AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

L'Oiseau Tonnerre et le Loup Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message posté : Lun 11 Nov - 14:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Depuis quelques temps maintenant, la vie de Qaletaqa était particulièrement bien remplie, au point qu'il devait même laisser de côté certaines de ses activités habituelles. Les temps de trajet entre son petit appartement du quartier du Front de Mer et l'école de Star High à Bayview l'occupaient malheureusement beaucoup et même s'il était vrai que la route était pratiquement une ligne droite de l'un des points à l'autre, le jeune Amérindien se demandait s'il ne devrait pas tenter de demander un logement sur place, n'étant pas capable de voler, de se téléporter et ne disposant d'aucun véhicule particulier. Il lui faudrait demander cela à mademoiselle Stevens, un jour ou l'autre... Ça serait certainement le mieux, d'ailleurs, parce qu'entre le boulot en journée et les cours du soir, il n'avait plus tant de temps que ça et le peu qu'il lui restait, il le passait à s'entraîner en compagnie de Thunder, un garçon plutôt sympathique dont il avait fait la connaissance à l'école. Et là, même si ça faisait à peine plus d'un mois qu'ils s'étaient liés d'amitié et que leurs entraînements n'avaient pas encore été si nombreux que cela, Cal sentait qu'ils allaient devenir de plus en plus intense. En même temps, c'était le risque quand on acceptait de devenir « l'élève » d'une pile électrique.

Ainsi donc, en ce jour, après avoir achevé sa journée de travail et enfilé un survêtement plus adapté aux entraînements extérieurs de cette saison glaciale, Cal prit la sortie de l'établissement de Star High. L'hiver arrivait lentement et il devait bien avouer qu'il n'avait encore rien connu de tel. Arrivé à Star City au début du printemps, il avait bénéficier de températures relativement douces et jusqu'à ce jour, il n'avait encore jamais expérimenté le froid hivernal ou la neige, exception faite d'un très cours séjour à la montagne pour une session de ski... Il faut dire que quand on passe sa vie dans le désert de l'Arizona, ça a tendance à conditionner son approche de la météo. Retrouvant finalement Thunder devant la grille, le jeune Amérindien lui offrit un grand sourire en venant lui serrer la main. « Hey ! Il fait froid aujourd'hui, j'espère que ça va pas empirer... » On était toujours en droit de rêver. Dans tous les cas, il allait vite se réchauffer avec le programme que devait sans doute lui avoir préparé le jeune leader de la Team Alpha. « On y va ? »

Sans plus attendre, ils partirent donc à pied le long de la route qui menait au lycée avant d'emprunter un petit sentier qui s'enfonçait dans les collines des environs. Ils étaient aussi loin que possible du centre de la ville et ici, les quartiers se faisaient plus épars, en fonction du terrain. Les vertes collines étaient parcourues de nombreux petits sentiers et parsemées de bois et de bosquets d'arbres et c'était vers un endroit de ce genre qu'ils se dirigeaient. Il s'agissait vraisemblablement du lieu le plus adapté à leurs entraînements et au souvenir des menaces de mademoiselle Stevens concernant la destruction du matériel, Cal n'avait pu qu'approuver son compagnon. « Alors, quoi de neuf ? Tu t'en sors avec les cours ? » Même s'ils n'avaient que trois années de différence, autant dire rien du tout, ils ne fréquentaient pas l'école de la même façon et le jeune Amérindien n'oubliait pas que le blondinet était encore lycéen. Un super-lycéen, certes, mais ça ne devait pas offrir une dispense pour les cours, ce genre de chose. Cela dit, des cours, il pouvait aussi s'agir de ceux plus particuliers que donnait l'école, bien que Cal se demandait s'ils étaient vraiment utiles à Thunder, avec le père qu'il avait. « Moi, je sens que je vais avoir de moins en moins de boulot avec l'hiver qui vient. Mais bon, il va sûrement falloir s'occuper des plantes bizarres du complexe... » Et en effet, comme il avait rapidement pu le découvrir, Sydney Stevens avait dit vrai. Dans les sous-sols secrets de l'école, il y avait de très étranges plantes pas toujours très amicales et même en hiver, il allait falloir s'en occuper, une perspective très peu rassurante...

Alors qu'il continuait d'avancer, le chemin s'enfonçait dans une sorte de petite clairière entourée d'arbres, un lieu relativement dissimulé et éloigné pour qu'ils soient tranquilles, ils déposèrent leurs affaires dans un coin, Cal ne se séparant jamais de son sac dans lequel il gardait quelques éléments important, comme les porte-clefs de ses kachinas. Quant à son pendentif du loup, il était accroché à son cou, en permanence. « Alors, chef, qu'est-ce que tu as prévu aujourd'hui ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 11 Nov - 16:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Les paupières lourdes, Jace regardait son professeur de mathématiques d’un air absent. Le jeune homme avait certes fait tout son possible pour rattraper le retard accumulé pendant les premières années difficiles de son enfance, mais il y avait de nombreuses choses qui demeuraient encore floues et certaines pour lesquelles il avait plus ou moins décidé d’abandonner, convaincu que l’algèbre avancée ne l’aiderait pas beaucoup à devenir… eh bien, à devenir il ne savait pas trop quoi, mais en tout cas, certainement pas mathématicien.

Son voisin de gauche lui donna un petit coup de coude avant de pousser une grille de mots croisés découpées dans le journal entre eux et les deux compères se mirent à se concentrer sur tout autre chose que les équations, jusqu’à ce que la voix du professeur pas tout à fait dupe de l’air soudainement bien concentré de Jace interrogea d’une voix forte :

— Alors, Roberts ?

Jace releva la tête brusquement, avant de regarder le tableau, une profonde perplexité peinte sur le visage.

— Quelle est la formule modèle ?
— Euh… La formule… de… Gauss… ?

L’homme secoua la tête.

— C’est bien ce qui me semblait. Essayez de prêter un peu plus attention au cours.

En élève (presque) discipliné qu’il était, Jace fit son possible pour s’intéresser, mais dès que la sonnerie retentit, Thunder partit comme une flèche vers les vestiaires, pour enfiler une tenue de sport et se préparer à une activité bien plus intéressante que les calculs abscons qu’on cherchait à lui fourrer dans le crâne pour une raison parfaitement incompréhensible : l’entraînement. Ça, au moins, c’était du concret et il en voyait les effets dès la fin de la séance. Pas comme les cours de mathématiques.

L’adolescent retrouva l’un de ses nombreux « élèves » aux portes du lycée et serra la main de Qaletaqa, d’un air ravi et survolté (toujours bon signe). Thunder leva les yeux vers les nuages amoncelés dans le ciel grisâtre.

— Hmm… J’sais pas, l’hiver est parfois un peu rude, ici. M’enfin, tu vas voir, on va se réchauffer.

Nombreux étaient les élèves de Star High à chercher un complément à l’entraînement fourni par l’école auprès de Thunder. Pour certains, c’était une manière de s’approcher un peu plus de la Team Alpha ou, à tout le moins, de la popularité du jeune héros. D’autres étaient poussés par l’illusion que les choses seraient un peu plus faciles avec un jeune de leur âge. Mais dans le domaine, Jace était un bourreau de travail et une pratique sportive solide et variée faisait de lui un partenaire exigeant.

Jace haussa les épaules à la question de son ami, en pressant un peu plus le pas, transformant déjà le voyage jusqu’au lieu choisi pour l’entraînement du jour en une séance de marche sportive.

— Bof. J’crois qu’c’est pas fait pour moi. J’m’accroche, hein, et puis j’ai des notes à peu près correctes, ‘fin la plupart du temps, mais quand même, j’crois pas qu’j’m’éterniserai non plus.

Il était bientôt majeur et la question de l’université se posait de manière de plus en plus pressante au sein de la maison Roberts. Jace n’avait pas encore trouvé le moyen de dire diplomatiquement à son père qu’il n’avait aucune envie de devenir biologiste, médecin ou avocat. Il n’y avait guère qu’avec ses amis qu’il partageait son peu d’enthousiasme pour les études.

— Genre, aujourd’hui, en maths, c’tait juste incompréhensible. J’comprends pas à quoi ça sert tous ces trucs, et on nous demande de les apprendre bêtement. Fin bref.

Au moins, Qaletaqa n’avait pas de ce genre de problèmes. Thunder enviait le sort de l’Indien, qui pouvait observer quotidiennement et matériellement les fruits de son travail, dans les jardins de Star High. Quelque chose comme cela, ça lui plairait, à n’en pas douter. Bien sûr, en hiver, Qaletaqa aurait plus de temps libre, une nouvelle qui fut accueillie avec un grand sourire par Jace. Le jeune homme se frotta les mains, en produisant quelques étincelles et s’exclama :

— C’est cool, on va pouvoir s’entraîner plus souvent !

À ce rythme-là, il allait le tuer. Ils étaient finalement arrivés au sommet d’une petite colline. Le sourire de Jace s’agrandit, parce qu’il aimait bien, tout de même, qu’on l’appelât « chef ». Le jeune homme regarda autour de lui et décréta :

— Bon, on va commencer par un petit footing, pour s’échauffer.

Il régla un chronomètre sur la montre tenue dans une épaisse gangue en plastique, à son poignet — une nécessité pour en préserver le fonctionnement.

— Dix minutes, ça devrait suffire.

Ben voyons. Jace se mit à courir et bientôt le « petit footing » se transforma en une course de demi-fond déjà assez solide. Dix minutes plus tard, Jace reprenait son souffle. Et un quart de seconde plus tard, enchaînait :

— Là, faut s’étirer un peu, évidemment.

Aucune pitié. Sans laisser à Qaletaqa le temps de se remettre de la course qui les avait entrainés sur l’une des nombreuses pentes avoisinantes, dans le sens de la montée (évidemment), Jace se mit à exécuter des mouvements d’étirements qu’il devait considérer comme simplistes, sans doute, mais où sa souplesse travaillée par des années d’arts martiaux était sérieusement mise à contribution. Lui, il avait l’air de s’amuser comme un petit fou, cela dit.

La preuve : en se redressant finalement pour regarder Qaletaqa, il était parcouru par de petites étincelles qui pétillaient sur sa peau.

— OK. Bon, jusqu’à présent, on a fait pas mal de trucs de fonds, là. Mais dis moi, tu sais te battre ? Vas-y, montre moi ce que tu sais faire.

Et Jace se mit en position de défense, prêt à accueillir son assaillant.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 12 Nov - 20:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Alors qu'ils se dirigeaient vers le terrain d'entraînement, Cal ouvrit de grands yeux ronds quand Jace lui confirma que l'hiver pouvait parfois être un peu rude. Qu'entendait-il exactement par rude, il n'en savait rien, mais le fait était que le mot faisait peur. Il allait donc devoir partir à la recherche de grosses couvertures en laine et de vêtements beaucoup plus chauds, c'était évident. Mais en attendant, il se doutait qu'il pourrait compter sur Thunder pour le réchauffer comme il fallait. La discussion s'orienta ensuite sur leurs activités respectives et l'Amérindien nota que son ami semblait avoir quelques difficultés dans certaines matières, ce qui le poussait à se dire qu'il n'irait vraisemblablement pas à l'université. C'était en substance ce que ses propos laissaient entendre et même si cela aurait pu en indigner certains, Cal était tout à fait d'accord avec son choix. Lui-même n'était pas allé plus loin que le lycée, même si la raison était toute autre. Ce n'était pas à la fac qu'on apprenait à devenir chaman... Aussi, si Jace trouvait sa voie ailleurs, ça pouvait être tout aussi bien. Après tout, il avait de nombreuses qualités et il était un bon sportif, ça l'aiderait très probablement.

Laissant de côté les idées d'entraînements futurs plus nombreux pour se concentrer sur celui qu'ils allaient conduire et qui allait très certainement le fatiguer plus que de raison, Cal apprécia néanmoins l'enthousiasme de son ami, même s'il y avait presque quelque chose de sadique là-dedans. A moins qu'il ne se rende tout simplement pas compte, ce qui était aussi possible. C'est ainsi que les choses débutèrent, même si l'on pouvait théoriquement dire que la marche sportive faisait déjà partie intégrante de l'exercice. Ils s'élancèrent donc dans de petites foulées pour une dizaine de minutes, mais alors que le chronomètre défilait, Cal sentit que le rythme augmentait, doucement mais sûrement. Par chance, il commençait à tenir la cadence, parce que même s'il n'avait jamais réellement pratiqué d'entraînement sportif, sa condition physique n'était pas si mauvaise que cela, maintenue par ses virées nocturnes dans certains quartiers peu recommandables. Mais bien entendu, il était encore très loin d'atteindre le niveau de son leader. Sous sa forme de loup, il aurait éventuellement pu le battre mais même là, il n'en était pas certain. Il n'avait pas encore pris le temps d'exercer sa forme animale et de fait, il ne savait pas si ses capacités étaient naturellement semblables à celles des loups sauvages ou si elles dépendaient de sa forme physique humaine. Il était toujours un peu difficile de se chronométrer soi-même quand on avait une forme différente.

Lorsque la course qui avait succédé au footing prit fin, Cal tenta de reprendre son souffle du mieux possible, sans se plier en deux comme un débutant. Et il fallut le faire vite parce que suivirent alors des étirements, le jeune Amérindien tenta d'imiter au mieux son compagnon même si là, il lui manquait une souplesse évidente. Pas réellement sportif, il avait même l'air aussi raide qu'une planche de bois à côté de Thunder, ce qui ne lui permettait évidemment pas de reproduire tous les mouvements auxquels il assistait.

Une fois de plus, l'exercice prit fin et le chaman fut alors invité à quelque chose de nouveau. Le combat. Savait-il se battre ? « Hum... Je n'ai jamais appris à me battre, en fait. J'imagine que je pourrais bien frapper quelqu'un s'il le fallait, mais ça doit être à peu près tout. » Bien entendu, sous sa forme de loup, il aurait probablement pu se battre un peu mieux même si là, c'était plutôt l'idée de mordre quelqu'un ou de lui arracher la gorge à coup de mâchoires qui le dérangeait... Cela mit de côté, Jace semblait vraiment vouloir le voir se battre et faisant abstraction des étincelles qu'il voyait courir sur le corps de son ami, Cal prit position, d'une manière aussi approximative que possible. Il fallait avouer que le terrain en pente n'était pas à son avantage pour de tels débuts, mais cela ne l'empêcha pas de s'avancer pour porter un coup de poing qui, disons le clairement, n'était vraiment pas fort du tout... La musculation, il ne s'y était pas encore exercé et cela se voyait. Un deuxième coup de poing pas beaucoup plus puissant suivit, puis un autre et encore un autre.

A ce niveau, Jace put déjà se faire une idée de la piètre condition de son ami et élève, mais cela fut encore plus accentué quand Cal décida de se servir de ses pieds. Après deux tentatives pas très concluantes, il perdit même son équilibre, la faute à la pente ! Se redressant aussi vite qu'il le put, le jeune Amérindien repartit donc à l'assaut, cherchant à frapper aux endroits les plus vulnérables, sans succès. Aussi, et bien qu'il n'ait absolument pas eu l'avantage de la taille ou du poids, il se décida à recourir à la solution ultime quand rien ne fonctionnait. A la manière du loup, Cal se jeta sur Thuner, cherchant à l'empoigner pour le renverser et le plaquer au sol. Mais il y avait fort à parier que ça allait encore se retourner contre lui... D'un autre côté, il était ici pour apprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 13 Nov - 0:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Monsieur 100 000 volts ne parut nullement découragé par le peu de conviction de son élève du jour, qui avait pour l’heure l’air aussi sauvage qu’une toiletteuse pour chien sous sédatif. Après tout, Qaletaqa avait semblé vraiment motivé lorsqu’ils avaient décidé, quelque temps plus tôt, de s’entraîner régulièrement ensemble et Jace était bien placé pour savoir qu’avec de l’application — dans son cas, de l’acharnement monomaniaque — on pouvait rattraper un retard considérable. Surtout à leurs âges.

Bon. Peut-être que les premiers coups de Qaletaqa le refroidirent quelque peu. La liste des imperfections était longue : absence de technique, manque de force, manque de souplesse, manque de rapidité, petits problèmes de coordination. Au moins, l’Indien ne se décourageait pas et enchaînait les coups, avec une lenteur certes désespérante, pour Thunder, mais sans faiblir. Les coups de pied étaient certes une tentative largement prématurée mais partaient d’une excellente intention.

Quand Qaletaqa se jeta sur lui, Jace lui tourna le dos, lui saisit le bras, le fit rouler au dessus de lui et le projeta au sol, sans beaucoup de délicatesse, mais sans chercher non plus à lui briser la colonne vertébrale (ose dire maintenant qu’il est sadique). Les mains sur les hanches, le jeune homme observa sa victime au sol, avant de lui tendre une main pour l’aider à se relever. Tout cela avait été fort bref, mais Jace avait désormais une assez bonne idée de l’endroit dont ils devaient partir. De zéro. Ou presque.

— OK. Bon. C’est bien, t’es décidé, t’hésites pas à y aller, tu t’laisses pas abattre par la difficulté, c’est super.

Jace commençait toujours par les bons points, aussi rares fussent-ils, et les souligner sans ciller, avec toute sa conviction. C’était ce qui faisait de lui un peu leader : il donnait aux autres l’envie de se dépasser tout en leur assurant que les progrès étaient encore possibles. Et, surtout, il savait les accompagner sur la route du succès.

— On va pas commencer par la technique à proprement parler, cela dit, ça viendra après.

Si Qaletaqa avait été en meilleure condition physique, ils auraient pu passer directement aux différents mouvements, mais pour l’heure, l’important était d’améliorer l’état général de son élève et cela allait prendre un peu de temps.

— Disons qu’en gros, on va travailler cinq piliers : la force, l’endurance, la souplesse, la rapidité et la coordination. La force, pour donner des coups puissants, l’endurance si le combat dure, la souplesse pour l’esquive et les mouvements un peu compliqués, genre le coup de pied retourné, la rapidité pour enchaîner vite les coups et se déplacer, la coordination, pour être capable d’utiliser les deux poings, et les jambes, au bon moment.

Jace avait un sens pédagogique certain : au lieu de balancer les fondements de son entraînement comme s’ils coulaient de source, il prenait le temps d’expliquer même les évidences. Il était bien placé pour savoir, au fond des salles de classe, à côté des radiateurs, que certaines choses qui paraissaient élémentaires à celui qui les enseignait n’avaient rien de simples pour ceux qui les écoutaient. Se sentir idiot devant un professeur, il trouvait que c’était une sensation beaucoup trop désagréable pour vouloir l’imposer aux autres.

— Bon, après, y a pas d’secret, hein. C’est de l’entraînement répétitif et un peu fastidieux. Les pompes, les abdominaux, les tractions, les sacs de frappe. La course à pied, en fond, demi-fond et vitesse, le sprint. L’escalade et la natation. La corde à sauter, très important, évidemment, même si ça viendra après. L’aviron, si c’est ton truc, c’est bien aussi.

Comme d’habitude, avec Thunder, la liste des exercices s’étendait indéfiniment. Le jeune homme savait se montrer raisonnable cependant.

— C’qui fait, c’est t’fixer des objectifs chiffrés, pour tous les jours, et augmenter petit à petit. Comme ça, quand t’as atteint le bon nombre de pompes, eh ben t’es content et tu sais qu’à la séance suivante, tu feras un peu plus. C’est important de s’sentir progresser, pour la motiv, tu vois.

Cela dit, quand on manquait de motivation, il suffisait de se brancher à la prise Thunder — prière ne pas s’appesantir sur les détails de cette métaphore — pour se recharger, bon gré mal gré.

— Tu fais ça pendant un mois déjà, et en attendant, on peut voir les bases théoriques du combat. Après, on passe à la pratique, mais bien sûr, faut continuer les exercices tout le temps. L’important, c’est d’être régulier, de pas manquer une séance, mais de pas en faire trop non plus. Si tu pousses tes muscles trop fort, c’est contre-productif. La masse, elle se prend pendant les temps d’repos. ‘Videmment, faut avoir une bonne alimentation.

Il n’en était pas à lui conseiller les fameux six repas par jour : Qaletaqa n’avait pas forcément pour objectif de concourir dans des événements de body-building.

— J’te trouverai une fiche pour les progressions chiffrées, comme ça, t’auras une feuille de route. En attendant, on va tester tes capacités, là. Viens, on va sur du plat.

Les deux jeunes gens descendirent la colline et une fois en bas, sur une surface herbeuse dégagée, Jace reprit :

— Bon, les pompes. En fait, c’est beaucoup plus varié et subtil que ça en a l’air, y a plein d’positions, mais on commence par la base. Comme ça…

Jace se mit en position pour illustrer ses propos.

— Tes mains suivent l’écartement de tes épaules, ton dos est bien droit, ou les fesses un peu relevées, tu descends un peu, genre, mi-hauteur, tu remontes, tu fais une pause, tu reprends. Ça sert à rien d’aller particulièrement vite. Trois secondes, pour faire une pompe, c’est bien. Ensuite, les abdos…

Changement de position.

— Tu colles bien le dos au sol, c’t’important, sinon, t’vas avoir des problèmes. Mets pas les mains derrière la nuque, sinon tu vas pousser. Contre les tempes. Les genoux pliés, avec c’t’angle-là. Puis pareil que pour les pompes. Pas besoin d’aller vite, au contraire. Tu relèves un peu, tu tiens, et tu descends lentement, surtout, tu t’relâches pas comme un sac. T’poses pas le haut du dos complètement au sol avant d’avoir fini la série. Là aussi, y a des tas d’variantes, mais pour l’instant, on fait ça.

Jace se releva et épousseta son jogging d’un revers de main.

— Vas-y. Là, tu t’donnes au max, jusqu’à ce qu’tes bras ou tes abdos t’brûlent et qu’tu puisses plus faire l’moindre mouvement. Ça nous donnera ta grille de progressions. Moi, j’compte. Commence par c’que tu veux.

Grilles, tableaux, courbes, chiffres : fini la rigolade, Qaletaqa allait se transformer en athlète accompli.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 16 Nov - 21:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Qaletaqa le savait, il était encore très loin d'être un héros digne de la Légion des Étoiles ou de la Team Alpha. Il avait des capacités, c'était indéniable, mais cela ne faisait pas tout. Bien au contraire. Mademoiselle Stevens devait très certainement le savoir et c'était pour cela qu'elle lui avait proposé d'intégrer Star High, ce dont le jeune homme lui était redevable. Les cours qu'il suivait donc depuis peu l'aidaient grandement, ne serait-ce que parce que cela lui permettait enfin de s'épanouir parmi des gens qui partageaient de nombreux points communs avec lui. Mais cela ne faisait pas tout et Cal était conscient que son premier véritable problème, c'était son entraînement physique, que ce soit sa condition ou tout simplement ses capacités martiales. Et ça, Jace pouvait pleinement en prendre conscience à son tour. Il allait avoir du pain sur la planche pour faire de l'Amérindien un guerrier.

Alors qu'il tentait de se jeter sur Thunder, Cal perdit tout contact avec la réalité et avec le sol, se retrouvant littéralement projeté au sol. Le choc fut violent et c'est avec une grimace que le jeune homme finit par se relever, acceptant volontiers la main tendue. Bien entendu, Cal savait qu'il avait été lamentable, même lui pouvant s'en rendre compte. Il accueillit donc avec plaisir la pédagogie de son ami qui mentionna malgré tout quelques points forts, tâche qui avait sans doute du lui demander bien du travail. Écoutant ensuite le cours auquel il avait droit, puisque c'était effectivement un cours, Cal se contentant de hocher la tête à l'une ou l'autre des remarques, indiquant qu'il comprenait ce qu'il lui expliquait et qu'il allait en tenir compte. Mais une chose semblait certaine, Jace connaissait son sujet et il n'avait plus tellement à s'inquiéter de ce qu'il pourrait faire après le lycée... Les possibilités semblaient soudain se multiplier pour lui.

Lorsque Jace se mit à lui énumérer la liste des activités à faire pour s'entraîner, Cal se demanda où il allait pouvoir trouver le temps de tout faire... Bon, l'avantage, c'était qu'il travaillait dans une école et qu'il pourrait donc facilement avoir accès aux installations dont il avait besoin, que ce soit entre le gymnase ou les salles spéciales des sous-sols. Mais quand même ! Il nota aussi l'idée de se fixer ses propres objectifs pour ensuite les dépasser, chaque jour un peu plus. Ça, il se sentait capable de le faire, parce que de la volonté, il en avait. « Un mois ? Oki, je le ferais ! » Il allait simplement devoir s'aménager une plage horaire pour cet entraînement mais comme il s'agissait quand même d'un truc vachement vital pour sa vie et sa survie, ça n'allait pas être trop compliqué, en théorie. Et donc, en attendant, il apprendrait les bases du combat avec Thunder. Tant mieux, parce que vu la démonstration qu'il venait de lui faire, il s'y connaissait !

Suivant alors le jeune homme jusqu'au bas de la colline, Cal écouta ses explications sur les pompes, l'observant attentivement alors qu'il lui en faisait la démonstration. Puis ce fut le tour des abdos et là encore, le chaman prit bonne note de tout ce qu'il pouvait voir et entendre. Ce genre de choses, il pourrait facilement le refaire chez lui, le matin et le soir. Lorsqu'il fut invité à reproduire les exercices, Cal se mit donc en position pour faire quelques pompes et, murmurant les conseils qu'il avait retenu, il tenta de prendre la meilleure position qui soit. Puis il débuta sa série dans le but d'en faire autant que possible. Une première dizaine passa tranquillement, puis cinq de plus et encore cinq autres. La vingt-et-unième devint un peu plus difficile et cela s'accrut encore à la vingt-deuxième. Puis, à la pompe suivante, Cal dut finalement s'avouer vaincu, ses bras le faisant malheureusement trop souffrir. Il ne savait pas trop si c'était un bon score ou pas mais de toute façon, ce n'était pas comme s'il pouvait faire autrement. Pour le moment, en tous les cas, parce qu'il comptait bien suivre tous les conseils pour s'améliorer.

Se laissant aller à plat ventre dans l'herbe, il se retourna sur le dos et, après quelques instants de pause, il prit la position pour faire les abdos et là encore, il se répéta mentalement les consignes de Jace avant de démarrer. Et dans cet exercice, l'Amérindien réussit à atteindre la trentaine d'abdos avant que ça ne commence à le brûler et qu'il ne décide d'arrêter parce que ce n'était vraiment plus possible. Reprenant une position assise, il leva alors les yeux vers son professeur. « Alors ? T'en penses quoi ? Je sais pas du tout si c'est bon ou pas mais je me doute que je suis un peu à la ramasse... » Se relevant, il retira la poussière de sa tenue et de ses mains avant de reprendre. « Tu sais, tout ça, j'ai jamais pensé que ça pourrait m'arriver un jour. J'sais pas trop comment c'était pour toi, mais je me suis jamais dit que j'allais devenir un super-héros, en fait. J'suis juste un chaman, quoi, c'est rien de spécial non plus. Je serais sûrement jamais parti de chez moi si j'avais pas dû, en plus... Si je suis allé dans la Légion, c'est parce que mademoiselle Stevens me l'a proposé, elle pensait que ça pourrait m'aider. C'est aussi pour ça qu'elle m'a fait venir à Star High. » Oui, c'était un fait, il ne s'était pas levé un jour en s'imaginant devenir un grand et puissant héros et si ses esprits ne l'avaient pas poussé dans cette voie, il n'aurait jamais rien fait de tel. Mais aujourd'hui, il devait bien avouer que si les esprits l'avaient poussé dans cette voie, ils ne l'avaient nullement préparé pour y faire face. « Du coup, j'suis vraiment content que tu m'aides, parce que toi, ben t'es vraiment fait pour ça, quoi. Tout ce que tu m'as dit, là, je vais faire de mon mieux pour m'entraîner sérieusement. Ça a marché pour toi, alors ça pourra me faire que du bien ! » Et puis quand on savait qu'il était venu à Star City dans le but de retrouver son frère qui était devenu une sorte de monstre sanguinaire et cannibale, un peu d'entraînement physique et martial, ça n'était pas de refus... « Enfin voilà, j'voulais juste te dire merci, quoi, parce que c'est sympa. Puis, si je peux t'aider pour quelque chose, tu hésites pas à me le dire. » Et ça, ça impliquait autant les tâches les plus basiques que des trucs touchant au monde spirituel... « Enfin bref ! T'en dis quoi, de mes résultats ? Va y avoir du boulot, j'imagine, j'ai jamais rien fait de comme ça, avant... »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 16 Nov - 22:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Les bras croisés, Thunder observait d’un œil analytique les mouvements de Qaletaqa et il dût se retenir pour ne pas corriger la position. L’heure n’était pas à la perfection et, pour un jeune homme sans entraînement, Qaletaqa s’en sortait correctement. Il était encore très loin de la condition qui lui permettrait de faire quoi que ce fût sur le terrain, mais au moins, il ne partait pas de zéro : une vie active l’avait gardé un peu en forme et, avec de la constance et l’environnement propice que fournissait Star High, Jace ne doutait pas de sa réussite.

Il n’eut pas le temps de poser son diagnostic que Qaletaqa lui expliquait les raisons de ses incertitudes. Jace ne put s’empêcher de sourire quand son ami le complimenta sur son propre héroïsme. Lui, au contraire, il n’avait grandi qu’avec cette idée en tête et certaines années de son enfance, devenir Légionnaire avait été presque une obsession. Il se souvenait encore avec angoisse des nombreux mois où il lui avait semblé que son unique rêve s’était envolé. D’une certaine façon, reprendre un entraînement à zéro, il savait très bien ce que cela faisait.

— C’est très correct.

Qaletaqa s’était confié à lui et, sans hésiter, Jace décida de se livrer à son tour, pour montrer à l’Amérindien qu’il n’y avait rien d’impossible dans les objectifs qu’il entendait se fixer.

— T’sais, quand ma mutation s’est déclarée, au début, c’était juste l’enfer. J’ai toujours voulu être un Légionnaire, et vers dix ans, on a juste cru que j’étais malade. Que c’était fichu. Ça a duré presque deux ans, et après, les effets de la mutation ont été un peu plus positifs. Juste, tu vois, ça fait jamais que cinq ans que je m’entraine.

Bon, cinq ans, c’était certes très long et son entraînement avait été particulièrement intensif. Mais Qaletaqa ne tenait pas nécessairement à devenir un expert en arts martiaux et il y avait tout de même une différence entre vouloir se remettre en forme pour être en état d’utiliser ses pouvoirs efficacement sur le terrain et décider de suivre la méthode Roberts-Stevens qui avait fait de Jace le leadeur de la Team Alpha qu’il était actuellement.

— ‘Videmment, j’suis jeune, et physiologiquement, c’est pile le bon moment pour apprendre, se développer, etc. Mais t’as quoi ? Dix-neuf ? Vingt ans ? T’as encore deux ou trois propices devant toi, et ensuite, tu pourras te stabiliser. C’que j’veux dire, c’est qu’avec un projet précis, tu peux faire des progrès assez rapides.

Jace avait de toute façon une foi illimitée en la capacité de n’importe quoi à accomplir de grandes choses, avec les instruments, la volonté et l’environnement approprié. Sydney était après tout un brillant exemple qu’un être humain pouvait atteindre le niveau d’un mutant ou d’un mage à force d’entraînement et tout électrifié qu’il fût, Jace n’aurait pas donné cher de sa peau dans un combat singulier, même à mains nues, contre le Corbeau.

— En fait, tu dois analyser un peu tes pouvoirs, ce que tu veux faire. Ce que tu peux faire. Et déterminer ton style de combat. Y a une grande part de stratégie. Selon les mouvements qu’tu veux exécuter, y aura des exercices appropriés. Ça change rien à c’que j’te disais tout à l’heure, d’abord, faut toucher un peu à tout, pour se rendre, mais assez vite, pour gagner du temps, se spécialiser, c’t’une bonne idée.

Bon, Jace n’avait jamais exactement compris ce en quoi consistaient les capacités de Qaletaqa, faute d’en avoir eu une démonstration directe. Il avait certes écouté avec beaucoup d’attention les explications de son ami, mais le monde chamanique demeurait très étrange pour lui, très éloigné de ce qu’il sentait, comme mutant, lorsqu’il utilisait ses propres pouvoirs. À défaut de pouvoir établir une stratégie appropriée à la place de l’Amérindien, il exposa donc son propre cas.

— Tu vois, moi, j’ai surtout besoin d’entrer en contact avec la peau d’mon adversaire. Enfin, avec une partie relativement découverte de son corps, pour conduire l’électricité. J’dois surtout être agile, rapide, souple et endurant, si le combat s’éternise. Frapper fort, c’est très accessoire, même si c’est utile. Du coup, j’vais pas chercher à tripler d’volume, non plus.

Ça ne l’empêchait pas, parfois, de vouloir un peu plus de muscles, mais si sa silhouette d’athlète était plus respectable et, à en croire ses groupies, plus que désirable. Mais enfin, au fond de lui, il savait qu’il avait atteint l’équilibre le plus approprié à son style de combat.

— À l’inverse, un type qu’a une super-force, bah il va chercher à la développer, pareil pour sa résistance, histoire d’encaisser le coup, de forcer son adversaire à venir au corps à corps et de décocher le coup décisif. C’t’une question de tabler sur ses avantages, tu vois. Toi, j’sais pas trop, j’t’avoue…

Jace détailla l’Amérindien d’un air songeur. Qaletaqa n’était de toute évidence pas prêt à boxer dans la catégorie des poids lourds.

— Ça dépend beaucoup de tes pouvoirs, en fait. J’ai compris en gros les esprits, là. Mais si j’ai bien saisi, ça demande des rituels. Des trucs longs. Qu’est-ce que tu peux faire, disons, dans l’urgence ? Les aspects les plus offensifs de tes capacités, tu dirais que c’est quoi ?

Jace se recula de quelques pas et désigna l’espace entre eux.

— Tu sais quoi, le mieux, c’est encore que tu fasses la démonstration, comme ça, on se rendra bien compte. T’inquiètes pas, même si ça t’paraît pas super décisif, on est là pour réfléchir.

Le jeune homme sourit.

— Moi, au début, j’faisais surtout brûler des grille-pains, alors tu vois, y a pas d’problèmes…

Toujours une petite anecdote personnelle en stock pour encourager les nouvelles recrues : c’était comme cela qu’on fédérait une équipe.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 18 Nov - 21:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Qaletaqa laissa échapper un soupir de soulagement lorsque le jugement de son jeune maître tomba. Ce qu'il avait fait était très correct, ce qui signifiait qu'il n'avait vraiment pas besoin d'avoir honte. Un soulagement, en somme ! Il fut ensuite encore plus rassuré quand il apprit qu'à ses débuts, Jace avait été très malade et que malgré cela, il s'en était très bien sorti. Sa propre volonté ainsi renforcée, Cal se sentait prêt à repartir de plus belle, tant qu'il avait encore de l'énergie. Autant en profiter, non ? Il ne put toutefois s'empêcher de sourire quand son ami indiqua qu'il était encore jeune, lui. Parce qu'il avait l'air si vieux que ça ? « J'ai vingt ans, oui. » Bientôt vingt-et-un, en réalité, mais ça ne changeait pas grand chose, quand on y pensait. Cela dit, il avait toujours considéré qu'il était encore jeune alors il espérait vraiment ne pas déjà être au bord du gouffre de la vieillesse. Les vieux étaient chiants. Et en plus, ils ne croyaient pas aux esprits, la plupart du temps.

Il fut ensuite question de l'usage des pouvoirs dans le développement d'une technique martiale propre et là, Cal se dit qu'il se retrouvait face à un petit problème. Parce qu'il avait beau y réfléchir, il ne voyait pas la moindre façon d'utiliser ses pouvoirs en situation de combat, exception faite de l'esprit du Loup Noir, bien entendu. Mais dans ce deuxième cas, apprendre des techniques martiales ne lui servirait pas à grand chose et il aurait plus vite fait d'aller voir un maître-chien. Mais cette idée était bien trop bizarre pour qu'il ait même l'idée d'y songer. Ecoutant les exemples que lui proposait Jace, Cal confirma mentalement qu'il ne voyait pas trop quel usage il pourrait faire de ses capacités et c'était justement pour ça qu'il avait sauté sur l'occasion de pouvoir s'entraîner et apprendre le combat. Parce que c'était le seul moyen qu'il avait de pouvoir se défendre, si les choses dérapaient.

« Tu sais, en fait, mes pouvoirs, ils ont rien de vraiment offensif. C'est pour ça que je veux apprendre à me battre, pour avoir quand même de la réserve s'il fallait agir contre quelqu'un. Parce que bon, à part noyer quelqu'un sous une armée de fantômes... » Et de fait, quand on voyait que les êtres humains n'arrivaient même pas à voir les fameux fantômes, on se doutait qu'une armée n'aurait pas grand intérêt. « Mais sinon, y a bien mes esprits gardiens, les kachinas. Sauf que bon, ils sont un peu... limités, je dirais. » Souriant d'un sourire un peu gêné, Cal se dirigea alors vers le sac qu'il avait déposé au pied d'un arbre. L'ouvrant, il en sortit son pahos, le bâton de prière hopi, ainsi que l'un des porte-clefs qu'il portait toujours avec lui. Il représentait un personnage plutôt effrayant vêtu d'un manteau sombre et d'un masque noir aux yeux jaunes. Il portait aussi un bâton et était armé d'un petit poignard. Revenant auprès de Jace, il lui présenta l'objet avant de le lancer dans les cieux et de pointer son pahos vers la petite poupée. « Chakwaina ! » Le porte-clef toujours suspendu dans les airs se mit à luire d'une sombre lumière avant de toucher le sol et de se relever sur ses jambes. « Voilà, c'est ça, en gros, mes pouvoirs. Lui, c'est Chakwaina, l'un de mes esprits gardiens. Il est un peu considéré comme un... ogre, si on veut. Mais il n'est pas méchant. Féroce au combat, mais pas méchant. Bon, forcément, vu sa taille, il ne fera pas vraiment mal... Mais il impressionne et peut faire peur aux petits caïds. » Et en effet, malgré ses trente petits centimètres de haut, il avait déjà fait fuir quelques petites frappes de Lincoln. Mais face à un super-vilain, il y avait peu de chance que ça fonctionne.

« En fait, avec mes pouvoirs, je peux permettre à un esprit de se matérialiser physiquement dans notre monde, en utilisant un objet comme médium. Pour le moment, j'y arrive avec mes propres esprits mais je suppose que je pourrais faire pareil avec d'autres. J'ai juste jamais tenté, ça peut être dangereux... Puis comme mon grand-père ne pouvait pas me répondre clairement, je me contente de ça, pour le moment. » Et même si ça pouvait surprendre ou étonner, ça n'allait pas l'aider à développer ses techniques de combat. « Enfin, c'est pas tout. » Saisissant la cordelette accrochée à son coup, Cal sortit le pendentif qu'il portait, ce dernier représentant grossièrement une tête de loup en bois sculpté. « C'est un ohta, ça vient de la forêt, ici. Il renferme l'esprit d'un loup noir et je peux l'invoquer aussi, lui. En me servant de mon corps. » S'écartant de Jace pour lui en faire la démonstration, le jeune Amérindien murmura une prière silencieuse tout en fermant les yeux, appelant à lui l'esprit en question afin de le faire entrer dans son propre corps. A nouveau, la sombre lueur fit son apparition, l’enveloppant entièrement. Lorsqu'elle disparut, Jace put alors voir sous ses yeux un loup tout ce qu'il y avait de plus normal. Restant ainsi quelques instants, Cal finit par dissiper la métamorphose en libérant l'esprit afin de reprendre son apparence humaine. Par chance, la nature spirituelle de la transformation faisait que lorsqu'il changeait de forme, ses vêtements restaient liés à son corps et lorsqu'il reprenait forme humaine, il restait habillé. Une chance, pour Jace, et une chance pour lui aussi, avec ce froid. « Ça, c'est déjà plus offensif, mais je ne suis pas sûr que les pompes puissent m'aider à mieux maîtriser cette forme. Enfin, ça, j'en sais trop rien, j'ai jamais pu vérifier si mes capacités étaient celles d'un vrai loup ou pas. Mais bon, me battre comme ça, je sais pas... Ça me fait bizarre de l'imaginer. » Parce que oui, mordre un adversaire jusqu'au sang, lui arracher la gorge ou quoi que ce soit du genre, c'était quand même pas simple à concevoir. « Du coup, s'pour ça que je voulais m'entraîner, devenir plus fort et apprendre à me battre. »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 19 Nov - 1:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Jace se recula, par prudence, quand Qaletaqa sortit son phallus, pardon, je veux dire, son pahos. Quand on fréquentait Star High pendant un certain temps, on finissait par se tenir à l’écart quand quelqu’un entreprenait de faire la manifestation de ses pouvoirs. Jace, pour sa part, était parvenu à un haut degré de maîtrise dans le domaine, tout du moins pour son âge, mais c’était très loin d’être le cas de la majorité de ses camarades, dont l’enthousiasme, pour être louable, avait parfois des conséquences calamiteuses.

Le mutant ne put s’empêcher de frissonner quand le porte-clés se mit à croître et à prendre la forme d’un petit être, qui le fixait obstinément. Apprendre que l’être en question était un ogre n’était pas particulièrement rassurant. Mais c’était surtout l’idée d’avoir en face de lui un esprit, un authentique esprit, qui perturbait le jeune homme. Il jeta un regard à Qaletaqa, par réflexe, comme pour s’assurer que son ami contrôlait bien l’être en question et qu’il ne risquait pas de se jeter sur lui pour lui trancher la gorge.

Avec son éducation très classiquement protestante, Jace n’était déjà pas habitué aux saints, alors tout un panthéon, c’était un peu exotique. Il en avait déjà souvent parlé avec Qaletaqa, mais le voir de ses propres aux yeux, c’était autre chose. Des dizaines de questions se pressaient comme d’habitude dans son esprit, mais l’heure n’était pas à la satisfaction égoïste de sa curiosité, mais bien à renvoyer l’ascenseur à l’Amérindien, qui avait souvent eu la gentillesse de le cultiver.

Jace hocha donc la tête pour indiquer à son ami qu’il pouvait passer à la suite. Il y a des gens par ici — on ne citera pas de noms — qui ne pense qu’à enlever leurs vêtements, sans doute parce qu’ils ont fantasmé sur Taylor Lautner, le loup-garou de Twilight, mais Jace, lui, ne songea absolument pas que la métamorphose de Qaletaqa pouvait conduire à une condamnation pour nudité publique. Ce petit détail était rendu parfaitement anecdotique par la prouesse de son ami.

— Comment c’est trop génial ! Comme dans Buffy !

Sauf que dans Buffy, le loup-garou ressemblait à une peluche enragée sous amphétamines et n’était pas particulièrement fréquentable — Qaletaqa, lui, avait l’air tout à fait civilisé, comme à son habitude. Jace aurait bien eu envie de lui caresser la tête, pour voir ce que ça faisait, de toucher un loup, mais quand il comprit que cela serait revenu à caresser Qaletaqa, il jugea que c’était probablement une très mauvaise idée.

L’Amérindien reprit forme humaine et Thunder consentit à mettre de côté son émerveillement pour réfléchir aux conséquences stratégiques de la situation. Ou à l’absence de conséquences stratégiques. Il était bien obligé de reconnaître que son ami avait parfaitement raison : ce n’était pas en secouant son phallus, pardon, son pahos, qu’il allait maîtriser beaucoup d’ennemis et la plupart des super-vilains dignes de ce nom ne seraient vraisemblablement pas subjugués par de petits bonshommes de trente centimètres. C’est fâcheux.

— OK. Bah du coup, c’est clair : il te faut des armes.

Quand on n’avait pas les super-pouvoirs appropriés, on recourait au matériel, magique ou technologique : le Corbeau, encore une fois, en était la preuve. Hélas, les armes étaient un peu superflues dans le cas de Jace et il était loin d’être un expert dans le domaine.

— Là, j’vais pas pouvoir t’aider. Mes connaissances dans l’domaine sont vachement théoriques. C’la dit, on peut déjà commencer par un entraînement physique, par les sports de combat, et ensuite tu t’adresseras à un spécialiste, pour choisir des armes, voir un peu c’qu’il est possible de faire.

Personnellement, il imaginait très bien Qaletaqa avec une sorte de bâton de combat, mais il devait y avoir des solutions plus pratiques.

— En attendant d’être au point, règle numéro 1 : si la fuite est une option, c’est toujours la meilleure. Évidemment, on va pas t’entraîner comme dans un dojo. Dans un dojo, t’apprends à te battre pour la compétition, avec les règles, la tradition, et tout. Moi, j’vais t’apprendre à te battre pour de vrai. Ce s’ra pt’être moins classe et moins noble, de prime abord, m’enfin, c’est plus efficace. Reste qu’entre l’entraînement et la vraie vie, y a d’la marge et jouer les héros, si c’est pour être un héros mort, ça sert à rien. Enfin, la classe, l’élégance, tout ça, t’auras bien l’temps t’en occuper plus tard. Si tu peux assommer quelqu’un avec un couvercle de poubelle crade, eh ben c’est mieux qu’pas l’assommer du tout. C’est même en apprenant à faire avec c’qu’on a sous la main qu’on progresse. Par exemple, là, pendant des semaines, on va voir des mouvements, mais c’t’un peu comme les briques d’un jeu d’construction. On s’en fout si tu combines une prise de judo avec un mouvement de karaté, pourvu qu’au bout du compte, ça marche.

Nombre d’entraîneurs sportifs se fussent probablement arrachés les cheveux en entendant un pareil discours, mais Jace ne préparait pas Qaletaqa pour les Jeux Olympiques, mais pour Star City. Et à Star City, tous les coups étaient permis.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 21 Nov - 22:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Lorsque Jace indiqua être d'accord avec la conclusion de Qaletaqa, à savoir que ce n'était pas autour de ses pouvoirs qu'il allait pouvoir développer une technique de combat spécifique, il précisa aussi que ce qui lui semblait le plus clair, c'était que le jeune Amérindien devait se procurer des armes. Cela dit, il ne précisait absolument pas le genre d'armes auquel il faisait allusion et Cal ne savait donc pas s'il devait s'imaginer apprendre à tirer avec des pistolets et autres fusils ou s'il devait plutôt se mettre à apprendre un art martial qui lui enseignerait le maniement de la lance de combat. Dans les deux cas, ça allait lui faire très bizarre, mais il était vrai que c'était probablement la décision la plus sage. Ce n'était pas avec ses connaissances et ses capacités actuelles qu'il allait pouvoir chasser un wendigo entraîné aux techniques de combat militaire...

Dans le même temps, Cal songea que s'il devait apprendre à développer ses capacités martiales dans ce sens, il allait aussi devoir revoir son costume, parce que celui qui revêtait pour le moment en allant enquêter n'était pas le plus adapté à des activités de ce genre. Mais pour ce qui était des détails, il ne savait pas trop comment faire... Comment se fabriquer quelque chose d'efficace ? Où trouver le matériel nécessaire ? Il en allait d'ailleurs de même des armes et à ce niveau, Jace ne pouvait visiblement rien pour lui. C'était dommage, parce que c'était principalement sur lui que Cal avait compté. Non pas qu'il n'ait pas eu confiance dans les adultes qu'il fréquentait, mais il avait clairement compris que mademoiselle Stevens savait plus de choses à son sujet qu'elle ne l'avait dit. Et de ce fait, Cal craignait un peu de devoir passer par elle parce qu'elle n'hésiterait sûrement pas à tenter de lui tirer les vers du nez. Au moins, même s'il était relativement curieux, Jace n'allait pas chercher à savoir ce qu'il cherchait dans les rues de la ville – encore que – ni tenter de lui faire comprendre qu'il ne pouvait pas aider son frère.

« T'inquiètes pas pour ça, je cherche pas à devenir un héros mort. Je te l'ai dit, j'ai jamais imaginé devenir un super-héros un jour, alors du coup, quand ça devient chaud, je fais toujours mon possible pour m'échapper. Pour être franc, je suis pas encore vraiment parti à la poursuite des criminels alors pour le moment, c'est assez tranquille à ce niveau. » Et en effet, s'il avait bien parcouru les rues de Lincoln ou d'autres endroits de Star City, c'était principalement parce qu'il cherchait des informations sur son frère ou sur le wendigo, même si pour le moment, c'était plus un échec qu'autre chose. Soit les gens n'étaient vraiment pas bavards du tout, soit son frère était beaucoup trop discret et dans les deux cas, c'était un problème. En plus, vu son âge, il ne pouvait pas espérer consulter les rapports de police sans attirer l'attention et du coup, il lui était impossible de rechercher des crimes qu'un wendigo aurait pu perpétrer. Toujours est-il que grâce à cela, ou à cause de cela, selon comment on voyait la chose, il ne s'était pas encore vraiment lancé dans une carrière de super-héros des rues, en dehors des rares fois où ses rêves le conduisaient dans un lieu où son aide était requise. Mais ça, c'était un moyen de communication encore beaucoup trop aléatoire et de fait, il n'en parlait pas vraiment, ne serait-ce que pour éviter qu'on le prenne pour un fou.

« Puis si j'avais voulu apprendre à me battre selon les règles, je serais allé dans un club. Mais si tu peux faire ce que tu dis, j'en demande pas plus. C'est pas parce que je suis un chaman que les traditions sont importantes. Ce qui compte, c'est que je sache me défendre et que je puisse m'en tirer vivant. Alors tout ce que tu peux m'apprendre dans ce sens, je suis partant. » Depuis qu'il avait pris conscience de ce que pouvait impliquer son nouveau statut, Cal n'avait donc absolument pas cherché autre chose que rester en vie. Il avait déjà pu voir ce que ça donnait avec les gangs et tous les autres criminels, supers ou non. Mais ça n'avait été là qu'un tout petit aperçu et de fait, il y avait bien pire qui l'attendait encore. Or une chose était sûre, il n'avait pas envie d'agoniser au fond d'une ruelle parce qu'il ne savait en fait pas se battre... « En plus, faut que je sois au niveau, que je puisse te sauver les fesses le jour où tu seras déchargé. » Parce que oui, en aidant Cal, Jace s'aidait aussi lui-même. Après tout, viendrait un jour où ils allaient devoir coopérer lors d'une mission de la Team Alpha et ce jour-là, plus il serait entraîné, mieux ça se passerait.

« De toute façon, en solution de dernier recours, j'ai toujours le loup. Mais là, je dois avouer que je ne sais pas trop ce qu'il en est... J'ai pas montré ce pouvoir à grand monde, en fait, et tout seul, c'est pas facile de le tester. Tu penses qu'on pourrait... Je sais pas... Faire des tests ? Des mesures ? Genre chronométrer sa course pour savoir à quelle vitesse je peux aller sous cette forme ou connaître sa force. Je sais déjà qu'en loup, j'ai des sens beaucoup plus puissants. Je pense que c'est au même niveau que l'animal, en fait. Mais faut encore que j'apprenne à l'utiliser, parce que ça fait bizarre. Mais pour le reste, je sais pas du tout à quel niveau c'est, ni de quoi ça dépend. » Et en effet, la première interrogation qu'il avait, c'était de savoir si en améliorant sa condition physique d'humain, le loup allait ou non gagner en puissance. Est-ce que les deux aspects étaient liés ? La logique voulait que oui, mais dans ce monde, la logique était une notion très spéciale... Cela dit, si Jace acceptait de l'aider pour ça aussi, ils pourraient faire quelques tests de base et voir si les résultats s'amélioraient à mesure qu'ils s'entraînaient ensemble. Quant au reste, à moins que Thunder montre un intérêt soudain pour l'élevage de chiens de compétition ou le dressage des loups, Cal devrait trouver ses réponses ailleurs. Au zoo, où il avait travaillé, ça semblait une bonne piste. Puis sinon, peut-être un vétérinaire ? Cette simple idée lui faisait vraiment bizarre mais après tout, si ça fonctionnait, pourquoi pas.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 22 Nov - 16:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le leader de la Team Alpha hocha la tête d’un air satisfait lorsque sa nouvelle recrue lui assura ne pas jouer inconsidérément au super-héros. Jace avait beau embrasser sa propre destinée avec un enthousiasme et un sens du sacrifice qui frôlaient souvent l’autodestruction, il était très loin d’imposer aux autres les mêmes exigences et s’il était un chef rigoureux, il n’en était pas pour autant irréaliste. Mieux valait que les rues fussent peuplées de super-héros raisonnables que de têtes brûlées prêtes à se lancer à mains nues contre des revolvers chargés de balles bien réelles — tout du moins quand ils n’avaient pas de boucliers électriques pour les protéger.

— Genre…

Jace esquissa un sourire amusé quand Qaletaqa parla de lui prêter main forte.

— J’suis jamais déchargé, moi, qu’est-ce que tu crois !

Hélas, c’était bien son problème, parfois : non pas manquer d’électricité, mais en produire trop, beaucoup trop. Il allait mieux, ces dernières années, mais les effets indésirables de ses redoutables capacités n’avaient pas été entièrement dissipés et Jace connaissait parfois des journées bien difficiles, lorsque son corps malgré lui chargé à bloc ne parvenait plus à supporter sans frémir l’intensité du courant qui le traversait. Chaque crise réveillait les craintes des premières années de sa mutation. Il préférait en rire désormais que de se laisser gagner par l’angoisse, mais elle était bien réelle.

La conversation se fit à nouveau plus sérieuse et Jace se frotta dans les mains, plein d’enthousiasme.

— T’as raison. À défaut de pouvoir apprendre des prises de judo à un loup, on peut mesurer ses capacités. C’est même bien d’le faire maintenant. D’manière générale, c’est toujours utile de chiffrer sa progression. Comme ça, on a une idée de ses possibilités de base et on peut voir l’évolution, en fonction d’l’évolution ton entraînement. Et si l’entraînement humain influe par sur le loup, on divisera l’entraînement en deux. Grosso modo, de toute façon, c’est les mêmes principes : des muscles, des articulations, un cœur qui doit envoyer du sang et les poumons qui doivent tenir le souffle.

Jace fouilla un peu partout dans ses poches, à la recherche d’un calepin, mais il n’avait pas pensé à établir un programme d’entraînement aussi précis.

— T’sais quoi, j’vais récupérer un peu d’matos, et on s’retrouve à côté du gymnase, dans la piste de course, OK ?

Sans vraiment attendre la réponse de son protégé, Jace rajouta :

— T’as qu’à y aller en footing, ça t’chauffera.

Ben voyons. Sur ces bonnes paroles, Jace prit légèrement appui sur le sol avant de s’élancer dans les airs, dans un décollage impeccable. En quelques secondes, il prit une vitesse considérable et disparut, pour atterrir non loin de là sur le toit de sa maison. Lorsque l’on volait à plus de cent cinquante kilomètres heures et que l’on n’avait pas à se soucier des embouteillages, les distances devenaient bien différentes de celles de la terre ferme, à l’intérieur de la ville. Jace dévala les escaliers qui menaient du toit jusqu’au premier étage de la maison et déboula dans sa chambre, pour troquer rapidement sa tenue de sport contre sa tenue de super-héros et rassembler dans ses poches un calepin et un stylo.

— Jace, mon cœur, c’est toi ?

La voix de sa mère s’était élevée dans les escaliers. L’adolescent passa la tête au-dessus de la rambarde et lança :

— Oui ! Mais j’dois y aller, là, j’ai un loup à s’entraîner.
— D’accord, mon chéri. Amuse toi bien. N’oublie pas le pain en rentrant.

L’adolescent, vêtu de sa combinaison, bien plus apte au vol et à l’utilisation de ses pouvoirs que sa tenue de sport, s’envola à nouveau. Il finit par retrouver Qaletaqa un quart d’heure plus tard, dans le stade de Star High, désert. Jace se posa à côté de son ami et sortit aussitôt son calepin.

— OK. On va commencer par le sprint. Sur 100m, donc. On va faire cinq essais, deux pour chauffer, trois dont on fera la moyenne. Cinq minutes de pause entre chaque. Ensuite, un peu de demi-fond. On va faire un cinq cents mètres, tu sais, foulée moyenne, pour voir ton temps. Après, hmm…

Difficile d’initier un loup au développé-couché ou aux abdominaux — et ce n’était sans doute pas très utile. Il y avait la puissance de la mâchoire, mais cela exigeait sans doute une machine spatiale, dont le principe n’aurait pas été très complexe, mais qui restait encore à construire. Les réflexes, cela, ils pouvaient encore le travailler. Et les sens, bien sûr. Jace secoua la tête.

— Après, on verra dans quel état on est, et puis on pourra ptêtre faire deux ou trois autres trucs.

Ce n’était pas les idées qui lui manquaient. En fait, les idées, ces derniers temps, avaient tendance à ne jamais lui manquer, mais Jace était loin de s’en rendre compte.

Le jeune homme laissa Qaletaqa accomplir de nouveau sa transformation, toujours vivement impressionné par le phénomène. Puis les tests commencèrent. Pour ne pas rester inactif, Jace accompagnait le loup. Enfin, accompagner, c’était beaucoup dire : il était toujours très rapidement distancé, alors il le suivait de loin, veillant à toujours arrêter le chronomètre au bon moment et inscrivant, aux pauses, les performances de l’animal sur son petit calepin.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 12 Déc - 1:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Qaletaqa ne savait pas vraiment si c'était une bonne idée de laisser Jace prendre en main son entraînement de loup. Après tout, qu'est-ce qu'il y connaissait, aux loups ? Quand on voyait déjà ce qu'il prévoyait de lui faire subir en tant qu'être humain, on était en droit de se demander ce qu'il ferait faire à un loup. D'un autre côté, le jeune Amérindien se voyait mal aller demander ce genre de choses à quelqu'un d'autre, parce que c'était quand même particulièrement compliqué à expliquer... Alors du coup, il n'avait pas vraiment le choix, Jace représentant sans doute la meilleure option possible pour un entraîneur de loup. Se contentant de hocher la tête en souriant, il attendait de voir la suite pour se réjouir pleinement.

Sans lui en laisser le choix, Jace l'invita alors à le rejoindre au gymnase de l'école pendant que lui-même allait chercher du matériel. Un autre point qui n'avait rien de très rassurant mais comme Cal ne pouvait pas vraiment décliner, il observa Jace décoller en direction des cieux avant de ramasser ses affaires et de faire comme il lui avait conseillé de faire. Dire qu'il n'avait que 17 ans et que Cal lui obéissait comme s'il avait été un adulte... Ça aurait pu en troubler plus d'un, mais pas le jeune jardinier. Il savait que Jace était compétent et dans un sens, il espérait lui ressembler un jour.

A petites foulées, l'Amérindien reprit donc la direction de Star High, faisant le chemin en sens inverse, accompagné de Chakwaina. Il restait toutefois aux aguets, des fois que quelqu'un les ait vus, mais par chance, ils n'attirèrent pas le moindre regard. La soirée avançait lentement et la nuit n'allait pas tarder à tomber, accompagnée de sa fraîcheur que Cal n'appréciait pas trop. Ça lui rappelait que ce n'était que le début de l'hiver et que tout n'irait qu'en empirant... La neige, les sapins de Noël et tout le reste, ce n'était vraiment pas dans ses habitudes ! Il finit par arriver au lycée et, traversant la cour et un bout du parc, il se rendit vers le gymnase et le stade. Déposant ses affaires dans les gradins, sous la garde de son esprit, il continua de trotter lentement, pour ne pas se laisser gagner par le froid. Après quelques minutes, Jace vint se poser à ses côtés, dans une toute nouvelle tenue relativement... différente. Un jour, il faudrait qu'il se trouve lui aussi quelque chose dans le même style !

Comme s'ils ne s'étaient même pas séparés, Jace reprit la discussion sans aucune transition, établissant le programme que le loup allait devoir suivre, en commençant principalement par de la course. L'Amérindien ne savait pas trop si son ami avait d'autres idées en tête, mais il préféra mettre les choses au clair dès le début. « Par contre, si tu as en tête de me faire rattraper un frisbee, c'est même pas la peine d'espérer ! Je veux bien suivre tes consignes, mais on évite les trucs trop zarbs. » Parce que bon, quand même, même s'il se changeait en loup, il restait un humain ! D'ailleurs à propos de changement, sur un dernier sourire, Cal effectua sa transformation avant de venir se placer à l'endroit que lui indiquait Jace. Une chose était certaine, si quelqu'un les voyait faire, ça donnerait sans aucun doute un spectacle étonnant !

Sans trop savoir si les performances étaient bonnes, le loup noir suivit à la lettre les consignes de Jace, s'échauffant d'abord sur deux courses avant d'en faire trois vraies puis de passer au demi-fond. Pendant ce temps, le blondinet électrique le suivait, chronomètre en main, pour noter tous les résultats. Le temps passait, entre course et pause, et finalement, la première étape se terminait. Incapable de parler alors qu'il était sous sa forme animale, Cal se changea une fois de plus, commençant à ressentir une fatigue physique, mais aussi une fatigue spirituelle, dans un sens. « Ça, il faudra aussi que je trouve un moyen de le travailler... Les transformations, je veux dire. C'est épuisant, pour l'esprit. Là, ça a été court, à chaque fois, mais j'ai l'impression que je ne vais pas tarder à atteindre mes limites. D'un autre côté, je ne sais pas trop si c'est quelque chose qu'on peut booster... Peut-être en méditant. »

Reprenant son souffle, Cal s'installa dans l'herbe humide et tant pis si son pantalon finissait sale. Il en avait un peu l'habitude. « Le loup, je l'ai trouvé ici, dans la forêt. Alors du coup, je ne sais pas encore trop tout ce qu'il y a autour de ça, mais je fais des recherches. Cela dit, les bibliothèques, c'est pas le top pour retrouver ce genre d'infos... Et sinon, ça donne quoi, les résultats ? » Même s'il ne saurait absolument pas s'ils étaient bons ou non, il avait quand même envie de savoir ce qu'il en retournait. « Tu sais, j'ai travaillé au zoo, avant que mademoiselle Stevens ne me fasse venir ici du coup, je pourrais sûrement leur demander un bon livre sur les loups. Pour avoir des infos de base, histoire de pouvoir comparer mes résultats. Si on voit qu'à la course, je suis aussi rapide qu'un vrai loup, ça pourrait nous donner des idées pour le reste. Et puis, bon, j'ai beau me changer en loup, je suis pas encore sûr de savoir tout ce qu'il peut bien faire... C'est assez déroutant, comme truc. Rien que ce que tu vois, ce que tu entends et ce que tu sens... Faut s'y faire. » C'était l'évidence même, parce que si le loup apprenait naturellement à reconnaître les odeurs, lui, il devait apprendre sur le tas. Et dans une ville comme ça, c'était loin d'être facile ! « T'imagines, si je suis blessé ?! J'vais devoir aller chez un vétérinaire... Franchement ! »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 12 Déc - 14:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Quand Qaletaqa s’assit dans l’herbe, Jace lui-même, une main sur les côtes, tentait de reprendre sa respiration. Suivre un loup n’était pas de tout repos, en tout cas, à pied. En volant, c’était une affaire, bien entendu, mais c’eût été tricher. Entre deux inspirations profondes, le jeune homme commenta :

— Non mais si t’es…

Tout allait bien.

— Fatigué. On va s’arrêter là.

Sans quoi, il risquait d’être lui-même trop épuisé pour aller chercher le pain et c’était sa mère qui ne serait pas contente — il y avait des puissances en ce bas monde que même un super-héros ne pouvait raisonnablement défier. Une fois son point de côté très vaguement maîtrisé, Jace s’assit à son tour devant son ami et se remit à consulter son petit calepin, où les colonnes de chiffres qui transcrivaient les performances de Qaletaqa étaient soigneusement organisées. Il n’en était pas à sa première évaluation et, ce soir-là, une fois chez lui, il rentrerait les résultats dans son ordinateur, pour pouvoir, aux prochains tests, établir des courbes et des graphiques.

— Alors… C’est plutôt pas mal. Pas mal du tout. Je fais juste les calculs.

Jace griffonna quelques produits en croix avec une aisance qui le surprit lui-même puis commença :

— Donc, en pointe, sur le sprint, entre 25 et 30. Mais c’était pas forcément super rapide au démarrage — ça allait mieux en endurance. Globalement plus rapide qu’un humain. Il faudrait tester sur du vrai fond, sur plusieurs kilomètres, voire plusieurs dizaines, un autre jour, quand tu seras un peu préparé.

Il était qu’un super-héros eût à courir un marathon — il y avait des moyens de transport plus sophistiqués que cela — mais Jace mettait un point d’honneur à étudier tous les aspects de la question.

— Y aurait d’autres trucs à tester, comme on disait ’t’à l’heure, genre la mâchoire, mais si la transformation te fatigue, mieux vaut remettre ça à plus tard. Sinon, on va juste avoir des résultats faussés. En tout cas…

Jace referma le calepin et le rangea dans l’une des poches isolantes de sa combinaison.

— T’as ptêtre raison. Faut pas s’focaliser que sur le combat. Faut tout étudier, tes sensations, tout ça. L’odorat, j’suppose, mais le reste, ptêtre. La vue, l’ouïe. Même le goût, ça peut être utile. Tous les héros sont pas forcément des combattants et des sens super-développés, pour les enquêtes, par exemple, eh ben ça peut être très utile. Genre pour traquer quelqu’un.

Les combats spectaculaires étaient assurément la partie la plus visible et la plus médiatique du travail de la Légion ou des agents de l’UNISON, mais ils étaient loin d’être la seule option. Avec ses esprits, ses sens animaux et ses rêves, Qaletaqa avait toutes les chances de devenir un enquêteur des plus compétents, quand il aurait compris comment utiliser ses capacités.

— Voilà c’qu’on va faire. Toi, tu vas essayer de décrire c’que tu ressens. Pas là maintenant. Par écrit. Quand tu transformes, quand tu utilises tes autres pouvoirs. Écris autant que tu peux, va dans tous les détails, même c’qui t’parait con ou évident. Ou flou. L’but, c’est que tu comprennes bien ce qui t’arrive et qu’tu puisses le décomposer en plusieurs trucs. Comprendre son pouvoir, c’est pas toujours intuitif. En parler, réfléchir dessus, du coup, c’est vachement important. Ça permet d’isoler les différences majeures et d’savoir sur quoi on va travailler.

L’exercice n’était pas particulièrement palpitant et il en avait bien conscience. Lui-même ne s’y livrait que de mauvaise grâce, mais c’était bien après avoir longtemps réfléchi sur ses sensations qu’il avait compris que l’électrokinésie était tout à la fois une action et une perception et que la perception, à laquelle il n’avait jamais accordé beaucoup d’importance, pouvait l’aider à localiser les gens grâce aux appareils qu’ils transportaient.

— Ensuite, toi et moi, on va s’renseigner un peu sur les loups. Utilise tes contacts au zoo, moi, j’vais éplucher Internet, puis la BU. À mon avis, ça peut aller vite, parce qu’y a tout un tas d’trucs qui nous intéresseront pas, genre l’habitat, les habitudes alimentaires, la reproduction.

Il s’interrompit pour regarder un instant Qaletaqa, en se demandant ce que son camarade ressentirait s’il passait à côté d’une louve en chaleur. Il fit son possible pour écarter cette question un peu embarrassante, même s’il ne put s’empêcher de rougir.

— D’mon côté, j’vais essayer d’réfléchir à des tests pour les sens. À mon avis, nous faudra un endroit plus calme que la ville pour des trucs comme l’ouïe. On f’ra une excursion en forêt. C’est Megastar qui va être content.

Parfaite mauvaise foi : c’était Jace qui, en règle générale, se plaignait quand leurs aventures les emmenaient trop loin de la civilisation. Le jeune homme avait pris l’habitude de se sentir constamment entouré d’électricité et la ville lui offrait la confortable sensation d’être enveloppé dans une sorte de cocon.

— Pour la fatigue d’la transformation, j’t’avoue, je sais pas trop. C’est pas spécialement mon domaine. P’têtre que tu peux aborder ça comme des pompes ? Genre, trois transformations par jour, puis quatre, puis cinq, et t’augmentes. J’sais pas si ça fonctionne comme un muscle, mais c’est possible. C’est le cas de pas mal de pouvoirs, quand même.

Il était possible également que l’obstacle fût insurmontable : rares étaient les pouvoirs qui évoluaient indéfiniment et, au bout d’un moment, les choses se stabilisaient.

— En attendant, ce serait pas mal que tu accompagnes la Team. Pas forcément sur le terrain, même si dans pas mal de cas, ça posera pas de problèmes. Mais au moins aux réunions, à la partie papier et tout. Pour te familiariser avec le travail, tu sais, rencontrer les autres. Voir si ça te plait. T’es pas obligé d’rester, évidemment.

Mais il était en tout cas hors de question pour Jace que Qaletaqa devînt un…

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 12 Déc - 21:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Qaletaqa devait avouer qu'il se sentait relativement rassuré de constater que Jace était enfin aussi fatigué, parce qu'avec l'énergie qu'il semblait déployer, c'était à se demander s'il ne restait pas aussi actif qu'une pile Duracell ! Au moins, il restait un minimum humain, du haut de ses dix-sept ans. Observant son ami prendre position dans l'herbe, Cal attendit donc son verdict et c'est plutôt heureux qu'il accueillit le « plutôt pas mal ». Le loup avait donc un sérieux avantage sur lui, au moins au niveau des capacités physiques, même si comme cela, les valeurs ne voulaient pas dire grand-chose, à ses yeux. Plus rapide qu'un humain, certes, mais par rapport à un vrai loup ? Ils finiraient bien par le savoir, un jour. Le plus simple aurait bien entendu été de faire la course avec un loup, mais le souci, c'était que lui-même n'en était pas vraiment un. Or, au vu du comportement de cet animal, il risquait surtout de se faire mettre en pièce s'il en rencontrait un. Se battre avec un loup était la dernière chose dont il avait envie, principalement parce qu'il ne savait pas encore si les blessures que pouvait subir le loup se répercuteraient sur son corps humain...

Le corps servant de moyen de communication à l'esprit du loup pour qu'il s'incarne, la théorie voudrait que toute blessure subie par le corps spirituel se retransmette au corps physique, ce qui n'avait rien de très réjouissant. La confrontation avec un loup restait donc à éviter et ils devraient se contenter de valeur chiffrée, ce qui était déjà bien suffisant. Lorsque Jace évoqua le besoin de tester la mâchoire, Cal opina du chef même s'il n'en était pas spécialement enchanté. Tout loup qu'il devenait, il gardait son esprit d'humain et se dire qu'il allait devoir mordre dans une machine, ça lui faisait un peu bizarre. C'était d'autant plus vrai qu'il ne se voyait pas vraiment utiliser cela en combat tant l'idée de mordre quelqu'un et de sentir le goût du sang dans sa gueule lui donnait des frissons. Mais dans le même temps, si la survie de quelqu'un dépendait de cela, il n'aurait sans doute pas le choix... Est-ce qu'il risquait de devenir comme son frère en faisant cela ? Ce n'était pas vraiment du cannibalisme, alors la malédiction ne le concernerait sans doute pas... Malgré tout, il ne pouvait s'empêcher de le craindre. Le wendigo était quand même terrifiant.

C'est pour cela que lorsque Jace évoqua l'idée de devenir un enquêteur aux sens sur-développés, Cal se montra beaucoup plus intéressé. Il était vrai que cela pouvait être une bonne idée. Après tout, la police utilisait bien des chiens pour toutes sortes de situation, il pourrait donc apprendre à faire de même à son loup. Cela lui avait déjà servi, quelques temps plus tôt, dans la forêt, alors ce n'était pas à prendre à la légère. Néanmoins, il allait devoir apprendre à stimuler ses sens et à s'y habituer. Peut-être pouvait-il prendre des cours de cuisine ? De ce que l'on disait, cela permettait d'éduquer son goût et son odorat, alors ça pouvait toujours l'aider. Il ne voyait pas trop comment le fait d'écrire aurait pu l'aider, mais dans le même temps, il se disait que si Jace le lui demandait, ce n'était pas pour rien. « Oki. Je vais essayer. Mais je garantis rien, hein. Le loup, ben il sent et voit des trucs que l'humain ne soupçonne même pas... C'est... spécial. Pour ça qu'il faut que je m'habitue. » Le mieux restait peut-être encore de trouver un super-héros qui avait ce genre de pouvoirs, pour l'aider, mais ça ne devait pas courir les rues. La gêne que manifesta ensuite Jace interpella Cal mais ce dernier ne voyait pas trop ce qui pouvait la provoquer. Il restait humain, jusqu'à preuve du contraire, et il n'allait pas réagir en animal. Enfin, ça, c'était la théorie parce qu'au final, il n'en savait rien. Le loup noir était un esprit animal, mais il était bel et bien un loup, lui. Alors même s'il conservait son esprit d'humain lors de la « possession », on était en droit de se demander ce qu'il pourrait se passer si le loup prenait le dessus... Une idée terrifiante.

« La forêt, c'est une bonne idée. J'y vais déjà parfois, pour m'entraîner. Je deviens le loup et je me promène. C'est plus naturel et y a moins d'odeurs qu'en ville. L'autre jour, j'ai même réussi à pister un lapin ! » C'était un peu bizarre mais ça restait une fierté pour Cal. Il en avait senti l'odeur et à force de chercher, malgré quelques petits égarements, il avait fini par retrouver le terrier. Il entendait aussi très bien et il arrivait de mieux en mieux à se repérer et à suivre les sons, mais ce n'était pas toujours facile. Entre les échos et tout le reste, il prenait souvent de mauvaises directions et ça, il allait devoir apprendre à mieux le maîtriser. « Puis la forêt, c'est un peu mon domaine. Même si j'ai grandi dans le désert, en fait... » C'était assez paradoxal, mais dans son enfance, Cal était souvent parti avec sa mère ou son grand-père en forêt et c'était un lieu qu'il aimait beaucoup et qu'il trouvait reposant et ressourçant. « Je pourrais t'apprendre quelques trucs aussi. » Histoire de ne pas avoir l'impression d'être celui qui ne maîtrisait rien du tout.

Quant à la question des transformations et de la fatigue que l'on pouvait ressentir à trop en faire, Cal n'en savait pas plus que Jace, mais l'idée de tenter d'en faire toujours plus n'était pas mauvaise. Il verrait bien si cela fonctionnait et il pouvait toujours compléter cela par la méditation, histoire de tenter d'ouvrir son esprit un peu plus. Il poserait aussi la question à son maître, ce dernier pouvant éventuellement lui trouver une réponse plus adaptée à ce problème. Lorsque Jace parla de l'équipe et des réunions qu'elle tenait parfois, Cal ne put retenir un sourire. « Tu parles comme mademoiselle Stevens. Enfin, même si elle, elle semblait dire que rester dans l'équipe pourrait beaucoup m'aider parce que je n'étais pas seul. Mais ça, je le sais. » Il devint alors un peu plus grave, songeant à son frère et à ce qu'il devait traverser. Une équipe, c'était bien, mais c'était aussi dangereux. A devenir trop proche d'eux, ils finiraient par vouloir l'aider. Mais tout héros qu'ils soient, ils n'étaient pas de taille face à ce que son frère était devenu. Lui-même n'était pas de taille, mais il avait potentiellement l'avantage des sentiments... Si cela valait encore quelque chose face à un monstre sanguinaire. Cela dit, l'idée de voir Jace ou quiconque d'autre se faire dévorer par le wendigo parce qu'il avait voulu l'aider lui était insupportable.

« Si j'ai accepté de rejoindre Star High, c'est pour apprendre. Mais pas que. Si je n'avais pas voulu être avec vous, je l'aurais dit dès le début. Tu sais, ça fait six mois que je suis arrivé ici. Ptet même un peu plus... J'ai rencontré des gens, depuis, mais tu dois être l'un des premiers amis que j'ai vraiment. » Il y avait eu le vieux Felice, évidemment, mais il était loin d'être un ami. Bien évidemment, il y avait aussi Keiko, mais sa place était différente, à elle aussi. Et puis, Jace était un garçon et il pouvait faire avec lui des choses que l'on ne faisait pas avec une fille. « Du coup, ouais, j'suis content d'être venu et je compte bien venir aux réunions et rencontrer les autres. Avant de venir ici, mademoiselle Stevens m'avait conduit à la Tour de la Paix, chez la Légion. C'était... impressionnant. Mais j'ai eu beau y aller parfois, j'ai pas vraiment pu croiser de gens. J'étais un peu seul... Puis les seuls que j'ai croisé, ils étaient bizarres. » Cal se souvenait encore de ce héros télépathe sans nom qui l'avait regardé un peu bizarrement et il n'avait pas trop apprécié cela. « Alors si je peux changer ça avec vous, je suis partant ! Puis, fut aussi que vous vous habituiez à moi. Tout le monde n'est pas forcément enchanté de voir mes esprits ou mon loup... » Ah ça, certaines personnes le traitaient de fou et d'autres noms pas très sympas, donc s'il pouvait habituer ses coéquipiers à ses pouvoirs, c'était tout bénef.

« D'ailleurs, maintenant que tu as vu tout ça... Je suis pas vraiment rentré dans les détails, quand je t'en parlais, mais, c'est pas mes seuls capacités. J'en ai encore une autre. Elle n'est pas évidente à saisir et je ne me repose pas trop dessus, parce que c'est risqué. Mais bon, parfois, c'est utile. En fait, quand je dors, je crois que mon esprit parvient à atteindre d'autres lieux. Le Royaume des Rêves, que ça s'appelle. Il paraît que tous les esprits y vont, quand on dort, mais pour le mien, c'est un peu différent. Je sais pas trop pourquoi ni comment, mais... Bref. Donc quand je dors, il m'arrive que je fasse des rêves différents. Des rêves qui me montrent un fragment de l'avenir. Mais, c'est pas clair du tout. C'est comme si c'était codé et je dois me débrouiller pour le comprendre, ce qui n'est pas forcément facile. Du coup, s'pour ça, j'en parle pas trop, parce que c'est facile de se tromper. Mais t'es le chef, alors, tu dois le savoir. » Souriant, Cal finit par se relever, jetant un regard du côté des gradins où il avait laissé ses affaires pour voir si sa poupée l'attendait toujours. « Je sais pas ce que tu en penses mais si je fais des rêves liés à l'équipe, je pourrais t'en parler. Qu'on y réfléchisse ensemble. Enfin, si tu veux. » Tendant la main à son ami pour l'aider à se remettre sur pied, il posa une ultime question. « Du coup, on fait quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 13 Déc - 10:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Lorsque Qaletaqa entreprit de vanter les mérites de la forêt, Jace parut modérément enthousiaste à l’idée d’aller apprendre auprès de l’Amérindien comment dénicher des lièvres. Le jeune homme se gratta la nuque. Soupira. Et reconnut :

— J’t’avoue, les arbres, tout ça, c’est pas mon domaine.

Et encore, il ne s’était toujours pas fait kidnappé par un bûcheron sanguinaire travaillant pour l’Apiculteur — son affection pour les promenades boisées ne risquait pas d’aller croissant.

— La forêt, ça manque un peu de… D’électricité.

En tant que leader de la Team Alpha, Jace parlait assez rarement de ses propres pouvoirs et de la manière dont il les vivait au quotidien à ses camarades. Il fallait conserver un peu d’autorité mais, surtout, il voulait leur inspirer la confiance. Être pour eux un roc sur lequel s’appuyer dans les moments de doute. Ses propres problèmes, il les partageait avec Sydney ou son père, parce qu’ils s’étaient occupés de lui dès le début et dans les moments les plus difficiles. Il n’y avait guère que Megastar pour avoir le droit au tableau complet de ses mésaventures.

Le malaise qu’il ressentait lorsque son esprit ne percevait plus autour de lui la constante production et circulation électrique de Star City, il ne l’évoquait guère, même s’il supposait que pour ses coéquipiers, il était plus au moins évident. Comme à son habitude, il prit le parti de ne pas s’étendre sur la question.

— Mais du coup, c’est sûr que j’aurais bien besoin de conseils de survie, de pistage — pas à l’odorat, évidemment — et, je ne sais pas. De construction, aussi ? Des abris, tout ça. On ne sait jamais.

En chassant les criminels au centre-ville, il avait peu de chance de se retrouver perdu pendant plusieurs jours en forêt, mais Jace n’était pas du genre à négliger la moindre éventualité. Quand même ces nouvelles connaissances ne seraient jamais mises en pratique, l’échange d’enseignements était un bon moyen de souder une équipe et Qaletaqa avait, de toute évidence, besoin de s’intégrer. Si Jace ne se reconnaissait pas dans la description peu engageante de la Tour de la Paix, son foyer, que faisait Qaletaqa, il savait très bien que pour les impétrants légionnaires, comme l’Indien ou Saul, l’édifice en particulier et l’organisation en général pouvaient avoir quelque chose d’intimidant.

— C’est normal, au début, c’est dépaysant. Puis six mois, c’est pas super long pour s’adapter, tu as le temps. Tu vas voir, dans la Team, c’est beaucoup plus… Familial ? J’te présenterai à Megastar, il est juste parfait.

Il y eut une petite seconde de battement, un très léger rougissement et une épanorthose.

— J’veux dire. Super sympa. Et les autres aussi, bien sûr !

Voilà voilà. De toute façon, Qaletaqa devait déjà être motivé, parce qu’il parlait de faire profiter l’équipe de ses pouvoirs. Il n’était pas surpris d’apprendre que tout le monde n’était pas enchanté de voir le loup de Qaletaqa — il y avait des gens très pudiques. Lui-même n’était pas un grand familier des pouvoirs psychiques, encore moins des pouvoirs mystiques, mais il avait l’habitude de gérer des choses très différentes, des colosses extraterrestres aux chamans en passant par les mutants.

— On pourrait faire des brainstorming, aussi, sur tes rêves. Avoir des avis extérieurs, c’est parfois utile. Pas forcément parce qu’on y verra plus clair, mais parce que tu pourrais nous dire c’qui est franchement faux et du coup, tu procéderas plus vite par élimination. Peut-être qu’on peut aussi essayer de provoquer des rêves. Tu sais, tu t’endors en penser très fort à quelque chose… Je ne sais pas trop, hein. Il faudrait voir avec d’autres mystiques. En attendant…

Jace se releva à son tour et se frotta les mains l’une contre l’autre, pour se débarrasser de la terre.

— …on va commencer par prendre une douche.

Ouiiiiiii ! (Pardon.)

— Puis on va aller manger un morceau. D’ailleurs, j’t’ai pas fait une diète. Mais faut pas manger n’importe quoi, s’tu veux prendre du muscle.

Jace détailla Qaletaqa du regard.

— Parce qu’le but, c’est d’grossir, mais de la bonne façon. Pas toujours très intuitif. Enfin, on verra comment tu réagis aux premiers exercices. En attendant, viens, les vestiaires, c’par là.

Le jeune homme attendit que son camarade récupérât ses affaires avant de traverser le stade pour rejoindre les vestiaires pour garçons, guère plus populaires en cette époque. En tant que membre star de l’équipe de basket, Jace avait accès aux vestiaires réservés aux sportifs de l’école, ceux avec les casiers numérotés et les cabines de douche individuelles (admirez mon innocence). Jace ouvrit son casier et tendit des affaires de toilette à Qaletaqa.

— Tiens. Puis y a pas mal de vêtements, pioche s’tu veux t’changer. Tu m’rendras plus tard. J’te laisse passer en premier.

Il n’y avait pas moins de cinq cabines de douche, toutes inoccupées : il paraissait un peu étrange de se faire des politesses. Jace montra du doigt le bas des cloisons de chaque cabine, qui ne descendait pas jusque sol, de sorte que la céramique était commune.

— L’eau coule partout. On sait jamais.

L’explication elle-même n’était pas très intuitive, mais Jace avait simplement pris l’habitude de ne pas se doucher près de ses camarades, de crainte qu’une légère surcharge électrique incontrôlée se communiquât dans les douches et eût des conséquences malheureuses. Même s’il contrôlait son pouvoir, il ne s’estimait jamais à l’abri d’une erreur et préférait prendre ses précautions. Laissant donc son camarade le précéder, il resta dans les vestiaires, sortit son téléphone et se mit à échanger des SMS avec Megastar.

Ce fut donc un sourire légèrement benêt qu’il arborait quand Qaletaqa refit son apparition. Jace récupéra ses propres affaires et quelques minutes plus tard, il ressortait de sa propre cabine, en boxer, vivant exemple des bénéfices de l’entraînement Roberts. Rapidement habillé, pas du tout coiffé, Jace finit par s’exclamer :

— Alors ? T’as faim ? On va manger des céréales.

Youpi.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 18 Déc - 15:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Qaletaqa ne put s'empêcher de laisser échapper un sourire lorsque Jace fit preuve d'un peu d'hésitation à l'idée d'aller passer du temps en forêt bien qu'il comprit rapidement ce qui se cachait derrière le manque d'électricité. Était-il possible qu'en l'absence de cette énergie, il se sente un peu plus mal ? Lui-même ressentait ça à propos de la nature, même s'il était évident que c'était très différent, alors il pouvait relativement bien le comprendre. Mais justement, l'entraînement en milieu naturel n'en devenait que plus important, parce qu'il ne pouvait peut-être plus se reposer autant qu'il l'aurait voulu sur ses pouvoirs. Et puis, il fallait surtout connaître les trucs à éviter, même si aux yeux de Cal, il y avait peu de chance que Jace doive un jour se tourner vers le cannibalisme... Mais bon, on ne savait jamais.

Quant à l'idée de réfléchir à plusieurs sur ses rêves... Qaletaqa ne savait pas vraiment quoi en penser, alors il hocha simplement la tête. Il verrait bien le moment venu parce que bon, ce n'était pas comme s'il les contrôlait. Du moins, pour le moment. De fait, s'il se mettait à en avoir de nouveaux, il aviserait, sachant que ne connaissant pas encore tous ses camarades, leurs pouvoirs et leurs vies, il aurait très certainement besoin d'aide pour mieux les comprendre. Ce n'était pas tout le monde qui pouvait deviner qu'une jeune avocate blonde allait devenir un cougar... Quoi qu'il en soit, Jace se releva à son tour et proposa de commencer par prendre une douche, ce qui était loin d'être une mauvaise idée. Ils prirent donc la direction des gradins pour que l'Amérindien récupère ses affaires pendant que le blondinet électrique mentionnait l'idée de diète, évoquant le besoin de grossir, mais de la bonne façon... Qu'est-ce qu'il voulait dire par là ? « Euh... Tu veux dire que je suis trop gros ? » Ben oui, quoi, c'était vrai ça ! Ça voulait dire quoi, ce genre de sous-entendus et ce regard qui le détaillait de haut en bas ? Cal savait qu'il n'était pas spécialement musclé mais bon, il ne se trouvait pas trop mal quand même... Il n'avait jamais abusé des bonnes choses et même s'il ne s'était pas donné à fond dans le sport, il avait fait quelques exercices. Pas suffisamment pour ressembler à Jace, mais bon, il n'avait jamais pensé que c'était aussi... dramatique ?

Ramassant son sac en congédiant son esprit et en récupérant le porte-clef, Cal suivit donc son ami en direction des vestiaires. Invité à piocher dans les vêtements de ce dernier, il déclina l'offre d'un hochement de tête. « J'ai déjà ce qu'il faut ! » Puis après tout, il ne fallait pas qu'il déforme les habits de Jace, non ? Un peu étonné par l'invitation à passer le premier, le jeune Amérindien finit par comprendre où se trouvait le problème. « Oh ! Ça a pas l'air cool, ça... » C'était vrai, ça, s'il y avait un risque, la vie de Jace ne devait pas être très amusante. D'un autre côté, Cal avait pu voir les éclairs qui avaient couru sur sa peau un peu plus tôt, quand l'excitation de l'entraînement l'avait gagné. Hum... C'était à se demander comment ça se passait pour lui avec les filles... Mais avant de s'imaginer la situation, le chaman se dirigea vers l'une des cabines afin de se laver et de penser à tout autre chose. Comme Keiko, par exemple, encore que l'idée n'était pas forcément la meilleure qui soit, au vu de la situation.

Après quelques minutes passées sous l'eau à songer au problème de surpoids soulevé par Jace, Cal finit par sortir de la cabine simplement vêtu d'une serviette de bain. Laissant au jeune leader le temps de rejoindre sa propre cabine, il finit par se sécher et s'habiller, fourrant les vêtements sales dans son propre sac. Il arrangea ensuite sa ceinture en vérifiant que les porte-clefs étaient bien tous présents, porta une main à son cou pour faire de même avec l'otah et finit par se diriger vers un miroir pour tenter de se recoiffer au mieux. Jace finit par le rejoindre quelques minutes plus tard, l'invitant à aller manger... des céréales ?? Il était sérieux, là ? « Des céréales ? » Mieux valait redemander, des fois qu'il avait voulu parler d'autre chose et que le chaman ait mal compris. A moins qu'il ne l'ai invité à prendre un petit déjeuner, même si ça semblait étrange, au vu de l'heure. Alors bien sûr, le peuple de Cal était très porté sur l'agriculture et au niveau des céréales, ils avaient le maïs, sous des formes et des couleurs largement ignorées par la plupart des autres peuples, mais malgré ça, l'invitation de Jace restait des plus surprenantes. De quoi voulait-il bien parler ?

« C'est bien la première fois qu'on me propose ça... Mais y a pas à dire, ça change des pizzas et des glaces. J'imagine que ça me fera pas de mal, cela dit. » C'était peut-être la première étape de son régime, vu qu'il allait devoir perdre du poids, non ? « Cela dit, je vois pas trop ce qu'on va avoir à manger, j'ai jamais été dans un bar à céréales... » Bon, personne n'avait parlé d'aller les manger dans un quelconque établissement spécialisé dans ce type de nourriture, mais ça restait le plus logique, non ? Sauf si Jace avait décidé de l'inviter chez lui pour faire une orgie de barres de céréales, ce qui aurait été tout aussi étonnant alors en l'absence de précisions supplémentaires, Cal en tirait les conclusions qu'il pouvait. « Dis... J'ai déjà entendu que les viandes rouges et tout ça, ben c'était pas trop bon quand on voulait se muscler. Mais... Je ne sais pas trop si me gaver de légumes, ça va pas avoir des conséquences sur le loup... Bon, techniquement, c'est pas un vrai loup, ça reste mon corps mais... L'esprit du loup est quand même là alors... Enfin... C'est idiot. Faudrait que j'essaye de comprendre comment ça marche vraiment avant de dire ce genre de trucs, désolé. » Tirant la porte des vestiaires, Cal laissa passer Jace avant de la franchir à son tour et de prendre la direction de la route. « On prend le bus ? Je sais pas encore voler, moi... » C'était un fait, mais il n'était pas impossible qu'il y parvienne un jour. « Peut-être que si je trouvais l'esprit d'un aigle... » Le truc, c'était que les fantômes d'oiseau, ça ne courait pas les rues alors en attendant, il allait devoir se contenter de marcher, parce que même si le loup était rapide, il risquait toujours de provoquer la panique. « Ou alors, une voiture, ça serait sûrement beaucoup plus simple. » Et plus logique, aussi, oui.
Revenir en haut Aller en bas



L'Oiseau Tonnerre et le Loup Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» L'Oiseau Tonnerre et le Loup Noir
» Qui a peur du grand méchant loup, méchant loup, grand loup noir ~ (Alex Inuka)
» Phoenix contre Loup noir.
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]
» Sites & Demandes d'Avatars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-