AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Tout amour est à la fois douceur et violence [PV Chase]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 4 Sep 2013 - 21:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Une fois de plus, le Hasard, le Destin ou quel que soit le nom que l'on voulait donner à cette idée, avait encore frappé. Au détour d'une soirée qui se voulait principalement être une soirée de détente et de jeu, Lukaz l'avait retrouvé, ce garçon qui partageait parfois ses nuits, sans que ni l'un ni l'autre ne l'ait prémédité. Pourquoi le rencontrait-il ce soir-là en particulier ? Difficile à dire, puisqu'il n'avait même pas songé que ça puisse arriver. Et pourtant, il était là. De fait, comme à chaque fois, les choses se conclurent bien rapidement et les deux blondinets se retrouvèrent dans l'appartement du Français pour une nuit de plaisir et de douceur qui s'acheva en un sommeil paisible.

Le réveil fut à son tour des plus agréables, Lukaz bénéficiant de la chaleur corporelle de son partenaire, de sa douceur et d'une vision qui aurait pu être qualifiée d'angélique, ainsi baignée par les rayons de l'astre solaire auquel il devait tant, pour peu que le jeune homme ait eu la fibre romantique. Leur relation n'avait rien de très sérieuse, étant principalement et presque uniquement basée sur l'échange d'un plaisir mutuel, mais contrairement à d'autres relations de ce genre, Lukaz ne ressentait pas la même chose en se réveillant auprès de Chase. Avec lui, c'était tellement plus simple, léger et paisible. Laissant un sourire apparaître sur ses lèvres, le Français se pencha vers son compagnon pour laisser glisser une main sur son corps en déposant un baiser au creux de sa nuque, prononçant simplement un « Bonjour, toi. ».

Mais alors qu'il n'avait qu'une seule envie, se prélasser un peu plus encore au côté du beau blond, Lukaz fut tiré de ses pseudo-rêveries par des coups répétés frappés sur la porte de son appartement. Qu'est-ce que ça voulait encore dire ? Comme si les gens ne pouvaient pas utiliser la sonnette ! Et d'ailleurs, comment pouvaient-ils frapper à sa porte alors qu'il n'avait pas autorisé quiconque à entrer dans l'immeuble. Grommelant, le Français quitta la chaleur des couettes à contrecœur, s'adressant dans le même temps au jeune Chase. « Bouge pas, je reviens. » Enfilant un boxer et un tee-shirt, Lukaz sortit alors de la chambre à coucher et il prit la direction de la porte d'entrée. Regardant à travers le judas, il se rendit malheureusement compte que les importuns n'étaient pas la meilleure visite qu'il ait pu espérer... Le souci, c'était qu'il ne pouvait pas les ignorer parce que cela aurait fini par alerter Chase, surtout si les autres continuaient à tambouriner sur le porte. Manque de bol, s'il leur ouvrait la porte, c'était comme faire volontairement entrer les problèmes chez soi. Que choisir ?

Se mordant la lèvre, doutant, Lukaz n'eut plus trop le choix quand un nouveau coup heurta le battant de la porte. Soupirant, il tourna la clé dans la serrure et il entrouvrit la porte. L'un des types poussa violemment dessus et ce furent trois hommes qui entrèrent, des expressions peu amènes affichées sur leurs visages. « Quelle surprise ! Je ne m'attendais pas à vous voir. » L'un des hommes s'avança alors, prenant la parole d'un ton menaçant. « Arrête de faire le malin ! On sait que tu nous l'as piqué sous le nez alors te fait pas prier et rend le nous. » Se frottant la nuque de la main, Lukaz ne put que s'excuser. « Le souci, c'est que je ne l'ai plus... » « Il vaudrait mieux pour toi que tu l'ais encore... » Et merde. Ça sentait vraiment les ennuis... Pourvu que Chase dorme encore ! Mais bon, si les choses tournaient mal, combien de chance y avait-il qu'il garde le sommeil ? Bordel !
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Jeu 5 Sep 2013 - 11:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Ce soir-là — ou bien était-ce alors déjà le matin ? comment savoir ? — c’était avec un soupir de satisfaction que le corps de Chase était retombé contre les draps brûlants, après cet instant de plaisir si particulièrement partagé qu’il en était étrange — mais cela, Chase ne s’en rendait pas compte, parce qu’il ne se rendait pas compte que lorsque que son corps, enfin, s’abandonnait aux sensations que leurs étreintes avaient lentement ou brusquement nourries, son pouvoir roulait son propre plaisir jusqu’à l’esprit de Lukaz, comme les vagues d’une murée et que, comme les vagues d’une marée, lorsqu’elles se retirent, emportent avec elles un peu du sable de la plage, lui aussi il charriait avec lui un peu du plaisir de Lukaz jusque dans son propre esprit.

C’était avec un soupir qu’il était retombé contre les draps brûlants et, depuis, il dormait. La nuit avait été courte et quand, au petit matin, Lukaz se réveilla et que la main de son amant passa sur ses épaules, son dos, le creux de ses reins, que ses propres mouvements, en quelques heures de sommeil, avaient débarrassé bien malgré lui des couvertures, quand même Lukaz l’empressa et lui parla, Chase ne l’entendit pas, ou alors confusément, du fond de sa torpeur qui, malgré tout, petit à petit, commençait à se dissiper.

Ce fut surtout le froid laissé par l’absence de son amant qui le tira vers la conscience. Chase roula sur le dos, attrapant instinctivement avec lui un oreiller pour se le presser sur le visage et retenir, pendant quelques secondes encore, le monde loin de lui, mais le mince souffle d’air qui passait par la porte que l’on ouvrait et refermait, de l’autre côté de l’appartement, fit frissonner son ventre, et le jeune homme repoussa le coussin, cligna des paupières et se mit à observer d’un air un peu confus le plafond.

— Hmmmencorecinqminutes.

Tel fut son premier commentaire devant la dramatique situation qui se développait à quelques mètres de là. Lentement et, à vrai dire, fort à contrecoeur, le mutant se redressa sur ses coudes et promena un regard bleu vaguement éveillé sur la chambre, les meubles, et, à gauche, à droite, la scandaleuse absence de Lukaz.

— Lukaz ?

Cette question murmurée, à peine audible, resta sans réponse, et Chase dut se rendre à la violente évidence de sa douloureuse situation : il allait falloir se lever. Pendant que Lukaz tentait de se tirer avec une courtoisie ironique de son mauvais pas sans alerter le Neutron-Grey embrumé qui se prélassait encore dans son lit, le Neutron-Grey, lui, s’étira lentement, glissa hors des draps et attrapa son boxer — enfin, tout de moins, un boxer — pour l’enfiler et tituber, les cheveux en bataille, en train de se frotter les yeux, dans la direction d’où venait la voix de Lukaz.

Une fois presque entièrement nu, dans son sous-vêtement moulant, devant trois étrangers, Chase commenta sobrement :

— Ah.

Celui qui était le chef sans doute, parce qu’il était mieux habillé et qu’il avait l’air un peu moins patibulaire que ses deux acolytes, considéra tour à tour Chase et Lukaz et, avec un sourire sardonique, glissa :

— J’savais pas qu’t’étais une pédale.

À cette remarque d’une discutable civilité, Chase, toujours extrêmement perspicace, remarqua à son tour :

— J’en déduis que vous n’êtes pas amis…

Non, ils n’étaient pas amis, parce qu’après lui avoir dit sèchement de « la fermer », le chef fit un signe à l’un de ses hommes de main, qui sortit un revolver et le pointa sur Chase. Le mutant n’eut pas l’air très ému par ce développement balistique de la conversation. Ce fut d’ailleurs d’une voix un peu agacée qu’il murmura :

— Rangez donc ce pistolet.
— Ferme-la, on t’a dit.
— Non, mais sérieusement…

Les yeux bleus de Chase se fondirent dans ceux de l’homme armée et, d’une voix lente, le mutant répéta :

Rangez donc ce pistolet.

Et lentement, mû par une volonté plus forte que la sienne, l’homme abaissa le canon de son arme. Une vague nervosité commençait à parcourir les visiteurs importuns.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 6 Sep 2013 - 21:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
La situation était vraiment ironique. Alors que la nuit avait été aussi délicieuse que cela était possible, la journée commençait vraiment très mal. Bon, ce n'était pas si dramatique que ça non plus et s'il avait été seul, Lukaz n'aurait pas eu trop de souci à s'en sortir, même si ça ne l'aurait pas pour autant débarrassé des types pas contents. Le problème, c'était qu'aujourd'hui il n'était pas seul chez lui et même s'il ne connaissait rien du jeune Chase, il ne pouvait pas l'entraîner dans ces histoires foireuses. Parce que oui, même s'il n'en avait pas grand chose à faire des autres, Lukaz n'était pas non plus une véritable ordure. Et puis, il fallait l'avouer, il aimait bien Chase.

Or justement, le voilà qui débarquait de la chambre à coucher, à peine vêtu d'un boxer, ce qui provoqua évidemment des railleries de la part des autres types. Ne cherchant même pas à discuter parce qu'il s'en moquait et qu'il n'avait jamais caché le fait qu'il aimait autant les hommes que les femmes, Lukaz ne put s'empêcher de s'inquiéter un peu plus pour Chase. Maintenant, ça devenait vraiment compliqué... S'il aurait pu s'en sortir tout seul, réussir à ne pas prendre de coup en évitant dans le même temps à l'autre blondinet d'en prendre, c'était un poil moins évident. Puis forcément, maintenant, il ne risquait plus de tenter de s'échapper. Et merde alors !

Comme pour ne rien arranger, une arme à feu sortit de son étui pour menacer Chase, montrant alors à Lukaz qu'il n'était plus l'heure de rire. Le seul souci, c'était qu'il n'avait réellement plus ce que les types voulaient et qu'il était tout simplement hors de question qu'il le récupère. Mais bon, s'il avait pu les leurrer en étant seul, ce n'était plus envisageable parce que les autres garderaient forcément Chase en otage le temps qu'il revienne. Ce furent là les pensées qui traversèrent l'esprit de Lukaz mais alors qu'il réfléchissait à tout cela, il entendit son amant du moment ordonner à l'autre de ranger son arme. Est-ce qu'il était fou ? Ou inconscient ? Chase, qu'est-ce que tu fais... Les autres semblèrent aussi surpris que lui par une telle attitude, ce qui n'empêcha pas Chase de réitérer sa demande. Et bizarrement, l'autre baissa son arme, comme s'il obéissait. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Est-ce qu'il était lui aussi un mutant ? Ils avaient passé tellement de nuits ensemble et pourtant, Lukaz n'avait jamais rien remarqué de tel. Décidément, cette journée était des plus singulières.

« Bon, on va tous se calmer. » Regardant les trois types l'un après l'autre, Lukaz reprit la parole. « Je vous l'ai dit, je ne peux pas vous le rendre, je ne l'ai plus. Il payait plus que vous, vous vous attendiez à quoi ? Le code d'honneur des voleurs, franchement, c'est des conneries alors vous pouviez vous y attendre. » Conscient que ses propos ne seraient pas forcément bien perçus, il chercha néanmoins à adoucir le ton. « Le souci, c'est que je ne peux pas aller lui reprendre parce qu'il s'en doutera et qu'il voudra le récupérer. Mais je suis sûr que vous ne voulez pas vous le mettre à dos, nan ? » Même s'il ne citait pas de nom, Lukaz se doutait que les trois types comprendraient de qui il parlait. Et s'il avait raison et qu'ils n'étaient pas fous, ils ne voudraient effectivement pas s'attirer d'ennuis. Ils n'avaient donc pas énormément de solutions. Soit ils persistaient et allaient droit dans le mur, soit ils repartaient comme ils étaient venus, soit ils faisaient payer son arrogance à Lukaz. Bizarrement, le Français s'attendait à ce qu'ils optent pour ce troisième choix.

S'il avait de la chance, du moins si on pouvait appeler ça de la chance, ils se contenteraient de le tabasser. Mais s'il n'en avait pas, ça pourrait aller beaucoup plus loin. Et pour que Chase évite de partager son sort, Lukaz n'avait pas trop le choix. « Vous permettez ? » Sans réellement leur tourner le dos, le Français se dirigea vers la fenêtre du salon et, d'un geste, il ouvrit grand le rideau qui permit à la lumière de baigner pleinement la pièce d'entrée dans laquelle ils se trouvaient. « On y voit mieux, non ? » Retournant alors auprès du groupe, Lukaz vint se placer tout près de Chase, un peu en avant de lui, à la manière des mecs machos. Cela dit, le Français était un peu plus confiant maintenant parce que son corps se nourrissait doucement des rayons du soleil. Ce faisant, en l'observant bien, on pouvait avoir l'impression qu'il devenait plus lumineux, comme si l'accumulation de rayons sur sa peau le faisait briller. De fait, il était prêt à réagir à la moindre menace, usant de ses pouvoirs que les trois criminels ne soupçonnaient même pas. « Alors, qu'est-ce que vous décidez ? Je pense que vous avez autre chose à faire, non ? Et comme vous pouvez le voir, je suis moi aussi occupé. Donc si vous pouviez y aller... » Lançant un regard à Chase, Lukaz espéra vraiment que les choses ne tournent pas mal. Une chose était cependant sûre, il s'agirait sans doute de la dernière fois qu'il verrait Chase... Dommage.
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Ven 6 Sep 2013 - 22:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Si Chase était surpris, il n’en montrait rien. Non qu’il eût abondamment sondé le cerveau de Lukaz avant de se jeter dans ses bras, mais simplement, il avait assez de sang-froid, et surtout de bon sens, pour ne pas monter sur ses grands chevaux alors que la vie peu légale de son amant de quelques soirs se développait petit à petit sous ses yeux. L’idée d’avoir été intime avec un malfrat ne pouvait de toute façon pas faire beaucoup de chemin dans son esprit tant que sa principale était obsession était de se tirer de la situation en vie — ce qui ne devrait pas poser trop de problème — et d’en tirer, pourquoi pas, Lukaz — ce qui devait encore être dans ses cordes. Après tout, il lui faudrait quelqu’un à qui faire des reproches, une fois le calme revenu, pour passer ses nerfs.

Pour l’heure, il n’était peut-être pas très à son aise, debout dans le vestibule d’un parfait étranger (il s’en rendait compte à présent), sans beaucoup de vêtements pour dissimuler son corps, mais enfin, il le cachait plutôt bien. Si les trois tristes sires qui avaient fait irruption avaient cessé de le détailler d’un air goguenard, Chase eût quand même préféré être plus présentable — les hommes qui se battaient presque nus, c’était très bien dans les films pour adultes qu’il regardait parfois en cachette à l’insu (espérait-il) du super-ordinateur du Bisgby Building, mais dans la vraie vie, c’était autrement plus embarrassant.

De toute façon, Chase ne se battait jamais. Le jeune homme jeta un regard glacial à Lukaz, qui avait certes d’autres chats à fouetter. Est-ce que celui-là, il savait, se battre ? Sans doute. Sans cela, il ne fricoterait pas avec de tels associés. Il était question de vol, il était question de doubler ces employeurs-là au profit d’un employeur absent mais manifestement très puissant. De toute évidence, tout le monde, à part Chase, savait de qui il s’agissait. Le mutant allait finir par avoir l’impression d’être le gamin qu’on ne choisissait pas dans l’équipe de sport.

Bien sûr, il aurait suffi de craquer l’esprit de l’un ou l’autre des convives comme une noix, mais finalement, au bout du compte, que Lukaz travaillât pour la Triade, pour les Russes, les Italiens ou les aliens, il s’en contrefichait. Ce qu’il voulait, c’était aller enfiler une chemise. Lukaz menait fort bien son affaire, du moins de l’humble avis de Chase, qui n’avait pas exactement l’habitude de ce genre de pourparlers, et pendant que son amant faisait entrer un peu de lumière — un geste pour le moins étrange — les trois bandits s’échangeaient des regards perplexes.

Manifestement, ils n’avaient pas prévu ces complications. Chase doutait que leur plan fût originellement beaucoup plus élaboré que : « on rentre, on le menace, il nous redonne le truc ». Lukaz s’interposa virilement entre Chase et la menace qui, pour le Neutron-Grey, n’en était pas une. En d’autres circonstances, Chase eût trouvé le geste admirablement séduisant. Pour l’heure, il était surtout admirablement agacé. Et méfiant. Les trois hommes n’avaient pas l’air pressé de prendre une décision.

Chase plissa les yeux et se mit à visiter les esprits les uns après les autres, laissant celui de Lukaz de côté, en souvenir du bon vieux temps. Le moins que l’on pût dire, c’était que dans ces caboches pas exactement pleines, l’incertitude allait croissant et, face à l’incertitude, ces trois-là n’avaient jamais d’autre solution que de jouer des poings. D’ailleurs, le chef du trio sortit enfin de son mutisme pour répéter avec obstination :

— Rend-le nous et on en parle plus.

Un soupir d’exaspération partit derrière le dos de Lukaz et Chase, en tendant le cou pour apercevoir ses interlocuteurs par-dessus les épaules (viriles, mais encombrantes) de son amant, interrogea :

— Ça ne serait pas possible de réfléchir, par hasard ? Je veux dire, nous n’avons pas exactement toute la journée, et il vous a déjà dit qu’il ne l’avait pas, votre…

Il plissa à nouveau les yeux.

— …clef USB.

Et, avec une palpable ironie, il ajouta :

— Il y en a plein à l’hypermarché d’à côté, d’ailleurs, des clefs USB. Vous devriez songer à vous renseigner.
— Celle-là est particulière.
— Sans blague…

La diplomatie, manifestement, Chase n’en avait jamais entendu parler. Plutôt habitué à voir les gens trembler devant leurs revolvers, les hommes se sentaient de plus en plus mal à l’aise — les muscles de leurs mâchoires se contractaient et leurs holsters devaient les démanger.

— Ça suffit maintenant, assez discuté !
— …ah tout de même…
— Un contrat est un contrat.

Chase retint une remarque acide sur l’art des lapalissades tandis que l’homme pointait un doigt vindicatif sur Lukaz.

— Tu vas récupérer la clef pour nous. Si l’autre se doute que c’est toi qui l’as volée, c’est pas notre problème.

Pour une fois, ce n’était pas une remarque toute à fait idiote. Le type fit un bref signe de tête et aussitôt, ses deux sbires ressortirent leurs armes pour les pointer sur Lukaz.

— Nous, on va rester sagement ici, avec ta pute…
— … une seconde…
— …et on vous lui apprendre à fermer sa gueule.
— …c’est de moi qu’il parle, là, comme ça ?

Les canons des armes s’étaient imperceptiblement décalés pour avoir Chase dans le viseur. Mais Chase, il avait sa fierté, et on ne le traitait pas de tous les noms comme ça. L’un des hommes de main se mit à trembler d’un air terrorisé.

— Ch-chef…
— Quoi ?
— Il est là !
— Quoi ? Qui ?

L’homme de main pointa un espace vide à côté du meuble d’entrée et y dirigea le canon de son pistolet.

— Le Croque-Mitaine !

Chase esquissa une moue peu convaincue et allongea un tout petit peu les griffes de l’illusion qu’il avait créée pour ce seul destinataire. Pas sa meilleure création, mais il avait fallu faire vite. Pendant ce temps, « Ch-chef » commençait à prendre la mesure de l’expression : « perdre le contrôle de la situation ». Les choses ne s’arrangèrent pas quand l’homme tira un coup de feu dont la balle vint se loger dans le mur de Lukaz — pour la secrète satisfaction de Chase. À défaut de pouvoir crier sur son amant, il pouvait au moins s’en prendre au mobilier.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 12 Sep 2013 - 21:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Malgré les explications données par Lukaz, des explications qui lui avaient pourtant semblé être très claires, les types n'avaient rien compris et ils persistaient à vouloir l'objet, maintenant. C'en était au point que Chase était lui aussi blasé par la situation et même s'il ne faisait pas preuve d'une très grande prudence, son comportement était pour le moins intriguant. Comment avait-il pu savoir ce dont ils parlaient ? Il n'y avait pas la moindre chance qu'il ait pu être mêlé à cette affaire, de près comme de loin et personne n'avait mentionné la moindre clé USB depuis le tout début. Comment donc était-ce possible ? Silencieux, Lukaz dut retenir un rire amusé lorsque Chase mentionna l'hypermarché. Décidément, il ne manquait pas de courage, voire de folie. A moins qu'il ait eu dans les mains des informations dont ne disposait pas le Français et qui pouvaient dès lors lui donner une confiance plus certaine.

C'est alors que les hommes remirent les pendules à l'heure en manifestant leur impatience et comme ils semblaient réellement tenir à leur clé, ils exigèrent que Lukaz aille la récupérer pour eux, sans tenir compte des conséquences de tout cela. Ils ne comprenaient pas que cette méthode était plutôt problématique parce que le véritable commanditaire du vol allait forcément s'en douter et qu'il allait ensuite vouloir la reprendre, à leurs risques et périls. Mais dans tous les cas, il était juste hors de question que Lukaz tente même de récupérer l'objet, c'était bien trop dangereux. Et puis, il n'allait pas laisser Chase tout seul avec eux, surtout au vu de la politesse dont ils faisaient preuve. Quand ils se mirent à insulter le jeune homme, Lukaz eut envie de rétorquer quelque chose sauf qu'il n'en eut pas vraiment le temps. En effet, la situation dérapa soudain et d'une manière bien étrange...

L'un des types se mit à trembler comme une feuille, ce qui n'avait rien de normal. Pire encore, il se mit à parler d'un croque-mitaine ! D'une, Lukaz ne se souvenait pas avoir un croque-mitaine chez lui... De deux, cela faisait un moment qu'il n'avait pas vu Colin et il était donc improbable que ça soit lié à ses capacités. De trois, le Français ne pouvait pas faire apparaître de croque-mitaine. Donc, soit le type avait pris un truc louche, genre meta-X, soit il y avait un autre souci... Et quand il tira en plein dans le mur du Français, ce fut la goutte d'eau de trop. « Nan mais oh, c'est quoi votre délire, là ?! Ça va pas de tirer dans le mur ? C'est pas la zone ici ! » Le regard furieux, Lukaz reprit bien vite la parole. « Tu peux pas t'arranger pour que tes hommes soient cleans avant de débarquer, nan ? En plus, maintenant, je vais avoir des emmerdes et les voisins vont appeler les flics ! » Et ça, c'était peut-être ce qui le dérangeait le plus, même s'il n'y avait rien pour lui poser des problèmes chez lui. A part Chase, pour le moment...

« A mon avis, vous avez cinq minutes pour vous tirer, si vous voulez pas avoir de problèmes. » Mais comme il se doutait que les trois hommes allaient sans doute vouloir qu'il les accompagne ou pire, entraîner Chase avec eux, le jeune homme se décida à apporter un argument un peu plus explosif à ses propos. Plaçant ses mains l'une contre l'autre, paume contre paume, le Français se concentra quelques instants au cours desquels on pouvait constater que quelque chose brillait entre ses mains. Puis, relevant la tête et toisant les trois hommes, Lukaz éleva fièrement sa main pour leur présenter ce qui pouvait ressembler à un petit soleil lumineux. Le faisant sauter comme s'il s'agissait d'une balle, il reprit alors la parole. « Vous voyez ça ? C'est un truc qui fait mal. Ça explose, ça brûle et c'est vraiment pas la joie. Moi, je suis immunisé contre donc si vous voulez pas y goûter, je vous conseille de vous tirer tout de suite. Bien sûr, comme je vais m'empresser de lui parler de vous et de vos envies de clé USB, je vous déconseille de revenir par ici à l'avenir. Des surprises comme ça... » Lukaz désigna son petit soleil de la tête. « J'en ai des tas d'autres, pour vous. Alors, vous choisissez quoi ? » Lançant un regard derrière lui, Lukaz constata que Chase semblait toujours aussi confiant et un poil concentré... Est-ce qu'il était responsable de l'apparition du croque-mitaine ? Parce que ça en plus du coup d'avoir deviné de quoi ils parlaient... « Évidemment, interdiction de toucher à mon copain. »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Jeu 12 Sep 2013 - 22:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Chase boudait intérieurement. Néanmoins, néanmoins… Néanmoins, tout cela était assez intéressant. Excitant, il ne serait pas allé jusque là parce qu’après tout, il n’y avait pas de véritable danger : une petite pression de sa volonté et il savait pertinemment que les trois malfrats partiraient sans demander leur reste et en ayant oublié ce qu’ils étaient venu chercher — probablement la solution la plus arrangeante pour Lukaz, d’ailleurs. Mais tout de même, c’était divertissant et, même si l’Américain était un peu vexé de découvrir brusquement à son amant régulier une vie qu’il ne lui soupçonnait pas le moins du monde, sa matinée agréablement pimentée tempérait beaucoup de son amertume.

Cela dit, il n’avait pas pensé à la police. Les voisins allaient vraiment appeler la police ? Dans son idée, les gens, surtout à Star City, essayaient de s’occuper le moins possible de ce qui pouvait se passer autour d’eux, de peur de se retrouver impliqués dans un affrontement qui les dépassait. Puisque Lukaz reprenait les choses en main et que Chase n’était tout de même pas si vexé qu’il voulût voir les forces de l’ordre débarquer chez son amant, il laissa son esprit envelopper peu à peu les habitants de l’immeuble, à la recherche d’une funeste intention de devoir civique.

Le grand-père du troisième, appartement 3B, qui avait déjà tendu la main vers son vieux téléphone à cadran, se rendit compte brusquement qu’il avait oublié de prendre ses pilules du matin et se détourna de l’appareil, sans plus jamais se souvenir du fameux coup de feu. Ce seul geste raisonnable étouffé, le mentaliste revint à l’hic et nunc de son réveil mouvementé, pour découvrir que Lukaz assénait de solides arguments et un soleil miniature à ses intrus qui…

Une seconde. Un soleil miniature ? Chase ne voyait pas très bien. À nouveau, il tendit le cou pour apercevoir ce qui se tramait entre les mains de son ami, tandis que Lukaz dépeignait les brûlants effets de sa petite création. Décidément, il allait de nouvelle en nouvelle. Non seulement le Français volait des clés USB qui contenaient Dieu-Sait-Quoi à Dieu-Sait-Qui pour les donner à Dieu-Sait-Qui (encore), mais en plus il n’ouvrait pas ses rideaux pour donner du jour dans la pièce, Chase le comprenait maintenant, mais pour carboniser de malheureux visiteurs qui commençaient à comprendre que leur initiative était peut-être mal avisée.

Ils reculèrent comme un seul homme.

— Euh…
— Du calme.
— …le… croque… mitaine…


Les dernières paroles de Lukaz firent hausser un sourcil à Chase et effacèrent un instant son sourire amusé. Pressé d’en finir pour discuter des trois sujets de la matinée : 1) Lukaz le Voleur, 2) Lukaz le Panneau Solaire et 3) Lukaz et sa manière de qualifier leur relation, Chase poussa un peu l’anxiété des trois hommes et, finalement, dans une ultime bravade rendue peu convaincante par leur soudaine circonspection, le chef marmonna :

— Ouais, eh bien, ce n’est pas fini, Lukaz ! On reviendra. Tu peux être sûr qu’on reviendra.

Et en attendant de revenir, ils allaient surtout partir. Leur retraite en bon ordre les conduisit de l’autre côté de la porte et, dès qu’ils furent sûrs de ne plus être dans le champ de vision des deux mutants (et du croque-mitaine), ils détalèrent en courant jusqu’à leur voiture. Décidément, s’ils voulaient leur clé, ils allaient devoir revenir avec de l’artillerie lourde : la partie ne s’annonçait pas aisée. En attendant, dans l’appartement, Chase regardait Lukaz fixement, en silence, les bras croisés, toujours aussi peu vêtu et, parmi tous les événements exceptionnels qui venaient de se dérouler en quelques minutes devant ses yeux, il choisit de commencer par le suivant :

— Ton copain ?

Il essayait d’adopter un air froid, inaccessible et un peu vengeur, mais ses yeux bleus palpitaient encore d’amusement et d’excitation. D’une voix aussi indifférente que possible, il rajouta :

— Je n’étais pas au courant. Mais, je suppose, c’était une… manière de dire. Voilà. Pour les besoins de l’argumentation.

Il ne savait pas trop s’il allait ou non à la pêche aux dénégations. « Copain », ça ne sonnait pas trop mal et l’idée que Lukaz fut un dangereux criminel gorgé de radiations solaires n’ôtait pas son charme à cette perspective. Mais il fallait se montrer raisonnable : ils ne se connaissaient pour ainsi dire pas du tout et les dix dernières minutes en avaient apporté la preuve flagrante, tant du côté du Français que de celui de l’Américain.

Chase laissa échapper un soupir, contourna Lukaz et examina la balle logée dans le mur. Il jeta un regard à son amant par dessus son épaule et lança négligemment :

— Désolé pour ça. Je ne pensais pas qu’il serait si… spontané.

Il avait l’air beaucoup plus amusé que désolé, à vrai dire. Mais comme il se doutait que l’arrivée de la police ne serait pas une perspective très riante pour son voleur d’ami, il se retourna à nouveau vers lui, s’approcha et murmura :

— Et t’en fais pas pour la police…

Il avait finalement abandonné sa façade mi-glacial, mi-sarcastique, pour adopter un ton doux et… protecteur. Depuis le début, avec son air un peu fragile, un peu perdu, de quelques années le cadet de Lukaz, il avait été tacite qu’il était celui dont on prenait soin, une réalité jamais formulée mais sensible dans leurs manières d’agir. Mais ce jour-là, Chase redevenait un Neutron-Grey — sûr de lui et de ses pouvoirs.

Il tendit la main pour caresser la joue de Lukaz.

— …j’ai dissuadé tes voisins d’appeler.

Il ne voyait plus l’intérêt de dissimuler sa mutation : les quelques incohérences du comportement des trois hommes avaient dû suffisamment alerter son ami. Un nouveau sourire coin s’installa sur son visage.

— C’était… atypique. Comme réveil. Ça t’arrive souvent ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 13 Sep 2013 - 0:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz ne savait pas si ses voisins avaient l'intention d'appeler la police mais comme il n'habitait pas dans un quartier craignos, il y avait toujours un petit risque qu'au moins une personne appelle les forces de l'ordre, ne serait-ce que pour un contrôle. D'un autre côté, il avait surtout dit ça en espérant que les trois criminels pensent comme lui et qu'ils décident de partir d'eux-mêmes parce que là, cette histoire commençait à devenir très chiante. Par chance, son petit argumentaire et son joli soleil brillant achevèrent de convaincre les types qui prirent leurs jambes à leurs cous... Un peu trop facilement d'ailleurs. Lukaz avait déjà du faire face à des situations de ce genre et en général, si les gens se montraient méfiants face à son pouvoir, ils ne partaient pas comme ça. D'accord, ils avaient peut-être de bonnes raisons d'y aller, entre le croque-mitaine, la police et tout le reste mais ça restait carrément bizarre, tout ça.

Alors qu'une dernière menace les conduisait hors de chez lui, Lukaz laissa son petit soleil se dissiper dans sa main pour en réabsorber la lumière et, se dirigeant vers la porte, il la ferma à double-tour. Vérifiant que tout était bon, il se retourna pour faire face à Chase, un sourire gêné sur les lèvres. Le blondinet était debout, en caleçon, les bras croisés sur le torse, l'air un peu désapprobateur. Le pire, c'était sans doute qu'il était vraiment craquant dans cette posture mais qu'il était peu probable que Lukaz puisse en profiter. Cherchant un moyen de s'excuser, il n'eut même pas l'occasion de prendre la parole que son amant le devança, visiblement interloqué par ses derniers propos. Plus qu'interloqué, il semblait même troublé... Ce qui était normal, Lukaz ne savait pas trop pourquoi il avait dit ça. Enfin, si, s'il l'avait dit, c'était parce que c'était le plus poli qu'il avait trouvé mais aussi parce que Chase était différent des autres. Mais avant de le laisser répondre, Chase soupira et se dirigea vers le mur, s'excusant pour la balle tirée. « T'inquiète pas. » Il en était donc bien responsable ? A priori oui, puisqu'il était persuadé que personne n’appellerait la police, ayant visiblement dissuadé ses voisins.

Une chose semblait certaine aux yeux de Lukaz, il ne savait pas ce qui le troublait le plus. D'un côté, il y avait l'assurance du blondinet qui pensait visiblement très sincèrement ce qu'il disait et de l'autre, son comportement qui tranchait avec tout ce que Lukaz avait toujours supposé à son sujet... Sa manière de parler, son ton si particulier, sa main, sa caresse... Wow, à quoi il jouait ? C'était si... déroutant. Ne sachant pas trop quoi dire, Lukaz retrouva finalement le sourire face à l'expression affichée par Chase. « Tu sais que tu es très déroutant comme garçon ? » Laissant glisser ses doigts sur le torse nu de son compagnon, Lukaz hésita un instant à l'embrasser avant de finalement se retenir. Mieux valait peut-être attendre un peu. Désignant une porte derrière eux, le Français en prit la direction, invitant Chase à le suivre. « Je ne me souviens pas avoir déjà eu un réveil de ce genre... Et franchement, j'aurais préféré continuer à me prélasser au lit avec toi, crois moi. D'ailleurs, pour tout ça, je suis franchement désolé... Tu dois... te poser des questions. »

Cela aurait été le plus normal mais à priori, Chase n'avait pas tellement l'air de lui en vouloir. Ça aussi, c'était surprenant. Poussant la porte, ils entrèrent dans la cuisine de l'appartement et vu qu'il risquait d'être difficile de simplement retourner au lit, autant en profiter pour manger un peu. « Du café ? Du thé ? Autre chose ? » Montrant négligemment les grands tabourets du plan de travail, Lukaz invita Chase à s'installer avant d'en faire le tour, tirant une boite de gâteaux d'un placard. « Pour ce que j'ai dit... tout à l'heure. Je... C'est la première chose qui m'est venue à l'esprit. Je ne sais pas pourquoi. » Dans un sens, si, Lukaz savait pourquoi mais il avait un peu peur de blesser Chase. Oh, il l'appréciait, vraiment beaucoup. Chase était si différent des autres garçons qu'il côtoyait... Et puis, il fallait avouer qu'ils s'entendaient tellement bien, au lit... Cela dit, Lukaz n'était pas du genre à s'attacher à une seule et unique personne, même s'il pouvait avoir ses préférences. « Tu sais, c'est tellement particulier avec toi. Je sais pas comment dire, mais c'est juste unique. J'ai jamais connu quelqu'un comme toi, avant. Nos rencontres, comme ça, au hasard, c'était toujours des surprises qui me faisaient un effet fou. Et puis, j'ai jamais été déçu. Je sais pas, tu as un truc particulier. Copain, le mot était peut-être fort, par contre. » Oui, mais pas forcément pour les raisons que l'on aurait pu penser. « C'était comme tu as dis. Parce que tu as vu ce qu'il y a eu, là. Même si c'est pas courant, je pense que tu as compris ce que ça voulait dire et je sais pas, mais je pense que tu aurais mieux à faire que rester avec quelqu'un comme moi. Même si tu peux rester autant que tu le veux, hein. » Maladroit avec les mots ? C'était une évidence. Lukaz appréciait Chase et il avait évidemment dans l'espoir que le garçon revienne encore vers lui à l'avenir, mais il savait aussi qu'il n'était pas fait pour lui. D'une, à cause de sa vie et de sa vision de l'amour, de deux, à cause des risques qu'il pourrait lui faire prendre et ça, même si Chase savait apparemment se défendre. « Enfin, j'ai l'impression de m'embrouiller, là... Tu veux manger un truc ? Que j'essaye de me faire pardonner un peu. Et puis, merci. Tu aurais pas eu besoin de m'aider mais ça me fait plaisir, vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Ven 13 Sep 2013 - 10:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Les doigts de Lukaz s’égaraient sur son torse et l’esprit de Chase s’égarait un peu partout sur le corps de Lukaz. Soudain, l’envie de discuter de tous ces fâcheux événements faisait place à un autre effet de l’adrénaline qu’ils avaient injectée dans son système et le mentaliste, pour conserver son aura du jeune homme sage, certes déjà bien entamée par les quelques nuits qu’il avait pu passer avec le Français, dut se retenir courageusement de plaquer le dit Français contre le mur qu’il avait endommagé, pour lui prouver combien cette expérience l’avait peu traumatisé.

Sage, Chase, sage. Il se contenta donc de répondre par un très élaboré :

— Hmmm…

Avant de laisser un soupir de frustration, parce qu’il avait senti que Lukaz voulait l’embrasser et que le Français s’était retenu. Ce que les gens pouvaient être sérieux, parfois, tout de même ! Chase emboîta donc le pas à son ami pour se rendre dans la cuisine qu’il commençait à bien connaître et se percha sur un tabouret, les coudes sur le bar, la main dans le menton, suivant du regard les gestes du mutant, puisque mutant, ou mage, ou extraterrestre venu d’une planète lointaine, ou farfadet né dans une dimension parallèle et habilement déguisé, Lukaz était.

— Du thé, s’il te plait.

Il rabaissa les mains pour les croiser devant lui. Il se posait des questions, certainement. Mais il était surtout surpris de n’être que surpris : pas choqué. Vexé de n’avoir pas su, ou deviner, mais il se rendait bien compte que jamais Lukaz et lui n’avaient eu l’occasion d’échanger des paroles et qu’il eût été particulièrement injuste de reprocher à son ami de ne s’être pas livré à lui entre deux ébats. Sans le comprendre tout à fait, Chase éprouvait la panique que nous ressentons quand une partie de la vie de ceux que nous connaissons et apprécions, inconnue et insoupçonnée, se révèlent soudainement à nous, une vie où nous ne sommes rien, complètement étrangère à nous, et qui donne soudain à notre relation avec eux un visage étrange et presque hostile.

Que Lukaz pût avoir une vie qui ne le concernait pas le moins du monde, c’était ce que Chase s’était apprêté à admettre, que le Français avait entamé ses explications… peu explicatives. Les yeux fixés sur le jeune homme, Chase tenta de suivre le fil de ses considérations qui donnaient pour reprendre aussitôt : ils étaient bien ensemble mais pas ensemble parce que c’était spécial mais pas assez ou plutôt si mais pas comme ça mais quand même mais désolé d’avoir été gentil.

— Euh…

Chase croyait avoir la palme dans l’inaptitude pathologique à concevoir clairement une relation humaine, mais il venait de trouver son maître. Le jeune homme glissa donc de son tabouret pour s’approcher de Lukaz, lui prendre le paquet de gâteaux des mains et le poser sur le bar, avant de lui prendre les mains, elles, pour de bon.

— Écoute… On ne se connaît pas. Enfin, on se connaît, d’une certaine façon, mais on ne sait pas beaucoup de choses l’un sur l’autre. Je n’étais pas en train… De te faire une proposition. Juste, le mot m’a surpris, le mot m’a…

Il baissa les yeux et réfléchit un moment, en tentant de démêler ses émotions pour être aussi clair que possible.

— Fait plaisir et attristé à la fois. C’est juste, tu vois, personne ne m’a jamais appelé comme ça, je n’ai été le copain de personne, et peut-être, disons… J’aurais préféré que la première fois ne soit pas un argument pour faire fuir trois abrutis.

Des amants, il en avait. Quelques-uns. Il ne passait clairement pas sa vie à cela. Mais de petit copain, jamais. Et il se sentait un peu idiot d’avouer cela à vingt-et-un ans. Un peu ridicule. Il haussa les épaules et tenta de reprendre un air indifférent, comme si ce détail était une futilité qui ne l’atteignait pas vraiment :

— Mais ce n’est pas grave, ce n’est pas important. C’est juste… Ce n’est pas important. Je suis bien avec toi et… Et je ne sais pas, ce matin, j’ai été en colère, d’abord, parce que j’ai eu l’impression que tout m’échappait. D’être idiot et aveugle. Mais c’était puéril de ma part, une réaction orgueilleuse, et je ne pense pas que tu sois, comment tu dis ? Que j’aie mieux à faire que de rester avec quelqu’un comme toi. Je ne pense pas ça, parce que je ne sais pas ce que c’est « quelqu’un comme toi ». Pas plus que tu ne sais, sans doute, ce que c’est « quelqu’un comme moi ».

Sans le savoir, Chase excellait dans ces petits exercices d’introspection : il les avait appris dès son plus jeune âge, sous la patiente férule de son oncle Jack, pour être certain de pouvoir traquer les moindres et microscopiques manifestations de son pouvoir. Connaître son propre esprit était une nécessité de survie pour lui et, très certainement, un moyen de protéger les autres. Alors il pouvait peser avec plus de subtilité et de précision les sentiments.

Ses doigts s’étaient mêlés à ceux de Lukaz.

— Mais je veux bien savoir, apprendre, un peu, ce que c’est. Parce que moi aussi je suis bien avec toi. Pas seulement quand on… euh…

Chase rougit légèrement.

— Fait des trucs. Tu vois. Mais avant, après, je me sens bien aussi. Et ce n’est pas toujours le cas. Avec d’autres. Alors, voilà. Je cherche pas à t’harponner ou je ne sais trop quoi. Juste savoir. Tiens, regarde, en gage de bonne foi…

Il se détacha de lui, avec une lueur de tristesse et d’appréhension dans le regard. C’était donnant-donnant, il en avait bien conscience : les indices qu’il avait laissé paraître de son pouvoir amèneraient des questions de Lukaz. Avec un sourire dont l’ironie était dirigée vers lui-même, il déclara :

— Je vais te donner deux excellentes raisons de me mettre à la porte, avec l’espoir que tu ne le feras pas.

Il se rendait compte que son cœur battait beaucoup plus vite que devant les revolvers.

— Mon nom de famille, c’est Neutron-Grey. Et je travaille à l’UNISON.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 13 Sep 2013 - 17:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lorsque Chase avait poliment répondu qu'il prendrait du thé, Lukaz avait de suite rempli une bouilloire électrique d'eau et il avait enclenché l'interrupteur, se concentrant ensuite sur son jeune compagnon pour tenter de lui répondre le plus clairement possible, ce qui fut en réalité un véritable échec. Le Français le comprit lorsqu'il vit son jeune ami se lever pour le rejoindre dans le but de lui débarrasser les mains afin de les prendre entre les siennes. Ce geste, ajouté à la caresse à laquelle il avait eu droit un peu plus tôt, rendait Lukaz un peu nerveux. Non pas que toutes ces attentions lui déplaisaient mais il craignait qu'à force, Chase ne se soit mis à nourrir certains sentiments et que son propos malencontreux ait déclenché quelque chose qu'il ne pourrait satisfaire. Parce que oui, il s'était attaché au blondinet et il s'en voudrait de le blesser pour une histoire de ce genre, surtout que comme ce dernier l'expliquait bien, ils ne se connaissaient pas vraiment.

Lukaz fut toutefois rassuré lorsque Chase expliqua qu'il ne lui faisait pas une proposition, parce qu'une chose semblait certaine, il était peu probable que Lukaz puisse un jour devenir le copain de quelqu'un. A moins que ce dernier accepte un certain nombre de concessions qui risquaient de rendre la vie de couple tout simplement impossible. Non, Lukaz tenait à sa liberté et s'engager dans une relation exclusive, c'était y renoncer. Or ça... Il comprenait cependant les arguments de Chase et il était vrai qu'il n'avait pas pensé à tout cela quand il avait laissé filer sa phrase. Dans le même temps, il ne pouvait pas savoir tout cela et il n'avait jamais pensé au fait que Chase puisse avoir des soucis au niveau sentimental. Ils se rencontraient, partageaient une nuit et tout semblait si simple entre eux que Lukaz ne s'était jamais imaginé que le blondinet ait pu simplement vouloir avoir un petit copain. Mais d'un autre côté, ça coulait de source, c'était ce que voulait la majorité des jeunes gens de son âge. De leur âge. « Je comprends. » Ça t'apprendra à parler sans réfléchir, Lukaz ! Mais d'un autre côté, il n'avait pas dit cela dans le but de chasser les criminels pour la simple et bonne raison qu'il ne voyait pas vraiment en quoi cela aurait pu leur faire peur. Dire que son copain était un loup-garou, d'accord, ça aurait pu marcher, mais simplement leur signaler de lui foutre la paix, ça ne semblait pas le plus efficace...

Chase poursuivit alors en indiquant que tout cela n'était pas important, même si Lukaz en doutait, et qu'il était bien avec lui. Quant à la colère, elle n'avait rien de puéril aux yeux du Français, bien au contraire. Avec ce qu'il avait appris, il aurait été normal que Chase ait déjà claqué la porte et pourtant, il était encore là. Alors oui, il avait le droit d'être un peu en colère. Mais il marquait un point, Lukaz en savait autant sur lui que Chase en savait sur Lukaz et du coup, il était compliqué de porter un jugement. En tous les cas, le Français savait au moins une chose : en plus d'être très mignon, Chase était un garçon vraiment adorable. A se demander ce qu'il pouvait avoir fait pour ne pas encore avoir de copain, ce qui, dans un sens, était plutôt un bon point pour le Français. Leurs mains toujours liées, Lukaz écouta les propos du jeune qui, à ce moment précis, reprenait le rôle du blondinet un peu fragile que l'on se doit de protéger. Mais c'était justement ce qui le rendait si craquant.

C'est alors qu'il choisit de changer la donne, informant Lukaz qu'il avait envie d'en apprendre plus sur lui et que pour cela, il allait commencer par se livrer. S'écartant un peu, laissant une étrange expression passer sur son visage, le blondinet révéla alors deux points d'importance qui le concernaient : il s'appelait Chase Neutron-Grey et il travaillait à l'UNISON. C'était ce qu'on pouvait appeler une révélation et Lukaz était véritablement soufflé. L'UNISON, c'était une organisation qu'il n'appréciait pas spécialement parce qu'il avait eu quelques petits soucis avec une femme qui y travaillait mais à priori, Chase n'avait rien à voir avec elle et il ne semblait pas au courant de quoi que ce soit. Mieux encore, il avait cherché à protéger Lukaz un peu plus tôt, et cela malgré ce qu'il avait appris. De ce fait, bien que Lukaz n'avait pas une vie des plus saines et plus correctes, il n'était pas non plus un criminel en puissance et pour cette simple raison, il n'avait pas de raison de rejeter Chase. Laissant un sourire apparaître sur ses lèvres, ce fut au tour du Français de s'approcher de son compagnon et, sans vraiment dire quoi que ce soit, il l'embrassa sur les lèvres, tendrement. « Je te l'ai déjà dit, mais tu es vraiment déroutant, comme garçon. »

Glissant ses doigts le long de la mâchoire de Chase, Lukaz ne tarda pas à reprendre la parole. « J'imagine que c'est ce qui explique le coup du croque-mitaine et tout le reste. Comme quoi, on a chacun nos secrets. Mais, ce n'est pas pour ça que je vais te dire de partir. C'est sûr, vu ce que tu as appris tout à l'heure et vu ce que tu me dis maintenant, je flippe un peu... Mais bon, tu m'as déjà aidé en évitant aux flics de venir alors j'imagine que je peux te faire confiance. Tu sortiras d'ici quand tu en auras envie et en attendant, ça ne change rien pour nous. » Cela était vrai, pour la bonne et simple raison que Lukaz tenait à Chase et qu'il était prêt à quelques compromis. Et puis, qu'il soit une célébrité, ça mettait certes du piment dans leur relation mais comme ils se retrouvaient depuis quelques temps sans qu'il ne le sache, cela n'allait pas changer grand chose.

« Comme tu l'as sûrement compris, j'ai... commis quelques écarts, si je puis dire. Je te mentirais en disant que je le regrette alors je ne le ferais pas. Mais bon, l'interdit, ça attire, non ? » S'il était celui qu'il avait dit être, même s'il n'avait rien fait d'illégal, Chase devait déjà avoir réalisé des trucs particuliers et il pourrait peut-être comprendre l'intérêt du défi. Mais rien n'était moins sûr et Lukaz espérait juste qu'il ne se révolte pas en raison de son comportement et qu'il ne change pas d'avis sur la suite à donner à tout cela. « Mais j'ai aussi un boulot normal, hein, je te rassure. Je pense pas être une mauvaise graine ! » Non, même s'il avait des comportements marginaux, Lukaz se pensait quand même un minimum correct. Et puis, il avait toujours des excuses, même pour la drogue ! Ça ne rendait pas la chose moins grave mais ça donnait au moins bonne conscience. « Puis, tu l'as vu. Je suis... un mutant. C'est comme ça qu'on dit, je crois ? » Tout en disant cela, le Français s'écarta alors un petit peu et, comme il l'avait fait un peu plus tôt, il posa ses mains l'une sur l'autre, paume contre paume, avant de se concentrer pour laisser apparaître de la lumière et faire naître un petit soleil qu'il présenta à Chase. « Ça fait partie de mes capacités. » C'est à ce moment que la bouilloire indiqua que l'eau était chaude et prête à l'usage. « Un ami m'a donné un thé japonais. Du thé blanc, je crois. Ça te tente ? »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Ven 13 Sep 2013 - 18:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
À vrai dire, Chase ne savait pas ce qu’il attendait précisément d’un copain et sa vision du « prince charmant » était sans doute très différente de celle des livres. Pas vraiment éduqué à la sentimentalité devant les films hollywoodiens, le jeune homme ne s’était jamais posé les questions fondamentales qui attendaient toute personne ouverte d’esprit devant une relation potentielle : l’exclusivité, la vie commune, les secrets, la carrière, etc. Tout cela était trop… Lointain. Négligeable. Improbable.

Mais il tenait à Lukaz — peut-être plus qu’il ne l’avait imaginé. Parce qu’à peine son nom de famille et son institution déclinés, Chase se sentit à deux doigts d’aller chercher les réactions du Français directement à leur source et il dût se retenir pour ne pas s’immiscer dans l’esprit de son amant. L’insupportable et interminable attente (de plusieurs secondes) cessa enfin et un sourire ravi s’épanouit sur le visage du Neutron-Grey, qui avait vu trop souvent son nom jeter une gêne sur une conversation pour ne pas en craindre la révélation.

Les mains de Chase se posèrent sur le torse de Lukaz et il laissa ses lèvres rejoindre celles du jeune homme, pour dissiper la frustration du baiser avorté, quelques minutes plus tôt, dans le vestibule. Voilà : c’était le réveil qu’ils auraient dû avoir et, finalement, l’irruption intempestive des trois malfrats ne l’avait rendu que plus agréable. Chase se pressa un peu plus contre Lukaz, pour pouvoir prolonger le baiser et, quand leurs lèvres se séparèrent, le jeune homme ne recula pas d’un millimètre.

Lukaz acheva de le rassurer en quelques paroles qui ne furent entrecoupées que par une confirmation murmurée d’une voix rêveuse :

— Oui, l’interdit, ça attire…

Et il suffisait de n’avoir qu’une vague connaissance des aventures des enfants Neutron-Grey pour savoir qu’ils ne s’étaient jamais laissés particulièrement impressionnés par les règles, au grand désespoir de ceux qui étaient chargés d’assurer leur sécurité. En grandissant, ils étaient devenus un peu plus raisonnables sans doute, mais ils avaient gardé, Chase surtout, un tempérament frondeur pas toujours très compatible avec les exigences professionnelles d’un agent de l’UNISON. Mais Chase était informaticien, alors il n’était pas vraiment un agent, n’est-ce pas ?

Chase passa les bras autour du cou de Lukaz et, avec un sourire amusé, répondit encore :

— Les mauvaises graines, c’est bien ici. Plus coriaces. Et plus surprenantes.

Il laissa Lukaz se détacher un peu malgré lui pour observer, tout à loisir cette fois, la démonstration dont il n’avait eu qu’une vision parcellaire lors de leur confrontation avec leurs visiteurs. Pour un scientifique comme Chase, il y avait quelque chose d’indéniablement poétique dans cette manifestation miniature d’astronomie et, si Lukaz n’avait pas expliqué que la sphère était dangereuse, il eût sans doute été tenté de l’effleurer pour voir ce que cela pouvait bien faire, de toucher le Soleil.

D’un air songeur, il fit remarquer :

— C’est un peu étrange. On se voit surtout la nuit et en fait tu es… solaire.

Leurs relations étaient essentiellement charnelles et lui était un maître des esprits : ils n’en étaient plus à un paradoxe près. Chase s’adossa au mur pour laisser à Lukaz qui préparait le petit-déjeuner le champ libre. Devait-il lui en dire plus sur ses propres pouvoirs ? Généralement, la partie « lecture mentale » refroidissait considérablement son entourage, alors la perspective n’était pas très souriante. Ce fut un peu distraitement qu’il répondit :

— Thé blanc, oui, très bien, merci.

Définitivement, il ne voyait pas comment tourner la chose. « Ah, au fait, je suis un mentaliste surpuissant », ce n’était pas exactement très naturel, comme approche. Il regarda l’eau brûlante qui emplissait la tasse, les volutes de fumée qui s’élevaient et le parfum du thé vint bientôt se développer dans la pièce.

— Lukaz…

Il prononçait toujours son nom avec un accent américain, même si, de temps en temps, il essayait, en s’appliquant, de reproduire l’exacte intonation française qu’il avait entendue dans la bouche de Lukaz, quand il s’était présenté, la première fois.

— Puisqu’on en est aux pouvoirs, hmm… Peut-être que je devrais, euh…

Chase se détacha du mur et revint s’installer sur son tabouret, attirant la boîte de gâteaux à lui pour se donner du courage. Il en tira un qu’il engloutit et, le temps de mâcher, s’offrit le luxe éphémère de la réflexion. Le plus simple était sans doute le plus direct.

— Je suis télépathe. Et un télépathe, disons, assez… complet.

Il y en avait des spécialisés, lui faisait tout. Un couteau-suisse de l’esprit, disait parfois son frère aîné.

— Ça inclut la lecture des pensées, mais… Je ne l’utilise pas. Je veux dire, pas au quotidien. Je ne l’ai jamais fait sur toi, par exemple. Peut-être, juste, je suis parfois plus intuitif. Mais ce n’est pas volontaire. Je n’essaye pas d’être indiscret.

Il passait la partie où il pouvait traumatiser ses victimes ou leur nettoyer le cerveau de fond en comble, histoire de ne pas trop noircir un tableau qui risquait déjà d’être difficile à regarder. Il retourna le paquet de gâteaux pour jeter un coup d’œil au labyrinthe simpliste qui tenait lieu de jeu, au dos, afin de s’occuper.

— Par exemple, la clé USB, c’est dans leur esprit à eux que je suis allé la chercher. Et je ne suis pas allé trop loin, encore. Je ne sais pas ce qu’il y a dedans, ni ce que tu as fait, ni… rien. Juste qu’il y a une clé. J’ai appris à me retenir, tu vois. Et je me retiens.

Il releva les yeux vers Lukaz. Manifestement, il était très important pour lui que son ami fût bien convaincu de ce qu’il lui disait.

— Promis.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 14 Sep 2013 - 21:56 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
En toute sincérité, peut-être pour l'une des premières fois de sa vie avec quelqu'un de... normal, Lukaz avait parlé de lui en essayant de faire au mieux pour ne pas alarmer Chase et surtout, pour ne pas le faire fuir. Il fut donc rassuré par les réactions de son amant, ce dernier l'enlaçant de ses bras et lui offrant un sourire qui illuminait son visage. Mais le mieux était encore ce qu'il répondit ensuite, laissant entendre qu'il n'avait rien contre les mauvaises graines. Lukaz avait-il une mauvaise influence sur Chase ? A moins que sa nature d'interdit ne le rende beaucoup plus attirant aux yeux du blondinet, ce qui était tout aussi possible.

S'écartant ensuite, Lukaz fit la démonstration de son pouvoir au jeune homme à qui cela sembla plaire. Il se permit même un petit commentaire des plus vrais et si le Français s'était laissé gagner par un romantisme qui ne lui ressemblait pas vraiment, il aurait sans doute indiqué à Chase qu'en se rencontrant la nuit, ce dernier avait sur sa vie un effet qu'il ne pouvait même pas soupçonner. En effet, si Lukaz avait parfois besoin de recourir à la consommation de substances illicites pour contrer les effets négatifs de sa déprime solaire, lorsqu'il était avec Chase, ces effets ne se faisaient même pas sentir... De quoi se poser des questions. Pour toute réponse, le jeune homme se contenta pourtant de sourire, tout simplement.

C'est alors que la bouilloire les interrompit. Tandis que Chase approuvait sa proposition de thé blanc, Lukaz farfouilla dans un tiroir pour en extirper une boule à thé qu'il remplit des précieuses herbes avant de la plonger dans la tasse pleine du liquide brûlant. En entendant son nom quitter les lèvres du blondinet, Lukaz fit néanmoins volte-face, quelque peu inquiet et alarmé. Commencer une phrase de cette manière, ce n'était jamais un bon signe et il se demandait ce qui pouvait encore poser un problème. Visiblement mal à l'aise, Chase commença par évoquer le sujet des pouvoirs avant de faire le tour du bar pour revenir s'installer sur son tabouret, Lukaz ne le lâchant pas du regard une seule seconde. Après avoir mangé un gâteau, le blondinet lâcha une véritable bombe, expliquant être un télépathe avant d'enchaîner sur sa capacité à lire les esprits. Avant qu'il ne l'explique, Lukaz comprit donc que c'était de cette manière qu'il avait appris l'existence de la clé USB et il se demandait bien ce que Chase avait pu apprendre d'autre. C'était... effrayant, dans un sens.

Néanmoins, le jeune homme expliqua qu'il n'utilisait pas ce pouvoir en temps normal et qu'il ne s'en était jamais servi sur le Français. La suite ressembla plus à une tentative de justification et Lukaz se demanda si ce genre de révélation lui avait déjà causé du tort par le passé. C'était probable. Très probable même, surtout si l'on tenait compte du fait qu'il n'avait jamais eu de copain et que son nom pouvait effrayer les autres. « Les pouvoirs... On ne choisit pas de les avoir et parfois, ils ne nous font pas que du bien. Je suis... solaire, comme tu l'as dit. Je ne sais pas vraiment comment ça fonctionne, tout ça, mais je sais que j'ai besoin du Soleil, vraiment. Je n'ai pas vraiment le choix. La nuit, quand il fait gris, tout ça... Je le sens, comme si ça allait moins bien. Je me sens presque... mal. Sauf quand je... fais certaines choses. Ou que je suis avec toi, en fait. » Saisissant la tasse, Lukaz en retira la boule à thé avant de déposer le mug devant Chase, sur le bar. Souriant, il reprit la parole. « Je ne peux même pas imaginer ce que c'est d'avoir un pouvoir comme le tien mais je me doute que tu dois aussi vivre avec tous ces mauvais côtés. Alors ne t'inquiète pas, ça ne me fait pas peur. Bon, un peu, peut-être. Disons que je n'ai pas que des pensées très correctes alors forcément... Mais je sais que tu fais de ton mieux. Sinon, tu aurais déjà su ce que ces types t'ont appris tout à l'heure. »

Contournant à son tour le bar, Lukaz vint s'approcher tout près de son amant et une fois de plus, il l'embrassa sur les lèvres, presque tendrement. « Que tu sois un Neutron-Grey, que tu bosses à l'UNISON ou que tu lises dans les pensées, ça ne change rien. Bon, peut-être un petit peu, mais ça ne compte pas. Ce qui compte, c'est tout le reste. Même si on ne se connaissait pas vraiment, les choses sont toujours simples avec toi... Je sais pas, j'ai toujours eu l'impression qu'on était sur la même longueur d'onde, toi et moi. C'est rare, ça. T'es peut-être bien le seul avec qui je l'ai vécu, en fait. Et puis, malgré les mauvaises surprises de tout à l'heure, tu es encore là, assis sur ce tabouret, tu m'as évité d'avoir des flics dans tout l'appart et tu cherches même à te justifier. Pourtant, c'est moi qui ait fait des bourdes, nan ? » Conservant son sourire, Lukaz passa juste derrière Chase, l'enlaçant de ses bras pour se coller tout contre lui, laissant ses mains glisser sur le torse du blondinet tout en regrettant d'avoir revêtu un tee-shirt au saut du lit pour aller ouvrir la porte. Déposant un nouveau baiser dans le creux de la nuque de son amant, Lukaz reprit la parole. « T'es vraiment mignon, tu le sais, ça ? Moi, je te garde comme tu es. On se connaît peut-être pas vraiment mais avec toi, je suis bien. Alors, j'aimerais bien pouvoir continuer à passer du temps avec toi, juste comme ça, sans prise de tête. Mais, je sais que je peux être un risque pour toi alors je ferais des efforts pour que tu ne te retrouves pas encore dans une drôle d'histoire. De ton côté, s'il t'arrivait de... percevoir quelque chose... dans ma tête, je veux dire... Tu... tu m'en parlerais ? J'ai confiance en toi, hein. Mais je n'aimerais pas que des morceaux de mes pensées te fassent te poser des questions. Si tu me le disais, je pourrais au moins t'expliquer. Ça nous éviterait sûrement des ennuis. » Posant son menton sur l'épaule de Chase, Lukaz attendit de voir ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Sam 14 Sep 2013 - 22:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Neutron-Grey, agent de l’UNISON, télépathe : c’était sûr, Chase cumulait les armes à double tranchant. Dans l’ensemble, il ne se trouvait pas trop à plaindre : son pouvoir avait longtemps été plaie mais désormais, pour l’essentiel, il était sous contrôle. Son métier à l’UNISON était loin d’être aussi palpitant qu’il l’avait d’abord imaginé, mais de temps à autre, on le laissait aller sur le terrain. Et si la célébrité de sa famille était un fardeau, les merveilles du Bisgby Building en compensaient très légèrement les ponctuels désagréments.

Bien sûr, parfois, il rêvait d’autres choses et c’était cette frustration profondément enfouie qui l’avait poussé à balayer finalement d’un revers de main toute la réprobation qu’il aurait pu avoir pour les activités illégales de Lukaz, dont il ne savait toujours pas grand-chose. S’il avait bien compris, Lukaz était un voleur, et Chase s’en faisait une idée peut-être un peu trop romanesque. Difficile d’imaginer le Français comme un cambrioleur violent et grossier : pour le mentaliste, Lukaz devait nécessairement être un voleur élégant qui vivait des aventures palpitantes en toute liberté.

Et la douceur diplomatique dont il faisait preuve envers lui en ce moment ajoutait encore à ses imaginations rêveuses. Tout le monde ne prenait pas mal la découverte de ses pouvoirs de télépathe, mais dans la situation de Lukaz, Chase doutait que beaucoup auraient eu la même réaction de son amant. Alors ce fut un regard un peu admiratif et très reconnaissant qu’il posa sur lui, alors que le voleur s’employait à ne pas se laisser emporter par la crainte bien légitime de voir Chase fouiller dans ses pensées les plus privées.

Naturellement, les révélations incomplètes de Lukaz conduisaient à d’autres questions. Que volait-il exactement, pour qui ou pourquoi ? Quelles étaient les autres choses qu’il faisait, la nuit, pour lutter contre la tristesse ? Courrait-il de graves dangers ? Mais toutes ces questions, Chase n’était pour l’heure pas tenter de les résoudre en sondant l’esprit de son ami : la manière dont Lukaz venait de lui donner un rôle particulier dans son existence, et les lèvres du Français qui, bientôt, rejoignaient les siennes, le rendaient incapable de rompre la promesse qu’il venait de lui faire de ne jamais s’immiscer dans ses pensées.

Chase se cambra légèrement sur le tabouret quand Lukaz se glissa derrière lui et de nouveaux frissons le parcoururent lorsque les mains du mutant s’égarèrent sur sa peau. Le jeune homme déglutit lentement. Il fit néanmoins un effort pour écarter les rêveries peu catholiques que les baisers et les caresses du Français n’avaient pas manqué d’éveiller en lui, afin de se concentrer sur l’importante discussion qui se poursuivait.

Ses mains se posèrent sur celles de Lukaz et il laissa échapper un soupir de plaisir guère innocent.

— Je vais essayer. Parfois, ce n’est pas toujours facile de distinguer ce qui relève, je ne sais pas, disons d’une intuition psychologique, comme tout le monde en a je suppose, et d’une connaissance télépathique. Les gens eux-mêmes ont parfois du mal à savoir ce qu’ils pensent ou ressentent, alors quand j’en perçois des choses sans le chercher, ce n’est pas très précis et toujours, souvent confus.

Sa modestie était pour une fois un peu stratégique : en peignant son pouvoir sous les couleurs les moins remarquables, Chase espérait atténuer un peu les inquiétudes de Lukaz. La vérité, c’était tout de même qu’il se trompait rarement. Mais avouer qu’il était un télépathe était une première étape suffisante ce jour-là pour qu’il n’eût pas besoin de préciser tout de suite qu’il était le télépathe du moment. Chaque chose en son temps.

Il caressait du bout des doigts les mains de Lukaz et, après un moment de réflexions, qui concernaient pour moitié leur situation actuelle et pour moitié tout ce que Lukaz pouvait faire de lui avec ces mains-là, il reprit la parole :

— Tu n’as pas fait de bourde. Je veux dire…

Il haussa les épaules.

— Si je devais compter toutes les fois où Tesla — c’est ma sœur — et moi avons fait des choses interdites, on sera encore là demain. Tu as une vie, elle est… compliquée, je suppose. Et parfois incontrôlable. Je connais ça aussi. C’est comme ça. Et puis, j’aime bien t’imaginer entre de voler un diamant. De passer souplement sous les rayons laser. Parce que tu es très souple…

La dernière phrase avait été prononcée d’une voix beaucoup plus chaude que les précédentes et, de toute évidence, Chase n’était plus exactement en train de penser aux compétences de voleur de Lukaz. Le Neutron-Grey rougit un peu avant de pivoter sur son tabouret pour faire face à Lukaz et de lui adresser un sourire un peu mutin.

— Pardon, je crois que mon esprit divague un peu…

Ce disant, ses mains s’étaient faufilés sous le tee-shirt, il était d’accord bien encombrant, de son ami, pour remonter lentement jusqu’aux pectoraux.

— J’ai bien aimé aussi la manière dont tu t’es interposé entre moi et le danger, tout à l’heure, c’était…

Parfaitement inutile, certes.

— …très viril. Tu es très viril.

Chase esquissa une moue songeuse, avant de corriger, avec un air amusé :

— Enfin, pas tout le temps. Quand tu dors, tu ressembles surtout à un chiot, mais enfin, tu ne peux pas être impressionnant tout le temps. Juste, si tu te tiens à te faire une réputation dans le milieu, évite qu’on te surprenne dans ton sommeil. Ton côté adorable risque de te desservir dans les discussions musclées au milieu des bars mal famés.

Oui, il se moquait un peu — mais gentiment. Ses mains étaient passées dans le dos de Lukaz, jusqu’au creux de ses reins et il l’attira un peu plus vers lui.

— Dis, tu crois que tu pourrais me montrer, un jour ? Ton milieu, comment c’est…

Les yeux de Chase brillaient à la perspective d’une nouvelle aventure. Et pour appuyer sa requête d’arguments point du tout rhétoriques mais généralement très persuasifs, ses mains descendirent un peu plus bas dans le dos de Lukaz. Très bas, en fait.

— …je serais discret, tu sais. Les gens ne me remarqueront même pas. Personne ne me remarque quand je n’en ai pas envie. Je voudrais juste… voir…

Et vivre pendant une soirée la vie d’Arsène Lupin. Chase posa donc de grands yeux bleus suppliants dans ceux de Lukaz, tandis que ses mains restaient égarées. L’art de la persuasion, je vous dis.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 15 Sep 2013 - 0:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz fut ravi que Chase lui réponde qu'il essaierait parce qu'il savait qu'il pouvait avoir de drôles de pensées et de ce fait, il ne voulait pas l'alarmer pour rien. Sans compter certaines pensées qu'il souhaitait garder pour lui parce que mine de rien, même s'il avait dit que les voleurs n'avaient pas de code d'honneur, sa fidélité allait pleinement à certaines personnes et il s'en voudrait de trahir leurs secrets. Mais bon, comme le lui expliquait Chase, les pensées étaient souvent troubles et il suffisait de voir le mal que Lukaz avait eu pour s'exprimer tout à l'heure pour comprendre qu'il risquait d'en être de même des pensées. Et de fait, capter un fragment de ce joyeux bordel, ça n'allait pas permettre de comprendre grand chose. « Je comprends. »

Semblant perdu dans ses pensées, Chase expliqua à Lukaz qu'il n'avait pas fait de bourde et que lui-même avait transgressé pas mal d'interdits, avec sa sœur. Si cela était bien possible, le Français considérait quand même que cette matinée était une bourde. Par chance, Chase n'était pas n'importe qui mais s'il avait été dépourvu de pouvoirs, qu'est-ce qu'il se serait passé ? Lukaz considérait déjà comme une erreur grave que les autres aient pu retrouver son appartement et ça l'avait été encore plus de se faire surprendre comme ça. Du coup, s'il était arrivé quelque chose à Chase, par sa faute, il s'en serait voulu longtemps. Oui, il était un criminel parce qu'il volait, oui, il avait menacé les types de les faire sauter mais en réalité, il n'avait jamais fait sauter autre chose que des serrures. La violence et le combat, c'était pas vraiment son truc.

Les derniers mots de Chase ramenèrent toutefois Lukaz à la réalité, une expression de surprise affichée sur son visage. Lorsque le blondinet pivota sur son tabouret, affichant un sourire plutôt suggestif et mentionnant que son esprit divaguait un peu, le Français ne put s'empêcher de laisser échapper un rire amusé. Les mains du Neutron-Grey glissèrent alors sous son tee-shirt, surprenant un peu plus Lukaz en le qualifiant de viril. Très viril, même. Décidément, il avait réellement l'air d'être sous son charme. Mais bon, il fallait avouer que c'était réciproque. Puis, toujours aussi déroutant qu'il l'était, Chase se corrigea en indiquant que lorsqu'il dormait, Lukaz avait l'air d'un adorable chiot. « Un chiot ? » Une fois de plus, un rire lui échappa tant la situation était cocasse. Alors comme ça, Chase le regardait dormir ? Au moins, il le trouvait adorable ! Ce genre de détail gonflait toujours un peu plus l'ego du Français.

Les mains glissèrent alors dans le dos de Lukaz, l'attirant vers Chase qui, se montrant curieux, demanda la possibilité de voir, un jour, le milieu dans lequel évoluait Lukaz. Cela avait l'air sincère et on pouvait même voir la curiosité briller dans ses yeux. Que s'imaginait-il trouver là-bas ? Dans le même temps, ses mains descendirent un peu plus bas encore, accroissant davantage les regrets de Lukaz quant au fait qu'ils n'aient pu vivre un véritable réveil. « Je serais curieux de voir ce que tu es en train de penser, là. Tu sais, ma vie n'est pas toujours rose et parfois, je fais des choses parce que je n'ai pas trop le choix. » Aller au Circus, par exemple. Il ne le faisait pas que par plaisir. D'accord, on pouvait y trouver des drogues et des coups d'un soir, mais pour la partie des combats, c'était beaucoup moins joyeux à regarder. En réalité, il était très probable que s'il n'était pas lié au clan Miura, Lukaz n'aurait jamais mis les pieds là-bas. « Mon vrai milieu, en fait, c'est les bars et les soirées. Les endroits où je t'ai rencontré. Parfois, d'autres endroits un peu moins... corrects, mais ce genre de lieux de manière générale. J'y trouve de quoi passer le temps en attendant de meilleurs moments. Puis parfois, on rencontre de surprenantes perles. »

Souriant, Lukaz se doutait bien que ce n'était pas là ce qu'attendait Chase. « Mais si tu y tiens réellement, je pourrais faire un effort. Même si je dois avouer que ça me déplaît un peu... Enfin, tu me diras, tu es un Neutron-Grey. Tu as du en voir des trucs fous et vivre des expériences qu'on n'imagine même pas, alors pourquoi pas. Je te ferais voir, si tu veux. Mais ne t'attends pas à du grandiose... Puis, souvent, j'évite ces endroits pour faire d'autres choses. » Laissant glisser ses mains sur les bras de Chase, Lukaz remonta doucement pour saisir son visage et y déposer un baiser. « Des choses en lien avec la souplesse et les laser, d'ailleurs. Parce que tu as vu juste, je m'entraîne beaucoup. Après tout, ça sert toujours, non ? » Un nouveau baiser ponctua la phrase, suivi d'un deuxième, le long de l'arête de la mâchoire. « Mais les bagarres, j'essaye de les éviter. Je suis pas vraiment doué là-dedans. Par chance, les brutes qui se battent ont souvent peur de mes soleils, ça m'aide beaucoup. Comme tout à l'heure, d'ailleurs. Mais quelque chose me dit que tu m'as aidé, non ? Parce que c'était un peu trop facile... Enfin, c'est pas comme si ça me dérangeait, hein ! On pourrait faire une bonne équipe, en fait, quand on y pense... Même si tu as fait l'essentiel du boulot. »

Souriant, Lukaz resta un bon moment hypnotisé par les yeux de Chase autant que par ses mains. Ce qu'il avait envie de retourner avec lui sous les draps... Mais il ne fallait pas y penser, non. « Tu sais, en fait, quand je vole, c'est souvent plus un défi que pour l'objet en lui-même. On m'a déjà fait voler des trucs insignifiants plutôt que des diamants, juste pour me tester, en m'envoyant dans des endroits jugés risqués. C'est criminel, je sais, mais je fais rien de mal. Enfin, pas vraiment mal. Parfois, peut-être que ce sont des trucs importants, je ne sais pas. Je suis juste le livreur. J'ai un boulot que j'aime bien, mine de rien, et voler ne m'aidera pas à devenir riche. Mais le défi, l'interdit, le fait de savoir que je peux le faire, de réussir mon vol sans qu'on me voit ou qu'on me prenne... C'est excitant. Bien plus que d'aller dans des endroits pas trop fréquentables. Mais bon, c'est l'autre aspect du boulot que je peux pas éviter. » Est-ce que c'était cela que voulait voir Chase, en parlant de son milieu ? Était-ce ça qu'il voulait partager ? Lukaz ne voyait pas trop comment cela aurait été possible mais Chase était si surprenant qu'on ne savait jamais... « Est-ce c'est ça que tu voudrais ? Venir avec moi, une nuit ? »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Dim 15 Sep 2013 - 11:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Quand Lukaz se mit à peindre de son existence un tableau à la fois plus réaliste et plus noir que les aventures d’Arsène Lupin que Chase était en train de s’imaginer, le jeune mutant se sentit aussitôt terriblement coupable d’avoir fait preuve d’en enthousiasme puéril pour cette existence qui, sans aucun doute, devait être difficile, et ses mains suggestives remontèrent sagement sur le dos de Lukaz, pour ne pas ajouter une lubricité déplacée à la liste de ses affreuses indélicatesses.

Tout diplomatique que Lukaz fût, Chase en sentait bien les réticences et il était à deux doigts de retirer sa requête et de lui dire qu’il n’avait pas à le guider dans un univers qu’il n’appréciait pas lui-même quand le Français, entre deux baisers, cerna un peu plus sa demande. À nouveau, un sourire vint prendre sa place sur les lèvres de Chase, qui voyait disparaître les tripots glauques et revenir le glamour d’un cambriolage de haute voltige, comme au cinéma.

Il s’exclama presque innocemment :

— Oui c’est ça ! C’est de ça que je veux parler !

Il rougit un peu de son enthousiasme si sincère pour quelque chose de si criminel, mais il ne songeait pas tellement à la loi : comme à son habitude, il rêvait au jeu et à l’aventure. Chase se releva de son tabouret et ses mains passèrent à la taille de Lukaz.

— Tu sais, les bagarres, le Milieu, tout ça, je connais déjà un peu. Ce n’est pas… Ça ne fait pas rêver, disons.

Entre ses aventures avec Charlie, celles avec sa fratrie et celles avec l’UNISON, il avait déjà eu le loisir de découvrir ce genre de situations, même s’il ignorait encore beaucoup de ce qui se tramait dans les bas-fonds de Star City. Les ambiances enfumées dans des débits de boissons suspects ne faisaient pas partie de son imaginaire romanesque — il n’avait sans doute pas regardé assez de westerns pour ça.

Peu désireux de s’étaler sur un sujet apparemment douloureux pour Lukaz, il enchaîna aussitôt :

— Mais toi, tu me fais rêver… Toi en train de voler quelque chose pour la beauté du geste, c’est…

Chase avait l’air d’un gamin émerveillé à la promesse d’un parc d’attractions.

— C’est tellement palpitant ! Je suis sûr que tu es terriblement doué, en plus.

Il n’avait aucun moyen de le savoir, mais cela s’était imposé à lui comme une évidence : Lukaz, bien sûr, était le meilleur dans son domaine. Rien de télépathique dans cette étrange certitude : Chase était simplement beaucoup plus attaché et sensible au charme de son amant qu’il ne voulait bien l’avouer, et cette affection paraît pour lui Lukaz de nombreuses qualités dont il n’avait pourtant pas encore eu la preuve.

Ses mains remontèrent le long des côtés de Lukaz, pour revenir se poser sur ses pectoraux, en soulevant un peu son tee-shirt au passage.

— J’ai envie… que tu m’entraînes, que tu m’emmènes ! Je ne veux pas découvrir les endroits que tu n’aimes pas, et les choses que tu ais obligé de faire pour…

Chase s’interrompit et se fit un instant songeur. Son sourire se fit moins enthousiaste et beaucoup plus tendre. Il retira les mains de sous le vêtement de Lukaz et vint en poser une sur sa joue, avant de reprendre, d’un ton calme cette fois, calme et protecteur, comme quelques minutes plus tôt, dans le vestibule :

— Enfin, je veux découvrir ça aussi, parce que c’est une partie de toi et je veux être capable de… Comprendre. Ce que ça te fait. Ce que je pourrais faire pour… Améliorer. Soulager ? Un peu.

Il ne s’en rendait pas compte, mais ces paroles suggéraient qu’ils étaient en train de construire une relation beaucoup plus complexe que leurs épisodiques rencontres charnelles. Partager les joies et les souffrances était d’un tout autre ordre que de partager les plaisirs et les désirs, puis de se quitter le matin.

— Mais je veux surtout que tu me montres ce qui te plait. Ça flatte mon goût de l’aventure, je suppose. Et puis, c’est toi.

Cette conclusion simple et compliquée à la fois avait été soulignée d’un sourire presque timide, et les mains de Chase se retirèrent sagement du vêtement de Lukaz. Le jeune homme déposa un baiser au coin des lèvres de son amant, avant de murmurer très bas :

— Le thé va refroidir, je crois.

C’était une dérobade pour cacher un peu de l’émotion qui le gagnait. Sans parvenir d’abord à détacher son regard de Lukaz, il chercha d’une main tâtonnante sa tasse sur le bar, avant de la trouver enfin. Avec un nouveau sourire, il se détourna, la porte à ses lèvres et avala une gorgée, en tentant de faire le point sur ce qu’il avait dit. Ce n’était pas sa proposition de devenir à son tour, fût-ce pour un soir, un cambrioleur et donc un hors-la-loi qui le perturbait. C’était qu’elle n’avait pas été motivée uniquement par l’envie de faire une nouvelle expérience palpitante, mais aussi par le désir de se rapprocher un peu plus de Lukaz.

Le jeune homme fixa les chiffres de l’horloge incrustée dans le four, en face de lui. D’une voix un peu lointaine, il murmura :

— Il faudrait que j’aille travailler, je suppose, à un moment ou un autre.

Il était aisé de voir qu’il n’en avait pas envie, mais il ne pouvait pas toujours passer entre les mailles du filet protocolaire de l’UNISON. Il se retourna vers Lukaz, lui prit la main et le fit s’asseoir à côté de lui. Sa main resta refermée sur celle du jeune homme, alors que de l’autre il poussait vers lui le paquet de gâteaux.

— Et toi, qu’est-ce que tu fais, comme travail plus euh… traditionnel ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 15 Sep 2013 - 21:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Dans un sens, Lukaz fut rassuré en entendant Chase confirmer que ce qu'il attendait, c'était bien de partager ses péripéties nocturnes et non le reste. En effet, il trouvait qu'il y avait quelque chose de dérangeant à l'emmener au Circus Maximus, au milieu de tous ces types glauques et de tout le reste. Même si le blondinet avait indiqué qu'on ne le remarquerait pas, on ne savait jamais sur quoi on allait tomber et bon, un Neutron-Grey au Circus, ça pourrait attirer bien des ennuis, autant à lui-même qu'au Français. De ce fait, l'emmener commettre un vol, ça avait quelque chose d'un peu plus plaisant même si pour le coup, Lukaz n'avait pas la moindre idée de comment ils pourraient faire ça. Et puis... C'était vraiment sérieux comme demande ? Il était vrai que Lukaz n'était pas le plus au fait de l'actualité mais les Neutron-Grey, c'était bien des héros, non ? Surtout s'ils bossaient à l'UNISON. Alors de là à lui proposer de participer à un vol, comme ça, c'était surprenant. Très surprenant. Le Français ne pouvait éviter de craindre un piège et cela même si Chase avait un regard qui semblait des plus sincères. Soit il devait être un véritable acteur, soit il était tout ce qu'il y avait de sincère et franc. Dans ce deuxième cas, il était vraiment beaucoup plus intéressant que tout ce que Lukaz avait pu imaginer à leur première rencontre.

Quittant son tabouret, le blondinet expliqua alors qu'il connaissait un peu le reste et que ça ne faisait pas rêver, ce que ne pouvait que confirmer Lukaz. Par contre, visiblement, lui le faisait rêver. L'esprit un peu embrumé par les gestes des mains de Chase, le Français aurait pu interpréter ces propos d'une toute autre manière mais il comprit néanmoins l'essentiel. Dans cette ville de super-héros, Chase devait le voir à travers une lentille qui faisait de lui quelqu'un de particulier. Il était vrai que dans un sens, il l'était, que ce soit au travers de ses pouvoirs ou de ses cibles. Mais Lukaz ne s'était jamais imaginé comme un super-voleur, héros d'histoires romantiques. Cela dit, était-il possible qu'il le soit sans en avoir conscience ? Possible... Après tout, Chase avait raison, il était doué et là, ce n'était pas de la vantardise. On ne l'avait encore jamais attrapé et force était de constater que l'enquête de l'agent Parker avait pris un coup dans l'aile après qu'il l'ait charmée et dépouillée de toutes ses notes et ses preuves. « Je suis doué. » Souriant, Lukaz indiqua simplement : « On ne m'a jamais pris. »

Les mains de Chase remontèrent alors le long de son torse, sous son tee-shirt, le faisant frissonner au passage. Le jeune expliqua souhaiter que Lukaz l'emmène parce qu'il voulait en découvrir plus sur lui. Le cœur du Français s'accéléra et si Chase n'avait pas précédemment précisé qu'il ne lui faisait pas de proposition, Lukaz se serait un peu inquiété. Mais il comprenait aussi que leur relation plus ou moins silencieuse de plaisir partagé prenait un autre tour. Cette matinée avait changé les choses, entre eux. Est-ce que c'était un mal ? Non, Lukaz ne pensait pas. Rien ne l'empêchait d'apprécier Chase, d'être plus proche de lui et de partager certains plaisirs, tant qu'ils restaient sur la même longueur d'onde. Mais ça, ils ne pourraient de toute façon pas le savoir sans le vivre alors... Entre temps, la main était remontée pour aller caresser sa joue et même si le Français n'était pas habitué à une telle tendresse et un tel romantisme, il aimait bien quand Chase se comportait comme ça. Il était protecteur, comme il l'avait été plus tôt. Jeune, l'air fragile mais disposant d'une grande force.

Néanmoins, Lukaz ne sut pas vraiment quoi répondre à tout cela. C'était si inattendu et surprenant... Cela lui plaisait, bien entendu, mais dans le même temps, il ne savait pas vraiment quoi en penser. Il appréciait Chase, il appréciait le temps passé avec lui et, cela semblait certain, avec lui, il était toujours bien. Alors s'il pouvait lui rendre un peu de cela en se découvrant d'une manière différente, pourquoi pas ? Après tout, Chase était encore là, avec lui, et on pouvait même avoir l'impression que leur relation s'était renforcée, de fait, il ne perdait rien à essayer, pour voir. Souriant, conscient que cela n'avait pas du être simple de dire tout cela, Lukaz ne put que dire quelques mots. « Alors je te ferais vivre mes aventures. »

Se détournant, Chase partit à la recherche de sa tasse de thé mais Lukaz se doutait qu'il devait être un peu perturbé par tout cela. Lui-même l'était alors qui aurait pu lui en vouloir ? Le Français revint toutefois à la réalité quand Chase mentionna le besoin d'aller travailler, ce qui voulait aussi dire qu'il devrait partir... Alors que sa main se retrouvait une fois de plus prisonnière de celle de Chase, Lukaz prit place à côté de lui, le détaillant du regard. « On peut toujours dire que je t'ai kidnappé et que tu n'as pas pu aller travailler, comme ça, on reste ici, tous les deux. Ensemble... » Une idée stupide, oui, mais Lukaz ne voulait pas que Chase parte aussi vite. Non, il ne le voulait pas. C'était une journée si spéciale, depuis le réveil, alors que perdrait-il en y mettant fin ? Il ne voulait pas le savoir. Mais... Peut-être que Chase avait besoin de réfléchir à tout ce qu'ils s'étaient dits ? « Enfin, c'est juste que si tu voulais rester, ben... Ça me ferait plaisir. Je suis libre aujourd'hui, du coup... » Il ne savait pas ce que le jeune homme pouvait se permettre mais au moins, il avait les cartes en main.

Piochant un gâteau dans le paquet, Lukaz constata alors qu'il n'avait même pas prévu autre chose. « Tu veux manger autre chose ? Je t'ai même pas demandé... » Mordant dans le biscuit, il avala sa bouchée avant de répondre à la question posée. « Je fais un travail à la hauteur de mes possibilités. Disons que j'ai jamais vraiment été à l'école donc c'est tout de suite limité. Mais je suis assez doué dans le travail manuel. » Il laissa planer un instant de silence avant de reprendre. « En gros, je ne fais rien de précis. Je fais même un peu de tout, selon les besoins des gens. On peut dire que je suis un bricoleur ou un homme à tout faire. Si une maison a perdu des tuiles à cause du vent, je peux les remettre en place. S'il faut tapisser une pièce, je peux m'en charger. En gros, je fais tout ça. Refaire la peinture, déboucher la plomberie, installer un meuble... » Il ne s'agissait pas vraiment d'un métier mais comme on n'avait pas toujours les moyens de payer un professionnel du domaine considéré, Lukaz avait quand même pas mal de clients. « Ce sont souvent des femmes seules ou des familles qui n'ont pas de temps qui m'appellent. Ça coûte moins cher qu'un professionnel. Mais j'aime bien. Je gagne bien selon les boulots et puis, je rencontre du monde. » Souriant, Lukaz mangea un nouveau morceau de son gâteau. « Enfin, c'est sûr que c'est moins glamour que le cambrioleur de haut vol ! » Encore que, le fantasme du plombier marchait bien en général alors peut-être que... « J'imagine aussi que c'est loin de ce que tu peux faire, toi. »
Revenir en haut Aller en bas








Tout amour est à la fois douceur et violence [PV Chase]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» «Tout amour semé, tôt ou tard, fleurira» - Brooke
» Tout amour a son château [PV Ange]
» ♒️ Oh mon dieu laissez les moi, les beaux yeux de la mama, enlevez moi même tout le reste, mais pas la douceur de ses gestes. (Kylian)
» [Vidéo][Next Gen] Une introduction tout en douceur ...
» [FANFIC] L'amour est un vrai champ de battaille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-