AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

La ride cosmique du Grand Canyon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Mar 24 Sep - 16:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

    Quand un soleil se plie en quatre pour vous faire une surprise, la moindre des choses serait au moins d’essayer de lui rendre la pareille. Colin n’était pas le garçon le plus doué pour ce genre de chose. Les petites attentions, les sorties... Pourtant c’en était bien une qu’il était en train de mener avec Lukaz. Si on lui balançait l’accusation en pleine figure, le mentaliste aurait beaucoup de mal à la contourner ; deux garçons qui partagent une relation charnelle et qui partent visiter le Grand Canyon, ça ressemble à s’y méprendre à...

    – Et voilà ! La caravane 14 pour ces deux jeunes hommes !

    Colin tendit la main et reçut un trousseau de clés de la part d’un gérant quinquagénaire à la peau si rouge qu’il ressemblait à une caricature d’Amérindien. Le mentaliste usa du strict minimum pour remercier le gérant. Vêtu d’une chemisette hawaïenne rouge ornée de fleurs blanches, d’un short blanc et d’une paire de tongs, l’acolyte d’Atia César était bien loin de la vie qu’il menait à Star City, et assurément, Lukaz non plus ne l’avait jamais vu ainsi. Cette tenue était tellement clichée et opposée à la nature de Colin que cela faisait mal aux yeux... mais seulement à ceux qui connaissent la vérité, ou du moins en partie. De même, voir son visage d’habitude si grave, sérieux et flippant arborer un sourire de touriste niais aurait de quoi étonner beaucoup de monde. Mais ça faisait partie du jeu qu’il avait lancé en proposant à son compagnon de faire ce voyage.

    Vous savez, lorsque deux amants discutent de tout et de rien entre les draps et entre deux parties de jambes en l’air, il leur arrive de faire des plans sur la comète... Sauf qu’avec ces deux phénomènes, une comète n’avait rien d’insurmontable. Lorsque Colin apprit que Lukaz n’avait jamais eut l’occasion de visiter un des sites cultes des Etats-Unis, il suggéra aussitôt un petit road trip qui malheureusement fut bien retardé par les activités des deux hommes. Un brin de patience et d’organisation, un vol de voiture et un simple : « on y va » et les voilà sur la route quelques mois plus tard, en pleine saison touristique ! Et les voilà tous les deux occupants de la caravane numéro 14, petit joyau de la technologie qui exigeait normalement des mois et des mois de réservation... à moins de disposer de certains arguments convaincants. Il fallait dire que  les deux garçons étaient des magouilleurs de compétition alors les explications possibles ne manquaient pas.

    La caravane numéro 14 était située dans un camping qui était si près du canyon qu’il le touchait presque, repoussant d’office tous les condamnés qui seraient tentés de venir passer quelques nuit ici afin de lutter contre leur peur du vide. Véridique... sinon comment expliquer la constante bonne humeur de Colin ? Après quelques jours passés à jouer les amants vacanciers, le jeune homme ne pouvait vraiment pas se plaindre de sa situation. Il était avec un garçon drôle, fascinant et sexy. Parfois ils partaient en vadrouille en tête à tête afin de profiter de la solitude dans cet immense espace. Et si les petites crises de vertiges renforçaient le moral de Colin, le beau temps semblait faire son petit effet sur celui du blond. Bien évidemment, un chat restait un chat et Colin ne pouvait pas s’empêcher de laisser ses pouvoirs s’exprimer afin d’entretenir son bien être psychique. Un cauchemar accentué par ci, une phobie exacerbée par là... c’était surtout pour garder la forme, à la manière d’un adepte de yoga, mais cela avait certaines conséquences. Ses victimes, au nombre de trois en ces lieux, montraient des signes de dépression que leurs proches ne parvenaient pas à atténuer. C’était l’ombre sur le tableau que constituait pour beaucoup ces vacances parfaites au bord du Grand et Merveilleux Canyon. Si pour certains, cela minait un peu l’ambiance, pour Colin, c’était l’équivalent d’un bol d’air frais et purifiant... trois pour être exacte. Malheureusement, ou heureusement, le monde restait un endroit étrange qui faisait office de théâtre pour des évènements aussi intrigants qu’inattendus. Et au bout de quelques jours de vacances... un « campeur » (un des résidents de la caravane 10) fut porté disparu ce qui avait fait son effet sur l’ensemble de la communauté improvisée. Pour Colin, c’était surtout un divertissement de plus. Précisons au passage que le mentaliste n’avait rien à voir avec cette disparition. Il s’agissait d’une jeune femme âgée de 19 ans. Kate Mill, une étudiante en histoire qui avait passé la quasi totalité de son séjour dans la caravane qu’elle occupait avec ses deux parents, à étudier. Elle était restée tellement cloitrée que la plupart des clients (Colin et Lukaz en tête) ne voyaient même pas à quoi elle ressemblait. Quand les parents morts d’inquiétude, leur avaient collé la photo d’une petite brune replète à lunettes, les deux garçons ne purent répondre autre chose que « je ne me souviens pas l’avoir vue », une réponse qui ne fut pas facile à formuler pour Colin car il devait lutter pour ne pas paraître radieux devant tant de craintes. Le jour même, deux policiers sont arrivés pour interroger les parents, mais de cette intervention, aucun résultat n’apparut. Les « enquêteurs » avaient conclu qu’il n’y avait aucun signe de kidnapping et qu’il s’agissait probablement d’une fugue. Evidemment, les parents de Kate se refusaient d’y croire. Et évidemment, tous les vacanciers et le personnel du camping s’amusait à élaborer les scénarios des scénarios en partant des plus probables au plus loufoque. Une des théories les plus populaires consistait à créer une histoire d’amour impossible digne de Roméo et Juliette, une autre donnait à Kate le rôle d’une jeune femme très dérangée et rongée par ses études et sa vie frustrante, enfin il y avait bien sur les hypothèses qui impliquaient l’intervention de forces extraterrestres. Par politesse, ces briefings cessaient toujours quand les parents arrivaient. Parmi les campeurs les plus excités par cette disparition, on pouvait trouver un adolescent de 16 ans, Dean, à qui on avait confisqué son ordinateur. Le gamin n’avait pas d’autres loisirs que celui de jouer les détectives ce qui se résumait surtout à discuter avec n’importe qui et à échanger les théories. Colin savait qu’il tenait un calepin rempli de notes. Le mentaliste aimait bien Dean, il avait un esprit intéressant et il aimait la façon dont il réfléchissait. Et puis aussi, il l’amusait avec son jeu de rôle. En fait, le garçon boutonneux était peut-être la seule personne qu’il appréciait sur le camping en dehors de Lukaz.  Entre les couples râleurs et gras typiquement américains, les familles en crises dignes de Wisteria Lane, les hippies qui passaient leur nuit à se droguer, jouer du banjo et vénérer la paix comme si c’était la plus grande divinité de l’univers, il n’y avait personne d’intéressant avec qui parler. De son point de vue en tout cas.

    Cela dit, c’était les vacances. Pour Colin, c’étaient les premières depuis très très longtemps. Il se tint donc éloigné de l’affaire, du moins autant qu’il le pouvait et se concentrait sur son séjour. D’ailleurs, aujourd’hui, Lukaz et lui allaient descendre dans le Canyon. Le 16 juillet était aussi chaud et aussi beau que les autres jours qui ont englobé leur séjour. Colin avait toujours sa paire de tongs accompagnée par un short gris, un T-shirt blanc et orange et surtout une paire de lunette de soleil. Avec ce temps, le mentaliste pouvait remercier les gènes espagnols hérités de sa mère pour avoir assuré l’efficacité de la crème solaire que Lukaz daignait parfois tartiner sur son corps. Et ce n’était pas parce qu’ils descendaient que le soleil allait l’épargner. La descente prit pas mal de temps mais fut assez amusante et forte en émotions pour Colin qui ne s’inquiétait pas le moins du monde. Peut-être à cause de la simple présence de Lukaz ou parce que ce dernier pouvait voler. Une fois en bas, les garçons entamèrent leur promenade en savourant la vue qui s’offrait à eux et qui était aussi impressionnante de là où ils se trouvaient que d’en haut. Seulement voilà, après presque une semaine à côté du Grand Canyon, le mentaliste avait développé une certaine indifférence, peut-être avait-il trop discuté avec Dean...


    – En fait c’est juste un trou comme un autre... Je vois pas pourquoi on ne l’a pas encore refermé... je veux dire c’est une blessure ouverte !

    Maintenant Lukaz connaissait assez Colin pour savoir et voir qu’il plaisantait et qu’il était d’humeur à dire n’importe quoi. Lui aussi savait élaborer des théories loufoques et il n’avait pas forcément besoin d’un drame pour laisser ses délires se développer. Seulement l’univers et le cosmos semblaient décidés à tester sa folie car sur ces paroles, les deux garçons virent une tâche brune sur le sol. En s’approchant, ils constatèrent qu’il s’agissait d’une mèche de cheveux... qui sortait de la terre. Pas de quoi atténuer l’humour du mentaliste.

    – Tu vois... un trou comme un autre ! On y jette les mêmes choses.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 12 Oct - 17:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Il avait beau faire, Lukaz avait un peu du mal à ne pas s'imaginer être dans un rêve loufoque ou dans un état qu'il aurait pu connaître en ayant pris de la drogue. Il ne savait pas trop si c'était la caravane qui faisait ça ou alors si c'était plutôt Colin dans sa chemise rouge à fleur et ses tongs... C'était tellement inattendu et surprenant qu'il y avait de quoi être déstabilisé. D'accord, en dehors de ses combats au Circus Maximus, Lukaz n'avait jamais réellement vu Colin tel qu'il était réellement, même si parfois, leur relation prenait un tour étrange à cause de cela. Il n'empêchait pas qu'à ses yeux, Gula pouvait quand même être sympa, à sa manière. Mais là... On aurait presque dit qu'il avait trouvé un job d'été dans un cirque. Nan, franchement, ça ne lui allait vraiment pas. Mais bon, il était vrai que c'était la tenue la plus discrète pour ce qu'ils allaient faire. Partir en vacances...

Parce que oui, même s'ils étaient des voleurs et des gladiateurs dans des combats sanglants, ben ça ne les empêchait pas de profiter de leur temps libre pour partir sur les routes en exploration ! Pourquoi les criminels n'auraient pas aussi droit à des vacances ? C'était donc dans la caravane numéro quatorze qu'ils avaient pu s'installer, dans ce camping qui jouxtait le Grand Canyon, quelque part en Arizona. Un lieu véritablement plaisant parce que l'Arizona, c'était désertique, chaud et ensoleillé, surtout en été, alors forcément, Lukaz était mieux qu'il ne l'avait jamais été. Il irradiait la forme et la bonne humeur et s'il avait dû se servir de ses pouvoirs, nul doute que ça en aurait surpris plus d'un.

De fait, les promenades et les sorties étaient loin d'être déplaisantes, surtout que ça changeait grandement de la vie qu'ils connaissaient à Star City. Bon, évidemment, Colin restait fidèle à lui-même et même Lukaz pouvait constater qu'il faisait son petit effet sur certains occupants du camping, mais qui aurait pu lui en vouloir ? Ça aurait été comme de demander à Lukaz d'arrêter de se nourrir du soleil. Impossible, tout simplement. Et pourtant, aussi éloignés qu'ils aient pu être de cette ville, le destin semblait vouloir leur rappeler qu'ils n'étaient pas des gens comme les autres. Sans que Colin n'y soit pour quelque chose, et c'était déjà très surprenant en soi, une jeune femme avait fini par disparaître, ce qui, il fallait l'avouer, était un petit exploit au vu de l'endroit où ils se trouvaient. Elle avait évidemment pu se perdre lors d'une ballade en solitaire au bord du canyon, mais si ça avait été le cas, Colin l'aurait sans doute senti. Sans compter que c'était tout sauf intelligent... Le seul problème, c'était que si ce n'était pas là l'explication à la disparition, ils risquaient d'avoir un souci bien plus important encore.

Mais malgré cela, Lukaz ne s'en souciait pas réellement. Il n'était pas du genre altruiste, à aider quiconque avait des problèmes et de fait, tant qu'on ne l'ennuyait pas, il préférait profiter du soleil, seule activité digne de son nom en dehors du temps passé avec Colin. Quand on disait que les vacances servaient à recharger les batteries, il prenait l'expression au pied de la lettre et il fallait avouer que le soleil d'Arizona était un peu plus goûteux que celui de Star City. Sans compter le paysage qui changeait un peu des souvenirs qu'il avait de sa Bretagne supposée natale... Et de ce paysage, il allait pouvoir en profiter un peu plus puisque ce jour-là, Colin et lui allaient descendre dans le canyon lui-même. Une idée intéressante mais que Lukaz craignait quand même un poil parce que dans un endroit pareil, l'ombre risquait d'être plus importante que ce à quoi il était habitué... Mais bon, il était tellement chargé en énergie que ça allait très certainement ne rien lui faire.

De toute façon, la descente se fit en plein soleil et si Colin avait dû se protéger avec de la crème solaire, c'était loin d'être le cas de Lukaz. Absorbant les rayons, il n'avait jamais eu à souffrir des coups de soleil mais du coup, il n'avait jamais pu bronzer non plus. La descente fut ainsi plutôt longue et parfois risquée, mais ils s'en sortirent à merveille et finirent par poser le pied au fond du canyon. Levant la tête vers le haut, le Français en avait presque le vertige... Il se demandait même s'il serait capable de voler jusque tout là-haut, des fois qu'ils devaient ressortir en vitesse. Les immeubles de Star City n'étaient pas aussi grands, alors il n'en savait strictement rien... L'humour si particulier de son ami attira alors son attention et même si Lukaz n'était pas sûr d'avoir saisi toute la profondeur de ses blagues, ils ne purent s'empêcher de repérer une mèche de cheveux qui sortait de la terre...

« C'est bien notre veine, ça... » Combien de chance y avait-il que les cheveux soient naturellement là ? Pas la moindre... Et combien de chance y avait-il que ce soit la gamine disparue du camping ? Bien entendu, il avait fallu que ce soit eux qui la retrouve, comme ça, ça serait eux qu'on interrogerait et encore eux qu'on soupçonnerait. Et là, ils avaient beau avoir l'air d'être des vacanciers modèles, ils n'en restaient pas moins ce qu'ils étaient, des criminels et des mutants. Puis, Colin était un mutant qui risquait d'avoir du mal à cacher sa joie et ça, forcément, ça n'allait pas les aider. « On fait quoi ? Si c'est Kate, je me doute que le dire à ses parents te fera le plus grand bien mais j'avoue que je préférerais éviter d'être mêlé à tout ça... Puis mettre nos empreintes partout, ça va pas nous aider. Tu veux quand même la sortir, pour voir ? » Lançant un regard à Colin pour voir ce qu'il en disait, Lukaz jeta aussi un regard aux alentours. Pour le moment, il ne voyait rien de particulier mais bon, il y avait un truc qui semblait plutôt évident, à ses yeux. « A mon avis, elle s'est pas enterrée toute seule... Tu as rien senti au camping ? Si y avait un taré, tu l'aurais su, nan ? » Oui, parce que si son ami ne repérait même pas les psychopathes, franchement, ça serait gênant ! Se mordant la lèvre inférieure en passant sa main dans les cheveux, Lukaz ne sut pas trop quoi faire. Mais comme la situation n'avait pas l'air très naturelle, il se doutait aussi qu'elle allait titiller la curiosité de Colin. Et puis, c'était les vacances, non, il fallait en profiter. Les promenades, ça allait bien cinq minutes... « J'imagine que tu as envie de savoir qui a fait ça, non. Ça m'a pas l'air très normal alors ça doit forcément t'intéresser... On fait quoi, grand chef ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Dim 13 Oct - 19:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

    Jouer les vacanciers touristiques était plutôt amusant. Inattendu, certainement, venant de quelqu’un comme Gula. Mais le jeune homme étant un geek de psychologie, les stéréotypes le fascinaient et l’amusaient grandement. Ainsi, mettre ces chaussures, ou plutôt ces tongs avait une ironie des plus stimulantes. Après tout, dans un dictionnaire, le terme « vacances » faisait référence à un séjour loin des habitudes du quotidien. Dans le cas de Colin, certes, son travail au Cartel constituait déjà une évasion par rapport à sa vie d’étudiant... et inversement. Mais ici, il fallait essayer autre chose, quitte à frôler le ridicule. Après tout, il travaillait pour le Circus, il fallait bien mériter ce statut. Et puis l’image était belle : un monstre obscur caché sous une chemise de beauf. C’en était presque poétique. Et dans le genre poétique, la découverte d’un cadavre lors d’une promenade en tête à tête ajoutait une note sombre que Colin accueillit avec plaisir. Des fleurs n’auraient pas eu le même effet.

    – Je ne suis pas coiffeur, mais ça m’a tout l’air d’être elle... La sortir, peut-être pas, les flics nous en voudraient trop... mais au moins essayer de creuser pour l’identifier... histoire d’être sûr que c’est elle.

    Bien évidemment, un cadavre de la sorte pourrait leur attirer des problèmes, surtout eux, deux jeunes hommes habitués à traîner dans des lieux louches avec de sombres desseins. Pendant que Colin s’approchait de ce qui semblait vraiment être un cadavre, Lukaz l’interrogea sur son ressenti au camping. Le mentaliste de la peur considéra la question en même temps qu’il s’accroupit pour examiner la mèche.
    – Je n’ai pas vraiment cherché à vrai dire. Ils ont tous des secrets plus ou moins sombres mais... j’ai rien remarqué d’exceptionnel. En même temps, les meurtriers qui planifient leurs coups sont souvent plus calmes que la moyenne. Si c’est quelqu’un du camping qui a fait le coup, il a beaucoup de sang froid.  

    Après avoir sortit un mouchoir, Colin tenta de manipuler les cheveux mais alors qu’il approchait ses doigts, l’air commença à vibrer et une lumière d’énergie sortit de nulle part pour repousser sa main. Le jeune homme se redressa aussitôt et s’éloigna de l’endroit en secouant la main, comme s’il venait d’être atteint par une décharge électrique. L’énergie avait disparue comme elle était venue, mais il lui sembla avoir aperçu une sorte de dessin qui brillait sur le sol autour de la mèche. Un cercle fait de lumière, tout comme la force qui venait de le repousser. Une fois la forme disparue, Colin se tourna vers son partenaire de vacances.

    – Nan, c’est pas normal du tout... Et ça m’intéresserait beaucoup si je n’étais pas en vacances.   précisa-t-il en lançant un regard complice à son compagnon. T’as vraiment une drôle d’image de moi. plaisanta-t-il avant de redevenir plus sérieux. Mais je crois qu’on n’a pas d’autres choix. Si les flics tombent sur un truc pas normal comme ça, ils vont être à fond dans l’enquête, et ça c’est pas bon pour nous. Ce qui nous laisse, mon cher Watson, deux possibilités : soit on fait l’autruche et on cache la mèche en faisant semblant de n’avoir rien vu et en priant pour que personne nous observe. Soit on enquête nous mêmes et on trouve le ou les responsables. Colin réfléchit silencieusement à sa propre conclusion par lui-même avant de déclarer. Naturellement, vu qu’on est en repos, je préfèrerais la première alternative, mais je ne pense pas que ce soit la plus prudente. Jouer les Veronica Mars me semble plus...

    Il laissa sa phrase en suspens car il venait de voir quelque chose remuer derrière Lukaz. Il vit qu’il s’agissait d’un scorpion de la taille d’un berger allemand qui sortait d’une crevasse dans le mur que constituait le canyon. D’un air assez indifférent, il le montra du doigt en déclarant :

    – Excuse-moi, mais je crois qu’un scorpion te fait des avances.

    En effet, le monstre avait décidé de s’approcher de Lukaz et il n’était pas le seul, il y en avait trois autres qui arrivaient d’autres directions. Leur destination n’était pas difficile à deviner : eux.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 15 Oct - 19:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Les vacances... Qu'est-ce que c'était des vacances quand on avait connu la vie que Lukaz avait connue. Grandir dans une fête foraine loin d'une vie normale, ça avait fait de son quotidien d'enfant et d'adolescent des vacances permanentes, jusqu'à ce qu'il ne soit obligé de partir et qu'il ne s'adonne à une vie de voleur et de cambrioleur. Là, il n'était plus vraiment question de vacances parce que ce qu'il faisait était déjà tellement loin des idées qu'on se faisait d'une vie normale qu'il aurait été difficile de rompre avec ces habitudes. Et puis, ça aurait voulu dire qu'il fallait abandonner ses vols le temps des vacances et ça, c'était juste impossible. Et hors de question, aussi. Bien sûr, depuis qu'il était arrivé aux États-Unis, il avait eu une vie un peu plus normale, mais tous les extras qu'il faisait lui servaient déjà de vacances, dans un sens. Alors pour lui, ces vacances, c'était surtout l'occasion de voir de nouvelles choses et de découvrir ce pays dont il ne savait au final pas grand chose, en dehors des films de flics super-balèzes. Mais faire des pauses dans ses vols et ses autres activités ? Certainement pas ! Sinon, il allait faire ceinture et ça embêterait bien Colin, tiens.

D'ailleurs, Colin était assez étonnant à s'inquiéter de ce que les flics pourraient penser s'ils déterraient la fille. Déjà, parce que dans un sens, ils ne savaient pas si elle était vraiment morte et que ça serait con de rater une occasion de lui sauver la vie. Alors oui, ils n'avaient vu personne enterrer ce corps durant leur descente et il était donc probable qu'elle soit là depuis longtemps et du même coup, morte depuis tout aussi longtemps. Mais quand même ! Ensuite, parce que s'ils creusaient pour l'identifier, ça serait tout aussi problématique que de la sortir, non ? On ne leur en voudrait pas plus s'ils foutaient tout en l'air... Puis niveau indice, il ne devait pas y avoir grand chose à se mettre sous la dent, sauf s'ils appelaient les Experts : Star City. Mais ça faisait un peu loin.

Les explications qui suivirent furent beaucoup moins agréables à entendre, par contre. Savoir que les meurtriers sont généralement les gens les plus calmes et les moins faciles à repérer, ça n'arrangeait en rien leurs affaires, encore que ça aurait justement permis de savoir qui était louche, le moment venu. D'un autre côté, si le responsable était encore présent au camping, c'était qu'il avait de sérieux problèmes, parce qu'en général, après un crime pareil, on part loin. Mais si le tueur n'était pas du camping, c'est qu'il y avait dans ces environs des choses pas très catholiques. Ni d'aucune autre religion, d'ailleurs. « Bien notre veine, tout ça. »

Et comme si ça ne suffisait pas, voilà qu'une lumière étrange se mit à briller alors qu'il approcha sa main du corps. C'était décidément pas normal, tout ça. Combien de chance y avait-il pour qu'ils choisissent le seul camping où se trouvait un tueur sanguinaire, probablement psychopathe et doué de quelque capacité étrange ? Comme s'il était possible de rester en vacances dans ces conditions... Dans tous les cas, ils ne pouvaient plus vraiment partir maintenant, parce que ça aurait forcément l'air très louche. Alors soit ils ne faisaient rien et attendaient, ce qui pourrait être tout aussi louche si quelque part, quelqu'un les regardait, soit ils enquêtaient, au risque de mettre la police du coin en colère. Mais en même temps, depuis quand les pecnots des coins paumés comme ça étaient doués pour ce genre d'enquêtes ? Aussi, Lukaz acquiesça aux propos de son ami, même s'il ne connaissait pas cette Veronica Mars. Sans doute une amie d'université de Colin. Il n'eut malheureusement pas le loisir de demander des précisions parce que c'est à ce moment que Gula leva la main pour évoquer la présence d'un scorpion.

Lukaz ne savait pas trop si les animaux du coin étaient mortels ou pas, mais par précaution, il fit volte-face. Et quelle ne fut pas sa surprise de découvrir un animal passablement gros. Voire même énorme en fait... « Euh... Je sais pas si ça te semble normal, mais je crois pas que ce soit la taille standard des scorpions, ça... » Surtout que d'autres bébêtes du même acabit arrivaient d'ailleurs, ce qui n'était pas une bonne chose. Un cadavre enterré, de l'énergie lumineuse, des scorpions géants... « C'est carnivore, les scorpions ? » Non, parce que là, ils avaient visiblement l'intention de faire un festin. En plus, c'était balèze, ces trucs et Lukaz n'était pas sûr que ses pouvoirs puissent les blesser. Quant à ceux de Colin et bien... Ça marchait sur les animaux, la télépathie ? Et ça avait peur de quoi, un scorpion ? Et un scorpion géant, surtout... Bref, ils n'étaient pas dans la merde. Ils avaient donc deux solutions : soit ils tentaient de s'éloigner en les laissant bouffer le cadavre, soit ils essayaient de s'en débarrasser, ce qui n'était pas une mince affaire. « Mine de rien, j'ai de moins en moins envie d'enquêter, là, maintenant. »

Mais quoi qu'il en soit, il allait falloir agir, et vite. Positionnant une main devant lui, Lukaz plaça l'autre juste au-dessus et en se concentrant, il lui fallut quelques instants pour produire l'un de ses petits soleils qu'il s'empressa d'envoyer sur le scorpion le plus proche avant d'en créer un second. Le but n'était pas vraiment de tuer les bestioles, mais au moins de les effrayer pour qu'ils puissent repartir sans trop de problèmes. Il restait juste à espérer qu'il n'allait pas attirer plus de ces monstres ou que le bruit des déflagrations ne feraient pas venir des curieux encore moins sympathiques que les scorpions, pour peu que ce soit possible. Le second soleil vola à son tour vers un arthropode, le faisant reculer et s'arrêter sur place, comme hébété. « Alors, une idée ? C'est toi le génie qui va à la fac, j'espère que les scorpions géants, ça te dit quelque chose... Je suis pas vraiment sûr de pouvoir nous sortir de là en volant, si jamais ça devient trop chaud. T'as pas un truc caché dans ta manche, par hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Ven 18 Oct - 10:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil

    En temps normal, chez des gens normaux, les seuls parasites qui venaient perturber les vacances étaient de simples moustiques, ou encore des tiques, des crabes taquins sur les plages, les coups de soleil... non eux avaient droit à des scorpions... Mais pas à des tous petits qui font juste très mal, non... des gros qui pouvaient certainement leur arracher une jambe ou encore les piquer ce qui, on pouvait le deviner sans être zoologue, s’avèrerait des plus douloureux... voire mortel. Mortel, assurément. Heureusement, ni Lukaz ni Colin n’était normal. L’un avait la puissance du soleil de son côté et l’autre était un ancien gladiateur invaincu. Ca devrait rendre les choses équitables. Cela dit, le pouvoir de Lukaz ne semblait pas bien efficace contre les bestioles. En y repensant, Colin se rappela d’un article disant que les arthropodes étaient sacrément résistants et survivraient certainement à une explosion nucléaire... un peu exagéré certainement, mais avec ce que le mentaliste était en train d’observer, il se dit qu’il commençait à y avoir du vrai dans ces propos...

    – Si ça peut te rassurer, je ne pense pas que ce soient eux les coupables. Mais je ne m’y connais pas trop en scorpions... Dites, les cas, c’est vous qui avaient tuée cette jeune femme ? demanda-t-il à l’adresse des scorpions.

    Aucune réponse. Ou plutôt si, l’un d’eux, celui qui n’avait pas encore était  foudroyé par les soleils de Lukaz, décida de foncer vers lui. Par « chance », Colin avait fait le plein grâce aux angoisses des autres campeurs. Et s’il n’était pas aussi chargé que Lukaz, Gula tenait une forme olympique... voire un peu plus. Il attendit que le scorpion approche et lui tende une pince mal intentionnée avant de lui décocher un coup de pied qui donna à la créature une fonction « ballon de football » ce qui la propulsa contre la paroi du Canyon... Ce qui fit sortir d’autres scorpions et poussa Colin à avoir une autre idée de génie.

    – Mon idée : On s’casse.
    La parole entraîna l’action et les deux garçons s’esquivèrent. Les scorpions venaient du mur mais le temps qu’ils arrivent, leurs proies c’étaient éloignée de la « zone du cadavre ». Et Colin remarqua que les monstres ne provenaient pas de toute la paroi, mais seulement des parties qui faisaient face au corps que Colin n’avait pas eut le temps d’identifier. Mais c’était humain... à n’en pas douter car il avait vu un peu de peau. Et ce n’était plus vivant, car le mentaliste n’avait capté aucune pensée, aucune émotion. Et on n’enterre pas un mannequin en le protégeant par une force invisible... enfin c’était une possibilité mais ça serait très très bizarre... et niveau bizarre, ils atteignaient déjà un bon niveau. Après avoir laissé une bonne distance entre le corps à moitié enterré et eux, Colin regarda par dessus l’épaule et constata que les scorpions avaient cessé de les poursuivre. En fait, ils retournaient dans leurs trous. Le duo de vacanciers s’arrêta donc de courir.

    – Ok... déclara-t-il simplement avant de se tourner vers Lukaz Dis-moi que je suis pas le seul à être curieux sur cette histoire ? Si tu veux, je t’offrirai un scorpion de compagnie... sûr qu’on pourra l’apprivoiser. J’te vois bien le promener dans les rues de Star City...

    On reconnaissait bien là un homme du Cartel habitué à des situations incroyablement dangereuses mais à garder son sang froid, et son « humour, en toute circonstance. Il fallait relativiser, entre les scorpions géants, les combats en pleine mer, les parties de cache-cache avec l’UNISON, il y avait longtemps que Colin avait cessé de paniquer devant l’inconnu.

    Pendant que les deux garçon s’entretenaient sur le sujet, une silhouette en hauteur, sur le bord du Canyon les observait avant de repartir en direction du camping et de rentrer dans la caravane numéro 3. Il s’agissait d’un homme d’un certain âge et pourvu d’une certaine bedaine et d’une certaine barbe de trois jours. Un père de famille pour être exacte. Une femme, pas de maîtresse mais cinq enfants, trois filles et deux garçons. Tous étaient partis en « vacances » avec lui, comme ils le faisaient depuis des années. A l’intérieur du véhicule-maison, il y avait son épouse qui, maniaque comme elle était, s’amusait à faire briller la partie cuisine et deux de ses filles vautrées sur une banquette qui jouaient à Mario Kart sur leurs consoles portables.

    – On a un problème.

    Aussitôt après avoir entendu le chef de famille faire cette simple mais inquiétante déclaration, les trois femmes cessèrent tout de suite leurs occupations respectives et se redressèrent ou se levèrent en attendant la suite.

    – Les deux homos de la 14 l’ont trouvée et ont échappé aux scorpions. J’ai pas bien vu, mais je crois qu’ils ont des pouvoirs.

    La mère de la famille porta les mains à la bouche d’un air horrifié. Une des deux gamines, la moins jeune, fit la moue ; elle aimait bien le blond qu’elle trouvait marrant et assez mignon, et la benjamine ne réagit pas, du moins aucune expression n’apparut sur son visage de 9 ans. L’enfant se contenta simplement de demander respectueusement à son père :

    – Je vais chercher les autres ?
    – Ne parle à personne. Et dis aux garçons de prendre leurs couteaux... On va devoir régler ça discrètement et rapidement.
    – Mais que va-t-on faire s’ils le disent aux autres ?
    – Personne ne les croira quand ils parleront de Scorpions géants... Les gens croiront qu’ils auront trop fumé... Et même... le temps que tout le monde descende, on aura largement le temps de terminer les préparatifs.  

    Sur ces paroles, la gamine sortit de la caravane à la recherche de ses frères et de sa sœur. Une fois qu’elle eut refermé la portière, le père de famille s’adressa à son autre fille, âgée de 14 ans.

    – Laurie... Quand les deux cocos remonteront, va vers eux et ne les lâche pas d’une semelle. Fait ton pot de colle, mais fais attention, ils sont dangereux.

    Sa progéniture hocha la tête avant de se rendre dans sa « chambre » afin de se rendre plus agréable à regarder. Elle savait que son taux de séduction était limité avec ceux-là, mais c’était surtout une question d’habitude et d’honneur. Pendant ce temps, les parents discutaient détails.

    – Va chercher le matériel. On va peut-être devoir avancer l’heure du grand final cette année.

    Telle une femme soumise, son épouse s’exécuta et alla dans leur chambre à eux et ouvrit l’armoire dans laquelle se trouvait leurs vêtements ainsi qu’un autel en pierre tâché de sang.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 6 Nov - 20:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz avait vraiment espéré que Colin puisse avoir une brillante idée, là, tout de suite, parce que mine de rien, ses soleils ne semblaient pas être très efficaces et la hauteur des falaises était bien trop importante pour qu'il puisse voler jusqu'au camping sans aucun souci. Aussi comptait-il un peu sur son ami pour les sortir de là et c'est donc très surpris et un poil déstabilisé qu'il l'observa... poser une question aux bestioles. S'il avait doucement pris l'habitude du caractère un peu spécial de Colin, il n'en demeurait pas moins qu'il pouvait encore être surpris... Si leur première rencontre avait été plutôt agréable, elle avait aussi pris une drôle de tournure quand le mentaliste de la peur était devenu un peu glauque, ce qui ne lui avait visiblement pas semblé déplacé ou mal-venu. Aussi, depuis lors, Lukaz s'était habitué, mais il ne s'était pas pour autant imaginé que Colin puisse agir ainsi quand leur vie en dépendait. C'était un peu... particulier.

D'autant plus qu'alors qu'il s'amusait au football avec les créatures visiblement pas très bio, d'autres de leurs congénères décidèrent de rappliquer... Par chance, cette fois-ci, l'idée de Colin fut un peu plus du goût du Français. Lukaz ne se fit donc pas prier et il suivit rapidement son compagnon qui s'éloignait de la pauvre personne enterrée qui n'allait certainement plus être retrouvée par la police, maintenant. Le plus bizarre fut d'ailleurs de constater que finalement, les scorpions se désintéressèrent de la chose dans le seul but de rejoindre leurs tanières... Ce qui devait sous-entendre qu'ils étaient des sortes de gardiens veillant sur le corps, aussi tordu que ça puisse en avoir l'air.

Lorsque Colin se tourna ensuite vers lui, Lukaz crut bon de faire quelques précisions parce qu'avec le brun, on n'était jamais trop prudent. « Curieux ? Je le suis peut-être aussi. Un peu... Mais hors de question que j'entre dans une grotte ! Et c'est pas à cause des scorpions que je dis ça. Puis pour le cadeau, c'est bien aimable mais c'est pas parce que j'ai un tatouage de scorpion bien placé que je les aime. Donc je passe mon tour. Mais je suis sûr que ça te donnerait la côte, au Circus ! » Posant ensuite son regard sur la zone où se trouvait le corps qu'ils avaient aperçu, Lukaz s'autorisa à réfléchir à voix haute. « Bon, donc on a un corps mort enterré dans un endroit très particulier, un truc bleu qui le protège et des scorpions géants. Y a à peu près rien de normal dans tout ça, ce qui veut dire que si on creuse l'histoire, on va rencontrer des types glauques. Je suis sûr que tu t'en réjouis d'avance. » Souriant en se tournant vers Colin, le Français espérait bien que son ami ait une idée en tête ou qu'au moins, il ait vu quelque chose de plus que lui, quand il avait tenté de toucher le corps. « Je pense pas qu'appeler la police soit une bonne idée, parce que soit ils vont pas nous croire et ça va mal aller pour nous, soit ils vont descendre et là... S'ils se font tuer ou je sais pas trop quoi, c'est encore l'UNISON qu'on va avoir sur le dos et je préférerais éviter. Du coup, soit on retente une approche pour découvrir quelque chose sur le cadavre, soit on regarde ailleurs. »

C'était évident parce que même si Colin avait pu shooter l'un des scorpions, ce n'était pas sûr qu'il puisse tenir le choc face à la colonie qui devait vivre dans le coin. Et s'ils voulaient creuser ou faire quoi que ce soit d'autre, ça allait leur prendre un temps fou et ce temps, ils ne l'avaient pas. Du coup, il ne restait pas beaucoup d'autres solutions parce qu'ils étaient quand même au milieu de nulle part et qu'à part le camping, il n'y avait rien. Ce qui voulait dire que soit le coupable était le roi des scorpions géants et qu'il vivait avec eux, soit il était dans le camping. « Tu penses vraiment que le coupable doit être au camping ? Pour réussir à faire ça avec les scorpions, ça doit être un genre de mage, sûrement... J'ai pourtant rien remarqué de bizarre. » Et comment allaient-ils mener leurs recherches, c'était une autre histoire. Même le gamin, là, Dean, n'avait pas signalé de truc aussi bizarre. Lukaz eut alors une soudaine idée. Un sourire amusé naquit sur ses lèvres alors qu'il reposait son regard droit dans celui de Colin. « Tu comptes revenir ici un jour ? Parce que comme tu l'as dit, c'est les vacances, donc faut s'amuser. Et pour enquêter en s'amusant et en prenant son pied, on a des moyens top. Mais on sera sans doute obligé de partir une fois qu'on aura fini, alors faut voir ce qui te tente le plus. Enquêter sans trop faire de vagues ou t'amuser. » Désignant de la tête le haut du canyon, il poursuivit. « Parce que mine de rien, c'est pas en posant des questions qu'on va trouver quoi que ce soit. Va falloir creuser et là, je pense que le Maître des Peurs aura de quoi faire, non ? Surtout s'il est accompagné d'un terrible démon des enfers... » Sauf qu'un démon, il n'en avait pas sous la main. Encore que... Souriant de plus belle, Lukaz leva les yeux au ciel et, laissant son corps se nourrir du Soleil, il prit sa forme solaire. Son corps devint intégralement noir, aussi sombre et vide qu'un trou noir absorbant toute la lumière qui l'environnait, ne laissant de visible que sa silhouette. Seule une légère aura lumineuse l'enveloppait, comme une corolle solaire un jour d’éclipse. Lorsqu'il reposa les yeux sur Colin, ce furent deux yeux d'une blancheur laiteuse que le mentaliste pouvait voir. Cette forme, il l'avait sans doute déjà vue par la passé, ne serait-ce que lorsque Lukaz se ressourçait en provoquant au maximum l'absorption d'énergie solaire de son corps. Mais en ce jour, cette forme nouvelle pourrait leur servir à de biens autres fins. Reprenant alors son apparence normale, le Français observa son ami avec un air un peu mystérieux. « Alors, tenté ? »
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Dim 15 Déc - 17:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
    Bon, tant pis, Lukaz n’était pas tenté par un animal de compagnie. Pourtant cela aurait été tellement plus original qu’un dalmatien. Et, d’une perverse façon, plus sexy aussi. Quoi ? Après tout une certaine « star » de la pop en avait fait fantasmé plus d’un en arborant un serpent en tant que collier ! Bref... Tant pis. Mais la moue faussement déçue qui était apparue sur le visage du mentaliste s’empressa de disparaître lorsque Lukaz lui fit part de sa stratégie. Tout sourire, celui qu’on appelait bien malgré lui le « nouveau maître de la peur » se dit que les remarques concernant son manque de subtilité pouvaient maintenant glisser en direction d’un autre. Le plan du garçon solaire faisait très très rentre dedans, un peu comme sa technique de séduction d’ailleurs, mais c’était ce qui faisait partie de son charme aux yeux du mentaliste, ça, son accent, mais aussi sa moralité délicieusement douteuse. Sans se départit de son sourire, Colin entoura son partenaire de ses bras et le regarda dans les yeux, son apparence solaire n’était pas pour lui déplaire et il s’y connaissait assez en visions cauchemardesques pour ne pas être rebuté le moins du monde par un tel physique.

    – Alors... Et d’une « Maître des peurs », ça fait super pompeux, j’ai jamais validé ce titre. Et de deux... Sourire malicieux élargi, Colin saisit d’une main le visage de Lukaz et l’embrassa passionnément, celui-ci devait maintenant le connaître assez pour savoir que de tels propos de sa part ne pouvaient qu’émoustiller le mentaliste. ... c’est un plan parfait, le problème, c’est que j’aurais du mal à me concentrer en te regardant terroriser ces péquenauds. Et comme tu le sais, j’ai rien d’un garçon sage.

    En tout cas certainement pas en présence d’une créature aussi incroyable que Lukaz. En fait, à part pour jouer la comédie, Colin n’était jamais sage... ah si... en présence de la dirigeante d’un cartel criminel, il était aussi adorable qu’un scout. Allez comprendre... Pour ce qui était de la suite des opérations, Colin proposa à Lukaz d’attendre qu’il récupère son masque avant de passer aux choses sérieuses. C’était plus prudent pour lui car il avait conscience de ce malheureux réflexe qu’avaient les gens à photographier ou filmer tout ce qui leur paraissait extraordinaire, même si la chose était sur le point de les zigouiller. Et ratisser le campement en quête de données compromettantes serait super relou. Une fois la stratégie mise en place, les deux jeunes hommes quittèrent le canyon, ce qui fut plus délicat que la descente et attisa la « faim » de Gula. Heureusement, à peine arrivés au sommet, une victime de choix s’offrait à lui : l’adolescente en chaleur de la numéro 3. Il avait oublié son nom mais savait qu’elle lorgnait un peu trop sur Lukaz et ne manquait pas de lui mettre sous le nez son derrière vaguement formé à chaque fois qu’elle en avait l’occasion. Un miracle qu’il ne l’ai pas déjà étripée. La gamine quant à elle l’ignorait complètement et n’accordait son attention qu’à Lukaz comme c’était le cas maintenant. Celui-ci avait repris sa forme humaine lorsque Colin l’avertit de la présence de la gamine. Et voilà que son camarade de vacance se retrouvait à à peine plus de 30 centimètre d’une poitrine naissante enveloppée dans un bikini et déterminée à faire son effet. Le tout accompagné d’un discours de sal...

    – Lukaz ! Comment c’était le fond du canyon ? Dis-voir, ma mère va faire des gaufres ce soir, ça te dirait d’prendre le dessert avec nous ?

    Le blond devait être victime d’une espèce de malédiction le forçant à attirer des succubes en puissance à chaque fois qu’il était accompagné du mentaliste. A croire qu’elles testaient les limites de la patience de Gula. Ce dernier songeait sérieusement à l’étrangler lorsqu’il sentit quelque chose d’étrange émaner de la jeune fille. Une impression qui demanda quelques instants pour se préciser, le temps que Lukaz réponde, plus ou moins froidement, qu’importe, ses groupies ne le lâchaient presque jamais. Colin finit par s’apercevoir que la jeune fille mentait... et qu’elle avait en elle une crainte bien dissimulée, mais tout de même bien présente. Super, au moins, il savait où commencer son enquête... manquait plus que son masque. Jouant la comédie, Colin s’imposa dans la conversation le temps de s’excuser.

    – J’vais chercher ma crème, on va devoir attendre un ptit peu avant le grand jeu.

    Sur ce il s’éloigna non sans récolté un étrange regard de la part de la gamine, comme si elle ne voulait pas qu’il s’en aille. Mais le mentaliste n’y fit pas attention, de toute façon, ils lui arracheraient toutes les informations qu’ils voudraient une fois bien équipés. Laurie, comprenant qu’elle devait reporter son attention sur Lukaz quitta l’étudiant des yeux. Celui ci en profita pour faire signe à Lukaz, montrant la fille du doigt puis l’endroit où ils avaient rencontré les scorpions, les deux semblaient liés. Dans un trou paumé, c’était la seule explication possible. A peine remontés, elle leur était tombée dessus. Elle mentait et ressentait une crainte que Colin ne lui avait jamais perçue. Et elle venait de lui accorder un étrange regard, le plus long qu’elle lui avait jamais accordé. Élémentaire, mon cher Watson.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 17 Jan - 16:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz fut assez ravi lorsque Colin approuva son plan, parce que si cela n'avait pas été le cas, il n'aurait pas trop eu d'autre idée à proposer. Alors oui, le plan n'était pas subtil, mais en même temps, est-ce que c'était grave ? Ils étaient dans un camping pourri, près du Grand Canyon, pas au cœur de Star City. Le temps que les autorités compétentes puissent arriver, ils seraient déjà partis très loin. En plus, au niveau des trucs louches, ils avaient déjà été devancés donc de toute façon, la conclusion la plus logique était que même en attendant, les problèmes allaient leur tomber sur le coin de la gueule. Après tout, on était en droit de penser que si le corps avait été enterré là, c'était en partie lié à la présence des scorpions, parce que ces derniers montaient à priori la garde. Sinon, comment expliquer le fait qu'ils aient attaqué dès que Colin avait touché le cercle de lumière ? Et s'il y avait des scorpions de garde, c'était pour éviter que des curieux ne s'en sortent vivant. Or eux, ils allaient s'en sortir vivant et ça, ça risquait de ne pas plaire. Du coup, devancer les problèmes en la jouant bourrin, ça restait le top.

Ils convinrent donc du fait de retourner au camping pour que Colin puisse récupérer son masque, et accessoirement changer de vêtements. Parce que bon, même s'il mettait son masque, avec une chemise et un short pareil, on allait forcément le reconnaître directement. A moins d'être sacrément con, forcément. Reprenant le chemin qu'ils avaient emprunté à l'aller, ils remontèrent le long de la falaise de roche rouge, ce qui fit se demander à Lukaz ce qui avait bien pu les pousser à vouloir descendre là en-bas. Vu ce qu'ils y avaient fait, ça n'en valait pas spécialement la peine, quoi. Enfin, au moins, ils avaient fait une découverte qui risquait de pimenter un peu leurs vacances !

Après une très longue marche, ils finirent enfin par atteindre le sommet du canyon et le camping. Ils tombèrent immédiatement sur la gamine qui semblait s'intéresser au Français, ce que Lukaz avait bien vite compris sans que cela ne l'intéresse pour autant. Elle était bien trop jeune. Mais pour le coup, ça pouvait toujours leur servir alors même s'il avait eu envie de l'envoyer jouer à la poupée, le Français lui offrit un sourire. « Bah, c'était un fond de canyon, quoi. Du sable et des cailloux, rien de très intéressant au final. C'est presque décevant, avec toute la pub qu'on en fait. » Mais évidemment, même s'il ne ressentait absolument rien de particulier, Lukaz ne pouvait s'empêcher de trouver la question louche. Elle ne l'était probablement pas, mais vu ce qu'ils avaient découvert, cet intérêt soudain pour le fond du canyon était suspect. Colin s'incrusta alors, mentionnant devoir chercher sa crème, le voleur comprenant forcément ce qu'il était en train de sous-entendre. « Ça marche ! » Mais alors qu'il s'éloignait, le mentaliste lui adressant un signe, Lukaz comprenant que la fille semblait être liée à leur histoire. Il se demandait bien ce que Colin avait pu lire en elle, mais du coup, il pouvait être amusant de jouer un peu son jeu.

« Il fait pas un peu chaud, pour des gaufres ? » Bien évidemment, il ne pouvait absolument pas ressentir la chaleur, mais tant qu'à faire... « Je me prendrais bien une glace, en fait. Ça te tente ? » Dans la foulée, le Français retira son tee-shirt, juste histoire de. S'il était vrai que la dénommée Laurie s'intéressait à lui, autant s'en servir à son avantage. Ça ne serait pas la première à tomber dans le piège. Ni la dernière, sans doute. « Il me semble qu'il y a des transats près de la piscine. Tu sais, ceux qui sont un peu en retrait, à l'abri des regards. » C'était certes un peu dangereux, s'il y avait effectivement une menace, mais c'était le meilleur moyen d'éloigner et d'isoler la fille, le temps que Colin revienne. « Genre, toi et moi ? » Lukaz lui fit alors un sourire un peu plus charmeur. « Parce que tu vois quelqu'un d'autre ? » Sa main glissa alors délicatement dans le dos de la jeune adolescente, ses doigts effleurant sa peau. « On a jamais vraiment discuté ensemble, en fait, je me dis que c'est l'occasion. Je suis sûr qu'on trouvera de quoi se faire plaisir. » La fille sembla hésiter puis un sourire apparu enfin sur son visage. « Cool ! »

La grande question que se posait Lukaz, en se dirigeant vers la piscine, c'était de savoir si la fille était sincère dans son intérêt ou non. A priori, il supposait que oui, parce que cela durait depuis le premier jour. Si elle risquait d'en user contre lui, ça serait forcément à la demande de quelqu'un de plus âgé et certainement à contrecœur. Du moins, il fallait qu'il lui donne envie de ne pas le trahir, au moins, pour avoir un petit avantage supplémentaire. S'arrêtant au petit bar du camping pour acheter deux glaces, Lukaz en profita pour offrir un billet à un gamin en lui demandant d'aller à la caravane 14 pour prévenir le type qu'il y verrait qu'il se rendait à la piscine. Après tout, c'était le meilleur moyen pour que Colin les retrouve ! Une fois cela fait, il retourna auprès de Laurie et ils finirent par s'installer sur des transats un peu isolés. Collant les deux sièges l'un à l'autre, Lukaz s'allongea avant de poser son regard sur l'adolescente. « Viens donc t'installer, je mords pas. » Après une petite hésitation, la fille finit par le rejoindre, visiblement satisfaite de la tournure que prenaient les événements. « T'as quel âge, en fait ? » « Seize ans. Mais, bientôt dix-sept, hein ! » Le voleur doutait un peu de la véracité des propos, parce qu'elle faisait à peine seize ans, mais bon. « C'est cool, ça, c'est juste l'âge idéal, je trouve. Tu t'es protégée ? Faut faire gaffe, hein, faut pas déconner avec ça. » Devant l'air visiblement abasourdi de la fille, Lukaz précisa bien vite. « La crème solaire, je parle. C'est dangereux, les coups de soleil. Je peux t'en mettre sinon, si tu veux. » Passant sa langue sur sa glace de manière osée, le Français posa alors la seule vraie question qui l'intéressait. « Tu viens souvent dans ce camping ? Vous venez d'où ? » Pourvu que Colin se dépêche de revenir...
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Ven 17 Jan - 20:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
    Pas question de jouer au maître des peurs avec des vêtements ornés de fleurs sur le dos. Ce n’était pas parce qu’il n’avait pas à se préoccuper de sa réputation dans la région que Gula allait s’abaisser à ce point là. Et puis il n’y prendrait pas autant de plaisir, il était devenu un tantinet théâtral et adorait faire « bonne » impression. Le problème, nom d’un chien, c’était qu’il faisait pas froid du tout dans le coin. Sans ménagement, Colin farfouillait dans ses affaires une tenue qui conviendrait à la tâche qui l’attendait. Le masque lui était déjà prêt, il savait où il l’avait rangé et surtout il n’y avait pas touché depuis leur arrivée dans ce camping. Pour les vêtements en revanche, Colin avait plus de mal à se décider. Debout devant la petite penderie du coin chambre, le jeune homme faisait de son mieux pour combler ses attentes vestimentaires. C’était que Gula était plus pointilleux sur sa tenue que Colin. Le premier prenait toujours soin de choisir la tenue la plus adaptée à la situation, le deuxième se contentait de mettre les premiers fringues propres qui lui passaient sous la main en daignant toutefois les accorder un minimum. Dans la situation présente, le plus délicat n’était pas de trouver la tenue la plus adéquate... mais de supporter la chaleur une fois dedans...

    ...

    Dans la caravane 3, la gamine partie chercher ses frères et sœur était revenue avec eux, sur le chemin elle leur avait expliqué la situation et tous avaient immédiatement fait preuve d’un grand sérieux, même si un des deux garçons, le plus jeune, 15 ans, semblait très nerveux ; ses poings étaient fermés serrés et son regard demeuré fixe. S’il ne marchait pas comme les autres, on pourrait croire qu’il était en train de faire une attaque. Une fois à l’intérieur, la benjamine retourna se vautrer sur sa banquette, tous les autres restèrent debout et observèrent leur père qui était en train de finir une bière. L’aîné ne tarda pas à prendre la parole :

    – C’est quoi l’plan, ‘pa ?
    – Je vais descendre avec les filles, vous les gars, vous allez retrouver Laurie et surveiller les deux folles. Si jamais ils font une tête qui vous revient pas, explosez-leur le crâne et descendez nous rejoindre.
    – Mais... chéri... Cela risque d’être dangereux non ? Je sais que le vieil homme de la 6 est un ancien flic qui ne dort jamais sans son...
    – T’inquiète pour les aut’ péquenauds. Tant que nos gars leur pointent pas leurs flingues sur la gueule, ils f’ront rien pour les arrêter. Et pis c’est pas comme s’ils y tenaient beaucoup à ses deux trouffions. Vous avez compris ? Tirez sur personne d’autre sauf s’ils essaient de vous arrêter. Hey ! Il s’était avancé vers les deux garçons et, voyant que le plus jeune semblait ne pas réagir, lui envoya une petite claque sèche sur la joue pour le réveiller. T’as entendu, Timmy ? Tu déconnes pas cette fois ? Compris ?

    Le concerné se contenta de regarder son père dans les yeux, sans ciller. Il conservait ce regard vide qui lui donnait l’impression d’être ailleurs. En voyant son fils dans cet état, Gerry sentit un frisson lui parcourir l’échine, mais il n’avait pas le temps de lui filer une correction. Sa femme arriva vers eux avec un très grand sac à main, elle en sortit un pistolet qu’elle offrit à son aîné et un autre pour Timmy.

    – Bon allez, c’est parti. Les filles, allez aider vot’ mère on va...
    – Papa ? On dirait qu’il se passe quelque chose dehors...

    Gerry grogna un juron tout en s’approchant des stores qu’il entrouvrit avec les doigts. A l’extérieur, il vit ses voisins rentrer dans leur caravane comme s’ils avaient le diable aux trousses.
    – Qu’est-ce que c’est que ce bo...

    ...

    La tenue de Colin était loin d’être confortable. Vêtu d’un T-shirt noir à manches longues et d’un pantalon assorti, il ne pouvait même pas laisser ses orteils respirés car ils étaient enfermés dans des baskets, sans parler de son visage qui était enfermé dans son masque. Dans de telles conditions, il ne fallait pas s’étonner de le voir en proie à des envies de meurtre. Personne ne l’avait vu sortir, mais il n’avait pas dépassé deux caravanes qu’un couple d’obèses armés de petits ventilateurs électriques étaient apparus devant lui. Ils l’observèrent un instant, d’abord surpris, hésitant à rire, mais bien vite, les phéromones que Colin avait libérées depuis qu’il était ressorti la atteignirent et la peur commença à orner leurs traits de visage. Il ne suffit alors que de leur conseiller de partir pour qu’ils prennent leur graisse à leur cou. Petit à petit, ceux qui croisaient le sillage de Colin firent de même tandis que le mentaliste s’approchait de la piscine ; le messager de Lukaz avait frappé à la caravane au moment où il s’était enfin décidé sur la tenue à porter.
    ...

    Sur son siège, la jeune Laurie faisait de son mieux pour répondre aux questions de Lukaz sans trop en dévoiler. N’étant pas une experte, ses réponses se résumaient à une suite de mensonges souvent hésitants et globalement peu cohérents. Mais elle s’en fichait, l’important c’était de gagner du temps. N’empêche qu’elle voudrait bien savoir où l’autre taré était passé.

    – Oh tu sais, tous les campings se ressemblent un peu... Y a juste les gens qui changent...

    N’importe quoi. Il fallait dire que son artillerie principale résidait dans sa façon de lécher sa glace. Elle espérait que cela suffise à perturber son interlocuteur Et puis, cela ferait plaisir à son égo. Mais alors qu’elle dégustait sa glace un frisson vint se coller à elle, entre deux tirades pathétiques. Mais c’était impossible, avec cette chaleur, même la glace ne pouvait pas... Non mais il y avait quelque chose dans l’air, quelque chose qui la rendait nerveuse mais qui n’avait rien à voir avec le « rituel familial ». Son malaise empira lorsqu'elle entendit le camp s'agiter au loin.

    – Tu sens pas ça ?

    Laurie commença à s’agiter sur son fauteuil et elle finit par se retourner. Derrière elle, un homme avançait, il était habillé en noir et avait un masque de tête de mort sur la figure. Sans savoir pourquoi – ce genre de déguisement n’avait rien de particulièrement effrayant en lui-même – elle sentit la panique l’envahir. Elle se leva aussitôt, mais ses gestes étaient tellement saccadés que cela fut délicat et l’autre en noir avait eut le temps de s’approcher et de lui attraper un bras. Tout en protestant énergiquement, Laurie essaya de le griffer de sa main libre mais il l’attrapa et la maintint immobiliser ainsi. Elle avait beau continuer à se débattre et à crier, elle ne parvint pas à se tirer de son étreinte. C’est alors qu’une voix bizarre et inquiétante se glissa hors du masque :

    – Tu vas être une gentille fille et tu vas répondre à nos questions.

    Sans comprendre pourquoi, Laurie sentit sa panique relâcher un peu son emprise sur elle, cela lui permit de saisir un détail.

    – « Nos » ?

    En guise de réponse, il la força à se retourner.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 5 Fév - 20:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Installé au bord de la piscine, Lukaz n’oubliait pas le spectacle auquel ils avaient eu droit au fond du canyon, parce que c’était quand même quelque chose d’assez inhabituel. Il ne s’y connaissait pas vraiment en magie et il n’y croyait d’ailleurs pas plus que ça, mais ça semblait pourtant en avoir l’air. De fait, ça impliquait nécessairement que l’une des personnes présentes dans le camping soit concernée, parce qu’il ne semblait pas y avoir âme qui vive dans les trente kilomètres alentours. Autrement dit, au moins une personne dangereuse, même s’il était plus probable de penser qu’elles étaient plusieurs. Rien de très réjouissant, c’était certain. Quant à savoir ce que Laurie pouvait bien savoir de tout cela… Est-ce qu’elle avait simplement vu quelque chose ? Est-ce qu’elle connaissait le responsable ? Peut-être était-ce son père… Ou l’un de ses frères ? Difficile à dire, d’autant qu’elle pouvait aussi simplement être une simple spectatrice, même si là, il fallait bien avouer que son comportement était trop louche pour qu’elle ne sache réellement rien.

A cela, Lukaz put aussi ajouter les réponses à ses questions, parce qu’il avait réellement l’impression que Laurie faisait tout pour éviter de lui donner de vraies réponses. En dehors de banalités toutes faites, il n’y avait rien à en tirer, ce qui indiquait néanmoins un lien plus poussé entre elle et les événements qui se déroulaient actuellement. Il y avait donc de grandes chances qu’elle connaisse le fin mot de l’affaire, ou au moins, une personne qui le connaîtrait, que ce soit son père, son oncle ou un éventuel maître à la tête d’une secte maléfique. C’était peut-être un peu tiré par les cheveux, mais après le cercle de lumière, les scorpions géants et la fille qui les attendait dès leur retour, ça avait un goût de réalité très prononcé.

Par chance, Colin finit enfin par arriver, comme s’il avait mis des plombes pour choisir sa tenue. C’était peut-être le moment pour jouer les difficiles ? Non mais ! Avec un déguisement qui ressemblait vaguement à un costume de squelette pour carnaval, il était assez difficile de le prendre au sérieux mais heureusement, il avait un atout non négligeable qui changeait totalement la donne. Profitant du fait que Laurie ait son attention détournée par le nouveau venu, Lukaz ferma les yeux pour se concentrer, savourant avec bonheur la sensation du Soleil sur sa peau, se nourrissant de ses rayons pour passer en forme solaire. Une fois de plus, son corps devint intégralement noir, comme une silhouette découpée dans la réalité du monde, seuls ses yeux blancs dénotant sur son corps.

Laissant tomber sa glace à même le sol – tant pis, ils avaient plus important à faire – Lukaz se releva à son tour, juste au moment où Colin forçait Laurie à faire volte-face. C’est en souriant que le voleur vit son expression changer quand elle découvrit son nouvel aspect, très différent de celui qu’il avait affiché jusque-là. Cherchant à prendre une voix un peu plus grave, histoire de faire impression, le Français prit alors la parole. « Oui, nos questions. » Glissant sa main sous le visage de la jeune fille, comme une caresse, il lui attrapa le menton, pour l’obliger à le regarder dans les yeux. C’était un peu inutile, puisqu’elle le faisait déjà, mais au moins, ça allait en rajouter un peu à leur numéro. « Tu es une gentille fille, tu devrais savoir qu’il y a des choses avec lesquelles on ne doit pas jouer, au risque d’attirer l’attention sur soi. Et là, tu vois, c’est notre attention qui a été attirée. Pas de chance. »

Il était évident que la peur que Colin devait insinuer en elle allait jouer en leur faveur, mais s’ils voulaient avoir une chance de l’impressionner, il allait falloir faire la totale. Lâchant le visage de la jeune adolescente, Lukaz recula alors d’un pas et fermant les yeux, il tendit sa main en avant, paume vers le haut. Il chercha alors à concentrer les rayons solaires à cet endroit, les rassemblant en une bille de lumière qui grossit peu à peu, jusqu’à atteindre la taille d’une balle de tennis. On avait alors l’impression de découvrir une boule de lumière ou d’énergie, précisément ce qu’il avait souhaité. « Tu vois ça ? Ça te dit quelque chose ? » Il était probable que non, mais le but n’était pas de lui faire dire la réponse. Juste de lui insinuer le doute pour que son esprit fasse le reste. Les démons envoyaient souvent de telles sphères d’énergie, quand ce n’était pas des boules de feu, dans les films ou les séries télévisées. De fait, même s’il n’avait pas l’air d’un démon, Lukaz voulait le laisser croire. « Je pense que tu as compris qui je suis. Ce que je suis. Alors si tu veux t’éviter des souffrances inutiles, je te conseille de nous dire tout ce que tu sais et de répondre à toutes nos questions. Je peux te promettre que si tu fais quoi que ce soit pour nous mentir, on le saura, et là, ce n’est pas un simple scorpion que tu devras craindre. Alors, qu’est-ce que tu caches ? Qu’est-ce que c’est, ce truc, au fond du canyon ? Et surtout, qui en est responsable ? Si tu veux vivre, fais attention à tes réponses. » Il ne restait qu’à espérer que la peur serait plus important qu’un éventuel conditionnement, afin qu’elle accepte de leur révéler ce dont ils avaient besoin. Parce que partir à l’assaut d’une caravane inconnue sans aucune information, ça serait probablement dangereux. Il n’était malheureusement pas encore pare-balle.
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Sam 8 Fév - 20:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
    Son partenaire avait pris sa forme solaire, ainsi Colin avait décidé de retourner cette chère Laurie afin qu’elle puisse bénéficier de la vue qui lui était offerte. Pour un non habitué, il était certain qu’un tel spectacle n’avait rien de surprenant, surtout pour quelqu’un qui se trouvait entre les mains d’un homme-démon et d’un autre affublé d’un masque de Halloween alors que la température dépassait largement les 30 degrés Celsius. Ce genre de situation n’inspirait généralement pas la confiance. Et comme il tenait les bras de sa victime dans les mains, l’empêchant ainsi de prendre la fuite, Gula était bien placé pour sentir la peur qui habitait la jeune femme. La comédie faisait son petit effet sur la demoiselle.

    La petite mise en scène amusait également beaucoup le mentaliste. Derrière son masque, celui-ci arborait un large sourire. Lukaz se débrouillait plutôt bien dans son rôle, même si au début, l’intonation qu’il avait choisit faillit lui arracher un rire. Mais il se retint, il fallait rester pro. Solar déploya donc ses questions, celles-ci étaient bien choisie et leur formulation également. Le style était simple, direct, un peu brutal peut-être mais c’était de circonstance, et surtout il se glissait bien dans la situation présente. Et bien sûr, afin de renforcer cette petite ambiance apocalyptique, Gula arrosait l’adolescente de phéromones de peur, pas trop bien sûr, juste assez pour la rendre coopérative. Et pour achever le travail, Colin avait établi un lien psychique dans l’esprit de la jeune femme, histoire de s’assurer de la véracité de ses propos, parce que certains seraient capables d’avouer avoir donné naissance à Bouddha juste pour échapper à la compagnie de ces deux adorables jeunes hommes. Mais ce ne sera pas le cas avec Laurie. Comme Colin l’avait senti plus tôt, elle savait des choses.

    – S’il vous plaît ! Je n’y suis pour rien... C’est mon père ! Ma mère ! Ils m’ont obligée !!! les larmes avaient déjà bien inondé le visage de la jeune femme et les sanglots commençaient à rendre ses propos un peu saccadés. Gula diminua la dose de phéromones. Ils disent que le rituel nous rend riche ! Qu’il faut le renouveler chaque été afin d’obtenir tout ce qu’on désire le reste de l’année ! Nouveaux sanglots. Colin les accueillis par une légère secousse afin de remettre les idées en place dans cette petite cervelle délicate. Une fille ! Une fille par an... c’est tout ce que réclame le Maître de l’Univers. Ca et un rituel... On a pas encore fait le rituel parce que... parce que... hésitation. Mais Colin savait que c’était parce qu’elle avait besoin de réfléchir un peu à cette partie qui n’était pas bien claire pour elle. On voulait le faire cette nuit mais j’ai vu deux... deux... Elle commençait à comprendre que les deux hommes qu’elle avait vus n’étaient nuls autres que ceux qui la menaçaient en cet instant, logique en même temps. Mais Colin préférait ne pas la laisser tenir ce raisonnement. Il accéléra les choses avec une poussée de phéromones. Deux touristes ! Ils ont trouvé le corps ! Il est protégé par le... le... mon père l’appelle le centre cosmique. Une fois qu’on y a mit le corps, c’est impossible de le reprendre, l’énergie le protège jusqu’à la fin de la deuxième partie du rituel !

    Tout en maintenant son étreinte sur les membres de sa victime, Colin forçait son cerveau à réfléchir à toute allure. A quoi ça rimait tout ça ? Les rituels, c’étaient des trucs mystiques non ? Mais les forces cosmiques... c’étai totalement différent ! Pourtant elle disait la vérité... du moins elle disait ce qu’elle pensait être la vérité. Peut-être avait-elle raison, après tout il n’était pas expert en aucun des domaines cités pour pouvoir en connaître le fin mot. Tout ce qu’il s’avait, il l’avait acquis lors de son auto éducation un peu geek, avec les aventures des héros qu’il avait avalées avec passion quand il était gosse, l’histoire du Cartel qu’il avait un peu étudiée, surtout en écoutant les récits de madame César. Mais franchement ça, cette histoire il n’y connaissait rien. Cela dit, il en avait bien assez vu en ce monde pour croire que tout ou presque était possible. Un rituel nécessitant un sacrifice humain afin de rendre ses acteurs prospères, c’était assez crédible en fin de compte... Et si l’énergie cosmique en était la clé... pourquoi pas. Encore une fois, il n’y connaissait rien dans ce domaine. La magie... c’était pas son truc. Mais même en sachant cela, Colin ne pouvait plus reculer. Même en ayant conscience qu’ils avaient peut-être mis le nez dans un truc plus grand qu’eux... Autant aller jusqu’au bout. Il se souvenait des propos de Carolina... elle parlait d’une théorie limite métaphysique... comme quoi chaque individu se verrait confronté à une série de quêtes et plus il irait au bout de ces quêtes, plus son âme sera repue. Ouais autant aller jusqu’au bout...

    – Ils m’ont dit d’aller surveiller les deux homos pour pas qu’ils les dérangent. Je crois que mes parents vont finir le rituel ! Les scorpions ! Les scorpions nous font pas d’mal... Ils protègent le centre entre les deux cérémonies ! C’est le Maître qui les envoi ! J’ai deux frères et deux sœurs ! Un de mes frères...Timmy... Il adore le rituel... Il adore tuer. C’est lui qu’a tué la meuf cette année. Il... Il...Il... S’il vous plaît...

    La gamine fondit en larme, complètement épuisée. Comme l’avait prouvé le désordre de son discours, Colin et Lukaz avaient tiré d’elle tout ce qu’il y avait. Sur la fin, le mentaliste eut même la surprise de sentir en elle une peur qui n’était pas liée à ce que les deux Star Citoyens lui infligeaient. C’était quelque chose de plus personnel... Elle avait vraiment peur de son frère. Mais cette information n’était pas vraiment utile. Constatant que l’ado était complètement vidée et qu’elle se laissait totalement aller à pleurer, Colin leva la tête vers son acolyte de vacances.

    – Je crois qu’elle nous a dit tout ce qu’elle savait. Il en était sûr en fait, son pouvoir lui assurait qu’elle n’en savait pas plus. S’ils voulaient plus d’infos, il faudrait apparemment mettre la main sur un des deux parents, sur le père de préférence. Qu’en pensez-vous, partenaire démoniaque ?

    Mais il n’entendit pas la réponse de Lukaz car de nouveaux éléments firent leur entrée.

    – Espèce de débile ! Qu’est-ce que tu leur as raconté ?!

    Les deux frères. Des ados. Plus vieux que celle qu’il tenait d’après ce qu’il pouvait voir. Les gamins étaient situés à plusieurs mètres d’eux. Entre deux caravanes, par là où Gula était arrivé en fait. Oh et ils étaient armés. Le plus vieux avait un fusil de chasse et le plus jeune un pistolet... un modèle assez quelconque... mais Colin n’était pas non plus un expert en armes. Une satisfaction perverse s’empara de l’étudiant lorsqu’il constata que leurs mains tremblaient, sans doute parce qu’il avait déchaîné ses phéromones sur son passage et qu’ils passaient justement après lui. Pas de bol. Cependant, il nota également que le plus jeune avait l’air plus... froid ? Il devina tout de suite à quel frère Laurie avait fait allusion à l’instant. L’aîné était plus stressé cependant.

    –Rendez nous not’ sœur s’pèces de monstres !!!

    Les gosses avançaient vers eux. Lentement, ils prenaient leur précaution à chaque pas. Leur démarche prouvait bien qu’ils n’étaient pas des professionnels, mais la façon dont ils tenaient leurs armes, en dépit des tremblements, montrait qu’ils savaient s’en servir. La menace était donc bien réelle. Cependant Solar et Gula n’étaient pas ce qu’on pouvait qualifier d’inoffensif et les ados ignoraient tout de leurs capacités. Un bon point pour les deux vacanciers. Mais Colin préférait attendre de voir comment Lukaz allait réagir dans ce genre de situation. Surtout parce que le Français disposait d’un pouvoir qui lui permettait d’attaquer ses ennemis à distance, un atout à prendre en compte. Colin lui ne disposait que d’un otage, ce qui n’était pas mal non plus, surtout lorsqu’on envisageait de s’en servir comme bouclier humain... avec une option « projectile ». Les phéromones qu’avait fait traîner Colin devraient également les avantager, retardant ainsi les réactions des deux apprentis cow-boy. Mais le mentaliste guetta toujours le feu vert, ou noir, de son compagnon avant d’agir. Il espérait également que le reste de cette famille typé « Blair Witch » se soit contenté de descendre dans le canyon, sinon ça risquerait de faire un peu beaucoup pour les deux garçons.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 18 Mar - 19:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge
Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 32
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6171
ϟ Nombre de Messages RP : 699
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Crédits : self
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Si Lukaz n'avait pas du jouer le rôle d'une créature démoniaque, il aurait très probablement été outré par le qualificatif dont on les gratifia. Les deux homos ! Non mais franchement ! Alors oui, il savait très bien que ça n'avait rien d'insultant d'être gay, mais c'était la manière dont la chose avait été dite. Nul doute que ce terme devait venir du père de famille et dans sa bouche à lui, c'était clairement insultant. Le pire, c'était certainement qu'ils n'avaient jamais fait preuve d'un quelconque attachement sentimental, l'un à l'autre, et qu'ils n'agissaient en aucune façon comme un couple. Ils n'étaient que deux amis et personne ne pouvait se douter qu'ils prenaient parfois du bon temps ensemble. Non, franchement, si on les prenait pour des homos, c'était entièrement la faute de Colin. Pas parce qu'il l'était, hein, mais parce que sa manière de s'habiller... Évidemment ! Ça ne pouvait qu'être ça et ça n'avait absolument rien à voir avec le fait que Lukaz s'habillait avec des vêtements parfois très près du corps, portait plusieurs piercings bien placés et un tatouage tout aussi bien positionné. Le seul responsable, c'était Colin.

Seulement voilà, ça, il ne pouvait pas vraiment le dire pour le moment, même si c'était le truc le plus dramatique qu'il avait retenu de la situation. Dramatique, oui, parce que si on le prenait pour un gay, comment il ferait pour draguer les filles ? Bref ! De toute façon, ils avaient d'autres soucis à régler parce que maintenant qu'ils en avaient fini avec la fille, voilà que ses deux frères se pointaient. Il était probable qu'ils aient vu leur sœur partir avec le voleur, mais en l'état actuel des choses, ils ne pouvaient absolument pas savoir que Lukaz était Solar, sa silhouette noire rendant toute comparaison impossible. Quant à Colin, son visage masqué le rendait méconnaissable, d'autant qu'il avait pensé à troquer ses vêtements à fleurs – franchement ! - pour quelque chose de plus sortable. En somme, leurs identités étaient parfaitement préservées et ils pouvaient être qui ils voulaient être. Voilà qui allait devenir drôle !

Faisant face aux deux adolescents qui approchaient, Lukaz lança un regard en coin à son ami, voyant que ce dernier lui laissait une fois de plus la main. A quoi bon être un mentaliste s'il ne se servait pas de ses pouvoirs pour faire la discussion ! Pfff... S'ils se plantaient parce que Lukaz faisait un faux pas, il n'aurait pas à venir se plaindre ! Cherchant à prendre une voix un peu plus masculine et virile, Lukaz s'adressa au plus vieux des deux garçons. « Est-ce que c'est comme ça que ton père t'a appris le respect ? » Autant commencer par une remarque typique des vieux, non ? « Si tu ne sais pas à qui tu t'adresses, tu ferais mieux de te taire, au risque de le payer cher ! » Oui, d'accord, menacer des types armés, c'était pas vraiment l'idée du siècle, mais en même temps, ça pouvait montrer qu'on n'avait pas peur, non ? Parce qu'ils n'avaient pas peur, évidemment. Non ? …

« Votre sœur nous a bien aidé, mais elle est un peu trop bavarde, elle-aussi. Elle a donc raté le test. Le Maître de l'Univers ne va vraiment pas aimer ça. Mais alors pas du tout. » Qui était le Maître de l'Univers ? Lukaz n'en savait absolument rien, même s'il trouvait le nom très pompeux. Et dire que Colin osait se plaindre du surnom de Maître des Peurs ! Dans tous les cas, qui que soit cet homme – ou cette chose – il avait l'air vachement important, mais il était peu probable que la famille de tarés le connaisse. Ils étaient plus le genre de fous à être au service d'une force invisible dont ils ne savaient rien, ce qui tombait plutôt à pic, surtout qu'ils avaient affaire à des adolescents. De fait, si le père pouvait en savoir plus, ça ne serait pas leur cas à eux. « Le Maître nous a envoyé pour vérifier que tout se passe correctement, mais visiblement, c'est raté. Non seulement on vous a repéré, mais en plus, quelqu'un a réussi à entrer sur le site du centre cosmique. Vous avez échoué et le Maître est furieux. Donnez-nous une bonne raison de vous laisser vivre, après pareil échec... » Et comme pour donner plus de corps à ses menaces, Lukaz tendit sa main en avant et il y fit apparaître une sphère de lumière. Nul doute que les deux garçons auraient peur à l'idée de se faire désintégrer par un démon au service d'un puissant maître...
Revenir en haut Aller en bas




Lumos !

Message posté : Jeu 27 Mar - 15:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil


    Contrairement à Lukaz, le sang de Colin demeura froid comme la glace lorsque la petite écervelée les désigna comme étant « les deux homos ». D’abord parce qu’ayant eut une vie pas très discrète au sein du Circus Maximus, il avait entendu bien pire, et surtout parce qu’il n’avait aucun problème à s’assumer et à écarter les opinions des autres qui rebondissaient sur lui comme s’il était entièrement imperméable. A cela, s’ajoutait le fait que sa condition d’homosexuel n’avait jamais été un réel problème pour lui, ni une cause de remise en question quelconque. Non lui avait eut droit à d’autres considérations beaucoup plus complexes, comme une haine paternelle démesurée, une sensibilité psychique à fleur de peur et des images mentales qui pourraient transformer le film « L’exorciste » en un véritable conte de fées. Dans tout ça, l’homosexualité de Colin était une chose tellement stable, rassurante et « normale » qu’elle ne l’avait jamais tracassé. Il fallait savoir faire la part des choses. Sinon, en règle général, le mentaliste trouvait qu’il avait un look assez passe-partout qui ne trahissait pas spécialement ses préférences sexuelles, en tout cas pas dans un monde de plus en plus peuplé de métro sexuels. Bon certes, il arrivait que le jeune homme soit pris de moments d’inspiration vestimentaire un peu « originaux », mais cela venait plus du côté mélodramatique de l’étudiant que de sa part homosexuelle. Bref, arrêtons là ces précisions anecdotiques, il y avait plus grave. Comme ces armes qui étaient braquées sur les deux jeunes hommes.

    D’abord, Colin fut très satisfait de la réaction de Lukaz, il savait se prendre au jeu et faire la comédie – en espérant que cette capacité de simulation ne soit pas utilisée dans d’autres circonstances – si bien qu’entre son ton, son assurance et sa prestance, Gula lui-même pourrait presque croire qu’il avait bien à faire à un des serviteurs du Maître de l’univers. Le seul problème serait peut-être le manque de cohérence. Alors certes personne ne pourrait comprendre entièrement les intentions d’une entité se faisant appeler « Maître de l’univers » - ce qui n’empêcherait pas un curieux comme Colin d’essayer, si l’occasion se présentait – mais tout de même, quel était l’intérêt d’envoyer deux serviteurs aux physiques aussi différents pousser la fille au bout en sachant que ce n’était pas le « cerveau » de la branche terrestre de ce qui semblait être un culte cosmique. Des questions que des habitués comme les membres de cette famille cousine de Jehova seraient en droit de se poser, probablement. Mais c’était sans compter sur les phéromones baladeuses de Gula qui renforçaient la crédibilité des propos qui possédaient ne serait-ce qu’une once de crédibilité. Or, dans ce contexte d’une famille religieuse extrémiste aux croyances particulièrement originale, la crédibilité devait certainement se trouver n’importe où. Et dans ce contexte, les propos de Lukaz ne devaient pas manquer de sens, sauf pour un observateur externe et athée comme Colin. L’aîné baissa un peu son arme, mais pas le plus jeune qui était d’ailleurs le plus instable – le mentaliste n’eut même pas besoin d’entre dans son esprit pour le voir – il fallait donc approfondir le jeu que Solar avait brillamment entamé. Au passage, en dépit des armes braquées sur lui Colin ne pouvait s’empêcher de se sentir un peu excité par la situation et surtout par la capacité d’improvisation génialissime de son partenaire... OK, il allait consulter quelqu’un à ce sujet... un jour.

    – On dirait que c’est pas l’intelligence qui va vous sauver. Sur ces paroles, Colin entoura le cou de la jeune femme de ses deux bras, prêts à lui briser la nuque. La prisonnière était tellement vidée qu’elle ne présenta moins de résistance qu’une tortue que l’on retournait sur le dos. Les dames d’abord, comme on dit ici.

    – Non, attendez ! L’aîné. Le plus futé. Il posa son arme par terre. Pas le plus brave, certainement, mais à sa place, Colin aurait fait... tout le contraire. Je... On peut tout arranger. On peut tout réparer ! Nos parents sont en train de terminer le rituel.

    – Et la discrétion du maître dans tout ça ?

    L’adolescent au drapeau blanc cafouilla une réponse inaudible, mais Colin concentrait son regard sur l’autre qui lui semblait un peu trop calme à son goût. Et il n’appréciait pas vraiment la façon dont il regardait Lukaz. Il apprécia encore moins ce qu’il discerna dans cet esprit dérangé. Enfin si, en toute honnêteté, ce qu’il y trouva été assez amusant, fascinant même, ce qui l’était moins, c’était la cible de toute ses pensées meurtrières : les deux Star Citoyens. Après avoir maudit les limites de sa télépathie, Gula tenta d’avertir son camarade ; ce shérif en herbes n’allait pas tarder à tirer sur Solar.

    – On dirait que cette tête brulée a besoin de plus d’arguments...

    Lukaz s’était montré vif jusque là, mais Colin ne savait pas jusqu’où il serait prêt à aller pour se sortir de cette situation. A sa place, il aurait déjà grillé cet imbécile avec une boule d’énergie, mais il n’était pas lui – peu de gens étaient comme lui (mal)heureusement – et le voleur aurait peut-être des remords ou une espèce de culpabilité qui l’empêcherait de faire feu. Maintenant, allez savoir pourquoi, Colin était un peu plus excité et si la chaleur qui l’accablait sous ses vêtements n’était pas aussi désagréable, il aurait peut-être eut de quoi être embarrassé.
Revenir en haut Aller en bas



La ride cosmique du Grand Canyon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Présentation de Grand Canyon
» A la recherche du souvenir perdu, ou quand ce n'est plus un trou de mémoire, mais carrément le grand canyon ! [Adélaïde... et autres ?]
» Avoir les deux formes de Lougaroc
» Maximum Ride RPG - Partenariat
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-