AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_1La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_2bisLa nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]

 
Message posté : Jeu 10 Mai 2012 - 1:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La dernière fois que Devesh avait tenté de sortir en soirée, les choses ne s’étaient pas particulièrement bien passées. En effet, il s’était vu interdire l’entrée d’un bar sous le prétexte qu’il était trop jeune pour consommer de l’alcool. Comme s’il n’avait pas pu boire autre chose ! Ce pays était vraiment très étrange… Autant il interdisait de consommer de l’alcool sans être majeur, autant il autorisait à porter des armes en pleine rue. Devesh avait réellement du mal à comprendre tout cela et il faisait pourtant tout pour y parvenir. Il savait que s’il voulait mener sa mission à bien, il lui valait mieux être le plus intégré possible à ce système. Toutefois, comment pouvait-on seulement y arriver dans de telles conditions ?

Son éducation avait été des plus étranges et Devesh en était conscient. Quel que soit l’endroit du monde où il serait allé, il aurait eu l’air d’un extraterrestre. Mais au moins, en Inde, il connaissait les coutumes et les traditions, alors qu’ici… Dans ce pays, il devait tout apprendre, que ce soit le fait de vivre librement, celui de vivre en solitaire et surtout, le fait de vivre seul sans famille ni serviteurs. Parfois, il se demandait pourquoi son père l’avait envoyé ici sans lui en dire plus. Espérait-il qu’il se plante et qu’il s’attire des problèmes ? Non, ça n’avait pas de sens avec tout ce qu’il savait de l’Ordre de Rudra. Alors peut-être qu’il espérait que cela lui serve pour plus tard ? Etait-ce de cette manière que Devesh devait apprendre à vivre indépendamment des autres ? Etait-ce ainsi qu’il allait réellement devenir le Sardar ?

Toutes ces hypothèses étaient bien possibles, mais elles n’arrangeaient en aucun cas ses affaires. Ainsi, Devesh devait lui-même trouver sa voie, encore qu’il ne savait même pas de quel point il devait partir pour y arriver. Les rares contacts qu’il avait eu avec des gens ces derniers temps se limitaient aux contacts professionnels ou à des rencontres totalement fortuites. Il y avait par exemple eu ce jeune homme, l’autre nuit, et même si cette rencontre n’avait concrètement rien donné ni même fait avancer ses affaires, elle avait malgré tout été… agréable. Alors pourquoi ne pas retenter le coup ?

Prenant ses affaires, Devesh décida donc de quitter l’appartement dans lequel il vivait afin de se promener dans les rues à la recherche d’une piste à suivre. Il croisa divers groupes qui erraient ça-et-là, mais il ne fit guère plus attention à eux. Finalement, il se retrouva face à un établissement nocturne, une boite de nuit du nom de Machine. Quelle étrange appellation que cela… Se souvenant alors de sa dernière mésaventure, Devesh tenta de suivre au mieux un groupe de jeunes gens qui y entrait, faisant mine d’être l’un des leurs. A sa grande surprise, cela fonctionna et il se retrouva ainsi à l’intérieur de l’établissement sans avoir eu besoin de l’aide d’un quelconque inconnu. Observant la salle sombre du regard, il décida de monter l’escalier métallique afin d’atteindre les balcons supérieurs. Là, il s’installa à une table et attendit… Au final, il ne savait même pas pourquoi il était venu là. Qu’est-ce qu’il pouvait seulement attendre d’un tel endroit ? C’était un véritable mystère…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 10 Mai 2012 - 2:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La nuit ouvrait un monde plein de possibilités pour qui sait les voir et se les approprier. D'ordinaire, quand tombaient les ténèbres sur la ville, Raphael revêtait son costume et parcourait les rues en quête d'une cible intéressante pour un cambriolage élégant et réussi. Mais pas cette fois, car cette nuit, le messager des dieux avaient décidé de prendre un peu de bon temps et de passer une agréable soirée en se mêlant à la foules des mortels insouciants qui se retrouvent chaque nuit dans les bars et les boites de nuit pour se jeter corps et âme dans la danse, la conversation, la boisson, ou toutes autres formes d'activités obsessionnelles et divertissantes. Comme ils l'amusaient, tous ces gens qui se rendent machinalement dans les clubs de la ville pour discuter, pour boire, pour chanter, pour faire de nouvelles rencontres, pour s'amuser, pour oublier, s'abîmer dans les affres de l'alcool, de la musique, du sexe et de la nuit. Comme ils sont ridicules aussi, à s'abandonner dans un coin de rue, de la poudre sur le coin du nez, des taches d'alcool sur la chemise et du sang dans les yeux. Tel un oiseau de nuit, Hermès évoluait parmi eux, goûtant leurs vins, chantant leurs chansons, touchant leurs fronts. Il aimait vivre tel un mortel, il aimait se comporter comme un homme normal parmi cette foule imbécile et volage. Ce soir-là, il avait jeté son dévolu sur Machine, plus grand club gay de la ville de Star City, situé à la limite entre le Centre et le Front de Mer. Il y était déjà venu par le passé, et il y revenait toujours avec plaisir, car même s'il n'était pas friand à l'excès de cette ambiance colorée, bruyante et rythmée, il appréciait sa piste de danse, son bar et ses alcôves où l'on rencontrait parfois d'agréables personnes, mystérieux inconnus d'une nuit qu'on ne reverrait jamais plus.

Il s'y trouvait depuis déjà une heure, et après avoir bu un verre et longuement discuté avec un avocat pénaliste qu'il avait vu là par hasard, il s'était rendu sur la piste de danse pour s'y remuer au rythme endiablé de la musique dont ses oreilles s'assourdissaient. Il n'avait eu aucun mal à abandonner son confrère, car ce dernier, déprimé au possible, n'était point d'une si agréable compagnie, et Raphael n'avait pas souhaité lui servir d'éponge pour ce soir, quand bien même, en temps normal, il appréciait toutes les conversations. Hermès n'avait qu'un souhait, s'amuser, et il jeta son dévolu sur une demoiselle qui dansait non loin de lui et, conscient qu'il n'y aurait aucune ambiguïté entre eux, car elle était très certainement insensible aux charmes masculins, il l'invita à danser avec lui. Ils restèrent ainsi près de dix minutes, à se remuer, à se toucher, à rire et à chanter parmi la foule des danseurs au niveau inégal. Mais Raphael, rapidement lassé, finit par l'abandonner, car il avait remarqué, à une table sur un balcon, un visage familier. Il s'approcha pour vérifier qu'il n'avait pas la berlue et finalement, son propre visage s'illumina dans un sourire alors qu'il s'approchait de Devesh Singh, ce jeune homme qu'il avait rencontré, bien des nuits plus tôt, dans un autre lieu typique du monde de la nuit. Il le salua d'un geste de la main et d'une voix amusée qui il fut à sa hauteur et dans son champ de vision. Le jeune homme avait l'air quelque peu désorienté par le lieu où il se trouvait.
« Alors, tu n'as pas eu besoin de moi pour entrer, cette fois, je suis impressionné ! Pour te féliciter, je t'offre un verre, tu l'as bien mérité. » Et avec un certain aplomb, Raphael prit place aux côtés du jeune homme, un sourire invariablement accroché à sa mâchoire. D'un geste de la main, il apostropha un serveur qui passait non loin et qui s'empressa de venir vers eux. « Servez ce qu'il désire mon jeune ami, c'est son jour ! Ce sera un Daiquiri pour moi. » Après avoir pris la commande du jeune indien, le serveur s'éloigna. « Je m'incruste un peu, mais tu attends peut-être quelqu'un ? » Raphael se demandait vraiment ce que le jeune homme, qui n'avait pas dix-huit ans, était venu chercher dans ce lieu.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 10 Mai 2012 - 21:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Attablé en silence et sans réellement savoir ce qu’il était venu chercher en ce lieu, Devesh fut plus que surpris lorsqu’une ombre s’approcha de lui, discrète et silencieuse. Levant les yeux, il aperçut un visage qui ne lui était pas inconnu et qui s’ornait d’un sourire amusé, celui-là même de l’étranger auquel il avait brièvement repensé un peu plus tôt. Un certain Raphaël Mercury qui n’était autre que le jeune homme qui lui avait permis d’entrer dans ce bar, quelques temps plus tôt. Le saluant de la main, le jeune homme ne put d’ailleurs pas s’empêcher de faire référence à cette mésaventure, s’étonnant qu’il ait cette fois-ci pu entrer seul dans l’établissement. Le regard du jeune Indien se mua immédiatement en un regard noir et désapprobateur qui avait pour but de montrer qu’il n’appréciait absolument pas que l’on se moque ainsi de lui. S’il l’avait voulu, il aurait pu forcer le passage, la fois précédente, comme il aurait facilement pu se jouer du videur afin qu’il lui ouvre le passage. Toutefois, il avait préféré éviter les histoires et les ennuis et c’est pour cette seule raison qu’il avait finalement accepté l’aide de Raphaël. Mais, et c’était le plus important, il n’en avait pas eu le moindre besoin !

« Je n’ai besoin de personne pour faire ce que je veux. » C’était vrai. Il avait toujours fait ce qu’il voulait et jamais personne ne l’en avait empêché. De ce fait, il n’avait en aucun cas besoin d’aide. Dans sa vision de la vie, les choses devaient être les mêmes ici et jamais il ne s’abaisserait à demander l’aide de qui que ce soit. Un instant, il eut même l’envie de refuser le verre offert. Pour qui se prenait donc ce petit péteux avec ses lunettes noires ? Lui offrir un verre en félicitation parce qu’il le méritait ? Il n’était ni un chien que l’on récompensait d’une poignée de croquettes ni même un enfant de cinq ans qui ramenait un beau dessin à la maison. Il était bien plus que cela et si Raphaël ne se calmait pas à jouer les airs supérieurs, il l’apprendrait bien vite. Cherchant à se détendre et à se calmer un minimum, Devesh baissa toutefois le regard et garda sa langue dans sa poche. Il n’allait pas commencer par l’agresser alors qu’il était la toute première distraction de la soirée ! Ce serait un mauvais calcul. Et puis, il payait malgré tout le verre.

Cela dit, est-ce que c’était vraiment une bonne chose ? Devesh n’était pas accoutumé aux alcools, l’Inde ayant une politique particulière à ce niveau et de fait, il ne buvait pour ainsi dire que du thé. Alors que commander ? Finalement, allant au plus simple, il choisit de prendre la même chose que Raphaël, se demandant seulement si sa commande allait passer. Le serveur repartant, il jugea qu’il ne devait finalement pas y avoir de souci. En même temps, il était entré dans la boite alors c’est que tout devait être bon. Son voisin de table incrusté lui posa alors une question et Devesh y répondit aussi calmement que possible. « Non, je n’attendais personne. Cela dit, je ne t’attendais pas non plus… Je trouve ça un peu louche que tu débarques d’un coup, sorti de nulle part. T’es un de ces malades qui suivent les gens ? » C’était vrai, il y avait eu cette rencontre impromptue au bar l’autre fois et voilà qu’il arrivait sans ciller et qu’il s’installait, payant même un verre. S’il avait eu de mauvaises intentions, il n’aurait pas pu agir autrement et les Etats-Unis étaient connus pour ces malades qui hantaient les rues du pays. « Je te préviens, si tu cherches une proie facile, tu vas t’en mordre les doigts. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 10 Mai 2012 - 21:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le serveur s'éloigna pour aller chercher leur commanda, sous l’œil amusé de Raphael qui se demandait si son jeune ami avait vraiment conscience de la consommation qu'il venait de choisir. Le Daiquiri n'était pas un cocktail fait pour les langues sensibles, en avait-il seulement déjà bu par le passé ? Choisissant de de ne rien dire pour le moment, il l'écouta lui répondre, et son sourire s'élargit à entendre les mots plein de méfiance du jeune indien. Ainsi il se défiait, voyant en lui une personne « louche », un potentiel « malade » qui prend plaisir à suivre les gens pour les ennuyer, les harceler, les intimider. Son sourire s'ébranla d'un rire sonore quand le point d'orgue des propos de Devesh se fit entendre et tout en riant, Raphael ôta ses lunettes pour plonger ses yeux amusés et plein d'espièglerie dans ceux durs et sévères du regard du vieil adolescent qui n'était pas encore tout à fait un homme. Il dit alors en riant : « Je n'aime pas les proies faciles, j'aime qu'on me résiste et je ne m'étais pas trompé en décidant de venir t'agresser et te harceler pour ensuite t'étaler sur la table et te soutirer des caresses plus ou moins bestiales... » Le ton, volontairement excessif et ironique, ne pouvait pas tromper, Raphael s'amusait mais il n'y avait aucune animosité, aucune intention de malmener le jeune indien. Il se moquait surtout de lui-même, car Raphael reconnaissait volontiers que son approche pouvait paraître suspecte et intéressée à tous ceux qui ignorent les codes et les usages dans ces lieux de déperdition que sont les bars et les clubs nocturnes de Star City et a fortiori Machine, le lieu où tous deux s'étaient retrouvés. Il avait cessé de rire, mais demeurait très rieur quand il poursuivit : « J'avoue que c'est louche, mais je suis honnête, je t'ai vu depuis la piste de danse et j'ai trouvé curieux de te trouver ici, toi qui n'a pas l'âge d'y être... Tu étais seul à cette table et avant qu'un vrai prédateur ne s'installe, je suis venu. D'accord, tu es grand, tu es fort, tu te débrouilles tout seul, moi je suis naïf et bienveillant, j'ai trop de cœur, alors j'ai tenté ma chance pour te mettre à l'aise. » Il ajouta en riant, alors que le serveur était revenu avec les deux boissons qu'il posa devant eux avant de partir après avoir reçu un copieux billet de Raphael. « Bon, là je crois que c'est mort pour te ramener chez moi ce soir, mais ça n'empêche qu'on peut discuter un peu, non ? Sauf si tu veux que je m'en aille ? Je t'avoue que ça me ferait de la peine, tu es la personne la plus intéressante du lot ici, et pas seulement parce que tu es plutôt agréable à regarder. »

Raphael saisit la tranche de citron qui ornait sa coupe et en croqua les fibres imprégnées de rhum. Il retint un commentaire et un conseil au jeune indien qui, malgré son âge, avait commandé un cocktail particulièrement fort. Peut-être que ce dernier l'aurait trouvé trop bavard et de fait trop suspect. Alors il se tut, sirotant son cocktail avec plaisir et sans quitter du regard son jeune ami dont il n'attendait qu'une phrase pour partir, car s'il voulait le mettre à l'aise, il ne souhaitait pas l’embarrasser et quand bien même il pensait vraiment ce qu'il disait, car seul l'intéressait désormais de pouvoir discuter avec lui du symbole qui le turlupinait, Raphael aurait malgré tout pu se contenter d'une soirée de seconde zone en moins bonne compagnie. Mais il espérait vivement que jamais leur entrevue ne s'achève si promptement après cette première prise de contact qu'il estimait réussie.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 10 Mai 2012 - 23:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un daiquiri… Devesh avait commandé cette boisson sans même savoir ce que ça pouvait bien être. Ca sonnait très Japonais comme nom, un peu façon harakiri et tout ça, mais ce genre d’explications farfelues ne renseignait pas davantage sur la nature exacte du breuvage. Il ne lui restait donc plus qu’à attendre le retour du serveur sous le rire visiblement amusé de Raphaël. Qu’avait-il donc pu dire de si amusant ? Retirant ses lunettes, le jeune homme qui était venu s’installer à sa table finit par lui apporter la réponse à cette question muette. Visiblement, il n’aimait pas les proies faciles et préférait de loin qu’on lui résiste… Est-ce qu’il était sérieux ? C’était donc vraiment l’un de ces malades qui traquent les gens dans les rues. Mais comme s’il n’en avait pas assez dit, Raphaël conclut sa phrase en provoquant un écarquillement notable des yeux du jeune Indien. Il était tout à fait possible que le bruit ambiant ait rendu ses propos incompréhensibles, mais Devesh était pratiquement certain d’avoir compris que le grand malade espérait lui faire des choses peu recommandables sur la table à laquelle ils étaient installés.

Complètement abasourdi par de tels propos, et cela même s’ils étaient dit sur le ton de la blague, Devesh ne sut que faire. Il resta donc silencieux, les yeux ouverts comme des soucoupes fixés sur le visage de Raphaël, et tenta de recouvrer ses esprits. Lorsque le rire se tut, le jeune homme revint à la réalité et il comprit qu’effectivement, son compagnon de table avait bien dit cela pour s’amuser et qu’il était aussi conscient de son approche quelque peu cavalière. Il expliqua donc avoir été intrigué par la présence en ces lieux de l’Indien et avoir décidé de le rejoindre avant qu’un autre prédateur ne vienne s’y installer. Ainsi donc, il le voyait réellement comme un jeune garçon trop faible pour se défendre tout seul. C’était dommage. En effet, Devesh aurait été capable de vaincre n’importe quel prédateur et il aurait aussi été capable de rembarrer n’importe quel esprit trop entreprenant envers lui. Cela dit, il trouvait vraiment dommage qu’on ne le voie que comme quelqu’un de faible et de trop jeune. Comme si l’âge faisait tout…

Saisissant le verre déposé devant lui, Devesh regarda le mystérieux breuvage en faisant son possible pour ignorer la remarque de Raphaël visant à le ramener chez lui. Il passa aussi un court instant à réfléchir à la question posée. Voulait-il qu’il s’en aille ? La réponse était non. Il préférait malgré tout discuter avec quelqu’un plutôt que de rester seul et il était vrai que la dernière soirée qu’ils avaient passée ensemble dans un bar n’avait pas été si laborieuse que cela. « On va dire que je n’ai rien entendu du reste. Tu peux rester ici, ça ne me dérange pas. » Il fallait avouer que d’entendre dire qu’il était la personne la plus intéressante de ce lieu avait quelque peu gonflé l’ego de Devesh. Peut-être qu’une personne normale ne serait pas tombée dans un piège aussi grossier, mais le petit prince qu’il se pensait être ne fut qu’enchanté d’être ainsi complimenté à sa juste valeur.

Affichant un sourire ravi sur son visage, l’Indien imita donc son compagnon et mordit dans la tranche de citron, grimaçant sous le coup du goût un peu acide. Sirotant une petite gorgée du breuvage, Devesh ne put s’empêcher de s’étouffer sous la surprise. C’était vraiment surprenant comme boisson et il n’y était décidément pas habitué. Reposant son verre, il tenta de regarder Raphaël avec une expression à peu près normale. « Donc tu ne m’as pas suivi jusqu’ici, admettons. Qu’est-ce que tu es donc venu faire ici ? Enfin, je veux dire que t’es là pour t’amuser, forcément, mais pourquoi justement ici ? Moi j’y suis rentré pour… En fait, je sais même pas pourquoi je suis rentré ici. Je le savais pas jusqu’à ce que tu te pointes et je le sais pas encore. Je ne connais pas grand monde en ville et tu es l’un des derniers à qui j’ai parlé alors tu comprendras que je suis surpris de te revoir comme ça, par pur hasard… Surtout dans une ville aussi grande. » Devesh ne voulait pas dire que leurs retrouvailles pouvaient être poussées par une autre force que le simple hasard, mais si Raphaël était venu vers sa table sans arrières pensées, alors il fallait avouer que c’était… étrange.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 11 Mai 2012 - 2:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L'alcool lui chatouillait la gorge et l’œsophage, glissant en lui tel un serpent affamé. Raphael s'amusa de la phrase de son camarade d'un soir qui donnait l'impression qu'il lui « concédait » le droit de rester auprès de lui. Il y avait du charme à faire de cette façon, le messager des Dieux devait bien le reconnaître : ce jeune homme était original, et c'est peut-être ce qui l'avait intéressé chez lui dès le premier soir. Le sourire qu'il découvrit sur le visage de Devesh lui apparut comme une première victoire à lui, divinité antique, qui n'attendait rien de précis de cette rencontre, sinon de passer avec cet humain, ce mortel, un moment agréable et, pourquoi pas, car il ne perdait pas de vue son idée primordiale, en apprendre davantage sur son bracelet. Cela viendrait plus tard, il devait d'abord écouter les propos du jeune indien qui se posait manifestement bien des questions, y compris à son sujet. Naturellement, Raphael aimait susciter la curiosité et les interrogations, non parce qu'il savourait comme un coq en pâte d'être le centre d'intérêt, mais plutôt parce qu'il aimait voir les hommes et les femmes de ce monde s'échiner à trouver la clef de lecture permettant de le comprendre lui, jeune homme si mystérieux et si simple tout à la fois. Devesh parut admettre que leur rencontre fut à nouveau fortuite et de fait, Raphael n'avait pas suivi le jeune indien, puisqu'il ne savait pas même où il logeait en ville. Son invité tenta l'expérience du daiquiri, et le résultat fit sourire le messager des Dieux qui s'y était quelque peu préparé.

« C'est toujours ça la première gorgée, il faut y revenir pour passer la surprise ! » Raphael était-il en train d'inciter à boire son jeune ami ? Pas vraiment, mais il fallait reconnaître que pour vraiment apprécier un cocktail qu'on découvre à peine, il ne faut pas repousser trop longtemps la gorgée suivante. Mais déjà Devesh reprenait la parole et lui faisait part de ses doutes. Qu'était-il venu faire dans ce club ? Il était venu s'amuser, bien entendu, mais cela, Devesh le devinait seul. Ce dernier confia alors ce que Raphael avait lui-même perçu, à savoir qu'il était venu ici sans but précis et sans trop savoir ce qu'il cherchait et ce qu'il trouverait. Il n'était pas si étonnant, dès lors, que le jeune homme l'ait quelque peu pris de haut quand Raphael l'avait abordé quelques instants plus tôt. « Je te rassure, moi aussi je suis surpris, mais je crois que le hasard fait bien les choses. Au moins maintenant, tu es immunisé à mes charmes, alors je peux faire semblant de te draguer, en tout bien tout honneur. » Le ton était à l'humour, mais Raphael n'y croyait pas une seconde : s'il se mettait en tête de séduire le jeune indien, fût-ce en s'exposant à un rejet, il n'était pas question de le faire « pour du beurre ». L'idée n'était pas désagréable, d'y penser, mais chaque chose venait en son temps. « Le monde est tout petit, il faut croire... Te rencontrer ici était improbable mais c'est arrivé, alors j'y vois un bon signe du « hasard », du destin, appelons ça comme tu veux ! Je suis venu là pour m'amuser alors peut-être était-on destiné à s'amuser ensemble, qui sait ? Tiens, je bois à ta santé ! » Raphael s’exécuta avec enthousiasme. Il commençait à se demander s'il ne lui était pas possible de joindre l'utile et l'agréable, et sans aller jusqu'à tromper la vigilance du jeune indien, il essaya de repérer sur lui un objet ou un bijou dont il aurait pu le délester. Pourquoi pas le bracelet dont Raphael souhaitait peut-être bientôt parler?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 12 Mai 2012 - 1:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
N’ayant pas vraiment autre chose à faire de sa soirée, Devesh avait finalement permis à Raphael de rester installé à sa table. En effet, même s’il n’avait rien contre le fait de rester seul, il était vrai qu’il pouvait parfois être plus intéressant d’être accompagné et d’échanger quelques mots, même si ça n’avait pas d’autre but que la simple discussion. Depuis les quelques mois qu’il avait passé dans ce pays, Devesh n’avait pas encore réussi à réellement se lier à quelqu’un et s’il voulait pouvoir mener sa mission à bien, il devait y remédier. Bien entendu, il n’y avait aucune chance que ce Raphael ait quoi que ce soit à lui apporter dans ce but, mais faire sa connaissance lui permettrait au moins d’un peu mieux s’intégrer à cette si étrange société. Du moins, c’est ce qu’il avait pour le moment en tête.

Commençant par faire confiance au jeune homme, Devesh reprit une gorgée de cette mystérieuse boisson nommée daiquiri. Toutefois, il ne trouva pas qu’elle passait mieux que la première fois et il dut bien admettre qu’il ne semblait absolument pas fait pour consommer de l’alcool. Devrait-il malgré tout persévérer dans le but d’y prendre goût ou valait-il mieux mettre fin au calvaire ? Reposant son verre, il préféra marquer une nouvelle pause en prenant la décision de mieux peser le prochain conseil de Raphael. Ce dernier mentionna d’ailleurs être tout aussi surpris que lui quant à leurs retrouvailles imprévues et il ne put s’empêcher de rajouter une nouvelle petite blague toujours basée sur le même thème. Devesh fit mine de l’ignorer et il se concentra davantage sur la suite, se demandant malgré tout ce que tout cela voulait dire. Après tout, se faire draguer n’était jamais une mauvaise chose et cela montrait même que l’on intéressait. Or justement, l’Indien ne voulait rien d’autre qu’intéresser les gens, alors dans un sens, imaginer qu’on ne le drague que pour la blague, c’était même un peu vexant…

Raphael acquiesça ensuite quant à cette histoire de hasard et de destin, mentionnant que selon lui, c’était une bonne chose qu’ils se retrouvent ainsi. Il disait être venu s’amuser et indiquait qu’ils pouvaient aussi le faire ensemble. Certes, c’était un fait, mais vu son éducation, ce n’était absolument pas le genre de pratique courante pour Devesh. Il n’hésita d’ailleurs pas à le signaler à son compagnon de table. « C’est vrai que c’est un lieu de détente et de plaisir, mais je dois dire que j’ai un peu de mal à m’y faire. Je ne suis pas vraiment habitué à tout ça… De là d’où je viens, y avait pas ça. Enfin, si, y avait peut-être mais je n’y suis jamais allé, en tous les cas. C’est toujours comme ça ? » Jetant un regard vers la piste, en contrebas, Devesh réfléchit un instant en se mordant la lèvre avant de reprendre la parole. « Quand tu dis s’amuser ensemble, tu penses comme eux, en bas ? Franchement, quel est l’intérêt de… bouger comme ça ? Ca apporte du plaisir ? J’ai du mal à l’imaginer… » Coincé ? Oui, Devesh l’était un peu. Mais en même temps, quand on a vécu la plus grande partie de sa vie dans une base cachée d’un ordre criminel, on ne peut guère s’attendre à mieux. Le plaisir, il le trouvait dans l’entrainement, pas dans le jeu et la danse, alors forcément, tout ça semblait très étrange, même s’il savait bien que l’on pouvait danser, à l’occasion. Seulement, pouvait-on vraiment appeler ces déhanchements très particuliers de la danse ? C’était la grande question… « C’est vraiment ça que tu veux faire ?? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 14 Mai 2012 - 15:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Tu sais, danser jusqu'au bout de la nuit n'est pas la seule option... » Raphael ne put s'empêcher de rire de sa propre audace, et sans chercher à se donner plus d'assurance qu'il n'en avait déjà, il but à longues gorgées de sa boisson alcoolisée. « Il y a différentes façons de s'amuser, c'est sûr, et toutes ne sont pas toujours très confortables... » Raphael saisit du bout des doigts une grosse et ronde pièce de monnaie qui traînait dans la poche droite de son pantalon. Il la fit rouler quelques instants dans ses mains, glissant avec habileté ses phalanges afin de les lui faire traverser. « Chacun vient ici chercher quelque chose, mais sait-on vraiment quoi ? C'est un peu comme cette pièce, elle brille, mais elle roule, elle glisse, elle s'échappe... » Et dans un dernier tourbillon de métal brillant, la pièce disparut quand Raphael révéla une main vide et parfaitement nue. Où était la pièce de monnaie ? C'était un tour de passe-passe particulièrement simple, mais qui nécessitait beaucoup d'adresse et, fort heureusement, Raphael n'était pas dénué d'habileté. Il observa Devesh d'un œil à la fois amusé, mystérieux et enthousiaste. Feignant d'être un prestidigitateur de salon pour un moment, il agita les mains et s'approcha encore davantage du jeune indien dont il n'espérait pas une réaction trop hostile à son comportement. Mais il s'interrompit avant d'arriver trop près, et ses deux mains exhibèrent une figure de doubles pouces couronnée d'un sourire. « Je plaisante... je t'aime bien en fait. Ici, on ne trouve souvent que des cailloux mais je suis content, pour une fois que je trouve un diamant ! Oui, c'est de toi que je parle, beau brun !» Raphael posa la pièce sur la table et la fit rouler d'une main à l'autre. « Tu la garderas en souvenir si la soirée se finit bien... à mes yeux ça ne fait aucun doute, puisque je la finirai avec toi. »

Et conscient du ridicule de son compliment, il fit un clin d’œil et posa la pièce près du verre de Devesh. Où voulait-il en venir, se demandait certainement Devesh... Il ne fallait pas aller chercher bien loin, Raphael était là pour s'amuser et donc il n'y avait rien à comprendre, aucune intention cachée sous le fard des apparences qu'il faisait détonantes et colorées. Qu'avait-il à prouver, du reste ? Il était une divinité, alors tremblez, misérables mortels ! Devesh aurait très bien pu être sa collation s'il l'avait désiré, il lui aurait suffi d'actionner son Caducée pour convaincre le jeune homme de s'offrir à lui et de répondre à ses désirs, et tenter l'aventure avait ceci de séduisant que dans la ville de Star City, on n'est jamais sûr du résultat de quelque action. Mais il n'en avait pas envie, le jeune indien lui était plaisant et il était curieux d'en découvrir davantage sans pour autant utiliser ses attributs divins. Il était plus intéressant d'en apprendre sur les humains sans les contraindre à se mettre à table, et même si Raphael aurait souhaité tout de suite basculer Devesh sur la table afin de l'y faire découvrir les plaisirs secrets de l'Olympe... il devait s'abstenir. « Cela dit j'ai vu que tu as une belle collection de bijoux sur tout... Ceux-là sont très impressionnants, mais ils ne ressemblent à rien de ce que je connais... Je peux les voir de plus près ? Je n'y connais presque rien mais tu pourrais m'expliquer à quoi ils correspondent ? » Raphael avait toujours en tête ce symbole... et de plus, il était sincère, certains de ces bijoux étaient magnifiques, et ils les auraient bien ajoutés à sa collection... soit qu'il les vole tout de suite... soit qu'il ramène Devesh chez lui et l'en dépouille après l'avoir épuisé de ses forces.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Mai 2012 - 1:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Devesh savait que la danse n’était pas la seule activité que l’on pouvait pratiquer pour occuper ses nuits et même s’il n’avait guère de pratique derrière lui, il était loin d’être un jeune homme innocent. Il ne put toutefois s’empêcher d’être étonné face aux propos de Raphael, ne s’attendant pas vraiment à ce qu’on lui présente la chose sous cet angle et cela même si le jeune homme semblait très porté sur ce thème. L’observant boire une gorgée de sa boisson, l’Indien en fit de même et faillit s’étouffer une nouvelle fois sous la surprise. Il avait déjà oublié que ce n’était pas un simple jus de fruit et que l’alcool était relativement fort… Reposant son verre, il resta un peu perplexe devant les propos de son partenaire. Comment est-ce qu’on pouvait s’amuser de manière inconfortable ? L’amusement était lié au plaisir et à la joie alors que l’absence de confort, c’était justement le contraire… Comment donc pouvait-on lier ces deux aspects ensemble ? Est-ce que Raphael était déjà saoul au point de tenir des propos incohérents ? Ou alors, est-ce que c’était lui qui avait déjà trop bu et qui ne comprenait plus la moitié de ce qu’on lui disait ? Difficile à dire… Peut-être un peu des deux ?

Toujours en silence, Devesh regarda le jeune homme fouiller dans sa poche et en tirer une grosse pièce ronde. Raphael joua un instant avec et, illustrant les propos qu’il tenait alors, il la fit tout simplement disparaitre. C’était un tour de magie très simple mais il fallait néanmoins réussir à l’exécuter avec talent et ça, ce n’était pas donné à tout le monde. Aussi, Devesh ne cacha pas sa surprise et il s’attendit presque à voir Raphael jouer les magiciens d’anniversaire en ressortant la pièce de derrière son oreille. Mais ce dernier n’en fit rien et s’il approcha ses mains du visage de l’Indien, ce ne fut que pour dresser les deux pouces en affichant une expression étonnante sur son propre visage. Il fallait avouer une chose, ce Raphael était loin d’être un garçon comme les autres ! Devesh pouvait même dire qu’il commençait un peu à l’apprécier, et pas uniquement parce qu’il le comparait à un diamant. Néanmoins, il était vrai qu’il était très agréable d’être perçu à sa juste valeur. Refaisant apparaitre la pièce, Raphael expliqua alors qu’il la laisserait en souvenir à l’Indien si la soirée se terminait bien, ce dont il ne doutait visiblement pas. Mais qu’avait-il donc en tête ?

Regardant la pièce de monnaie rejoindre la table à côté de son verre, Devesh écouta la question posée par Raphael. Il semblait intrigué par les nombreux bijoux portés par l’Indien, ce qui pouvait sembler on ne peut plus normal. Réfléchissant un instant à ce qu’il allait dire, Devesh sembla peut-être un peu perdu. Mais il se reprit vite et répondit finalement à Raphael. « Oui, j’aime bien ce genre d’ornements donc c’est pour ça que j’en ai plusieurs. » Attrapant les colliers qui pendaient à son cou, Devesh les tira à l’air libre et il en présenta les pendentifs au jeune homme. « Le pendentif là, il représente un tigre. C’est un peu l’animal protecteur de ma famille, si tu veux. Logique, en même temps, quand on vient du Bengale. La clef, ben c’est une clef tout ce qu’il y a de plus utilitaire. » Il les laissa un petit moment sous les yeux de Raphael avant de les glisser à nouveau dans ses vêtements, contre sa peau, et de désigner ses bagues, l’une après l’autre. « La bague en forme d’aigle représente le prestige et la force. On raconte que cet animal représente le roi du ciel dans certains mythes d’Europe mais je n’en sais pas beaucoup plus. En tous les cas, il est censé inspirer de la puissance à son porteur. L’autre anneau, là, c’est un cadeau de ma mère avant mon départ d’Inde, alors je le garde en souvenir même s’il est très simple. Et les derniers sont juste des bijoux que j’ai acheté ici parce que je les trouvais jolis. » Pour finir, Devesh retira ses deux bracelets les plus importants, conservant ceux qui n’étaient que des bandes de cuir en place. « Les bracelets de cuir, c’est juste par plaisir que je les porte. J’adore cette matière et je les trouve vraiment sympa avec leurs fermetures métalliques… » Tendant un bracelet constitué de sphères de bois, l’Indien continua ses explications. « Ca, c’est un mâlâ. Il s’agit d’un symbole de Ganesh et il est constitué de 50 sphères de bois de santal qui représentent l’alphabet sanskrit. » Le dernier bracelet était aussi une bande de cuir très fine bien qu’usée mais il comportait une différence par rapport aux autres : un petit médaillon de métal gravé. « Ce bracelet est très simple, mais il représente beaucoup pour moi et ma famille. Le symbole gravé, là, c’est tout bêtement un citron. En fait, c’est un fruit attribut de Ganesh, encore une fois. Dans le cas du bracelet, il représente le dieu lui-même. C’est une divinité très importante représentant la sagesse et l’intelligence. Or, on raconte que celui qui possède ces deux valeurs possède le pouvoir. Je ne sais pas si c’est vrai, mais ce bracelet est censé me donner le pouvoir sur quelque chose, quelque part. Quoi ? J’en sais encore rien, mais ça viendra, d’après mon père. » Relevant les yeux vers le visage de Raphael, Devesh prit finalement conscience d’un fait important. Quand on faisait davantage attention à lui, il était… intriguant et intéressant. Souriant, Devesh tenta quelque chose d’un peu improvisé. « Mais je parle, je parle… Ca ne t’intéresse sûrement pas autant que tu le dis, avoue. Tout ça, c’est juste des bijoux. Et des bijoux, j’en ai d’autres, ailleurs… »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Mai 2012 - 2:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Avec grand intérêt, Raphael découvrit l'ensemble de la panoplie des bijoux que portaient le jeune indien, et il apprit que l'emblème de la famille de ce dernier était le tigre. À cette évocation, un proverbe résonna dans l'esprit très raisonné du messager des dieux de l'Olympe : celui qui tient un tigre par la queue ne peut pas lâcher prise. Le tigre est un animal qui symbolise la force et la virilité, il est puissance et déchaînement ; son demi-frère Dionysos avait attelé son char à un quadrige de cet animal, et c'est d'ailleurs à lui que le fleuve Tigre doit son nom, car le bougre avait pris l'apparence du mystérieux félin pour traverser le fleuve et séduire une nymphe qui se promenait sur l'autre rive. Hermès savait peu de choses de cet animal qui n'était pas le plus commun du bestiaire de la Grèce antique. En revanche, il connaissait assez bien l'aigle, puisque l'homme ou plutôt le dieu auquel il devait la vie en avait fait son animal fétiche. Il avait si souvent vu Zeus, le maître de l'Olympe, assis sur son trône avec, à ses côtés, un aigle aux ailes déployées. Hermès savait également qu'en Inde, pays d'origine de Devesh, l'aigle Garuda est la monture que chevauche Vishnu. Raphael devait bien reconnaître que ce jeune indien avait bon goût et qu'il savait porter ces bijoux avec une certaine élégance qui tranchait quelque peu avec son si jeune âge, un peu comme s'il avait très tôt appris et compris l'art du port des bagues, des colliers et des bracelets. Le jeune avocat ne put s'empêcher de lui faire cette remarque. « Une chose est sûre, tous ces bijoux te vont bien... »Mais Devesh avait réservé pour la fin les bracelets qu'il lui présenta à grand renfort de détails, ce que Raphael trouva fort à propos et, très content autant que très satisfait, il écouta avec plaisir après avoir bu rapidement quelques gorgées nouvelles de sa boisson. Le premier bracelet, le mâla, attira l'oeil de Raphael qui s'en saisit avec délicatesse pour l'observer de plus prêt tout en suivant les éclaircissements et les descriptions de Devesh. Ce bracelet avait été travaillé d'une main de maître, cela se voyait. « Une très belle œuvre ! » Le cri venait du cœur, et les sens de Raphael s'éveillaient eux-mêmes à mesure que le dieu des voleurs prenait le dessus sur lui, le motivant de plus en plus à subtiliser un ou deux bijoux au jeune homme qui, sans doute, ne se doutait de rien. Le deuxième bracelet suffit à convaincre Raphael qu'il désirait les ajouter à sa collection d'objets volés. D'autant plus qu'en agissant ainsi, il se donnait une bonne raison de revoir le jeune indien qui souhaiterait probablement récupéré des bijoux si précieux. Il le laissa achever son explication et sans rien dire, Raphael tenait les deux bracelets dans chacune de ses deux mains. Il les touchait avec déférence et préciosité, il avait un peu peur de ce qu'il allait faire, mais qu'était-ce que l'amusement sans le risque ?

Quand Devesh évoqua d'autres bijoux, Raphael partit d'un rire franc et surpris. Venait-il vraiment d'entendre cela ? L'alcool désinhibait-il déjà le jeune indien au point que ce dernier brûlait d'envie de montrer à tout le monde les trésors dormants au creux de ses cuisses ? C'eût été trop beau pour être vrai, et peut-être qu'en fait il désirait tout simplement lui montrer une chaîne de cheville ou un bracelet de taille, ou tout autre babiole corporelle. Ou peut-être évoquait-il sa collection de bracelets et colliers qu'il conservait chez lui ? Raphael n'imaginait pas le jeune indien bien riche, mais peut-être cachait-il chez lui quelques trésors qui n'attendaient désormais plus qu'une chose : la visite d'Hermès.
« Ailleurs, hein ? Voyons... »Raphael reproduisit le manière subtil qu'il avait effectué avec la pièce de monnaie, mais cette fois-ci avec les deux bracelets qui, en deux temps et trois mouvements, disparurent de ses mains pour aller se cacher ailleurs, là où il faudrait beaucoup d'audace au jeune indien pour les retrouver. Anticipant la surprise de celui-ci et comptant sur l'alcool autant que sur ses capacités de persuasion pour parvenir à ses fins, il reprit de plus belle : « Je te propose un marché... Pour récupérer ces deux bracelets, tu dois me montrer ces autres bijoux dont tu as parlé. On s'amuse bien, après tout, et c'est une preuve que tes « bijoux » m'intéressent plus que tu ne le penses, et ta belle gueule y est pour quelque chose. Marché conclu ? » Mais au fond de lui, Raphael n'avait aucune intention de lui rendre les bracelets. Pour l'heure, il était content de lui, il jouait un jeu dangereux mais il adorait cela. Et quand bien même Devesh ne jouerait pas avec lui... il trouverait bien un moyen de tirer profit de la situation, en définitive.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Mai 2012 - 16:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’intérêt soudain que Raphael semblait porter aux bijoux de Devesh avait poussé ce dernier à lui expliquer tout ce qu’il pouvait sur le sujet, même si ça pouvait sembler un peu trop scolaire dans un lieu comme cette boite de nuit. Cela dit, pour une raison qu’il ne comprenait pas forcément, l’Indien avait eu envie de raconter tout ça. Raphael l’intriguait vraiment de par son comportement et Devesh se disait donc qu’il pourrait être intéressant pour lui de faire davantage connaissance. Après tout, il ne connaissait pas encore grand monde dans cette ville et il avait donc tout intérêt à faire des efforts. Alors, pourquoi pas Raphael ? Il était vrai qu’il était tout sauf désagréable et il savait comment flatter l’Indien. Devesh aimait bien entendre les compliments que lui faisait le jeune homme, même s’il doutait parfois de sa sincérité… D’un autre côté, il avait réellement montré de l’intérêt pour les bijoux, alors peut-être qu’il pensait vraiment tout ce qu’il disait ? Impossible à savoir et Devesh ne savait même pas s’il avait envie ou non de le croire…

Quoi qu’il en soit, ses pensées furent finalement interrompues de manière relativement brutale. C’était en effet le mot qui convenait le mieux. Alors qu’il tenait les deux bracelets qui comptaient tant pour Devesh, Raphael réitéra son petit tour de magie et il les fit simplement disparaitre, sous les yeux même du jeune homme qui ne put s’empêcher de les écarquiller, le souffle coupé. L’Indien était sur le point de s’en prendre verbalement à ce magicien de pacotille mais ce dernier le devança en lui expliquant quelque chose d’un peu étrange. En effet, il lui proposa un marché, à savoir que s’il souhaitait récupérer ses deux bracelets, il devait commencer par lui montrer ses autres bijoux… Mais qu’est-ce qu’il voulait donc ? Est-ce que les bijoux l’intéressaient vraiment ou est-ce qu’il cherchait autre chose ? Un instant, Devesh imagina même que Raphael puisse penser qu’il possédait des bijoux de valeur et qu’il espérait ainsi s’en emparer. A moins que ce ne soit autre chose qui l’intéressait ? Difficile à dire, mais de toute façon, l’Indien ne semblait pas avoir le choix. Pouvait-il se plaindre du vol de ses bracelets ? Non. Il était rentré ici illégalement et n’avait même pas l’âge requis pour y rester alors s’il venait à se plaindre, on finirait sans doute par le renvoyer sans même répondre à sa requête. En plus, il ne connaissait rien de Raphael en dehors de son nom qui pouvait être faux et s’il le perdait de vue maintenant, il était certain de ne plus jamais revoir ses bijoux.

Inspirant profondément, Devesh ferma les yeux un court instant, réfléchissant pour prendre sa décision. Il finit par reposer son regard sur le visage de Raphael, lui répondant en souriant. « Marché conclu. » A peine ces mots furent prononcés que l’Indien attrapa la main de son compagnon. Entrouvrant sa chemise, il la glissa doucement vers lui la posant contre son cœur. Ainsi, Raphael pouvait sentir l’un de ses bijoux dont il avait parlé, à travers le tissu. Il s’agissait d’un petit anneau et Devesh se demandait bien ce qu’il en penserait. « Tu devras te contenter de ça, pour l’instant. Oh, je pourrais te le montrer sans problème ici-même, mais tu comprendras que je préfère éviter les ennuis, vu que je suis rentré là sans vraiment en avoir le droit… Si tu veux en voir plus, il faudra que tu me suives. » Affichant à nouveau son sourire, Devesh se leva de sa chaise et s’empara de la pièce ronde, toujours posée à côté du verre. « Tu ne m’en voudras pas si je la garde, je pense. » Vérifiant qu’il n’avait rien oublié, il se dirigea vers la sortie du club, se demandant si Raphael allait réellement le suivre ou pas. De toute façon, il n’avait pas peur de lui. S’il avait appris un art martial, c’était bien pour se défendre face à un individu louche et il aurait été surprenant que le jeune homme s’attende à ça de la part de l’Indien. Par contre, ce qui restait un peu plus mystérieux, c’était d’imaginer la réaction de Raphael lorsqu’il viendrait à découvrir les autres particularités de Devesh. Serait-il intrigué ou dégoûté ? Mystère et boule de gomme.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Mai 2012 - 21:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L'indien prenait enfin des initiatives intéressantes... des initiatives très ambiguës ! Raphael ne pouvait nier avoir apprécié le contact de sa main sur le corps du jeune homme à travers le tissu. Devesh avait accepté sa proposition, la victoire était totale, mais si la bataille était remportée, la guerre n'était pas terminée. « Qui t'aime te suive, n'est-ce pas ? Allons-y. » Mais avant de partir, Raphael but d'un trait le reste de son verre et grisé par les feux de l'alcool qui lui mouillaient la gorge, il suivit les pas du jeune indien jusqu'à la sortie du club. Adieux, danseurs et poivrots ! Adieux cœurs esseulés, âmes damnées, visages bouffies des vapeurs de la fête ! Ce soir, Raphael goûterait à la cuisine indienne, cela ne faisait aucun doute à ses yeux. N'était-il pas là pour profiter, pour s'amuser, pour vivre toute prudence relevée ? En bonne compagnie, les deux hommes quittèrent Machine et marchèrent dans la rue en direction du lieu où créchait Devesh. Raphael, qui n'était pourtant guère pressé, aurait pu les transporter plus rapidement en volant d'un pas jusqu'à son domicile, mais il n'en fit rien, il n'était pas utile de révéler au grand jour sa nature si particulière, d'autant que le garçon aurait pu prendre peur, s'enfuir, le dénoncer et chercher à lui nuire. Raphael marchait déjà sur un chemin fort facile, il était donc inutile de guetter plus qu'il n'en avait déjà. Le trajet jusqu'aux appartements de Devesh ne fut guère long, puisqu'il vivait dans le quartier du Front de mer, non loin du club. Il vivait sur la Kane street, là où tous ceux qui n'ont pas les moyens de se payer un grand appartement, comme les étudiants, peuvent trouver de quoi vivre et se loger. Ils s'arrêtèrent devant le numéro 1322, où Raphael découvrit un petit immeuble semblable en de nombreux points aux autres bâtiments de la rue. Le rez-de-chaussée accueillait un restaurant chinois que le messager des dieux ne connaissait pas encore. « Au Chinois Gourmand ! » Eh bien avec un nom pareil, l'établissement ne devait pas faire des émules ni attirer trop de clientèle ! Mais à raison de l'heure tardive, il était impossible de savoir ce qu'il en était d'ordinaire, d'autant qu'on pouvait lire sur la porte d'entrée que l'établissement était fermé pour cause de travaux. Ce n'était pas ce soir qu'ils mangeraient du porc au caramel et des beignets de poulet !

Raphael se laissa guider jusqu'aux devants de la porte conduisant à l'entrée des locataires. Il interrompit leur course cependant, car il eut alors un instant de recul durant lequel il se dit qu'en dépit de tout son hédonisme, il se devait de mettre le jeune homme en garde, car ce dernier peut-être ne savait pas ce qu'il faisait.
« Tu te doutes de ce qui va arriver si tu me conduis chez toi là haut, n'est-ce pas ? » Il se rapprocha de lui jusqu'à n'être qu'à un ou deux pas. Raphael se demandait si l'alcool avait déjà emporté au loin la lucidité du jeune garçon qui n'était pas encore un adulte parmi les mortels. « J'ai tout de suite vu que tu es un homme qui sait ce qu'il veut... Tu vas me montrer tes autres bijoux, mais tu sais aussi que nous n'allons pas faire que ça... Tu sais ce que signifie le « dernier verre », n'est-ce pas ? » Raphael était très sérieux tout autant que séducteur, mais il ne pouvait non plus ignorer que s'il agissait ainsi, en offrant au jeune indien la possibilité d'en finir là, c'était pour éviter d'avoir, plus tard, sur les bras, un adolescent hésitant et indécis. Il se sentait prêt à tout cette nuit, mais pas à jouer les nourrices.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 17 Mai 2012 - 0:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Devesh n’avait pas manqué de constater que Raphael avait semblé apprécier le rapprochement qui s’était opéré entre eux. En tous les cas, c’est ce qu’il déduisit de la remarque à laquelle il avait eu droit et cela même s’il faisait abstraction de toutes les provocations du genre auxquelles il avait déjà eu droit. Il aurait fallu être un véritable puceau innocent et pur pour en ignorer le sens… Et s’il était peut-être encore puceau, il était loin d’être pur et innocent, c’était l’évidence même. Les deux hommes quittèrent donc la boite de nuit ensemble et ils firent plus ou moins silencieusement le chemin jusqu’à l’immeuble où vivait Devesh. Ce fut relativement rapide puisque le bâtiment ne se situait qu’à quelques rues du club. C’était un petit immeuble d’habitation comme il en existe beaucoup d’autres en ville et il n’avait donc rien de spécial en dehors de ce petit restaurant chinois qui occupait le rez-de-chaussée. Il était fermé depuis maintenant quelques temps et à dire vrai, l’Indien ne l’avait même jamais vu ouvert.

Jetant un œil rapide dans la rue, Devesh finit par conduire Raphael jusqu’à la porte qui permettait de monter dans les étages. Il fut toutefois stoppé dans son élan par une intervention de son compagnon qui lui demanda s’il savait à quoi s’attendre, une fois arrivé en haut. Surpris, l’Indien put alors voir Raphael s’approcher un peu plus de lui et continuer, évoquant autant les bijoux que ce qu’il appelait le dernier verre. Souriant, Devesh constata qu’on y était enfin. Certes, il n’était pas habitué à ces choses de la vie mais ça ne l’effrayait nullement et il jugeait même que ça faisait partie de ce qu’il devait apprendre. Il s’y était donc plus ou moins attendu depuis le tout début. Mais de son côté, à quoi donc s’attendait Raphael ? Continuant de sourire, Devesh approcha à son tour de Raphael, diminuant la distance entre eux jusqu’à ce qu’ils soient les plus proches possible. Là, il fit glisser sa main, effleurant délicatement l’entrejambe de son compagnon de la nuit. « Je pense que tu as été suffisamment clair quant à tes intentions, Raphael. Il me semble donc évident que ce soir, tu ne verras pas que mes bijoux. » Reculant d’un pas, il afficha à nouveau son sourire avant de reprendre la parole. « Et toi, sais-tu seulement à quoi t’attendre ? Tu ne m’as rien demandé sur mes parents ni même d’autres compagnons que je pourrais avoir. Que dirais-tu, si tu tombais sur eux ? Tu crois que je vis seul, à mon âge ? » Riant de bon cœur, Devesh se dirigea à nouveau vers la porte afin d’enfin l’ouvrir, lançant une dernière phrase à l’intention de Raphael. « Ne t’inquiète pas, je rigole. Il n’y aura que nous deux. »

Tournant le dos à la rue, Devesh grimpa donc les marches qui le séparaient de l’étage où se trouvait son appartement. Glissant la clef dans la serrure, il en ouvrit la porte et entra, allumant la lumière au passage. Ses chaussures volèrent littéralement dans un coin et le jeune homme attendit que Raphael entre à sa suite pour refermer la porte à double-tour. Souriant, il fit ensuite volte-face pour se retrouver devant lui. « Vas-y, mets-toi à l’aise. Tu veux encore boire un verre ? Y a pas trop de choix, mais on devrait trouver un truc intéressant, je pense. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 18 Mai 2012 - 12:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Tu sais, tes parents, tes colocataires... ils ne seraient pas un problème. Plutôt une distraction. D'ailleurs, as-tu jamais dansé avec le diable au clair de lune ? C'est ce qui va t'arriver ce soir. » Raphael, toujours très peu sérieux, suivit Devesh dans l'escalier, sans se priver d'observer depuis l'arrière les formes du corps de ce jeune indien qu'il allait peut-être initier à des plaisirs insoupçonnés. Qu'aurait-il dit, ce jeune homme, s'il avait su que cette nuit, sous l’œil complice de la Lune, il allait s'offrir à une divinité ? Quand ils parvinrent sur le pallier, puis devant la porte du l'appartement que son hôte déverrouilla en tournant sa clef dans la serrure, Raphael eut l'audace de se coller au dos du jeune indien puis de laisser glisser ses mains sur son ventre et jusqu'à la crête de ses hanches, tout en promenant son nez dans l'abondante et noire chevelure du jeune homme. Il murmurait, fredonnait à son oreille : « Looking for some hot stuff baby this evening... » Il entra à sa suite et sans vraiment se détacher de lui que pour ôter lui-même ses chaussures. L'euphorie le prenait, et voilà que le prédateur qu'il assumait totalement prenait le contrôle de ses faits et gestes, sans pour autant se départir de ces extravagances qui caractérisaient le messager des Dieux dans ces moments particulièrement propices aux étrangetés.«I need some hot stuff baby tonight ! » Devesh l'invita à se mettre à l'aise, ce qu'il avait fait sans attendre son autorisation mais il s'était dit qu'à Rome, il faut faire comme les Romains, et vu que le jeune indien avait ôté ses chaussures, Raphael n'avait pas cherché à comprendre et s'était exécuté tout bonnement. Un verre lui fut proposé, et le dieu grec n'était pas contre. « Un jus de fruit, si tu as, sinon de l'eau fraîche. I want some hot stuff baby this evening...» Et pendant que Devesh s'en allait chercher cela, Raphael posa les yeux sur l'intérieur de l'appartement, découvrant l'espace et la décoration, cherchant un divan, un canapé, un sofa où s'installer en attendant. Il finit par en trouver un et s'y installa, toujours très gai, toujours fredonnant. « Lookin' for a lover who needs another... Don't want another night on my own... »

Le temps qu'il patienta, il put observer que de ce qu'il en voyait, cet appartement semblait très confortable. Ce n'était pas le grand luxe, et ce lieu n'avait rien d'un palace, mais sans doute le jeune indien s'y sentait-il bien. Cela semblait un peu grand, toutefois, pour quelqu'un vivant seul. N'avait-il pas des colocataires pour partager l'endroit et les charges ? « Want to share my love with a warm blooded lover...Want to bring a wild man back home... » Raphael ne put s'empêcher de sourire, voire de rire, car il était le « wild man » de la chanson que Devesh avait ramené chez lui. Il était étonnant, d'ailleurs, qu'il ait si aisément cédé aux avances à peine subtiles de Raphael, mais sans doute la chance était-elle de son côté. Il n'avait pas même eu besoin du Caducée ! Peut-être n'était-il pas un si mauvais dragueur, après tout ? Mais l'affaire étant faite, il n'y avait plus qu'à savourer la viande de ce jeune éphèbe dont l'exotisme serait un véritable rafraîchissement pour le dieu grec quelque peu lassé des hommes et des femmes trop communs et communes pour encore l'intéresser et le surprendre. Quand Devesh reparut, Raphael le gratifia d'un sourire prédateur et lui fit signe de venir s'asseoir à ses côtés. « I want some hot stuff... »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 18 Mai 2012 - 16:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Alors qu’il avait ouvert la porte, Devesh n’avait pas manqué de noter les agissements de Raphael qui s’était collé à lui avant de laisser glisser ses mains contre son corps. Le jeune Indien avait frissonné sous le coup de la surprise, mais il avait aussi tenté de dissimuler au mieux son trouble. Sur les murmures de cette chanson plus ou moins appropriée, ils entrèrent dans la pièce et Devesh avait fait volte-face pour mieux jouer son rôle d’hôte, toujours perturbé par l’attitude si tentatrice du jeune homme. Raphael le déstabilisa même en demandant un jus de fruit, ou simplement de l’eau. Sérieusement ? Il s’était attendu à un alcool quelconque mais certainement pas à cette demande là. Souriant malgré tout, Devesh désigna le salon et son grand sofa tout en se dirigeant vers la cuisine. Il tira deux verres d’un placard et les remplit d’un jus de fruits choisi avec soin, toujours au son du doux murmure des paroles de Raphael. S’amusant à agrémenter les verres de pailles, il les posa finalement sur un plateau avant de ramener le tout au salon.

Les verres finirent par être déposés sur la table basse tandis que Devesh allait glisser ses fesses aux côtés de Raphael et cela même s’il trouvait étrange d’être invité à le faire de cette manière alors qu’il était chez lui… « J’ai pris du jus de fruits de la passion… Je trouvais que ça s’intégrait bien au reste de la soirée. » Laissant un grand sourire venir orner ses lèvres, l’Indien se repositionna, glissant l’une de ses jambes sous ses fesses pour pouvoir faire face à son invité. « Je ne sais pas ce que tu peux avoir en tête, mais je préfère te prévenir tout de suite. Je suis loin d’être du même genre que tous ceux que tu as pu draguer de cette manière. Je te donne peut-être l’impression d’être facile, mais note que c’est juste parce que comme tu le dis, il existe bien des manières de s’amuser toute la nuit. Et ce soir, je veux m’éclater et découvrir des trucs totalement nouveaux. » Il était conscient que ça pouvait sembler bizarre, mais il voulait le dire. Il avait peut-être dix-sept ans, ça ne voulait pas dire qu’il était formaté comme tous les ados américains. Il était un Singh. Il était le futur maitre de l’Ordre de Rudra. Il n’avait rien à voir avec ces gamins capricieux que Raphael avait pu connaitre. Absolument rien.

« T'as d'beaux yeux, tu sais. » Les mots étaient sortis comme ça, tous seuls… Si son teint n’avait pas été aussi mat, on aurait pu voir Devesh rougir. Un instant, il détourna le regard, juste assez longtemps pour pouvoir reprendre contenance. Lorsqu’il reposa ensuite ses yeux sur Raphael, il avait l’air bien plus sûr de lui et de ce qu’il voulait. « Alors, tu voulais voir mes autres bijoux, nan ? Je t’ai montré où il y en avait un de plus alors si tu y tiens autant que tu le dis, vas-y, cherche le. A moins qu’en fait, tu m’ais menti pour entrer ici et que tu préfères découvrir autre chose… »
 
Revenir en haut Aller en bas

 
La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_6La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_8


La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_1La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_2bisLa nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]
» La nuit, tous les chats sont gris ... ou presque ! [PV : Warren]
» La nuit tous les chats sont gris [PV Nocta] [PAST]
» L'enfer est vide, tous les démons sont ici
» Les artistes sont-ils tous fous ? [Dr Crane & Music Meister]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_6La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury] Cadre_cat_8
Sauter vers: