AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

La difficile épreuve d'Adrian Pennington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Jeu 12 Sep - 20:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
— Bien sûr ! On a qu’à aller au Na-Lounge. L’un des barmen est un ami.

Et ce fut cette phrase anodine qui, sans qu’Adrian ni Chase en eussent conscience au moment où elle était prononcée, à côté de l’une des nombreuses machines à café, dans l’un des non moins nombreux couloirs des quartiers généraux de l’UNISON, commença une expérience particulièrement traumatique pour l’archimage. Toi, lecteur, qui es suspendu, je le sais, à ces lignes comme aux dernières minutes d’une série HBO, tu t’interroges. Déjà tu échafaudes de multiples et improbables théories.

Qu’est-ce qui peut bien traumatiser le puissant Adrian Pennington ? Un démon sauvage venu d’une galaxie hostile pour boire du sang de dieu dans des crânes d’humains ? Pire encore, une bibliothèque mal rangée avec des livres classés en dépit de tout bon sens alphabétique ? Une pénurie chez Stuperman & Fils, fabricants de parchemins haute qualité depuis 724 ? Une invasion de diablotins suceurs de mana avec +3 contre les elfes ? Non. Rien de tout cela. Ce qui allait traumatiser Adrian, c’était…

La jeunesse.

Bien sûr, Chase avait un peu hésité. Après tout, Adrian était plus vieux que lui. Il avait au moins, oh, facile trente ans ! Quand on n’en avait soi-même que vingt-et-un, c’était quasi le début de la retraite. Pendant un instant, le mentaliste s’était donc demandé si quand le mage lui avait demandé de l’accompagner pour « sortir », il n’avait pas voulu parler d’un truc de vieux : visiter un musée, par exemple, ou aller voir la rétrospective des œuvres complètes d’un grand réalisateur du cinéma muet en noir et blanc.

Après tout, qu’est-ce que ça faisait, un mage, pour s’amuser ? Chase supposait que, dans ses heures de loisir, Adrian confectionnait de puissantes potions désherbantes, à peu près de la même manière que certains de ses collègues à lui, lorsqu’ils se demandaient ce que faisait un Neutron-Grey pour se distraire, l’imaginaient en train de démonter des grille-pains et des machines à café. Mais finalement, plein d’espoir, Chase s’était rabattu sur une solution familière : ils iraient boire un verre, dans un bar.

Bien sûr, les bars que Chase fréquentaient le plus, ceux qu’il aimait le plus, accueillaient généralement une population exclusivement masculine aux intentions bien précises. Comme Chase était plein de tact cependant, il ne comptait pas entraîner Adrian au Bears’ Lair, pas plus qu’il ne voulait lui faire visiter la moite backroom du Charlie’s Angels, quelques intéressantes que fussent les activités que l’on proposait, en plus des cocktails, dans ce genre d’établissements.

Trouver l’endroit approprié avait donc constitué un petit effort d’ingéniosité pour le jeune Neutron-Gray et ce fut alors une réponse pleinement méditée que la sienne quand il avait décrété : Na-Lounge. Na-Lounge, c’était tout de même un bar gay friendly, mais où l’on ne risquait pas de s’exposer à des propositions trop équivoques en allant aux toilettes et où personne ne vous pelotait les fesses dès la porte d’entrée passée. Le Na-Lounge, c’était un bar de bon goût, où se réunissait une partie de la jeunesse de Star City, celle qui ne recherchait pas les carrés VIP mais qui appréciait malgré tout une ambiance un peu soignée.

Chase avait donc donné des indications quant à la situation géographique de l’endroit et s’était retenu d’ajouter « vous pouvez toujours chercher sur Internet » parce que, très certainement, Adrian, tel qu’il le connaissait (plus ou moins), n’avait pas Internet. Il devait repérer les endroits où il se rendait avec une carte et un pendule en cristal, comme dans Charmed. Il se contenta donc d’espérer que le mage saurait se situer et passa le reste de la journée à angoisser quant aux sujets de conversation qu’ils pourraient aborder au cours de la soirée, parce qu’évidemment, s’extasier sur les derniers exploits robotiques du H.I.T. était exclu d’avance — ce qui ne laissait plus beaucoup de thèmes vraiment intéressants à explorer.

Après un petit détour par le Bigsby Building pour mettre une tenue plus appropriée à la soirée, c’est-à-dire une tenue de jeune, un tee-shirt noir légèrement moulant (parce qu’il ne faisait pas du sport pour rien : il fallait que ça serve), un jean droit pour ne pas en faire trop, avec une coiffure de jeune, soigneusement déstructurée, mais pas anarchique (il y tenait), et un très long détour sur Internet à faire des choses plus ou moins légales avec son ordinateur et celui des autres, Chase se rendit au rendez-vous.

Le quartier du Front de Mer était réputé pour attirer une bonne partie de la jeunesse et certaines de ses rues constituaient, en quelque sorte, un village gay. Chase le connaissait bien. Dès qu’il avait eu l’occasion de sortir de sa prison dorée du Bigsby Building, il était parti découvrir ce monde et, dès qu’il avait compris que l’homosexualité n’était toujours pas parfaitement intégrée à la société américaine, il avait cherché des refuges où les gens ne tourneraient pas des regards outrés vers lui quand il embrassait le garçon de la journée — parfois de la semaine, quand il parvenait à un semblant de stabilité.

Sa vie dans ces lieux n’avait été ni entièrement sage, ni entièrement débridée. Il s’était laissé aller à quelques expériences, pour tenter les limites de ses désirs et de ses audaces et, après quelques soirées trop pleines de visages sans nom et de souvenirs confus, il s’était (un peu) assagi. Il avait un peu mieux compris ce qu’il pouvait être, ce qu’il voulait être et ce dont il avait envie, compris surtout qu’il n’avait pas besoin de se forcer pour « s’intégrer », et les choses avaient été plus simples, un peu plus calmes et surtout plus satisfaisantes.

Il lui manquait toujours l’homme de sa vie, mais il y songeait comme à une improbabilité statistique et il était de toute façon persuadé de ne pas le rencontrer dans l’un de ces établissements. Il y allait pour s’amuser, parfois pour bavarder avec des histoires d’un soir devenues des amis, mais sans espoir d’y dégoter son futur époux. Du haut de ses vingt-et-un ans, il rangeait encore cette éventualité dans la case des futurs lointains, vaguement séduisants, mais définitivement inaccessibles. Pour l’instant.

Le Na-Lounge se signalait par son enseigne doucement éclaire. La musique qui en sortait, quand la porte s’ouvrait puis se refermait, était un peu plus douce que les sons électroniques que d’autres clubs, qui commençaient tôt dans la soirée, dégageaient déjà. Loin d’être parqué dans une rue spécialisée, le Na-Lounge était un pont à plus d’un titre : pont entre la partie la moins communautaire de la communauté gay, celle où Chase se sentait le mieux, et le reste du monde, pont entre les lounges huppés des rues de la jeunesse dorée et les établissements plus accessibles du reste du quartier. Un bon compromis, aux yeux de Chase.

Arrivé un peu en avance, il s’adossa à la façade de l’immeuble qui abritait le Na-Lounge et se mit à suivre les passants du regard, en jetant de temps à autre des coups d’œil à sa montre. Il se rendit compte qu’il n’avait pas le numéro d’Adrian et qu’il ignorait même si le mage possédait un téléphone. L’hypothèse, évidemment, lui parut improbable. Dans le pire des cas, il pouvait toujours essayer de le repérer télépathiquement dans la ville — un exercice qui pouvait s’avérer compliqué dans une métropole comme Star City mais auquel il était devenu, petit à petit, au fil de son entraînement, expert.

Mais ces mesures drastiques ne furent pas nécessaires : bientôt la silhouette d’Adrian se dégageait de la foule. Peut-être était-ce l’effet de ses préjugés, peut-être était-ce la réalité : toujours est-il que Chase eut l’impression que le mage ne se sentait pas tout à fait à l’aise dans ces groupes de jeunes qui allaient, venaient, parlaient forts, riaient aux éclats et, pour certains, chantaient déjà tout haut.

Chase se détacha de son mur pour s’approcher de lui et, sans être gêné d’apparaître devant lui dans un jour somme toute assez différent de l’air sage qu’il avait au bureau, il lui adressa un sourire impatient.

— Pas de difficulté à trouver ? Vous allez voir, c’est agréable. Pas trop bruyant. Je suis sûr que ça va vous plaire.

Il n’était pas sûr du tout, mais un peu de pensée positive ne pouvait pas faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Jeu 12 Sep - 22:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
L'idée de sortir avait été émise un peu sur une impulsion, Adrian s'était longuement demandé après coup, pour quelle raison est-ce qu'il avait proposé une pareille chose. Lui, l'ermite qui était tout juste capable de sortir pour acheter son pain – chose qu'il ne faisait d'ailleurs pas – proposait à un quasi inconnu d'aller dans un lieu qu'il ne connaissait pas. Une chance que Chase soit une personne respectable qui n'était pas du genre à lui proposer une activité bizarre uniquement dans le but de le mettre mal à l'aise. En vérité, Eldoth ne connaissait que très peu de choses sur le jeune homme et ces informations n'étaient que d'ordre professionnel, il ignorait tout de sa vie personnelle et s'aventurait un peu à l'aveuglette. C'était quelque chose de particulièrement déstabilisant pour lui, l'Archimage avait pour habitude de toujours tout planifier avec un soin quasi manique et à raison. La magie – contrairement à ce qu'un non-initié pouvait imaginer – était une chose très précise. Chaque parole, chaque mouvement, chaque enchantement devait être exécuté avec une rigueur quasi militaire sous peine de se retrouver avec l'inverse de ce que l'on escomptait. À force de vivre le nez là-dedans, Adrian avait fini par adopter ce comportement dans sa vie quotidienne et cela se ressentait jusqu'à dans sa manière de parler.
Oui, du point de vue des jeunes, Adrian était ce que l'on appelait un coincé.

Après avoir obtenu le nom de l'endroit où ils se rendraient, Eldoth avait naturellement consulté son assistante qui se trouvait être bien plus qualifiée que lui pour se repérer dans Star City. Il avait beau y vivre depuis plus de quarante ans, le centenaire aurait été bien incapable de donner le nom de ses voisins ou de la rue à côté de la sienne. Dès lors que le mage avait cité le nom du bar, la jeune femme avait affiché une expression de surprise à laquelle Adrian avait assimilé le fait qu'il ne sortait pas souvent. Il était vrai que l'idée de le voir aller boire un verre avec quelqu'un qu'il ne connaissait pas – ou peu – tranchait étrangement avec ses habitudes.

« C'est un endroit de quel genre ? L'assistante se contenta de rester vague.
Oh, c'est un bel endroit, assez original à sa manière, mais c'est un coin agréable. Je suis certaine que ça vous plaira. Son sourire laissait pourtant penser autre chose.
Original dans quel sens ? Prudence est mère de sûreté après tout !
Dans le bon, vous verrez bien sur place voyons. Alors qu'elle s'apprêtait à se défiler, la jeune femme ajouta quelques mots. C'est bien de vous voir changer vos habitudes, d'ici quelques siècles vous découcherez peut-être qui sait ? »

La moquerie n'avait pas échappée à Adrian qui s'était dit qu'elle n'avait pas totalement tort. Changer un peu ses habitudes ne lui ferait pas de mal. Mais encore fallait-il que cette sortie se passe bien, c'était une sorte de « première tentative », si les choses tournaient bien, il y songerait et sinon... et bien il s'abstiendrait de tester d'autres nouveautés tout simplement !

Il s'y était donc rendu comme à son habitude. Ses vêtements de ville étaient comparables à ceux qu'il arborait « au travail » : une tenue qui avait cessé d'être à la mode dans les années 1950. Il s'agissait simplement d'une chemise – avec cravate je vous prie – col serré et veste qui allaient par-dessus, en bref le style d'un chef d'entreprise d'une autre époque. S'il avait presque réussi à se faire à certaines choses de ce siècle, la tenue vestimentaire n'avait malheureusement jamais évoluée depuis les années de sa jeunesse.

Il avait fait le choix de s'y rendre à pied histoire de se mettre en condition et de pouvoir dire qu'il avait mis le nez dehors pratiquement toute la journée. Adrian avait mémorisé le chemin qui menait de son quartier à ce fameux bar – aimablement indiqué sur une carte par son assistante – et parvint donc à le trouver sans trop de difficultés. Ce fut par contre à partir de ce moment où l'Archimage commença à éprouver quelques regrets : la foule était beaucoup plus compactes que dans les autres rues et essentiellement composée de jeunes qui venaient là dans le seul but de s'amuser. Pas vraiment le cas d'Adrian qui commençait à douter sérieusement de ses bonnes résolutions. Heureusement, Chase se trouvait à l'extérieur, appuyé contre la façade d'un immeuble qui, selon l'enseigne, était celui où ils avaient rendez-vous. Son soulagement fut de courte durée, cédant bientôt la place à un mélange de perplexité et de surprise lorsqu'il vit la tenue arborée par le jeune homme. Ce n'était pas vraiment comparable à celle de l'agent Neutron-Grey dirons-nous. Eldoth afficha toutefois un sourire de façade avant de rassurer son interlocuteur.

« Aucune, on m'a un peu aidé. C'est étrange, vous êtes la deuxième personne à me dire ça, c'est que ça doit être un endroit... intéressant. Son ton restait toutefois légèrement hésitant. Alors que son regard se portait sur le bâtiment, il enchaîna.
Et c'est un ami à vous qui le tient m'avez-vous dit ? Ce n'était pas l'idée que je me faisais de vos connaissances. Oui, il voyait plutôt des geek binoclards qui dirigeaient des magasins d'électronique, Adrian aurait été moins étonné si tel avait été le cas.
Et bien allons-y. »

Oh, son hésitation était toujours aussi présente, mais si il n'y allait pas maintenant Adrian se pensait encore capable de prétexter une urgence pour rebrousser chemin. Fidèle à lui-même, Eldoth ouvrit la porte à son compagnon de sortie pour le laisser passer. Encore une vieille habitude qui avait la dent dure. Et un peu d'anxiété qui le persuadait de laisser le jeune homme passer le premier, avouons-le.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Jeu 12 Sep - 23:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Si Chase n’avait pas mieux connu Adrian — c’est-à-dire s’il ne l’avait pas rencontré trois ou quatre fois — il eût été persuadé, à le voir arriver dans sa tenue, dirons-nous, pittoresque, que l’homme avait choisi de conquérir ce soir-là un joli garçon. C’était que ce style rétro ne manquait pas d’adeptes et qu’Adrian le maniait sans aucune fausse note, comme s’il avait vécu lui-même à l’époque que ses vêtements mimaient. Ce petit côté coincé eût fait fureur dans des clubs moins civilisés que le Na-Lounge.

La surprise de son invité n’échappa pas à Chase qui, sans avoir été mentaliste, l’eût tout aussi bien perçue. Il n’en était pas froissé. Il y avait le Chase de l’UNISON, le Chase du Bisgby Building et le Chase des soirées où il redevenait un jeune parmi les autres. Dans chacun de ces endroits, il était dans son élément et se contentait d’exprimer une facette différente de sa personnalité. Les réactions de ses connaissances de l’une ou l’autre sphères, qui eussent aimer le réduire à « informaticien » ou « Neutron-Grey » ou « petit blond avec un beau p’tit c… » hmbref.

Au lieu de le vexer, donc, la nervosité d’Adrian fit naître sur ses lèvres un sourire amusé. Il avait l’impression de traîner Tesla dans une rave party. Il secoua légèrement la tête et précisa :

— Il ne le tient pas, il y travaille, simplement.

Et ce n’était pas vraiment, pas seulement un ami, mais enfin, trop de précisions risquaient de faire fuir Adrian, qui paraissait déjà n’être pas très rassuré par la tournure que risquait de prendre sa soirée. Chase pivota donc vers le bar et haussa un sourcil quand Adrian lui tînt la porte — si avec cela il n’était pas identifié comme un couple gay qui avait savamment transformé sa différence d’âge en style en suivant scrupuleusement les codes de la communauté, il ne s’appelait plus Chase.

Une fois dans le bar, beaucoup plus calme et beaucoup plus élégant que la rue déjà nerveuse ne l’avait peut-être laissé supposé, Chase indiqua un jeune homme abondamment musclé qui secouait un shaker derrière le comptoir sous le regard admiratif d’une jeune femme, incapable de détacher son regard ses pectoraux qui se contractaient en rythme. L’une des principales attractions de l’établissement, à n’en pas douter.

— C’est mon ami. Venez, il va donner une bonne table.

Les mains dans les poches de son jean, Chase se fraya un chemin entre les quelques clients qui faisaient la navette entre le bar et leurs propres tables et, une fois arrivé près de Jake, il lui adressa un grand sourire. Le barman, qui n’éprouvait qu’un intérêt fort limité pour l’admirative demoiselle devant lui, se tourna vers le Neutron-Grey et s’exclama avec une évidente satisfaction.

— Chase, ça fait longtemps qu’on ne s’était pas vus ! Tu fais quelque chose ce…

Le mutant coupa le jeune homme pour éviter toute proposition un peu équivoque.

— Je te présente Adrian, un collègue.

Jake considéra Adrian de la tête aux pieds avec un air un peu froid, en se demandant intérieurement ce que Chase pouvait bien trouver à un pingouin pareil. À son humble avis, le Neutron-Grey eût été beaucoup mieux avec quelqu’un comme lui, mais justement, son avis était humble et Chase vivait dans un monde inaccessible, alors il n’avait jamais osé faire la moindre proposition au-delà de rapprochements purement charnels. En sentant l’animosité du barman, Chase s’empressa de demander :

— On peut avoir une table tranquille, s’il te plait ?
— Hmm. Qu’est-ce que j’vous sers ?
— Un coca. Pour moi. Adrian ?

Chase laissa son acolyte commander, avant de se pencher au-dessus du bar et de murmurer pour le seul Jake.

— Un collègue, j’ai dit.

Jake parut aussitôt se détendre et Chase, avec un sourire de nouveau amusé, entraîna Adrian dans la direction que Jake lui avait indiquée. Table 18, avait-il dit.

— Seize, dix-sept… Ah, voilà. Dix-huit.

Le petit numéro gravé dans le métal de la table leur indiqua leur place et Chase se laissa tomber sur la banquette en cuir qui entourait dans un trois-quarts de cercle la table ronde. Dans cette presque alcôve, ils étaient un peu coupés du reste du bar, mais ils pouvaient tout de même observer les clients sur les tables centrales et, un peu loin, la petite scène sur laquelle se produisaient de temps à autre des groupes locaux prometteurs.

Chase promena un instant un regard rêveur sur l’assistance, manifestement aussi distrait dans la vraie vie que dans son travail, avant de le reporter sur Adrian et de répéter la phrase que le mage avait prononcée avant d’entrer.

— Pas l’idée que vous vous faisiez de mes connaissances, donc ?

Jake n’avait effectivement rien du binoclard à lunettes.

— Eh bien moi, je ne m’attendais pas à ce que vous vouliez sortir le soir. Je suppose que nous sommes quittes, dans ce cas.

L’idée qu’Adrian eût pu l’inviter à sortir pour l’inviter à « sortir » ne l’avait même pas effleuré : il eût été un bien piètre télépathe s’il n’avait intuitivement détecté ce genre d’intérêt chez son collègue. Cela ne l’avait pas empêché d’être surpris par la proposition, même innocente. Comme il sentait d’ailleurs toujours la nervosité de son interlocuteur, il suggéra :

— Au pire, voyez cela comme une expérience, disons, ethnographique ? C’est toujours instructif de voir la manière dont les gens se comportent, surtout dans les milieux auxquels nous ne sommes pas habitués. C’est une façon de… relativiser notre propre existence. En quelque sorte.

Jake se présenta à leur table pour déposer leurs consommations et partir, non sans avoir adressé un grand sourire à Chase. Ils avaient été servi à peu près cinq fois plus vite que les autres clients.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 13 Sep - 0:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Adrian ne remarqua pas la surprise de son comparse lorsqu'il lui tint la porte et quand bien même l'aurait-il fait, il aurait été bien incapable d'en comprendre la raison. Dans un sens, son isolement le desservait plus que ne l'avait imaginé : il n'était pas au courant de beaucoup de choses qui avaient débarqué dans les mœurs des Américains pendant ces quarante dernières années. Au moins Chase était-il capable de comprendre que l'invitation de son collègue n'avait rien d'une invitation galante, Adrian aurait été bien incapable de réagir convenablement si cela n'avait pas été le cas. Bien qu'il l'ignorait, il pouvait remercier les dons de télépathe du jeune homme !

L'entrée dans le bar laissa à Eldoth l'occasion de constater que ce n'était finalement pas un endroit si particulier. La décoration était typique des endroits publics de leur époque et même si Adrian ne s'y sentait pas vraiment « chez lui », il se demandait pour quelle raison son assistante avait précisé qu'il s'agissait d'un endroit original. Cela dit, en considérant le fait qu'Adrian n'était plus sorti prendre un verre depuis quelques temps, tout lui semblait « original », il n'était donc pas le meilleur juge. L'homme désigné par Chase était réellement différent de ce que le mage avait imaginé et il se sentit un peu stupide d'avoir pensé que le jeune homme ne côtoyait que des amateurs d'électronique. N'avait-il pas accepté l'idée de faire plus ample connaissance avec lui alors que leurs domaines étaient on ne peut plus éloignés l'un de l'autre ?

Fidèle à lui-même, l'Archimage laissa la personne la plus qualifiée diriger la danse et s'étonna quelque peu du regard que lui lança le fameux ami de Chase. Peut-être que sa tenue n'était pas adaptée à un pareil lieu ? Rapidement il détourna son attention du duo pour regarder les personnes autour de lui, mais ne crut pas constater d'autres œillades de ce genre. Non, peut-être que c'était simplement sa tête qui ne lui revenait pas. Reportant son attention sur Chase et son ami, Eldoth réagit juste à temps pour passer sa commande.

« La même chose pour moi, merci. »

Il n'avait jamais goûté cela – pourtant son assistante lui en avait parlé – mais mieux valait éviter de consommer de l'alcool alors qu'il n'en était qu'à une sortie d'essai.

Après quoi, Adrian emboîta le pas à Chase qui avait l'air de bien connaître les lieux. C'était doublement surprenant, en entendant le nom de ce bar Eldoth s'était fait une tout autre idée du genre d'endroit que ce serait. Comme quoi, Chase n'était finalement pas si facile à décrypter qu'il le pensait. Adrian avait un don de télépathie en raison des artefacts dont l'Archimage disposait, mais il ne l'utilisait que très rarement et certainement pas pour tenter d'en apprendre sur les autres. C'était contraire aux lois de toute manière.
Le centenaire s'installa à son tour, laissant son regard vagabonder sur les environs jusqu'à ce que la voix du blond ne le ramène à la réalité. Il posa ses yeux sur Chase, légèrement gêné par le fait d'avoir considéré le jeune homme comme un geek alors que ce n'était visiblement pas le cas. Sa nervosité avait l'air d'être plus visible qu'il ne le pensait, ou peut-être était-ce le don de télépathie de l'agent de l'UNISON qui le rendait aussi efficace, toujours est-il qu'Eldoth afficha un léger sourire pour toute réponse. C'est le moment que « l'ami » de Chase choisit pour leur apporter leurs commandes avec une vitesse plus que surprenante et bien que l'échange de sourire entre les deux hommes n'échappa pas à Adrian, ce dernier n'en comprit pas la raison.

« Parce que c'est si visible que cela que je ne suis pas habitué à ce type d'endroits ? Le ton était légèrement surpris, il ne s'attendait pas à être aussi facile à démasquer.
J'ai plutôt l'habitude de mener mes expérimentations dans des tribus Africaines qui vivent loin de toute technologie plutôt que dans des bars de la ville où je vis.... Mais vous avez raison, ce sera une nouvelle expérimentation au moins. Bien plus nouvelle qu'il ne pouvait l'imaginer d'ailleurs.
Quant à vos amis... Je dois avouer que je m'étais fait une idée un peu plus stéréotypée. Je me disais simplement que pour quelqu'un d'aussi doué dans votre métier, vous deviez passer tout votre temps à travailler et que si vous preniez le temps de vous amuser, c'était forcément dans votre domaine. Il faut croire que vous êtes peut-être finalement naturellement doué. Ce n'était pas de la lèche, simplement une analyse évidente. Lui passait tout son temps à travailler pour essayer d'être le meilleur dans son domaine, les autres aussi, non ?
Puis pour être totalement franc avec vous, vous ne vous trompiez pas. C'est la première fois depuis plusieurs.... depuis quelques temps que je sors le soir. Il avait manqué de parler d'années, mais vu l'âge qu'il était censé avoir, c'était assez étrange.
Une idée de mon assistante qui me disait qu'il fallait savoir arrêter de temps en temps. »

Et pourtant, il avait du mal à s'y faire ! Chacune des questions qui naissait dans son esprit s'orientait vers le travail de Chase ou vers ses recherches, ce n'était pas franchement une bonne manière de couper court au travail. Finalement c'était plus dur que prévu de se remettre dans le bain de la sociabilisation, ses années à faire la fête étaient loin derrière lui, presque un siècle derrière à quelques décennies près.
Après une légère pause, il reprit.

« Vous avez l'air d'être un habitué ici de ce que j'ai cru constater. Vous avez découvert l'endroit par hasard ou c'est bel et bien l'une de vos connaissances qui vous y a amené la première fois ? »

Sans trop le savoir il s'aventurait dans un sujet qui risquait de le dépasser, mais encore faudrait-il qu'il sache où ils se trouvaient pour être capable de comprendre l'étrangeté de sa question.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Ven 13 Sep - 11:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Perplexe, Chase l’était toujours, mais la surprise dont témoignait Adrian d’être si facilement lisible avait quelque chose d’attendrissant. Dans les bureaux de l’UNISON, le mage, en tout cas c’était l’impression qu’il donnait au jeune mentaliste, avait l’air de se déplacer en territoire familier, et tout était sous contrôle. Mais ici, dans la rue, dehors, dans le bar, il y avait quelque chose comme… Chase n’aurait su dire, exactement. Une fragilité ? Un décalage qui le rendait un peu vulnérable, non aux grandes blessures, mais aux petites déconvenues du quotidien.

Alors quand Adrian lui demanda si son malaise était aussi visible, Chase secoua la tête et murmura doucement :

— Vous vous débrouillez très bien.

D’une certaine façon, il pouvait sans peine s’identifier au mage. Il avait passé lui-même les premières années de son adolescence complètement isolé et, lorsqu’il était sorti seul pour la première fois, dans l’un ou l’autre de ces établissements, il s’était senti… Perdu. Et un peu menacé. Ni l’inquiétude ni l’inconfort d’Adrian ne lui paraissaient alors ridicules. Il fallait un temps d’adaptation à tout et sortir dans les bars n’avait rien de particulièrement intuitif.

Et l’identification ne s’arrêtait pas là, parce que dans la petite théorie qu’Adrian donnait de ses fréquentations à lui, Chase reconnaissait le miroir de la sienne sur le mage. Il esquissa un sourire amusé.

— Je ne suis pas si doué que cela, et puis je ne le suis pas naturellement. Simplement, comment dire ?

Il réfléchit quelques secondes à la recherche d’une métaphore parlante.

— Comme l’assolement triennal, disons. Vous savez, on a une terre, on produit telle céréale une année, telle céréale l’année suivante et la troisième année, on laisse la terre en jachère, pour qu’elle se repose et continue à être fertile les années suivantes. Je crois que c’est un peu pareil avec l’esprit. À le cultiver continuellement, on prend le risque de l’épuiser. Et puis, parfois, dans la jachère, des herbes inconnues surgissent, qui ne sont pas inutiles. Sortir son esprit des rails du travail, c’est l’occasion de parcourir de nouveaux territoires qui sont aussi instructifs.

Chase était de toute façon trop susceptible d’ennui pour s’intéresser toutes les heures de tous les jours de toute la semaine à la même chose et, pour lui, se divertir était un besoin vital. Il ne voyait d’ailleurs pas de différence très nette entre une partie d’échecs et une soirée dans un club : deux manières différentes de se changer les idées, qu’il goûtait autant l’une que l’autre, et après ces interludes, il se trouvait toujours plus productif.

Le jeune homme attrapa sa bouteille de coca pour verser le soda dans un verre. Il observa un instant les glaçons qui flottaient et, sans réfléchir, il répondit aux nouvelles questions d’Adrian :

— J’ai trouvé l’adresse sur Internet, il y a des sites qui recensent les lieux comme cela.

« Les lieux comme cela », c’était tout de même une drôle de manière de dire « les bars ». D’ailleurs, Chase se rendit compte qu’il avait peut-être parlé un peu trop vite. Il quitta les glaçons des yeux pour relever le regard vers Adrian. Pour aplanir sa formulation atypique, il rajouta :

— Il m’a semblé que c’était le bon endroit pour une première sortie après longtemps. Ce n’est certes pas l’établissement le plus animé, quoique certains soirs il y ait de bons groupes de musique, là-bas…

Il désigna la scène.

— …mais le calme fait partie du charme. Dans d’autres endroits, on ne s’entend pas vraiment parler. Et on ne voit pas grand-chose. C’est le but, à vrai dire…

Encore une remarque incidente qui laissait entrevoir à Adrian une réalité que ni son assistante, ni Chase ne semblaient bien décidé à lui expliquer dans les détails. D’ailleurs, le Neutron-Gray s’engageait déjà sur un autre sujet.

— Je ne suis jamais allé en Afrique. Enfin, je veux dire, avec mes frères et sœurs, les voyages ont toujours été… Animés. Un peu trop, d’une certaine façon. Je n’ai jamais eu le temps de m’imprégner, vous voyez, de visiter, calmement. Pour voir une autre culture.

Il haussa les épaules en s’appuyant contre le dossier de la banquette, faisant tourner machinalement entre ses doigts son verre de soda.

— J’aime bien Star City, mais parfois, j’aimerais faire autre chose. Ce n’est pas trop, je ne sais pas…

Il esquissa une moue songeuse, avant de reprendre :

— …difficile, quand on a vu beaucoup d’endroits, comme vous, vécu ailleurs, pris l’habitude de bouger, de rester ici, dans cette ville ? Ou, sinon difficile, du moins… Ennuyeux, à la longue ? Vous n’avez pas envie de repartir, ailleurs ?

Parce que Chase avait en réalité deux images presque contradictoires de la vie d’Adrian : d’un côté, Adrian devait certainement passer son temps dans une bibliothèque pleine de vieux grimoires, peut-être même fumait-il la pipe dans une robe de chambre à carreaux, et de l’autre Adrian parcourait le monde à la recherche de magies anciennes et inconnues, une sorte d’aventurier-archéologue. Un Indiana Jones.

Et si la première vie ne lui paraissait pas très désirable, la seconde était au contraire très séduisante — sauf l’absence de connexion WIFI. Mais Chase s’imaginait bien avancer dans la jungle pour découvrir un temple ancien. Le mystère, l’aventure, le danger, tout cela flattait son imagination romanesque.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 13 Sep - 14:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
La prévenance de Chase était assez visible, même pour quelqu'un d'aussi peu doué qu'Adrian. Sur le coup, il eut l'impression d'être un vieillard face à un adolescent. Mais n'était-ce pas le cas justement ? Eldoth avait beau avoir conservé l'apparence qu'il avait pendant sa jeunesse, cela ne l'empêchait pas d'avoir l'état d'esprit d'un homme né le siècle dernier. Cet écart de génération était plus que palpable et lui rappelait une fois de plus qu'il n'avait plus vraiment sa place dans la société. À quoi bon chercher à se socialiser lorsque vous étiez incapable de citer trois choses que les jeunes appréciaient à cette époque.
Chassant ces pensées plutôt défaitistes de son esprit, l'Archimage ne répondit que par une légère moue peu convaincue, inutile de s'attarder sur ce type de détails !

L'explication qui suivit laissa Adrian assez perplexe. Il avait tout à fait raison, à trop travailler et garder le nez dans ses recherches, il pouvait bien finir par rater des choses pourtant évidentes. D'un autre côté, la magie était un domaine tellement vaste qu'il pouvait sans difficulté changer de recherche tout en restant affairé. Cela dit, la technologie avait elle aussi l'air de pouvoir occuper n'importe qui pendant plusieurs siècles, surtout qu'elle ne cessait jamais d'évoluer. Pourtant, malgré le fait qu'il pensait que Chase était dans le vrai, Eldoth aurait été bien incapable de faire de même. Pas pour le moment du moins.

« Vous avez raison. Mais vous ne vous dites pas que le temps passé ailleurs aurait pu permettre un découverte si vous aviez été au travail ? C'était presque son obsession : rater une trouvaille ou la manifestation d'un artefact parce qu'il aurait décidé de sortir au lieu de travailler.
Surtout que vous n'êtes pas n'importe qui. J'imagine que pour une personne avec votre patronyme et votre réputation, la pression doit être encore plus forte. Beaucoup de gens doivent attendre de grandes choses de vous, vous ne craignez pas de les décevoir ? »

Adrian ne parlait pas en critiquant les décisions de Chase bien évidemment. Non, il se demandait simplement comment un jeune homme qui n'avait pas vécu un quart de ce que lui avait vécu, parvenait à prendre les choses avec autant de philosophie tandis que lui se sentait toujours coupable de faire autre chose que son rôle d'Archimage. Être un Neutron-Grey n'était pas donné à tout le monde, surtout lorsque vous étiez le meilleur dans votre domaine. Dans un sens, Eldoth avait espéré retrouver certaines de ses anxiétés chez le jeune homme, mais au final il se rendait surtout compte que Chase portait sans peine le poids de son rôle. Peut-être qu'ils n'avaient rien en commun après tout.

L'attention d'Eldoth alternait entre le verre posé devant lui, la salle non loin de là et son interlocuteur. Ce dernier lui répondit d'ailleurs à propos de ce lieu, expliquant l'avoir trouvé sur internet. Ah, internet, peut-être qu'il devrait s'y mettre un jour. Acheter un ordinateur serait un bon début. Et un téléphone portable aussi. Quoique, c'était beaucoup de changements. L'esprit d'Adrian finit par chasser ses pensées pour se concentrer sur la discussion alors que les paroles de Chase devenaient quelque peu obscures. Les lieux comme ça ? Parlait-il des endroits où l'on venait davantage pour boire un verre que pour danser ou passer son temps autrement ? Ne pouvant pas trop poser de questions sous peine de passer pour un véritable ermite, Eldoth pesa chacun de ses mots.

« Les lieux comme ici, vous voulez dire à la différence des... boîtes de nuit ? Le mot sonnait étrangement, mais il avait entendu son assistante en parler à quelques reprises. Il ajouta finalement quelques mots d'un ton pensif.
Internet a l'air très utile. »

Ce n'était plus à prouver, sauf pour quelqu'un qui avait vécu des dizaines d'années en s'en passant. Quoi qu'il en soit, Eldoth fut soulagé que le sujet évolue vers quelque chose qui lui était plus familier. Les voyages, l'Afrique. Malheureusement pour lui, Adrian ne pouvait pas parler aussi librement qu'il le souhaitait. Comment dire à ce jeune homme qu'il avait passé une trentaine d'années à étudier leurs traditions alors qu'il était censé être encore en couche-culotte à cette époque ? Mentir ne lui plaisait pas, aussi décida-t-il de déformer un peu la réalité.

« Pour être franc, je ne me suis pas vraiment posé ici par envie, mais un peu par obligation. Les années passées sur le terrain se sont révélées extrêmement utiles et j'ai appris énormément de choses, mais j'ai fini par perdre de vue mon but premier. Je veux dire, j'avais dans l'idée d'aider les organismes comme l'UNISON ou la Légion à se défendre contre la magie noire, j'étais donc plus utile à Star City que dans un village perdu d'Afrique. Il s'en tirait relativement bien sans citer de dates ou de périodes passées là-bas.
Je dirais aussi que les choses ont beaucoup évoluées pendant tout le temps que j'ai passé là-bas, en revenant ici je me sens un peu... décalé avec la réalité, un peu comme si ce n'était plus vraiment mon monde. Donc oui, j'avoue que j'ai souvent songé à repartir pour retrouver ma place ailleurs, mais je ne peux pas. J'ai mes engagements ici et je ne peux pas penser éternellement à moi. Pas en étant Archimage, en s'enterrant dans sa maison à faire ses recherches il s'était fait plaisir à lui, même s'il étudiait la magie. Il était donc temps de se tourner vers ceux à qui il devait tendre la main.
Rien ne vous empêche de faire une pause et de partir en voyage juste pour le plaisir de découvrir un nouveau pays vous savez. Ce sera une période de jachère. Il eut un bref sourire.
Par contre, je vous déconseille l'Afrique, ou du moins les endroits reculés. La seule technologie qu'ils connaissent c'est le cadran solaire. »

Il grossissait le trait, mais disons que les tribus où Adrian avait passé son temps étaient davantage assimilables aux aborigènes d'Australie ou aux touaregs du désert, ils vivaient de manière décalée avec le siècle dans lequel ils se trouvaient. Un peu comme lui au final.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Ven 13 Sep - 17:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Chase était un sage — ou alors un jeune insouciant, qui n’avait pas pour seule obsession d’être le meilleur informaticien du monde, ni même le plus sulfureux hacker de l’Internet underground. À vrai dire, Chase n’avait pas tellement d’obsession et, d’une certaine façon, il jalousait quelque peu la motivation sans faille et le travail acharné d’Adrian ou Tesla. Lui, il promenait son ennui de distraction en distraction, en attendant toujours l’activité qui finirait par illuminer son existence et lui donner un but.

Il haussa donc les épaules quand Adrian tenta odieusement de lui dire qu’il peignait des girafes alors qu’il aurait pu inventer le réacteur à fusion froide de poche, à l’heure qu’il était.

— J’ai encore du temps, et puis, faire des découvertes, ce n’est pas exactement mon domaine.

Après tout, il n’était pas chercheur et, tout intelligent qu’il fût, il était loin d’en avoir la formation. Technicien de génie, ça, oui, un peu inventeur sur les bords, mais certainement pas scientifique. De toute façon, l’idée de se mesurer à Tesla dans le domaine avait de quoi décourager et Chase avait toujours eu beaucoup trop peur de ne pas se montrer à la hauteur de la réputation de son grand-père pour tenter la moindre initiative dans le domaine — ce dont il n’avait peut-être pas entièrement conscience.

Finalement, il était tout aussi ravi qu’Adrian que le sujet s’éloignât un peu de ce qu’ils pouvaient bien faire de leurs journées à l’UNISON. Chase n’aimait guère considérer combien il était inférieur à tous les brillants Neutron-Grey qui l’entouraient ou qui l’avaient précédé et passer une soirée à explorer son complexe ne l’intéressait guère. Alors, après qu’un hochement de tête évasif eût continué à pousser Adrian dans la direction d’une opposition entre bars et boîtes de nuits, ils se mirent à parler de voyages. Rêver de l’Afrique, c’était déjà beaucoup plus engageant, mais si, dans la bouche d’Adrian, tout prenait toujours un tour très sérieux.

À voix basse, Chase répéta :

— Les engagements…

Il se pencha en avant pour mettre les coudes sur la table.

— Moi, justement, c’est pour cela que j’aimerais voyager. J’ai l’impression de n’avoir fait que tenir mes engagements, depuis que je suis né. Enfin, depuis que mes capacités se sont déclarées, mais dans mon cas, c’est presque pareil. S’entraîner, se contrôler, rejoindre l’UNISON, au bout du compte, c’est un peu étouffant. J’aimerais…

Il s’interrompit. Il ne savait pas, mais alors pas du tout ce qu’il eût aimé et, d’un air un peu perdu, avec un sourire triste, il conclut :

— …je ne sais pas. Autre chose.

Il n’avait pas l’impression que cette aspiration fût entièrement incompréhensible pour Adrian. Après tout, le mage ne venait-il pas de suggérer lui-même qu’il n’était à Star City que par obligation et que s’il n’en avait tenu qu’à lui, il serait encore à parcourir le monde ? Chase avala une gorgée de coca en songeant que, décidément, la conversation n’était pas des plus joyeuses.

Pendant ce temps-là, les clients commençaient à affluer dans le Na-Lounge et les conversations se mêlaient dans ce brouhaha particulier que, tempéré de musique, on appelait une « ambiance ». Chase examina machinalement les nouveaux arrivants et, à une table non loin de là, il crut reconnaître un couple d’amis, Andrew et Ashton, deux étudiants en histoire de l’art qu’il avait rencontrés dans une soirée… d’échanges. Il leur adressa un petit signe de tête, avant de reporter son regard sur Adrian.

— Et puis, peut-être que me couper de la technologie, je ne dis pas pour de bon, mais pour une semaine ou deux, ne me ferait pas de mal. C’est une tradition Neutron-Grey et j’aurais pu choisir une voie différente, même si… Disons que cela s’est fait un peu naturellement, logiquement, pour ainsi dire.

Quand on avait passé le plus clair de sa vie dans le labyrinthe du Bigsby Building, il était difficile de concevoir d’autres centres d’intérêt. Pourtant, souvent, comme bien des garçons de son âge, Chase avait caressé le rêve d’une carrière sportive. Inutile de dire qu’il n’était inscrit à aucun club et que désormais il était un peu tard : le rêve était compromis. Il restait les échecs, mais ce n’était pas aussi atypique pour un Neutron-Grey.

— Je ne suis pas sûr non plus d’avoir envie de partir seul. J’ai été souvent seul, dans le passé, et s’il y a une chose que j’apprécie au moins à l’UNISON, c’est d’être constamment entouré.

Cela ne faisait pas nécessairement de lui la personne la plus sociable de l’unité où il travaillait et il restait toujours un peu discret, mais il y avait quelque chose de rassurant à sentir autour de soi l’activité de ruche de l’UNISON — un peu comme ce soir-là, tous les gens qui venaient prendre un verre dans le bar. D’ailleurs, à la table non loin d’eux, Ashton s’était penché à l’oreille d’Andrew pour murmurer quelque chose en désignant Adrian du regard — il fallait dire que malgré les lumières tamisées, l’accoutrement singulier du mage ne manquait pas d’attirer l’attention, parfois appréciatrice, de quelques-uns.

— En tout cas, vous savez, Star City est une ville… complexe. Plus que par le passé, sans doute. Plus cosmopolite, je dirais. Trouver sa place prend du temps, mais en contrepartie, on peut être à peu près sûr qu’il y a une communauté, des gens quelque part, qui nous correspondent à peu près.

C’était beaucoup pour encourager Adrian dans cette première expérience qu’il disait cela, et il n’y croyait qu’à moitié. Quand il observait objectivement sa situation, certains soirs de mélancolie, il se sentait tout de même bien seul, et pourtant, il ne se trouvait pas une personnalité particulièrement atypique. Néanmoins, il appuya son assurance d’un sourire, avant de jeter un regard un peu suspicieux à Andrew et Ashton, qui continuaient à s’entretenir à voix basse, manifestement engagés dans un grand débat, qui avait l’air de les concerner, Adrian et lui.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 13 Sep - 18:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
En entendant la réponse de Chase, Adrian songea qu'il devait vraiment avoir l'air rasoir à toujours penser au travail, mais après avoir passé près de soixante-dix ans là-dedans, il était assez difficile d'en sortir. Mais dans un sens, ils n'étaient pas si différents, ils se rencontraient juste plus d'un-demi siècle trop tard. Avant de devenir Eldoth, Adrian était un jeune homme qui aspirait à la célébrité, désireux de devenir le nouveau Howard Carter et sachant s'amuser dès qu'il en avait l'occasion. Il avait déjà plus de trente ans lorsqu'il avait commencé à devenir plus sérieux et uniquement en raison du changement qui s'était opéré en lui. Bien souvent l'Archimage se demandait s'il avait été aussi altruiste si l'esprit qui sommeillait en lui ne s'était pas éveillé. Certainement pas. Il aurait continué sa vie égoïste à faire des recherches archéologiques dans le seul but de devenir célèbre. Dans un sens, Adrian comprenait le désir qu'éprouvait Chase de changer d'air et de ne pas s'en tenir à sa vie actuelle. Il adopta une légère moue, ne sachant comment le faire comprendre au blondinet sans se trahir.

« Je crois que je vous comprends. Il hésita un bref instant puis décida de laisser tout se présenter comme il le sentait.
Si je suis devenu archéologue, c'est parce que j'espérais devenir le nouveau Howard Carter, être célèbre et pouvoir inscrire mon nom dans les livres d'histoire. Je n'avais pas envie de faire ce que l'on attendait de moi et je voulais me démarquer des autres membres de ma famille. Au final, je le regrette un peu, mais c'est une expérience qui apprend l'humilité. Et sans avoir agi de la sorte, je ne serais pas ici aujourd'hui. Il n'aurait pas découvert ce tombeau qui avait éveillé l'esprit qui sommeillait en lui et il serait mort depuis des décennies.
Si c'est ce dont vous avez réellement envie... Il faut y songer sérieusement. Je crois que rien n'arrive sans rien. Ce sera peut-être l'un de ces voyages qui vous permettra d'y voir plus clair. Il haussa les épaules.
Puis dans le pire des cas, ce sera juste un bon moment. »

Pas très convaincant, mais dans un sens, Adrian n'était pas très doué pour donner des conseils. Il n'était pas très doué pour tout ce qui sortait de la magie en réalité, l'agitation qui augmentait autour d'eux ne sembla pas l'incommoder, mais il ne portait aucune attention à ce qui se passait ailleurs qu'à leur table. Même le salut que Chase adressa à une autre table n'éveilla pas sa curiosité. Quoi de plus normal, Chase était un habitué des lieux, il devait connaître beaucoup de monde ici.

Eldoth fut toutefois étonné en entendant son interlocuteur parler de la technologie avec une certaine distance. Décidément, il s'était lourdement trompé en pensant qu'elle faisait partie intégrante de la vie du jeune homme. C'était une erreur imputable à la vie actuelle. Chaque fois qu'Adrian sortait, où qu'il pose les yeux il voyait sans cesse des téléphones ou d'autres appareils de ce type dans les mains des jeunes. À force, il avait cru comprendre que c'était le cas d'à peu près tout le monde. Même Sallah – son seul ami et son intendant – s'était mis à la page. Il n'y avait que lui qui traînait la patte visiblement.
Toujours est-il que leur ressemblance semblait s'arrêter à ce qu'il avait été dans le passé. La solitude inquiétait visiblement Chase alors qu'elle apparaissait comme une oasis au milieu du désert à Adrian. Difficile de se dire comment il avait autant changé, mais peut-être que dans quelques siècles il redeviendrait sociable ? En espérant qu'il ne soit plus aussi longtemps sur Terre.
La dernière remarque de Chase ne manqua pas d'amuser Adrian qui haussa les épaules, peu convaincu en ce qui le concernait.

« Vous devez avoir raison. Mais encore faudrait-il que je sache à quoi je corresponds et ça, c'est une autre affaire. Mais ce n'est pas un problème pour moi, je dois dire que je vois plutôt le problème de la solitude comme un atout. J'ai toujours mieux réussi à étant seul. Et il n'était surtout pas doué pour entretenir ses relations. N'avait-il pas abandonné sa famille pour se souvenir d'eux lorsqu'il était trop tard ? L'immortalité avait quelques désavantages.
Et si la technologie ne vous manquera pas, je pourrai toujours vous donner le nom de quelques pays qui pourraient vous plaire. »

Son attention se glissa une fois de plus sur le visage de Chase et cette fois-ci, Adrian fut plus marqué par le regard du jeune homme que les fois précédentes. Il avait bien remarqué que l'attention du blond était souvent attirée par autre chose, mais cette fois-ci il semblait que quelque chose le contrariait réellement. À moins que ce ne soit de l'incompréhension ? Inspirant légèrement, Eldoth décida de poser tout simplement la question.

« Il y a un problème ? Tournant la tête, il promena son attention sur la salle sans rien remarquer de suspect avant de reporter son regard sur Chase.
Si vous avez besoin de vous absenter, ne vous gênez pas pour moi. »

La première pensée du centenaire avait été que Chase avait remarqué une personne recherchée, mais la réaction de l'agent aurait été bien différente si tel avait été le cas. Aussi Adrian misait-il sur une vieille connaissance qu'il n'aurait pas vu depuis longtemps et comme son but n'était pas d'empêcher le Neutron-Grey de passer une bonne soirée, il n'avait pas hésité à lui laisser une porte de sortie.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Ven 13 Sep - 19:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le jeune mentaliste ne parvint pas tout à fait à dissimuler sa surprise quand Adrian évoquait ses rêves de jeunesse. Il avait du mal à s’imaginer le mage en train de poursuivre les caméras et les journalistes des webzines dans l’espoir de se faire un nom (et pour cause). Réservé et discret comme Adrian paraissait l’être, toujours à ne pas trop en dire, presque comme s’il cachait quelque chose (rendez-vous compte), Chase ne l’avait pas imaginé autrement, dans les premières années de sa jeunesse, que comme un élève studieux et sans histoire.

Naturellement, la transformation d’un ambitieux égomaniaque en savant modeste était beaucoup plus difficile à faire tenir en trois décennies qu’en un siècle et le secret bien gardé de la longévité d’Eldoth ne pouvait qu’augmenter la surprise de Chase, en catapultant l’une contre l’autre deux époques d’une vie plus éloignées qu’elles ne le laissaient deviner. Le jeune homme en était donc à se demander si Adrian avait eu une espèce de révélation, presque religieuse, qui lui avait fait abandonner ses rêves de gloire.

— Je ne cherche pas tellement la célébrité, à vrai dire.

La célébrité, elle, le cherchait : il n’avait pas trop le choix. Ce bien que d’autres trouvaient si désirables, une fois acquis, n’avait pas de saveur particulière. Chase ne s’estimait pas oppressé par l’attention collective, pas plus qu’il n’en était flatté. C’était comme cela, voilà tout et, la plupart du temps, il ne remarquait pas même les effets de sa relative popularité.

— Mais la liberté, oui, quelque chose comme ça. Ou…

Il eut un sourire rêveur.

— L’aventure !

Et voilà : il recommençait à s’imaginer Adrian combattant des squelettes-zombies dans des temples égyptiens profondément enfouis dans le désert. Finalement, la magie, du moins dans son imaginaire, n’était pas si étrangère à Chase : il était capable d’avoir pour ses manifestations le même émerveillement qu’il éprouvait devant une machine particulièrement bien pensée et construire, parce que, dans un cas comme dans l’autre, il y avait l’incroyable conjonction d’une ingéniosité intellectuelle et de forces immémoriales, qu’elles fussent électrochimiques, physiques ou purement mystiques.

— En tout cas, oui, je recevrais avec plaisir vos conseils de voyageur aguerri.

Et même beaucoup plus aguerri qu’il ne le croyait. À nouveau, les conciliabules de ses deux amis ne manquèrent pas d’attirer son attention et, quand Adrian l’interrogea sur sa distraction, Chase rougit légèrement et secoua la tête :

— Quoi ? Non. Je ne vais pas vous fausser compagnie.

C’eût été du reste parfaitement inutile, parce qu’Andrew venait de se lever et il vint s’asseoir sans ménagement à leur table, près de Chase. Très près de Chase. Tout près de Chase. Instinctivement, le mentaliste se décala légèrement, avant de déclarer d’une voix un peu gênée :

— Bonjour, Andrew.

Andrew était un jeune homme d’une vingtaine bien fait de sa personne et très au courant de cette importante réalité. Un beau sourire charmeur et des yeux d’un vert vif lui avaient ouvert les portes de la vie sociale de Star City aussi sûrement qu’un pouvoir de mutant et la réputation de Chase, qu’il connaissait parfaitement, ne l’impressionnait nullement. Parce qu’Andrew était un meneur et qu’il savait profiter de la fluctuante timidité et l’insécurité affective du Neutron-Grey.

Il tendit la main à Adrian.

— J’m’appelle Andrew Parton. Un ami de Chase.

Il avait donné au mot « ami » une inflexion presque imperceptible, mais qui avait suffi à le détacher du reste de la phrase. Après avoir serré la main d’Adrian de l’une de ces poignées fermes et sincères faites pour inspirer la confiance, il se cala contre la banquette, en étendant un bras sur le dossier.

— Mon ami et moi, là-bas, Ashton…

Il désigna Ashton d’un geste du menton et l’autre étudiant leva les yeux au ciel, l’air vaguement exaspéré par les frasques de son petit ami — même si, au fond, c’était pour cela qu’il l’avait choisi.

— …on s’étonnait, parce que ça fait un moment que Chase était pas v’nu ici.

Andrew fixa Adrian d’un air entendu.

— Mais j’vois qu’il était occupé.
— Andrew…

Le regard de l’intrus passa d’Adrian à Chase.

— Tu veux pas rejoindre Ashton ? On était en train de discuter, là…
— T’es bien farouche, ce soir…

Le bras d’Andrew avait tenté de faire le tour des épaules de Chase, mais le mutant s’était dégagé. Désormais, il avait surtout l’impression de disparaître.

— Juste… J’veux être tranquille, c’est tout. On est pas tout le temps obliger de…

Andrew haussa les épaules d’un air indifférent.

— Oh, c’est bon. Mais si vous vous en avez assez de discuter, venez nous voir.

Pour faire quoi, telle était la question que ni Chase, ni Andrew, ni Ashton n’avaient besoin de poser. Andrew quitta la banquette pour rejoindre son compagnon tandis que Chase, qui avait beaucoup rougi, entreprenait désormais de décoller consciencieusement l’étiquette de sa bouteille de coca. Pour lui, la scène se passait d’explications, non point d’excuses :

— Désolé pour Andrew. Il est sympa’…

Il n’avait pas l’air très « sympa », pourtant.

— …mais parfois un peu insistant.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Ven 13 Sep - 21:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Chase avait beau ne pas chercher la célébrité, cela ne l'empêchait pas de l'attirer. Ce devait être particulièrement pesant d'appartenir à une famille aussi réputée que la sienne. L'espace d'un instant Adrian songea qu'il avait bien fait de ne pas se présenter au jeune homme comme « un ami de votre grand-père », il n'y avait pas le moindre doute sur la réaction que le blond aurait eu. Eldoth n'avait jamais vraiment eu d'ennuis à ce propos, seuls quelques rares personnes liées à la magie ou à l'archéologie connaissaient son nom de famille et étant donné qu'il se faisait passer pour son propre descendant, ce n'était pas lui qui intéressait les curieux.
Le côté rêveur de Chase étonna un peu Adrian qui ne s'en formalisa pas. Il était jeune, quoi de plus normal que de vouloir partir à l'aventure. Pour le coup, l'expression de l'agent de l'UNISON lui avait arraché un sourire amusé.

« La seule aventure que vous trouverez là où j'ai été, c'est de trouver un endroit tranquille où dormir malheureusement. »

Enfin pas exactement. Le temple dédié à Sarevok avait été digne des aventures de cet... quel était son nom déjà ? Indiana Jones voilà ! Cependant, Adrian n'en avait jamais parlé à qui que ce soit, cette partie de son passé ne regardait que lui et même si Chase était un éminent mentaliste, Eldoth n'envisageait pas de lui conseiller de passer ses vacances dans un tel endroit !

Le sujet fut de toute manière chassé par l'arrivée d'une nouvelle personne. Il s'agissait de celui qui attirait l'attention de Chase depuis quelques instants, peut-être l'un de ses amis ? Le regard de l'Archimage se posa sur cet homme qui avait l'âge d'être son arrière petit-fils et qui le regardait pourtant d'une manière qui laissait penser qu'il lui était supérieur. Le centenaire fut étonné par l'assurance qui se dégageait de cet inconnu qui s'invitait à leur table sans même prendre la peine de les saluer avant. Le visage de l'archéologue se ferma imperceptiblement, il ne souhaitait pas paraître malpoli, mais la première impression que venait de lui faire cet homme n'était pas fameuse. Il resta toutefois aimable et saisit la main qui lui fut tendue en se déclarant « enchanté », même si ce n'était pas le cas. Il n'y avait pas besoin d'être un génie pour comprendre que la présence de cet homme mettait Chase mal à l'aise. Pour quelle raison ? Il y en avait beaucoup et même Adrian avait remarqué les tentatives de rapprochement de cet Andrew, pourtant la lumière ne se fit pas dans son esprit. Le sujet de l'homosexualité avait à peine été abordé dans sa jeunesse et lorsqu'elle avait commencé à se faire plus présente dans la société, Adrian était alors exilé en Afrique où il n'en avait pas entendu parler. En somme, il connaissait son existence, mais ne s'était pas encore fait à l'idée que ce soit accepté et même encouragé dans certains lieux.

L'échange entre les deux « amis » se poursuivit et lorsque l'indésirable posa son regard sur Adrian, ce dernier resta de marbre. Étant donné qu'il ne comprenait pas l'allusion à peine voilée, sa tâche était simplifiée. Au final, Andrew s'éloigna, suivit du regard par un Eldoth un peu largué. Son attention se reporta finalement sur Chase alors que celui-ci s'excusait, son rougissement n'échappa d'ailleurs pas à Adrian.

« Ce n'est pas à vous d'être désolé vous savez. Il avait certainement l'air vieux jeu avec ses habitudes du siècle dernier.
Je dois avouer que je n'ai pas la même vision que vous du mot « sympa », il avait surtout l'air.... insistant oui. Et j'ajouterais peut-être grossier, mais ça ce n'est que mon avis. Son regard se détourna de Chase histoire de ne pas le mettre mal à l'aise.
J'espère que je ne vous ai pas attiré d'ennuis. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai comme la vague impression que j'ai inconsciemment joué un rôle dans ce qui vient de se passer. Et il se sentait particulièrement stupide à être resté là à les regarder sans piper mot. Mais c'était arrivé et en parler ne changerait rien.
Si c'est le cas, je m'en excuse, j'ai encore un peu de mal avec les codes sociaux. »

Surtout ceux qui appartenaient à un milieu qu'il ne connaissait pas. Oh, le doute s'était tout doucement immiscé dans son esprit, Adrian se disait bien que cet Andrew avait eu un comportement plutôt étrange à l'encontre de Chase, mais il ne soupçonnait pas que les deux jeunes hommes pouvaient avoir eu des contacts plus poussés qu'une simple amitié. Après tout, qu'une personne s'intéressait à une autre ne signifiait pas que ce soit forcément réciproque. Dans l'esprit d'Eldoth, Chase avait tout du jeune homme équilibré et il l'envisageait donc davantage avec une belle demoiselle au bras qu'avec un homme de cet acabit. Ou même un homme tout court. Il eut finalement un bref instant d'hésitation avant de reprendre, essayant de faire comme si ne rien n'était.

« Et si vous ne vous intéressez pas qu'à la technologie, vous n'aviez jamais eu l'idée de regarder du côté de la magie ? Ça doit plutôt avoir l'air étrange à côté de quelque chose d'aussi compliqué que votre domaine. Il marqua une brève pause avant de finalement tenter de proposer une porte de sortie à Chase.
J'imagine que vous n'étiez plus venu ici depuis un moment pour une bonne raison. Si vous préférez vous changer d'endroit, il suffit de le dire. »

Il se sentait un peu idiot, son manque d'expérience le rendait incapable de trouver quelque chose d'intelligent à dire. En finalité, il aurait mieux fait de demander à son assistante de l'accompagner, au moins aurait-elle fait la conversation pour lui ! Sur le coup, Adrian en vint à regretter que Chase n'ait pas bel et bien repéré une cible prioritaire de l'UNISON, là au moins aurait-il été capable de réagir convenablement.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Ven 13 Sep - 22:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Il aurait fallu être un vieillard exilé pendant des décennies au fin fond de la savane pour ne pas comprendre ce qui venait de se passer. Une seconde… Chase essaya de ne pas faire des yeux trop ronds en observant Adrian. Il en était à se demander si le mage était particulièrement poli, au point de se jeter dans des circonvolutions de courtoisie, ou vraiment, complètement, radicalement déconnecté du monde qui l’entourait. Car, de toute évidence, Adrian n’avait pas saisi qu’on venait de leur proposer une partie à quatre pour pimenter la soirée.

La réaction du mage était assez sidérante pour que l’embarras de Chase fût temporairement balayé. Il lui fallut quelques minutes pour émerger de son étonnement et se rendre compte qu’il serait peut-être criminel de laisser Adrian dans son ignorance. Il n’osait imaginer ce qui pouvait arriver au mage si, enhardi par cette première expérience, il décidait de sortir à nouveau la nuit, mais seul cette fois-ci, et de se rendre un autre bar, gay ou hétéro : c’eût été se jeter dans la gueule du loup.

Pour la première fois, Chase considéra Adrian autrement que comme un homme un peu plus âgé que lui et beaucoup plus guindé : Adrian lui faisait l’effet d’une jeune fille en fleurs qui débarquait dans le monde sans comprendre qu’on pouvait en vouloir à ses charmes. La perspective de faire l’éducation sexualo-sentimentale d’un collègue était pour le moins troublante, mais Chase se sentait une vague responsabilité de prémunir Adrian contre les mains baladeuses et autres initiatives plus entreprenantes qui le guettaient s’il persévérait dans cette voie.

La question sur la magie lui traversa donc l’esprit d’autant plus vite qu’Adrian revint sur ce qui venait de se dérouler. Au bout d’un moment, Chase sortit de son hébétude silencieuse et commença gravement :

— Adrian…

Non, décidément, il ne savait pas trop comment s’y prendre. Il se pencha un peu en avant, les mains croisées sur la table, le regard plongé dans celui du mage.

— Écoutez, je ne sais pas comment les choses se passent en Afrique, ni où vous avez grandi…

Dans un monastère, apparemment. Ou une famille très religieuse ? Chez les Mormons ou les Amishs, peut-être. Ce qui expliquerait bien des choses. Chase passe une main dans ses cheveux qui reprirent aussitôt leur fantaisie soigneusement travaillée.

— Comment dire… ?

Peut-être était-il préférable de commencer en douceur, par des considérations extérieures, pour en arriver progressivement au cas Andrew, puis au cas Andrew + Ashton + Chase.

— Vous voyez, à cause de la manière dont vous vous habillez, et de la manière dont je suis habillé, et de l’endroit où nous sommes, je veux dire, le quartier, la rue et, c’est vrai, aussi, un peu l’établissement…

Chase essayait d’adopter un ton ethnographique susceptible de parler à un archéologue : les coutumes vestimentaires, la socialisation de l’espace, ce genre de choses.

— …les gens peuvent penser, surtout les gens comme Jake, le barman, ou Andrew, ou… Ashton, les gens peuvent penser, donc, que, disons, eh bien que vous et moi, nous ne sommes pas exactement, comment dire, nous ne sommes pas exactement collègues.

Parce que Chase soupçonnait qu’Adrian était capable de ne pas comprendre ce qu’il insinuait par là, parce que Chase en était au point où il se demandait si Adrian savait comment on faisait les bébés, parce que Chase, même, était prêt à croire qu’Adrian dormait en costume-cravate dans son lit, emmailloté dans ses couvertures, il finit par préciser, de guerre lasse :

— …que nous sommes comme Andrew et Ashton, là.

Et il désigna le couple du doigt, le couple qui s’embrassait goulument, dans une démonstration de gymnastique linguale qu’il était décidément bien difficile de prendre pour une manifestation de camaraderie virile, même particulièrement décomplexée. L’hypothèse religieuse revint aussitôt à l’esprit de Chase : peut-être qu’Adrian avait compris tout cela, mais que plutôt que de le traiter séance tenante d’abomination en lui récitant le Lévitique, il avait opté pour une courtoisie et sélective cécité. Mais c’était peu probable.

Maintenant, il s’agissait de s’assurer que le mage ne fît pas une attaque cardiaque en plein milieu du Na-Lounge, sinon la réputation de l’établissement allait en prendre un coup et Jake allait certainement lui en vouloir. Mais au-delà de cette dure confrontation avec la réalité, Chase ne savait plus guère quoi ajouter et, comme sa nervosité avoisinait maintenant celle d’Adrian, parce que la soirée prenait somme toute une tournure bien catastrophique, il continua à parler, pour combler le silence :

— Vous comprenez, dans la communauté, il y a un certain nombre de codes, de codes vestimentaires par exemple, qui peuvent, eh bien, qui peuvent indiquer des attitudes relationnelles, des préférences, des rôles, qui servent en quelque sorte à identifier les gens et ce qu’ils peuvent attendre, et disons que le côté sérieux, que le côté vintage, très travaillé, qui est le vôtre, hmm…

Comment expliquer diplomatiquement à Adrian qu’il était un aimant à twinks sans lui expliquer ce qu’était un twink, les infinies nuances qu’admettaient la catégorie, les catégories auxquelles elles se connectaient, pourquoi, où, comment et depuis quand, bref, sans faire un complexe exposé sociographique de la communauté gay américaine ? Chase commençait à perdre pied et à admettre :

— Peut-être qu’on devrait aller dans un bar complètement hétéro. Il y en a sans doute dans le coin…

Si à aucun moment il n’avait évoqué clairement ses propres préférences, cette méconnaissance des établissements « complètement » hétéros en était un indicateur plutôt explicite.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 14 Sep - 0:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
La surprise de Chase n'échappa pas à Adrian, même s'il se demanda ce qui lui valait un tel regard. La suite l'en informa rapidement et s'il avait su à quoi s'attendre, peut-être qu'Eldoth aurait envisagé de quitter les lieux avant les « aveux » de son voisin de table. Le regard interrogateur du centenaire se posa sur le visage de Chase tandis que celui-ci cherchait ses mots. Le sentiment que quelque chose de grave risquait de lui être annoncé, le mage retint son souffle. Il avait du mal à deviner ce qui pouvait lui valoir un tel sérieux tout à coup. Les premières phrases de l'agent de l'UNISON aiguillèrent doucement Adrian vers une solution : il devait avoir dit une bourde et Chase avait remarqué qu'il n'était pas forcément celui qu'il prétendait être. Pourtant, la suite le laissa un peu dubitatif. En quoi sa manière de s'habiller entrait-elle en ligne de compte ? Une lueur d'incompréhension se dessina dans le regard de l'Archimage tandis qu'il essayait d'analyser ce qui lui était donné comme informations, en vain. Pas exactement collègues ? La perplexité habitait l'américain, du moins jusqu'à ce qu'il observe les deux personnes citées par Chase. Puis là enfin, il comprit.

C'était l'évidence même, tout se faisait enfin clair dans l'esprit d'Adrian : le regard soupçonneux de « l'ami » de Chase qui tenait le bar, la manière dont ce dernier était habillé, l'approche pas très subtile du fameux Andrew qui devait donc être une fréquentation du jeune Neutron-Grey... En bref il comprenait ce qu'il avait sous le nez depuis le début. Passé la surprise, Adrian se sentit surtout très stupide. À n'en pas douter, Chase devait le prendre pour un crétin sortit tout droit d'un couvent ou d'un lien comparable. C'était à la fois humiliant et déstabilisant, pour le coup l'Archimage ne savait pas trop comment réagir. Les explications de Chase se poursuivaient alors qu'il lui expliquait qu'en gros, il avait l'air parfaitement dans son élément. Ce n'était pas ce qui gênait le plus, à la rigueur l'avis des autres lui importait peu, non ce qui le perturbait c'était que son assistante pouvait l'avoir envoyé ici sans même lui dire ce qui l'attendait. Sûrement une de ses techniques pour le « décoincer », sauf qu'elle y était allée un peu fort.

Ne sachant pas trop comment réagir, Adrian décida finalement de le faire le plus naturellement possible. Il commença à rire. Pas de manière incontrôlée, pas très fort, pas non plus pour masquer son embarras, mais simplement parce qu'il préférait en rire qu'en pleurer. Après quelques secondes, l'Archimage retrouva son sérieux, levant les yeux vers Chase, puis il répondit.

« Vous être en train de me dire que je ressemble à un gay si j'ai bien compris ? Son ton n'était pas contrarié ou vexé, pour le coup il avait déjà entendu pire.
Je comprends mieux certaines choses.... et je comprends mieux pourquoi mon assistante ricanait en m'indiquant l'adresse. Est-ce que vous pensiez que j'étais au courant de ce que c'était comme type de bar, ou c'est simplement parce que c'est le seul que vous connaissiez ? Il avait cru comprendre que les goûts de Chase en la matière étaient plus compatibles avec ce type de bar que les autres.
Vous devez vous demander de quel monde je viens je présume ? »

Il inspira doucement, aucune gêne ne marquait son visage comme s'il n'était pas vraiment contrarié par l'idée qu'il puisse avoir l'air de ce qu'il n'était pas. En réalité, ce qu'il voulait surtout éviter, c'était de passer pour un incapable auprès de Chase, leur relation professionnelle risquait forcément d'en pâtir. Adrian prit quelques instants pour peser le pour et le contre, puis décida finalement de dire la vérité. Du moins, en partie. Changeant de position sur son siège, il prit la parole d'un ton toujours aussi calme.

« En vérité, je n'ai pas été très honnête avec vous Chase. Commencer de la sorte n'était peut-être pas une excellente idée, il allait encore croire qu'il essayait de lui faire du rentre-dedans.
Lorsque je vous ai dit que j'ai passé quelques années enfermé chez moi à faire des recherches... C'était plutôt quelques dizaines d'années... Et lorsque je vous ai dit que j'ai passé quelques temps en Afrique, c'était plutôt de l'ordre de la trentaine d'années. Il laissa planer quelques instants le temps pour Chase d'assimiler ce qu'il venait de dire.
Disons qu'à l'époque où je suis né, ce type de bar n'existait pas et les gens avec ces inclinaisons n'en parlaient pas. Quant à mon style vestimentaire, on va dire qu'il était à la mode à cette époque. J'étais bien loin d'imaginer qu'ici ça aurait une tout autre signification, sinon j'aurais opté pour d'autres vêtements. Enfin, il aurait dû en acheter plutôt.
Je comprendrais que vous pensiez que je me moque de vous, mais c'est généralement un sujet que je n'aborde pas, je n'aime pas être perçu comme quelqu'un d'une autre époque, j'avais imaginé qu'en me présentant comme ce que j'ai l'air d'être, les choses seraient plus aisées. Je n'avais pas songé à ce que ma première sortir soit dans un tel endroit cela dit. »

Tout son discours devait avoir l'air bien étrange, mais franchement qui irait inventer une telle excuse pour justifier le fait de ne pas avoir compris ce qui se passait sous son nez ? Adrian recula de manière à s'adosser à son siège pour conclure sur une dernière phrase.

« Rester ici ne me dérange pas, maintenant que je sais à quoi j'ai affaire. »

Il n'avait pas l'air contrarié, juste un peu.... navré de ne pas avoir deviné tout seul. Preuve que même en excellant dans son domaine, il était encore au ras des pâquerettes pour le reste.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Sam 14 Sep - 11:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Mon dieu, c’était vraiment l’enfer. Chase avait l’impression de briser l’innocence d’un enfant de quatre ans en lui révélant que le Père Noël n’existait pas ou que, quand les gens mourraient, ils ne se transformaient pas en lumière pour aller au paradis, mais qu’ils devenaient tout rigides, puis tout flasques, qu’ensuite on leur injectait des produits chimiques avant de les ensevelir dans des boîtes étanches. C’était à peu près pareil, oui. Adrian allait lui en vouloir à mort.

Au moins, Adrian avait compris et il n’allait pas être utile de se lancer dans des explications plus directes. Quand le mage formula sa première question, Chase répondit d’un air embarrassé et fort évasif :

— Euh… Hmoui… Voilà.

C’était évidemment un peu plus compliqué que cela, parce qu’Adrian n’avait pas l’air simplement gay : il avait l’air d’un certain type, dans la vaste organisation socioculturelle mouvante de la communauté, mais Chase jugeait inutile et peu souhaitable de rentrer dans ce genre de détails, autant pour le confort d’Adrian que pour la préservation de sa propre santé mentale. Il se sentait déjà affreusement coupable de l’avoir entraîné dans une situation peu agréable pour sa première sortie et la deuxième question du mage, qui soulignait le choix désastreux de l’établissement, retourna le couteau de la plaie.

Décidément peu fier de son manque de perspicacité, Chase entreprit de faire une petite boulette de l’étiquette définitivement arrachée de la bouteille de soda, une activité qui exigeait apparemment des trésors de concentration. Pendant ce temps, il répondait d’une voix qui évoquait immanquablement l’enfant pris en faute :

— C’est juste, c’est vraiment l’endroit le moins… le plus classique que je connaisse. Mais c’était idiot de ma part, j’aurais dû me renseigner, pour trouver quelque chose d’autre, mais quand vous m’avez proposé, cet après-midi, j’ai été un peu pris de cours, et après cela, même en faisant une recherche, je n’aurais pas su comment vous contacter.

Ce n’était pas tout à fait vrai : il eût été capable sans difficulté de le localiser télépathiquement dans la ville et de lui glisser une adresse alternative à l’esprit, mais c’eût été une méthode sans doute un peu invasive de fixer un rendez-vous. En vérité, il n’y avait pas grand-chose qu’il eût pu faire autrement, mais tout de même, il se reprochait de n’avoir pas… de n’avoir pas proposé à Adrian de se retrouver à la cafétéria d’une bibliothèque publique, où certainement il se fût senti plus à son aise — même si, dans ce cas, tout l’intérêt d’une « sortie » eût été un peu perdu de vue.

Enfin, Chase répondit par un haussement d’épaules diplomatique quand le mage souligna sa propre inadaptation à la vie sociale de la Star City contemporaine. Après tout, Andrew avait plus ou moins proposé une orgie et Chase doutait très certainement que ce genre de liberté sexuelle fût extrêmement populaire, même parmi les jeunes de son âge, alors il ne se voyait pas tellement en position de reprocher à Adrian quoi que ce fût.

Fort heureusement pour sa galopante culpabilité, le mage se chargea bien vite de lui changer les idées. Avouer un mensonge, c’était une bonne manière d’attirer l’attention de Chase, qui releva aussitôt les yeux : il fallait être tout de même doué, et sacrément rôdé, pour berner le mentaliste. Des années de pratique, sans doute. Captivé comme par une histoire, Chase ouvrit progressivement la bouche, sidéré par ce qu’il apprenait. Il avait bien entendu parler de mutants à la longévité considérable et de sorciers assez puissants pour traverser les époques, mais c’était autre chose d’en avoir un devant soi.

Adrian avait l’air si… normal. Et c’était précisément ce qui rendait le phénomène plus fascinant. Rencontrer un reptile anthropomorphe pluri-centenaire, ce n’était tout de même pas aussi saisissant que le paradoxe d’un visage tout à fait humain, tout à fait familier en quelque sorte, et d’une biographie allongée. Mais quand Adrian souligna qu’il préférait ne incarner, aux yeux de tous, une relique d’une passée, Chase eut la politesse de fermer la bouche et de se contenter de ses yeux ronds.

— Alors, alors…

Le jeune homme tentait de percevoir les implications de ces informations. Quelqu’un de plus âgé que lui se fût probablement hâté de demander à Adrian le secret de sa longévité, mais à vingt-et-un ans, Chase avait toujours l’impression qu’une existence humaine durait l’éternité et ce n’était pas demain la veille que ses cheveux allaient blanchir ni ses yeux se rider : ces préoccupations toutes personnelles étaient encore bien lointaines pour lui.

Chase tenta d’évaluer l’époque de véritable jeunesse d’Adrian à l’aune des vêtements dont le mage avait dit qu’ils étaient alors adaptés. Le mutant fit défiler dans son esprit des films vus, en remontant dans sa mémoire de décennie en décennie. Les années 30 ? Plus tôt encore ?

— Vous avez vu les débuts du programme Apollo !

On est Neutron-Grey ou on ne l’est pas : les progrès technologiques avaient été le premier réflexe de Chase.

— Et les J.O. d’Atlanta, et la première transplantation cardiaque, et la fission, et…

Chase se rendit finalement compte que, si c’était pour énumérer toutes les choses désormais communes et à l’époque exceptionnelles et novatrices qu’Adrian aurait vu défiler s’il n’avait pas été un ermite fini, contenir son étonnement n’avait pas été un geste très efficace. Il rougit de son impolitesse, en songeant que lui-même n’appréciait pas toujours que l’on s’extasiât sur ses immenses capacités, et il baissa les yeux en murmurant :

— Désolé… C’est juste… Ça a l’air cool, quand même.

« Cool » était le seul mot véritablement djeunz que Chase avait prononcé ce soir-là, mais, associé à son émerveillement et à sa coiffure élaborée, il achevait de lui redonner les vingt-et-un ans qu’il n’avait pas toujours l’air d’avoir, lorsqu’il était le mentaliste d’exception et l’informaticien expert au sein de l’UNISON.

— En tout cas, vous savez, n’importe quel hétéro de maintenant et de mon âge aurait pu être gêné par Andrew. En fait, vous réagissez avec beaucoup plus de modernité que bien des gens.

Chase n’évoquait que très rarement l’homophobie dont il pouvait être ponctuellement la victime et, si une tristesse s’était insinuée dans sa voix, il s’empressa de l’en chasser et de relever un regard cette fois un peu plus calme vers Adrian.

— Enfin, si vous me l’aviez dit, on serait aller faire quelque chose d’un peu plus intéressant, d’un peu plus nouveau que d’aller boire un verre. Je ne sais pas… Vous avez déjà vu un film en 3D ? Ou joué à un jeu vidéo ? Les bars, ça existe depuis toujours, ça ne compte pas. Il vous faut de l’exceptionnel !

Chase essaya de s’imaginer Adrian en train d’élever ses Pokémons.


Tutankafer, attaque Ténèbres !
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Sam 14 Sep - 14:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles
Afficher le profil
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4285
ϟ Nombre de Messages RP : 1408
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi
ϟ Doublons : Renan Le Guerec
ϟ Âge du Personnage : 117 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours coiffés, yeux marrons, a souvent un sourire en coin, assez renfermé
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise de la Magie
- Espérance de vie accrue
- Forme astrale
- Illusions sensorielles
- Télépathie
- Télékinésie
- Champ de force
- Choc mental
- Serviteur (Aziza)
- Omnilinguisme
- Clairsentance
- Maîtrise de l'alchimie I
- Invocation de l'ancêtre II
- Force du Lion II
- Endurance du guépard I
- Peau du Rhinocéros I
ϟ Liens Rapides :
Adrian avait un peu craint que Chase ne puisse pas le croire sur parole. Il avait rencontré tant de personnes sceptiques par le passé que c'était devenu presque naturel pour lui. Il oubliait toutefois qu'il n'avait pas affaire à n'importe qui, mais bel et bien à un scientifique qui devait en avoir vu d'autres. Sauf que pour le coup, ce n'était pas la science qui lui conférait cette immortalité, mais son rôle d'Archimage. Comme quoi, la magie pouvait avoir du bon ! La surprise se lisait clairement sur le visage de l'agent de l'UNISON et cela n'étonnait pas vraiment Adrian : il n'avait pas particulièrement l'air d'être âgé d'une centaine d'années.

La première réplique de Chase l'étonna par contre. Le programme Apollo ? Ce n'était pas vraiment la première chose à laquelle Adrian avait pensé, mais effectivement il en avait eu l'occasion. Pour être franc s'il avait été mortel, il aurait déjà pu être grand-père depuis bien longtemps lorsque le programme s'était lancé, mais Eldoth préférait éviter de trop s'aventurer sur ce chemin. S'il avait avoué être plus âgé qu'il ne le laissait croire, il n'avait cependant jamais expliqué au Neutron-Grey qu'il avait connu son grand-père – et avait même collaboré avec lui. Vu la manière dont Chase avait parlé de sa famille quelques instants plus tôt, l'Archimage préférait éviter que le lien ne soit fait. Il ne désirait pas que le jeune homme puisse s'imaginer qu'il les comparait tous les deux parce que ce n'était pas vraiment le cas.

Toujours est-il que l'idée de l'immortalité semblait enchanter Chase et cette constatation amusa franchement Adrian. Il avait été aussi enthousiaste la première fois, mais avec le temps cet intérêt retombait doucement et il finissait par comprendre pour quelle raison les humains mouraient. Comment expliquer à un jeune homme qu'il risquait de le voir devenir vieux et peut-être même connaître ses petits-enfants sans avoir physiquement vieilli ? La mort et tout ce qui y était lié ne devait pas vraiment avoir d'importance aux yeux d'une personne de l'âge du blond. La précision de ce dernier concernant l'homophobie n'étonna pas réellement Adrian, mais sa position lui permettait d'apprécier l'évolution qui s'était faite depuis. Les propositions suivantes de Chase furent tout aussi amusantes, voir un film en 3D ? Adrian ne se souvenait même pas de la dernière fois où il avait vu un film. Secouant légèrement la tête il finit par répondre.

« Vous savez Chase, la dernière fois que j'ai été voir un film c'était en noir et blanc, le son n'existait pas et il ne durait pas plus d'une dizaine de minutes. Lorsque je vous ai dit que j'ai vécu comme un ermite depuis mon arrivée en ville, ce n'était pas une expression. Il était vrai que Chase devait avoir du mal à comprendre comment est-ce qu'Adrian avait pu vivre plus de quarante ans sans sortir de sa demeure pour se divertir.
Au point où j'en suis je pense que je peux dire que n'importe quoi m'apparaîtra comme exceptionnel, c'est bien l'avantage à ne pas avoir suivi l'évolution des technologies. Bon, il avait tout de même appris le gros des avancées du siècle, mais cela n'incluait pas les jeux vidéos.
Et même si je suis conscient que le comportement de certaines personnes de votre époque doit vous sembler primaire, laissez-moi vous dire que j'ai vécu à une époque où les scientifiques avaient eu l'idée de faire des zoo pour parquer les gens de couleur comme des animaux exotiques. Je pense que j'ai un léger avantage en ce qui concerne la tolérance. Cette idée avait de quoi choquer n'importe qui aujourd'hui, pourtant en 1930 c'était dans les mœurs.
Je ne doute pas que d'ici quelques années les choses auront encore évoluées. Croyez-moi sur parole, lorsque j'avais votre âge je n'aurais jamais cru que des lieux comme ici puissent exister un jour. Il ne voulait pas remuer le couteau dans la plaie, mais Adrian avait tout de même remarqué le trouble de son interlocuteur.
Je peux au moins me dire que cette sortie m'aura permis de vous faire vous intéresser à la magie l'espace d'un instant. »

Il arborait un léger sourire, amusé par cette idée. Chase avait eu l'air plutôt réfractaire à ce sujet jusqu'à présent et Adrian ne pouvait pas lui en tenir rigueur. Lui-même n'était-il pas méfiant avec la technologie ? Lorsque vous ne connaissiez pas quelque chose, la logique voulait que vous ne lui fassiez pas totalement confiance. Pour le coup, même si le jeune homme ne s'était pas directement intéressé à la spécialisation de l'Archimage, le fait qu'il ait été intrigué par son immortalité faisait le lien. Posant son regard sur le visage de Chase, Eldoth reprit d'un ton légèrement plus sérieux.

« Et vous pensiez à quoi en parlant de choses exceptionnelles ? »

Oh, il ne comptait pas se lancer dans l'immédiat, mais la curiosité avait du bon parfois.
Revenir en haut Aller en bas



Shosholoza, Kule... Zonzaba, Stimela siphume South Africa, You are meandering on those mountains, The train is from South Africa, Wen´uyabaleka, Wen´uyabalekaShoSholoza


Message posté : Sam 14 Sep - 16:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Non, décidément, même avec tous les efforts de son intelligence acérée et de son imagination galopante, Chase ne parvenait pas à se représenter combien le monde devait paraître étrange et lointain à Adrian. Peu à peu, le jeune homme saisissait tout de même ce que la situation du mage avait de terrible et de douloureux. Après tout, il suffisait de se mettre à sa place et de contempler Tesla en train de vieillir, d’avoir des enfants, puis de mourir, et les enfants de Tesla, et les enfants de ses enfants, pour comprendre qu’Adrian pût avoir envie de s’isoler autant que possible du monde et, surtout, des gens qui le peuplaient.

Le regard du mutant s’était donc fait un peu plus doux et plus compréhensif, et il avait réussi à faire taire son exaltation toute juvénile à l’idée du voyage dans le passé que devait constituer la mémoire d’Adrian. Cela, il n’en démordait pas : à défaut de s’attacher à des mortels, Adrian pouvait tout de même découvrir les merveilles technologiques du monde qui étaient le sien, autant que le leur. Alors, plutôt que de méditer sur la vanité des choses terrestres, Chase continua à réfléchir aux améliorations récentes (ou moins récentes) qui étaient susceptibles d’intéresser son interlocuteur.

La remarque sur le film des premiers temps fit naître un sourire amusé sur ses lèvres. Oh, il n’avait pas de peine à se peindre la scène : Adrian, avec d’autres curieux, assis devant la L’Arrivée du train en gare de la Ciotat et ébahi par cette merveille de photographie mouvante. Chase se promit donc d’entraîner le mage à une séance d’Avatar, pour l’aider à remettre ses connaissances en techniques cinématographiques au goût du jour. Mais pendant quelques secondes, la conversation dériva sur un sujet moins enthousiasmant.

Chase hocha gravement la tête.

— Je sais. C’est une question de patience et, très honnêtement, dans ma vie de tous les jours, je n’ai pas beaucoup à me plaindre. C’est peut-être parce que je suis un Neutron-Grey, parce que les gens ne vont pas prendre de risque à me marcher sur le pied, mais les remarques sont plutôt rares. Mais du coup, c’est toujours une… découverte, en quelque sorte. Désagréable. Quelque chose d’un peu incompréhensible, un noirceur soudaine, éphémère et banale. Triste précisément parce que ce n’est pas d’une exceptionnelle cruauté. Que c’est plus quotidien.

Il s’exprimait sur la question moins clairement qu’il n’en traitait d’autres : c’était qu’il n’avait pas l’habitude d’en parler. Se plaindre pour quelques remarques déplacées lui avait toujours paru futile et, peut-être parce qu’il était somme toute privilégié et relativement protégé contre les manifestations les plus graves et les plus violentes de l’intolérance, il n’avait pas la fièvre militante de certains de ses camarades. Et ainsi, le sujet changea de nouveau et il ne tenta pas de le rattraper, bien plus enthousiasmé à l’idée d’avoir trouvé un vrai terrain de discussion avec Adrian.

Chase se remit donc à réfléchir aux outils technologiques qui pouvaient être utiles à Adrian. Il avait bien compris que la meilleure manière d’amadouer le mage dans le domaine serait de souligner les bénéfices pour son travail. Donc, au bout de quelques secondes silencieuses, il reprit la parole :

— Eh bien, par exemple, toutes les techniques numériques du livre. Vous voyez…

Il se pencha en avant, soucieux de transmettre sa passion.

— Je suppose que vous avez une importante bibliothèque, chez vous. Et des livres, dans le monde, que vous allez consulter mais que vous ne pouvez pas acquérir. Vous pourriez les numériser. C’est hmm…

Il se rendit compte qu’il ne savait pas quel degré d’explications atteindre pour que les choses fussent claires pour Adrian. Savait-il seulement ce qu’était une numérisation ? Chase fouilla dans sa poche, sortit son téléphone portable et pianota sur l’écran à la recherche d’un catalogue de livres anciens en ligne.

— Numériser, c’est quand on utilise un appareil pour stocker le contenu d’un livre dans un ordinateur. Un seul ordinateur peut contenir des dizaines de milliers de livres. C’est très utilise maintenant par les éditeurs, les libraires, les lecteurs courants, mais aussi par les chercheurs, parce qu’on peut reproduire des manuscrits anciens, rares, précieux ou fragiles et les manipuler plus facilement. Comme ici, par exemple.

Chase posa son téléphone entre eux pour qu’Adrian pût voir l’image d’un manuscrit du treizième siècle, parfaitement lisible.

— Si vous avez un bon logiciel de reconnaissance de caractères… C’est euh… C’est quelque chose, dans l’ordinateur, qui avec l’image du livre, peut décrypter le texte, vous pouvez créer des bases de données. Comme une bibliothèque, mais en mieux. Parce que dans une base de données, vous pouvez classer vos livres de plusieurs manières. Par exemple, vous pouvez demander, un jour, à votre ordinateur, de les classer par date. Ou par ordre alphabétique d’auteur. De titre. Et ainsi de suite. Surtout, vous pouvez chercher la présence d’un mot dans tous vos livres. Vous pouvez même demander à votre ordinateur de le faire automatiquement. Il se charge de toutes les tâches fastidieuses à votre place.

Chase était persuadé que les philologues avaient dû développer ces dernières années des applications plus poussées et, ce soir-là, il regrettait de ne pas les connaître pour pouvoir peindre un tableau plus idyllique encore à Adrian. Naturellement, il imaginait sans peine que toutes ces merveilleuses possibilités devaient paraître parfaitement impossibles à utiliser au pauvre mage.

Alors, après un nouveau temps de réflexion, il proposa :

— Vous savez, la magie, ce n’est pas tant que ça ne m’intéresse pas, c’est surtout que ça me laisse… Perplexe. Sceptique, je suppose, aussi, comme vous la technologie. On pourrait peut-être faire un échange. Je vous montre des choses simples que vous pourriez utiliser pour faciliter vos recherches et vous me montrez… Je ne sais pas. Des, euh… sorts ?

C’était un monde qui lui paraissait improbable.

— Je suppose que je ne pourrais pas pratiquer moi-même, mais enfin…

En fait, il n’avait strictement aucune idée des conditions requises pour pratiquer la magie. S’il fallait, euh… Il ne savait pas trop ! Une étincelle ? Une révélation ? Des shakras ? Du mana ? Une lettre pour entrer à Poudlard ? Il haussa les épaules.

— À défaut de faire des choses incroyables, au moins, je m’instruirais.
Revenir en haut Aller en bas



La difficile épreuve d'Adrian Pennington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» La difficile épreuve d'Adrian Pennington
» Adrian Pennington ϟ Eldoth
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)
» Première épreuve : Le courage !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-