m'ont appris les trucs utiles et pour le reste... Ben, c'est pas trop ça, en fait. Du coup, la géographie du monde, c'est pas ma spécialité. Je connais ce que j'ai pu voir à la télé ou ce qu'on m'a raconté, mais c'est tout. Genre le Japon, Suzaku m'en parle parfois, mais j'en sais pas plus. Même les États-Unis, ça reste très mystérieux. Je connais Star City, puis le Grand Canyon et les trucs qu'on avait traversé entre les deux. Cette petite île, maintenant, mais c'est vraiment tout. »

C'était un fait, de par son éducation quelque peu limitée, Lukaz avait certaines lacunes et il n'avait pas vraiment comblé tout cela avec le temps. Quand on est un voleur de Star City, ce n'est pas vraiment vital de savoir compléter une carte du monde avec le nom des pays. Il n'était même pas certain de savoir ce qu'était le Laos... « Mais ouais, l'Asie, ça peut être bien. J'veux dire, j'aime bien Chinatown, du coup, ça doit être sympa à voir, même si ça serait sûrement un peu différent, forcément. Mais tu étais déjà au Japon, toi, non ? » Lukaz croyait en effet se souvenir qu'avant qu'ils ne soient réellement ensemble, Chase avait du se rendre au Japon pour un tournoi d'échec, ou quelque chose dans ce genre. « Après, je sais pas... Je connais pas vraiment de pays qui m'attire, comme ça. J'imagine que tant qu'il y a du soleil, tout me conviendra ! » Il avait dit cela avec le sourire, mais c'était relativement vrai. En réalité, il n'avait jamais eu de passion pour un pays ou pour un autre, ses priorités étant situées ailleurs. Un peu comme pour Chase qui n'avait pas de plat préféré et qui mangeait de tout. Malgré tout, Lukaz n'avait rien contre l'idée de combler cette lacune et de trouver un pays qu'il aimait plus que les autres.

« Des dimensions parallèles... Y a des gens qui savent même pas que ça existe et avec toi, ça semble tellement simple d'y aller... » C'était en effet un peu fou et le voleur ne s'était pas encore fait à cette partie Neutron-Grey de sa nouvelle vie. « Ça pourrait être sympa, je me dis. Mais... Je me suis toujours demandé comment ça serait pour moi, de faire ça. Ou d'aller sur une autre planète, en fait. A cause du Soleil. » Il était vrai qu'il avait besoin du Soleil pour vivre mais la question la plus pertinente, c'était de savoir s'il avait besoin d'un soleil ou du Soleil. Certes, le Soleil onirique créé par Chase lui convenait parfaitement mais il était une copie de celui de leur Terre, ce qui n'aidait pas à trouver une réponse. « Genre, tu crois que les soleils des autres dimensions ou des autres planètes me feront le même effet que le nôtre ? Comme ces dimensions sont des fois très différentes de chez nous, tu penses que le Soleil peut aussi l'être ? » Après tout, il y avait des mondes où la magie n'existait pas et d'autres qui possédaient des matériaux inexistants sur Terre, alors pourquoi le Soleil ne pourrait être différent aussi ? D'un autre côté, un Soleil différent était-il forcément mauvais pour Lukaz ? Que se passerait-il si un autre Soleil décuplait ses capacités ? Tant de questions auxquelles il n'avait pas la moindre réponse à apporter, ne connaissant absolument rien à ces sujets. Mais Chase pourrait peut-être lui en dire plus... « Mais ouais, sinon, j'adorerais voyager là-bas avec toi. Puis si c'est pas hospitalier, je crois que je suis largement en mesure de nous protéger, maintenant ! »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Dim 5 Jan 2014 - 16:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
— Moi, j’ai toujours aimé la géographie.

Il n’avait pas été à l’école non plus et Lukaz et lui n’étaient certainement pas faits pour participer à un quizz en couple. Les domaines de spécialité de Chase étaient très ciblés et, pour la plupart, ils n’avaient pas grand-chose à voir avec la culture générale. Il était rare que les théories cybernétiques pussent s’inviter dans une conversation. Chase se rattrapait avec ses connaissances encyclopédiques de culture populaire, même si ses références de geeks demeuraient parfois un peu obscures pour ses interlocuteurs. Mais si certains domaines comme l’histoire ou la littérature lui restaient ainsi toujours un peu opaques, faute d’intérêt véritable pour la question, il en allait tout autrement de la géographie.

— J’aimais bien, tu sais, regarder les cartes sur Internet. Regarder les reportages. Imaginer tous les autres pays du monde, tout ce qu’il y avait au-delà de…

Des murs du Bigsby Building.

— De Star City.

Le sourire s’était effacé sur ces derniers mots. De plus en plus, Chase prenait conscience du carcan dans lequel il avait grandi. Les mesures dont il avait souffert lui avaient paru un temps raisonnables, puis excessives et désormais, il les trouvait inhumaines. Son ressentiment à l’endroit de Jack ne faisait que croître, tandis qu’il découvrait chaque jour un peu plus la liberté de Lukaz, celle qui était la sienne à présent. Il s’empressa de chasser le passé avec le présent.

— J’ai été au Japon, oui, c’est là que je suis devenu GMI. Et puis avec Argos, évidemment, on voyage tout le temps. Pas forcément dans des pays où j’aimerais passer des vacances, cela dit : c’est souvent un peu agité. C’est pour ça aussi que je voulais qu’on soit ici. Je voulais prendre l’avion pour autre chose que des combats, tu sais.

Chase avait fini par passer une jambe au-dessus de celles de Lukaz, pour se serrer un peu plus contre lui. Du bout des doigts, il dessinait des courbes alternativement exponentielles et logarithmiques sur le torse de son compagnon.

— Tu sais quoi, on aura qu’à choisir des pays au hasard entre les deux tropiques, pour être sûrs d’avoir du soleil. Enfin, en évitant les mois pluvieux, évidemment. Et les guerres civiles. Bon, ça risque de réduire le choix, mais en paramétrant correctement un générateur aléatoire… En fait, le programme serait tellement simple qu’on pourrait même le faire sur un téléphone.

Ou demander à Médée, évidemment, mais c’était tout de suite beaucoup moins drôle. Parti sur l’informatique, Chase fut bientôt lancé sur le physique transdimensionnelle, à croire que Lukaz éprouvait un plaisir pervers à l’écouter parler de concepts incompréhensibles. Cette fois-ci cependant, parce que la question était d’importance, Chase fit un effort pour être aussi clair que possible. Avec un succès… variable.

— Disons qu’il y a en gros les dimensions parallèles et les dimensions sécantes. Enfin, si on met de côté les espaces interstitiels et les micro-univers, évidemment, ainsi que… Attends.

Chase quitta les bras de son petit ami pour s’asseoir en tailleur sur le transat et mimer des plans parallèles avec les mains.

— Là, tu vois, ce sont les dimensions parallèles. C’est globalement la même chose qu’ici. Si on considère qu’on est sur la Terre Prime, par exemple, alors il y aura une Terre Seconde, une Terre Tierce, etc., même si en pratique, il n’y a pas forcément d’ordre de préséance. Peu importe. Chaque point de chaque dimension parallèle répond au point équivalent des mêmes dimensions. Un peu comme en géométrie spatiale. Hmm… Je peux te montrer ?

Chez n’importe qui d’autre, la question impliquait de prendre un papier et un stylo. Chez Chase, les choses étaient légèrement différentes. Devant Lukaz, au-dessus de la piscine, une succession de rectangles noirs parallèles les uns aux autres se matérialisa. L’illusion se modifia quand un point blanc apparut sur l’un des rectangles, puis sur tous les rectangles suivants.

— Là où la comparaison s’arrête, c’est qu’en fait, les dimensions parallèles peuvent être relativement différentes des autres. C’est une question de physique quantique et de décidabilité. Si tu veux, tu peux imaginer tous les rectangles dans une grosse boule incompréhensible, comme ça…

À mesure qu’il parlait, l’illusion se modifiait pour illustrer ses propos. Les rectangles s’étaient colorés en des nuances différentes les uns après les autres, puis ils étaient venus s’emmêler dans un magma inextricable.

— Ça, c’est la Terre multidimensionnelle. D’une certaine façon, c’est ce qui existe pour de vrai. Chaque dimension parallèle n’est jamais que l’une des expressions possibles de cette ensemble de potentialités. Un mode d’existence du même objet. Un peu comme chaque partie d’échecs, qui n’est que l’une des expressions de l’ensemble de mouvements autorisés dans toutes les combinaisons autorisées forment ce que l’on appelle le jeu d’échecs. Les dimensions sont semblables en cela qu’elles sont l’expression des mêmes potentialités primitives et différentes en cela qu’elles ont choisi des chemins divergents.

Les rectangles avaient repris leur place au-dessus de la piscine.

— Dans beaucoup de ces dimensions-là, le soleil sera le même que le nôtre. Peut-être plus ou moins vieux ou plus ou moins jeune, du coup avec une température, une composition chimique et des rayonnements différents, mais en gros, la même chose. En revanche, les dimensions sécantes, par exemple le Monde des Rêves, c’est comme ça…

De nouveaux rectangles se mirent à couper les autres à des angles différents.

— Elles peuvent avoir des contacts partagés par une ou plusieurs dimensions. Par exemple, des rêveurs de la dimension A et des rêveurs de la dimension B peuvent se retrouver dans la même dimension C, la dimension onirique. Ces mondes-là sont a priori très différents des nôtres et il n’y a pas tellement de raisons qu’ils partagent le même soleil. Après, tous les soleils sont des étoiles et les étoiles, ça reste globalement du gaz qui brûle. Mais à partir de là, tout peut varier. Faudrait savoir exactement à quoi ton pouvoir répond pour prévoir les effets.

L’illusion finit par se dissiper — beaucoup mieux qu’un diaporama de présentation, à n’en pas douter. Toujours assis en tailleur en face de Lukaz, Chase réfléchissait désormais sérieusement à la question. Absorbé par ses méditations astrophysiques, il ne songeait plus vraiment à la piscine, à la villa et aux vacances.

— On pourrait faire des tests, tu sais. Avec des machines, reproduire des conditions dans un contexte expérimental, pour bien sérier les phénomènes et les tester isolés les uns après les autres, la nuit. Mais il faudrait du sacré matériel et ça risque de coûter cher, même pour moi. Et ce ne serait pas non plus très discret à se procurer.

Le mentaliste était déjà en train de faire la liste des laboratoires privés et publiques qui pouvaient disposer des différentes technologies dont il aurait besoin.

— Le truc, tu vois, c’est qu’on ne sait pas à quel point ton énergie physique dépend du soleil. Si ça se trouve, tu n’es pas capable de vivre sans et tout voyage dimensionnel en dehors d’une influence semblable te rendrait gravement malade. Il suffirait du moindre imprévu, qu’on soit bloqué trop longtemps, pour que les choses se compliquent. C’est pour ça que j’utilise toujours le portail du Bigsby Building. Là-bas, je peux tester quelques données fondamentales de la dimension cible. Des trucs aussi basiques que la présence d’une atmosphère. Si je me mettais à voyager au hasard, il y aurait en fait beaucoup plus de chance de mourir à l’arrivée que de survivre. Cela dit…

Et voilà : il s’était engagé dans de nouvelles réflexions et on ne l’arrêtait plus. Le cerveau du Neutron-Grey carburait et si l’intelligence de Chase ne sautait pas aux yeux lorsqu’il regardait les cartoons à la télévision, le samedi matin, elle devenait beaucoup plus évidente lorsqu’il commençait à envisager des problèmes qui, pour bien des scientifiques, restaient parfaitement abstraits et théoriques, et qu’il voulait, lui, résoudre pour de bon.

— Puisque la dimension onirique est une dimension sécante, on pourrait sans doute explorer les rêves des rêveurs d’autres dimensions et établir une sorte de carte. Il me faudra une machine télépathique pour systématiser tout ça. Ce serait peut-être un peu dangereux. Il me faudrait la Pierre de Lune, en fait…

La mention du fameux caillou, dont il n’avait jamais parlé, et auquel à vrai dire il évitait de penser, tant ses effets sur ses pouvoirs et sa personnalité le perturbaient, suffit à le tirer pour de bon de ses rêves de grandeur. Avec un sourire embarrassé, il secoua la tête et murmura :

— Désolé, je m’emporte. Ne t’inquiète pas, je connais quand même quelques dimensions où tu retrouveras des conditions proches de celle-ci. Identiques, même, de ce point de vue.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 6 Jan 2014 - 20:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
La géographie, ça avait toujours été beaucoup moins sympa que de voler quelques pièces dans la poche d'un passant histoire d'aller se payer de la barbe à papa ou de jouer à un jeu d'arcade. Mais ça, c'était évident qu'il s'agissait de choses que Chase n'aurait jamais pu faire et ses occupations avaient donc du être très différentes de celles du Français. Et aujourd'hui, Lukaz se rendait compte qu'il avait raté certaines choses. La géographie, ça aurait pu lui servir, de même que de nombreuses autres matières que l'on apprenait à l'école et pour lesquelles il n'avait pas vraiment de notions. Mais bon, même s'il n'était pas trop tard pour changer cela, il ne se voyait absolument pas passer ses soirées à étudier. Il y avait tellement mieux à faire.

Lorsque Chase évoqua le fait de vouloir prendre l'avion pour autre chose que des combats, Lukaz ne put que hocher de la tête, comprenant parfaitement ce qu'il tentait de lui dire. C'était vrai que n'avoir que leur appartement comme point de repère calme, ça avait de quoi poser problème, à la longue, si le reste du temps était passé dans des lieux dangereux ou menaçants. D'un autre côté, il était aussi vrai que Lukaz se verrait mal passer deux semaines dans un hôtel de luxe à ne faire rien d'autre que se prélasser. S'il pourrait sans souci tenir quelques jours à un tel rythme, à la longue, il finirait par avoir besoin d'action. Et quelque chose lui disait qu'il en serait de même pour Chase. « On aura qu'à faire comme tu dis, du coup. De toute façon, je te fais confiance pour ça. Après, je pense que se garder une option « action » sous la main, ça pourrait être bien. J'ai peur qu'après quelques jours de calme, on finisse par s'ennuyer. Même si c'est vrai qu'on aura toujours de quoi occuper tout ce temps libre... » Souriant, Lukaz déposa un baiser sur les lèvres de son petit ami avant de l'écouter débuter un exposé des plus scientifiques.

Pas certain de comprendre tout ce que Chase disait, Lukaz se concentra du mieux possible, aidé en cela par les illusions mentales qui naissaient sous ses yeux. Le concept de dimensions parallèles se fit alors beaucoup plus précis pour le Français et il dut bien avouer qu'il ne s'était jamais attendu à quelque chose de ce genre. Il avait souvent entendu ce genre de choses dans les films ou certaines séries télévisées que regardait Chase, mais il n'avait jamais songé à comment cela pouvait fonctionner. Et là, ce qu'il comprit, c'était que les dimensions parallèles, il pouvait y en avoir des milliers, voire des millions. C'en était vertigineux. Mais au moins, il savait maintenant que le soleil de toutes ces dimensions était théoriquement le même, bien qu'il pouvait parfois être plus jeune ou plus vieux.

La discussion se tourna ensuite vers les moyens qu'ils avaient de découvrir comment fonctionnaient les pouvoirs de Lukaz de manière à savoir s'il ressentirait les effets d'un changement de dimension ou pas. Et à écouter Chase, le Français se dit que tout cela risquait d'être très compliqué et très long à mettre en place. « Le plus simple, ça reste encore d'essayer. De toute façon, y aura toujours des risques, même si on arrive à faire des tests. Je pourrais pas rester enfermé des semaines dans une machine pour voir les effets alors y aura pas de meilleur test que le terrain, au final. » C'était peut-être un peu risqué mais de toute façon, Chase semblait avoir accès à un portail donc si Lukaz sentait que les choses n'étaient pas normales à leur arrivée, ils auraient la possibilité de faire directement demi-tour. Et si les problèmes ne venaient qu'après plusieurs jours, il doutait du fait qu'ils pourraient le prévoir à l'avance.

« N'empêche, ce que tu me racontes là, ça fait limite peur, en fait. Je veux dire, genre les aliens, s'ils veulent nous attaquer, ils doivent traverser l'espace et c'est super-long. Mais là, ceux des autres dimensions, ils auraient juste à traverser un portail et hop, on l'aurait dans les dents. » Et cela avait failli arriver une fois, lors de l'invasion Terminus, mais Lukaz l'ignorait. S'il avait pu en entendre parler, il ignorait tous les détails de l'affaire, surtout ceux qui impliquaient la famille de son petit ami. « Puis, visiblement, des mondes parallèles, y en a des tonnes, et tu dis qu'il y en a beaucoup qui sont dangereux... » Bien entendu, il y en avait aussi beaucoup qui étaient très primitifs et encore plus qui ignoraient l'existence des mondes parallèles, mais ça pouvait toujours en laisser quelques uns de bien plus avancés conscients de leur existence. Réfléchissant à tout cela, Lukaz se fit soudain rêveur. « Tu crois qu'il y en a un où on est les rois du monde ? Ça serait cool. Et peut-être chiant, en fait. Ça ferait trop de boulot. » Se redressant à son tour, le voleur embrassa à nouveau son petit ami avant de désigner ses vêtements. « Tu comptes enlever tout ça quand ? » Lui-même ne tarda pas à défaire la ceinture de son pantalon pour le retirer et le laisser glisser au sol, restant simplement en boxer. Il y avait du soleil, ils étaient seuls, alors autant en profiter. Néanmoins, malgré la tenue, il ne perdait pas son sérieux et Chase l'avait laissé entendre, il avait envie de parler. Aussi, Lukaz revint sur une chose que son petit ami avait dite un peu plus tôt. « Hum. T'as parlé d'un truc avant. La Pierre de Lune. C'est quoi ? Genre c'est comme dans les Pokemon, pour faire évoluer un truc ? » On ne pourrait pas dire que le Français ne faisait pas l'effort d'entrer dans le monde du mentaliste et au niveau des jeux vidéos, il se mettait doucement, très doucement, à la page. Puis il y avait les dessins animés pour rattraper le retard.
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Lun 6 Jan 2014 - 21:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Quand Chase parlait de vacances sous des cieux paradisiaques, évidemment, il ne parlait pas de repos complet. Enfermé entre quatre murs, quatre très grands et très vastes murs, certes, mais enfermé tout de même, pendant beaucoup trop longtemps, le jeune homme n’aimait pas trop se reposer : son emploi du temps de ministre et sa vie multidimensionnelle témoignaient de la soif d’activités qui le dévorait et d’ailleurs, sans qu’il s’en rendît compte lui-même, quand il avait fait visiter la villa, il avait eu à cœur d’insister sur tout ce qu’il était possible de faire — la piscine, la plage, le bateau, le cours de tennis, l’île en elle-même.

Ce que Chase voulait, c’était découvrir de nouvelles activités. Seulement, il ne voulait pas se battre. Du surf, de l’escalade naturelle, de l’équitation pourquoi pas : ce n’était pas les possibilités qui lui manquaient. Pour lui, le luxe n’était qu’une question de confort accessoire, quelque chose pour trancher d’avec les campements souvent rudimentaires auxquels les Argonautes étaient désormais habitués. Mais se prélasser en des jours d’oisiveté, il eût été incapable ; le repos l’oppressait, bien plus qu’il ne voulait bien l’avouer. Il avait donc hoché la tête avant de s’engager dans ses longues explications scientifiques.

L’angoisse de Lukaz fut accueillie avec un sourire.

— C’est très compliqué, de passer entre les dimensions. Je veux dire que ça exige d’abord un niveau technologique extrêmement avancé, tant sur le plan théorique de la physique quantique que sur le plan technologique des portails. Ensuite, ouvrir des tunnels, ça exige une énergie colossale. Ouvrir un très grand tunnel, pour faire passer une armée, ou même une petite troupe… Il faudrait que ce soit grand, il faudrait que ce soit très stable, il faudrait que ce soit sûr pour être rentable. Même en supposant toutes les questions techniques et scientifiques résolues, l’intérêt stratégique serait quasi nul.

À moins d’être un giga-psychopathe mégalomane et il y en avait, bien sûr. Mais pas beaucoup et même dans ces circonstances, une fois le portail refermé, l’adversaire devenait un ennemi traditionnel, en quelque sorte. L’invasion Terminus l’avait prouvée.

— Et puis, si je dis qu’il y a beaucoup de mondes qui sont dangereux, c’est aussi qu’en fait, il y en a beaucoup qui sont inhospitaliers pour nous. Par exemple, une fois, j’ai pu sonder l’esprit d’une dragonne. Son monde était une fournaise. Mais ça n’est pas différent de l’océan : on ne pourrait pas vivre sous les eaux et pareillement, il y a beaucoup de dimensions qui nous sont fermées, comme la nôtre l’est, je suppose, pour des êtres qui ont une autre physiologie.

D’où l’intérêt des sondes fabriquées par les Neutron-Grey et régulièrement perfectionnées par Chase, qui permettaient de sonder, même sommairement, la dimension de destination, une fois le portail ouvert, pour s’assurer de la survie des voyageurs une fois de l’autre côté. Bien entendu, Lukaz avait raison : l’on n’était jamais à l’abri d’une mauvaise surprise et toutes les précautions n’interdisaient pas de se heurter à des résistances, des complications et même des dangers mortels. Mais si Chase acceptait volontiers de courir des risques considérables dans ses explorations, d’en faire courir à ses Argonautes, lorsqu’il s’agissait de Lukaz, il était à vrai dire beaucoup plus frileux.

— Les rois du monde ?

Chase haussa les épaules.

— Euh, oui, peut-être. J’avoue que je me suis pas trop posé la question.

Le Neutron-Grey n’avait aucune envie de dominer qui que ce fût où que ce fût. Tout ce qu’il voulait, c’était être libre, parfaitement libre, et avec Lukaz. L’emploi du tyran avait l’air particulièrement fastidieux. Pendant un instant, il craignait que Lukaz pût lui reprocher de manquer d’ambition. Être un super-héros mondialement connu dans cette dimension, une sorte de dieu dans le Royaume des Rêves et un gourou en Terre Gemini, ce n’était peut-être pas assez. Chase ouvrit la bouche pour demander à Lukaz s’il voulait qu’il en fît plus. Il connaissait un micro-univers plein de moines zens pas trop coriaces sur lequel il pouvait régner, éventuellement.

Mais sa question fut devancée par celle de Lukaz et la poursuite du strip-tease de son compagnon. Chase referma la bouche et ses yeux se posèrent un peu malgré lui sur le boxer du Français. Si Lukaz conservait tous ses moyens avec ou sans vêtement, l’Américain eut besoin de plusieurs secondes pour se rendre compte qu’on lui parlait. Il détourna les yeux de l’objet de son attention pour fixer son si séduisant Breton, un peu embarrassé de s’être fait si évidemment concupiscent.

Le gamer chevronné qu’il était ne put s’empêcher de rire à la comparaison de Lukaz.

— Presque. C’est plutôt comme une Mega-Gemme, tu sais, avec l’anneau que tu obtiens après l’arène combat dans X ou Y.

Il s’était peut-être emporté.

— Bref. C’est un truc qu’on a au Bigsby Building. C’est une pierre, on ne sait pas trop d’où elle vient. De la Lune, peut-être, mais en fait, on dit ça comme ça. Et… Et je sais pas pourquoi, mais quand je la touche, mes pouvoirs sont… décuplés.

Et quand on savait l’ampleur qu’ils avaient déjà naturellement, cela avait de quoi impressionner.

— C’est une sensation très… perturbante. D’un côté, c’est grisant, tu sais. J’ai l’impression que je peux tout voir, tout faire. Je n’ai même pas essayé depuis que j’ai la télékinésie, mais j’imagine que ce serait… Juste incroyable. D’un autre côté, ça me rend tellement… désincarnée. Que parfois je n’ai pas envie de revenir. Souvent même. J’ai dû l’utiliser beaucoup pendant l’invasion Grues, et il m’a fallu des mois pour m’en remettre. Après, c’est toujours un peu comme… un peu comme si la chair, la matière, un peu comme si tout ça c’était trop fade.

Chase ne comprenait pas à quel point ce qu’il venait de dire était révélateur. Lui perpétuellement en conflit avec son corps, avec l’image qu’il pouvait renvoyer, avec les sensations qu’il pouvait sentir, avec les plaisirs parfois bien extrêmes qu’il recherchait, était persuadé de n’être que complexé. Et les crises auxquelles Lukaz n’avait eu que très ponctuellement le droit, lors desquelles il était brusquement plongé dans une apathie profonde, refusant de sortir de son lit ou même de parer, les yeux dans le vide, rétif à tout contact, ce n’était que de petites déprimes.

Jamais il n’avait songé que le gouffre qui séparait ses capacités psychiques de ses capacités physiques pouvait être responsable du rapport plus que conflictuel qu’il entretenait avec sa propre chair, celle des autres et toute la matière du monde. Les choses avaient bien changé depuis que sa télékinésie lui permettait de sentir le monde dans son esprit, mais les vieilles habitudes avaient la vie dure. À l’instant même, il avait éludé l’invitation de Lukaz à retirer ses vêtements, alors que la chaleur était évidente.

— Et donc, c’est enfermé dans le laboratoire de Tesla, au Bigsby Building. Des fois, je me dis que je devrais la récupérer, d’une manière ou d’une autre. D’autres fois, ça me fait juste peur. Avant, quand j’étais venu vivre avec toi, je trouvais ça parfaitement injuste. Qu’on me laisse pas l’avoir. Puisque je suis le seul à qui elle serve. C’était encore un moyen de me brimer. Mais depuis qu’on est ensemble, quand je me souviens de l’état dans lequel elle me met… Je n’ai pas envie de t’imposer ça. Je n’ai pas envie de changer pour toi. Je n’ai pas envie de te perdre.

Chase ne parlait jamais beaucoup de ses capacités. Il avait pris l’habitude de ne pas avoir d’interlocuteur. Expliquer le mentalisme à un esprit par ailleurs normal était une tâche impossible — et même avec d’autres mentalistes, il avait l’impression d’être un cheval de course qui discutait avec un escargot. Il n’était pas plus fort, plus doué — il était dans un autre monde, à un autre niveau, là où les pouvoirs s’exprimaient constamment et sans effort, jusqu’à s’intégrer étroitement à son existence. C’était grâce à ses pouvoirs qu’il s’orientait sans faillir dans une ville, c’était grâce à ses pouvoirs qu’il faisait l’amour avec Lukaz, c’était grâce à ses pouvoirs qu’il discutait avec les inconnus.

— Parfois…

Le jeune homme hésita. Il avait baissé les yeux ; il jeta un bref regard à Lukaz, comme pour sonder ses dispositions.

— Parfois, je me dis que si mes pouvoirs continuent à évoluer, comme ça, en permanence, je vais me sentir si… éloigné. Du reste du monde… Que je vais devenir fou. Ou que mon comportement sera beaucoup trop étrange pour toi. Il y a des moments où j’ai l’impression que parler est un effort insurmontable. Il y a des moments où j’ai plus envie de te toucher par télékinésie, avec mon esprit, qu’avec mes mains. Et si ça continue… Si ça continue, il y aura un moment où ça posera problème. Entre nous. Un moment où je serai juste plus assez humain pour toi.

Chase esquissa un sourire nerveux et passa une main dans ses cheveux.

— Pfff, désolé. Je viens de plomber l’ambiance, c’était pas du tout le but. Viens, on parle d’autre chose, t’inquiète pas pour ça. Tu veux encore un truc à grignoter ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 11 Jan 2014 - 22:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz fut plutôt rassuré d'apprendre que ce n'était pas demain la veille qu'ils verraient leur monde envahi par une armée venue d'une autre dimension et dès lors, il put se concentrer sur tout autre chose, remettant toutes les questions qui lui venaient à l'esprit à plus tard. S'il devait un jour voyager dans un autre monde aux côtés de son petit ami, ce serait déjà bien assez tôt pour apprendre comment cela fonctionnait et surtout, ce que ça pouvait bien impliquer d'un point de vue pratique. Faisant abstraction du fait que Chase avait un jour sondé l'esprit d'un dragon, parce que cela voulait dire que les dragons existaient et que de ce fait, de nombreuses autres choses pouvaient exister, Lukaz se concentra sur les explications de ce qu'était la Pierre de Lune.

Un peu déçu que ça n'ait rien à voir avec les Pokemons, parce que dans un sens, ça aurait pu être amusant d'avoir une de ces bestioles à la maison, le voleur ne fut cependant pas très rassuré par ce qu'il entendait. D'accord, la Pierre semblait avoir la capacité de démultiplier les pouvoirs de son petit ami et ça, c'était plutôt sympa, même s'il était déjà super-fort comme ça. Mais à la simple idée de ne pas savoir d'où ça pouvait bien venir – surtout après avoir parlé de ces histoires d'autres mondes et des risques qui y étaient liés – ajouté à l'idée qu'en l'utilisant, elle avait une influence plutôt... bizarre... sur Chase, Lukaz préférait que cette Pierre reste là où elle était.

Se redressant sur son transat, le Français tendit une main vers son petit ami pour l'attirer vers lui, l'invitant à s'installer à cheval sur lui. Ce faisant, il glissa ses mains sous la chemise que Chase n'avait toujours pas retirée et même s'il avait été question de changer de sujet, il n'en était pas question. Pour le moment. « Tu voulais bien qu'on discute ensemble, non ? Et ces sujets sont très importants, je pense. » Inspirant, c'est en souriant aussi gentiment que possible que Lukaz reprit la parole. « Je pense que je peux imaginer ce que cette Pierre te fait comme effet. Ça doit être un peu comme moi, quand je suis en plein Soleil, même si je me doute que ça doit être différent. Bref. Ce que je veux dire, c'est que si elle te fait du bien et ben... C'est pas vraiment une mauvaise chose. » Seulement, les choses n'étaient pas toujours aussi simple et dans le cas présent, il était plus que vrai de dire que Lukaz avait quelques réticences à l'idée de savoir cette Pierre dans leur appartement. Ou dans la Forteresse Onirique. « Le truc, c'est que si elle te change, ben... Franchement, je préfère qu'elle reste là où elle est. J'ai pas envie de te perdre à cause d'un caillou de l'espace dont on sait rien. Tu imagines, c'est peut-être un piège des aliens ou je sais pas quoi. T'es puissant. Très puissant. Et ce caillou, il te rend encore plus fort. A quoi ça peut bien servir ? A part avec les aliens, je veux dire. Le truc, c'est qu'en même temps, ça te rend différent. Ça... t'éloigne de nous. Alors, ça servirait à quoi d'être plus fort et de pouvoir tout faire si, tu t'intéresses plus à ceux pour qui tu le fais ? »

Lukaz n'était pas tout à fait sûr que c'était là ce que Chase avait dit, mais il ne devait pas non plus être trop loin de la vérité. Et puis, ça n'avait peut-être rien d'un complot extraterrestre mais il fallait avouer que se débarrasser du plus puissant mentaliste, ça avait de quoi être très intéressant. « Tu sais, même si tu avais pas tes pouvoirs, ben ça changerait rien pour moi. Tant qu'on est ensemble, que je peux te toucher et t'embrasser, passer du temps avec toi, te faire l'amour, ben, je suis content. Je m'en fous que tu sois le plus puissant, que tu sois un NG et tout le reste. C'est qui tu es toi, qui compte. Et là, c'est vrai que ça implique tes pouvoirs. Je sais pas ce qu'ils vont donner s'ils continuent à évoluer mais... Je sais que ça changera rien pour moi. » Il fut un temps, cela n'aurait pas vraiment ressemblé à Lukaz parce que si c'était vrai que Chase changeait de trop, il serait certainement parti sans rien faire de plus, laissant les problèmes derrière lui. Mais avec le temps, il avait changé et il continuait encore de changer. Avec Chase. Pour Chase. « C'est vrai que si j'ai le choix, je préfère sentir tes mains sur mon corps. J'ai envie de toi, physiquement. Mais si toi, tu te sens mieux en te servant de ton esprit, je suis prêt à faire des efforts. Si tu préfères me parler par télépathie, je m'y ferais bien et tout le reste, on verra bien sur le moment. Je peux pas te promettre que je m'habituerais à tout ça parce que c'est vrai que ça sera peut-être bizarre et on peut pas savoir. Mais je peux te promettre de faire le maximum d'effort, parce que c'est toi que j'aime et que c'est toi que je veux. J'ai tout laissé de côté pour toi, tu penses bien que je vais pas m'arrêter maintenant. »

Se tendant un peu, Lukaz embrassa Chase d'un baiser passionné et amoureux, laissant glisser ses mains sur la peau du blondinet. Après quelques instants, le Français mit fin au contact et, enchaîna sur tout autre chose, comme l'avait demandé son petit ami. Il avait souhaité préciser ces quelques choses et maintenant, c'était à Chase de voir ce qu'il souhaitait en faire. « Je suis pas forcément très doué au tennis mais on peut aller profiter de la piscine, nan ? Je sens pas la chaleur du Soleil mais j'imagine qu'un peu de fraîcheur te ferait pas de mal. A moins qu'on aille voir la plage ! Ça me tenterait bien, ça ! Je suis jamais allé en vacances dans un coin comme ça et ça doit changer des plages de Bretagne et de Star City ! » Embrassant une nouvelle fois Chase, Lukaz finit par se dégager et par se relever. « Je vais chercher des serviettes et des bouteilles d'eau. Pense à prendre ta crème solaire. » Souriant à son petit ami, le Français retourna alors dans la villa afin de chercher les objets dont il avait parlé et même pas deux minutes plus tard, il refit son apparition sur la terrasse. S'approchant de Chase, Lukaz se colla tout contre lui et échangea un nouveau baiser. « Alors, t'es prêt ? Je garde encore mon boxer jusque là-bas, sinon tu vas avoir l'esprit ailleurs. » Affichant un nouveau sourire, le Français attrapa la main de son compagnon avant de désigner une direction. « Elle est par là, la plage ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Dim 12 Jan 2014 - 11:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
L’Américain s’installa sur son petit ami, se laissant guider, comme il le faisait souvent, par les gestes de Lukaz, et les mains qui rejoignirent sa peau le firent frémir. Cette seule sensation jeta le trouble dans son esprit. Était-il si éloigné du reste de l’humanité qu’il le pensait parfois ? Quelques secondes plus tôt, il avait peint un futur bien étrange où son corps ne serait qu’une donnée accessoire de son existence. Peut-être même finirait-il par pouvoir s’en passer définitivement. Mais assis sur les cuisses de Lukaz, les mains posées sur le ventre de son ami, penché sur lui, creusant un peu les rangs alors que les mains du Français en dessinaient la courbe, le jeune homme retrouvait le plaisir simple, humain et charnel, qui le rattachait au monde.

Confusément, il se rendait compte de la manière dont Lukaz lui offrait, perpétuellement, l’ancrage qui lui eût sinon manqué. Dans sa jeunesse, il avait cherché à sentir sa chair dans des plaisirs mêlés de douleurs, ces plaisirs qu’il avait avoués avec honte à son compagnon mais qui avaient été essentiels, pour lui, parce qu’ils lui avaient prouvé, encore et encore, qu’il avait un corps comme les autres. Pour lui, cela avait été comme se pincer pour s’assurer qu’on ne rêvait pas. Avec Lukaz, le désir rassurant, le désir toujours présent, toujours joueur du Français lui offrait un lien avec le monde et sa matière beaucoup plus agréable ; si l’esprit du mentaliste s’unissait si étroitement à celui du voleur lorsqu’ils faisaient l’amour, c’était pour goûter à toute l’ampleur de ces sensations que seule la chair offrait.

De baisers en explications, Chase finit par sentir ses inquiétudes se dissiper. Peut-être pas pour toujours. Mais les mains et les lèvres de Lukaz l’avaient emporté loin de la Pierre de Lune et de ses dangers abstraits. Lorsqu’il se releva, Chase suivit du regard son compagnon, le cœur battant, alors que celui-ci s’éloignait vers la villa pour chercher les serviettes de plage. Le mentaliste tendit la main et un tube de crème solaire vint flotter jusqu’à lui, qu’il rangea dans sa poche. Dans son sac, quelque part, il y avait un maillot de bain, ample, pas moulant, ce qu’il fallait, en somme, pour cacher cette chair loin de le satisfaire autant que les puissances de son esprit. Il hésita.

Lukaz revint.

— J’suis prêt.

Il serra fort la main de son compagnon dans la sienne avant de la lâcher.

— Attends.

Lentement, Chase déboutonna sa chemise. Il était rare encore qu’il se déshabillât devant Lukaz, sauf quand la passion les emportait et que son désir était trop pressant pour qu’il songeât à ses complexes. Le soir, le matin, il allait dans la salle de bain. Mais ce jour-là, il ressentit le besoin de prouver à Lukaz qu’il lui avait offert plus encore qu’un foyer, qu’une nouvelle vie et une nouvelle assurance. Il l’avait rendu capable de surmonter, un peu, au moins parfois, ses complexes. Le tissu glissa au sol et la nervosité de Chase étaient visibles. Ces derniers mois plus encore que ces dernières années, son corps s’était transformé de l’adolescence à l’âge d’homme. Les entraînements avaient développé un peu plus ses muscles et les missions avaient laissé leurs traces : de petites cicatrices, quelques brûlures, signes discrets mais immanquables d’une existence mouvementée.

Chase reprit la main de son compagnon et les deux hommes descendirent vers la plage. L’aspect sauvage de l’île cachait une nature en réalité parfaitement maîtrisée et tous les chemins étaient aisés. La villa était ordinairement louée par de riches financiers bien moins rompus aux exercices physiques que le couple de criminels et la pente qui descendait du bâtiment à la plage était une courbe douce et progressive, comme une promenade, qui permettait de contempler largement la mer bordée de végétations.

— Dire que la dernière fois que j’étais à l’océan, c’était pour envahir un navire militaire.

Normal. Je parie que ça vous arrive aussi tous les jours.

— Ah, et si tu veux, je t’apprendrai à jouer au tennis. Enfin, en théorie

Chase adresssa à Lukaz un sourire amusé.

— En pratique, j’ai dû faire ça deux ou trois fois, et je suis pas super, super doué.

Les sports trop techniques avaient tendance à échapper à Chase. L’escalade, la natation, la course et la musculation, c’était parfait, mais les arts martiaux, le tennis ou le football donnaient des résultats assez aléatoires. Dans le domaine, il était plus souvent spectateur que praticien.

— Il y a un lanceur de balles, pour s’entraîner, je crois. Si on le modifiait, on pourrait même faire un robot qui jouerait vraiment au tennis !

D’un autre côté, Chase avait envie de modifier toutes les machines du quotidien pour en faire des robots. Même si personne ne s’était enthousiasmé pour son projet de robot-agraffeuse. Les deux mutants parvinrent bientôt sur la plage, dont le sable avait été manifestement soigneusement tamisé. Chase hésita une nouvelle fois, mais tout le but de l’expérience était de ne pas s’arrêter en si bon chemin. Alors il sortit le tube de crème solaire de sa poche, le tendit à Lukaz, puis déboucla sa ceinture, déboutonna son pantalon et se débarrassa enfin de ses derniers vêtements. Son premier réflexe fut évidemment de se cacher avec ses mains, mais après une inspiration, il les croisa sagement dans son dos.

— Je suis pas trop ridic…

Il s’interrompit et esquissa un sourire d’excuse.

— Non. C’est pas la question.

Le jeune homme s’approcha de son petit ami et glissa les pouces sous l’élastique de son boxer.

— Je t’ai déjà dit que j’adorais nager ? Non ? J’adore nager. J’adore l’océan. Mais t’es Breton, tu dois être bien entraîné.

Le dernier vêtement de Lukaz glissa à son tour jusqu’au sable et les mains de Chase purent se poser sur les hanches de son petit ami.

— Bon, par contre, tu ne t’en rends pas compte, mais pour de vrai, il fait très, très chaud. Et je dis pas ça seulement parce que j’ai envie que tu me renverses dans le sable pour m’apprendre la vie.

Le rouge lui monta tout de même aux joues.

— Objectivement, si tu ne veux pas avoir un homard rouge dans ton lit ce soir, il va falloir mettre le paquet sur la crème.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 15 Jan 2014 - 20:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
L'île que Chase avait choisie était plutôt jolie, quand on y regardait bien, et ça aurait été le genre d'endroit où Lukaz aurait sans problème pu s'installer pour vivre. Du soleil autant qu'il en voulait, du calme, une villa somme toute très luxueuse qui faisait marcher son imagination, bref, absolument rien à redire. En plus, comme il était capable de voler, il n'aurait jamais de gros souci pour rejoindre le continent, du coup... Dans la théorie, l'idée était vraiment très bonne mais dans la pratique, jamais il ne pourrait totalement abandonner Suzaku, même pour les beaux yeux de Chase. A terme, cela pourrait évidemment poser un souci, mais pour l'heure, c'était ainsi. Lukaz devait tout à son ami Asiatique et il ne lui viendrait même pas à l'esprit de ne serait-ce que songer à l'abandonner pour un temps...

Lorsque son petit ami reprit la parole, Lukaz ne put s'empêcher de le regarder en souriant. Vivre avec un NG, c'était s'habituer à voir des choses extraordinaires être considérées comme parfaitement normales. Envahir un navire militaire faisant presque même davantage partie du quotidien de Chase que préparer un repas entier de lui-même. Malgré tout un peu surpris, le voleur laissa passer cette remarque pour se concentrer sur quelque chose de beaucoup plus important : le tennis. « Bah, je sais pas trop... Tu sais, le sport, c'est pas non plus un truc que j'adore, hein. J'en fais pour garder la forme parce que c'est utile mais bon, le tennis, je vois pas trop à quoi ça me servirait. Puis on est là que pour deux jours, alors autant utiliser le temps qu'on a pour faire des trucs plus sympas que se faire battre au tennis par un robot ! » Les robots... Ouais, dans les faits, c'était une idée sympa mais depuis peu, Lukaz se disait aussi que c'était une idée pas forcément brillante. Clank semblait avoir été une bonne idée, au départ. Et finalement...

Ils finirent par arriver sur une plage de sable fin et pendant que le Français admirait la vue, Chase se déshabillait. Alors que Lukaz s'apprêtait déjà à répondre à l'habituelle remarque de doute de son petit ami, celui-ci se ravisa tout seul, preuve que les choses rentraient doucement dans sa tête, malgré tout. On pouvait toujours se dire que c'était à cause de son bouclier mental qu'il était aussi peu réceptif à certaines choses... Cela ne l'empêchait toutefois pas de savoir ce qu'il voulait et quand il s'approcha pour aider Lukaz à retirer le dernier vêtement qu'il portait, ce dernier se laissa faire. « Ouais, on peut dire que je suis entraîné ! J'aimais bien aller nager, quand j'étais gamin, même si l'eau était quand même vachement froide, là-bas. » Ce n'était pas comme s'ils avaient eu les moyens d'aller en voyage dans le sud de la France, leur foire sillonnant surtout les routes de Bretagne et du nord de la France. « J'imagine que ça sera beaucoup plus agréable ici ! Puis, ça fait quand même un moment que j'ai plus fait ça, me baigner à la mer. Et jamais dans cette tenue, en plus ! »

Souriant, Lukaz embrassa Chase avant de se pencher pour attraper le tube de crème solaire, l'ouvrant pour en faire couler au creux de sa main. « Il paraît que c'est bon, le homard, mais je pense qu'on va éviter, là. Ça serait dommage que je puisse plus te toucher... » Passant ses doigts dans la crème, le Français vint doucement la déposer sur la peau de son petit ami, l'étalant, avant de le caresser avec douceur pour la faire entrer. « N'empêche, on chasse des aliens, on construit des portails pour aller dans d'autres dimensions, on tue des monstres, mais on est incapable de faire une crème solaire valable ! Franchement, si tu veux mon avis, c'est n'importe quoi ! » C'était vrai, ça, quoi ! Comment est-ce qu'on pouvait encore tolérer, en 2013, de devoir se tartiner le corps d'une tonne de crème solaire pour espérer éviter de prendre un coup de soleil tout en ayant une chance sur trois de l'attraper quand même ? « Je suis bien content de pas en avoir besoin. Avec ma peau, j'suis sûr que je finirais encore plus rouge que toi. Mais bon, du coup, je ressemblerais jamais à un surfeur Californien... » Les fameux surfeurs blonds avec la peau malgré tout bronzée, comme s'ils avaient trouvé le moyen d'éviter les coups de soleil mais qu'ils ne voulaient pas partager ce secret. Un genre d'anomalie génétique, sans doute.

Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mer 15 Jan 2014 - 21:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
— Pas ma faute !

S’était-il exclamé en haussant l’épaule, alors que Lukaz se plaignait de l’inefficacité des crèmes solaires.

— J’suis pas chimiste, moi. La chimie, c’est comme la pâtisserie, tu sais jamais si tu réussis ou non avant que tout soit fini. Au moins, avec l’électronique, tu peux tester entre temps.

Pas sûr que ces querelles de clochers entre scientifiques fussent très évocatrices pour Lukaz. En tout cas, Chase se disait bien, de temps à autre, qu’il lui eût été utile de se pencher sur la question. Pas celle de la crème solaire en particulier, mais de la chimie en général et, éventuellement, de la médecine. Mais c’était plus fort que lui : quand son regard passait d’un manuel de chimie organique à une pelote de câbles, son sang ne faisait qu’un tour et il se retrouvait à fabriquer un robot. Une sorte de maladie compulsive, sans doute.

Les mains de Chase, posées sur les hanches de Lukaz d’abord, remontèrent jusqu’à sa taille et le jeune homme balaya d’un sourire le léger doute qu’il sentait poindre dans les propos de Lukaz.

— C’est nul, de toute façon, les surfeurs Californiens.

De fait, les goûts de Chase en matière d’hommes correspondaient rarement à ceux que l’on exposait dans la presse, sauf à consulter une presse très particulière. À part Johnny et, à la rigueur, Leyland, ses anciens amants avaient rarement correspondu à des canons de beauté — tout du moins aux yeux des autres. De toute façon, à en juger par le succès de Lukaz (hélas), il ne devait pas être le seul à trouver le Français fort à son goût.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 17 Jan 2014 - 20:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Ven 17 Jan 2014 - 22:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 18 Jan 2014 - 20:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6278
ϟ Nombre de Messages RP : 700
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Sam 18 Jan 2014 - 21:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Revenir en haut Aller en bas



Sea, sun & sun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-