On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Bouton_vote_off
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_1On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_2_bisOn attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël]

 
Message posté : Sam 14 Sep 2013 - 8:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


Un sourire. Un regard qui se baisse. Touché.
D’un ce n’était pas un nom catégorique de deux le sourire voulait sûrement dire « oui je veux bien mais… » . Mais quoi ? Je suis timide ? J’ai peur ? J’ai un copain ?

« Si vous avez peur des hauteurs, vous pourrez vous blottir contre moi. Promis je n’ai jamais laissé tomber volontairement quelqu’un. »

Bien sûr que j’ai usé de mon pouvoir pour choper diverses créatures dont des humains et les laisser tomber comme de vulgaires pierres lors de batailles, mais jamais une futur conquête.

Avec plaisir je la vois peu à peu s’insinuer dans mon raisonnement et croire. Enfin ! Lorsqu’elle s’engage dans la voie que je lui ai tracé, j’ai envie de sauter comme un gamin. Elle va récupérer les bandes et elle va pouvoir innocenter le gosse. Ma victoire est malgré tout de courte durée car elle soulève un point évident pour un super héro. Pourquoi n’ais-je pas agis ?

Si je lui dis que j’étais de repos, ça ne va pas lui plaire. Si je lui dis que je suis le dieu des voleurs encore moins. Heureusement j’ai eu la journée pour me préparer un alibi.
Avec une grimace, je hausse les épaules.

« Vous savez où on est ? A Star City ! Je crois que c’est la ville au monde où il y a la plus grande concentration de super héro dans monde. »

Je lève un sourcil pour indiquer que j’attends qu’elle termine mon raisonnement à ma place, mais vu que ça ne vient pas, je poursuis à sa place.

« Il y a aussi une grande concentration d’originaux qui revêtent des costumes tous les plus bizarre les uns que les autres et qui arpentent les rues à la recherche d’un chat à sauver. »

Haussant les épaules, d’un air désabusé je continue.

« Personne ne lui courrait après en criant au voleur, il n’y a pas eu de blessé, je n’avais pas de raison réelle d’intervenir. »

Et voilà, alibi ok, gamin ok, voleur ok. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Je me permets même d’en rajouter une couche.

« Imaginez le drame si je commettais une erreur judiciaire ? Le délit de faciès est fortement réprimé. On pourrait même m’enlever mon permis de voler. »


Voler… dans les airs ? Ou voler/chaparder ? Je n’imagine même pas être emprisonné dans une cellule. Moralement ce serait le coup de massue. Bon pour ça faudrait une prison spéciale. Un truc solide et puis m’enlever mon Caducée, histoire que je n’aille pas chercher à filer par l’Olympe.  
Je lui fais de nouveau mon sourire charmeur avant de la détromper très vite.

« Non, je plaisante, je n’ai pas de permis de voler, mais par contre pour le délit de faciès c’est purement vrai. Je ne supporterai pas de commettre des injustices. »

Voilà un point commun qui devrait nous rapprocher non ?
Et puis je n’ai pas tout à fait la même signification du mot justice que la majorité des hommes. Chacun a sa carte du monde, ses valeurs, et moi les miennes sont un peu différentes du commun des mortels. Mais ça je ne le lui dirais pas.

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 14 Sep 2013 - 13:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle avait le droit de ne pas répondre à sa phrase ? Évidemment qu’elle en avait le droit. Tout comme elle avait le droit de chasser de son esprit, une image d’un Clark Kent transportant une Lois Lane dans les airs. Cette dernière se blottissant contre l’homme, en prenant un air peureux… Des conneries, c’était juste pour pouvoir se coller à lui, tout le monde le savait. Elle secoua la tête, chassa cette image, en se disant que JAMAIS elle ne fera un truc pareil.

De toute façon, aussi parfait soit-il, le témoin avait chuté dans l’estime de l’avocate, juste parce qu’il n’avait pas agi au moment des faits. La raison pouvait paraitre dérisoire mais, pas pour elle qui, de toute évidence, avait un sens de la justice bien à elle. Elle l’invita à poursuivre ses explications parce qu’elle estimait que ce n’était pas à elle de lui trouver une raison pour ne rien avoir fait.

Charlie plissa légèrement les yeux. Un permis de voler ? Sérieusement ? Il y avait quoi, une sorte de bouquin qui servait de code à tous les gens qui avaient des pouvoirs avec, un examen à la clé et un papier qui les autorisent à utiliser leur pouvoir ? Bien trop novice dans le domaine, elle l’interrogea du regard pour apprendre qu’il rigolait. Charlie lâcha un sourire, se sentant presque naïve d’avoir pu penser que l’éventualité d’un permis était réelle.

_ Vous étiez sur place. Donc, vous savez que la police est intervenue extrêmement vite.

Et elle n’exagérait pas sur ce point, c’était écrit dans le rapport, même en écoutant le déroulement des faits de la part du témoin, les choses donnaient l’impression de s’être passé en peu de temps.

_ Avec votre capacité, votre sens du détail et votre connaissance de la ville en tant que coursier, vous allez me dire que c’était trop tard pour essayer de faire quelque chose ?

Oui, l’air qu’elle afficha sur son visage fut des plus sceptiques. Il savait la direction que le voleur avait prise, il pouvait voler au-dessus des immeubles, disait avoir une très bonne vue. Sérieusement, en voyant son client se faire arrêter, il devait bien être en mesure d’essayer de retrouver l’autre type, plutôt que de le laisser s’enfuir. Même elle, sans la moindre capacité spécifique, elle aurait essayé de faire quelque chose. En réalité, elle aurait surtout été voir les flics en disant qu’il y avait un deuxième homme cagoulé qui s’était enfui, c’était là où elle aurait eu le plus de chance de parvenir à quelque chose.

_ Sauf, bien sûr, si vous étiez trop occupé à proposer un voyage dans les airs à une passante.

C’était ironique, après tout, il avait dit qu’il n’y avait personne d’autre à ce moment-là, hormis les protagonistes déjà connus. Charlie avait plus l’habitude de fonctionner avec sa tête qu’avec autre chose, du coup, combien même son témoin était des plus parfaits sur un plan visuel, elle trouvait décevant de savoir qu’il n’avait pas cherché à faire quoi que ce soit.

Et là, un éclair de lucidité dans sa petite tête blonde –Comme quoi, placé un terme élogieux et une couleur de cheveux dénigrée dans la même phrase, était tout à fait possible. Son témoin était sur les lieux, sur un bout de trottoir qui, miraculeusement, n’était pas en vue de la moindre caméra. L’endroit parfait pour un guetteur, non ? Ajouté à ça le fait qu’il n’avait pas bougé pour essayer de retrouver/rattraper le voleur en question, comment était-il possible de ne pas penser que le témoin et le voleur se connaissaient et/ou bossait ensemble. A défaut de lire dans les pensées des gens, cette théorie était plus que probable. Croisant les bras, elle releva les yeux sur le témoin avec un regard neuf sur lui.

_ Ou alors, vous avez voulu le laisser partir, volontairement.

Et là, plus aucune trace d’ironie, elle était plus que sérieuse. Ça pouvait tout expliquer, de son manque d’action, jusqu’à une prise de remords –peut-être- de savoir qu’un innocent allait être accusé à la place du vrai voleur. Ce dernier cagoulé, même en le voyant sur les caméras de la rue, personne ne le reconnaitrait, le témoin ne risquait plus de vendre son supposé complice, et pouvait donc essayer d’innocenter ce pauvre adolescent qui créchait dans une cellule en attendant son procès.

_ Vous savez qui est le vrai voleur ?

Les questions directes, c’est là que les gens laissaient le plus d’indice de leur réponse. Que ce soit par la parole ou par la gestuelle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 15 Sep 2013 - 13:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


La demoiselle devient agaçante.
Comme d’habitude, je supporte très mal les critiques. Est-ce un critère commun à toutes les blondes de vouloir tôt ou tard me chercher des poux dans la tête ?
A mon tour de prendre une grande inspiration pour me poser avant de répondre.  Histoire de ne pas la planter là et de m’envoler tout de suite.
Mon ton est naturellement plus sec lorsque je lui réponds.

« Je n’ai pas le don d’Ubiquité Mademoiselle. Et devant le comportement du flic face au gosse je me devais de le protéger lui plutôt que quelques bouts de cailloux. »

Je ne parle de l’argent, elle n’en a pas parlé. Même s’il est évident qu’il doit y en avoir.
Je ne relève pas son commentaire sur la passante, mais mon envie de l’emmener dans les airs s’éteint comme un feu de randonnée sous une grosse averse. Tant pis. Elle ne sait pas ce qu’elle perd. Des femmes il y’en a des millions sur terre actuellement à contenter et je ne parle pas de celles que j’ai croisé au travers des millénaires.

La vérité se fait jour dans sa petite tête, même si ce n’est encore qu’à la faveur d’une supposition. Bien sûr que je l’ai laissé partir. Je suis le dieu des voleurs. Je les protège et les aide lorsqu’ils me le demandent. Je les observe et reste neutre la majorité du temps. Peu d’entre eux connaissent mon existence. Je ne demande pas de prières, d’offrande ou quoi que ce soit. Je me contente de voir leur sourire, leur joie et de voir les marchandises s’échanger. Vol et commerce sont complémentaires. Tout voleur est un peu commerçant lorsqu’il évalue ce qu’il peut tirer de ce qu’il a volé et tout commerçant est un peu voleur, cherchant à tirer vers le haut les prix et si possible à arnaquer le pigeon qui vient lui acheter ses denrées.

Mon regard s’assombri et devient dur. Soit. Si elle le prend comme ça.

« Pensez ce que vous voulez. De toute façon vous avez déjà fait mon procès. »

Je lis dans ses yeux la condamnation que j’ai pu lire dans nombres de regards. Dans ceux des foules à qui j’avais soustrait le condamné à l’amputation pour cause de vol et qui se réjouissaient du spectacle, ceux des villageois à qui j’avais ôté la sorcière sur le point d’être brûlée et qui m’avait offert sa dernière nuit, ceux du mari à qui j’avais volé le cœur de l’épouse qu’il ne savait satisfaire, celui de la femme qui ne méritait pas les bijoux dont elle était couverte.  Moi  je préfère la reconnaissance que j’ai pu lire dans les yeux de ceux qui n’avaient pas à manger et qui se sont vu couverts de nourritures, des servantes battues et humiliées qui ont reçues de mes mains de quoi changer de vie sans contrepartie, des hommes et des femmes qui ont retrouvé les leurs après avoir longtemps errer sur des chemins déserts.

Son ultime question appelle de ma part une réponse tranchante et automatique.

« NON ! »

C’est un mensonge. Et ce n’en est pas un. Mentalement j’ai juste ajouté une fin de phrase que j’ai tue. « Pas personnellement ».
Lorsque l’on veut être un bon menteur, il y a une règle a respecter plus que tout autre. Le moins de mots possible. Plus vous en dites, plus vous érodez vos chances de ne pas vous trahir.

« Je ne lui ai jamais parlé. Je n’ai jamais été face à lui ni en contact quelconque ! »

Ca c’est la vérité.
Pourquoi je sais que c’est le fils du bijoutier ?  Parce que je l’ai vu  mettre son masque à côté de la boutique et que sa photo était sur le comptoir enlaçant son père.

« Je pense que l’entretien est terminé Maître. »

Je ne bouge malgré tout pas d’un iota. La fixant comme l’on fixe un écran tv. Sans passion, sans envie. Elle a pour moi désormais autant d’attrait qu’un débat de sénateurs.


 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 15 Sep 2013 - 16:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Et quelle protection, le gamin en question s’était fait frapper et maintenant, il était en prison. Merveilleux, la ville avait besoin de plus de protecteur comme ce témoin ! Physiquement intéressant, moralement douteux. D’un naturel patient et calme, avec un besoin de compréhension, Charlie avait forcément un peu plus de mal avec les gens qui avaient tendance à s’emporter très vite et bloquer toute conversation. Elle leva les yeux au ciel quand il estima qu’elle avait déjà fait son procès. En plus, s’il ajoutait un côté caliméro, qu’est-ce qu’elle était censée faire ?

Le pire c’est qu’il avait l’air sincère en disant ne pas connaître le voleur. Il ne semblait pas avoir réfléchi à la réponse, c’était spontané. Mais sa façon de prendre la mouche avait quelque chose de particulièrement agaçante. Et maintenant, monsieur estimait que l’entretien était fini.

_ Jusqu’à preuve du contraire, vous êtes un témoin, je n’ai aucun droit de vous retenir.

Elle avait levé les yeux vers lui, presque dans un air de défi. S’il pensait que c’était fini, alors pourquoi il ne bougeait pas ? En pratique avoir ce genre d’attitude ne servait strictement à rien, c’était presque puéril mais, c’était son côté Lane. De toute façon, de manière parfaitement objective, elle ne pouvait pas le retenir s’il voulait partir, pas en ce qui concerne cette affaire en tout cas. Elle n’avait rien contre lui.

Bien que particulièrement agaçant avec sa façon de prendre les choses – mais monstrueusement agréable à regarder – elle l’avait cru concernant son client. Il avait mis bien trop de volonté à vouloir l’innocenter et, surtout, à donner toutes les pistes pour pouvoir le faire. Il faudra qu’elle demande les bandes des caméras, qu’elle se plonge dans une paperasse monstre et qu’elle prépare la défense de son client. L’hypothèse des deux hommes, plus qu’improbable un peu plus tôt dans la soirée, ne lui paraissait pas aussi inconcevable maintenant. Les vidéos serviront à le prouver aux autres pour innocenter l’adolescent.

_ Si les images ne donnent rien, on vous rappellera pour que mon client puisse avoir un témoignage en sa faveur.

Sous-entendu, si y a quelque chose qui peut disculper l’adolescent, elle lui évitera d’aller témoigner au procès. C’est ce qu’il préférait et, bien qu’elle le trouva énervant, elle n’avait pas de raison de l’envoyer dans quelque chose qu’il préférait éviter.

_ Merci pour les explications et pour vous être déplacé.

On ne pouvait pas lui enlever ça, il aurait aussi pu rester tranquillement chez lui – ou ailleurs – et ne pas chercher à apporter quoi que ce soit à l’enquête. Il lui avait quand même apporté de précieuses informations, ça méritait d’être souligné. Dans ce genre de moment, ce qu’elle pouvait penser de sa passivité au moment des faits n’avait pas la moindre importance. Maintenant, si ce témoin n’avait plus rien à lui apprendre, elle était bien forcée de constater qu’elle n’avait aucune raison légale de le retenir.

_ Du coup…

Elle avait haussé les épaules, bien loin des considérations du début et des propositions d’un septième ciel.  Honnêtement elle n’avait pas envie de se battre pour expliquer les raisons qui l’avait poussé à poser telle ou telle question. Ça lui était apparu comme logique en vue des éléments qu’elle avait mais, elle avait passé l’âge de devoir se justifier à tout le monde, encore plus à quelqu’un qu’elle ne connaissait pas.

_ Si vous voulez y aller…

Elle laissa sa phrase en suspension, ça lui semblait assez évident qu’il puisse partir s’il le voulait.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 15 Sep 2013 - 21:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


Il est injuste de penser que je n’ai rien fait pour ce gosse.
Combien de Dieu se serait mouillés pour si peu ?
Et puis de toute façon je ne mets pas mes œufs dans le même panier. J’ai toujours eu, et avec raison, une confiance très limité dans la justice.
Elle est aveugle et plus car affinités.
Les humains sont bien moins humains que la majorité des animaux. Les animaux tuent pour manger, ils ne torturent pas, n’essaient pas d’amasser plus qu’ils n’en ont besoin. Sauf les écureuils. Mais eux ils ont encore moins de cervelle que leurs noisettes. Ils s’amusent à enterrer leur butin en oubliant l’endroit l’instant suivant.  Ca peut durer des heures !

Avec satisfaction, je constate qu’elle reconnaît quand même mes droits et mon rôle de témoins.
Le sourire revient sur mes lèvres.

Portant mon index et mon majeur à ma tempe, je lui fais un salut quasi militaire.

« Bien. Si vous avez besoin, pour cette affaire, vous connaissez mon numéro de téléphone. »

Refroidis par ce glaçon sur pattes, je préfère préciser que ce n’est que professionnel. Histoire de mettre les choses au clair. Puis sans autre formule de politesse, je m’envole droit vers le ciel. Lui prouvant ainsi que je n’ai rien d’un affabulateur.

Que vais-je faire du reste de ma soirée ?

Cela aurait pu être fun d’aller boire un verre avec l’avocate, mais bon.
On verra déjà si elle arrive à sortir le gosse de ce faux pas sans que j’ai à intervenir. Si elle y arrive, je lui envoie un bouquet de fleurs, ensuite je prends le gosse en mains et je lui fais son éducation.

Non que je souhaite avoir un disciple, je ne veux surtout pas d’un chewing-gum à mes baskets.
Mais il mérite qu’on lui prête attention.
Je  me trompe rarement sur le potentiel d’un futur voleur et plus que son habilité et son agilité, ce qui m’intéresse en lui c’est sa force de caractère. Ce que j’ai pu lire sur son visage, sa détermination. Sa fierté. Son self contrôle.

J’irai le voir discrètement. Il ne faut pas qu’un lien soit fait avec moi.

Une fois hors de vue de la blondinette, je reprends un vol rapide vers un quartier plus animé. La nuit va bientôt tomber, la ville est en effervescence. Pas très difficile de trouver une fille qui sera sensible à mon charme.
Dans un bar, je fais une première connaissance. Quelques verres, puis nous allons dîner. Son nom ? Je ne sais même pas si je lui ai demandé. En tous cas je ne l’ai pas écouté. Un repas. Puis chez elle, c’est plus près.  Je la laisse endormie peu avant minuit et je file en boîte de nuit.
De bras en bras, de bouches en bouches, j’oublie, je me noie dans la facilité, loin de cette avocate, du gamin et de cette histoire.

A chaque instant ses priorités. Là, tout ce que je veux c’est du plaisir, jouer, m’amuser et peut être que cette nuit j’irai à mon tour… voler.

 
Revenir en haut Aller en bas

 
On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël]
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_6On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_7_bisOn attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_8


On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_1On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_2_bisOn attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_6On attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_7_bisOn attrape plus vite un menteur qu'un voleur [Charlie & Raphaël] - Page 2 Cadre_8
Sauter vers: