AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Petit poisson deviendra grand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Mar 26 Nov - 23:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
26 novembre 2013

Petit poisson deviendra grand,
Pourvu que Dieu lui prête vie.
Mais le lâcher en attendant,
Je tiens pour moi que c'est folie ;
Car de le rattraper il n'est pas trop certain.

Jean de La Fontaine

— Ou bien on pourrait s’enfermer dans les toilettes, je nous déphase dimensionnellement dans le Royaume des Rêves, puis on attend la nuit, et là je nous rephase à Star City, ensuite, on contrôle télépathiquement un garde qui nous ouvre les portes du laboratoire et je fais léviter télékinétiquement l’aquarium jusqu’à l’extérieur, où tu l’attrapes en volant.

Telle était la version 12 du plan. La version 11 avait consisté en une sorte d’invasion de robots-araignées qui auraient démantelé l’Aquastar pour constituer d’autres robots-araignées (« mais si, tu sais, comme dans Stargate » avait précisé Chase) pour finalement… en fait, on n’avait pas très bien compris pourquoi. Chase avait encore suggéré de mener l’opération en plein jour, après avoir plongé tous les visiteurs dans une illusion particulièrement complexe, où il aurait été question, à un moment ou un autre, d’un homme appelé l’Architecte, qui aurait tenu un discours paradoxal sur la réalité, pour perturber tout le monde.

Puis Chase s’était souvenu que la première fois que Lukaz et lui avaient évoqué ce projet de cambriolage initiatique commun, Lukaz lui avait fait comprendre que tout était beaucoup plus intéressant s’ils n’abusaient pas de leurs pouvoirs. Cela avait été du reste la raison principale qui avait poussé Chase à s’entraîner consciencieusement pendant près de trois mois, à apprendre le fonctionnement des alarmes électriques, des serrures, à apprendre l’escalade (et à se faire enterrer vivant, au passage), à améliorer sa souplesse, et pas que lorsqu’il était tout nu avec Lukaz, bref, à se mettre au niveau. Pas au niveau de Lukaz, qu’il n’attendrait jamais. Simplement, tout cela, il n’en aurait jamais eu besoin s’il s’était contenté de convaincre tel ou tel scientifique de lui apporter ce qu’ils voulaient voler.

Un poisson. Quand Lukaz avait choisi la cible, Chase avait été légèrement dubitatif. Les poissons, ce devait être une lubie de Breton. Lukaz devait regretter son temps sur les chalutiers — parce que comme tous les Bretons, il avait dû regarder la mer démontée d’un air placide, la pipe au coin de la bouche, dans son ciré jaune et son pull rayé blanc et bleu. Lui, Chase, naïvement, il s’était représenté son premier cambriolage dans une collection privée, en quête d’un diamant à la réputation sulfureuse. Quelque chose de glamour. Et la photographie du poisson que Lukaz lui avait montré, elle n’était pas du tout glamour.

Mais le poisson se régénérait et ça, ça changeait tout. Il avait été découvert dans les eaux profondes de l’Océan Pacifique par une équipe océanographique du centre de recherche adossé à l’Aquastar et rapatrié dans le célèbre aquarium, qui disposait de ses laboratoires. Le poisson était capable de faire repousser des nageoires entières très rapidement et il constituait donc un excellent sujet d’études, tout du moins un sujet d’études beaucoup moins soumis aux comités d’éthique que les mutants humains dotés de capacités sensibles, un excellent sujet d’études, donc, pour qui voulait guérir ceci ou cela.

Apparemment, certaines sociétés pharmaceutiques étaient prêtes à payer le prix fort pour récupérer ce spécimen unique et Lukaz était parvenu à tenir l’information loin des oreilles des Mac Aoidh, dont l’espionnage industriel était l’un des fonds de commerce : ce n’était pas un mince exploit. Exit donc le plan 1, qui avait consisté à se faire téléporter par Abban au sein des laboratoires, puis à repartir avec le poisson. Depuis, Chase avait élaboré des plans fantasques et d’autres beaucoup plus sérieux. Lukaz l’avait abondamment guidé. Le couple était prêt. Chase avait revêtu son apparence d’Oniris. Ils avaient revêtu leurs combinaisons de cambrioleurs. Oniris avait consenti à faire taire l’excitation tactile que l’adrénaline et la combinaison de cambrioleur éveillait en lui. Et ils s’étaient mis en route.

Ils observaient désormais l’Aquastar, encore à bonne distance. Depuis que les Mac Aoidh, quelques semaines plus tôt, étaient venus nager comme des idiots avec les dauphins en faisant tourner en bourrique les gardes, les dits gardes avaient finalement obtenu de la direction qu’elle revît à la hausse les systèmes de sécurité. L’arrivée du précieux poisson dans les laboratoires avait constitué, bien entendu, un argument de poids et désormais, la nuit, sous ses apparences tranquilles, l’Aquastar était une petite forteresse.

Mais si les deux jeunes gens se tenaient à distance, ce n’était pas qu’ils craignissent encore de se lancer à l’assaut. C’était qu’ils avaient un plan. Chase acheva de fixer la bouteille à oxygène sur le dos de Lukaz, avant de se retourner pour qu’il lui rendît la pareille. Le conduit sous-marin par lequel l’Aquastar rejetait régulièrement les eaux océaniques de ses aquariums d’eau salé était juste sous leurs pieds et, à en croire les plans du bâtiment, il débouchait dans les sous-sols, vers l’ensemble des systèmes de chaudière et d’électricité, là où il y avait peu de chance que les gardes vinssent faire une ronde, parce qu’il n’y avait rien à voir.

C’était un excellent point d’accès — à ceci près que, justement, il n’était pas facile d’accès. Assis sur la rambarde qui longeait la côte, dos à l’océan qui montait assez haut en cet endroit de la digue, Chase fixa le détendeur, hocha la tête et se renversa en arrière, pour plonger dans l’eau.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 2 Déc - 20:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lorsque Chase lui avait évoqué ses différents plans, Lukaz n'avait pu que sourire en secouant la tête. Certes, ses idées étaient prometteuses et très intéressantes, surtout quand on avait décidé d'utiliser ses pouvoirs sans honte, sans gêne et sans aucune restriction. Mais le fait était que comme il le lui avait expliqué la première fois, il ne volait pas que pour s'enrichir. Il volait aussi pour le frisson que l'on ressentait en entrant dans un bâtiment, en évitant les gardes ou en réussissant son coup. Ca n'avait plus grand intérêt si on passait par un monde parallèle et qu'on recourait à la télépathie... Bien sûr, s'ils avaient dû voler un objet d'intérêt majeur ou si toute une opération secrète avait reposé là-dessus, Lukaz aurait probablement accepté l'un des douze plans. Mais en l'occurrence, ce n'était pas le cas et s'il avait envie d'initier Chase à sa façon de faire, ils allaient devoir recourir à des moyens plus traditionnels. Mais l'attaque de robots-araignées ou le passage par le Royaume des Rêves, ça serait pour une autre fois. Après tout, ils trouveraient bien un moyen de les utiliser !

Quant au fait de voler un poisson, il était évident que ça n'avait rien d'aussi séduisant que de voler un collier de perles et de bijoux en évitant les rayons laser, mais c'était néanmoins un coup intéressant ! Parce que le collier, lui, il n'était pas vivant et si on pouvait le glisser sous sa combinaison, ça ne serait pas trop possible avec le poisson... Parce que même si le commanditaire voulait en faire des sushi, il allait falloir le livrer vivant et ce serait déjà un bel exploit ! Le truc, c'était qu'il n'avait pas encore pu voir la bestiole en question autrement qu'en photo, à priori une nouvelle espèce, et qu'il espérait bien qu'elle soit facilement transportable, parce que la photo n'indiquait pas vraiment sa taille ou son poids. En effet, s'ils tombaient finalement sur un truc de la taille d'un thon ou d'un dauphin, ça allait devenir compliqué, à moins de le garder dans la baignoire d'un appartement. Et comme le leur n'avait qu'une douche...

Une fois Chase convaincu de l'intérêt du vol grâce aux capacités du poisson, ce dont Lukaz se moquait un peu, ayant depuis longtemps appris que la difficulté d'un coup valait bien plus que l'objet récupéré (sauf quand on payait pour l'objet, bien entendu), ils avaient donc élaboré différents plans, jusqu'à en trouver un qui leur semblait plutôt bon. Ainsi donc, le soir venu, ils avaient revêtu leurs tenues, calmé certaines ardeurs et ils étaient partis direction du front de mer. Là, ils avaient cherché un endroit calme et discret situé en vue de l'Aquastar dont la sécurité avait été grandement augmentée. Laissant le pick-up à cet endroit, ils avaient marché un peu avec leur équipement afin d'atteindre un autre secteur où se trouvait l'entrée de l'aquarium qu'ils s'étaient choisis, une entrée sous-marine qui expliquait qu'ils avaient dû revêtir des combinaisons de plongée. Néanmoins, si cela faisait un bon moyen d'accès, il y avait très peu de chance qu'ils l'empruntent à nouveau pour ressortir, surtout avec un poisson sur les bras. Ce serait bien trop compliqué... Ils devraient donc abandonner leur équipement sur place, ce qui faisait qu'ils avaient déjà dû jouer un jeu de rôle pour se le procurer. C'était là un autre aspect du vol qui était plutôt amusant, quand on y pensait !

Les bouteilles d'oxygène parfaitement harnachées sur leurs dos, ils finirent par plonger dans les eaux océaniques, Chase ouvrant la marche. Si Lukaz avait déjà plongé par le passé, cela faisait un petit moment qu'il ne l'avait plus fait et il lui fallut donc se réhabituer, surtout que la plongée se faisait de nuit, qu'il faisait donc sombre et que, pire que tout, ainsi emprisonné sous l'eau, il n'avait plus accès au moindre de ses pouvoirs. Se laissant le temps de repérer sa position, le Français finit par retrouver ses sens et suivant Chase, ils prirent la direction du conduit sous-marin. Ce dernier était suffisamment grand pour leur laisser la place de s'y déplacer, l'un derrière l'autre, mais comme il fallait s'y attendre, il était aussi sécurisé par des grilles. Qu'à cela ne tienne, ils avaient prévu leur coup et utilisant les outils qu'ils s'étaient procurés pour l'occasion, ils parvinrent à ouvrir l'accès, s'enfonçant ensuite dans la noirceur du tube.

Après ce qui sembla être de longues minutes de nage dans l'étroitesse du conduit, ils parvinrent enfin à un coude qui remontait et qui indiquait qu'ils en voyaient le bout. Débouchant dans une salle de maintenance, Lukaz fut le premier à atteindre la trappe et à l'ouvrir. Au vu de l'absence de personnel, il se hissa hors de la conduite et, une fois qu'il eut pris pied et retiré le détendeur de sa bouche, il aida Chase à sortir à son tour. Chuchotant à voix basse, le jeune voleur donna ses dernières consignes. « Bon, comme on l'a vu sur les plans, c'est un endroit tranquille. On peut donc abandonner notre matos ici, personne ne le trouvera. Maintenant, il faut trouver un moyen de déplacer le poisson. Puis trouver le poisson, aussi. Il doit être dans une zone sécurisée. » Vu son importance, cela semblait le plus logique. Mais qui disait zone sécurisée disait aussi surveillance étroite et système de haute technologie. Cela dit, une fois le poisson en leur possession, ils n'auraient plus qu'à sortir et là, le moyen le plus évident semblait être le hangar d'accès où ils devraient pouvoir trouver un véhicule. Ne restait plus qu'un problème dont Lukaz voulait s'assurer. « Hum... Est-ce que tu entendras toutes mes pensées ? Pour qu'on reste connecté... Des fois que ça dérape. » Parce qu'on ne savait jamais. On avait beau se préparer du mieux possible, quand on faisait un coup en groupe, même si ce n'était qu'un groupe de deux, ça pouvait toujours dégénérer. « Et n'oublie pas, les pouvoirs, c'est uniquement en dernier recours. » Oui, ce n'était pas non plus interdit parce que s'il fallait y recourir pour s'en sortir et bien, tant pis. La liberté restait l'élément primordial. « Tu te sens prêt ? On y va ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Lun 2 Déc - 23:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
En bon enfant de Star City, Chase aimait l’océan et il aimait nager. S’il n’était pas passionné par les poissons, préférant de loin les sous-marins, plus proches des vaisseaux de science-fiction, le jeune homme avait déjà eu en plusieurs occasions le plaisir de faire de la plongée. Seul le tourbillon de ses activités récentes, au sein puis en dehors de l’UNISON, l’avait tenu longtemps éloigné des plaisirs maritimes, et il ne lui fallut que quelques dizaines de secondes pour retrouver ses marques, une fois plongé dans les eaux obscures que les minces faisceaux de leurs lampes torches éclairaient.

Les deux jeunes gens parvinrent sans encombre dans une petite pièce déserte, uniquement occupée par le passage de quelques gros tuyaux de couleurs différentes et par la trappe qui donnait sur le conduit sous-marin, lui-même poursuivi sur plusieurs mètres avant de se distribuer dans les différentes sections de l’aquarium. Seul un entretien annuel conduisait quelques employés d’une société spécialisée à s’aventurer jusque là — et certainement pas au milieu de la nuit. Chase aida Lukaz à se débarrasser de sa combinaison de plongée, lui tourna le dos pour qu’il en fit de même, tout en hochant la tête.

— T’inquiètes pas. Tu pourrais être à l’autre bout de la ville que je te sentirais encore dans ma tête.

Ce qui eût été chez un autre une déclaration romantique un peu maladroite prenait un sens très littéral pour Chase. Une fois séparé de sa peau de poisson, il s’agenouilla pour ouvrir une petite malle en plastique et tendit à Lukaz une paire de chaussons, assez semblables à des ballerines de danse, avant d’enfiler les siens : parfaits, avait-il appris, pour se déplacer en toute discrétion. Il referma la petite malle et la repoussa par la trappe, avec le reste de leur équipement de plongée, qu’ils n’avaient pas prévu d’utiliser pour le retour et adressa un sourire à Lukaz.

— Oui, pas de pouvoirs, j’ai compris, chef !

Chase jeta une cagoule à Lukaz avant d’enfiler la sienne et les deux hommes quittèrent leur petit local presque abandonné. Évidemment, le NG avait appris les plans par cœur, même ceux des endroits les plus improbables où il n’y avait absolument aucune chose qu’ils se rendissent. C’était un peu comme observer des circuits électriques, finalement. Les laboratoires étaient vraisemblablement bien protégés par des serrures électroniques et nul doute que les gardes ne songeaient pas à les oublier lors de leurs rondes, mais l’Aquastar ne s’était pas transformé en quelques semaines en un centre de recherche ultra-sécurisé et Chase avait bon espoir de venir à bout de ces obstacles purement techniques.

Restait à les atteindre sans attirer l’attention des caméras. Le plus simple était encore de ne pas emprunter les couloirs et c’était l’une des raisons qui les avaient conduits d’abord aux sous-sols, assez loin à vrai dire des laboratoires eux-mêmes. Chase s’arrêta devant l’un des vastes conduits d’aération qui, la journée, selon la saison, distribuaient chauffage ou climatisation à l’ensemble du bâtiment. Il sortit un tournevis de la poche de son pantalon, dévissa le panneau et laissa Lukaz pénétrer à l’intérieur du conduit, avant de s’engager après lui, de se retourner et de fixer à nouveau la grille.

Il avait récupéré les vis. L’extrémité de la tige du tournevis se repliait à l’envers pour pouvoir revisser depuis l’intérieur — fabrication NG, artisanale, pour les besoins de l’opération. Le travail était un peu fastidieux et un peu long, mais il leur assurait une discrétion complète. Pour repérer les intrus, il aurait fallu désormais qu’un garde eût l’idée de rentrer dans le local qui donnait sur le conduit sous-marin, d’ouvrir la trappe et d’inspecter les fonds océaniques, pour y repérer leur équipement. Le conduit d’aération, lui, ne laissait pas de trace de leur passage.

Les deux cambrioleurs se mirent à progresser — et tout l’entraînement imposé par Lukaz ne tarda pas à démontrer sa nécessité. Il arrivait fréquemment que dans un angle difficile, le conduit s’élevât. Il fallait allier la souplesse pour se faufiler et la force des bras pour se hisser à un nouveau passage plan, en s’aidant des jambes pour se maintenir, le tout lentement, pour être aussi silencieux que possible. Ironiquement, Chase songea que Jack aussi, à sa manière, en lui imposant une pratique intensive du yoga et de certains sports, pour l’aider à mieux se maîtriser, avait favorisé la réussite de cette soirée qu’il eût sans aucun doute réprouvée de toute son âme.

Peu à peu, le couple progressait vers les niveaux supérieurs, jusqu’à l’étage où se trouvaient les laboratoires. De temps à autre, Chase tapotait la cheville de Lukaz pour l’inciter à se figer. Les yeux rivés sur sa montre aussi souvent que possible, le NG calculait l’intervalle probable entre les rondes. Les nuits précédentes, ils avaient observé de loin l’Aquastar, avec des jumelles militaires. Dans certaines parties entièrement vitrées, on pouvait apercevoir les gardiens qui tournaient. Chase avait inféré de cette fraction visible de leur trajet la régularité du reste, en fonction des plans, ainsi que les heures.

À chaque fois qu’un gardien passait en-dessous d’eux, dans le couloir, ils retenaient leur souffle et tendaient l’oreille. Les bruits de pas, feutrés par la moquette des couloirs, se faisaient un tout petit plus fort puis diminuaient, et ce n’était que lorsqu’ils redevenaient parfaitement inaudibles que les hommes reprenaient leur progression. Naturellement, il eût été facile pour Chase de repérer précisément tous les esprits présents dans l’Aquarium et même de les convaincre de ne pas s’aventurer dans les zones qu’ils visitaient eux. Bien trop facile, justement.

Alors qu’ils approchaient, selon les calculs de Chase, des laboratoires, le conduit s’interrompit brusquement. Chase se contorsionna pour apercevoir, par delà Lukaz, la situation. Très bas, il murmura :

— Les labos doivent avoir leur propre circuit. Mais on est plus très loin.

Les deux hommes revinrent sur leurs « pas », à reculons — ce qui compliquait encore un peu les choses — pour atteindre finalement la grille la plus proche. Chase glissa le tournevis dans l’une des ouvertures et reprit son pénible travail. Les gestes précis du micro-électronicien étaient sensibles dans la délicatesse et la patience dont il faisait preuve — la même qu’il mettait, dans la Forteresse des Rêves, à réparer les robots-araignées qui en avaient besoin. Une première vis fut soigneusement retirée, puis une deuxième, une troisième et une dernière. Chase dégagea la grille en silence et la fit rentrer à l’intérieur du conduit.

Celle-là, il ne pourrait pas la revisser une fois de l’autre côté et à partir de ce moment, leur temps pouvait être content, même si tous les gardiens ne levaient pas le nez en l’air, pendant leur patrouille. Ce qui inquiétait plus Chase, cependant, c’était les caméras de sécurité. Il rangea son tournevis et sortit de sa poche un petit miroir de dentiste, pour le glisser sur le bord de l’ouverture et le faire tourner dans tous les sens. Le reflet était minuscule, bien entendu, fait à l’origine pour examiner les dents, mais l’instrument avait le mérite d’être d’une discrétion quasi parfaite. Les yeux plissés, Chase observait les quelques détails qu’il percevait du couloir.

Et elle était bien loin : l’objectif, fixé sur ce qui devait être la porte du laboratoire, le voyant rouge qui indiquait le fonctionnement. Puis elle se mit à tourner, très lentement. Pendant de longues minutes, Chase resta aplati dans le conduit d’aération, les yeux fatiguant sur l’infime miroir, quand ils ne se portaient pas sur sa montre. Pour chronométrer le temps pendant lequel la porte du laboratoire était dans l’angle mort de la caméra. Il retira finalement le miroir et chuchota :

— Une minute trente.

Ils avaient une minute trente pour descendre de leur conduit dans le couloir, pirater la serrure électronique de la section de recherche et refermer la porte derrière eux, sans être surpris par l’objectif de la caméra. C’était suffisant, indubitablement, mais cela ne laissait pas beaucoup de place à l’erreur. Chase plongea son regard dans celui de Lukaz et, lentement, il hocha la tête.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 8 Déc - 22:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Une fois les lieux pénétrés, les deux jeunes voleurs se débarrassèrent de leur matériel tandis que Chase confirmait qu'il pourrait repérer Lukaz où qu'il soit dans la ville, à moins qu'un autre super-psychopathe ne décide de recourir à une pierre magique pour le dissimuler à l'esprit de son petit ami. Cela étant dit, le jeune Français se demandait quand même comment tout cela pouvait fonctionner. Est-ce que Chase entendait tout ce qu'il pouvait penser grâce à la petite voix dans sa tête ou est-ce qu'il n'entendait que ce qu'on lui adressait directement, si ce genre de chose était seulement possible... A moins qu'il ne ressente qu'une présence qui se faisait plus pressante lorsque l'esprit tentait de lui communique quelque chose. Mais même là, ça restait relativement flou et dans un sens, le voleur s'en moquait. Ce n'était pas comme s'il avait des choses à cacher à Chase, après tout, même si toutes ses pensées n'étaient pas forcément intéressantes au point de les partager.

Ils enfilèrent alors des chaussons spéciaux qui étoufferaient les sons de leurs pas et Chase décida de dissimuler leur matériel dans le gros tuyau qu'ils avaient emprunté pour venir, ce qui n'était pas bête. Lukaz se serait probablement contenté de le laisser là, dissimulé derrière une installation quelconque, étant donné que personne ne devait passer par ici. Mais l'initiative de son petit ami restait une bien meilleure précaution et même si les lieux ne devaient pas être fréquentés, deux précautions valaient mieux qu'une. C'est donc ravi du cœur que Chase mettait dans leur aventure que Lukaz dissimula son visage et qu'ils entrèrent dans une nouvelle conduite, celle du système d'aération qui pourrait les conduire presque jusque dans les laboratoires. Rampant, escaladant, passant par des passages bien difficiles, les deux compères évoluèrent lentement, Lukaz ressentant la satisfaction de voir que les entraînements avaient porté leurs fruits. Chase se montrait particulièrement à la hauteur, prenant parfois l'initiative de prévenir le Français de l'arrivée imminente d'une patrouille. Pour un peu, Lukaz aurait même été de trop, tant le jeune Américain avait préparé leur vol, que ce soit en inventant des outils qui pourraient s'avérer nécessaires pour eux ou en élaborant de savants calculs pour connaître les heures de passage des gardes, ce que le Français n'aurait sans doute pas été capable de faire aussi précisément. Dans le même temps, s'il avait dû faire cela tout seul, il s'y serait probablement pris différemment et il appréciait donc que Chase prenne les choses tellement à cœur.

Ils arrivèrent finalement au terme du conduit et ce dernier s'interrompit, ce qui, d'après Chase, devait signifier que les laboratoires disposaient de leur propre circuit. Cela semblait logique, puisque de cette manière, on pouvait mieux réguler la ventilation et surtout, isoler totalement le système si cela s'avérait nécessaire. Malheureusement pour eux, cela voulait aussi dire qu'ils allaient devoir trouver un moyen d'y accéder en évitant les caméras et les gardes, ce qui impliquait un moment quelque peu... tendu. Rampant en arrière, ils finirent par arriver à la grille la plus proche des portes du laboratoire. Chase ne tarda pas à l'ouvrir et grâce à un autre outil, il se mit à scruter le couloir. De sa position, Lukaz ne voyait pas grand chose mais il avait une totale confiance en son petit ami. Le temps passa, lentement, jusqu'à ce que le mentaliste ne donne un chiffre. Une minute trente secondes. C'était le temps qu'ils avaient pour quitter leur position, rejoindre la porte, pirater le système de serrure en entrer. Autrement dit, ils n'avaient pas le droit à l'erreur, parce que leur temps réel était bien inférieur. Le gros problème de tout cela, c'était qu'ils ne pouvaient absolument pas vérifier si les laboratoires étaient vides et que de fait, ils pourraient malheureusement se jeter dans la gueule du loup. Ou du requin, au vu des lieux.

Lorsque Chase lui indiqua d'un signe de tête qu'il était prêt, Lukaz se servit de ses bras pour se faire glisser en arrière et d'un geste souple, il fit passer ses jambes dans l'ouverture avant de se laisser tomber au sol, amortissant la chute en fléchissant les jambes. Seul un son lourd et sourd se fit entendre mais à moins d'être à proximité, on ne pouvait pas le percevoir. Le temps étant compté, Lukaz avança dans le couloir pendant que Chase quittait à son tour son perchoir. Plus loin, un couloir parallèle rejoignait le leur et le voleur Français se dirigea donc dans cette direction, sortant un petit miroir pour s'arrêter à l'angle des murs. Là, il scruta le passage pour le découvrir vide. Mentalement, il dirigea donc quelques pensées vers son petit ami tout en espérant que ce dernier puisse les percevoir. *Je te laisse la porte. Je surveille le couloir pendant ce temps.* En effet, s'ils avaient bien une minute trente par rapport à la caméra, il restait toujours possible qu'une patrouille débouche sur eux pendant ce laps de temps et ils seraient alors grillés. *La voie est libre, tu peux passer.* Jusqu'à présent, Lukaz n'avait jamais eu à aller dans des lieux aussi sécurisés que celui-ci, c'est à dire avec des systèmes électroniques et autres choses du même style. Il n'y connaissait donc pas grand-chose et il laissait volontiers cela à Chase.

Quinze secondes étaient déjà passées. Cela faisait peu, mais c'était aussi énorme. Il ne devait pas leur rester plus d'une minute, au grand maximum. Lukaz était tendu, aux aguets. Parfois, il jetait des regards du côté de Chase et de la porte, pour voir ce que cela donnait. Puis son attention fut attirée ailleurs. Un mouvement dans le couloir l'obligea à reporter son regard sur le miroir et il ne lui fallut pas longtemps pour remarquer qu'une patrouille approchait. Remballant son matériel, le jeune voleur se déplaça rapidement et furtivement en direction de la porte. *Une patrouille approche. Je dirais qu'on a encore trente secondes avant qu'elle n'arrive dans le couloir. Ca avance ?* Il espérait bien que la porte allait s'ouvrir rapidement parce que même s'il pouvait sans aucun problème s'occuper des deux gardes, ça ne les aiderait pas. L'absence d'une patrouille serait le meilleur moyen de déclencher les protocoles de sécurité et ils n'en avaient pas besoin. Alors oui, il espérait que le clic caractéristique de l'ouverture de la porte se ferait entendre et qu'ils auraient le temps d'entrer avant que les gardes ne débouchent sur eux. Et que la caméra ne les détecte. D'un coup d’œil, Lukaz regarda en direction de cette dernière, constatant qu'elle n'allait plus tarder à cible la porte. Pourvu que les laboratoires soient vides ! *Alors ?*
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Dim 8 Déc - 23:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le Neutron-Grey faisait tout son possible pour avoir l’air absolument sûr de lui, mais en réalité, s’il avait pu demander à chaque étape, à Lukaz, de valider ses gestes, il l’eût sans doute fait. Ses mains ne tremblaient pas, sa respiration ne s’accélérait pas, mais c’était qu’il avait l’habitude, depuis son entrée à l’UNISON, depuis bien avant cela, même, des situations dangereuses où un calme parfait était absolument nécessaire. Cette maîtrise parfaite de soi-même, il la devait à Jack, comme nombre de qualités qu’il déployait, cette nuit-là, pour renverser les valeurs que son oncle avait péniblement tenté de lui inculquer, tout au long de sa jeunesse.

En tentant d’imiter au mieux les mouvements de son compagnon et, ce soir-là, complice, Chase glissa hors du conduit. Il essaya de vider son esprit, de ne pas compter les secondes, de ne pas penser à ce qui arriverait s’il échouait. Naturellement, il était peu probable que Lukaz et lui finissent jamais en prison. Il aurait fallu une extraordinaire malchance et des gardes d’aquarium particulièrement puissants pour les empêcher de fuir. Mais l’idée de décevoir Lukaz et de paraître finalement, aux yeux de son ami, inadapté à la vie criminelle dans laquelle le Breton s’engageait de plus, était insupportable — terrifiante.

Précédé par Lukaz, Chase ne tarda pas à parvenir jusqu’à la serrure électronique, qu’il entreprit de démonter aussi délicatement que possible, de peur qu’en rompant tel ou tel contact, il en vînt à déclencher une alarme. Puis il ne fit rien. Les secondes passaient et le jeune homme se contentait d’observer les circuits, les fils, les composants, de les comparer avec ce qu’il connaissait, tous les schémas qu’il avait soigneusement étudiés, à la fois pour préparer cette aventure précisément et pour aider Charlie à sécuriser pleinement son cabinet, lorsque son amie avait finalement décidé de se lancer.

Les mots du Français se formèrent dans son esprit et pour toute réponse, le mentaliste communiqua une vague de confiance à son petit ami — un sentiment suffisamment distinct de ceux de Lukaz pour qu’il pût le percevoir sans l’amalgamer aussitôt au sien. C’était une création particulièrement complexe pour n’importe quel télépathe, mais pour Chase, elle était une réponse plus rapide et plus intuitive que des pensées pleinement articulées. Cette confiance, cela, il était loin de la partager : même si la serrure électronique n’avait rien d’exceptionnel, même s’il avait pleinement identifié les fils à reconnecter dans un ordre différent, il craignait encore de faire une erreur.

Mais les pensées de Lukaz se firent pressantes.

* Viens. *

Alors que le cambrioleur revenait à lui, Chase accomplissait la manœuvre élémentaire qu’il méditait depuis quelques secondes déjà et la porte s’ouvrit dans un bruit de décompression. Chase eut à peine le temps de fixer de nouveau le boitier sur la serrure et de s’engouffrer à l’intérieur, après en avoir activer la fermeture. Le panneau métallique coulissa derrière eux et, bientôt, ils entendirent, de l’autre côté, alors qu’ils s’étaient collés au mur en tendant anxieusement l’oreille, le bruit feutré des pas sur la moquette.

La patrouille passa et le silence revint. Comme il l’avait supposé, personne n’avait songé à lever les yeux pour découvrir la grille dévissée du conduit d’aération. De sa main gantée, Chase avait serré — broyé — celle de Lukaz. Ses doigts se détendirent enfin et le jeune homme échangea un regard avec son petit ami. Ce ne fut qu’alors qu’il promena les yeux sur leur nouvel environnement.

Si le laboratoire n’avait pas de vitre et que les lumières de la ville ne l’éclairaient pas, il n’était pas pour autant plongé dans l’obscurité : de nombreux aquariums étaient placés au-dessus de petits projecteurs qui les illuminaient d’une lueur blafarde et des armoires réfrigérantes complétaient le décor. Mais la première chose que le mentaliste examina, ce fut les plafonds. Il y avait bien une caméra de sécurité et, à en juger par la lumière, elle était déclenchée. Le modèle cependant était bien différent de ceux qu’ils avaient vu dans le couloir. Bien plus récent.

Il n’y avait pas d’alarme. La patrouille ne s’était pas précipitée sur la porte. La caméra pourtant les fixait.

* Elle fonctionne peut-être en circuit fermé. *

Chase quitta le mur pour s’installer devant l’un des ordinateurs du laboratoire, que les scientifiques, au mépris de toute considération écologique, avaient évidemment laissé en veille. Le mot de passe qui protégeait censément les recherches pas vraiment sensibles de l’équipe d’ichtyologie retint Chase quelques secondes puis le jeune homme se mit bientôt à visiter les archives du laboratoire, jusqu’à trouver celles de la caméra. Elles étaient exclusivement constituées de scientifiques qui rentraient, trituraient des poissons et ressortaient.

* Le déclenchement est lié à la serrure électronique. Je vais régler ça. *

Et Chase se livra à l’une de ses activités favorites : afficher un terminal et le noyer sous des lignes de commande sans se soucier des bips ponctuellement plaintifs de la machine. Le système informatique fermé du laboratoire s’acheminait ainsi aussi rapidement que sûrement vers un crash informatique complet. Bientôt, le voyant de la caméra s’éteignit. Les fichiers d’archives furent effacés en bloc. Puis Chase entra une série de symboles maudits.

rm -rf /
(Ne faites pas ça chez vous, les enfants.)

Et ce fut ainsi Chase Neutron-Grey parvint au comble de la cruauté.



Puis il vola un poisson.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 12 Déc - 21:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz fut particulièrement rassuré, quand il vit la porte s'ouvrir lentement devant eux et, sans plus attendre, il se glissa à travers l'ouverture tout en jetant un œil dans la pièce qui s'offrait à son regard. Vide. Ils avaient de la chance ! Chase le suivit bien vite et le panneau de la porte glissa à nouveau dans un bruit étouffé. Le duo de voleurs se pressa alors contre le battant, écoutant dans un silence de mort les sons en provenance de la patrouille qui n'allait pas tarder à passer devant eux. Si la chance continuait d'être de leur côté, il ne se passerait rien. Dans le cas contraire, la patrouille pourrait apercevoir la grille manquante du système de ventilation ou le couvercle du boîtier de serrure potentiellement mal fixé. Même si cela semblait tout simplement impossible, parce qu'il était peu probable que Chase, même dans la précipitation, ne fasse quelque chose de travers. Les pas se firent alors entendre, très faiblement, puis ils disparurent, sans qu'il ne se passe rien. Ils étaient sauvés, au moins pour le moment.

Laissant échapper un soupir, Lukaz répondit en souriant au regard de Chase, même si le fait de porter une cagoule pouvait empêcher le blondinet de le remarquer. Portant ensuite un œil plus averti sur la salle du laboratoire, le voleur finit lui-aussi par repérer la caméra, constatant qu'elle ne semblait pas être en état de marche. Peut-être qu'elle servait simplement à surveiller les scientifiques durant la journée, histoire de s'assurer qu'ils ne faisaient rien de mal ? C'était une possibilité, même si cela restait quand même très peu probable. D'un autre côté, qu'elle intérêt y avait-il à laisser une caméra hors de fonction ? Il n'y connaissait pas grand-chose, mais Lukaz commençait à trouver ça bizarre. Des mots se formèrent alors dans son esprit et Chase se dirigea vers l'un des ordinateurs, commençant des manipulations auxquelles le Français ne comprenait rien...

Aussi, laissant la gestion de ce petit problème à son compagnon plus que qualifié, Lukaz se dirigea vers les aquariums et, sortant de sa poche la photographie du poisson, il se mit à chercher leur cible du moment. Après quelques instants, il le trouva enfin et constata que le vol n'allait sans doute pas être aussi évident que cela. En effet, la bestiole était somme toute assez imposante, mais surtout, l'aquarium était d'une belle taille. Le sortir de là allait déjà leur poser quelques difficultés, sans compter qu'il allait ensuite falloir le déplacer jusqu'au garage. D'après les plans, la distance à parcourir ne serait pas si grande que cela, le garage étant placé à proximité du laboratoire pour éviter d'avoir à déplacer les spécimens sur de trop grandes distances, mais en pleine nuit, avec un poisson et en devant éviter les patrouilles, ça n'allait pas non plus être une promenade de santé. Toutefois, chaque chose en son temps !

Chase finit par le rejoindre après avoir fini de torturer le pauvre ordinateur qui n'avait probablement pas mérité ça et Lukaz désigna l'aquarium devant lui. *C'est notre poisson. Va falloir le sortir de là, maintenant.* Pour ça, ils avaient plusieurs solutions à disposition. La plus simple était entre les mains de Chase, même si le Français ne savait s'il en serait capable. Avant tout, le voleur regarda autour de lui et repéra plusieurs caisses en plastique dans lesquelles on devait déplacer les poissons. En prenant une assez grande, il la porta jusqu'à l'aquarium, la déposant à même le sol. Formant des mots dans son esprit, il posa alors la question à Chase. *Est-ce que tu crois que tu arriverais à sortir un bloc d'eau avec ta télékinésie ?* Certains diront alors que le Français avait imposé la non utilisation des pouvoirs lors du vol, mais cela concernait surtout les capacités télépathiques appliquées directement aux gardiens. Après tout, lui-même se servait de ses soleils explosifs pour ouvrir des coffres alors si Chase pouvait sortir le poisson et de l'eau avec son esprit, c'était parfait ! Mais ça semblait quand même assez complexe, du point de vue de Lukaz et si le poisson arrivait à nager et à sortir du bloc d'eau pour s'écraser sur le sol, ils seraient bien dans la merde... *Sinon...*

Jetant un nouveau regard à la pièce, le voleur repéra un placard qu'il ouvrir pour découvrir des épuisettes. Choisissant la plus grande, il attrapa aussi un seau qu'il rapporta vers l'aquarium. *On pourrait remplir la caisse d'eau avec le seau, à moins que tu puisses la plonger directement dans l'aquarium, ça irait plus vite. Cela dit, pas sûr que tu puisses attraper le poisson en même temps...* Mais s'il n'y arrivait pas, ce n'était pas bien grave. En effet, Lukaz brandit l'épuisette avant de reprendre la parole mentale. *Tu pourrais me soulever, tu penses ? Comme ça, je le chope avec ça et ça règle le problème.* Ne restait alors plus qu'à sortir... Et là, soit ils portaient la caisse à bout de bras, ce qui risquait d'être gênant s'ils tombaient sur une patrouille, soit Chase la déplaçait grâce à son esprit et Lukaz se chargeait d'ouvrir le passage, soit ils trouvaient un chariot à roulettes au risque d'attirer l'attention avec le bruit qu'ils pourraient faire... D'un autre côté, s'ils attendaient le temps que la patrouille repasse devant la porte, ils pourraient largement avoir le temps de rejoindre le garage sans se faire prendre. Ne restait qu'à faire attention à la caméra... *Alors, c'est quoi le mieux ? Tu me fais voler ? Je suis léger, j'ai pas beaucoup mangé, ce soir !*
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Jeu 12 Déc - 23:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Voler un poisson était beaucoup plus facile sur le papier que dans la vraie vie. C’est cette amère constatation qui s’imposa de tout le poids d’un aquarium gigantesque à Chase, quand il considéra la bête. D’abord, elle était très moche, mais la question n’était pas là. Il voyait mal comment ils allaient bien pouvoir se trimballer ce truc avec son bocal gigantesque dans les couloirs de l’Aquastar sans utiliser le moindre de leurs pouvoirs — car telle était la règle très stricte, ne l’oublions pas, que Lukaz avait imposé dès le départ et qu’il s’apprêtait, en criminel malhonnête qu’il était, à piétiner comme un troupeau de gnous le papa de Simba. Monstre.

* Heureusement qu’on à la forteresse à la maison pour ranger ça. *

Oui parce qu’ils étaient très malins, mais ils n’avaient pas vraiment prévu ce qu’ils feraient du poisson une fois volé et cette bête-là, avant de la revendre, il allait bien falloir la conserver quelque part, et de préférence ailleurs que dans le lavabo de la salle de bain, faute de devoir un jour appeler un gros plombier dégoûtant pour le déboucher. Et croyez-moi, vous n’en avez pas envie, oh que non. Dans la Forteresse Onirique, en revanche, Chase pouvait à loisir constituer un aquarium — ou un étang — où le charmant animal coulerait des jours heureux, jusqu’à ce que quelqu’un voulût bien s’en rendre acquéreur.

Cette réflexion faite, Lukaz acheva ses propres règles comme les chasseurs la maman de Bambi (monstre) — ce qui, somme toute, arrangeait bien le mentaliste. Chase écouta les différentes solutions.

* On a qu’à les tester dans l’ordre. *

Le jeune homme se concentra et le poisson commença à s’élever contre son gré dans le bocal. Eût-il été plus expressif qu’il eût indubitablement pris l’air étonné. Chase essayait pour sa part de constituer une bulle d’eau autour de l’animal, mais le poisson finit par sortir seul de la surface, qui ne faisait elle que clapoter, et le télékinésiste fut contraint, très frustré, de laisser la bête regagner son milieu artificiellement naturel. Il y eut un petit silence vexé — ne pas arriver à faire quelque chose, ce n’était pas vraiment dans les habitudes de Chase.

* Je m’entrainerai. *

Autant dire que trois semaines plus tard, il contrôlerait les marées. En attendant ce nouveau pouvoir qui se révélerait sans doute incroyablement lucratif quand il se déciderait à se lancer dans l’exploitation halieutique, Chase s’empara du sceau et commença à remplir le caisson de transport à l’huile de coude, c’est-à-dire à le remplir avec de l’eau, mais grâce à l’huile de coude — vous m’aurez compris. C’était un travail fastidieux, mais au moins il était sûr de réussir — il ne manquerait plus que Lukaz fût déçu par ses performances.

Une fois le niveau d’eau suffisant atteint, le mentaliste se retourna vers son homme.

* Je te fais voler. Prêt ? *

Ce ne serait pas la première fois que Chase manipulerait télékinésiquement le corps de Lukaz même si, d’ordinaire, il utilisait ses pouvoirs dans des circonstances un peu moins… vêtues. Ainsi débuta la pêche aux canards d’un nouveau genre. Une emprise télékinésique glissa le long du corps de Lukaz, comme une seconde peau qui l’enserrait tout entier et le Breton s’éleva lentement dans les airs. Au regard de ce qu’était capable de soulever Chase au meilleure de sa forme, Lukaz était de fait un poids plume et l’Américain le manoeuvrait sans la moindre difficulté.

Le Breton et son épuisette flottèrent au-dessus de l’aquarium, tandis qu’à côté, le caisson plein d’eau s’éleva à son tour, pour assurer au poisson une période de transition aérienne minimale — savait-on jamais, la bête pouvait être fragile. Une fois le transfert effectué, Chase reposa Lukaz au sol et son emprise se dissipa, non sans s’être, peut-être, un tout petit peu attardée sur les fesses du cambrioleur. On ne se refait pas. Chase aida Lukaz à sceller le caisson, avant de le considérer un moment.

* Je peux transporter ça sans problème. Le truc, c’est qu’il faudra y aller lentement, tout de même. Parce que si on tangue dans tous les sens, le poisson, il va finir sacrément amoché et il ne vaudra plus rien. *

Il avait déjà une sale tête, selon lui, mais les acheteurs pouvaient être pointilleux. Le caisson s’éleva de nouveau et les deux cambrioleurs, suivis par leur précieuse cargaison, revinrent se coller à la porte du laboratoire, pour guetter l’arrivée puis le départ d’une nouvelle patrouille, afin de bénéficier d’autant de temps que possible pour gagner le garage — et même ainsi, Chase ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur leurs chances de succès.

Quand les pas d’un garde s’amuirent au loin cependant, ils rouvrirent la porte et commencèrent leur pénible progression. Contraint de se concentrer pour s’assurer que le moins de mouvements possibles venaient agiter le voyage de leur ami le poisson, Chase voyait à peine où il mettait les pieds et n’avançait pas très vite. Le garage avait beau être tout proche, la progression paraissait plus compliquée presque que celle qui, dans les conduits d’aération, les avait conduits jusqu’aux laboratoires.

Et les choses ne s’arrangèrent pas quand ils entendirent, au détour d’un couloir, un talkie-walkie grésiller.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 18 Déc - 21:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Il était évident que le poisson à la sale tête était bien loin de premières idées que Chase avait dû se faire d'un cambriolage romantique mais il fallait avouer que dans la vraie vie, on était souvent loin de ce que nous montraient les films. Ainsi donc, Lukaz n'avait que très rarement dû éviter des rayons laser rendu visibles grâce à une bombe aérosol pour ensuite s'emparer d'un diamant aussi gros qu'une tête avant de sauter en parachute depuis le trois-centième étage sous les yeux ébahis des gardes de la sécurité... Non, dans la réalité, il fallait ramper dans les conduites de ventilation poussiéreuses, vider des aquariums et s'échapper avec des gros poissons moches. Mais au moins, ils le faisaient ensemble, dans des tenues particulièrement seyantes...

Bien entendu, comme ils n'avaient malheureusement pas toute la nuit pour réaliser ce coup et c'est pour cette raison que Lukaz n'avait pas hésité à demander à son compagnon de se servir d'une partie de ses pouvoirs. D'un autre côté, il n'avait jamais interdit l'usage de leurs pouvoirs, mais juste de certains d'entre eux. S'il s'était mal exprimé, c'était simplement parce qu'il ne maîtrisait peut-être pas encore toutes les subtilités de l'anglais. C'était évident, non ? Et puis, en gagnant du temps, ils en auraient davantage pour s'occuper à d'autres choses un peu plus tard et le voleur Français était pratiquement certain que son petit ami serait sensible à cet argument. Il en ressortait donc qu'il n'y avait pas le moindre problème à transgresser les règles parce qu'au final, quel genre de voleur serait-il s'il ne le faisait pas ? N'avait-il pas déjà transgressé de nombreuses règles, que ce soit en doublant les voleurs qui lui avaient permis de débuter sa relation avec le NG ou en décidant justement de sortir avec lui ? La réponse était évidente.

Lorsque Chase évoqua la possibilité de garder le poisson au sein de la forteresse le temps qu'il faudrait, Lukaz se demanda s'il était sage de faire subir le déphasage à un animal. Un humain survivait à cette expérience, mais qu'en serait-il d'un bête ? Et de toute façon, ils n'allaient pas en avoir besoin. *T'inquiète, c'est déjà prévu. Quand on fait un vol, on s'arrange pour trouver un acheteur avant tout. C'est une erreur de débutant de voler et de garder chez soi.* Bon, il était vrai qu'il avait peut-être déjà commis l'erreur de faire un vol et de garder l'objet quelques jours mais de manière générale, il valait mieux éviter ce genre de situation. Dans tous les cas, le vol qu'ils étaient en train de mener avait justement été mis en place parce qu'un acheteur s'était manifesté, même si Lukaz ne connaissait pas son identité réelle. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il devait le livrer en un lieu précis avant une date finale et qu'il toucherait son argent s'il s'agissait du bon poisson et qu'il était encore en vie. Autant faire le maximum pour s'assurer que tout se passe en douceur.

Chase tenta alors d'extirper l'animal de l'aquarium avec une grosse bulle d'eau mais comme le Français s'y était attendu, ce n'était pas aussi simple que cela. Si ses pouvoirs semblaient parfaitement fonctionnels sur des éléments solides, c'était un peu différent dans d'autres situations. Aussi, lorsque la réaction vexée du blondinet se fit voir, Lukaz s'approcha de lui pour couler une main rassurante dans son dos, évitant de le contredire autant que possible. *J'en doute pas.* Il était évident que quoi qu'il puisse lui dire, Chase s'entraînerait jusqu'à parvenir à déplacer des masses d'eau, alors il ne servait à rien de tenter de l'en dissuader. Surtout ici. Le caisson finit toutefois par se remplir et lorsque Oniris lui demanda s'il était prêt, Lukaz hocha la tête. En un instant, il sentit la force télékinétique l'envelopper et il s'éleva du sol. Si la situation aurait pu être perturbante, il commençait néanmoins à en avoir l'habitude, même si l'usage qu'ils en faisaient généralement était différent. Solar avait confiance en Oniris et le fait que ce dernier aurait pu le tuer d'un mouvement ne lui venait même pas à l'esprit. Il était simplement concentré sur le poisson. La prise fut relativement rapide et le poisson dans son nouvel environnement ainsi que le voleur Français retrouvèrent pieds – et nageoires – sur le sol, non sans que Chase ne se laisse aller à quelque provocation télékinétique.

Souriant sous sa cagoule, Lukaz l'aida finalement à sceller le caisson avant d'écouter ce que lui proposait son amant. *Bon, je vais marcher en avant, pour m'assurer qu'on ne tombe pas sur une patrouille. De ce qu'on a pu voir, les patrouilles se font toutes dans le même sens, ce qui veut dire qu'en théorie, personne ne pourra nous prendre à revers. Si on s'y prend correctement, on peut repérer les gardes avant qu'ils nous voient et on pourra toujours trouver une salle ou un bureau où se cacher.* Sur le papier, l'idée semblait totalement fonctionnelle. *Mais tu as raison, mieux vaut y aller doucement...* Alors que le caisson s'élevait lentement, le duo criminel se dirigea vers la porte, l'oreille collée au battant, écoutant le moindre son pour repérer le passage de la patrouille. Dans la théorie, ils auraient tout juste assez de temps pour rejoindre le garage avant qu'une autre patrouille ne croise leur route, mais le souci, c'était bien que la théorie était souvent assez loin de la pratique...

Lorsqu'ils furent enfin sûrs que la patrouille était passée, Lukaz entrouvrit la porte et jeta un œil vers la caméra. Celle-ci scrutait le couloir et leur laissait donc le champ libre, ce qui leur permit de sortir du laboratoire, de refermer la porte et de s'engouffrer dans le couloir d'où ils étaient venus avant qu'elle ne soit revenue sur la porte. Précédant ensuite Chase, Solar avançait une dizaine de mètres en avant, lui ouvrant la voie en lui servant d'yeux. Malheureusement, la situation se compliqua lorsqu'ils entendirent un talkie-walkie... Quelqu'un semblait s'avancer dans leur direction et ce devait très probablement être une nouvelle patrouille. Le souci était qu'il n'y avait pas la moindre porte à ouvrir pour se dissimuler, du moins, pas assez prêt pour qu'ils aient le temps de le faire. Pointant son doigt derrière eux, Lukaz désigna ce qui devait être un distributeur de boissons chaudes. *Là, si tu parviens à poser la caisse sur le distributeur et que tu te dissimules derrière sans bouger, ils pourraient passer à côté de toi sans te voir.* C'était risqué et peu probable que ça fonctionne, mais c'était mieux que rien. Quant à lui... Il leva les yeux vers le plafond et désigna les conduites qui se déplaçaient tout du long. *Je vais m'accrocher aux tuyaux un peu plus loin. Je pense qu'ils ne me verront pas, avec la nuit, mais au moins, s'ils te repèrent, je pourrais les prendre à revers.* Et en deux contre deux, avec l'effet de surprise, ils pourraient sans aucun doute avoir l'avantage.

Observant Chase se mettre à l'abri, Lukaz finit par avancer de quelques mètres avant de sauter sur place et d'empoigner l'un des tuyaux, le plus gros et donc, le plus résistant. D'un geste souple et calculé, il remonta ensuite le reste de son corps et s'agrippa du mieux qu'il le put tout en cherchant à dissimuler sa présence. Fermant les yeux, il chercha à écouter les bruits de pas et dans le même temps, il se concentrait assez pour passer en forme solaire. Cela ne lui serait pas particulièrement utile parce qu'il n'y avait pas de Soleil à absorber, mais au moins, il aurait la possibilité d'utiliser ses autres capacités. En s'entraînant dans la Forteresse Onirique, il avait effectivement compris que ces nouveaux pouvoirs étaient liés à sa deuxième forme. Le bruit des pas le ramena à lui et il constata que les vigiles se trouvaient juste sous sa position. Deux mètres plus loin, l'un des deux s'arrêta. « Bon sang, Jim, qu'est-ce que c'est que ça ? » A priori, le caisson de transport les avait interpellés... Sans trop attendre, Lukaz décrocha dès lors ses jambes et dans un bruit sourd, il se laissa retomber sur le sol. L'un des gardiens se retourna et Solar le frappa, l'envoyant retomber en arrière, près du distributeur, avant de diriger son attention sur le deuxième homme. Ce dernier avait sorti une matraque mais par chance, le voleur n'en sentit pas les coups, protégé par son pouvoir... Ce qui ne l'empêcherait pas d'avoir des gros bleus, plus tard. Répliquant à son tour, Lukaz parvint à le frapper au visage par deux fois et grâce à sa force, il put assommer l'homme pour au moins quelques dizaines de minutes. C'était bien assez de temps pour qu'ils puissent fuir. Malheureusement, en faisant volte-face, il constata que le deuxième vigile s'était redressé et qu'il pointait un objet dans sa direction. Une arme à feu, sans doute... Ou un taser. Désagréable dans tous les cas. *Chase ?*
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Jeu 19 Déc - 21:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le rythme cardiaque de Chase s’accéléra lorsque la patrouille se fit entendre. Son expérience du terrain ne l’empêchait pas de se sentir un peu paniqué dans cet environnement nouveau et il fut heureux que Lukaz eût la présence d’esprit de lui dicter très exactement quoi faire, parce qu’il n’aurait sans doute pas été capable de prendre les bonnes décisions tout seul. Le caisson vola aussi rapidement qu’il était raisonnable jusqu’à s’installer sur le distribuer et Chase se colla à l’appareil, pas tout à fait certain que la présence d’une immense caisse en plastique bleu pétant sur un distributeur Coca-Cola rouge vif pût véritablement passer inaperçue.

De fait, les gardiens, cette fois-ci, ne manquèrent pas cette trace de leur passage. Chase dut se retenir d’intervenir en entendant Lukaz retomber sur le sol du couloir. Préserver un peu de l’effet de surprise. Mais quand le message télépathique formé de son unique prénom lui parvint, si Chase resta parfaitement immobile, son esprit, lui, bondit sur le garde dont le geste se figea immédiatement. Puis, lentement, l’homme rengaina son taser. Et se mit à pleurer, silencieusement. Un choc mental soigneusement dosé avait fait monter une irrépressible angoisse en lui. Il ne tarda pas à tomber à genoux puis à se rouler en position fœtale, comme l’avait fait le sniper, quelques semaines plus tôt, sur le toit de l’entrepôt, lorsqu’ils avaient pris d’assaut la base d’opération du Planificateur.

Chase émergea enfin de son distributeur et posa un regard noir sur le garde qui avait failli brutaliser son compagnon. Pendant quelques secondes, la tentation d’en rajouter encore et de transformer cette angoisse qui ne serait, somme toute, que passagère, en durable folie monta en lui. Mais il finit par détacher son regard pour le poser sur Lukaz.

* Je t’aime. *

Il aurait eu envie de le prendre dans ses bras et de lui jurer qu’il le protégerait même s’il fallait raser faire exploser le cerveau de tous les gardes pour cela, mais l’heure n’était pas à de semblables déclarations, aussi romantiques fussent-elles.

* Ça va nous laisser un peu de marge, mais je suppose qu’ils vont bientôt se rendre compte qu’une patrouille ne répond plus. *

D’ailleurs, le caisson avait déjà quitté son perchoir en haut du distributeur pour flotter à côté d’eux, signe qu’il fallait reprendre la marche. Les deux voleurs se remirent en route. Le parcours se compliqua encore quand ils durent délaisser l’ascenseur au profit des escaliers de service et que Chase fut contraint de manœuvrer un caisson somme toute encombrant dans les angles, sans manquer pour sa part une seule marche. Les yeux constamment fixés sur leur précieuse cargaison, le mentaliste se sentait de plus en plus tendu. Il avait l’impression d’entendre les secondes martelées dans son esprit.


Lorsqu’ils parvinrent enfin dans le garage, Chase, derrière sa cagoule, était bien plus pâle que de coutume. Obnubilé par l’entraînement physique conseillé par Lukaz, il n’avait pas songé à travailler les prouesses de précision télékinésique que le cambriolage exigerait de lui, persuadé que l’utilisation de ses pouvoirs serait entièrement prohibée. Mais surtout, et il le comprenait désormais, il s’était reposé sur ses lauriers. Si la télépathie était depuis son enfance une seconde nature, la télékinésie était une découverte plus récente. Il avait fait des progrès phénoménaux, certes, mais tout n’était pas encore au point.

Le caisson vacilla légèrement et Chase se crispa.

* On trouve une voiture, alors… ? *

Sa pensée s’était faite un peu pressante — c’est-à-dire que les mots, dans l’esprit de Lukaz, s’étaient accompagnés d’un mouvement de nervosité très nettement étranger au Breton et originaire de l’esprit de Chase. L’Américain, d’ailleurs, accorda à peine un regard à leur nouvel environnement, pour observer les moyens de transport qui s’offraient à eux : il ne détachait plus les yeux du caisson, pour le maintenir parfaitement stable et préserver la santé de leur cher petit poisson. C’était à peine s’il osait cligner des yeux.

Dans le garage s’alignaient trois voitures citadines aux couleurs de l’aquarium, pour les déplacements des administratifs, deux jeeps de la sécurité et deux fourgonnettes, pour les travaux. L’établissement devait faire appel à un service spécial quand il avait besoin de déplacer les spécimens plus imposants et il était probable que tous les voyages des animaux fussent de toute façon de courte durée, le temps d’être embarqués dans un navire, non loin de là, plus approprié à leur confort.

Pendant que Lukaz et Chase faisaient leurs emplettes automobiles, quelques étages plus haut, dans le centre de contrôle, un garde, devant ses écrans, vérifiait pour la deuxième fois le réglage de son talkie-walkie, avant d’appeler de nouveau :

— Jim ? Willy ? Vous me recevez ?

Cette fois-ci, pas de doute, il était arrivé quelque chose. Il avait décidément bien du mal à comprendre ce qui pouvait pousser de jeunes voyous à semer le trouble dans un endroit aussi peu palpitant, à ses yeux, qu’un aquarium, mais enfin. Persuadé de n’avoir affaire qu’à quelques inoffensifs perturbateurs, le gardien lança dans l’appareil :

— Patrouille 2, revenez sur vos pas et voyez ce qui est arrivé à Patrouille 1.
— Bien reçu.

Patrouille 2 s’était faite sans doute plus vigilante, parce que quelques secondes plus tard, sur leur chemin, les deux membres qui la constituaient virent ce qu’ils avaient manqué d’abord : la grille déplacée du conduit d’aération. L’hypothèse des vandales venait d’en prendre un coup.

— Lance l’alarme.
— Vous êtes sûrs ?
— Lance, je te dis !
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 23 Déc - 23:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Tout aussi déplaisant que ça devait l'être pour le gardien de nuit, Lukaz fut rassuré et ravi de le voir s'effondrer en pleurs. Finalement, les pouvoirs de Chase étaient quand même vachement cool, mais uniquement en tout dernier recours. Le mentaliste finit par faire son apparition, quittant l'abri du distributeur et ce faisant, il lança une déclaration mentale qui surprit Lukaz, ce dernier ne s'attendant pas vraiment à ce genre de choses en cet instant. Cela dit, ça ne lui déplaisait pas et s'il n'y avait pas eu de risque à retirer sa cagoule, il se serait immédiatement jeté sur Chase. D'un autre côté, ils n'en avaient pas vraiment le temps et maintenant qu'une patrouille allait manquer à l'appel, ils devaient faire encore plus vite. Il était évident que personne ne serait de taille à les arrêter mais ça ne justifiait pas qu'ils se débarrassent de tous les agents de sécurité de l'aquarium. Après tout, ils n'avaient rien demandé... *Tu as raison !*

Ils reprirent donc la direction du garage, aussi rapidement que le permettait le transport télépathique d'une caisse remplie d'eau et d'un gros poisson. Tout se passa cependant relativement bien, jusqu'à ce qu'ils arrivent à une cage d'escalier qui rendit le tout un peu moins évident pour Chase, mais le mentaliste s'en sortit avec brio malgré tout. C'est ainsi qu'ils arrivèrent dans le garage mais avant de pouvoir se concentrer sur la recherche d'un véhicule, Lukaz ressentit la pression venant de son petit ami et redirigea toute son attention sur lui. Quelque chose ne semblait plus aller... *Si ça ne va plus, faut le dire, Chase ! Je connais pas tes limites, j'ai pas envie qu'il t'arrive un problème...* Même s'il ne l'avait pas vécu lui-même, Lukaz avait entendu ce qu'il pouvait arriver à Chase dans les moments où il perdait le contrôle de ses pouvoirs et il ne tenait pas vraiment à y assister ici même... *Pose la caisse ici, le temps qu'on trouve un véhicule. On la chargera à la méthode traditionnelle !* Autrement dit, ils la porteraient, tout simplement.

N'attendant pas que Chase obéisse, parce qu'il allait forcément le faire, Lukaz se dirigea vers les véhicules garés là. Les jeeps risquaient d'être un peu petites, de même que les citadines. Ne restait donc qu'à choisir une fourgonnette, même si là, ça allait être la vitesse et la maniabilité qui manqueraient... Malheureusement, comme ils n'avaient pas trop le temps de faire les difficiles, le voleur sortit ses crochets de l'une des poches de son pantalon et s'attaqua à la serrure de la portière avant. Celle-ci, très simple, finit par céder et Lukaz pénétra à l'intérieur du véhicule pour en ouvrir le hayon arrière avant de retourner auprès de Chase. *Allez, à deux, ça devrait pas être trop lourd !* Saisissant l'un des côtés de la grande caisse, le voleur attendit que son petit ami fasse de même avant de la soulever et de la guider lentement jusqu'au véhicule. C'est alors que l'alarme se mit à retentir. *Bon, ben on dirait qu'on y est...*

S'arrangeant pour caler la caisse du mieux possible, Lukaz referma le coffre de la fourgonnette avant de se diriger vers la porte du garage, actionnant la commande pour l'ouvrir. Ce fut à peu près le moment que choisirent deux gardiens pour faire irruption dans le garage... Ça s'annonçait plutôt mal. Très rapidement, Lukaz analysa la situation. S'ils partaient maintenant, il était très probable que les autres les suivent et ils n'auraient plus le temps de saboter les véhicules. Cela voulait donc dire que l'un d'eux devait rester en arrière pour que l'autre ait le temps de mettre le poisson en sûreté parce qu'il était hors de question de se lancer dans une course poursuite. Chase aurait donc pu rester, mais il avait déjà l'air affaibli. Et même sans ça... Non, ça n'était juste pas possible. C'était à lui d'assurer les arrières. *Prends le volant, maintenant !* Il était tout simplement hors de question qu'il refuse ou qu'il cherche à discuter, ils n'en avaient pas le temps. *Tu vas retrouver le pick-up pendant que je les retiens. Ne m'attends pas, ils pourraient te retrouver. Transfert la caisse sur la plate-forme du pick-up et repart !* Le plan était en train de changer, mais ils n'en avaient pas vraiment le choix. *On se retrouve près de Machine.* A trop attendre à l'endroit où ils avaient garé le pick-up, Chase pourrait très bien se faire prendre. Le mieux restait donc qu'il parte de là et qu'il se dirige vers un lieu familier d'eux, comme le club Machine, une boite gay.

*Fais moi confiance.* Un moyen comme un autre de l'obliger à agir selon ce nouveau plan afin de mener leur coup à terme. Chase était maintenant réellement dans son monde et il devait apprendre à lui faire confiance et à suivre les consignes. De ce fait, afin de ne plus vraiment lui laisser le choix, Lukaz se dirigea vers les gardiens qui le sommaient déjà de s'arrêter. Par chance, ils n'avaient pas l'autorisation de porter des armes à feu, ce qui lui évitait déjà quelques ennuis supplémentaires. Retirant ses gants, Lukaz les glissa dans la poche arrière de sa combinaison et passant une nouvelle fois en forme solaire, il les pointa en avant, droit sur les gardes. Deux rayons d'énergie solaire quittèrent ses mains pour frapper la poutre de béton située juste au-dessus de leurs têtes, les obligeant à se cacher. Lui-même trouvait refuge derrière un pilier. *Allez Chase, on n'a pas le temps ! Faut que tu sortes d'ici. Je te rejoins en volant.* Il espérait juste que son compagnon accepterait l'idée de le laisser seul un petit moment...
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Mar 24 Déc - 0:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
* Je n’ai pas de limites. *

Ce qui, jusqu’à preuve du contraire, était vrai, mais en croisant le regard de Lukaz, Chase comprit qu’il n’était pas l’heure de jouer au fanfaron et la caisse rejoignit doucement le sol. Le mentaliste fut tout de même soulagé, au fond de lui, de profiter des quelques instants de répit nécessaires à Lukaz pour ouvrir la fourgonnette. Il ne se délaissait pas à proprement parler l’esprit ; tout au contraire, il l’étendait, le laissait reprendre son libre cours — les pensées affluaient de nouveau en lui, les siennes comme celles des autres, les mille petites impressions qui formaient son univers ordinaire et sans lesquelles il eût été incapable de vivre. Se concentrer sur le caisson avait été un exercice particulièrement asséchant et douloureux, il s’en rendant compte, pour un esprit comme le sien, qui avait besoin de dépenser plus librement et plus constamment son énergie.

Ainsi Chase ne sut pas très bien laquelle de deux sensations vint en premier : l’audition de l’alarme ou la perception de la décision qui se formait, dans l’esprit d’un des gardiens, de la déclencher. Il se tendit légèrement. Depuis qu’ils avaient décidé d’emprunter un véhicule dans les garages, le jeune homme s’était douté que ce moment arriverait, au plus tard lorsqu’ils auraient actionné l’ouverture des portes, pour faire sortir la fourgonnette. À présent, il s’agissait de s’enfuir et le mentaliste se précipita pour atteindre le siège passager.

Avant d’écarquiller les yeux. Prendre le volant, lui ? Lukaz ne l’avait jamais vu conduire. C’était ça. En jeune couple, ils n’avaient pas encore eu le temps de tout se dire. Lukaz ignorait encore tant de lui ! Il ne savait pas qu’il n’aimait pas les jeux de plateformes, il ignorait qu’il triait ses chaussettes par texture et il n’avait pas encore découvert que son permis de conduire était un succès qu’il devait plutôt au hasard et à la chance qu’à de solides compétences de conducteur. Peu enthousiaste à l’idée de se mettre aux commandes d’une grosse fourgonnette, Chase l’était encore moins à la perspective de laisser Lukaz seul avec deux gardiens. Ce n’était pas les gardiens, bien sûr, qui l’inquiétaient — Solar pouvait sans difficulté s’en défaire, il l’avait déjà vu de ses propres yeux à l’œuvre — mais la police ne manquerait pas d’arriver.

Hélas, son hésitation amena des ordres sans appel et sans protester, parce que Lukaz était probablement l’une des dernières personnes aux mondes auxquelles il pût obéir aveuglément, Chase s’installa au volant, démarra la fourgonnette, cala, redémarra la fourgonnette et s’élança hors de l’aquarium, tandis que son compagnon retenait derrière lui les gardiens. Il ne fallut pas longtemps au jeune homme, heureusement pas le moins du monde tenu au respect du code de la route ni, à vrai dire, à celui des sens de circulation, pour atteindre le pick-up. Dans sa précipitation, Chase éjecta à cinquante mètres la portière conducteur de la fourgonnette, puis les portes arrières, tandis qu’il contournait le véhicule. Face au stress, la règle de ne pas utiliser ses pouvoirs n’était plus qu’un souvenir très lointain et le jeune homme retrouvait ce qui était, pour lui, l’attitude la plus intuitive — et elle n’avait rien d’humaine.

Le caisson se remit ainsi à flotter dans les airs avant de s’installer sur le pick-up et Chase grimpa sur la plateforme pour le sangler aussi solidement que possible, quitte à perdre quelques secondes précieuses : la course-poursuite était presque inévitable et il eût été terriblement frustrant de réduire en bouillie leur précieuse cargaison, qu’ils avaient eu tant de mal à déplacer. Des sirènes se firent entendre au loin, puis de plus en plus près. Oniris vit volte-face, observa les voitures de police qui s’approchaient, puis la fourgonnette. Il tendit la main vers le véhicule abandonné. Et le véhicule volé vola — très vite, très brusquement, en direction des deux voitures de police, qui durent effectuer un dérapage pas tout à fait contrôlé pour éviter ce projectile massif, tandis que Chase s’installait au volant du pick-up.

Ses talents de chauffeur allaient croissant : cette fois-là, il ne cala pas. Le pick-up démarra tout de même avec une toux plaintive, le temps que Chase se souvînt qu’il avait à sa disposition une boîte de vitesse, puis il partit vers le centre-ville, prit en chasse par les deux voitures de police. Chase se décida à opérer avec plus de subtilité. Il pouvait certes envoyer dans le mur, successivement, tout le parc automobile de la SCPD, mais les télékinésistes inépuisables ne couraient pas les rues et la stratégie n’eût pas été des plus discrètes.

Tout en s’assurant que la route devant lui était relativement dégagée, Chase se concentra sur l’esprit des quatre policiers qui, dans les deux voitures derrière lui, menaient la chasse. Puis il s’arrêta à un feu rouge. Les voitures de police le prirent en tenaille. Sans que personne n’en sortit. L’emprise du télépathe s’était refermée et c’était pour Chase un soulagement de retrouver l’usage du pouvoir qu’il connaissait le mieux. Dans l’une des voitures, un sergent prenait la radio et déclarait avec toute la conviction du monde :

— Voiture 216 à Central. Suspect appréhendé. On rentre au poste. Terminé.
— Bien reçu, voiture 216. On vous attend.

Le sergent reposa la radio et les quatre policiers continuèrent à fixer avec un sourire satisfait l’espace vide devant eux, tandis que le pick-up de Lukaz avait redémarrer et reprenait la direction du centre-ville. Ce ne fut que dix bonnes minutes plus tard que les policiers se rendirent compte qu’ils n’avaient appréhendé personne. Il leur fallut encore un quart d’heure pour se souvenir exactement des événements qui avaient précédé leur moment d’absence. Et ils n’eurent jamais la moindre idée de la rue qu’avait empruntée le pick-up en leur faussant compagnie.

Lorsque Chase rangea finalement le véhicule dans une ruelle à côté de Machine, il était en sueur. Conduire une voiture était toujours pour lui une expérience désagréable. Conduire un pick-up, plus encore. Conduire un pick-up avec une cargaison volée, l’enfer. Conduire un pick-up avec une cargaison volée en étant ponctuellement poursuivi par la police tandis que l’homme de sa vie combattait d’odieux gardiens d’aquarium surarmés, enfin armés de bombes au poivre, c’était pire encore que d’écouter un disque de Justin Bieber en regardant un clip des One Direction.

Le jeune homme se rendit compte que ses mains étaient crispées sur le volant et il dut faire un effort pour le relâcher. Il retira sa cagoule, pour ne pas avoir l’air particulièrement suspect, révélant les cheveux noirs d’Oniris, et descendit enfin du véhicule, pour monter sur la plateforme arrière, ouvrir le caisson et s’assurer que le poisson continuait à barboter tranquillement. Après avoir croisé le regard globuleux de son passager, manifestement indifférent à toute l’énergie que l’on déployait autour de lui, Chase poussa un soupir et s’assit sur la plateforme, pour reprendre ses esprits.

— Chase ? C’est toi ?

Un homme barbu de deux mètres de haut, sans doute abonné à toutes les salles de musculation de Star City, s’approcha du mentaliste après avoir remonté sa braguette. Il fallait dire que les toilettes de Machine étaient souvent occupées par des clients dont l’intention première n’était pas de soulager leur vessie. L’homme, d’une quarantaine d’années, la chemise largement ouverte laissant apparaître un torse aussi velu que musculeux, croisa les bras une fois arrivé devant Chase, qui leva un regard fatigué et vert dans sa direction.

— Ben alors, tu viens plus aux soirées.


— Hmm…
— C’est nouveau ce look. T’as viré gothique mon mignon ?
— Euh. Nan. Écoute, Jordy…
— Joseph.
— Oui, bon, bref…
— Si tu veux, j’ai fabriqué une nouvelle machine, avec différentes tailles, des comme tu les aimes, tu sais, tu as toujours été ambitieux et…
— Ta gueule.

C’était sorti tout seul. Chase inspira profondément et leva un doigt sur lequel les yeux de l’homme se fixèrent aussitôt. D’une voix envoûtante, le mentaliste reprit :

— Silence. Chut. Silence. Voilà. C’est bien. Très bien. Écoute moi bien : Je ne suis pas Chase Neutron-Grey.
— Tu n’es pas Chase Neutron-Grey.
— Tu n’as croisé personne dans cette ruelle.
— Je n’ai croisé personne dans cette ruelle.
— Maintenant, va t’amuser.


L’homme tourna les talons pour regagner l’entrée de Machine et Chase se massa la tempe, avant de murmurer :

— …j’t’en prie, Lukaz, viens, viens m’dire que tout s’est bien passé, j’ai besoin d’toi…
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 27 Déc - 19:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz fut plutôt ravi lorsqu'il entendit le véhicule démarrer derrière lui parce que cela signifiait que Chase l'avait écouté et qu'il allait se mettre en sécurité tout en protégeant leur investissement du moment. Dans le même temps, cela lui laissait un peu plus de latitude pour agir à sa guise, sans avoir besoin de garder les yeux sur son petit ami. Évidemment, en toute logique, Chase n'avait absolument pas besoin de lui pour s'en sortir seul, mais il ne pouvait pas s'empêcher de veiller sur lui malgré tout... Il fallait avouer que depuis l'épisode du Planificateur, le voleur Français avait de quoi se méfier des situations à risque et Lukaz s'était dès lors douté dès le début que mener des cambriolages avec Chase risquait d'en augmenter la difficulté. Un peu comme quand il était avec Aishlinn, quoi, mais en pire encore. De fait, savoir son petit ami loin de ce lieu le rendait un peu plus libre de ses gestes et sans trop attendre, Lukaz créa un petit soleil qu'il envoya en direction des deux gardiens.

L'explosion les obligea à se cacher davantage, en partie aveuglés, mais au moins, ça lui faisait gagner du temps. Le Français n'avait pas du tout l'intention de les blesser ou de les tuer et il se doutait aussi que les autres gardiens n'allaient pas tarder à arriver, en plus de la police. Alors tout ce qu'il devait faire, c'était attendre un peu en leur mettant la pression pour que Chase ait le temps de changer de véhicule et de repartir vers des zones plus sûres de la ville. Le temps passait, trop lentement au goût de Lukaz, aussi décida-t-il d'en remettre une couche. Malheureusement, à peine eut-il quitté son abri improvisé qu'il fut pris pour cible par l'un des gardiens et son taser. Le voleur eut tout juste le temps de se remettre à l'abri que les électrodes heurtaient le bloc de béton. C'est pour cela qu'il décida que trop, c'était trop !

Prenant la direction de la porte ouverte du garage, le jeune homme se cacha derrière les véhicules restant, l'un après l'autre, envoyant un soleil en arrière afin de détourner l'attention des gardiens. Lorsque la porte commença à se refermer, sans doute actionnée à distance, le Français tira l'un de ses rayons solaires en direction de la commande, espérant que cela arrêterait le système le temps qu'il puisse se glisser à l'extérieur. Par chance, cela fonctionna ! Tirant deux nouveaux soleils dans le garage, il put alors retrouver l'air libre et sans attendre, il se dissimula derrière le mur, concentrant l'énergie stockée dans son corps pour s'envoler à travers les cieux. S'éloignant aussi vite que possible de l'aquarium, Lukaz partit dans la direction opposée à celle qu'il comptait prendre, histoire d'éviter de trop attirer l'attention. Faisant un détour, il finit par se rediriger vers l'endroit où ils avaient garé le pick-up, histoire de vérifier que Chase avait pu s'en sortir.

Survolant les lieux, il ne fallut pas longtemps pour que Lukaz repère la portière arrachée et la fourgonnette qui semblait avoir été projetée, ce qui n'avait rien de très rassurant... Aucune trace du pick-up, cela dit, ce qui devait vouloir dire que Chase s'en était sorti sans trop de mal. Mais le mieux aurait été qu'il n'y en ait pas du tout ! Pour s'en assurer, il se dirigea vers le centre-ville et le club Machine, cherchant des yeux le pick-up garé dans une ruelle pour se poser non loin de là, sur le toit d'un immeuble. Là, il retira sa cagoule avant de reprendre sa forme humaine puis d'emprunter l'escalier de secours pour redescendre dans la ruelle. En remontant cette dernière, le Français crut percevoir deux voies, dont celle de Chase... Pendant un instant, il eut peur que le jeune homme soit retombé sur la police mais lorsqu'il eut un visuel sur le pick-up, Lukaz constata qu'il n'en était rien. Bien au contraire... Il ne sut toutefois quoi penser du peu qu'il saisit de la discussion, cette dernière étant pour le moins étrange.

Attendant que l'homme au physique très particulier se soit bien éloigné du pick-up, le jeune voleur déboucha de la petite ruelle pour se diriger vers son petit ami, laissant totalement de côté la scène à laquelle il venait d'assister. Quelque chose lui disait qu'il valait mieux ne pas en apprendre plus... De toute façon, ce n'était pas vraiment le moment pour ce genre de choses. « Suffit de demander, mon cœur. » Souriant, Lukaz tendit une main à son petit ami pour l'inviter à venir vers lui afin qu'il puisse le prendre dans ses bras. L'enlaçant, le Français déposa un tendre baiser sur ses lèvres, sans vraiment tenir compte du fait qu'il embrassait Oniris. « Tu t'es bien débrouillé, ce soir, pour ta première. Je suis content. Et fier de toi ! » Glissant un doigt sous le menton de son compagnon, Lukaz lui fit relever la tête pour l'embrasser à nouveau. « On a bientôt fini. J'ai déjà un acheteur pour le poisson, quelqu'un de la Triade. Il suffit qu'on le livre dans un lieu défini pour toucher la récompense. Après ça, on sera tranquille et on pourra rentrer pour nous reposer. » Se penchant vers son oreille pour le mordiller dans le cou, Lukaz lui susurra quelques mots à l'oreille. « Sauf si tu as envie de toucher ta propre récompense pour ce cambriolage réussi. » S'écartant un peu, le jeune voleur afficha un nouveau sourire. « Je prends le volant, cette fois-ci. On doit aller à Chinatown. Le restaurant du Dragon Vert. Prêt ? Où tu as des choses à faire dans le coin ? » On ne savait jamais, peut-être aurait-il envie de voir l'un ou l'autre de ses anciens amis...
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Sam 28 Déc - 0:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Chase s’était jeté presque aussitôt dans les bras de Lukaz et, après le baiser, il avait enfoui le visage dans le cou de son petit ami. Il ne s’expliquait pas tout à fait la nervosité qu’avait fait monter en lui la modeste course-poursuite avec la police. Il avait vécu beaucoup plus dangereux au cours de sa jeune existence et il s’était trouvé dans des situations beaucoup plus louches, aussi. Mais l’utilisation de ses pouvoirs télékinétiques avaient exigé de lui tant de patience, de précision et de tension nerveuse qu’il avait senti un épuisement psychologique que sa télépathie, elle, ne lui avait jamais provoqué. Il s’était senti affaibli, à nu, et le rappel de sa vie passée, avant Lukaz, avait été la goutte de trop.

Contre le cou de son ami, il murmura :

— T’es tellement parfait…

Il redressa le visage alors que Lukaz lui confiait sa fierté et un sourire naquit sur ses lèvres, alors qu’il se collait un peu plus encore contre son petit ami. C’était pour un pareil compliment qu’il s’était entrainé avec autant de constance, qu’il avait préparé le vol aussi rigoureusement et qu’il l’avait exécuté tous les sens en alerte. C’était pour avoir le sentiment que Lukaz et lui étaient enfin du même monde, au moins un peu, au moins un soir, et qu’il ne risquait pas de perdre son petit ami au profit de quelqu’un qui en saurait plus long, quelqu’un qui aurait été sur le terrain, Suzaku ou Aishlinn, par exemple — mais n’importe qui d’autre, à vrai dire, lui eût paru menaçant.

Il hocha la tête en entendant la suite des opérations. Livrer, vendre, empocher, repartir. C’était simple et, s’il avait bien compris, Lukaz avait d’excellents liens avec la Triade : aucune raison qu’ils en vinssent à rencontrer des difficultés. Un sourire ravi éclaira son visage alors que son petit ami évoquait la récompense qui l’intéressait plus que la somme d’argent qu’ils allaient empocher, précisément le sourire que son ancien amant avait tenté d’éveiller chez lui, en évoquant la fabuleuse machine qu’il venait de construire. Chase secoua la tête et murmura :

— J’ai plus rien à faire dans le coin depuis que je t’ai rencontré.

Il n’était pas certain de ce que Lukaz avait entendu de sa précédente conversation et, alors qu’ils remontaient en voiture, lui côté passager (heureusement pour tout le monde), Lukaz côté conducteur, Chase ne put s’empêcher de s’interroger sur ce point. Lukaz et lui n’avaient jamais évoqué qu’au détour de conversations un peu houleuses son propre passé sentimental, qui était à vrai dire anecdotique, et sexuel, qui l’était beaucoup moins. Chase se souvenait ainsi parfaitement que le Français s’était inquiété de ne pas satisfaire les goûts très… particuliers qu’il avait pu nourrir jadis et dont Chase lui-même, à vrai dire, ne savait pas trop s’il les conservait ou non.

Le mentaliste hésita. Le trajet en voiture était calme et offrait un étrange contraste avec leurs aventures à l’Aquastar. Un peu inquiet de ce qui pouvait se tramer dans l’esprit de son compagnon, Chase décida de profiter de cet interlude pour glisser quelques petites explications.

— Le type de tout à l’heure, je sais pas si t’as vu ?

Il jeta un regard interrogateur à Lukaz.

— Bon. C’était un ancien m…

Le mot qui lui était venu, « maître », n’était sans doute pas très rassurant — et puis Jordy, en dehors de son rôle, était tendre comme un agneau. D’ailleurs, Chase ne gardait aucun mauvais souvenir de cette époque de son existence. Si les sentiments l’avaient souvent malmené, ses partenaires purement sexuels, eux, avaient toujours témoigné d’un respect et d’une attention remarquables. Le jeune homme avait assez vu de garçons aux relations complexes pour savoir qu’il avait été sur ce point particulièrement chanceux.

— …Amant. À moi. Régulier.

Et le moins que l’on pût dire, c’était qu’entre Lukaz et Jordy, il n’y avait absolument aucune ressemblance frappante. Immense, très musclé, velu, avec vingt ans de plus que Chase, Jordy n’avait rien à voir avec le jeune blond qui conduisait le pick-up. Soucieux de rendre justice à tout le monde, Chase poursuivit :

— C’est quelqu’un de très bien. On a fait des choses ensemble… Des choses dont je suppose que peu de gens les comprennent. Et il a toujours été… réglo. Tu vois. En fait, les gens dans ce milieu-là sont souvent très réglo. Pour éviter les dérapages, justement. Bref… Je dis ça, déjà, c’est pas pour que tu t’imagines que j’ai vécu des choses affreusement glauques. Vraiment pas. Mais ces gens-là, je ne les fréquente plus depuis que je suis avec toi. Et tu vois, avant, sur ce plan-là, sur le plan purement physique, c’était vraiment, vraiment bien. Et toi, eh bien tu tiens plus que la comparaison. T’écrases tout le monde tellement t’es parfait.

Alors non, je n’ai pas d’autres choses à faire dans le coin. Tout ce que j’ai envie de faire, j’ai envie de le faire avec toi. Quant aux détails, euh… pratiques. Que tu aurais pu entendre, tout à l’heure, en arrivant…


Chase rougit. Haussa les épaules.

— J’aime beaucoup de choses, en fait. Mais je ne sais, c’est comme les restaurants. Il y a des gens qui aiment tous les types de cuisine mais qui n’ont pas besoin de les goûter tous en permanence. Eh bien moi, dans le domaine, c’est pareil. Je suis toujours content de manger japonais mais je n’y tiens pas absolument. Si tu veux. En quelque sorte.

Chase espérait franchement que sa comparaison serait suffisamment parlante, parce qu’il ne se sentait pas le courage de se lancer dans des explications plus explicites. Pourtant, il le savait parfaitement, un jour ou l’autre, il devrait bien cesser de tourner autour du pot et se montrer un peu plus clair et précis avec Lukaz, pour que le Français n’eût pas constamment l’impression de le frustrer, parce qu’il n’avait pas une collection de cravaches dans son tiroir à chaussettes.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 28 Déc - 15:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Tout en le serrant dans ses bras, Lukaz pouvait se rendre compte que Chase n'était pas tout à fait dans son état normal et durant un instant, il eut peur de lui en avoir trop demandé. Peut-être que le Neutron-Grey s'était rendu compte que mener des actes criminels ne lui convenait pas ? A moins qu'il n'ait trop sollicité ses pouvoirs et qu'il soit sur le point de faire une nouvelle crise. Il était aussi possible que ce soit tout autre chose, à cause de cet homme qui était venu l'ennuyer. Voire une combinaison de tout ça. Rien de très évident à saisir, en somme. Ne sachant pas vraiment s'il était aussi parfait que cela, Lukaz se permit malgré tout un sourire, sourire qui s'accentua à la suite des propos de son petit ami. Un peu plus et il aurait pu croire qu'il cherchait à s'excuser de quelque chose... Mais il n'y avait pourtant pas la moindre raison à ça.

N'ayant plus rien à faire dans le coin, l'esprit trop occupé par d'autres choses que s'amuser sur une piste de danse, ils grimpèrent à nouveau dans le pick-up et Lukaz mit le contact, s'engageant sur la route en direction de Chinatown. Au vu de l'heure, la circulation ne serait pas trop importante et ils feraient donc le trajet assez rapidement et sans le moindre heurt. Chase ayant pu brouiller les pistes auprès de la police et comme ils avaient pris leurs précautions avant cela, tout devrait se passer comme sur des roulettes. Le silence fut finalement brisé par Chase qui craignait visiblement que Lukaz ait pu surprendre sa conversation, ce qui fit intérieurement sourire le Français. Oh, il n'était pas heureux que Chase se fasse du souci, loin de là, mais il trouvait assez ironique de se retrouver dans une telle situation alors que quelques semaines plus tôt, les rôles avaient été inversés.

Hochant simplement la tête, Lukaz laissa dès lors Chase parler, se concentrant sur la route pour éviter une conduite un peu trop sportive au goût du poisson bizarre qu'ils transportaient. Ce faisant, il écoutait ce qui se disait, ne saisissant pas forcément la totalité de ce que ça pouvait bien impliquer. S'il avait lui-même déjà expérimenté l'une ou l'autre relation moins conventionnelle, il n'en était jamais arrivé jusqu'à ce stade, aussi ne savait-il pas vraiment ce que ça pouvait bien vouloir dire. Et il n'avait en réalité pas forcément envie d'imaginer Chase dans ces situations, du moins pas avec d'autres hommes ressemblant à celui qu'ils avaient rencontré... Si le blondinet avait pu s'étonner du goût de Lukaz pour les femmes, le Français pouvait tout autant l'être de celui de Chase pour ces hommes plus vieux et... différents.

Aussi, lorsque l'Américain eut fini de parler, alors qu'ils entraient dans le quartier de Chinatown, Lukaz se décida à lui répondre. « Tu sais, t'as pas besoin de te justifier, hein. On a chacun fait des trucs, par le passé. Tu le sais, j'ai fréquenté quelques femmes. Toi, tu as eu ces hommes. C'était, ce qu'on pouvait vouloir sur le moment, mais ça veut pas dire que tu dois en avoir honte, que tu dois te justifier ou que tu dois avoir peur de mes réactions. Je vais pas te juger pour ça, ça serait idiot. Tu as accepté ce que j'ai fait moi, alors je me vois mal faire le contraire. » Souriant, il lui lança un regard avant de reporter son attention sur la route. « C'est un peu comme ce qu'on a pu se dire l'autre fois, quand on était revenu de France. Alors franchement, détends-toi, c'est vraiment pas un drame. » L'une de ses mains quitta le volant pour venir se poser sur la cuisse de son petit ami. « Là où je l'aurais mal pris, c'est si tu étais rentré dans son jeu, mais ça n'a pas été le cas, alors ça me suffit. Parce que ouais, j'avoue que maintenant, je pourrais être jaloux. »

Ils arrivèrent en vue du restaurant où le rendez-vous avait été fixé et Lukaz engagea donc le pick-up dans une place de parking vide avant de couper le contact, reposant ensuite son attention sur son compagnon. « On est ensemble, maintenant. Tu sais, tu peux tout me dire sans que je le prenne mal. Je crois que ma vie est loin d'être exemplaire alors bon, je vois pas trop comment je pourrais sérieusement juger quelqu'un. Mais ça veut pas dire non plus que tu dois te priver. Alors... Je sais pas... Si un jour, tu veux remanger japonais... Ben... Je peux toujours essayer d'apprendre. Ça sera à toi de voir. » Se penchant vers Chase, Lukaz attrapa son visage entre ses mains et vint l'embrasser sur les lèvres, avec passion. « Mais te sens pas obligé de tout me raconter. Qu'on soit ensemble ne veut pas dire que tu dois tout me dire. Tu peux garder tes secrets, si tu te sens mieux comme ça, je t'en voudrais pas. » Jetant un regard à travers le pare-brise, il le fixa sur l'enseigne du restaurant. « Alors, prêt pour la dernière étape ? On vérifie juste que le poisson est encore en vie, au cas où... »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Sam 28 Déc - 17:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Leurs lèvres se séparèrent et, dans ceux de Lukaz, les yeux verts d’Oniris restèrent un instant songeurs. Chase ne savait pas vraiment, à vrai dire, s’il souhaitait ou non que Lukaz apprît à cuisiner japonais. La cuisine japonaise avait constitué l’une de ses habitudes les plus agréables pendant de longues années et s’il était vrai qu’avec Lukaz, il adoptait beaucoup plus souvent le rôle du client que du cuisinier, il n’était pas certain de pouvoir l’imaginer avec toute la panoplie du cuisinier japonais, ni même d’avoir véritablement envie qu’il lui préparât des sushi.

Mais le simple fait qu’il le lui proposât suffisait à le rassurer. Et à la distraire, il est vrai, de la mission qui était encore la leur.

— Hmm… Là, j’ai surtout envie d’un massage. Tu sais, tout ce stress, ça crée des tensions. En bas du dos. Tout en bas du dos.

Il fallut que Lukaz lui rappelât qu’ils avaient encore quelques formalités à accomplir pour que Chase retira la main qu’il venait de glisser en haut de la cuisse de son masseur favori. Avec un sourire un peu rêveur, Oniris descendit du pick-up et, quand il eût contourné le véhicule, il avait temporairement abandonné ses idées culinaro-lubriques pour reprendre l’air impassible qui seyait mieux à son personnage. Les deux jeunes gens entreprirent de décharger leur cargaison et ils avancèrent jusqu’à l’entrée des cuisines, en faisant attention à ne pas faire tanguer le caisson.

Un Chinois d’une bonne centaine de kilos, tout de blanc vêtu, avec un tablier plein de sang et le front en sueur, sortit par la petite porte métallique, emmenant avec lui, dans la rue, des odeurs de nourriture. L’homme jetait un coup d’œil à Lukaz, à Oniris, puis son regard s’arrêta sur le caisson et sur le sigle de l’Aquastar qui en frappait le flanc. Il hocha la tête et, sans rien dire toujours, leur fit signe de le suivre. Les deux cambrioleurs pénétrèrent enfin dans le Dragon Vert. Dans les cuisines, alors que l’heure des dîners était passée depuis longtemps déjà, on en était toujours au rangement. Loin de la réputation d’hygiène douteuse de certains établissements du même genre, au Dragon Vert, on s’échinait à astiquer les plans de travail et les fours. Ici dînaient certains des gros bonnets de la Triade et ne pas les intoxiquer avec un riz cantonais mal préparé était une nécessité de survie.

Chase faisait son possible pour ne pas promener autour de lui un regard trop curieux. Après tout, Oniris était censé être un tueur à gages de New York et ce n’était vraisemblablement pas la première fois qu’il livrait une caisse suspecte dans un restaurant qui ne l’était pas moins. Les deux voleurs du soir furent conduits dans une sorte de sellier où, sur des étagères métalliques, s’alignaient déjà des produits dont Chase eût bien incapable de donner le nom. Et il soupçonnait que, pour une fois, son peu de connaissance gastronomique n’était pas le seul responsable de sa perplexité.

Il détacha son regard d’une racine biscornue devant laquelle il s’était promis de ne jamais venir manger au Dragon Vert. Le cuisinier venait de leur adresser la parole en mandarin. Devant l’air interrogatif de ses deux invités, il fit un signe vers la cargaison. Chase descella donc le caisson et révéla le poisson. L’homme se pencha au-dessus et, pendant de longues secondes, observa l’animal tourner dans son bocal hermétique, sans doute pour s’assurer qu’il était en bonne santé. Puis il articula dans un anglais à peine compréhensible :

— Suivez moi. Argent.

Solar et Oniris reprirent leur marche et Chase ne fut pas fâché d’être enfin débarrassé de leur compagnon à nageoires. Son affection pour les animaux n’avait jamais été très prononcée et ce ne serait son aventure de la nuit qui le ferait changer d’avis. Les robots, c’était décidément beaucoup mieux. Ils se retrouvèrent bientôt assis dans un bureau qui n’avait rien d’impressionnant. Dans un pareil contexte, un criminel plus expérimenté que Chase eût immanquablement pensé au Mandarin. Si le jeune homme avait bien entendu le nom, une ou deux fois, lors de l’une des discussions de Lukaz, il demeurait une réalité très lointaine pour lui et il était incapable de songer que derrière ce restaurant, derrière les gens qu’ils rencontraient, dix intermédiaires plus haut dans la hiérarchie de la Triade, le puissant cerveau des opérations se tenait dans l’ombre.

Toutes ces formalités, de toute façon, l’intéressaient bien moins que le vol en lui-même. Il ne savait même pas la somme qu’ils devaient remporter pour leur prise. Elle serait probablement négligeable au regard de ses ressources personnelles et de celles de sa famille. Les prouesses de l’Aquastar étaient passées et, pour lui, cette transaction-là ressemblait désormais à toutes les transactions. Ils furent seuls en un moment, que Chase mit à profit pour observer Lukaz, le cœur battant. L’adrénaline n’était pas encore retombée mais, l’esprit plus libre, le jeune homme prenait la mesure de ce qu’ils avaient vécu ensemble. Et il se sentait rassuré. Rassuré d’en avoir été capable. Rassuré d’être accueilli dans ce monde nouveau.

Une Chinoise d’une soixante d’années fit son apparition et s’assit derrière le bureau. Sans vraiment les regarder, elle fouilla dans ses tiroirs, en sortit un petit clé, se dirigea vers un coffre-fort, l’ouvrit et en sortit un sac de sport.

— Ce que vous aviez convenu, je crois.

La femme déposa le sac sur le bureau.

— Si vous voulez recompter…

Chase resta prudemment immobile. À cela, il ne s’était pas particulièrement préparé et il craignait, par un geste ou une réaction quelconque, de compliquer les choses.
Revenir en haut Aller en bas



Petit poisson deviendra grand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Petit poisson deviendra grand
» Petit scarabée deviendra grand [Validé]
» Petit poisson qui tourne en rond, Petit poisson dis moi ton nom [Cléo]
» Petit Miku deviendra grand
» Petit pirate deviendra grand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-