AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Les petits voleurs sont pendus, les grands sont salués ▬ Aishlinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mer 18 Déc - 21:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Les contrariétés commençaient à être nombreuses dans la vie de Renan – et pas extension, de SHADOW. Après l'épisode avec Evey et l'agent de l'UNISON qui leur avait révélé que son organisme connaissait leur existence, il y avait eu ces problèmes avec la couverture civile du français, puis maintenant l'échec d'une mission pourtant particulièrement simple. L'Officier de la Pénombre mettait un point d'honneur à ne pas être considéré comme un simple nom ou grade par ses hommes, mais bel et bien à ce qu'ils connaissent son existence et soient capables de le reconnaître d'un simple regard. C'était pour cette raison qu'il effectuait encore des missions en extérieur avec des agents de base, puis aussi de manière à pouvoir repérer des talents prometteurs qui devaient être surveillés de près.

Ce soir-là, ça avait été le cas, mais pas vraiment comme Renan l'imaginait. Ce n'était pas au sien de son équipe qu'il avait repéré quelque chose qui lui plaisait, mais totalement par hasard en la personne d'une voleuse sans gêne. L'équipe de SHADOW s'était infiltrée dans la maison d'un particulier qui possédait un coffre abritant un artefact intéressant qui semblait conduire à quelque chose de plus gros et plus avantageux. Le français pensait avoir le champ libre et ils s'étaient arrêtés devant la porte du coffre jusqu'à ce que l'artefact leur passe sous le nez. Littéralement. Une gamine aux cheveux sombres était sortie de la pièce en traversant la porte blindée du coffre, tenant l'artefact en main. Puis, sans se soucier du fait qu'il y avait visiblement une autre équipe sur le coup, elle avait filé à travers l'épais mur de la bâtisse, plantant là les membres de SHADOW qui n'avaient malheureusement aucun moyen de la suivre sans démolir le mur de briques. La mission s'était donc bien évidemment soldée par un cuisant échec et Renan n'avait pas oublié cette gamine qui avait réussi à leur passer devant sans la moindre difficulté. C'était des personnes comme ça dont SHADOW avait besoin.

À peine de retour à Mannheim, le jeune homme avait lancé ses hommes sur des recherches la concernant, leur ordonnant de trouver l'identité de cette gamine et de lui fournir un endroit où il pourrait lui mettre la main dessus. Il n'était pas habitué à ce que les gens se refusent à lui et ne comptait donc pas se retrouver face à un refus ! Pour le moment, le français voulait la voir à ses côtés – dans l'organisme donc – mais leur « entretien » changerait peut-être les choses....

C'était pour cette raison qu'il se retrouvait un soir, alors que la nuit était déjà tombée, à attendre que la prénommée Aishlinn sorte du garage où elle était employée pour qu'ils puissent converser un peu. L'objectif de la soirée n'était pas de la ramener à Mannheim et d'en faire une recrue de SHADOW, non, il voulait simplement en apprendre plus sur elle et savoir avec qui elle frayait. Renan avait enfilé son uniforme de Tesla ce soir-là, une tenue plus que sobre puisqu'elle était entièrement noire et uniquement destinée à camoufler ses traits et à modifier sa voix – atténuant ainsi son accent français. Rien qui ne le présentait comme un super en somme.

Il l'attendait dans une ruelle non loin de son boulot, normalement la jeune femme devait passer par là pour se rendre chez elle et ils seraient tranquilles pour bavarder. Positionné en hauteur sur le toit d'un petit garage, le français cherchait simplement à s'assurer que la voie était dégagée. Bientôt, la silhouette de la demoiselle se dessina dans la ruelle et Renan attendit qu'elle soit à portée de voir pour s'adresser à elle. Logiquement Aishlinn le verrait sans peine si elle levait la tête – enfin elle apercevrait une silhouette et ce serait tout – mais encore fallait-il y penser.

« Je suis étonné qu'une voleuse puisse avoir un travail honnête. »

Le ton était moqueur, comme s'il cherchait à la provoquer. C'était exactement ça en réalité, Renan ne voulait pas qu'elle s'en aille en courant et le plante encore une fois ici. Il était évident qu'elle avait un gros avantage sur lui et le français avait envie que leur conversation se passe sous les meilleurs auspices. Avant qu'elle ne puisse répondre, il enchaîna de plus belle.

« Tu as quelque chose qui m'appartient. Manque de chance, je ne suis pas partageur. On va devoir trouver un terrain d'entente toi et moi. »

Enfin, vu ses origines et le caractère que les Irlandais étaient réputés avoir, il y avait fort à parier que la négociation ne serait pas si aisée que cela. Ce n'était pas grave, arnaquer les gens ne lui posait pas problème et ce ne serait pas une voleuse qui pourrait lui jeter la pierre.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 18 Déc - 22:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Aishlinn avait tout pour se considérer heureuse. Un nouveau boulot légal, bien plus intéressant que de jouer les serveuses dans un restau pourri. Des vols qui se passaient plutôt bien, surtout si on considérait le musée et ce que ça pouvait lui apporter avec Veidt. Sa seule petite contrariété aurait pu être de ne toujours pas savoir comment entrer dans un manoir sans passer par la porte – elle gardait espoir d’y arriver un jour même si c’était impossible – mais, il avait fallu qu’Abban joue les amoureux avec un type du Cartel pour que, malgré les bonnes choses, elle se sente contrariée. Ça la rendait un peu à cran, encore plus quand on parlait de son jumeau, et plus facilement irritable. Pourtant, elle prenait sur elle !

La journée n’avait rien eu de remarque, une simple journée de boulot à retaper une vieille moto qu’elle avait – enfin – pu faire revenir d’Irlande. Ça l’occupait, ça arrivait même à lui faire retrouver le sourire du moment qu’elle n’imaginait pas son double dans les bras de l’autre abruti. L’avantage des absences répétées de son jumeau, c’est qu’elle passait plus de temps à s’entrainer sur ses nouveaux dons. Il fallait bien voir des côtés positifs… ça l’était peut-être un peu moins pour celui qui filait les cours, elle n’en savait rien.

La nocturne de cette semaine – le garage tenait à garder un soir d’ouverture – avait pris fin, et Aishlinn avait récupéré une tenue un peu plus normale, que son espèce de bleu de travail bien utile pour éviter de flinguer ses vêtements. En jean, les mains enfoncées dans sa veste, et le menton enfoui dans une écharpe, elle avait quitté son lieu de travail. Se balader dans le district, à des heures impossibles – du moins, la nuit tombée – était franchement loin de l’inquiéter. Du coup, c’est assez sereinement qu’elle avait bifurqué dans une petite rue, pas fréquentée, qui avait l’avantage de la menée plus rapidement à sa moto. Ah oui, parce que, ça, par contre, elle se refusait à la laisser dans un coin qui craignait. C’est qu’elle y tenait et qu’elle en avait besoin pour retourner au manoir aux alentours de la ville.

Elle se stoppa quand elle entendit une voix et, vu la teneur de la première phrase, elle se sentit assez rapidement concernée. Tête un peu baisée, pour se protéger du froid de la nuit, elle marqua un sourire dans son écharpe. Bon, elle aurait pu s’inquiéter d’être associée comme une voleuse mais, en l’absence de gyrophare ou de type brandissant une plaque de flic, elle n’avait pas encore lieu de paniquer. Sortant les mains des poches – on ne savait jamais – elle ne tarda pas à lever un peu les yeux, vu que personne n’était à son niveau, pour apercevoir une silhouette qu’elle n’aurait jamais été capable d’identifier. Rapidement, elle eut un début de raison à cette interpellation. Quelque chose qui lui appartenait ? Si elle devait faire la liste de tout ce qui n’était pas légalement à elle, ça pourrait prendre des heures.

« Euh… ? » Une fausse hésitation. « Par définition, si j’possède ce quelqu’chose en question, ça d’vient à moi, non ? » En tout cas, dans son monde à elle, c’était parfaitement logique. Il fallait faire attention à ce qu’on voulait conserver et puis c’est tout ! « Et, manque d’chance, j’rends que rar’ment c’qui m’appartient. »

Trouver un terrain d’entente ne lui semblait pas possible. Sans parler du fait qu’elle perdrait en crédibilité si elle devenait la voleuse qui redonne aux gens ensuite. N’importe quoi ! Ce n’est pas parce qu’il était perché qu’elle allait se mettre à paniquer et lui accorder tout ce qu’il voulait. N’empêche qu’elle en profitait pour réfléchir, jusqu’à revenir à ce vol où, l’objet en main, elle avait fui devant un autre groupe de personnes. Le truc c’est qu’il avait dit que l’objet lui appartenait alors, ça n’avait peut-être aucun rapport. Elle avait peut-être volé un type qui voulait se la jouer justicier.

« Puis, sérieux, j’tiens pas un inventaire de c’que j’ai alors, sans plus d’précision… » Elle haussa les épaules. « On parle d’quoi en fait ? » Une question qui était étonnante, parce qu’elle aurait très bien pu vouloir se barrer aussi sec. D’un mouvement de tête, elle le désigna. « C’est votre super-technique ? Parler aux gens en hauteur pour les tuer à coup d’torticolis ? »

En gros, s’il voulait bien retrouver la terre ferme, ça serait cool parce qu’elle n’avait pas un cou extensible, en restant le nez en l’air pendant une conversation. Cela dit si elle paraissait très zen et pas du tout inquiété, elle était loin d’être complètement inconsciente. Ce type l’avait retrouvé, pas loin de son lieu de travail donc : il savait où elle bossait, savait à quelle heure elle finissait et, par extension, il devait aussi savoir qui elle était. Ça n’avait rien de rassurant, loin de là. Une raison qui l’entraina à essayer d’ouvrir un peu la discussion parce que quelqu’un qui en connaissait assez sur elle, était forcément une personne dont il fallait se méfier.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Jeu 19 Déc - 14:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Apparemment le fait de se faire traiter de voleuse n’importunait pas la jeune femme, ce qui confortait Renan dans l'idée qu'elle était loin d'en être à sa première expérience ! Sur le coup, il ne répliqua rien et la laisser lui balancer ses répliques, allant jusqu'à déclarer qu'elle ne comptait absolument pas lui rendre ce qu'elle avait volé. Ou plutôt ce qui, selon elle, lui appartenait ! C'était bien mal connaître l'Officier de la Pénombre qui ne supportait que très mal de trouver quelqu'un entre lui et un objet qu'il convoitait. Pour le moment, cette gamine l'intéressait, mais si elle s'obstinait dans l'idée de l'empêcher d'atteindre son but, la donne pouvait changer. SHADOW avait pu se renseigner sur elle et Renan savait donc où elle vivait. S'il se trouvait ici, c'était parce qu'il avait décidé de la voir avant d'aller récupérer l'artefact lui-même, mais si elle s'interposait encore longtemps, Renan se contenterait d'emprunter un chemin détourné. Rien de plus simple lorsque vous étiez habitué à rester discret. Qui avait dit que les voleurs ne se volaient pas entre eux ? Cela dit, le français ne se voyait pas comme un voleur, mais plutôt comme quelqu'un qui voulait récupérer ce qui lui appartenait !

Il restait silencieux alors qu'elle reprenait en lui faisant comprendre qu'elle ne voyait pas de quoi il parlait avec précision, raison de plus pour penser qu'elle devait avoir une jolie collection d'objets volés chez elle ! Le français soupira légèrement comme la gamine concluait de manière à lui faire comprendre qu'elle n'appréciait pas l'idée de devoir lever la tête pour lui parler. Dommage pour elle ! Cela dit, si Renan espérait avoir une discussion un minimum productive avec la jeune fille, il devait faire un effort de son côté... Sans répondre, le français monta donc sur le léger rebord de toit pour sauter dans la ruelle en s'aidant de son don pour atténuer la chute en utilisant les objets métalliques qu'il avait sur lui. L'atterrissage se fit tout en douceur, permettant à l'Officier de Pénombre de s'approcher de la gamine tout en conservant une distance de sécurité avec elle.

« Je te parle de la maison d'un particulier et d'un coffre que tu as infiltré sans problèmes. Tu m'es passée sous le nez et tu t'es enfuie avec l'artefact. » Il sourit légèrement, même si avec son masque, Aishlinn ne le voyait pas. « D'ailleurs inutile d'essayer de t'enfuir, si je t'ai retrouvée ici, je te retrouverai chez toi et cette fois-ci, ça ne sera pas pour discuter. »

Il s'agissait d'une menace à peine voilée, mais prononcée sur un ton presque léger et enjoué. Une manière pour le français de lui faire comprendre que si elle se montrait docile, ou du moins obéissante, les choses pouvaient se dérouler parfaitement bien. Encore faudrait-il qu'elle en soit capable, malheureusement pour elle l'obéissance ne semblait pas vraiment être son fort.... Cette précision donnée, le Breton reprit la parole d'un ton toujours aussi calme et maîtrisé pour expliquer la raison de sa venue ici.

« Il se trouve que j'ai besoin de ce que tu as volé et je ne compte pas y renoncer. En temps normal, je n'aurais pas cherché à négocier et je serais venu chez toi pour récupérer directement ce que j'avais envie. Mais là c'est un peu différent. » Il la présentait comme une privilégiée, c'était le début de son « jeu de charme » si l'on pouvait appeler ça de la sorte. « Ton don est vraiment intéressant. Presque unique d'ailleurs, tu es l'une des premières que je croise avec ce talent. Et tu as l'air de savoir l'utiliser avec beaucoup d'efficacité. » Il marqua une pause avant de lâcher le morceau. « Tu m'intéresses. »

Est-ce qu'elle s'en sentirait flattée ou est-ce qu'elle s'en moquerait ? Le trentenaire observa un bref instant de silence en la fixant. Il était évident que cette jeune femme n'agissait pas en solitaire. Peut-être qu'elle l'avait fait pour cette mission, mais une gamine de son âge, seule dans une ville comme Star City, ne parviendrait jamais à tenir aussi longtemps. C'était cette pensée qui poussa le français à poser une dernière question.

« Et avec qui tu travailles ? Même si tu te débrouilles bien, je ne pense pas que tu aurais réussi à opérer longtemps sans attirer l'attention de quelqu'un. »

Une manière de la flatter en lui faisant comprendre qu'elle était trop unique pour que qui que ce soit puisse passer à côté d'elle sans avoir l'idée de s'arrêter pour l'enrôler. Bien évidemment, c'était un peu moins grossier, mais Renan avait appris avec le temps que tout le monde ne se laisser pas caresser dans le sens du poil, surtout lorsqu'il s'agissait de jeunes femmes comme Aishlinn. Elle était bien capable de croire qu'il essayait de lui faire du rentre-dedans.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 20 Déc - 1:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Au moins il consentait à bien vouloir descendre de son perchoir. D’ailleurs, son atterrissage laissait comprendre qu’il n’était peut-être pas l’humain lambda sans ressources mais, elle ne pipa pas un mot à ce sujet. Bizarre comme rencontre, elle voulait bien tenter de parler, au lieu de se barrer simplement et lui, de son côté, semblait aussi disposer à faire des « efforts » puisqu’il était sur la terre ferme. Habituée à voir des gens jouer dans la provocation pour intimider, ce type avait quelque chose de différent ce qui poussait à la méfiance, du moins, à rester sur ses gardes. Un léger « Ah, ça ! » passa entre les lèvres de l’Irlandaise quand l’homme expliqua de quoi il parlait. Elle haussa légèrement les épaules comme si ça avait été une mission comme une autre et que c’était pour cette raison qu’elle n’y avait pas pensée tout de suite. Cela dit, feindre une sorte d’indifférence avait surtout pour but de pouvoir passer son regard sur ce qui les entourait, de manière à pouvoir évaluer toutes tentatives de fuite en cas de dérapage.

Intriguée, elle se demanda rapidement si ce type lisait dans les pensées – les mentalistes, foutue création bordélique – parce qu’il lui expliqua très vite que la fuite n’était pas recommandée. Haussant un sourcil interrogateur, elle lui demanda muettement si elle avait l’air de vouloir le faire ? Ok… Elle l’avait envisagé mais c’était normal, il fallait toujours un plan de secours. N’empêche qu’il confirmait ce qu’elle s’était déjà dit : il en savait assez sur elle pour être pris au sérieux. Heureusement pour lui – ou pour elle –, sinon elle aurait déjà joué sa gamine caractérielle et sûre d’elle. Elle allait répondre mais il fut plus rapide qu’elle pour donner plus de précision sur sa façon habituelle d’agir.

Si la menace – voilée ou non – n’avait aucun impact sur elle, Aishlinn se montra assez intriguée sur la raison qui le poussait à agir différemment. Son pouvoir ? Finalement, il ne s’agissait que de ça. Elle marqua un sourire – qui se voyait contrairement à l’homme – parce qu’il y avait forcément quelque chose de flatteur quand quelqu’un venait dire que son pouvoir semblait être maîtrisé. Cela dit, les avis des autres, hormis celui de son jumeau et de très peu de personnes autour d’elle, avait un impact assez limité sur l’irlandaise. Quand on classait les gens des plus chiants aux moins relous, il y avait peu de chances d’être susceptible à la flatterie.

« T’sais, sans vouloir être médisante, s’tu sais qui j’suis, où j’habite et c’que j’fais. Tu d’vrais aussi savoir que m’reprendre quelqu’chose n’est pas aussi facile qu’ça, j’ai tendance à protéger mes biens. Et, d’toute façon, j’garde pas tout c’que j’prends. » Elle laissa clairement sous-entendre qu’elle n’avait peut-être plus ce qu’il voulait. « Puis j’suis désolée s’tu avais besoin d’l’objet. » Désolée, elle ne l’était pas réellement, c’était surtout une façon de parler. « Mais si j’étais sur l’coup c’est qu’j’en avais besoin aussi. »

Ben voilà, c’était la vie. Deux personnes voulaient un truc, la plus rapide remportait l’objet. Sur ce coup-là, ça avait été elle, peut-être que la prochaine fois ça serait lui. C’était le jeu. En réalité, l’artefact, elle l’avait encore. Une commande prévue pour une revente et, elle aurait été disposée à négocier si c’était elle qui gérait l’affaire mais ce n’était pas le cas. Le Cartel l’avait envoyé sur cette mission et, elle n’avait pas tellement envie de les décevoir, elle avait besoin de s’ouvrir le plus de portes possibles. Un échec était souvent mal venu. Ce qui l’entraîna à répondre sur les personnes pour qui elle travaillait.

« J’travaille à la d’mande et j’crois qu’les personnes pour qui j’opère préfèrent rester anonymes. » Tu m’étonnes ! Cela dit, elle laissait clairement entendre qu’elle n’avait pas un « employeur » fixe. Ok, elle faisait partie du Cartel mais, elle faisait ses propres plans, se trouvait ses propres clients quand il n’y avait rien d’intéressant côté Cartel. « Du coup, la prochaine qu’tu veux vraiment un artefact, ou autre chose, tu n’auras qu’à m’demander d’aller l’chercher, ça évitera c’genre d’situation. »

L’aplomb de l’adolescence, ou peut-être que c’était typiquement Irlandais ? Le ton avait été plus amusé que critique cela dit mais, après tout elle ne se fermait pas à de nouvelles perspectives. Si elle savait qui il était, ce qu’il faisait, et si elle avait eu la moindre idée que ce que pouvait être SHADOW alors, peut-être qu’elle se serait abstenu de ce genre de commentaire. Pour l’instant, elle imaginait qu’il était une sorte d’indépendant et que ça pouvait apporter quelque chose d’intéressant. Si elle se montrait hermétique à tout, elle n’aurait jamais de boulot.

« Sérieusement, j’aurais bien voulu t’aider. » Ou pas. « Mais j’ vais pas t’expliquer comment ça fonctionne. On m’paye pour faire quelqu’chose, j’fais en sorte d’ne pas décevoir. Si j’commence à rendre des trucs juste parce qu’on m’le demande, j’peux changer d’orientation professionnelle tout d’suite. » Il fallait rester logique : quel genre de voleuse serait-elle si elle refilait des commandes au premier venu ? « Un pouvoir n’fait pas tout, même maîtrisé. Si j’commence à faire n’importe quoi, j’peux dire adieu à mes contacts. »

Et ça, il en était hors de question. Pas, simplement parce qu’il demandait à récupérer un objet donc il avait, soi-disant, besoin.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 20 Déc - 20:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
La situation n'avait pas l'air d'inquiéter ou de déranger la jeune femme, elle adoptait même une expression relativement détendue en se permettant de sourire comme s'ils étaient en train de discuter autour d'une tasse de thé – ou de café pour faire français ! Le tutoiement venait naturellement chez l'Irlandaise qui ne se gêna pas pour lui faire comprendre qu'il pouvait se brosser s'il espérait récupérer ce qu'il convoitait. Pour Renan, c'était une raison supplémentaire pour s'énerver et avoir d'autant plus envie de mettre la main sur cet artefact – qui au final, n'était pas réellement vital pour SHADOW. En réalité, c'était plus sa fierté qui était touchée. Se dire qu'il s'était fait passer devant par une simple gamine alors qu'Evey avait réussi à étaler des types du Cartel – des adultes – c'était... comment dire ? Peu glorieux ! Le français la fixait en silence sans bouger ni parler, son expression étant camouflée par son masque il n'avait pas à s'inquiéter de ce côté-là. Une chose était certaine, la négociation allait être compliquée et l'Officier de la Pénombre en vint à se demander s'il avait une chance de récupérer SON bien sans devenir plus insistant, ou s'il allait devoir le faire à la manière d'Evey : en frappant d'abord et en parlant après.

Aishlinn lui expliqua alors travailler sur demande, ce qui pouvait laisser entendre qu'elle devait être affiliée à un groupe plus important. Renan savait que le Cartel Rouge, que ce soit le Circus ou la Triade, n'apprécierait pas forcément de voir une gamine opérer sur ses plates-bandes, surtout pour des objets comme des artefacts. Et vu qu'elle avait l'air d'avoir une bonne grosse clientèle, il était peu probable qu'un tel regroupement la laisse faire sans rien dire si elle ne leur donnait pas quelques avantages en nature. Bien entendu, le français n'avait aucune preuve qui puisse étayer ces doutes et construisait ses hypothèses sur sa simple expérience et en aucun cas sur des faits probants. Il pouvait aussi totalement se planter et que cette gamine soit la seule de Star City à pouvoir faire bande à part !

Le silence du français persista jusqu'à ce qu'elle termine en lui faisant comprendre qu'il pouvait toujours espérer pour qu'elle lui dise quoi que ce soit de plus. Bien. Renan se contenta de soupirer comme s'il était navré par ce qu'il entendait, puis il croisa finalement ses bras sur son torse pour faire comprendre à la gamine que ses intentions restaient pacifiques. L'avantage avec son don, c'était qu'il n'avait pas besoin de ses mains pour le déclencher.

« Et moi je vais t'expliquer comme ça fonctionne. On me dit qu'on veut cet artefact et que je dois le récupérer. Coûte que coûte. Les dégâts collatéraux ne sont pas franchement un problème. » Il marqua une brève pause avant de reprendre. « Là je peux soit attendre que tu transmettes l'objet et trouver à qui, puis aller le chercher sur place en me débrouillant pour que tout le monde sache que tu as merdé quelque part pour que je sois au courant et que ça se reproduira avec toutes tes autres livraisons.... Soit je viens le chercher chez toi. Quitte à devoir me débarrasser de quelques éléments gênants au passage. »

À comprendre les membres de sa famille. Bien entendu, elle devait elle aussi avoir quelques atouts dans ses poches pour déjouer les plans d'un type qui ne représentait rien pour elle, mais c'était risqué. Au final, la première solution était aussi gênante pour elle que la seconde puisque l'idée qu'elle soit responsable de la mort de certains de ses clients pouvait inclure le fait que les prochains risquaient eux aussi de subir le même sort. Puis là.... elle pouvait dire adieu à sa belle clientèle qu'elle protégeait si bien.

« Mais je n'ai pas envie d'en arriver là, c'est bien pour ça que je suis venu ici. Sans vouloir te vexer... tu es un peu trop tête brûlée pour que je puisse te faire totalement confiance. Je ne sais pas ce que tu vaux réellement, puis j'aime bien faire les choses par moi-même. » La provoquer un peu, mettre en doute ses compétences pour la faire partir au quart de tour – ou du moins, tenter. « J'ai déjà des personnes assez douées qui bossent avec moi. » Et non « pour moi » comme s'il n'était qu'un simple larbin et non un haut placé. « Mais tu m'avais semblé plus douée simplement. Cela dit si ça ne t'intéresse pas d'avoir un accord à l'amiable avec moi, c'est peut-être que t'es moins futée que je ne le pensais. Il doit certainement y avoir d'autres personnes comme toi à Star City. » Il agrémenta le tout d'un haussement d'épaules. « Tu dois simplement être un petit chien du Cartel, c'est pour ça qu'ils te laissent la bride large, parce qu'ils savent que tu te contentes des miettes et que tu n'as aucune ambition. Forcément, tu ne représentes aucun danger pour eux. »

Là, c'était du bluff total. Il pariait sur le fait qu'elle soit du Cartel parce que c'était le plus probable, mais le français pouvait totalement se planter. Il espérait simplement réussir à toucher un point sensible et, pourquoi pas, la faire partir au quart de tour histoire qu'il puisse tirer quelque chose de cette discussion...
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 23 Déc - 14:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
La discussion qui, jusque-là, avait été des plus pacifiques, prenait un nouveau tournant. Aishlinn abandonna toutes traces d’un sourire sur son visage, plissant légèrement les yeux dans une mimique agacée. Si elle ne réagissait pas très bien à la menace, c’était encore pire quand on menaçait certaines personnes. Et, par « certaines personnes », elle voulait surtout dire son jumeau, parce que c’était de cette manière qu’elle entendait la phrase de l’homme quand il avait dit pouvoir se débarrasser de quelques éléments gênants. Qu’il puisse flinguer sa réputation ne lui convenait pas – ça semblait évident – mais venir menacer les gens qu’il pouvait trouver chez elle, c’était hautement plus énervant. Elle ne risquerait pas la vie d’Abban juste pour un objet – une certitude – et, l’homme qu’elle avait en face d’elle ne semblait pas être le premier abruti venu. Si c’était le cas, elle l’aurait déjà envoyé chier depuis longtemps. Vu les moyens qu’il devait avoir pour se renseigner, il aurait été stupide de le prendre pour l’idiot du coin. Sauf que… Si elle se mettait à tout accepter à cause d’une menace, elle perdait toute crédibilité et deviendrait bien trop malléable à son goût. Impossible pour elle d’accepter aussi facilement.

Aishlinn, un peu renfermée, restait silencieuse pour évaluer toutes les possibilités qui s’offraient à elle. L’homme, de son côté, reprenait pour dire qu’il n’avait pas envie d’en arriver là. Bon, là, il commençait doucement à l’agacer à dire des choses, à ne pas vouloir le faire… Il voulait quoi, au juste ? Apparemment, simplement récupérer l’objet n’était pas suffisant puisque, en plus, il commençait à la juger sur sa façon de faire. Comme quand le marchand d’armes avait émis des doutes sur la compétence d’Aishlinn, elle ne se sentait pas tellement offensée par les paroles de Renan. Pour que les gens puissent avoir un impact avec leurs mots, il faudrait encore qu’ils puissent avoir une importance aux yeux de l’Irlandaise. Sans vouloir vexant cet homme, ce n’était absolument pas le cas. Il n’avait aucune espèce d’importance pour qu’elle puisse se sentir « toucher » par son discours. Un sourire, un peu narquois, se dessina sur le visage de l’adolescente.

« Ouais… t’as des gens tell’ment doués, et tu l’es tell’ment aussi, qu’aucun d’entre-vous n’a été foutu d’récupérer cet objet avant moi. » Elle secoua la tête comme si elle trouvait le discours qu’il avait eu complètement abusif, en vue de la situation. « Si j’suis autant en bas d’l’échelle et si peu douée, ou si y a un tas d’personne comme moi… Sérieus’ment, c’est toi et les gens qui t’entourent qui d’vraient vous r’mettre en question parc’que, vu com’ça, ça veut dire qu’vous êtes capable d’vous faire devancer par un peu près n’importe qui ! A partir d’là, j’vois même pas en quoi j’devrais craindre quoi qu’ce soit venant d’toi. »

Elle haussa les épaules pour ponctuer sa phrase même si, dans le fond, elle ne croyait pas vraiment ce qu’elle disait. Si ce type était peu doué et sans aucune ressource, il ne serait pas en face d’elle en ce moment. Il aurait été stupide de le dénigrer, surtout qu’il avait parlé du Cartel – même si elle n’avait encore rien dit à ce sujet – ce qui prouvait qu’il connaissait pas mal de choses. Le discours d’Aishlinn servait surtout à dire que ça ne servait à rien de la rabaisser parce qu’elle trouverait le moyen de lui retourner les choses, sans que ça puisse réellement l’atteindre. Soupirant légèrement, elle reprit.

« Qu’ce soit clair : j’lâcherai pas un objet parc’qu’on me menace. D’une, j’y réagis très mal en règle générale et, de deux, j’sais m’occuper d’moi pour trouver une solution. » A aucun moment elle n’admettait qu’il y avait des personnes autour d’elle à qui elle pouvait tenir, ça serait donner une brèche trop importante pour essayer de la manipuler. « Tu peux essayer d’ruiner ma réputation et, franch’ment, y a même des chances que t’y arrives. » Elle n’allait quand même pas le sous-estimer. « Mais si c’est l’cas, faut pas croire qu’j’vais rester sans rien faire. »

Ça prendrait le temps qu’il faudra, les ressources nécessaires mais elle mettrait un point d’honneur à lui pourrir la vie et tous les coups sur lesquels il pourra se trouver. Bon évidemment, ça lui semblait faisable dans son esprit étant donné qu’elle n’avait aucune idée de qui il était et de pour qui il travaillait. Mais comme il se faisait passer pour un « larbin », elle ne l’imaginait pas à la tête d’un groupe de personnes, ou très bien placé dans une organisation secrète. Après tout, ce n’était pas écrit sur son front ! Cela dit, il était loin de paraitre tout inoffensif et, c’était peut-être une raison suffisante pour essayer de trouver un accord en évitant d’en arriver à certaines extrémités.

« T’as l’air bien renseigné. » Et là, elle admettait peut-être, à demi-mot, une appartenance au cartel. A noter qu’elle l’imaginait aussi dans cette organisation. Ça expliquait ses connaissances et, comme elle était incapable de l’associer à autre chose, ça lui semblait presque logique. « Alors peut-être qu’je n’devrais pas m’fermer à un accord mais, l’principe même d’un accord c’est d’avoir quelqu’chose à y gagner. » Autre chose que l’espoir de ne pas voir des menaces mises à exécution. « Tu proposes quoi contre cet objet, peut-être qu’comme ça j’envisagerais peut-être d’y réfléchir. »

Elle gardait toujours un air détaché, cela dit qu’elle s’ouvre à la négociation un peu après qu’il ait envisagé d’aller chercher l’artéfact lui-même en se débarrassant des gens sur son chemin, n’était pas sans rapport.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 24 Déc - 18:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
La provocation de la gamine sur ses compétences laissa Renan de marbre. L'avantage chez lui, c'était qu'il était tellement vaniteux qu'il n'envisageait pas une seule seconde d'être moins doué qu'une simple voleuse qui avait eu de la chance. Cela dit, il reconnaissait volontiers les compétences qu'elle avait, sans quoi le français ne se trouverait pas ici à bavarder avec elle pour essayer de trouver un terrain d'entente. Mais ça, c'était un point que la jeune ne pouvait pas connaître puisqu'elle ignorait tout de son mode de fonctionnement. Le cheminement de ses pensées était compréhensible et logique, même si au fond elle ne prenait pas en compte le « facteur chance ». Si l'équipe avait réellement désiré cet artefact, ils auraient pisté la gamine pour essayer de lui mettre la main dessus, quitte à la tuer pour le ramasser sur son cadavre ! Sauf que Renan leur avait donné l'ordre de rentrer à Mannheim parce qu'il voulait avoir le temps d'en apprendre plus sur elle et c'était justement ce qu'il faisait à ce moment.

Le trentenaire restait silencieux comme elle continuait en annonçant qu'elle ne comptait en aucun cas rendre l'objet et qu'elle avait plutôt une bonne raison pour faire le contraire vu qu'il s'amusait à la provoquer. Ah oui, elle réagissait mal aux menaces ? Dommage parce que vu comme les choses étaient engagées, c'était plutôt ce qui risquait de dominer la situation.... Mais au lieu de s'énerver d'un coup, l'Officier de la Pénombre décida de garder les lèvres scellées pour écouter ce qu'elle avait à dire jusqu'au bout. Aishlinn lui balança aussi quelques « menaces » pour lui faire comprendre qu'il risquait gros à jouer sur ce plan, mais Renan ne s'en inquiéta pas vraiment. Il savait beaucoup de choses la concernant, mais de son côté l'Irlandaise ignorait tout de lui. Même le son de sa voix puisque son modulateur la modifiait. Les avantages étaient du côté de SHADOW sans aucun doute !

Cependant, la discussion se termina sur une note plutôt positive, du moins en tenant compte de ce qui s'était dit juste avant. Ce qu'il avait à proposer en échange de cet objet ? Un nouveau sourire invisible se dessina sur les lèvres du français alors qu'il prenait son temps pour répondre histoire de ne pas trop se précipiter. Lorsque sa voix s'éleva à nouveau, ce ne fut pas pour répondre directement.

« J'ai aussi mes contacts, je n'ai pas de problèmes à apprendre des choses sur les personnes comme toi. » Là il pouvait parler du fait qu'elle était du Cartel, mutante ou de bien d'autres choses. « C'est bizarre, mais il me semblait que t'avais quelque chose à gagner en acceptant de me donner ça. Ce n'est rien pour toi de garder ta clientèle et ta réputation intacte ? Tu n'as pas vraiment l'air de comprendre que tu ne joues pas dans le même cour que nous. » Et qui était ce « nous » ? Elle n'était pas prête de le savoir. « Le fait que je sois venu te parler est déjà quelque chose de gagné pour toi. En temps normal on ne prend pas la peine de ménager les gens, on va directement chercher ce qu'on veut sans s'emmerder avec des détails de ce genre. » Il inspira profondément. « Mais vu qu'on est capables de se faire devancer par n'importe qui, tu n'as pas grand-chose à craindre de nous logiquement. J'espère juste que tu n'avais pas tort. »

Elle avait clairement dit qu'elle ne réagissait pas positivement aux menaces, mais c'était pour cette raison que Renan agissait de la sorte. Il voulait voir si elle finirait par s'énerver et cracher sur ce qu'il avait à lui proposer : le français ne voulait pas d'une tête brûlée à ses côtés, mais bien d'une personne compétente. Il laissa passer quelques secondes de silence avant de reprendre la parole.

« Mais je vais faire un effort.... Je vais te proposer du travail. » Dit de la sorte, ça n'avait pas franchement l'air intéressant. « Si tu me rends cet artefact, je te donnerai une mission à faire. Enfin, si tu seras à la hauteur, elle n'est pas faite pour les débutants. Si elle se déroulera bien, tu pourras gagner gros. Je ne parle pas forcément en matière d'argent, il y a des choses qui valent plus, je suis sûr que tu le sais. » Il haussa les épaules. « Des informations par exemple. Comme tu l'as deviné, je sais pas mal de choses et je suis sûr qu'il y a des informations qui pourraient t'intéresser. » Nouvelle pause. « C'est à prendre ou à laisser. Sauf si tu avais quelque chose de précis en tête. Tu peux toujours tenter de proposer, mais réfléchis bien avant de le faire. »

Il lui laissait une marge de manœuvre assez étroite pour qu'elle ait l'impression d'avoir son mot à dire, mais tout en restant ferme de manière à lui faire comprendre que s'éloigner du chemin qu'il traçait pouvait être plus dangereux que ne rien dire.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 26 Déc - 21:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
A aucun moment Aishlinn n’envisagea qu’elle avait eu de la chance pour l’artefact. Elle avait devancé une bande glandus de première – très bien renseignés, certes – et puis c’est tout. Si elle commençait à se dire qu’elle avait de la chance lors de ses vols, elle finirait fatalement par ne plus croire en elle et finirait en boule sur son canapé à ne pas savoir quoi faire de sa vie. Elle avait été plus douée qu’eux, voilà ! D’ailleurs, elle associait le fait qu’il ne soit pas encore venu l’objet lui-même parce qu’il n’était pas certain d’y arriver, ou qu’il voulait quelque chose. Franchement, elle, elle ne se serait pas pris le chou à retrouver la personne, elle serait allée directement à l’essentiel. Il était évident que ce type possédait bien plus d’informations qu’elle et que si Aishlinn voulait le retrouver, elle se heurterait à des murs sans même savoir où chercher. Mais ça, elle n’était pas encore prête à se l’avouer : elle était jeune, le monde s’offrait forcément à elle et elle pourrait y faire ce qu’elle voulait. Un mode de pensée qui allait de pair avec l’adolescence.

Plissant légèrement les yeux, elle restait quand même contrariée qu’il puisse en savoir autant sur elle, sans même savoir ce qu’il avait pu apprendre exactement. Ce qui était certain, c’est qu’elle ne pouvait pas accepter que les menaces qu’il avait faite soient quelque chose à « gagner », ça serait admettre pouvoir se plier devant et, ce n’était pas bon pour les affaires. D’ailleurs cette discussion était étrange, il parlait des infos qu’il pouvait avoir, de leur méthode en temps normal, pour finalement venir sur le même registre qu’elle en disant qu’il n’y avait pas à s’inquiéter. Le fait qu’il ne se défende pas devant des critiques était à ne pas prendre à la légère, de toute façon, elle avait déjà compris qu’il était préférable de se méfier de lui.

Elle se garda bien de soupirer quand il parla de faire un effort, ce qu’elle prit comme : « Allez, je vais te faire une fleur, mais juste parce que c’est toi »… Genre, elle avait le droit à un traitement de faveur ! Elle écouta sa proposition et, même si ça ne lui convenait pas spécialement, elle savait déjà qu’elle ne le montrerait pas. Au moins, en acceptant, elle ne risquait pas de voir les menaces de ce type être mises à exécution et, dans le fond, c’était tout ce qu’elle cherchait à faire. Elle haussa les épaules en préférant, d’abord, répondre à ce qu’il avait dit avant sa proposition.

« T’vois, là où y a perte d’crédibilité c’est dans l’fait de dire être capable d’récupérer un objet sans trop d’difficulté alors que, jusqu’à preuve du contraire c’est encore moi qui l’possède. » Le pire c’était que ça ne sonnait pas comme une critique mais comme une simple constatation. « Parc’que, tu d’vais bien t’douter que j’allais pas te l’rendre juste en m’le demandant ? » Ou si c’était le cas, elle allait remettre ses capacités d’analyses en doute. Dans le fond elle se demandait surtout pourquoi il avait employé cette méthode mais, elle ne se risqua pas à poser la question qui pouvait être sous-entendue dans son raisonnement. « Et, franch’ment, créer une menace juste pour m’laisser penser qu’j’ai quelque chose à gagner, ça n’pouvait pas fonctionner non plus. »

Non parce que, soyons honnête, si elle acceptait ça, elle était bonne pour travailler pour la gloire. Il suffirait qu’un type vienne la voir en lui disant de faire un truc, sinon il tuait quelqu’un, pour qu’elle accepte. Ce n’était pas ce qu’on faisait de plus pro et lucratif. Elle en arrivait donc à cette proposition de boulot qu’il avait pu faire. Travailler pour quelqu’un dont elle ne connaissait rien n’était pas le souci. Le faire pour quelqu’un capable de savoir qui elle était et qui avait la menace facile, ça devenait un peu plus compliqué. Cela dit, même si elle ne l’avouerait pas, elle n’était pas tellement certaine d’avoir le choix, c’était probablement la meilleure option pour ne pas voir ce type fouiller dans ses affaires.

« J’propose d’faire un peu différ’mment. » ben quoi, elle n’allait pas tout accepter non plus ! « Tu m’dis d’quel boulot il s’agit, j’juge d’sa faisabilité et d’son intérêt et, seul’ment si ça m’convient, j’envisage d’te rendre l’artefact. » Elle n’allait pas lui rendre l’objet pour, ensuite, comprendre qu’elle était envoyée dans une mission suicide. « Pareil, faut aussi qu’je sache quel genre d’information j’peux y gagner. Parc’que connaître l’nom d’ma voisine, j’m’en tamponne un peu. » Un sourire passa sur son visage. « Par contre, en savoir un peu plus sur un type zarbe, qui débarque d’nulle part en étant caché sous un masque, à la recherche d’un artefact. » Elle parlait clairement de lui. « Là, ça d’vient, un peu plus intéressant. »

Dans tous les cas, elle devait savoir de quel boulot éventuel il parlait. Il y avait des choses qu’elle ne faisait pas et des situations qu’elle n’accepterait pas. Par exemple, elle ne prendrait pas un boulot se faisant un jour précis et à une heure précise, ce qui laisserait trop de possibilité de la parasiter. Aishlinn ne faisait déjà pas confiance aux gens en général, c’était encore pire quand on l’avait menacé.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 27 Déc - 13:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Visiblement avec Aishlinn, seuls les actes comptaient puisqu'elle semblait sincèrement douter du fait que SHADOW – ou plutôt Renan – soit capable de récupérer ce qu'il convoitait. Le français ne pouvait pas lui en vouloir, après tout, elle ne le connaissait pas et il aurait parfaitement pu être le premier crétin venu qui aurait tenté de l'abuser en se faisant passer pour ce qu'il n'était pas. Ça, à moins d'être télépathe la jeune femme n'avait aucune chance de le savoir. Et non, même dans ces cas-là la protection mentale du trentenaire le protégerait de toute incursion déplacée. En bref, mis à part ses mots, Renan n'avait rien à offrir comme preuve de ce qu'il avançait. Sauf en allant réellement chercher cet artefact lui-même, mais à ce moment il pourrait dire adieu à une éventuelle collaboration avec la jeune femme. En somme, ils en revenaient au point de départ. Face aux questions rhétoriques de la jeune femme, le trentenaire resta tout d'abord silencieux. Est-ce qu'il se doutait qu'elle allait le garder malgré ce qu'il demandait ? Pas forcément. SHADOW n'était pas habitué aux échecs et habituellement il ne passait pas par des chemins détournés comme actuellement, il allait directement dans le vif du sujet pour pouvoir récupérer ce qui l'intéressait. La réponse sincère arriva donc.

« Je ne sais pas. Je ne suis pas habitué à me faire passer devant et lorsque ça arrive, je règle le problème de manière plus expéditive qu'actuellement. » Il haussa les épaules comme si c'était normal. « Il faut bien que je teste différentes techniques pour trouver laquelle fonctionne avec toi, non ? »

Il ne parlait pas très sérieusement, aller à tâtons de la sorte n'était pas vraiment le mode de fonctionnement de Renan, puis soyons honnêtes, vu ce qu'il avait pu apprendre d'Aishlinn, le français se doutait qu'elle n'allait pas répondre positivement à ce qu'il pouvait bien lui demander. Cela dit, qui ne tente rien n'a rien, il ne perdait rien à lui laisser une première chance de rendre les armes, même s'il y avait fort à parier qu'une pareille reddition lui aurait coûté cher : SHADOW ne coopérait pas avec des incapables et des incompétents après tout !

Elle enchaîna finalement en lui proposant une autre manière de faire, lui suggérant de lui donner le travail en question et qu'elle envisagerait éventuellement de le faire. Très bien. Il n'avait rien à perdre de toute manière, plutôt quelque chose à gagner pour être franc. Si elle échouait, il n'aurait qu'à aller chez elle récupérer ce qu'il voulait et si elle réussissait, il pouvait à la fois gagner l'objet du vol, l'artefact qu'il était venu récupérer ici, puis une nouvelle personne sur qui compter. Enfin, grossièrement. Il était évident que Renan n'allait pas accorder sa confiance à la première venue, déjà qu'il ne le faisait pas avec ses propres agents, excepté Evey, ce n'était pas pour se lancer là-dedans. Au terme des explications de la jeune fille, le trentenaire hocha la tête.

« Tu peux avoir toutes les informations que tu veux, sauf celles me concernant. Tu comprendras, je suis d'une nature timide et j'aime bien garder l'anonymat. Tu n'espérais quand même pas avoir une réponse sur l'identité d'un homme masqué ? Généralement lorsqu'on se cache le visage, c'est pour garder son anonymat.... » Elle voulait jouer aux questions évidentes et bien lui aussi. « Je te propose toutes les informations que tu désires et que je peux me procurer. Ça peut aller de l'identité du type qui s'est installé au bout de ta rue aux petits secrets d'un homme politique bien en vue. Tout dépend de ce que tu cherches. » Après tout, il ne la connaissait pas assez pour supputer à ce sujet. « Tout ce que tu as à savoir me concernant Aishlinn, c'est que je peux t'apporter pas mal de choses si tu prends la peine d'y réfléchir deux minutes. »

Mais encore fallait-il qu'elle veuille le faire.

« Le boulot.... récupérer des documents dans un bureau. Plutôt bien gardé d'ailleurs, c'est celui d'une personnalité assez connue de la ville, mais ça tu t'en moques certainement. Je peux te donner des informations sur les heures auxquelles il sera chez lui, mais je préfère voir de quoi tu es capable en te laissant te débrouiller du début à la fin. » Une légère pause. « Alors ? »

Aucune trace d'impatience dans sa voix, simplement de la curiosité.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 27 Déc - 20:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Les premières paroles de Renan furent accueillies par un sourire de la part de l’adolescente. Rien de moqueur dans ce sourire, ni même d’ironique, il y avait même quelque chose de sincère dans cette action. Peut-être qu’elle se trompait mais, les paroles de l’homme lui donnaient l’impression de tomber sur une version plus juste de ce qui s’était passé. Il n’était pas le premier crétin de base, puisqu’il n’avait pas l’habitude qu’on lui base devant. Elle n’était pas la première venue, en manque d’expérience, pour avoir pu prendre l’artefact avant lui. La situation avait donc quelque chose de nouveau pour lui, un sentiment partagé par l’Irlandaise qui, de toute évidence, n’avait pas l’habitude qu’on la retrouve. Même si elle avait voulu lui donner un mode d’emploi pour savoir comment agir avec elle, Aishlinn en aurait été incapable. Elle ne s’était jamais retrouvée dans ce cas de figure et, du coup, elle ne savait pas réellement comment elle devait y réagir. Il n’y avait qu’une chose dont elle était certaine, haussant les épaules elle se contenta de répondre avec une seule phrase.

« La méthode plus expéditive aurait été une bien mauvaise idée. »

Évidemment qu’elle n’avait rien d’impressionnant, elle ne se leurrait pas réellement sur ce point-là. Mais, une Irlandaise en colère, c’était, généralement, le genre de choses à éviter. Surtout quand la personne en question était capable de se dématérialiser à travers quelqu’un et désactiver son pouvoir pour retrouver sa consistance en ayant toujours une partie d’elle-même dans le corps de l’autre personne. Action qu’elle avait déjà été à deux doigts de faire sur un type qui avait rendu Abban dans un triste état. Bon, finalement, elle n’avait pas réussi à s’y résoudre mais, c’était pour dire qu’il y avait des personnes autour d’elle qu’on ne devait pas toucher. Même pour récupérer un objet. Cela dit, elle serait bien emmerdée si elle devait s’en prendre à Renan puisqu’elle ne savait rien de ce type, le retrouver était mission impossible. Trouver un compromis, même s’il restait à l’avantage de ce type, restait la meilleure chose à faire pour protéger ses intérêts et les personnes avec qui elle vivait. Finalement, heureusement que Renan avait rencontrait la moins impulsive des jumeaux.

Sa façon de présenter les choses aurait probablement tiré un sourire amusé chez l’adolescente, si elle ne restait pas autant sur ses gardes. Bien sûr qu’elle se doutait bien qu’il ne lui donnerait pas d’informations le concernant mais… Elle se devait bien d’essayer, après tout, on ne sait jamais, sur un malentendu ça aurait pu fonctionner, non ? Elle l’écouta attentivement sur les informations qu’il pouvait offrir. Depuis quelque temps, avec Abban, ils avaient bien compris que l’argent n’était pas forcément le plus intéressant. La proposition avait donc quelque chose d’intéressante mais, sur le coup, un peu prise au dépourvue, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait bien lui demander.

Sans trop savoir pourquoi – et cette réflexion l’étonna elle-même – elle se demanda si, au-delà des informations qu’il pouvait donner, il avait aussi assez de contact et de lien pour faire sortir quelqu’un de prison dans un autre pays. Aishlinn se crispa un instant à cette réflexion qui lui venait en tête pour la première fois, lui dévoilant beaucoup de choses qu’elle avait toujours cherché à étouffer. Elle secoua la tête, pour elle-même, effaçant cette image de son père en prison pour se concentrer sur le boulot proposé par le type. Notons, au passage, qu’elle trouvait très perturbant qu’un inconnu puisse l’appeler par son prénom alors qu’elle ne savait rien de lui en retour.

« Quels documents et chez qui ? » Non parce qu’elle n’allait pas ramener l’intégralité des documents de toutes les personnes connues de cette ville. Des questions qui sonnaient presque comme un accord, enfin, il fallait d’abord qu’elle se renseigne sur la faisabilité. Cela dit, lui dire qu’un endroit était bien gardé, c’était une façon de s’assurer de sa coopération. Une amoureuse des défis. « J’ai pas b’soin d’informations sur les horaires ou les déplacements d’quelqu’un. D’tout’façon, j’les vérifierais par moi-même. » Elle n’allait pas lui faire confiance, préférant de loin que les informations soient récupérées par elle que par quelqu’un d’autre. « Donc, autant qu’j’me débrouille toute seule à c’niveau-là. »

Et, surtout ça lui permettait d’agir sans donner une idée de quand, et comment, elle s’y prendrait si elle acceptait. Là encore c’était une histoire de confiance, il pouvait très bien décider de l’envoyer dans un piège alors, le mieux pour elle, était encore de rester vague sur la manière dont elle comptait s’y prendre et le moment où elle se mettrait en action. Elle inspira en relavant son regard sur le type.

« Pour les informations t’concernant, il fallait bien qu’j’essaye. » Une moue sur le visage et un léger haussement d’épaules pour accompagner le reste de ses paroles. « Non, parc’que j’ai bien compris à quoi servait un masque en règle générale. » ça va, elle n’était pas blonde non plus ! « C’la dit, si j’accepte ton boulot, comment j’m’y prends pour t’contacter une fois qu’c’est fait ? » Marrant qu’elle pose une question qu’on lui posait assez régulièrement. Mais c’était une façon comme une autre d’essayer, quand même, d’en savoir un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 27 Déc - 22:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Les questions qui arrivèrent après ses explications donnaient à Renan le sentiment que la jeune femme avait l'intention d'accepter ce qu'il était en train de lui proposer. Tant mieux ! Peut-être qu'ils arriveraient à trouver un terrain d'entente finalement, même si le français ne s'attendait pas à ce qu'elle lui accorde sa confiance en un claquement de doigts. De toute manière, il ne lui demandait pas autant, il voulait simplement avoir ses compétences à son service, rien de plus ! Les informations supplémentaires ne seraient pas du luxe, mais si le Breton n'avait pas abordé ce sujet avant, ce n'était pas sans raison. Si Aishlinn refusait, il ne voulait pas la retrouver sur son chemin sans quoi ce serait comme de signer l'arrêt de mort de la demoiselle. Renan esquissa un sourire, camouflé, lorsque l'Irlandaise lui fit savoir qu'elle ne comptait pas utiliser les informations qu'il aurait pu lui donner à propos de cette mission, apparemment les soupçons flottaient dans l'air. Pouvait-il lui en vouloir ? Non, mais elle perdrait son temps en s'imaginant qu'il allait l'envoyer dans un guet-apens juste pour le plaisir. Puis c'était sans compter que rien ne l'empêchait de l'envoyer chez l'un de ses hommes qui se débarrasserait d'elle là-bas.

Comme Aishlinn rebondissait sur ses explications à propos de son désir de garder l'anonymat, Renan l'écouta comme elle lui posait une dernière question pleine de sens. Se contacter, ce serait là toute la difficulté ! Il était hors de question que le trentenaire s'amuse à lui donner des numéros ou des adresses où le joindre, il avait plutôt l'intention de venir en personne histoire de garder le contrôle sur les choses. Ça ne plairait pas forcément à la jeune femme, mais elle n'avait pas vraiment le choix pour le coup.

« Ne t'embêtes pas avec ça, je viendrai chez toi dès que tu l'auras volé. Je me tiens toujours au courant des missions en cours et ce vol ne passera certainement pas inaperçu. Puis je sais où te trouver, alors contente-toi de faire ta mission et je m'occupe du reste. Tu vois, avec moi ce n'est pas bien compliqué. » Parce que, bien entendu, il était en train de lui faire une faveur. « Je te l'ai dit, je tiens à mon intimité. »

La bonne blague. Il tenait surtout à éviter qu'elle apprenne quoi que ce soit le concernant. L'anonymat était un luxe en ce bas-monde et Renan ne pouvait pas envisager une seule seconde d'en perdre ne serait-ce qu'une infime partie. De toute manière, si Aishlinn refusait cette clause du contrat, elle annulait la totalité de l'accord et perdait un potentiel bon client. Sauf si elle avait quelque chose d'intéressant à proposer en échange d'un moyen de le contacter bien évidemment, mais ce serait compliqué : Renan n'était pas devenu ce qu'il était aujourd'hui en confiant une pareille information au premier venu après tout !

« Le client s'appelle Jacob Andrews, il habite sur la Kane Street, un beau manoir relativement bien gardé. Mais tu trouveras certainement toute seule. Les documents sont des statistiques, elles sont dans le coffre de son bureau, rangées dans une pochette marquée par le tampon de la ville. Il n'en a pas dix similaires, tu trouveras. » Il marqua une brève pause avant de reprendre d'un ton plus amusé. « Tu as peur que j'essaye de te piéger pour refuser ce que je pourrais te dire ? Tu sais, je ne vais pas m'ennuyer pour si peu, si je devais me débarrasser de toi je le ferais ici et maintenant sans tergiverser. » Une manière de rassurer quelqu'un plutôt originale il fallait en convenir. « Si tu commences à douter de moi, qu'est-ce qui te dit que je ne t'envoie pas chez l'un des miens pour qu'il s'occupe de toi. Peu importe l'heure à laquelle tu arriveras à ce niveau. » Il secoua légèrement la tête. « Et si tu ne me fais pas un minimum confiance, qui te dit que les informations que je te donnerai seront les bonnes ? »

Il ne la provoquait pas, c'était simplement une question franche. Il pouvait comprendre ses réserves, lui-même étant le même, mais avoir quelques explications n'était jamais superflu, il apprendrait un peu comment est-ce qu'elle fonctionnait de cette manière. Ce n'était jamais négligeable pour manipuler quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 28 Déc - 6:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Elle n’en saurait pas plus sur lui, même dans la façon de le contacter puisqu’il semblait tout avoir prévu et tout savoir. Le fait qu’il sache où elle habite laissa un tas d’interrogations sans réponse dans l’esprit de l’Irlandais. Le manoir était supposé être bien protégé, sans qu’un lien puisse être fait entre les jumeaux et cet endroit. Ils y faisaient pas mal d’aller/retour alors il était possible de les avoir vus entrer là-bas. Cette idée impliquait une surveillance qui ne lui plaisait guère. En revanche, elle avait gardé leur ancien appartement qui, là, était liable aux jumeaux. Elle avait gardé cet appartement, essentiellement parce qu’elle devait garder le manoir secret. Par exemple, quand Suzaku voulait passer la voir, c’était là-bas qu’il allait, sans connaître l’existence du nouveau lieu de vie des jumeaux. Du coup, elle n’était pas certaine de savoir de quel endroit il parlait et, lui poser la question aurait été parfaitement stupide. Surtout s’il parlait de l’ancien appartement.

« J’trouve c’tte rue très propice à c’genre d’rencontre, ou mon lieu d’travail. Dans tous les cas, j’préfère un endroit plus ou moins neutre, plutôt qu’chez moi. » Ça évitait bien des questions et, surtout à se demander dans quel endroit elle devait se rendre. Elle haussa les épaules, un sourire sur le coin des lèvres. « J’tiens à mon intimité, en tout cas c’qu’il en reste. »

Reprendre les mots des autres devait être une sorte de sport olympique pour beaucoup de personnes dans cette ville ! Elle s’était quand même senti obligé de signifier qu’il avait un peu trop fouillé dans sa vie personnelle, et que ça ne lui convenait pas. Même si elle n’y pouvait rien, même si c’était trop tard et qu’elle n’avait pas son mot à dire, rien ne l’empêchait de montrer un désaccord. Elle ne bougea pas, n’en donnait pas spécialement l’air mais, en réalité, elle notait mentalement toutes les informations concernant la mission de l’homme. Au moins, c’était juste un truc à récupérer, dans son esprit elle devait pouvoir s’en sortir, après tout, elle passait à travers les murs. Un excès de confiance qui finirait bien par lui couter cher un jour. Alors qu’elle écoutait la série de questions de l’homme masqué, elle se mise à sourire, marmonnant un simple « essayer ! » pour rectifier le fait qu’il disait pouvoir la tuer ici, s’il le voulait. Elle le laissa tout de même finir avant de répondre.

« Disons qu’j’ai pour habitude d’chercher mes informations tout’seule, pour avoir ma propre idée de c’que j’ai à faire. Et, surtout, d’ne pas faire confiance au premier venu, surtout quand il annonce savoir un tas d’choses et qu’il est capable d’menacer un peu trop facil’ment. » Ce n’était pas à prendre mal, c’était juste une réalité. Elle bossait dans un milieu où la confiance était un luxe qu’elle ne se permettait pas. De toute façon et, par expérience, hormis son jumeau, toutes les personnes en qui elle donné sa confiance avaient fini par la trahir ou partir. Elle n’était pas prête de recommencer ! « Et, y a rien qui m’dit que tu ne m’envoies pas chez un d’tes potes mais… » Nouveau sourire. « J’suis passée une fois devant eux, il suffira d’recommencer. »

Qu’elle se pense capable ou non de le refaire n’avait pas d’importance. Quoi qu’il arrive, elle avait toujours affiché une assurance sans failles, surtout devant des personnes qui lui filaient du boulot. Jouer la pleurnicharde qui doutait de ses capacités et de ses réussites, ça n’était pas bon pour les affaires. Songeant cet entretien, assez particulier, touchait à sa fin, l’Irlandaise enfonça les mains dans ses poches avant de pointer son regard sur l’homme.

« Autre chose, ou j’peux rentrer ? »

A croire que tout cela ne l’avait pas perturbée plus qu’autre chose. La réalité était bien différente, si elle ne s’était pas inquiétée, elle n’aurait jamais accepté un boulot d’un type dont elle ne connaissait rien et dont le deal n’était pas forcément à son avantage. Mais, elle n’avait aucune envie de le voir débarquer, essayer de s’emparer de l’artefact en se débarrassant des personnes qu’il trouverait sur son chemin.

Abban se serait inquiété alors elle n’avait pas donné toutes les informations sur cette rencontre. Ils faisaient des vols séparément, elle avait simplement expliqué être sur un coup et avait passé trois jours à se renseigner. Avec Macha, et tous les gadgets qu’elle pouvait posséder pour avoir une idée des lieux, elle avait aussi demandé à Thabo de faire des recherches sur le type dont il était question, sur ses habitudes, sur ce qu’on savait de son système de sécurité. Elle avait opéré le soir du troisième jour alors qu’Andrews était, avec une partie de ses hommes, à un gala de charité à la noix pour la ville de Star City.

Il lui avait dit que ce n’était pas pour les débutants, vu le système de sécurité qui lui était tombé dessus, elle voulait bien le croire sur paroles. Le plan ne s’était pas déroulé sans le moindre problème. Ça avait tellement été le bordel, à un moment, qu’elle n’avait pas tellement eu le choix. Elle avait dû créer un bouclier protecteur pour se protéger, même si elle essayait vraiment de ne pas se servir de la magie en public. D’une c’était trop instable et, deux, Adrian lui avait quand même demandé de rester discrète à ce niveau-là. Elle se rassurait en se disant que ça n’avait pas servi à blesser quelqu’un et que, de toute façon, elle n’avait pas eu le choix.

Finalement, elle était rentrée chez elle, un peu abîmée. Lèvre fendue, une arcade sourcilière en vrac, la trace d’un hématome sur la pommette et d’autres dissimulés à des endroits divers de son corps. Elle s’en sortait bien vu le manoir dans lequel elle était rentrée, encore mieux en sachant qu’elle n’avait tué personne. Les petits bobos – comme elle les appelait – ça arrivait. Thabo était de sortie, sûrement avec l’un de ses contacts et Abban… Probablement avec l’autre abruti maquillé. Posant le dossier demandé sur le comptoir de la cuisine, la suite du programme était assez standard : se faire un thé, le boire devant une émission de télé, se coucher et voir demain comme se passerait la journée. Elle ne savait pas quand elle recroiserait le type masqué mais ne doutait pas de son apparition, c’était seulement frustrant et énervant de ne pas savoir quand, ni où.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 28 Déc - 17:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan avait bien compris qu'elle n'appréciait pas forcément de le savoir en train de fouiller dans son passé, qui en serait heureux d'un côté ? Aishlinn aurait aussi bien pu lui dire qu'elle lui interdisait d'enquêter sur elle qu'il aurait eu la même réponse : un simple hochement de tête. Elle tenait à son intimité, mais contrairement à lui la demoiselle n'avait pas la capacité de ses renseigner sur autrui, du moins de manière aussi poussée que lui, sans quoi elle l'aurait certainement fait ! Dans un sens, le français avait plus de risques d'être repéré que l'Irlandaise. En fouillant dans son passé, le Breton avait eu beaucoup de mal à obtenir certaines données pourtant basiques pour la bonne et simple raison qu'elle n'était pas arrivée sur le sol Américain par la voie légale. Forcément, ça réduisait immédiatement le nombre d'informations à votre disposition lorsque vous passiez par les centres de recensement ou les choses de ce type pour grappiller des données sur quelqu'un. Mais ça, Renan ne comptait en aucun cas lui avouer, mieux valait que la jeune femme s'imagine qu'il pouvait tout savoir sur elle, peut-être que ça la dissuaderait de lui mentir ?

Aishlinn argumenta pour lui faire comprendre qu'elle ne faisait pas confiance aux gens qui menaçaient aussi facilement que lui. Un sourire se peignit une fois de plus sur les lèvres du français alors qu'il songeait qu'elle avait parfaitement raison ! Quant à la vanité dont elle faisait preuve.... il aurait été bien incapable de lui jeter la pierre. Ce serait l'hôpital qui se foutait de la charité étant donné que lui-même était arrogant au possible et ne doutait jamais de ses capacités. Sauf que lui n'avait pas l'excuse de la jeunesse pour justifier ça. Pourquoi jouer les modestes lorsque vous saviez que vous aviez les capacités de faire n'importe quoi ?
Juste avant que leurs routes ne se séparent, Renan la gratifia d'un « encouragement ».

« On se reverra bientôt, enfin si tu t'en sors. »

Ce qui arriverait certainement, si Aishlinn se faisait avoir de la sorte, elle serait bien loin de la « réputation » qui la précédait ! Renan la laissa s'en-aller avant de regagner la base de Mannheim tout en veillant à faire quelques détours avant. Ce n'était pas très souvent utile, mais c'était avec ce type de sécurités qu'il avait réussi à préserver son anonymat jusqu'à présent. L'Officier de la Pénombre se contenta de faire savoir aux agents de surveillance qu'il avait mis quelqu'un sur le coup de la Kane Street et leur ordonna de surveiller cette zone et de le contacter dès qu'ils verraient des mouvements intéressants.

Chose qui arriva assez rapidement ! Quelques jours plus tard, un agent vint l'avertir que quelqu'un s'était introduit dans la demeure de leur cible et avait dérobé des documents. En se renseignant, Renan apprit que la personne responsable de ce vol s'en était apparemment bien tirée, elle n'avait pas été grièvement blessée en tous les cas. Suite à cela, le français attendit simplement que l'occasion idéale se présente, à comprendre, que l'Irlandaise travaille à nouveau de nuit et qu'elle doive emprunter la ruelle où ils s'étaient rencontrés la fois dernière.

Lorsque ce soir-là arriva, Renan réitérer son entrée de la première rencontre : il attendit qu'elle soit à portée de voix et qu'il ait vérifié que personne ne soit dans les environs avant de l'interpeller.

« J'ai presque attendu. »

Il sauta au bas de son perchoir sans qu'elle ne doive lui demander cette fois-ci, puis s'approcha de la jeune femme, l'air apparemment très détendu. Son regard – dissimulé par son masque – scruta un instant la demoiselle alors qu'il notait bien quelques traces de blessures, mais était-ce lié à leur affaire ? Le plus simple était certainement de demander directement. Toujours d'un ton parfaitement neutre, le Breton reprit la parole.

« Et bien, ton petit ami est du genre passionné ? » Il faisait référence à sa lèvre un peu abîmée. « Il semblerait que tu t'en sois bien tirée. Ça n'a pas été trop difficile ? »

Il ne quitta pas Aishlinn du regard, concentré sur ce qu'elle pouvait bien dire ou faire en réponse à ce qu'il venait de lui poser comme question.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 29 Déc - 17:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dans le fond, elle devait s’y attendre. Les mêmes conditions étaient réunies alors, quand une voix se fit entendre dans la ruelle, ça ne la surpris pas tellement. Elle se contenta de s’arrêter, enlevant les mains de ses poches – on ne savait jamais, elle préférait avoir ses deux mains de libres – et, à aucun moment, elle ne releva la tête vers les hauteurs. Ne pas lever la tête était surtout, pour elle, une façon de savoir s’il allait jouer la provocation en restant perché et en attendant qu’elle lui demande – encore une fois – de descendre. Ou si, au contraire, il allait essayer de partir d’un « bon pied » en se souvenant qu’elle préférait ne pas avoir à se dévisser la tête pour le voir. L’apparition de l’homme dans son champ de vision la fit sourire. Ok, essayer de faire les choses bien alors.

« Si j’avais eu un moyen d’t’contacter, on aurait pas été obligés d’attendre mes horaires d’nuit. »

Provocation gentille et amusée, pas de la vraie provocation. D’une elle ne savait pas s’il avait attendu ce moment parce qu’il ne savait pas où elle vivait, ou s’il l’avait choisi parce qu’elle l’avait demandé – et, ne pas savoir était frustrant. Deux, elle ne possédait pas les dossiers depuis bien longtemps alors, elle abusait un peu en disant que ça l’aurait empêché d’attendre. Par contre, le fait qu’il parle de son petit-ami avait quelque chose de très rassurant.

Ça voulait dire qu’il ne savait pas tout sur elle, sinon il saurait qu’elle n’en avait pas. Si quelqu’un devait avoir ce qualificatif, c’était Suzaku et, avec les infos qu’il disait possédé, il y avait peu de chances que le Su’ soit associé comme un petit-ami basique. Si Renan – dont elle ne connaissait pas le prénom – ne savait pas si elle fréquentait quelqu’un, il y avait peu de chances de le voir tenter de faire pression sur son entourage. Une bonne chose. Et, surtout, ça voulait dire qu’il n’était pas au courant de comment s’était exactement passées les choses sinon, il aurait associé ça à son expédition. Il y avait toujours la possibilité qu’il dise ça juste pour baratiner mais, comme elle aimait bien cette version des faits, elle préféra s’y tenir. Du coup, ce fut un nouveau sourire qui se dessina sur ses lèvres, même si la plaie qui s’y trouvait n’appréciait guère ce geste.

« Nos jeux du samedi soir. » Elle haussa les épaules. « On aime y mettre un peu d’piquant. J’suppose que j’ai pas besoin d’t’faire un dessin. »

Avec son costume, il devait être du genre à respirer avec une paille lors de ses ébats ! Le ton détaché, un peu ironique – si on faisait attention – suffisait à prouver qu’elle n’était pas sérieuse, ni sincère. Elle ne cherchait pas à être cru, juste à ne pas donner la moindre information sur l’existence d’un petit-ami ou non. Il en savait suffisamment, pas la peine de lui fournir encore plus de cartes en main. Pour ce qui était de la manière dont les choses s’étaient déroulées, elle soupira, faussement exaspérée.

« C’est marrant c’tte manière dont les gens ont tendance à douter d’ma réussite, c’est quoi l’problème ? Mon âge, peut-être ? » A aucun moment elle ne semblait vexée, pour l’être il aurait fallu que les gens aient une importance pour elle. Ce n’était pas le cas, hormis une toute petite poignée de personne. « Pas assez difficile appar’mment, puisque j’suis là, en un seul morceau et qu’en plus, j’m’paye l’luxe d’avoir c’que t’as d’mandé ! »

Que ce soit avec lui ou avec un autre client, Aishlinn ne disait jamais comment elle s’en était sortie. Ça ne les regardait pas, pour commencer et : soit elle parlait de difficulté et il était possible de chercher où étaient ses points faibles. Soit, elle disait que c’était facile et le client a tendance à revoir son prix à la baisse. Par expérience, elle trouvait préférable de ne rien dire sur ses méthodes et ses difficultés.

« Tu lis quel journal ? » D’accord, dis comme ça, la question semblait sortir de nulle part. « Parc’que, t’vois, j’me r’trouve face à un problème : j’peux avoir les informations que j’veux, c’est ça ? » Sauf si ça le concernait, ça elle avait pigé. « J’aurais sûr’ment besoin d’informations sur quelqu’un mais, pour l’moment y a rien d’très précis. » Elle devait encore voir certains détails, surtout avec Abban, même si elle songeait à cette espèce de gourde qui s’en prenait à son jumeau. « Du coup, comme j’ai aucun moyen d’te contacter si j’ai soudain’ment b’soin de c’tte info, j’me demandais si en laissant un message particulier… » Accessoirement codé « …Dans les petites annonces d’un journal, t’serais disposé à m’filer ces infos à c’moment-là ? »

Elle n’avait pas envie de profiter d’un « paiement » qui pour le moment ne l’intéressait pas. Quitte à avoir des informations, autant que ça lui apporte quelque chose. Elle avait songé à lui filer un téléphone pour pouvoir le contacter quand elle voudrait être « payée » mais, il n’aurait jamais accepté. Le journal, c’était vieux comme le monde mais, avec ça, elle ne risquait pas de pouvoir remonter jusqu’à lui et il avait l’air d’y tenir. Une solution qui impliquait – seulement s’il acceptait – de lui faire « confiance » sur le fait qu’il respecterait sa part du marché. L’idée n’était pas tentante mais, son but premier quand elle avait accepté, c’était surtout de le tenir loin de son lieu de vie et des gens qui y résidaient. S’il elle pouvait garantir ça, elle s’estimait déjà heureuse.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Lun 30 Déc - 14:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Visiblement la remarque sur son petit ami imaginaire avait fait sourire Aishlinn, mais Renan considéra que c'était simplement la provocation qui l'amusait. Il n'avait pas fouillé la vie de l'Irlandaise au point de savoir si elle avait effectivement quelqu'un dans sa vie, il savait simplement qu'elle n'était pas mariée, mais ça voulait tout dire et rien dire à la fois. Obtenir des informations sur quelqu'un qui ne figuraient pas dans des registres officiels était bien plus ennuyant. Il fallait pister l'individu en question et cela nécessitait beaucoup de personnel, le français avait donc simplement cherché ce qui était connu du plus grand nombre – à comprendre de ses voisins et des personnes qu'elle fréquentait souvent. Cela dit, la réponse d'Aishlinn pouvait aussi bien laisser penser qu'il y avait quelqu'un dans sa vie, peut-être qu'il chercherait à approfondir de ce côté si leur entente devenait plus importante et qu'elle finissait par travailler pour SHADOW de manière plus poussée. Il préféra ne pas relever l'ironie dont elle faisait preuve puisque le fait de répondre par la positive – ou négative – donnerait à la jeune femme des informations sur sa personne. Le plus simple pour ne rien lâcher de gênant était tout simplement d'éviter d'aborder ce sujet.

La jeune femme le questionna alors sur la raison qui pouvait le pousser à douter d'elle. Son âge n'entrait absolument pas en ligne de compte, mais Renan n'était pas d'une nature confiante ou optimiste et mis à part avec Evey, il voyait toujours les choses sous le pire angle possible. Une vieille habitude de pessimiste défaitiste. La seule réponse à cette interrogation fut un haussement d'épaules alors qu'elle poursuivait en lui laissant entendre qu'elle avait ce qui lui fallait. Excellente nouvelle ! Mais avant de lui donner quoi que ce soit, elle semblait vouloir savoir comment récupérer son paiement, ce qui était parfaitement normal en un sens. Malheureusement pour elle, Aishlinn allait devoir lui accorder une sorte de confiance pour ce passage : il ne pouvait pas lui donner les informations qu'elle voudrait sur-le-champ et il lui faudrait donc un peu de temps. Mais vu qu'Aishlinn ne connaissait rien de lui, il pouvait parfaitement disparaître en un claquement de doigts et ne jamais la payer. L'idée qu'elle proposa était effectivement une solution intéressante, mais il avait prévu autre chose. Avec un sourire, toujours invisible, Renan répondit.

« Pas la peine de passer par les journaux, j'ai prévu quelque chose d'un peu moins prise de tête pour toi. Tu n'auras même pas besoin de payer en plus. »

En passant par les petites annonces, elle aurait à payer quelque chose et Renan tenait à ce que les choses soient équitables. Il approcha doucement sa main de sa poche d'un geste qui montrait qu'il n'était pas hostile et qu'il ne comptait pas lui faire quoi que ce soit, puis il tira un téléphone. Il ne s'agissait pas d'un simple mobile, mais de ceux jetables qui ne servaient qu'une seule fois avant d'être inutilisables. Le tendant à la demoiselle, sans s'approcher d'elle, il reprit.

« Il s'agit d'un téléphone jetable, il est réglé pour n'appeler qu'un numéro et ça ne fonctionnera qu'une fois. Tu n'auras qu'à me joindre lorsque tu sauras ce que tu veux et je te donnerai ce que tu voudras après ça. Ce n'est pas difficile de te retrouver. Tu as le temps, après tout, c'est ton paiement. »

Une fois que la « commande » serait passée, ce serait à Renan de venir la retrouver pour lui donner ce dont elle avait besoin. Oh, bien entendu il pouvait parfaitement envoyer quelqu'un d'autre, mais ils avaient pris contact ensemble et vu qu'il se faisait passer pour un simple homme de main, le fait qu'il soit remplacé par un autre pouvait être assez risqué pour sa couverture. Après, si Aishlinn préférait l'histoire des petites annonces ils pouvaient parfaitement passer par là...

« Mais si tu préfères ton système, dis-le-moi et on trouve un terrain d'entente. Mais ce sera plus rapide par téléphone. Et je sais que tu préfères entendre le son de ma voix. » Une remarque ironique et moqueuse bien évidemment. « Et effectivement, tu peux me demander ce que tu veux. Après, suivant la rareté des informations, ça pourra prendre plus ou moins de temps. Mais si c'est impossible pour moi, tu le sauras tout de suite et ça n'annulera pas notre accord pour autant je te rassure. »

Il restait très honnête sous un certain angle. Renan avait beau être Officier de la Pénombre et ne pas faire de quartier dans certains cas, il savait comment « bichonner » ses assistants pour ne pas s'exposer à des représailles. Quoiqu'il n'avait pas grand-chose à risquer.... Il inspira profondément avant de reprendre.

« Tu as ces papiers sur toi alors ? »
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein





Les petits voleurs sont pendus, les grands sont salués ▬ Aishlinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.
» Froids sont les mains, les os et les cœurs.  Froids sont les voyageurs loin de leurs demeures. + (ISABEAU)
» (avery) tout les moyens sont bons quand ils sont efficaces.
» 05. "Run, Joey, Run !"
» Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-