AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

La valeur d'un trésor réside dans son secret ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message posté : Mar 10 Déc 2013 - 20:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Les récentes nouvelles apportées par Aishlinn avaient donné matière à réfléchir à Jay. Comme à chaque fois qu'il était question de Charlie, le texan était persuadé qu'elle avait simplement cherché à arrondir les angles en lui proposant cet arrangement pour garder contact alors qu'elle ne lui fournissait que des nouvelles « secondaires ». Pas un mot sur ses retrouvailles avec l'autre con... avec l'autre gosse de riche, pas davantage sur l'ouverture de son cabinet. Bref, juste des nouvelles qui servaient à le calmer et à lui faire croire qu'ils partageaient réellement leurs informations. Bon, Jay n'avait pas été plus honnête de son côté étant donné qu'il avait passé sous silence des données qui auraient certainement intéressées sa frangine, à croire qu'il n'y avait qu'avec elle qu'il n'arrivait pas à faire preuve d'honnêteté. Alors qu'avec les inconnus rencontrés dans la rue il n'avait aucun problème, mais lorsque ça concernait la famille, c'était une autre chanson ! Même Seth et les deux autres avaient droit à des mensonges de sa part, il ne leur avait jamais avoué qu'il revoyait Charlie – même si Earl le savait aussi en fin de compte.

Quoi qu'il en soit, ces informations avaient finalement poussé Jay à recontacter la gamine Irlandaise pour lui faire savoir qu'il avait envie – et non besoin, la différence était subtile, mais présente – de revoir sa frangine. Cette dernière ayant un emploi du temps des plus chargés, il lui avait laissé le choix de la date et de l'heure, ainsi que du lieu de rendez-vous ! Peut-être que Charlie ne remarquerait rien, mais le fait qu'il puisse patienter plutôt que de débarquer chez elle ou à son boulot pour lui hurler dessus était un gros progrès pour lui. Difficile de refréner ses ardeurs lorsqu'on était aussi habitué à se laisser commander par ses impulsions !

Le jour était finalement arrivé, une après-midi où il ne bossait pas et où les frangins seraient occupés ailleurs, au Circus plus précisément. Cette manière de faire les choses dans le dos de Seth le dérangeait franchement, mais Jay n'avait pas trop le choix, ce n'était pas encore le moment de la jouer franchement avec lui. L'aîné des Lane était particulièrement irritable depuis qu'il s'était ramassé une balle dans l'épaule lors d'une mission et Jay avait titillé – sans le vouloir – son ego, le poussant à se montrer relativement sur ses gardes. C'est donc avec l'esprit parasité par l'inquiétude que quelqu'un se rende compte de quelque chose qu'il avait débarqué que le lieu de rendez-vous. Pour une fois il avait fait l'effort d'apparaître un minimum présentable et non pas habillé comme s'il sortait du bayou. C'était autant pour éviter d'attirer l'attention sur eux que pour éviter de faire honte à sa frangine – délicate attention notez bien. Cela dit, même fringué de la sorte il était encore loin d'arriver à la cheville des types qui se promenaient sur le trottoir, son effet de discrétion était donc relativement inutile.

Il avait garé son pick-up devant l'endroit où il était censé attendre Charlie et celle-ci ne tarda pas à arriver. En jetant un coup d’œil à la montre qu'il avait emportée pour l'occasion – histoire de savoir à quel moment Seth et les autres quittaient le Circus – il constata qu'ils étaient tous les deux en avance. Une première dans l'histoire des Lane tiens.... Jay attendit que sa sœur approche avant de la saluer d'un simple hochement de tête. Pas de démonstration affectueuse entre eux.

« Si t'es occupée après, dis-le tout de suite et on fait ça rapidement. » Une entrée en matière un peu maladroite, mais bon. « Ça » qualifiant leur discussion bien sûr. « Tu dois avoir pas mal de boulot avec ton nouveau cabinet, c'est pas comme de bosser pour un patron j'imagine. »

Une manière de lui faire savoir qu'il était au courant de cette nouveauté. Glissant ses mains dans les poches de son pantalon, le texan promena son regard sur les environs. Des gens entraient et sortaient dans le bâtiment derrière eux qui abritaient un ensemble de petits cafés et magasins, le truc typique des américains pressés en somme. Son attention se reporta finalement sur sa frangine alors qu'il reprenait.

« C'est cool d'être venue. Je pensais pas que tu pourrais avec les fêtes et toutes ces conneries. » Parce que chez les Lane les fêtes de fin d'années n'étaient que des conneries. « Tu bosses toute seule dans ton cabinet ? J'ai pas vu l'article à ce sujet, mais quelqu'un m'en a parlé alors j'connais pas trop les détails. »

Il s'abstint bien de préciser que le « quelqu'un » était la gamine qui devait leur servir d'intermédiaire. Mieux valait que Charlie reste dans le flou à ce niveau, au moins ne se méfierait-elle pas de l'Irlandaise et cette dernière pourrait continuer de renseigner Jay sur des sujets que sa frangine aurait certainement préféré passer sous silence. L'honnêteté typique des Lane !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 11 Déc 2013 - 0:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Aishlinn lui avait dit que Jay avait « envie » de la voir. Le terme employé, pour l’avocate, était une déformation faite par l’Irlandaise et non pas le mot exact que son frère avait réellement utilisé. S’il voulait la voir, c’était sûrement parce qu’il avait quelque chose à lui dire, ou qu’il voulait plus d’informations sur quelque chose. Évidemment, elle avait accepté parce que, contrairement à lui – de ce qu’elle croyait en tout cas – elle avait réellement « envie » de le voir, peu importe les raisons. Passer par l’Irlandaise c’était bien, ça limitait les risques mais Charlie préférait le voir pour de vrai.

Elle avait eu le temps de s’organiser un peu et de prendre une fin d’après-midi tranquillement, pour ne pas être prise par le temps. Un peu avant l’heure indiquée, Charlie était arrivée sur place, se ramenant à pied, les mains enfoncées dans les poches de sa veste pour se protéger du froid. Difficile pour elle de manquer le pick up, ni même son frère qui semblait dénoter dans le paysage ambiant. Mais, ça elle s’en foutait complètement, il aurait pu ne faire aucun effort vestimentaire qu’il restait son frère, parfait qu’importent les vêtements. Un sourire sur les lèvres, qu’elle n’arriva pas à réprimer, elle avait fini par se poster devant lui gardant toujours cette distance raisonnable qui évitait les démonstrations d’affection. Pas le genre de la famille.

Finalement son sourire s’effaça rapidement, aux premiers mots de son frère. Elle était à peine arrivée qu’elle avait déjà l’impression qu’il voulait mettre un terme à ce rendez-vous. Très engageant le frangin ! Elle ne vit pas la suite comme une façon de lui dire qu’il était au courant pour l’ouverture de son cabinet, elle n’avait pas cherché à en faire un secret. Un peu refroidi, l’imaginant déjà vouloir partir, elle laissa les mains dans ses poches en le laissant poser ses questions, ou imaginer les raisons pour lesquelles elle aurait pu avoir autre chose à faire. Pff, comme si quelque chose pouvait passer avant lui. Il aurait demandé à la voir pendant les deux seuls jours qu’elle avait eu avec Randall, qu’elle aurait accepté de le voir. Alors ces conneries de fêtes de fin d’année, c’étaient bien loin dans ses priorités.

« Ben, évidemment que je suis venue. Tu sais ce n’est pas comme si j’avais grand-chose à préparer pour des fêtes de famille. » Puisque sa famille était dans une autre baraque et qu’elle ne risquait pas d’y être invité pour partager un bout de dinde qui, de toute façon, n’avait jamais eu sa place. Elle n’avait pas dit ça sur un ton critique, en réalité le seul but de la manœuvre était de prouver qu’elle ne prévoyait rien pour les fêtes de fin d’année. « Et non, j’ai plus rien à faire avant demain, ça devrait nous laisser le temps. Enfin, sauf si tu as quelque chose de prévu. »

On remarquera que, pour éviter les phrases tendancieuses, elle ne lui avait pas dit qu’elle était tout à lui en ayant posé le reste de sa journée ! Charlie préférait s’assurer qu’il n’avait rien de prévu, histoire de savoir de combien de temps elle disposait – toujours trop court selon elle – vu qu’elle avait cru comprendre qu’il cherchait déjà un moyen de partir. La compréhension était une chose magnifique quand les deux Lane se mettaient à parler ensemble.

« Qui t’a parlé du cabinet si tu ne l’as pas lu quelque part ? » Question parfaitement innocente, elle ne chercha même pas à le piéger ou quoi que ce soit. Et comme elle ne comptait pas en faire un secret, elle répondit assez volontiers à ses questions. « Mais, non. Je ne bosse pas toute seule. On l’a ouvert à deux et on a quelques avocats qui bossent avec nous. Du coup, c’est plutôt tranquille pour le moment, c’est que le début. »

C’était quand même hallucinant qu’elle passe autant de temps à cacher des choses. Ce n’était pas si cool que ça, une semaine après l’ouverture elle avait déjà eu des problèmes et, sans parler de ça, son nom apportait pas mal de clients. Mais elle préféra taire ces informations, en se disant qu’elle voulait éviter de le faire culpabiliser en prenant de son temps, ou une connerie de ce genre. Comme souvent, Charlie ne comptait pas s’attarder sur ses histoires et enchaina rapidement pour s’intéresser à son frère.

« Aishlinn ne m’a pas dit pourquoi tu avais besoin de me voir. Ça va ? Tu as des problèmes ? »

Le ton était un peu inquiet parce qu’elle ne pensait pas que Jay était juste venu par « envie » ou pour lui dire que tout allait bien. Aishlinn ne lui avait d’ailleurs rien rapporté à propos de Jay, ce qui agaçait un peu Charlie qui avait l’impression que son frère ne jouait pas le jeu. Ou alors il cachait volontairement des choses qui pouvaient être importante et, ça, ça l’énervait un peu quand même. Tout le monde avait quelque chose à dire, non ? Pas grave, elle aurait probablement un peu de temps pour l’interroger discrètement sur ses activités ou sur les nouveautés maintenant qu’il était là. D’un mouvement de tête, elle désigna l’intérieur d’une galerie marchande.

« Tu veux qu’on aille boire quelque chose ? » Et surtout ne pas lui dire qu’elle l’invitait, il serait capable de le prendre mal. Elle haussa un peu les épaules. « Il fait un peu froid dehors. »

En vrai, elle était parfaitement capable de s’acclimater mais, en lui proposant ça, elle essayait surtout de le garder un peu plus longtemps. Là, proche de sa voiture, il était capable de partir beaucoup trop vite, ou au moindre truc qui pourrait le déranger.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 11 Déc 2013 - 14:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Même si ce n'était pas l'intention de Charlie, Jay interpréta sa remarque sur la famille comme un reproche. Chaque fois qu'ils se voyaient, ce sujet revenait et donnait lieu à des prises de bec épuisantes. Parfois il en venait à se demander pour quelle raison est-ce qu'il persistait à vouloir la voir alors qu'il se sentait toujours plus mal après lui avoir parlé. Une simple moue contrariée se dessina sur son visage, mais Jay fit un effort pour ne pas lancer de remarque à ce propos. Inutile de remuer le couteau dans la plaie. Cela dit, cette critique était quelque peu illogique puisqu'ils n'avaient jamais fêté Noël chez eux, mais allez savoir, peut-être que sa vie de grande avocate lui avait fait perdre la mémoire sur certains points ! En ce qui concernait le fait qu'il pouvait avoir quelque chose de prévu, le texan se contenta de secouer la tête.

« Je travaille pas aujourd'hui. Mais les autres rentreront d'ici moins de deux heures. »

Une manière de lui faire comprendre que leur petite sortie devra prendre fin avant. Sauf s'ils décidaient de courir le risque que Seth pose des questions sur l'endroit où Jay avait passé son après-midi.
En ce qui concernait la personne qui lui avait parlé du cabinet de Charlie, le texan n'était pas décidé à lui avouer que c'était Aishlinn qui lui avait tout rapporté. Mine de rien, la gamine se révélait plus utile qu'il n'avait pu le penser au moment où sa frangine lui avait suggéré de passer par elle pour se tenir au courant des nouveautés la concernant. Elle avait des yeux et pouvait lui rapporter ce qu'elle verrait et que Charlie s'abstiendrait bien évidemment de lui annoncer. Dans l'esprit de Jay, ce serait grâce à l'Irlandaise qu'il arriverait à être à égalité avec sa frangine vu qu'il y avait fort à parier qu'elle ne lui filerait que des informations sans grand intérêt histoire de lui faire croire qu'il avait le droit de connaître sa vie. Elles étaient aussi utiles que les placebos dans les hôpitaux. Cependant, lorsque la jeune femme lui raconta que son cabinet était relativement calme, il lui décrocha un regard sceptique. Charlie était devenue une habituée des pages people – d'après ce qu'on lui avait raconté – il aurait donc été parfaitement logique qu'elle croule sous les dossiers. Encore une connerie ? Peut-être bien. Il haussa les épaules pour toute réponse.

« Quelqu'un.... j'sais plus qui, bizarrement beaucoup de monde parle de toi tu vois. » C'était vrai, apparemment le patronyme Lane commençait à avoir une bonne réputation. Avec elle uniquement cela dit. « C'est bizarre d'ailleurs, vu le nombre de personnes qui causent de toi, je penserais plutôt que tu croulais sous les dossiers. Ce serait mieux si tu veux gagner un minimum d'argent. »

L'argent n'avait jamais été une priorité pour les Lane, ils volaient ce qu'ils ne pouvaient pas acheter et il n'y avait eu que pour l'argent destiné aux études de Charlie qu'ils avaient réellement pu s'y intéresser. Mais dans son esprit « avocat » rimait forcément avec « plein aux as » et dans un sens, il était plutôt content que sa sœur n'ait pas à se soucier de compter le moindre centime pour boucler le mois.
En ce qui concernait les problèmes.... Jay la scruta quelques instants. C'était un détail, mais elle avait dit « besoin » et non « envie » de la voir, il interpréta aussitôt qu'elle considérait qu'ils devaient se voir uniquement s'ils avaient des ennuis juridiques. Se renfrognant légèrement, il redressa la tête comme pour se donner plus de présence.

« Nan j'ai pas de problèmes. Je peux me débrouiller seul pour les régler de toute manière, j'te l'ai déjà dit. » Le ton était un peu contrarié. « J'ai juste entendu pas mal de trucs sur toi, mais t'en avais pas parlé dans tes nouvelles alors je me posais des questions. »

Il la dévisagea comme pour lui faire comprendre qu'il avait bien flairé qu'elle ne lui disait pas tout ce qu'elle devrait faire passer. Mais Charlie proposa quelque chose qui le prit un peu de court. Aller boire quelque chose ? Il tourna la tête vers la galerie marchande comme si c'était un endroit hautement dangereux. L'idée d'aller s'enfermer là-bas ne l'enchantait pas franchement, mais bon... Charlie avait froid, il n'allait pas lui dire de rester dehors.

« Il fait pas si froid. Et puis.... » Il tourna la tête vers son pick-up, mains glissées dans les poches. « Et puis... non rien. On y va alors. »

D'un geste du menton il lui fit signe de passer devant. Les endroits comme ça avaient le don de le mettre mal à l'aise. Trop de monde, trop de personnes à surveiller, il préférait largement l'extérieur, mais pour Charlie Jay était prêt à faire un effort. Ils entrèrent dans le bâtiment qui était plutôt bondé vu que tout le monde semblait attendre la mi du mois pour aller acheter les cadeaux de Noël. Il y avait une sorte de café/bistrot juste à l'entrée et le texan fit donc signe à sa frangine d'aller ici. Au moins il pourrait garder un œil sur l'extérieur, même s'il n'y avait pas vraiment de raison précise à cela au fond. Il y avait assez peu de personnes dans la salle contrairement à ce qu'il avait imaginé et une nana en jupette à froufrou – qui semblait être l'uniforme de l'endroit – les invita à s'installer en promettant de s'occuper rapidement d'eux. Jay laissa Charlie choisir l'endroit qu'elle voulait – il était décidé à faire des efforts d'amabilité – et attendit qu'elle soit assise pour reprendre sur un sujet qui ne lui plairait peut-être pas.

« T'es plus célèbre que tu le crois. J'ai droit à des remarques tous les jour à propos de toi. D’ailleurs.... » Il leva les yeux vers elle. « D'ailleurs y'en a un qui m'a même raconté qu'il t'avait récemment vu avec un type. » Jay essayait de garder un ton neutre, mais c'était difficile vu les circonstances. « Un type assez connu d'ailleurs, le Veidt qui passe son temps à s'afficher avec les top-modèles du moment. J'savais pas que tu t'entendais avec lui... »

Sa sœur valait bien mieux que ce crétin qui ne pensait qu'aux jolies filles. Bien sûr que Charlie était belle – largement plus que toutes les poufs que l'autre crétin devait fréquenter – mais apparemment elle avait décidé de remplacer son précédent copain par le jumeau raté. Comme quoi, même les femmes intelligentes pouvaient faire des boulettes.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 11 Déc 2013 - 19:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Charlie n’était pas si humaine que cela, elle avait un pouvoir qu’elle ignorait jusqu’à présent. L’avocate était capable de contrarier et/ou énerver son frère en une seule phrase, franchement ça relevait forcément d’un pouvoir, parce qu’avec les autres elle arrivait généralement à trouver les bons mots et à échanger sans prises de tête. Avec lui ça relevait du défi ! La bonne nouvelle c’était que, même avec un air contrarié, il ne sauta pas sur ce qu’elle avait pu dire de travers, se contentant de répondre à sa question pour lui annoncer qu’il avait moins de deux heures devant lui. Elle hocha la tête doucement, comme pour dire qu’elle comprenait même si, forcément, être limitée par le temps l’ennuyait un peu. Ce qui devait se voir à la manière dont elle avait légèrement pincé les lèvres. Cela dit, elle ne mit pas en doute la raison qu’il avançait, ce qui était déjà une progression en soi.

Pour le fait qu’il ne se souvenait plus de qui lui avait parlé de l’ouverture de son cabinet, elle ne trouva pas ça étrange non plus. Difficile de nier le fait qu’elle était connue alors, ayant le même nom que son frère, il était tout à fait possible que quelqu’un lui ai raconté ça. Elle ne pensa pas une seule seconde qu’Aishlinn puisse jouer une sorte de double jeu en filant des infos à son frère. En même temps, elle n’imagina pas Jay demander à une gamine d’espionner pour son compte. Et voilà que le plus jeune des Lane commençait déjà à mettre en doute ce qu’elle disait, elle prit sur elle pour ne pas soupirer ou ne pas montrer un air blasé.

« Je te l’ai dit, on est plusieurs à travailler alors on disperse les dossiers avec tout le monde. »

Ils venaient juste de se retrouver alors elle garda pour elle une réflexion visant à expliquer que, contrairement à lui, ses finances se portaient bien. Ça aurait été l’agresser pour rien et son pick up était encore bien trop proche pour qu’elle prenne le risque de le voir monter dedans et se barrer parce qu’elle aurait dit un truc de travers. Même en essayant de ne pas le chercher avec des paroles, elle semblait quand même disposée à faire des bourdes puisque son frère enchaina les airs contrariés. Si elle ne pouvait même plus s’inquiéter pour lui ! Cette fois, elle monta les yeux au ciel dans un très léger soupir.

« Je sais, tu n’as pas besoin de moi, tu peux te débrouiller tout seul. » Elle ne savait pas trop pourquoi Jay prenait un certain plaisir à lui rappeler ce fait à chaque fois. « Puis, tu sais, selon tes sources, il vaut mieux te méfier de ce que tu entends sur moi. »

Petite piqure de rappel sur le fait que, la dernière fois qu’elle l’avait vu, il avait été persuadé qu’elle sortait avec Chase Neutron-Grey. S’il écoutait toutes les rumeurs, pas étonnant qu’il récupère des informations qu’elle n’avait pas données à l’Irlandaise. Un peu naïvement, Charlie ne s’inquiéta pas du tout des choses dont il voulait lui parler, elle s’imaginait juste devoir se défendre d’une rumeur, rien de plus. Si on lui avait dit que la gamine l’avait vu avec un des Veidt, elle aurait sûrement réagi d’une autre manière. Pour le moment ce fut un regard interrogatif qu’elle posa sur son frère qui ne sembla pas très emballé par l’idée d’aller boire un truc. Elle l’ennuyait à ce point pour qu’il ne veuille pas aller se poser quelque part ? L’espace d’un instant, elle crut même qu’il allait lui dire de rester dehors alors, quand il accepta elle préféra ne pas trop chercher à comprendre.

Vu l’endroit qu’il avait choisi, celui qui était le plus proche de la sortie, elle prit place à une table où l’on pouvait voir la rue et, surtout, le pick up de Jay grâce à une baie vitrée donnant sur l’extérieur. Elle s’était dit que Jay ne voulait pas trop s’éloigner de sa voiture – peut-être peur qu’on lui vole une antiquité dans le centre-ville – du coup, le choix de la place était surtout pour lui. Les deux Lane assis, Jay ne tarda pas à entrer dans le vif du sujet. Au début, ça l’agaça un peu qu’il remette sur le tapis cette histoire de célébrité parce qu’elle n’estimait pas que c’était ce qui la caractérisait le plus.

Et voilà, c’était parti, il parlait d’un type qu’on aurait vu avec elle et Charlie se prépara déjà à lui dire qu’il fallait arrêter de croire tout ce que pouvait dire la presse people de la ville. Elle ouvrit la bouche prête à tuer sa phrase avant qu’il ne poursuive mais quand le nom de Veidt passa les lèvres de Jay, Charlie se figea. Ça ne dura pas très longtemps, quelques secondes mais elle ne s’était pas attendue à ça.

« Je… euh… » Elle ferma les yeux deux secondes, organisa ses pensées avant de reporter son attention sur son frère. « Contente d’apprendre que je ne peux pas faire un pas sans qu’on te le rapporte. » Le ton était un peu ironique mais, elle reprit assez vite un ton neutre histoire d’éviter de s’énerver en moins de cinq minutes. « Mais oui, j’ai revu Adriel. Cela dit c’était professionnel. »

Dans les faits elle ne mentait pas, elle avait bien revu Adriel pour une histoire de caisse d’armes volée – justement par l’Irlandaise et son frangin – mais ce n’était pas si récent que ça et, surtout, elle ne risquait pas d’avoir été vu dans la rue avec lui étant donné qu’ils s’étaient vus dans leurs bureaux respectifs. Sachant très bien qu’elle ne répondait pas à ce qu’il attendait, elle baissa un peu le regard en se sentant coupable et, en y regardant de plus près il y avait une certaine tristesse dans son regard qu’elle tenta de cacher. Elle savait qu’elle ne pouvait pas parler de Randall avec Jay, pas avec le métier que faisait le Veidt. La situation était assez horrible, pour une fois qu’elle aurait bien voulue lui parler de quelque chose, elle n’en avait pas le droit. Elle haussa les épaules pour récupérer une certaine contenance.

« Comme quoi tes infos sont mal interprétées parce que je ne m’entends absolument pas avec lui. » Là non plus ce n’était pas un mensonge du moment qu’elle parlait d’Adriel. « Et tu sais, si ça te dérange tant que ça d’avoir des remarques tous les jours sur moi, dis-le, on essayera de trouver une solution. » ça sonnait comme une discusion qu’ils avaient déjà eue sur un changement de nom – ce dont elle n’avait pas envie – mais, à l’écouter c’était presque dérangeant qu’on vienne lui parler d’elle. La serveuse en profita pour passer et prendre leur commande. Après avoir demandé un café et laisser Jay passé sa commande, Charlie reprit rapidement pour tenter un changement de sujet. «Et toi, tu vas me faire croire qu’il ne sait rien passé depuis la dernière fois que l’on s’est vus ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 11 Déc 2013 - 20:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Les remarques envoyées par Charlie n'était pas sans fondement et c'était justement à cause de son dernier coup d'éclat, basé sur une rumeur infondée, que le texan avait patiemment attendu qu'ils se recroisent en face-à-face. Mais allez expliquer ça à la jeune femme, il était intimement persuadé que sa frangine le prenait pour un bourrin au point de ne pas pouvoir envisager qu'il soit capable de faire preuve de réflexion. Comme à chaque fois qu'il était question de ce que sa sœur pouvait penser de lui, le trentenaire préférait ne pas lui poser la question de peur de se ramasser une nouvelle trop assommante en plein visage.

Jay n'avait pas manqué de remarquer le bref instant de trouble qui passa dans le regard de sa sœur lorsqu'il lui parla du Veidt. C'était donc vrai. Pour le coup, il aurait payé cher pour qu'elle lui fasse la même réplique qu'avec le Neutron-Grey, à savoir que ce n'était que des conneries. Sauf que ce n'était pas le cas. Ses soupçons devenaient de plus en plus des certitudes et le fait qu'elle tourne autour du pot sans répondre franchement ne fit qu'ajouter à cette sensation de contrariété qui naissait dans l'esprit de Jay. Pourquoi est-ce qu'elle devait s'intéresser à un connard pareil ? Avec sa gueule de jeune premier, si ce type n'était pas gay pour s'afficher avec autant de gonzesses et se taper une gueule pareille... lui ne s'appelait plus Jay ! Ses pensées déviaient comme à chaque fois qu'il apprenait que sa frangine n'était plus une gamine et qu'elle avait apparemment une vie sentimentale – et autre. Chose qu'il se refusait à admettre bien évidemment.

Les explications de Charlie laissèrent Jay dans un silence parfait alors qu'elle détournait le regard sans qu'il ne remarque la tristesse qui s'y affichait. La suite.... elle fut prévisible : un retour sur le nom de famille qui le fit légèrement grimacer. Ils allaient toujours s'accrocher sur les mêmes sujets apparemment inépuisables. Heureusement la serveuse arriva à ce moment pour offrir un break en prenant leurs commandes et bien qu'il aurait largement préféré une bonne bière, il imita Charlie en commandant un café – alors même qu'il n'en raffolait pas, bien au contraire. Après le départ de la nana à la jupe en froufrou, Jay voulut repartir sur le sujet de sa frangine, mais cette dernière prit les devants en lui posant une question qui le fit hésiter. Ce fut à lui d'ouvrir la bouche et de la refermer sans savoir quoi dire. Non, il s'était effectivement passé des choses, mais rien qu'il ne pouvait lui dire sans avouer qu'ils étaient membres d'un groupe de criminels. Finalement, il haussa les épaules.

« La dernière fois que la gamine était passée, non. Mais depuis, ouais y'a eu quelques trucs. Enfin comme on se voyait, j'ai pas voulu passer par elle. » C'était à son tour de tourner autour du pot. « Seth s'est fait tirer dessus, mais c'est rien de grave. Juste une égratignure, il est rentré directement à la maison. » Puisqu'ils n'avaient pas été à l'hôpital bien évidemment. « Et c'est pas à cause d'un cambriolage qu'a mal tourné. »

Histoire qu'elle ne puisse pas raconter qu'elle les avait prévenus qu'ils finiraient par avoir des emmerdes. Le pire c'est que c'était le vrai, il s'était fait tirer dessus lors d'une mission du Cartel alors qu'une de leurs coéquipières avait perdu le contrôle de ses nerfs. Quelle conne. Bien décidé à ne pas la laisser le questionner à ce propos, il s'empressa d'embrayer sur un autre sujet qui allait certainement lui couper le sifflet.

« Et déforme pas mes propos. J'ai jamais dit que ça me faisait chier que les gens me parlent de toi. J'ai simplement dit que j'entendais beaucoup de trucs à ton sujet par les autres, c'est pas la même chose. » Le ton était un peu agacé alors qu'il poursuivait. « Et j'ai rien mal interprété, c'est justement à cause de ça que je voulais te voir. Sinon j'aurais débarqué chez toi dès qu'on m'en a parlé. » Une manière de lui montrer qu'il faisait des efforts, mais encore devait-elle le croire. « Je pensais pas que c'était le Adriel.... quand on m'en a parlé, on m'a dit que t'avais l'air vachement.... rayonnante quand tu l'as vu. Apparemment ça te faisait drôlement plaisir de le revoir, alors j'avais pensé que c'était l'autre... ton ex. J'ai oublié son prénom. » Non, il s'en souvenait parfaitement, mais il refusait de le dire. « Je me disais que t'aimais pas l'autre crétin, mais vu la situation, je voyais pas d'autre solution. » Il parlait de la mort de l'ex de Charlie. « Alors est-ce que c'est réellement des conneries ? » Il la fixa avec sérieux. « Sincèrement. Me mens pas Charlie. Je te croirai si tu me dis que c'est pas vrai, mais ça a intérêt à être vrai. »

C'était un geste de sa part : elle devait être franche avec lui parce qu'il la croirait sur parole, une chose qu'il n'était pourtant pas prêt à faire il y a quelques jours. Et qui changerait peut-être s'il avait le sentiment que sa frangine était en train de le prendre pour un con.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 12 Déc 2013 - 1:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Elle s’étonna de l’entendre commander un café mais préféra ne rien dire, ne voulant pas se prendre une réflexion du genre « ben maintenant je raffole du café, tu le saurais si tu n’étais pas partie de la maison ! » Elle avait toujours l’impression que la moindre réplique pouvait servir à lui rappeler son départ. Si elle n’était même pas capable de prévoir la boisson qu’il allait prendre à un café, ça devenait grave quand même. Passant sous silence cette déception qu’elle avait d’elle-même en comprenant qu’elle ne savait plus grand-chose de lui, elle préféra se concentrer sur la réponse qu’il apporta.

Jay pouvait annoncer qu’il avait été chercher du pain à la boulangerie exactement de la même manière qu’il annonça que Seth s’était fait tirer dessus. Comme si c’était quelque chose de parfaitement normal, juste une broutille dans leur quotidien. Les yeux de Charlie s’ouvrirent en grand alors qu’elle resta trois secondes interdite devant cette révélation. Non, bien sûr, l’ainé s’était fait shooter mais, rien de grave ! Il arriva même à devancer sa question en assurant que ça n’avait rien à voir avec cambriolage. Punaise, elle n’aurait jamais misé sur le fait qu’il prendrait un café et, lui, il était capable de savoir ce qu’elle allait poser comme question. C’était frustrant, énervant en plus de laisser sa fierté en prendre un coup.

Ouvrant la bouche, parce qu’il était évident qu’elle n’allait pas rester sans répondre, Jay enchaina beaucoup trop vite pour laisser le temps d’en placer une. En fait, contrairement à elle, il devait très bien la connaitre parce qu’il n’y avait pas beaucoup de sujets pouvant l’empêcher de poser des questions sur ce qui était arrivé à Seth. Jay toucha le point le plus sensible du moment. Il était évident que ce n’était pas avec Adriel qu’on l’avait vu mais bien avec Randall. Son regard se baissa à nouveau, pas envie d’affronter la réalité dans laquelle elle avait été plongé, encore moins envie de le faire devant son frère, persuadée qu’il ne comprendrait pas.

Le doigt de Charlie formait des ronds sur le bord de la table, encaissant les mots de Jay qui, sans tact arrivait à dire qu’il avait oublié le nom de l’ex en question – pourtant celui qui avait réellement compté – rappelant l’impossibilité que ce soit lui qui ait été présent vu qu’il était mort… Bref, un vrai bonheur de l’écouter ! Jay n’était pas cool, parce qu’il avait fallu qu’il choisisse ce sujet en particulier pour demander à Charlie d’être sincère. Elle resta silencieuse parce qu’elle ne savait pas ce qu’elle devait dire. Jay semblait disposé à faire des efforts – la preuve il n’avait pas débarqué comme une tornade en apprenant quelque chose – et elle n’avait pas spécialement envie de gâcher ça en lui mentant. D’un autre côté, elle ne pouvait pas parler de Randall qui devait garder son statut de « mort ». En tout cas, c’était la version qu’elle avait, celle qu’elle avait crue. Elle soupira en relevant la tête.

« Je te l’ai dit Jay, j’ai revu Adriel. » Si elle était contrariée parce qu’elle n’aimait pas la posture dans laquelle elle se trouvait, Charlie décida de laisser entendre qu’elle refusait d’en parler pour d’autres raisons. « Je suis désolée si je reste vague mais, y a des choses dont je ne peux pas parler. Mais je me suis retrouvée sur une affaire qui impliquait plus ou moins son entreprise et on a été amené à se voir plusieurs fois à ce sujet. » A aucun moment elle ne mentait. Elle l’avait bien vu plusieurs fois, puisqu’ils s’étaient croisés deux fois au total. « Et pour information, l’autre c’est Randall. »

Elle savait qu’elle aurait dû se taire mais elle n’avait pas pu s’empêcher de lui donner un prénom plutôt que « l’autre » qu’elle trouvait presque insultant. Le ton avait d’ailleurs été un peu sec. La serveuse à la jupe à froufrou horrible se pointa à nouveau pour poser les deux cafés, laissant Charlie s’interroger sur le reste de son discours. Elle soupira au départ de la serveuse, ne semblant pas très fière d’elle-même alors que son regard restait figé sur son café.

« Je ne sais pas ce qui s’est passé, en fait. Tu vois, je crois que le revoir m’a juste rappelé son frère. » La ressemblance était plus qu’évidente. « Et… » Elle releva les yeux vers son frère l’air désolé. Une expression qui pouvait passer pour du regret face à ce qu’elle avait fait, bien qu’en réalité c’était surtout le fait de laisser entendre qu’elle avait pu succomber aux charmes d’Adriel qui la rendait mal, en plus de mentir. « Ouais, enfin je ne vais pas te faire un dessin. »

Triste sourire sur les lèvres comme si elle n’était pas fière de son action. C’était vrai mais probablement pas pour les raisons qu’imagineraient Jay. Une discussion qui était assez étrange d’avoir avec Jay, en plus d’être particulièrement perturbante pour la Texane. En laissant entendre qu’il s’était passé quelque chose entre Adriel et elle, Charlie espérait que Jay ne chercherait pas à avoir plus d’informations. Ce fut dans cette optique qu’elle enchaina assez vite sur un autre sujet que Jay avait esquivé.

« Cela dit, ça me semble bien moins important que cette histoire avec Seth. » Reprendre une contenance, relever la tête et continuer dans sa foulée. « C’est à cause de quoi alors ? Vous marchiez tranquillement dans la rue et quelqu’un lui a tiré dessus ?! » Il devait y avoir écrit « stupide » ou « complètement blonde » pour qu’il espère qu’elle gobe un truc comme ça. « Puis comment tu es certain que ce n’est pas trop grave, je suppose que vous n’êtes pas passé par l’hôpital ? »

S’inquiéter pour Seth avait le don d’étouffer, un peu, ce que Jay avait laissé remonter en parlant de Randall – ou d’Adriel selon lui. Elle n’avait toujours pas touché son café, braquant son regard sur Jay dans l’attente d’une réponse à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 12 Déc 2013 - 15:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Il aurait été difficile de ne pas remarquer la gêne de Charlie, mais Jay ne l'interpréta pas de la « bonne » manière, il songea plutôt qu'elle était gênée d'avoir été vue par quelqu'un en compagnie de l'autre imbécile. Loin de le calmer, cette pensée ne fit qu'accentuer son agacement : elle ne lui aurait rien dit s'il n'avait pas pointé le sujet du doigt. La suite n'atténua pas l'irritation grandissante du texan lorsqu'il apprit qu'elle « ne pouvait pas en parler ». La bonne blague ! Elle allait encore se cacher derrière ses excuses à deux balles aimablement fournies par son boulot ? Finalement Jay comprenait pour quelle raison est-ce qu'elle avait décidé de devenir avocate : ça lui donnait une excuse pour ne pas parler à sa famille. Tout simplement. Détournant les yeux pour dissimuler son énervement, il se contenta de hausser les épaules lorsqu'elle lui rappela le nom de son ex d'un ton sec. Il s'en contrefoutait, c'était un connard qui n'était pas assez bien pour elle, voilà la seule chose qu'il retenait ! Bien que Jay savait que Charlie avait été sincèrement amoureuse de ce type, il n'avait pas réussi à être totalement navré lorsque ce crétin était mort. Il n'avait jamais vraiment accepté que sa frangine puisse avoir quelqu'un d'autre dans sa vie et en bon égoïste qu'il était, le trentenaire avait vu le bon côté de la disparation de ce type : il ne serait plus dans les pattes – et le lit – de sa sœur !

Après le passage de la serveuse, Charlie fixa son gobelet comme si c'était la chose la plus intéressante qui soit et lorsqu'il entendit ce qu'elle avait à lui dire, Jay comprit mieux pourquoi. Franchement ! Comment est-ce qu'une fille comme Charlie avait pu se laisser avoir par un petit con comme ce Veidt ? Serrant les dents pour éviter de lui balancer ce que cette nouvelle lui inspirait, il préféra détourner les yeux. Discuter des histoires d'amour de sa sœur n'était déjà pas dans ses capacités, alors aborder un sujet aussi tabou que ses relations intimes ne lui effleura même pas l'esprit. Il remballait Earl à chaque fois que cet idiot avait l'idée de se vanter de ses exploits, ce n'était pas pour aborder un pareil sujet avec sa Blondie. Dans le fond, c'était plutôt mesquin de sa part d'en avoir parlé – même si lui avait insisté pour le savoir – parce qu'elle savait bien qu'il n'irait jamais la questionner là-dessus.

Pour une fois, le changement de sujet n'importuna pas Jay qui fut même heureux de ne pas continuer à discuter de ça. Mais maintenant il se retrouvait un peu dans les emmerdes puisqu'il ne pouvait pas lui dire que c'était lié au Cartel. En fin de compte, Jay aurait mieux fait de lui mentir en lui racontant que c'était bien lors d'un cambriolage, même si ça aurait aussi été lui donner raison sur ce qu'elle avait dit l'autre fois. Reportant son regard sur la jeune femme, le trentenaire lui décrocha un regard de défi comme pour la dissuader de le contredire.

« Non, on a pas été à l'hôpital. Tu sais aussi bien que moi qu'ils signalent les blessures par balle et avec ce qui est arrivé à Seth dernièrement, vaut mieux pas s'amuser avec ça. » Il faisait référence au procès qu'il avait manqué de se ramasser sur le dos. « Puis ça coûte cher et t'attrapes plus de conneries qu'autre chose là-bas. » Une excuse peu valable, il le savait. « De toute manière, on gère les blessures. Pas besoin de quelqu'un pour s'occuper de ça, c'était léger et on a déjà vu pire. »

Ce n'était pas forcément plus rassurant, mais il était vrai que depuis leurs sorties au Circus, il n'y avait rien qui puisse être comparé aux blessures récoltées là-bas. Sauf peut-être une balle en plein ventre, mais là c'était la morgue qu'il faudrait chercher et pas l'ambulance. Bien décidé à ne pas laisser Charlie mener la discussion, Jay reprit la parole d'un ton ferme.

« Et qu'est-ce que tu crois au juste, que je te mens ? Si c'était le cas je t'aurais dit que c'était pendant un cambriolage. On avait rien fait cette fois-ci. On était juste sortis sur les docks un soir et y'avait des types pas clairs là-bas. Point barre. » Mais qu'est-ce qu'ils faisaient là-bas, c'était une autre question. « Désolé si je reste vague hein, mais y'a des trucs dont je peux pas parler. » Parfaite reprise de ce que la jeune femme venait de lui dire juste avant. « Vu que tu comptais pas me parler de l'autre crétin, ça nous fait une faute partout. » L'autre crétin étant bien évidemment Adriel. « Au final ton système marche pas des masses, j'en apprends quand même plus à côté que de toi. »

Ton buté je vous prie. Il soupira avant de secouer la tête comme si c'était sans importance. Le café trônait toujours devant lui et en réalité, il ne comptait pas y toucher. Jay commençait à sentir ses bonnes résolutions s'échapper, aussi décida-t-il d'embrayer sur un sujet moins... épineux.

« Et pourquoi t'as ouvert ton cabinet d'ailleurs ? T'as eu des emmerdes avec l'autre avocat ? »

Est-ce que c'était à cause d'eux ? Il ne s'estimait pas assez important pour avoir un impact sur la vie de sa sœur, mais sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 12 Déc 2013 - 17:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Pour une fois, elle se sentit plutôt bien inspirée avec son pseudo-mensonge parce que Jay ne chercha pas à revenir sur le sujet de Veidt. Une bonne chose pour elle qui n’avait pas envie de se replonger dans quoi que ce soit, et encore moins envie de s’enfoncer dans un mensonge pour préserver le secret de ce jumeau supposé mort. Elle eut tout le loisir de se concentrer sur le discours de son frère qui disait avoir évité l’hôpital. Bon, si elle devait être objective, elle comprendrait tout à fait le fait de ne pas avoir emmené Seth dans une institution de ce genre. Mais l’objectivité, quand il s’agissait des Lane, n’avait jamais été son point fort. Tout ce qu’elle voyait c’était les risques pris alors qu’il avait été blessé. Charlie avait beau être en mauvais terme avec Seth, ne pas vouloir le croiser et avoir peur de lui, il restait son frère et elle n’avait aucune envie qu’on lui apprenne qu’il avait été enterré à cause d’une blessure non-soignée.

Puis, bien sûr, lui dire qu’ils avaient déjà vu pire était exactement la phrase à dire à Charlie. Sérieusement il espérait vraiment qu’elle allait cesser de s’inquiéter après ce genre de révélation ? C’était tout le contraire. Ses frères passaient leur temps à faire quoi ? Qu’est-ce qu’ils faisaient pour prendre des risques pareils ? Puis pourquoi ils faisaient ça ? Jay avait le don de susciter plus de questions que de réponses quand il donnait des nouvelles. Et il avait également le don de l’énerver prodigieusement, surtout quand il reprenait les phrases qu’elle avait pu dire. Elle soupira, ça n’avait rien de comparable. Sans déconner, il faisait exprès de ne pas comprendre qu’elle n’était pas en droit de parler de certaines affaires ?

« Tu sais que tu m’énerves quand tu reprends des phrases de ce genre ? » le ton était pourtant calme, mais ça n’empêchait pas la véracité de ses propos. « Tu me parles de ce que tu fais exactement ? Non, ben voilà c’est pareil pour moi. Maintenant si tu veux que je te donne tous les détails de ce qui s’est passé avec Veidt, dis-le, je te ferais une description positions par positions, si ça peut t’aide ! »

Ce qu’elle ne ferait pas parce que c’était bien trop gênant mais elle misait sur le fait que Jay ne voudrait pas non plus tous les détails. Il y avait comme un barrage quand il s’agissait des relations de Charlie alors la réplique avait été facile, estimant ne pas prendre trop de risque. Mais il l’avait un peu énervé à reprendre ce qu’elle avait dit pour excuse. C’était les siennes, à elle, il n’avait aucun droit dessus ! Elle se sentirait bien stupide s’il répondait qu’il voulait savoir. Sa phrase avait aussi pour but de lui faire comprendre pourquoi elle n’aurait pas parler de l’autre « crétin », pour reprendre les termes de Jay et qui agaçait prodigieusement la Texane.

« Et pour info, tu sais quand on s’est revu près de ton boulot, tu m’as dit de ne pas trainer dans le coin parce que ça craignait. Alors qu’est-ce que vous foutiez sur les docks le soir ? » Son « point barre » il pouvait se le ravaler parce qu’elle était loin d’être satisfaite des explications qu’il avait pu lui donner ! Au contraire, elle était bien décidée à savoir ce que pouvaient faire ses frères pour se retrouver dans des situations pareilles. « Mon système pourrait très bien fonctionner si tu ne faisais pas ta tête de mule. Le but était de dire s’il se passait quelque chose d’important, je ne vois pas en quoi ma vie sentimentale peut l’être alors que toi tu gardes le fait que Seth s’est tiré dessus. » Là c’était elle qui jouait la fille butée parce que Jay lui avait bien dit qu’il n’en avait pas parlé en sachant qu’ils allaient se voir et que, effectivement, il ne lui avait pas caché l’information puisqu’il était en train de lui dire. La logique Lane… Toute une histoire ! Haussant les épaules elle décida de poursuivre. « Puis si t’en apprends plus sur moi à côté, c’est juste parce que tu veux bien croire ce que tu peux entendre et, par expérience, ça n’a pas toujours été une grande réussite. »

Hein, monsieur je crois que ma sœur couche avec un gamin télépathe et homo ?! C’était un peu facile de lui rappeler – pour la seconde fois – ce fait mais c’était surtout le seul argument qu’elle avait à mettre en avant. Si le ton avait alterné entre un côté blasé et ironique, à aucun moment elle n’avait élevé la voix. En plus de ne pas vouloir faire un scandale dans un lieu public, elle n’avait, surtout, pas spécialement envie de lui crier dessus. Ils avaient juste beaucoup de mal à se parler, ne savaient pas comment ils devaient s’y prendre et leur mode de communication était à revoir. Mais, à côté de ça, c’était son frère et elle n’avait aucune envie de se brouiller avec lui. Sûrement pour ça qu’elle ne vit pas d’inconvénient à lui répondre quand il l’avait interrogé sur les raisons de l’ouverture de son cabinet. Elle afficha, d’abord, un air un peu surpris ne comprenant pas trop en quoi ce changement aurait pu être le fruit d’une brouille avec un collègue, avant de songer à l’autre abruti qui avait eu, un temps, le dossier de Seth entre les mains.

« Non, rien à voir avec l’autre abruti. Le jour où un débile me fera changer de boulot… » Ben ouais, peut-être qu’elle restait quand même une Lane et qu’elle n’était pas du genre à se laisser emmerder par quelqu’un et à vouloir l’éviter en changeant de boulot. « L’orientation que voulait prendre le cabinet pour lequel je bossais ne me convenait pas tellement et, du coup, j’ai trouvé que c’était le bon moment pour ouvrir le mien. » Elle haussa les épaules. « Au moins, je dépends de personne, je prends les affaires que je veux et c’est bien mieux comme ça. »

Et si ces frangins avaient des soucis, elle aurait bien plus de marge de manœuvre pour agir. De toute façon, dans toutes ses décisions – ou presque – la première motivation avait toujours été les trois autres – oui, il y en avait un qui n’entrait jamais en ligne de compte avec elle. Sauf que, bien évidemment, ce n’était pas l’argument qu’elle allait avancer devant Jay !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 12 Déc 2013 - 20:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Oh, il savait bien qu'il l'énervait en reprenant ce qu'elle disait et c'était justement pour cette raison qu'il le faisait. Charlie avait le don de l'agacer avec ce qu'elle racontait comme excuses et Jay trouvait bien plus simple de lui renvoyer en plein visage plutôt que de taper du pied pour manifester son agacement. Apparemment c'était plutôt probant comme technique. S'il avait été du genre à sourire, le texan ne s'en serait certainement pas privé, mais il garda une expression parfaitement neutre. Pourtant, la suite le fit rarement changer d'expression, s'entendre proposer d'entendre les détails de sa partie de jambes-en-l'air avec l'autre abruti était aussi impensable pour lui que de voir Earl se faire prêtre. Il recula dans son siège comme si elle venait de le gifler, lui offrant même un regard noir.

« Arrête tes conneries. » Le ton était clairement agacé. « Au pire j'lirai les journaux et j'aurai les détails ! »

Un reproche à peine voilà lié au fait que ce type étalait sa vie privée dans les magazines à scandales. Nul doute que Jay allait entendre parler de cette petite soirée avec sa frangine, mais il se jura que le premier qui l'ouvrirait à ce propos au boulot, mangerait de la soupe pendant les semaines à venir. S'il y avait bien un sujet qu'il n'avait absolument aucune envie d'explorer, c'était celui-ci. Même avec ces aveux, pour Jay, Charlie était aussi chaste et pure que l'agneau qui vient de naître et aucun type n'avait posé ses sales pattes sur elle ! L'aveuglement avait du bon certaines fois.

La jeune femme profita des aveux de Jay concernant leur tour sur les docks pour le relancer sur ce sujet. Mais quelle connerie est-ce qu'il avait fait en lui disant ça ! Appuyant son coude sur la table, le texan plaça sa main sous son menton en jetant un coup d’œil par la fenêtre comme si c'était soudain plus intéressant de voir ce qui se passait dehors que d'écouter ce que lui disait sa sœur. Comment lui fournir une excuse qui puisse la dissuader de poser d'autres questions alors qu'il ne savait absolument pas ce qui pourrait l'effrayer ? L'avantage pour Charlie, c'était qu'elle avait cerné le sujet que Jay chercherait toujours à éviter la concernant, tandis que lui était encore cantonné aux esquives des questions gênantes. Soupirant d'un air lassé, le texan reporta son regard sur l'avocate qui lui rappelait – une fois de plus – que sa vie sentimentale ne regardait qu'elle. Peut-être pas. Vu les crétins qu'elle avait fréquentés, Jay était en droit de se poser des questions sur ses goûts en matière d'hommes ! La dernière réplique ne manqua pas de lui rappeler qu'il avait fait une boulette par le passé et qu'il allait encore souvent en entendre parler. Gardant les lèvres scellées pour ne pas s'énerver, Jay laissa à sa sœur le temps de s'expliquer sur les raisons qui l'avaient poussée à changer de cadre de travail. Mouais, ce n'était pas pour le rassurer, soyons honnêtes. Ne plus avoir de comptes à rendre signifiait aussi qu'elle risquait de mettre encore plus son nez dans leurs affaires. Il secoua la tête sans se priver de lui faire part de ses pensées.

« Ouais, enfin ça a surtout l'air d'être un bon moyen pour te foutre encore plus dans la merde. T'as personne pour vérifier que tu fais pas des conneries, moi je vois surtout que tu vas prendre des affaires encore plus risquées. » Jamais content, mais c'était trop important pour plaisanter là-dessus. « Et c'était quoi l'orientation de l'autre cabinet ? Des affaires où t'es pas en contact avec des tueurs et des kidnappeurs ? »

Il la dévisagea d'un air sérieux, bien que son ton était critique, il s'inquiétait réellement de la voir s'aventurer dans certaines directions. La dernière fois qu'il avait croisé Andrea, l'amie de Charlie, Jay avait appris que le Cartel était dans la ligne de mire de plusieurs agences et notamment de la police. Rien ne prouvait que sa frangine n'allait pas un jour voir un type de leur groupe venir frapper à sa porte. Il lâcha un soupir qui montrait bien ce qu'il pensait de tout ça, puis enchaîna d'un ton plus réticent.

« Je crois plus ce que j'entends je te l'ai dit. Si c'était le cas on serait pas là à discuter, on l'aurait eue dès le jour où on m'en a parlé. » L'agacement pointait à nouveau le bout de son nez, elle faisait exprès de ne pas l'écouter ! « Et tu voulais quoi ? Que je dise à la gamine de te raconter que Seth s'était fait tirer dessus sans rien dire de plus ? Là c'est toi qu'aurait débarqué à la maison. La prochaine fois je dis rien du tout. J'te signale que Seth tu le vois pas alors j'aurais parfaitement pu garder ça pour moi, t'aurais rien su. » Ce n'était pas un reproche pour le coup, juste une précision. « Et je te rappelle que je bosse sur les docks, je connais un peu mieux les lieux que toi. On se promenait simplement. » Pas sûr que ce soit très réaliste. « Non en fait, on cherchait des filles et tu vois, ce type de nanas tu les croises que sur les docks malheureusement. »

Inutile de préciser de quel type de femmes il parlait, celles qui aimaient les billets verts et qu'Earl affectionnait tout particulièrement. Bien sûr, c'était très loin d'être la vérité, mais Jay espérait simplement que Charlie ne chercherait pas à savoir s'il avait ses habitudes chez les prostituées du coin. Bien décidé à ne pas revenir sur le sujet, il embraya une fois de plus sur autre chose.

« La gamine m'a dit que tu avais été blessée à cause de dossier. C'était quoi ? C'était quel genre de blessures ? T'as rien dit à ce sujet, t'aurais pu crever à l'hôpital que je l'aurais pas su. »

Le ton était lourd de reproches, pourtant si elle avait « crevé » à l'hôpital, elle n'aurait pas été en mesure d'en informer Aishlinn. La logique échappait parfois à Jay, enfin surtout celle de sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 13 Déc 2013 - 0:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Quelqu’un d’autre qui aurait provoqué le recul de son frère qu’elle aurait fusillé cette personne du regard. On n’indisposait pas son frère de cette manière. Sauf que c’était elle qui était à l’origine de ce mouvement – ça va, il s’était juste reculé sur son siège, il n’était pas non plus parti en courant – du coup, elle en tira une certaine fierté. Au moins, pour une fois, elle arrivait à avoir un peu de « dessus », trouvant le sujet dont il n’avait pas envie d’entendre parler. Elle en tira un sourire qui s’effaça quand il reprit en disant qu’il pouvait tout aussi bien avoir les renseignements voulus dans les journaux. Elle soupira, juste pour la forme parce que, dans le fond, elle trouvait que la réflexion était plutôt bien jouée.

« Si les magazines pour plus de 18 ans sont considérés comme des journaux pour toi, je comprends mieux comment tu as des informations sur moi ! »

Ce n’était pas dans les journaux sérieux qu’il avait pu voir qu’elle sortait avec Chase et, toujours pas dans ce genre de journaux qu’il pourrait avoir les détails de ses amants. La phrase avait été balancée – contrairement aux autres – sur le ton de l’humour, ne sonnant absolument pas comme une critique. D’ailleurs un léger sourire était resté affiché sur son visage, voyant plus ce genre de réflexion comme une taquinerie pour avoir le dernier mot, qu’un réel reproche. Que Jay lui ait lancé un regard noir avant qu’elle ne réponde ne changea rien, trop contente d’avoir enfin pu le faire réagir. De toute façon, elle ne s’inquiétait pas vraiment, il n’y avait aucune raison que ce genre d’information apparaisse dans les journaux.

Charlie se retrouva prise d’une nouvelle inspiration, avec l’impression de maîtriser un peu leur échange. Du moins elle pensait réussir à aller là où elle voulait, sans avoir à se mettre sur la défensive toutes les trente secondes. Une première ! Une sensation de mini-victoire qui ne dura pas bien longtemps puisque Jay s’obstinait à voir le côté négatif de son boulot. Le sourire qu’elle avait pu avoir s’effaça alors qu’elle leva les yeux au plafond. A l’écouter, on pourrait presque croire qu’elle risquait sa vie à chaque affaire qu’elle prenait en charge. C’était loin d’être le cas. Peut-être une ou deux affaires, pas plus… Elle n’avait rien d’objectif à ce niveau-là.

« Fais gaffe, on pourrait presque croire que tu es inquiet. » Provocation un peu gratuite mais, en même temps il attaquait sur ses choix de carrière. En tout cas, c’était comme ça qu’elle le prenait. « Je ne passe pas ma vie à prendre des risques, je ne choisis même pas les dossiers de cette manière. » ça lui tombait dessus parce qu’une affaire était plus compliquée que ce qu’il paraissait. Sauf pour celle du juge, là, elle avait su les risques dès le début mais, elle n’allait pas lui dire. « Tu préfères quoi, que j’ai le choix de ce que je fais ou que je bosse pour un type qui voulait se servir de mon image pour attirer une clientèle riche, se pensant au-dessus des lois, et que je les défende pour augmenter le chiffre d’affaires du cabinet ? »

Étrangement c’était une vraie question, sans ironie et sans provocation. Elle n’avait pas envie d’être le pantin de quelqu’un, elle voulait avoir le choix et surtout ne pas se retrouver à défendre des personnes qu’elle avait toujours eues en horreur. Elle prit tout de même un peu de temps pour répliquer sur ce qu’il avait dit concernant Seth. Dans les faits, elle savait bien qu’il avait raison, que s’il n’avait rien dit, elle n’aurait jamais été au courant mais ça ne constituait pas une raison suffisante à ses yeux. Et fallait voir la tête qu’elle avait faite quand il avait parlé d’aller se payer des filles sur les docks. C’était à mi-chemin entre l’air choqué et le scepticisme pur. Déjà elle ne comprenait pas pourquoi Jay aurait besoin de payer qui que ce soit, il était parfait. Deux, elle ne lui connaissait pas de relation et le voyait assez mal aller payer quelqu’un. Trois…

« Et je suis supposée gober cette histoire ? » ça aurait pu être possible mais comme elle n’avait absolument aucune envie d’y croire elle trouva sa question plus que légitime. « Puis je ne vois pas en quoi ne pas voir Seth ne me donne pas le droit d’avoir des nouvelles, c’est quoi ce concept à la noix ? » ce n’était pas tout à fait ce qu’il avait dit mais comme la compréhension entre les deux n’était pas au top, personne ne lui en voudrait de remanier un peu ce qu’il avait dit. « Puis, je suis bien obligée de m’interroger et de m’inquiéter vu que tu sembles bien pressé de changer de sujet à chaque fois ! »

Oui parce qu’elle l’avait bien entendue lui parler de ces blessures en exagérant largement les choses mais, elle avait préféré faire celle qui ne l’avait pas entendu sur le moment afin de rester calée sur l’histoire de Seth. Sauf que, maintenant qu’elle avait posé ses questions elle ne se voyait pas ne rien lui répondre. Un peu à retardement, elle leva les yeux au ciel en soupirant. Ce qui la gênait le plus dans cette histoire c’était qu’Aishlinn avait dû en dire un peu plus que prévu étant donné que Charlie n’en avait pas parlé.

« Et ça va, ce n’était rien de grave. Juste des petites coupures. Je suis tombée sur une table basse en verre qui s’est brisée. » On l’avait un peu aidé à tomber dessus mais, est-ce qu’il avait réellement besoin de le savoir ? « Je ne vais pas te prévenir si je me fous une écharde dans le doigt, je ne comprends même pas pourquoi elle t’en a parlé. »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 13 Déc 2013 - 15:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Lorsque Charlie lui fit une remarque sur le fait qu'il pouvait avoir l'air inquiet, Jay se contenta de hausser les épaules comme si c'était sans intérêt. Il était vrai qu'il s'était juré de toujours laisser croire qu'il n'avait plus de sentiments pour elle, si ce n'était de l'hostilité, mais les choses lui échappaient un peu à force. Il commençait à oublier ce qu'il était censé faire et ce rappel à l'ordre involontairement fut donc le bienvenu. La question qu'elle lui posa alors était un peu sournoise parce qu'il se voyait très mal lui dire de défendre des riches crétins qui se pensaient au-dessus de lois. Cela dit, Jay n'imaginait pas davantage lui conseiller de s'occuper de dossiers potentiellement dangereux, ce serait comme de la pousser lui-même dans un cercueil. Après un soupir agacé, comme si cette question l'énervait, il répliqua finalement.

« Que tu évites de prendre des dossiers où tu vas te faire tirer dessus. » Ca ne répondait pas vraiment à la question cela dit. « P't'être que défendre les riches de temps en temps ça te fera pas de mal, au moins t'auras du fric qui rentrera et tu pourras te prendre des congés. » Le ton était un peu moqueur, histoire de lui rappeler qu'elle ne connaissait pas le sens du mot « vacances ». « Le problème Charlie, c'est que t'es incapable de prendre des affaires où tu risques rien. Je suis désolé, mais entre toi et moi, c'est toi qu'as le plus souvent été à l'hosto alors tu m'excuseras de douter de tes capacités à choisir des affaires sans danger. »

Bien entendu, la seule raison qui avait mené Charlie à l'hôpital c'était lié à Jay, mais ce dernier espérait qu'elle n'oserait pas lui balancer ça en plein visage sachant qu'elle l'accuserait de ses problèmes. Ce serait comme de chercher à le faire culpabiliser et le texan comptait sur le fait que sa frangine était plus délicate que lui pour éviter un retour de bâton à ce propos.

Enfin vu la manière dont sa tentative d'esquive avec les filles des docks se passait, il semblait qu'il soit moins doué que Charlie pour la dissuader d'aborder un sujet. Elle eut l'air plus sceptique que dégoûtée par ce qu'il avait laissé entendre, peut-être parce qu'elle le connaissait assez pour savoir qu'il n'irait jamais aborder une nana comme ça. Ou une nana tout court en fait. Il afficha une légère moue alors qu'elle lui demandait s'il espérait lui faire croire ça. La réponse était « oui », mais apparemment c'était plutôt râpé. Quoique... il pouvait toujours continuer dans cette voie en lui soulignant qu'elle avait malheureusement raté pas mal de choses depuis son départ de la maison. Il resta toutefois sans voix devant la manière dont Charlie interpréta ce qu'il avait dit juste avant. Ce que c'était chiant de l'entendre déformer ses propos ! Le pire c'était certainement qu'il faisait la même chose, mais venant de lui c'était forcément différent. Il la laissa balancer ses excuses – ou ce qu'il estimait comme tel – avant de répondre d'un ton plus agacé que précédemment.

« Déconne pas, c'est pas une écharde. Si elle m'en a parlé c'est parce que je l'ai emmerdée pour qu'elle me dise si t'avais l'air dans un sale état. Elle voulait pas, mais si tu crois que je vais faire dans la dentelle parce que c'est une gamine, tu te plantes. » Il mentait pour le coup, mais préserver la confiance que Charlie avait en Aishlinn était essentiel pour lui. « Et t'es tombée comme ça, en te prenant le pied dans le tapis j'imagine ? Tu me prends vraiment pour un con sérieusement. En général les femmes battues elles disent toujours qu'elles sont tombées dans les escaliers, tu pourrais trouver mieux, je suis déçu. »

Oui, il venait clairement de la comparer à une femme battue, mais même si c'était exagéré, Jay s'en foutait. Il soupira, détournant son attention de Charlie pour regarder par la fenêtre, toujours sans toucher à son café bien évidemment. Il n'avait pas franchement envie de poursuivre sur le sujet de Seth, à trop parler du loup vous finissiez par l'attirer, mais il se voyait mal passer à côté sans qu'elle ne s'imagine qu'il avait quelque chose à cacher. De mauvaise grâce, le texan reporta son attention sur elle pour reprendre.

« C'est pas une histoire d'ailleurs. Earl a presque une carte de fidélité chez chaque fille, tu peux toujours aller vérifier si tu veux. » Provocation pure et simple vu qu'il lui avait dit de ne pas y mettre les pieds. « Puis déforme pas ce que je dis bordel, ça m'énerve. J'ai pas dit que t'avais pas le droit d'avoir des nouvelles, j'ai dit que si je voulais éviter de t'en donner, je pourrais et tu le saurais pas. Comme tu le fais en gros. » Et voilà, c'était lancé. Histoire de ne pas la laisser répliquer, il enchaîna. « Je suis pas pressé de changer de sujet. Y'a juste rien à dire. Tu veux savoir quoi ? Ce que c'était comme calibre ? Ce que Seth a dit en se faisant tirer dessus ? Désolé si c'est pas assez pour toi, je peux toujours aller me faire tirer dessus pour avoir quelque chose à te dire si jamais. » Le ton était moqueur. « J'pensais que tu serais plutôt contente de rien entendre de mal nous concernant. » Ça, c'était un reproche à peine voilé. « Si tu veux tout savoir, Earl a presque gaffé l'autre fois, c'était une connerie de se parler alors qu'il était là. Il va forcément lâcher une boulette à un moment ou à un autre. »

Il faisait référence à la soirée où ils s'étaient croisés dans le bar et où Jay avait arrangé le portrait d'un type qui avait fait la connerie d'essayer de draguer Charlie.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 13 Déc 2013 - 17:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Si Jay avait pris la réflexion de Charlie comme une piqure de rappel, de son côté, l’avocate avait un peu mis de côté ses « bonnes » résolutions. Elle restait consciente de la nature secrète de leurs entrevues mais, à force de le revoir, elle en oubliait qu’elle devait le garder à distance. Ce n’était pas bien, ça risquait de leur retomber dessus à un moment où à un autre et elle le regretterait probablement à ce moment-là. Mais là, elle essayait seulement de retrouver un semblant de normalité dans leur échange. Ce n’était pas tout à fait ça, plein de non-dit et d’incompréhension ponctuaient leurs échanges mais, dans le fond, elle trouvait que ça s’améliorait quand même un peu. Ou peut-être qu’elle avait juste envie de le croire.

Là, par exemple, à l’écouter, il avait réellement l’air de s’inquiéter pour elle. Réaction qu’elle n’aurait pas comprise lors de leurs premières rencontres mais qui commençait, doucement, à trouver un semblant de logique aujourd’hui. Il était bien venu à l’hôpital, c’était qu’il devait se soucier un peu d’elle quand même. Bon ça l’énervait dans sa façon de dire les choses parce qu’il exagérait, elle ne prenait pas que ce genre de dossier. Et il poussa le bouchon un peu trop loin en expliquant qu’elle se rendait plus souvent à l’hosto que lui. C’était injuste parce que la seule fois où elle y avait été – ces derniers temps – ça n’avait rien à voir avec un dossier pour son boulot, c’était la « faute » de Jay. Chose que, même énervée, elle aurait été incapable de lui rappeler.

« Ce n’est pas très compliqué d’y aller plus souvent que toi, étant donné que quand vous avez un problème de blessure vous n’allez pas à l’hôpital ! » Rappel de ce qu’il venait de lui dire pour Seth. « Oh mais si j’avais su qu’on comptait nos passages à l’hôpital, je n’y serais pas allée. Je devrais faire comme toi, oui, la prochaine fois, si je fais tirer dessus je retournerais chez moi en essayant de me soigner toute seule. » Logiquement il n’avait rien à redire à cette méthode puisque c’était ce qu’il faisait. « Et puis tu abuses un peu Jay, je ne prends pas de dossiers à risque, on n’essaye pas de me tirer dessus à chaque fois. Tient, la dernière en date c’était une histoire de racisme alors, tu vois ! » S’il ne retenait que les affaires à problèmes aussi, forcément il devait penser qu’elle ne faisait que ça. Mais, en réalité, la plupart du temps elle ne risquait rien du tout. « Et je te remercie de t’inquiéter de ma situation financière mais tout va bien pour moi ! »

Contrairement à eux ! Le ton ironique laissait parfaitement entendre ces derniers mots qu’elle ne prononça pas. Puis, il était énervant parce qu’il la critiquait sur des choses qu’il faisait lui-même. Elle ne devait pas minimiser les choses en parlant d’échardes mais lui, de son côté, il grossissait le trait en parlant de femme battue. Elle soupira en levant les yeux au plafond. Comment ils pouvaient s’en sortir si c’était tout le temps dans la surenchère ? Les cafés semblaient avoir été commandés pour rien mais, ça elle s’en foutait complètement.

« Tu devrais peut-être faire un peu dans la dentelle, parce que sinon elle risque surtout de plus vouloir passer de messages. Le but ce n’est pas de la forcer à dire des choses. Si je n’en ai pas parlé c’était parce que ça n’avait rien de grave. » Heureusement que l’Irlandaise semblait avoir un peu de caractère parce que Jay ne devait pas lui faciliter la tâche. Sa compassion pour l’adolescente aurait probablement pris un coup si Charlie était au courant d’un accord entre les deux. « De toute façon, quand je l’ai vu c’était déjà arrivé et fini, il n’y avait pas lieu de t’inquiéter avec ça. Pour info, au passage, pour être une femme battue, il faudrait déjà avoir quelqu’un dans sa vie ! »

Ce qui ne risquait pas d’arriver avec ce qui venait de se passer dans sa vie sentimentale. Il était à noter qu’elle n’avait pas répondu à la manière dont c’était arrivé. Effectivement, elle ne s’était pas pris les pieds dans le tapis mais, elle ne voulait pas l’inquiéter pour une histoire qui était bouclée. Quand il reprit sur leur virée sur les docks, parler d’Earl rendait déjà les choses bien plus probables. Bon elle ne comprenait pas pourquoi les autres l’accompagnaient, ce n’était pas comme si Earl avait besoin qu’on lui tienne la main pour aller voir une prostituée. Elle croisa les bras en s’enfonçant sur sa chaise, agrémentant son geste d’un hochement de tête l’air.

« Si vous avez besoin de l’accompagner, c’est qu’il doit y avoir des choses intéressantes à voir alors, oui, peut-être bien que je devrais aller voir par moi-même aussi. » Ce qui l’énerva prodigieusement ce fut surtout la manière dont il annonça qu’il pouvait aussi aller se faire tirer dessus pour avoir quelque chose à lui dire. « Mais tu le fais exprès ? » Ou il était réellement stupide pour lui sortir des choses comme ça. « Puis je m’en fous d’entendre des choses de mal sur vous, tout ce que je demande c’est qu’ils ne vous arrivent rien, c’est si difficile que ça à comprendre ?! » Ouais, elle avait réellement oublié de le garder à distance et de faire la fille qui s’en foutait complètement de leur vie. Et vu que ça l’énervait, ben elle trouva normal de mettre la gaffe d’Earl sur le dos de Jay. « Pour rappel c’est toi qui es venu me parler ce soir-là, fallait réfléchir à tout ça avant de le faire, ou avant de réduire la mâchoire de l’autre con en bouillie. »

L’emploi du mot « con », qui était rare dans ses discours, prouvait qu’elle donnait raison à Jay de lui avoir éclaté la tronche mais, d’une elle ne l’avouerait pas et, de deux, le but était de l’énerver parce qu’il l’avait fait avec elle.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 14 Déc 2013 - 15:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Charlie trichait en utilisant ce qu'il venait de dire contre lui. C'était peut-être le truc typique des avocats ? Certainement, rien que pour ça, il détestait encore plus ce boulot qui passionnait pourtant tellement sa frangine. La regardant d'un air agacé qui exprimait clairement qu'il n'appréciait pas ce rappel, Jay soupira comme elle persistait en avançant le fait qu'elle pourrait faire comme eux à l'avenir. Pour lui, c'était surtout la preuve qu'elle comptait bel et bien se mettre à nouveau dans des emmerdes puisqu'elle parlait de « la prochaine fois ». L'incompréhension était au rendez-vous, mais en fin de compte c'était surtout leurs têtes de mules qui refusaient d'accepter ce que l'autre disait. Ce fut d'ailleurs le cas lorsque la jeune femme laissa entendre qu'elle ne prenait pas que des dossiers à risque et parlant d'une histoire de racisme. Il secoua la tête, se demandant si elle pensait réellement qu'il allait croire ce qu'elle était en train d'essayer de lui faire gober. Le racisme c'était partout, même chez les Lane – les frères du moins. Quant à la dernière remarque, Jay comprit parfaitement qu'elle était en train de sous-entendre qu'eux avaient des problèmes d'argent, ce qui n'était pas forcément faux vu les dettes que les trois autres avaient auprès des fournisseurs de drogue, mais il ne l'avouerait pas.

« J'vais pas à l'hôpital parce que j'en ai pas besoin. Je t'ai parlé de Seth, pas de moi. Puis franchement, s'il avait eu les tripes à l'air on y serait allés, on est pas cons, y'a des limites quand même. » Bon, certes, elle n'avait pas non plus eut les tripes à l'air, mais c'était une manière de parler. « Toi t'aurais pas été en état de te soigner. » Le ton était moqueur. « Puis c'est pas Seth qui s'est soigné. Faudrait que tu sois pas toute seule si tu voulais avoir l'air crédible. » C'était un coup bas, mais il s'en foutait sur le coup. « Et me fais pas rire, tu viens de me parler de la prochaine fois que tu te feras tirer dessus et juste après tu me dis que tu ne prends pas de risques ? Tu te contredis un peu là. »

Bon, il déformait ce qu'elle disait, mais dans le fond, c'était presque ça. De toute manière, ce n'était pas comme si Charlie était capable de mener une vie normale, elle avait l'air d'être abonnée aux emmerdes et sa nouvelle célébrité n'y arrangerait certainement rien ! Quant à Aishlinn, au moins Blondie avait-elle gobé l'excuse balancée par Jay. Cela ne fit que conforter ce dernier dans l'idée que sa frangine le prenait pour un gros bourrin sans cervelle à croire qu'il était incapable de parler avec une gamine plutôt que de la brusquer. Pour le coup, il oscillait encore le plaisir de savoir qu'elle n'avait pas découvert le pot-aux-roses et la contrariété de constater qu'elle avait une sale opinion de lui. Soupirant pour toute réponse, le texan se contenta de la dévisager lorsqu'elle parla du fait de n'avoir personne dans sa vie.

« Ouais, enfin j'parle pas forcément d'une épouse ou d'une copine battue. Puis avec toi, j'en sais rien. J'te rappelle que tu m'as clairement fait comprendre que ta vie sentimentale me regardait pas. » Le ton était irrité, mais franc. « Et je sais quand même être un minimum civilisé. Je vais pas la pousser à bout, je sais bien que sinon je peux me brosser pour apprendre quoi que ce soit de ta part. »

Les reproches en série, mais c'était plus fort que lui. Et histoire d'en rajouter une couche, Charlie ne trouva rien de mieux que de laisser entendre qu'elle allait pouvoir faire un tour sur les docks histoire de voir ce qu'il y avait de si intéressant. Elle le faisait exprès ? Cette pensée fit écho aux paroles de sa sœur alors qu'elle s'énervait en laissant entendre qu'elle se moquait d'entendre de mauvaises choses à leur propos, ce dont il doutait vraiment soit dit en passant ! Ce fut au tour du texan de secouer la tête alors qu'elle lui renvoyait la faute au sujet d'Earl, il nota d'ailleurs qu'elle lui reprochait encore d'avoir remis ce crétin à sa place – et ne releva pas la subtilité du qualificatif employé.

« Ouais, bah en attendant si t'avais pas la dégaine de la gonzesse sans défense j'aurais pas eu besoin d'intervenir. » Parce que c'était forcément sa faute. « Et si tu t'en fous réellement, pourquoi est-ce que t'insistes à chaque fois pour que je te dise qu'on a fait des conneries ? Sérieux Charlie, j'ai l'impression que tu t'attends à chaque fois que je te dise qu'on a dévalisé une banque ou tué quelqu'un. » Il serra brièvement les dents parce que visiblement, elle avait une piètre opinion de ses frères. « Et fais pas la conne. Je t'ai dit que les docks c'était pas pour toi. Les gonzesses qui traînent là-bas c'est celles que les mecs payent alors si tu débarques un soir t'es sûre de passer pour une d'elle. Y'a une différence entre le fait que des mecs y soient ou des nanas, tu m'excuseras. » Il soupira. « Si on l'accompagne c'est pour éviter qu'il s'attire des emmerdes, tu sais très bien comment il est. »

Du genre à se faire tirer tout son fric parce qu'il aura trop bu ou trop consommé autre chose. Puis de toute manière, la raison de leur présence sur les docks ce n'était pas les filles, mais bien les arènes du Circus et rien d'autre – du moins pour Jay, pour les autres c'était différent.

« En attendant je parlais sérieusement. Si Earl lâche le morceau, tu rigoleras moins parce que c'est Seth qui tu risqueras de voir débarquer chez toi. »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 16 Déc 2013 - 19:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Seth ou lui c’était la même chose – enfin, pas du tout mais… Bonjour la mauvaise foi – ça restait ses frangins et elle n’avait aucune envie que quelque chose puisse leur arriver. En réalité, ce qui l’ennuyait c’était que ce qui pouvait arriver à Seth, pouvait également arriver à Jay. Il commençait sérieusement à la gonfler, cet aîné, à foutre toute la fratrie dans des emmerdes pas possibles. Et puis, c’était tellement plus facile d’en vouloir à Seth et de lui mettre toutes les fautes sur le dos, plutôt que d’en avoir après Jay. Enfin, le cadet l’énervait aussi un peu à jouer de mauvaise foi et laisser comprendre qu’elle ne serait pas capable de se débrouiller seule si elle était blessée. Elle plissa légèrement les yeux en croissant les bras, l’air vexé, encore plus quand Jay lui rappela qu’elle était seule. Merci, c’est bon, ça elle le savait très bien, pas besoin de lui rappeler ! Puis voilà que Monsieur décidait de mettre en avant les contradictions qu’elle pouvait dire. Soupir.

« Je ne compte pas me faire tirer dessus, j’ai seulement dit ça pour… » Pour lui faire comprendre qu’elle ne pouvait pas aimer ce genre de nouvelle. Elle s’était dit, un peu naïvement, qu’en se prenant pour exemple, il comprendrait pourquoi ça n’avait rien de réjouissant. Mais apparemment, il s’en foutait complètement et, du coup, elle n’avait pas envie de lui dire qu’elle pouvait être inquiète pour lui ou même pour Seth. « …En fait, laisse tomber. Et pour information, ce n’est pas parce que je vis seule que je ne peux pas avoir de l’aide rapidement ! »

La dernière phrase avait été balancée de manière un peu boudeuse, comme une gamine de cinq ans. Elle aurait bien ajouté qu’en cas de problème, avait un étage à monter pour trouver de l’aide mais, parler de Chase n’était peut-être pas la meilleure idée qu’elle avait pu avoir. Le mieux était encore de s’abstenir. Passer sa vie à se justifier c’était fatigant et puis, vu qu’il semblait mettre un point d’honneur à ne pas comprendre ce qu’elle voulait dire, elle n’avait pas envie de lui faire comprendre à quel point elle pouvait s’inquiéter quand il s’agissait de ses frères.

Elle hocha la tête, comme pour laisser entendre que c’était une évidence : sa vie sentimentale ne le regardait pas. En réalité, elle aurait bien voulu lui en parler, surtout avec les récents évènements mais, elle se garda de le faire. Ce genre de sujet n’avait jamais été une très bonne idée avec lui, peut-être que ça serait moins épineux si elle lui annonçait vouloir rentrer dans un couvent en faisant vœu de chasteté jusqu’à la fin de ses jours ! Affichant un air sceptique quand il annonça pouvoir se montrer civilisé – elle ne doutait pas de ce fait mais plus du fait qu’il avait réellement besoin de l’Irlandaise – elle décida de répondre.

« Ouais, enfin apparemment tu n’as pas besoin d’elle, puisque tu continues à m’interroger sur ce que tu peux apprendre autrement. » Parce qu’elle ne concevait toujours pas que c’était l’irlandaise qui filait plus d’informations que prévues. « C’est à se demander à quoi elle peut servir puisque t’es pas capable de te contenter des informations que je lui donne ! »

Lui prenait des informations ailleurs, il n’en filait pas non plus pour tenir Charlie au courant. L’idée d’Aishlinn en tant qu’intermédiaire ressemblait presque à un fiasco total. Bon, au moins, elle avait réussi à servir pour leur permettre de se retrouver ici aujourd’hui. Une fois de plus, Jay souligna le fait qu’elle avait l’air complètement sans défense, ou incompétente, au choix ! Ce qui, en plus de l’attaquer dans sa fierté, lui rappelait à quel point il avait raison. A chaque emmerde, elle avait eu besoin de quelqu’un pour s’en sortir.

« Et à quel moment tu te dis, que la situation me convenait très bien avant que tu interviennes ? » Ce n’était pas le cas mais elle n’avait pas envie de lui donner raison. « Puis je n’insiste pas pour savoir ce que tu as fait comme connerie mais pour savoir ce que tu fais tout court ! C’est toi qui interprètes tout mal, à croire que tu le fais exprès. » Puis d’abord ce n’était pas de sa faute à elle, si les activités de Jay tournaient autour de choses qui n’avaient rien de légal. « Pour les docks, c’est peut-être le moment de revoir ma reconversion professionnelle, puisque, apparemment, vous êtes des habitués du coin. J’aurais peut-être plus de chance d’avoir des nouvelles de cette manière. »

Au moins, son boulot ne serait plus un problème et, en plus elle pourrait les voir ! C’était un peu un dialogue de sourds parce qu’il y avait peu de chances de la voir se reconvertir de cette manière. Son boulot, elle y tenait. Elle n’ajouta rien sur la manière dont Earl pouvait être. Elle savait que Jay avait raison et préféra ne pas lui faire savoir. Finalement, elle soupira aux derniers mots de Jay parce que, là aussi, il avait raison – ce qui commençait à presque devenir une habitude. Il y avait presque quelque chose de rassurant dans la manière dont il annonça parler sérieusement, comme si tout le reste de ce qu’il avait pu dire ne l’était pas avant de parler du danger que pouvait apporter une boulette d’Earl.

« Faudrait déjà qu’il sache où j’habite pour débarquer chez moi. » Elle secoua la tête dans un léger soupir pour, à son tour, reprendre plus sérieusement. « Je suis désolée Jay, le but n’était pas de te causer des ennuis avec Seth. Tu avais dit que ça ne poserait pas de soucis pour Earl. » Quelque chose dans ce genre, parce qu’il était défoncé à ce moment-là. Du coup, elle se posa très vite une autre question. « Il sait qu’on se voit ? Hormis l’autre soir au bar, je veux dire. »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 16 Déc 2013 - 23:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
L'incompréhension faisait une fois de plus partie de la discussion. À croire qu'ils étaient incapables d'avoir une conversation où ils pourraient échanger comme des gens normaux. Peut-être qu'ils ne parlaient plus la même langue tout simplement.... La remarque à propos de sa solitude avait apparemment piquée Charlie au vif puisqu'elle rétorqua sur un ton qui montrait qu'elle était contrariée. S'il avait été du genre à sourire, Jay l'aurait fait : pour le coup il avait presque l'impression de retrouver sa frangine de Houston. Cela dit, le fait qu'elle annonce clairement qu'il y avait quelqu'un pour l'aider faisait naître quelques soupçons chez Jay qui lui décrocha un regard sceptique. S'il se souvenait bien ce qu'elle avait dit lors de l'épisode de l'hôpital, elle n'avait pas grand monde autour d'elle, à part quelques collègues bien évidemment.

« Ah ouais ? T'as des voisins sympas ? Ça doit te changer de la maison.... J'imagine que c'est pas le genre à venir juste pour demander du sucre. »

Inutile d'être devin pour comprendre ce qu'il voulait dire par là, mais comme pour lui couper l'herbe sous le pied, Charlie approuva une fois de plus le fait que sa vie privée ne regardait qu'elle. Le texan avait beaucoup de mal à être ainsi tenu à l'écart d'affaires qui concernaient directement sa sœur. Mais merde, de quel droit est-ce qu'elle gardait des secrets pour lui ? Il grimaça légèrement en songeant que la « Charlie d'avant » leur présentait ses copains – enfin ils allaient la pister plutôt. Elle n'avait jamais imposé quelque chose de ce genre, signe qu'elle était peut-être engagée dans une relation très sérieuse.

En ce qui concernait Aishlinn, au moins Charlie ne soupçonnait-elle pas que la gamine était mouillée dans cette affaire. Il lâcha un soupir alors qu'elle lui reprochait d'écouter ce qu'il pouvait entendre à son sujet, mais bordel, c'était le monde à l'envers où quoi ? Elle lui en voulait parce qu'il s'intéressait aux informations la concernant et après elle râlait parce qu'il ne comprenait pas qu'elle s'intéresse à ce qui les concernaient.... la logique des femmes, franchement !

« Mais bordel, si les gens viennent me causer de toi je vais pas me boucher les oreilles nan ? Tu me reproches d'écouter ce qui te concerne, tu devrais plutôt être contente, ça veut dire que je m'intéresse à toi. » Il grimaça une fois de plus. « Sauf si t'oses me reprocher ça alors que c'est exactement ce que tu fais avec nous. » Fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais, encore une fois ! « J'écoute ce qu'elle dit, la preuve sinon j'aurais pas su pour tes blessures... même si c'est pas elle qui voulait le dire. » Merde, il se foutait seul dans les emmerdes. « Ouais enfin bref, j'écoute ce qu'elle dit et sans elle j'aurais pas pu te demander de venir. »

Assez brutal et peu convaincant comme conclusion, mais bon ! Quant à l'idée qu'elle puisse être satisfaite de la manière dont l'autre connard dans le bar l'avait traitée... Jay la dévisagea comme si elle lui posait sérieusement la question. Franchement, c'était sa sœur, il savait quand même lorsqu'elle était en difficultés face à un type trop entreprenant ! Puis pour le fait qu'il comprenait tout mal... au final c'était peut-être parce qu'il n'avait strictement rien à dire sur sa vie d'honnête citoyen puisqu'il n'en était pas un. De mauvaise foi, Jay soupira, persuadé que c'était elle qui déformait tout ce qu'il disait et non lui qui comprenait mal. Ce fut lorsque Charlie émit l'hypothèse de se prostituer pour les croiser qu'il répliqua enfin d'un ton irrité.

« Ouais bien sûr, tu m'excuseras, mais t'es un peu trop prêchi-prêcha pour réussir à tapiner là-bas. » Ce n'était pas aimable, mais bon, elle le poussait à bout. « Puis pour l'autre connard, je te rappelle quand même que tu lui as clairement dit que t'étais pas intéressée. Alors si c'est comme ça que tu dragues, pas étonnant qu'tu sois célibataire tu m'excuseras. » Il était clairement énervé à l'idée que Charlie puisse se mettre sciemment en danger. « Dis-le-moi franchement Charlie, si je te disais que tout va bien chez nous et qu'on se contente de bosser et d'aller boire un verre le soir, tu serais la première à soupçonner que j'te cache un truc. C'est la preuve que tu penses pas qu'on soit capables d'avoir une vie sans faire de conneries. »

Il appuyait son hypothèse sur beaucoup de probabilités, mais vu comme Charlie était énervée, il était possible qu'elle mente en niant ce qu'il disait juste pour l'ennuyer. De toute manière, le texan n'en démordrait pas : il restera persuadé qu'il avait parfaitement raison et que la jeune femme le contredisait par pur plaisir ! Regardant par la fenêtre, Jay ne manqua pas de hocher la tête lorsque sa sœur déclara que Seth aurait du mal à venir chez elle vu qu'il ne savait pas où elle vivait. Mais dans la tête du texan, son aîné était capable de tout faire, y compris débarquer chez le sœur s'il en avait l'envie ! Il reporta son regard sur elle au moment où elle le questionnait sur ce que le chef de famille savait d'eux.

« Si Seth savait qu'on se voyait, crois-moi je serais pas ici. Ou alors il serait avec. » Le ton indiquait clairement que rien n'avait changé et que Seth dirigeait encore les faits et gestes de ses frères. « Et j'ai pas dit que tu me causais des ennuis. J'ai juste dit... rien en fait. » Il soupira parce qu'il était vrai que ses explications pouvaient sonner comme ça. « Earl était saoul et il avait fumé, donc ouais il se souvient pas de grand-chose, mais s'il cause de toi alors qu'on est censés par t'avoir vu depuis un bail, bah ça fera forcément bizarre. Et si Seth me demande franchement ce qui se passe.... » Il haussa les épaules pour ne pas avoir à dire qu'il n'arriverait pas à mentir. « T'as peur de lui ? » La question était étonnamment franche, il ne la jugeait pas, il se renseignait juste. « Je l'ai jamais laissé lever la main sur toi et ça changera pas. »

Une manière plus ou moins maladroite de lui faire comprendre qu'elle ne risquait rien.
Revenir en haut Aller en bas



La valeur d'un trésor réside dans son secret ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» La valeur d'un trésor réside dans son secret ▬ Charlie
» « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe]
» [Valeur de bande]
» valeur en point
» De la valeur nutritionnelle des sandwichs chez Tolkien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-