AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Tout le monde ne part pas... PV Renan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message posté : Sam 24 Aoû 2013 - 0:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Tout ça était loin d’être parfait, Klaus réduit en cendre et non retournant à la terre, elle avait beau savoir que c’était sa volonté sa foi hyperboréenne ne pouvait s’y accoutumer. On ne bouleverse pas facilement 400 années de croyance, ni un amour de 70 ans d’ailleurs, c’était pour ça qu’elle accordait tant d’importance aux détails, ça lui empêchait de faire trop attention à la montagne peuplant ses pensées. Klaus avait été l’amour de sa vie, « avait » seulement parce qu’il était définitivement mort. Quand elle l’avait embrassé une dernière fois, elle avait compris que plus jamais elle ne ressentirait un tel désir et une telle passion pour un homme. Pourtant elle l’avait laissé partir, parce qu’elle ne savait plus faire preuve d’égoïsme, car elle avait pris 1000 ans durant ses quelques petits mois et que si sa vie lui avait semblé gâché elle s’interdisait de détruire celle des autres. Elle aimait trop Die pour le faire souffrir, Die n’était pas Klaus, mais il n’était pas rien non plus, il était le père de son enfant et au fond en étant rationnel elle le connaissait bien mieux que Klaus.

- Klaus, commença-t-elle à voix haute et en hyperboréen devant sa la cavité qui contenait son urne funéraire, si nous étions en Hyperborée tu pourrais me répondre, mais je te l’ai déjà dit, j’ai déjà tant dis dans le vide. Mais je crois que je vais continuer un peu, tu sais en ce moment à l’Unison je travaille en bureau, parce que mon ventre est trop rond, je trouve ça un peu stupide, mais bon. Je ne suis plus très douée pour désobéir, alors je me plie à leurs règles… Je m’ennuie beaucoup et du coup je pense souvent à chez moi, à ma famille car ils me manquent. J’ai peur de ne jamais les revoir comme toi, ça me serait insupportable je crois. Surtout Sul’eikah, elle est si âgée, j’aimerai qu’elle voit mon bébé, qu’elle lui accorde sa bénédiction, car je ne crois pas du tout aux Dieux extérieurs. Je n’ai jamais été très pieuse, mais leurs Dieux sont trop violents pour moi. Au départ j’avais peur de tout ici, j’en ai de moins en moins peur, je sais que ce n’est pas bien d’être prétentieuse, mais parfois je me sens supérieure, pas tous le temps tout de même, parfois j’ai l’impression d’’être carrément stupide.  C’est compliqué, je ne me sens pas chez moi, peut-être qu’un jour je serais bien, mais pour le moment je fais à moitié semblant de m’adapter, alors que parfois j’aimerais hurler et pleurer. Ta pierre est poussiéreuse, fit-elle soudainement, je vais nettoyer ça.

Dans son sac elle chercha un chiffon et un produit nettoyant en spray, elle en vaporisa avant de frotter avec le chiffon. Il y’a trois jours elle l’avait déjà fait pourtant elle frottait comme une forcenée. Après ça elle discuta encore un peu, puis décida qu’il était temps qu’elle rentre histoire de préparer un bon dîner, son mari travaillait aujourd’hui. Klaus était mort, Die était vivant et elle faisait tout pour ne pas oublier ça. Tranquillement elle rangea ses affaires, promis qu’elle reviendrait et partit. Le cimetière n’était pas très animé, on était en pleine semaine, Luka avait profité du fait qu’elle avait terminé tout ce qu’elle avait à faire pour sortir du bureau en avance. Elle était juste passée en coup de vent chez elle entre les deux pour prendre une douche et enfiler une robe blanche, aucune autre couleur ne se portait chez elle pour un tel lieu. Qu’allait-elle préparer ce soir? Die allait avoir faim. Alors qu’elle s’éloignait elle remarqua un homme qu’elle avait déjà vu à l’entrée, brun, calme, mais l’air nostalgique ou malheureux. Son expression lui serra le cœur, mais pas seulement, elle avait besoin de parler et de se sentir dans un rôle fort.  Luka avait pris son temps, mais pourtant il était toujours là. Ici c’était peut-être étrange d’aborder un inconnu, mais pas chez elle. Luka s’approcha un peu, un moment elle faillit se retourner et s’enfuir -de près il avait une allure un peu sévère qui l’impressionnait-mais l’Ultime se refusa d’être lâche.

- Bonjour, vous allez bien ?

Question idiote, elle la regretta immédiatement, s’il était dans un cimetière c’est qu’il avait perdu quelqu’un de proche et par essence il ne pouvait pas aller bien. L’hyperboréenne eut un sourire désolée et posa machinalement la main sur son ventre (bébé venait de donner un coup).

- Je m’appelle Luka je vous ai vu en entrant.

HRP : Le ventre de Luka n’est pas aussi gros que sur la photo, mais il se voit très bien à présent ^^.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 24 Aoû 2013 - 17:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4668
ϟ Nombre de Messages RP : 1539
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan n'avait jamais été un nostalgique dans l'âme, les regrets et tout ce qui allait de paire ne faisaient pas partie de sa vie. Pourtant, s'il y avait bien une chose qu'il avait toujours eu du mal à accepter, c'était la mort de son oncle, de l'ancien officier de la Pénombre. La récente confrontation qu'il avait eu avec le successeur de son assassin avait réveillé ces souvenirs. Nightingale, un surnom qui restait gravé dans son esprit et l'empêchait de se concentrer totalement sur son travail actuel, bien que ce n'était absolument pas le moment idéal.

C'était peut-être pour se libérer de ce tracas qu'il avait décidé de se rendre au cimetière. Au début, il y allait souvent, toujours le même jour histoire de garder une routine qui le liait à son oncle, mais en fin de compte il s'était surtout rendu compte que cette habitude pourrait lui porter préjudice. Tout comme le fait qu'il reste bloqué sur ce décès. C'était pour cette raison qu'il avait finalement fini par espacer ses visites ici pour les rendre quasiment inexistantes. Lorsqu'il entra dans le cimetière ce jour-là, c'était la première fois depuis plusieurs mois qu'il y remettait les pieds. Rien n'avait changé, ou presque, quelques tombes en plus, d'autres un peu plus sales ou plus propres qu'à l'époque, mais dans l'ensemble tout restait pareil. C'était un peu étrange de devoir se rendre dans un tel lieu pour éprouver un sentiment de familiarité.

Arrivé sur place, Renan ne regarda pas autour de lui, il se rendit directement sur la tombe de son oncle qui n'avait pas très belle allure. Personne mis à part lui ne venait ici. Ils avaient encore de la famille – les grands-parents de Renan – mais ces personnes étaient en froid avec lui, aussi était-il le seul à venir se « recueillir » sur sa tombe. Le français se contenta d'enlever les mauvaises herbes qui recouvraient le nom de manière à ce que celui-ci soit lisible, mais il ne toucha pas au reste. Jack avait voulu un enterrement basique, pas de grosse tombe imposante, il fallait rester discret, même dans la mort. Après cela, l'officier de SHADOW se redressa, glissant ses mains dans ses poches d'un air faussement nonchalant, puis il fixa la tombe d'un air absent. Une fois de plus, Renan n'était pas du genre à parler aux morts, il préférait penser à ce qui le troublait. Son esprit pragmatique le poussait à considérer que le corps de son oncle était depuis longtemps réduit à l'état de squelette et qu'il ne subsistait rien de lui, ni esprit, ni présence.

Les minutes passèrent, peut-être même les heures, en réalité il ne réalisa pas exactement combien de temps il passa ici. Toujours est-il qu'une voit le tira de ses pensées, tout d'abord Renan ne réagit pas, songeant que cette personne s'adressait à quelqu'un d'autre, puis lorsqu'il tourna la tête dans sa direction, le français se rendit compte qu'elle lui parlait bel et bien à lui. Se connaissaient-ils ? Une rapide analyse du visage de la demoiselle lui apprit qu'il l'avait déjà croisée, elle lui rappelait quelqu'un, mais qui était-ce déjà ? Prit dans une « position de faiblesse », il ne parvint pas à se remettre immédiatement dans son rôle d'officier insensible. Après un bref silence alors qu'elle s'était présentée, Renan répondit enfin.

« Oh... C'est possible, je n'ai pas fait attention, navré. » Pour une fois, il disait l'entière vérité. « Je m'appelle Renan. » Le ton était franc, il avait l'habitude de jouer les civils, c'était un rôle quotidien pour lui, bien que pénible. « Et je vous remercie de vous en inquiéter, mais tout va très bien. » Son regard s'orienta vers la tombe devant laquelle il était, puis il la désigna d'un geste du menton. « C'est vieux comme vous voyez. »

Enfin vieux, pas tellement en réalité, ce n'était que quelques années plus tôt, mais Renan était de ceux qui pensaient qu'il suffisait de fermer un pan de son esprit pour ne plus y penser.... Bien qu'il avait du mal à le faire depuis quelques temps, il fallait l'avouer. Le regard du français se reporta sur la jeune femme, il n'arrivait toujours pas à remettre le nom et le visage sur le dossier. Peut-être que c'était une ancienne cliente ? Habituellement il ne confondait pas les individus de sa vie publique et de celle d'officier de la Pénombre, mais il n'était pas vraiment dans son assiette aujourd'hui. Le geste qu'elle avait eu vers son ventre ne lui avait pas échappé. Il avait vu son ex-femme avoir le même pendant sa grossesse et le ventre arrondi qu'elle arborait laissait penser que c'était aussi son cas. Un peu bêtement, il songea qu'il croisait rarement des femmes enceintes dans les cimetières. Cette remarqua se répercuta dans son discours.

« Ce n'est pas habituel de voir quelqu'un qui va donner la vie, venir dans un tel endroit. Vous devriez plutôt être en train de penser à l'avenir que de vous tourner vers le passé. »

Ce n'était pas un sermon, mais une simple remarque. À elle de la prendre comme elle le souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 25 Sep 2013 - 12:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Son interlocuteur mis un petit moment à répondre, probablement perdu dans ses pensées. Sol’ukah était toute calme, elle avait beaucoup de patience par moment –n’allons pas mentir ce n’était pas non plus tous le temps-, mais aujourd’hui la mélancolie la rendait apte à une plus grande empathie encore qu’elle ne possédait habituellement. Quand il répondit le doute la submergea, n’était-ce pas elle l’élément gênant d’aborder un inconnu ainsi, tout fonctionnait différemment ainsi pourquoi croire que tout fonctionnait mieux chez elle. En tout cas le visage long mais pleine de son interlocuteur n’exprimait pas d’agacement, au moins il prenait bien son intrusion. Le doute fut chassé, ses sentiments étaient fluctuant un rien pouvait le faire revenir au galop.

Il s’appelait Renan et il allait très bien, doucement Luka opina du chef. L’Ultime se retint de dire quoique ça quand il lui signala que tout cela datait, elle remarqua les date, mais comparé à la sienne ce n’était pas qu’une bribe minuscule de vie. Sauf que ce n’était sa vie, c’était une vie semblable à celle de Dieter ou de Maya, une vie brève, ou la guérison devait se faire rapidement sous peine de ne jamais se relever. Les extérieurs avaient bien des faiblesses et des défauts, mais moralement ils étaient bien souvent plus forts qu’elle. Sa main se pressa rassurante contre son ventre quand Ead-Gar donnait un coup, il n’y allait pas de main morte, et si sa peau était en acier son intérieur restait tendre.

La remarqua suivante la surprit un peu, d’une part car elle pensait qu’ils allaient tous deux se turent et finirent par se séparer, et d’autre part parce qu’elle ne savait pas quoi répondre à cela. La philosophie des siens était si différente de celle des extérieurs, la pratique aussi, elle le savait bien, elle ne pouvait pas faire son deuil comme si elle était encore en Hyperborée. Elle ne pouvait pas se rendre à la tour des ancêtres pour parler encore et encore à Klaus, jusqu’à le sentiment de séparation ce fut apaisé naturellement. Ici elle n’était que confronté aux vides, à des cendres, une pierre morte. Des cendres, elle ne servait à rien…

- C’est trop récent, pour une si longue histoire, un peu comme toute ma vie…

Parce que soixante-dix ans c’était l’équivalent d’une vie humaine, mais au vu de son apparence il ne se douterait jamais d’une si longue histoire. L’ultime eut un soupire imperceptible, sa gorge se contracta, elle avait envie de pleurer, mais elle garda ses yeux bien ouverts pour éviter la moindre larme de couler sur ses joues pâles.

- Chez moi, dans ma famille, se reprit-elle, c’était mieux ainsi, sinon il lui aurait posé des questions sur quel religion ou pays inspirait d’aussi étrange coutume, ici les gens n’était pas toujours curieux mais ça pouvait bien arriver, la mort ne fait pas peur, nous estimons qu’elle n’est qu’une étape de quelque chose que nous ne maîtrisons pas, que l’âme de nos proches et ancêtres est immortelle, qu’ils sont toujours capable de nous aider si nous avons besoin d’eux et que nous voulons bien les écouter. Je sais ça ressemble un peu à un conte, soupira-t-elle le regard baissé. Nous sommes sans doute un brin excentrique.

Son regard se redressa sur Renan. C’était fou à quel point elle avait envie de lui parler, mais elle n’allait pas quand le supplier de rester, ou même l’inviter à boire quelque chose cela resemblerait tellement à une tentative de séduction maladroite. Nerveusement elle joua avec sa bague de femme mariée.

- C’était quelqu’un de votre famille ? fut tout ce qu’elle trouva à dire pour le retenir encore un peu auprès d’elle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 25 Sep 2013 - 21:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4668
ϟ Nombre de Messages RP : 1539
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
La réponse de la femme étonna pas mal Renan. Une si longue histoire ? Il y avait de quoi se poser des questions ! La prénommée Luka avait l'air d'être plus jeune que lui, elle ne devait pas avoir la trentaine – ou alors bien conservée – et le français éprouvait donc quelques difficultés à comprendre de quelle « longueur » elle pouvait parler. Cependant, en tant qu'officier de la pénombre et que mutant, il était bien placé pour savoir que l'apparence ne faisait pas tout. Cette jeune femme pouvait bien être aussi vieille que la Terre et avoir l'air de sortir à peine de l'adolescence. À Star City, il était particulièrement risqué de ne se fier qu'à ses yeux.

Toujours est-il qu'en bon manipulateur qu'il était, le Breton avait normalement une certaine facilité à décrypter les émotions des personnes avec qui il conversait et même avec l'esprit embrouillé par des tracas typiquement humains, Renan voyait bien que la jeune femme était triste. Quoi de plus normal dans un cimetière cela dit ? Elle ne venait pas ici pour se réjouir d'une naissance à venir, mais plutôt pour pleurer une perte. C'était un peu bête, il aurait mieux valu se tourner vers l'avenir. Et comme pour faire écho aux pensées du français, la prénommée Luka lui fit part des traditions inhérentes à sa famille. Ce qu'il entendit lui fit d'abord penser à certaines religions, comme celle des orthodoxes où la mort était une réjouissance comparable à celle de la naissance : il fallait être heureux pour la personne qui partait et allait rejoindre un monde meilleur. « Un monde meilleur » il avait toujours trouvé cette expression idiote, qui donc pouvait prétendre que la mort offrait quelque chose de meilleur ? Personne n'était revenu après tout, sauf certains cas particuliers qui n'avaient rien d'un exemple.

Elle parlait et il restait silencieux, l'écoutant avec une expression parfaitement neutre qui n'indiquait rien de ce qu'il pouvait penser à cet instant. Au final, lorsque la jeune femme lui posa une nouvelle question, Renan se demanda si elle ne craignait pas simplement de se retrouver seule. Peut-être que son mari – il avait remarqué la bague qu'elle triturait – n'était pas chez eux et qu'elle avait un coup de blues avec la naissance du bébé à venir ? Dans ses souvenirs son « ex-femme » avait éprouvé la même chose au début. Il acquiesça d'un hochement de tête.

« C'était mon oncle, mais j'ai vécu avec lui. » Il aurait pu prétendre que c'était un père de substitution, mais son côté « secret » prenait le dessus et filtrait les informations avant de les laisser accéder à sa bouche. « Cela dit, la famille ne fait pas tout, certains s'entendent mieux avec ses étrangers. » Comme lui ? Pas forcément, il n'avait pas d'ami ou de proche après tout. Son regard s'attarda sur le visage de la femme. « Et je ne trouve pas ce que vous avez dit excentrique, certaines religions prônent les mêmes choses. Chacun est libre de penser ce qu'il veut après tout, personne n'a de preuve alors tout est permis. »

Des paroles assez neutres en un sens, il était devenu un expert dans l'art de parler pour ne rien dévoiler. Les gens cherchaient rarement à savoir ce que vous pensiez réellement, ils voulaient juste se donner bonne conscience en ayant l'impression de s'intéresser à vos problèmes. C'était l'une des premières choses que Jack avait enseigné à son neveu. En dévoilant certaines informations sur lui, Renan donnerait certainement le sentiment à la jeune femme, d'avoir fait quelque chose de bien en s'adressant à un inconnu. Il décida donc de faire la même chose. Son regard se baissa quelques secondes vers le ventre rebondit de Luka avant de remonter jusqu'à son visage.

« Et c'est pour bientôt l'heureux événement ? Vous devez être bien occupée avec quelque chose d'aussi important à préparer. » Lui s'était épargné cette « peine » puisque le bébé ne devait jamais arriver à son terme, il n'avait été qu'un instrument de plus au fond. « Vous ne devriez peut-être pas rester trop longtemps debout ? » Le ton avait l'air sincère. Il la scruta quelques secondes, se disant une fois de plus que le visage de la femme lui disait quelque chose. « Vous avez l'air... préoccupée. Quelque chose ne va pas ? »

Mis à part le fait qu'ils étaient dans un cimetière et qu'elle était donc forcément triste, mais ce n'était pas de la tristesse qui se dessinait sur son visage, plus un autre sentiment que Renan n'arrivait pas à analyser. Et pour cause, il ne le voyait que rarement, surtout lui être destiné.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 26 Sep 2013 - 13:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Le regard de son interlocuteur, comme pouvait parfois l’être celui de son père. Il ne laissait rien transparaître ou plutôt ne laissait transparaître que ce qu’il souhaitait. L’Ultime connaissait cette attitude et même si elle la décrypta elle ne s’en offusqua pas. Ce n’était pas forcément une mauvaise chose c’était juste une partie d’un caractère. Malgré une petite impression d’indifférence il prit le temps de répondre à ses questions. C’était son oncle et il se défendit d’une possible affection, ce n’était pas parce qu’il faisait partie de la famille qu’il était proche de cette personne. Luka fronça les sourcils un brin perplexe, au vu de comment il se comportait elle était quasiment assuré du contraire. Ou peut-être qu’il s’exprimait vraiment de façon générale que ce n’était pas toujours, c’est vrai qu’Eliane n’était pas très proche de ses enfants. C’était triste, songea brièvement Luka, mais sur le coup elle n’avait pas vraiment le cœur à s’attardait aux malheur. Sa compassion n’était que polie, une charité de surface.

Son nouvel interlocuteur lui assura que sa vision des choses n’avait rien de surprenant, que beaucoup de vision voyait les choses comme elle, peut-être qu’elle s’était mal exprimé. Sa vision des choses n’avait rien à avoir avec une vision chrétienne, la frontière entre le monde des vivants et des morts n’était qu’un fin voile chez elle, ici elle était une muraille, un mur inébranlable et impénétrable. L’Ultime n’insista pas, elle n’avait pas vraiment envie de partir dans un débat mystique avec cet inconnu, humain ce serait déjà bien.

- Trois mois encore, c’est long, je suis un peu impatiente, j’ai l’habitude de bouger, expliqua-t-elle sans trop non plus raconter sa vie. On m’a assigné aux bureaux quand ça a commencé à être trop visible j’ai l’impression de ne plus rien faire au contraire, avoua-t-elle. Ne vous inquiétez pas pour moi ça ne me gêne pas d’être debout, mais si vous avez envie de vous asseoir vous, je prendrais sur moi, plaisanta-t-elle en tentant d’inverser les rôles avec humour.

Luka n’aimait pas passer pour une femme faible, même si elle se sentait faible, sacré paradoxe. Elle savait ses faiblesses, ses défauts, et n’avait juste nullement envie qu’on lui mette en permanence sous le nez. Quoi de plus normal au fond ? Elle avait sa petite fierté comme beaucoup de gens. Ma dernière phrase de son interlocuteur était prévisible, terriblement prévisible… Elle l’y avait amené. Mais L’Ultime hésitait encore quand à assumer, à Ultima Thulé elle n’y aurait même pas réfléchi elle aurait raconté. Ici tout était différent, mais pour une fois on lui tendait la main. Qui de mieux qu’un inconnu pour raconter tout ce qu’elle avait sur le cœur. Ses lèvres s’entrouvrirent, elle soupira, son cœur battait nerveusement et elle sentait une douce chaleur commencer à se diffuser dans ses tempes. Peut-être que son front était un moite. Elle se sentait bêtement excitée et elle avait envie de pleurer, s’enfuir, se jetait dans ses bras. Non peut-être pas….

- C’est tellement dur, bredouilla-t-elle sentant sa gorge se serrer. Je ne dois pas être la seule, se serait super égocentrique de le pense, poursuivit-elle en augmentant le débit pour éviter de bredouiller de nouveau. Vous savez quand on tend toute une vie vers un but et qu’au final qu’on échoue, qu’il n’a rien, qu’on a quitté tout ce qu’on connaissait, tout ce qu’on aimait, en étant stupidement persuadé qu’ailleurs serait mieux, sa voix dérailla et une larme commença à couler, elle se mit à renifler et tentant de poursuivre, je dois vraiment vous embêter… Vous avez sûrement autre chose à faire qu’à écouter une pauvre femme enceinte probablement sous influence de ses hormones, conclue-t-elle tentant d’être rationnelle.

Ou de faire croire de toutes ses forces que ce n’était rien, alors qu’au contraire cette crise de larme était tout. C’était toute la souffrance qu’elle avait accumulé ces derniers temps, plus que la souffrance de toute sa vie avant son départ. Elle avait tout perdu, sa famille, l’amour de sa vie, elle l’avait raté, elle tentait de construire quelque chose pour oublier, mais elle n’était pas prête. Ce n’était pas bien de sa part, c’était de l’égoïsme.

- Je suis vraiment égoïste, lâcha-t-elle en portant la main à ses lèvres pour comme pour cacher l’odieux sourire qu’elle tentait de faire pour donner un petit côté ironique à son propos alors qu’elle le pensait complètement.

Même son corps se contredisait.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 26 Sep 2013 - 20:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4668
ϟ Nombre de Messages RP : 1539
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Machinalement, même lors d'une simple discussion en tant que civil, Renan éprouvait le besoin d'analyser les réponses de la jeune femme comme si elles pourraient lui apporter un moyen de la manipuler. Pourtant, c'était loin d'être son but : il n'était pas ici pour le travail, mais bien pour lui. C'était la première fois depuis des mois – voire des années – qu'il prenait quelques instants pour lui, mais même là les choses ne semblaient pas vouloir se dérouler comme il l'espérait. La présence d'une inconnue, d'une étrangère ne le gênait pas franchement. Même si la solitude lui convenait mieux, le français réussissait toujours à faire bonne figure. Cela dit, il n'était pas au mieux de sa forme, chose qui lui arrivait suffisamment rarement pour qu'il n'y soit pas habitué. Ce sentiment d'infériorité et de vulnérabilité le perturbait énormément et il en venait à se demander s'il avait bien fait de mettre le nez dehors.

Lorsqu'elle l'informa en être un cinquième mois, il chercha aussitôt à se remémorer de quelle manière se comportait son ex-femme à cette période, non comme un « presque père » l'aurait fait, mais comme l'officier qu'il était le faisait. Elle n'était logiquement plus trop en proie aux désagréments liés aux nausées et à toutes ces choses joyeuses, cependant elle devait être particulièrement sensible du point de vue du caractère. Renan resta silencieux, notant qu'elle parlait des bureaux comme d'une sanction, certainement qu'elle était habituée au travail de terrain. Une policière ? Si l'hypothèse qu'elle soit une muté était validée, il n'était pas exclu qu'elle appartienne à la Légion, ou éventuellement à l'UNISON. Son cerveau fonctionnait à plein régime tandis qu'elle refusait poliment sa proposition de s'installer ailleurs. Lui non plus n'avait pas l'habitude de rester planté sur un banc ou derrière un rideau, il préférait largement rester debout. C'était plus aisé de s'enfuir dans cette position qu'en était affalé sur un siège.

« Je devrais pouvoir tenir le temps d'une discussion je pense. »

Le ton était calme et suffisamment avenant pour qu'il n'ait pas l'air hostile, mais il n'était pas difficile de comprendre qu'il conservait une certaine distance avec Luka. Cette dernière le surprit d'ailleurs en reprenant la parole d'une voix chevrotante. Le regard du français se fixa sur le visage de la jeune femme tandis qu'elle enchaînait en exprimant ce qu'elle ressentait, c'était.... inattendu et surtout particulièrement déstabilisant ! Renan n'était pas franchement du genre à inviter les gens aux confidences sauf lorsqu'il en avait besoin, autant dire que voir une parfaite inconnue se livrer de la sorte était quasiment inédit pour lui. Il ne savait pas quoi lui répondre et il fallut que la demoiselle termine sur une note de culpabilité pour que le Breton réagisse enfin.

« Alors tout le monde l'est et dans ce cas, on peut considérer ça comme normal. » Si c'était une généralité, ça devenait une normalité après tout, non ? « Je sais que votre état ne doit pas arranger les choses, mais vous avez bien le droit d'être triste sas culpabiliser. » Il savait oui, il avait aussi eu à « subir » les crises d'angoisse d'une femme enceinte. « Et pour vous rassurer, non je n'ai rien d'autre à faire, je prévoyais simplement de venir ici et c'est fait, alors ne vous inquiétez pas pour ça. » Il avait instinctivement troqué son ton distant comme un plus avenant. « Vous n'avez certainement pas échoué, vous avez peut-être simplement dévié de votre but de départ. C’est normal, entre le moment où vous commencez et où vous progressez, il y a beaucoup de choses qui évoluent, vous n'avez pas raté, vous avez simplement atteint autre chose. » Il parlait en connaissance de cause pour le coup, son but en arrivant en Amérique n'avait pas été de devenir officier de la pénombre et pourtant... « Je ne vous connais pas, mais vous ne me faites pas l'impression d'une femme qui a raté sa vie. Vous allez avoir un enfant, si je ne m'abuse vous êtes mariée et ce n'est que le début. Je suis certain que beaucoup de personnes donneraient tout ce qu'elles ont pour avoir votre vie. » Pas lui, c'était certain, mais il n'était pas vraiment comme le commun des mortels. « Les personnes que vous avez perdues ne disparaîtront pas, mais elles ne sont plus là, c'est normal de se tourner vers d'autres choses. Ce n'est pas en vivant dans le passé que vous arriverez à être heureuse. Enfin je pense. »

Ça lui allait bien de tenir un tel discours au milieu d'un cimetière, cela dit il n'avait jamais été doué pour remonter le moral des gens, il faisait avec les moyens du bord !
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 26 Sep 2013 - 21:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Normal, Luka se mordilla la lèvre inférieure, chez elle ce n’était pas vraiment normal d’être égoïste. Mais elle n’était plus chez elle, de monde-là était tellement plus sauvage, plus dur, parfois il lui semblait plus mature aussi mais parfois elle se disait que c’était l’immaturité qui les rendait si intensément émotif. Elle ne comprenait pas comment gérer tout ça. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle se sentait ridicule à pleurer ainsi devant un inconnu. Ce n’était pas de la faute de ce dernier, au contraire, elle sentait qu’il tentait de la mettre à l’aise, qu’il tentait même en quelque sorte de la consoler, mais l’Ultime sentait ou avait l’impression –ses sentiments n’étant plus objectifs elle n’était certaine de rien- que Renan ne faisait que tout ça par bienséance. Intérieurement elle se morigéna, elle était paranoïaque, il le disait il n’avait rien à faire, peut-être que les extérieurs aussi pouvaient être bon. Eliane avait été bonne pour Die et elle.  

Oui elle était mariée, oui elle était enceinte, cette dernière chose tenait même du miracle au vu de la fertilité de son peuple. Mais soudainement elle se sentait vraiment jeune, elle avait l’impression d’avoir agis impulsivement par caprice et pour cela elle se détestait. Ou peut-être pas elle, en y réfléchissant celui qui avait tout gâché était Wotan, à tout lui annoncer comme ça alors qu’elle commençait enfin à construire quelque chose de beau. Il avait distillé du poison dans son âme, lui avait fait éphémèrement goûter le pur bonheur pour le lui retirer immédiatement. Soudain elle le détestait vraiment, elle aurait souhaité qu’il ne fasse jamais irruption dans sa vie. Même Johnny Allen elle ne le détestait pas autant, il avait certes commis des choses ignobles, mais rien qui ne l’ait touché en plein cœur.

Son interlocuteur avait raison, c’était son passé qui la pourrissait, elle devait se tourner vers l’avenir, ce n’était pas aussi facile qu’il pouvait le croire, mais ces paroles étaient pleine de bon sens. Du revers de la main elle essuya  ses larmes et tenta de se calmer, de son sa sacoche elle tira un mouchoir en papier, épongea le plus délicatement son nez qui coulait un peu.

- Vous avez raison, vous êtes bien gentil.

Le compliment n’était pas que poli, elle le pensait vraiment. Un moment elle resta silencieuse et immobile. Elle ne savait quoi dire, que faire, mais sa nourriture poussait à rendre une réciproque. L’Ultime ne pouvait pas le consoler, il semblait fort. Peut-être qu’elle pouvait lui offrir quelque chose à boire. Elle craignait qu’il ne se trompe sur ses intentions. Son regard se posa sur Renan, un peu jaugeur, mais pas méchant. Il fallait vraiment qu’elle arrête de voir le mal partout. Par le passé elle avait peut-être était trop naïve, mais elle était forte, elle ne pouvait pas se fermer par crainte d’être déçue. Ca ne menait à rien.

- Je peux peut-être vous inviter à boire quelque chose de frais, il fait une chaleur étouffante. Je vous promets que ce ne sera pas pour essuyer de nouvelles larmes.

Pour elle la chaleur était sincèrement étouffante, mais elle venait du grand Nord. Elle était une fille de la glace. Elle vivait sous une bulle d’énergie mais si la chaleur était présente, le soleil lui restait rare. Les premiers temps du printemps, elle avait sans cesse victime de coup de soleil.

- Ou une glace, ce que vous voulez…

Luka eut l’impression d’appâter un enfant en disant cela, elle grimaça légèrement, mais ne voulant pas plus forcer Renan elle n’ajouta rien.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 27 Sep 2013 - 13:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4668
ϟ Nombre de Messages RP : 1539
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan n'était pas convaincu que son petit discours puisse porter ses fruits, il n'était pas au mieux de sa forme et n'avait pas franchement envie de se donner trop de peine. Peut-être que sa vision des choses aurait évoluée s'il savait su face à qui il se trouvait, mais ce n'était pas le cas, aussi pouvait-il se permettre d'être un peu moins efficace qu'à l'accoutumée. Le français resta silencieux alors que Luka sortait un mouchoir pour se « refaire une beauté » et il ne put retenir un léger sourire lorsqu'elle le taxa de « gentil ». C'était bien le terme qui lui seyait le moins, ce serait comme de dire d'un chat qu'il savait être fidèle ou d'un serpent qu'il était affectueux. C'était simplement ce qu'elle voulait voir et ce qu'elle s'imaginait, mais la réalité était bien différente : il était intéressé et non gentil.

Cependant, le Breton ne nia pas les paroles de la demoiselle, se contentant d'un léger haussement d'épaules pour lui faire comprendre qu'elle exagérait peut-être – une fausse modestie était toujours bien interprétée en général. Il ne manqua toutefois pas de remarquer qu'elle le jaugeait d'un air sérieux, mais pas hostile. Cette constatation ne fit que renforcer ses doutes quant au métier que la jeune femme pouvait exercer. Les policiers ou les membres de la Légion étaient habitués à regarder les gens avec méfiance, il n'y avait donc rien de très surprenant à ce qu'elle puisse chercher à le sonder si elle était bel et bien au service « du bien » comme il l'avait imaginé.

La proposition qu'elle lui fit finalement avait de quoi étonner. Oh, il ne se faisait pas de fausses idées à propos de cette idée – il avait bien dit qu'elle était mariée et enceinte après tout – mais disons simplement qu'il avait quelques difficultés à comprendre pour quelle raison elle pourrait vouloir prolonger cette discussion. Elle n'était pas désagréable, mais disons que Renan n'avait pas cherché à être un interlocuteur particulièrement intéressant et qu'en temps normal, lorsqu'il n'y mettait pas du sien, les discussions tournaient rapidement court. Il n'était pas franchement intéressant en dehors de son rôle d'officier de la pénombre et toute sa vanité ne suffisait pas à masquer cette – cruelle ? – réalité. Il laissa passer quelques secondes de silence avant de répondre enfin.

« Pourquoi pas, mais ne vous sentez pas obligée. » Toujours laisser une porte de sortie. « Vous connaissez les environs ? Je n'y viens pas souvent. »

Un demi-aveu qui montrait qu'il ne passait pas énormément de temps à pleurer les morts, il l'avait dit avant après tout. Puisque la jeune femme allait visiblement passer un peu de temps en sa compagnie, l'officier de la pénombre décida de faire l'effort de s'intéresser à ce qu'il pouvait apprendre sur elle. Pour le moment Luka ne lui apparaissait que comme une jeune femme potentiellement dotée de pouvoirs, mais il penchait plutôt en faveur d'une simple policière ou quelque chose de ce type. Esquissant un pas vers elle pour lui montrer qu'il acceptait bel et bien sa proposition, le français commença son questionnement, l'air de rien.

« Vous n'êtes pas de Star City n'est-ce pas ? Il ne fait pas extrêmement chaud, sauf si vous venez du Canada ou d'un endroit de ce type j'imagine. » Pour être franc, il la voyait plutôt venir d'Europe ou d'un pays scandinave. « Vous êtes policière ? Comme vous avez parlé du terrain et des bureaux, c'est la première chose qui m'est venue en tête. » Pas la première, mais il ne disait que des demi-vérités. « Enfin, ne vous sentez pas obligée de répondre si vous n'en avez pas envie. »

Le ton était rassurant, presque caressant. En général lorsqu'il décidait de se montrer aimable avec quelqu'un, il y arrivait assez bien. Cependant, cela ne signifiait pas pour autant qu'il réussissait à se rendre sympathique aux yeux de parfaits inconnus. Il fallait toujours rester sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 5 Oct 2013 - 19:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Les gens ici pensaient toujours que c’était une difficulté d’inviter les gens quelques part ou même chez soi. Pas pour elle, pour elle c’était tout simplement naturel et puis cuisiner, mais bon elle n’allait pas directement inviter Renan chez elle. Prendre une glace quelque part n’était pas aussi chaleureux à ses yeux, mais c’était mieux que rien. Puis bon elle n’était pas toujours obligé de compter ce qu’elle dépensait, quelle horreur. Depuis qu’elle avait vendu deux pièces de son service à vaisselles hyperboréen, elle voyait cela comme la roue de secours de ses finances. Dieter semblait croire qu’elle avait du mal à s’en séparer, mais ce n’était pas ses objets et si ça pouvait leur permettre de vivre correctement, sans vivre non plus comme des moines (elle n’était plus sûre du mot) et bien c’était tant mieux.

- Oui je connais les environs…

Elle s’y rendait deux à trois fois par semaine mais inutile de donner les détails. Elle parlait déjà trop, elle était beaucoup trop audacieuse, inutile de gêner plus son interlocuteur avec sa pauvre tragédie.  Peut-être qu’un jour elle pourrait aller voir un psychiatre de l’Unison. C’était les médecins de l’esprit de ce monde. Son deuil la perturbait trop.  Si elle se laisser envahir, elle ne vivrait plus. Doucement ils commencèrent à s’éloigner du cimetière. Renan se montrait toujours aussi gentil et attentionné à ce qu’elle disait. C’était plaisant d’avoir l’impression d’être écouté.

- Tout le monde devine, fit-elle avec un léger rire. Je viens d’Allemagne, de Stuttgart, fit-elle sans hésitation dans la voix, elle commençait à avoir l’habitude de débiter ce joli conte. Mon époux et moi nous nous installés seulement depuis quelque mois parce que j’ai été recruté, non pas par la police mais vous n’étiez pas si loin de ça de la vraie réponse, j’ai été recruté par l’Unison comme agent grâce à une amie. Mon époux voulait faire des études à l’HIT, je ne sais pas si vous connaissez… Enfin c’était l’occasion parfaite.

Pourquoi aurait-elle menti à ce sujet, ce n’était pas non plus un secret d’état. Elle n’était qu’un simple agent. Et puis on lui avait bien expliqué ce qui était interdit de répéter et ce qui ne l’était pas. Dire qu’elle travaillait pour l’Unison ce n’était pas un crime.   Elle passa une mèche de cheveux derrière ses oreilles. Ils sortirent du cimetière.

- Et vous vous travaillez dans quoi ? ajouta-t-elle avec un petit sourire un brin taquin.

Vu qu’il hésitait toujours à lui poser des questions, elle voulait lui montrer que parler ne la gênait pas. Luka n’avait aucune idée de ce que pouvait faire son interlocuteur.  Avant de traverser une rue elle se stoppa pour vérifier à droite, à gauche, puis ne voyant rien arriver elle traversa sans hésitation.

- Vous êtes depuis longtemps à Star City vous ?

Luka n’avait aucune notion des accents, tous les accents lui semblaient bizarres et mystérieux. Elle n’avait jamais été en Europe, n’avait jamais croisé de français. Elle savait juste que Paris était la capitale de la France et que Felice  lui avait proposé d’y passer ses vacances.  Luka poussa très vite la porte d’un petit salon de thé-glacier. Celui était situé quasiment en face du cimetière. Elle laissa à son interlocuteur le choix de leur place.  La décoration était simple, un peu vieillotte, mais dans le coin il n’y avait que ça. Au moins les propriétaires du lieu, un couple de petit vieux était particulièrement chaleureux et ils étaient généreux dans leur dose, si bien que malgré l’allure banale du lieu il réussissait à avoir une clientèle régulière.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 6 Oct 2013 - 14:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4668
ϟ Nombre de Messages RP : 1539
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Quitter le cimetière n'améliora pas franchement l'humeur de Renan, mais la jeune femme à ses côtés avait l'air désireuse de parler et ma foi, il pouvait bien faire preuve d'un peu de compassion de temps en temps. Habituellement le français n'aurait pas hésité à l'envoyer sur les roses. Lorsqu'il ne se sentait pas au mieux de sa forme, le jeune homme pouvait parfois se montrer relativement désagréable, mais il fallait croire que cette fois-ci, son côté « professionnel » avait pris le dessus. Ils sortirent rapidement du cimetière tandis que la demoiselle lui expliquait être allemande. Ce n'était pas très étonnante dans un sens, elle avait le physique des femmes de l'est – et ce n'était pas une simple idée reçue. Bien que son pays natal se trouvait juste à côté de celui cité par Luka, Renan était bien incapable de se souvenir si elle avait bien son accent. Lui il venait plutôt de l'autre bout de la France et connaissait davantage l'accent anglais qu'allemand. Quant au reste... le français constata qu'il avait bien fait de se montrer patient : elle lui avoua clairement être de l'UNISON – ce qui n'était pas top secret après tout – et cette annonce éveilla son intérêt. Il se doutait que ce groupe ainsi que celui de la Légion serait le premier à leur tomber dessus le jour où SHADOW revendiquerait ses actions. Peut-être jamais, tout cela ne dépendait pas de lui. Au terme des explications de la demoiselle, Renan eut droit à quelques questions alors qu'ils débouchaient sur une rue devant le fameux glacier. Il attendit qu'ils entrent dans le bâtiment et qu'ils s'installent à une table non loin de la devanture pour lui répondre enfin.

« J'avoue que je ne connais pas très bien l'Allemagne, j'ai dû y mettre les pieds deux ou trois fois grand maximum. » Pour les vacances « en famille » dont ses parents étaient si friands à l'époque où il vivait encore avec eux. « J'ai entendu parler de l'UNISON, mais je vous avoue que là non plus je n'y connais pas grand-chose, disons que ce n'est pas vraiment mon domaine et pour être franc, je pensais que ça concernait surtout les super-héros et tout ça.... »

Il espérait simplement qu'en avouant son manque de connaissance la jeune femme allait lui faire un bref – ou long, pourquoi pas – exposé à propos de ce qu'ils faisaient exactement. Cela dit, ce n'était pas en tapant la discussion avec un agent de ce groupe qu'il allait en apprendre beaucoup, ils étaient soumis au secret et il ne risquait pas de tirer grand-chose d'elle. Tant pis, ce serait mieux que rien et au moins n'aurait-il pas le sentiment d'avoir perdu son temps en venant ici. Le regard de Renan se déporta quelques instants sur la ruelle sur laquelle donnaient les fenêtres, avant de reprendre d'un ton toujours aussi calme.

« Je travaille dans une entreprise de laveur de carreaux. Ce n'est pas franchement passionnant, mais c'est déjà ça. » Son regard se reporta sur le visage de la demoiselle avant qu'il termine de répondre aux questions. « Je suis ici depuis une quinzaine d'années. Je viens de France, mes parents m'ont envoyé chez mon grand-père paternel lorsque j'étais plus jeune, ils n'avaient pas le temps de s'occuper de tous leurs enfants. »

Ce n'était pas la vérité puisqu'il avait été envoyé ici pour éviter d'avoir de trop mauvaises fréquentations et que les choses se seraient certainement améliorées si son grand-père n'avait pas eu une attaque l'empêchant de continuer à s'occuper de son petit-fils. Peut-être qu'il serait réellement laveur de carreaux si les choses ne s'étaient pas passées de la sorte, heureusement que ce n'était pas le cas !

Quelqu'un s'approcha déjà de leur table pour savoir s'ils savaient ce dont ils avaient envie. Renan n'ayant jamais été un amateur de sucreries dans l'âme se contenta d'un café – en espérant que ce ne serait pas l'infâme jus de chaussette qu'il trouvait toujours en Amérique. Puis il laissa Lucrèce commander ce dont elle avait envie avant que leur serveur ne s'éloigne en les remerciant. Quelques secondes de silence passèrent avant que le français ne relance son interlocutrice surprise sur un autre sujet.

« Vous n'avez pas trop de mal à vous acclimater au pays ? Je pense que bosser dans un milieu comme le vôtre, ça ne doit pas être de tout repos. Vous travailliez déjà dedans en Allemagne, ou c'est une simple reconversion due au hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 12 Oct 2013 - 20:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Luka fut soulagé d’apprendre qu’il ne connaissait pas bien l’Allemagne, c’était toujours rassurant, elle n’aurait pas à répondre à des questions sur des particularités locale au moins. L’Ultime eut un petit sourire comme quoi ce n’était pas grave du tout.

- Pas obligatoirement il y’a des tas d’humain juste très doués et très intelligent. Mais c’est vrai qu’on traque que des super-vilains. On a quelques stars dans l’équipe, les Neutron-Grey par exemple, ça doit être ça qui donne l’impression qu’on est tous des super héros. Si un jour je deviens une héroïne se sera déjà bien, plaisanta-t-elle.

Luka était entourée de personne au professionnalisme étonnant, habituée depuis longtemps à cette débauche de violence. Même si elle avait été protecteur en Hyperborée, elle n’aurait pas eu toute leur expérience, même en 400 ans. La violence ici était le quotidien, chez elle c’était franchement l’exception. Bref elle ne sentait pas héroïne, peut-être super dans le sens différent, mais certainement pas les deux. La suite la fit complètement compatir à Renan, sans doute, parce qu’elle avait elle aussi fait ce genre de métier.

- Je n’ai pas toujours eu un métier aussi passionnant, j’ai fait du ménage pour payer mes études, expliqua-t-elle, elle était obligé de mentir.

Elle eut voulu ajouter qu’il avait raison, que l’argent était de l’argent, qu’il n’y avait pas de honte à avoir, que c’était ce monde qui était honteux de ne pas laisser le choix aux gens. Mais Luka ne put pas, Renan, expliqua quelque chose qui lui serra la gorge. Non elle ne pouvait pas encore pleuré, mais c’était trop triste. Comment ne pouvait-on pas avoir le temps de s’occuper de tous ses enfants ? Comment on pouvait forcer les gens à travailler tellement au point qu’il n’ait plus le temps de s’occuper de sa propre descendance. Encore Renan avait été élevé par de la famille, mais sa maman avait dû lui manquer. Sa main se posa sur son ventre, elle n’abandonnerait jamais son petit Ead-Gar… Comment cela était possible ? Luka serra les dents.

L’arrivée de Rosie pour prendre leur commande l’empêcha d’exprimer ses pensées. Renan ne commanda qu’un café mais Luka se montra un brin plus gourmande, elle commanda deux boules de sorbet pastèques et un thé à la framboise.

- Pas de chantilly ?
- Toujours pas de chantilly…
- Ça vous ferait pourtant du bien, commenta Rosie avant de sourire puis soupirer. Très bien sans chantilly.

La femme s’éloigna et Renan repris la parole pour lui poser des questions ce qui fit plaisir à Luka. Elle eut un beau sourire. L’Ultime avait l’impression qu’il était moins gêné qu’au début de leur conversation. Comme c’était des questions sur son histoire elle se mit à réfléchir un peu comme toujours avant de répondre, le principe de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Si elle ne voulait pas passer pour une menteuse, elle devait avoir le récit le plus simple possible, le moins compliqué à retenir.

- Parfois j’ai un peu de mal, mais je crois m’être bien adapté, pas trop mal du moins. C’est plutôt une reconversion dû au hasard. On pourrait dire du piston, c’est comme ça que ça se dit en américain je crois. Enfin j’imagine qu’on m’aurait déjà renvoyé si j’étais vraiment une catastrophe C’est vrai que ce n’est pas de tout repos, on sait jamais vraiment à quoi s’attendre. Une affaire de routine peut se transformer en catastrophe. Les mystères des supers ne sont pas une science exacte, tout est possible.

Rosie arriva avec leur commande. Sol’ukah la remercia et paya immédiatement la commande. Elle mangea un peu de sa glace, légère, peu sucrée, parfaite pour elle.

- Vous n’êtes pas retourné en France ? Mon ami Felice n’arrête pas de me dire que c’est un charmant pays. Pas très loin de l’Allemagne…
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 13 Oct 2013 - 14:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4668
ϟ Nombre de Messages RP : 1539
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Les noms cités par Luka n'étaient pas inconnus à Renan. Les Neutron-Grey, il en avait effectivement entendu parler, mais ce n'était pas eux qui l'inquiétait le plus. Au fond, il devait se méfier de tous les agents de l'UNISON puisqu'ils étaient tous plus ou moins doués et représentaient donc un danger indéniable. Le fait que la famille citée par la jeune femme soit célèbre ne donnait pas de raisons pour qu'il s'en soucie plus que les agents qui ne bénéficiaient pas du piston de leurs parents. Il avait appris avec le temps qu'il était souvent bien mieux d'être quasiment un inconnu : les gens se méfiaient moins de vous – ou s'intéressaient dans le cas de célébrités comme les Neutron-Grey. Il ne dit rien l'entendant parler d'une éventuelle possibilité de devenir célèbre. Y aspirait-elle réellement ? Certains se complaisaient parfaitement dans leur anonymat, lui par exemple. Il y avait parfois quelque chose de frustrant à se dire que toutes vos actions restaient secrètes, mais son côté impulsif avait été bridé par son oncle pour le pousser à devenir aussi discret qu'il était à ce jour.

Lorsqu'elle lui avoua ensuite avoir fait le ménage pour gagner sa vie, Renan fut quelque peu étonné. Apprendre qu'elle était de l'UNISON l'avait presque persuadé de se dire qu'elle avait forcément travaillé dans ce milieu en Allemagne, mais ce n'était visiblement pas le cas. Son regard sonda un instant le visage de la jeune femme alors qu'il restait silencieux à réfléchir. L'arrivée de la serveuse leur laissa le temps de réordonner leurs pensées et Luka répondit une fois qu'elle se fut éloignée. Elle lui expliqua avoir été pistonnée pour rejoindre l'UNISON et qu'elle avait dû se montrer capable puisqu'ils avaient décidé de la garder parmi eux. Parfaitement normal après tout. Lui aussi avait été perçu comme quelqu'un de « trop jeune » à son arrivée dans SHADOW et pourtant, il occupait encore ce poste à ce jour, la preuve qu'il ne devait pas être aussi incompétent que les autres voulaient le laisser entendre.

La serveuse revint vers eux et Renan la remercia d'un rapide sourire avant de reporter son regard sur la demoiselle qui lui posait des questions sur son retour en France. Retour était un mot plutôt mal adapté, à ce jour il se sentait davantage américain que français et ne voyait donc pas de raisons de retourner là-bas. Son but n'était pas de se faire plaindre, mais il ne pouvait décemment pas dire qu'il n'avait pas envie de revoir les siens. Une personne normalement constituée – sentimentalement parlant – n'en voudrait pas à sa famille et aurait forcément envie de les revoir. Il prit quelques secondes le temps de réfléchir à ce qu'il allait dire.

« Non, en fait « retourner » n'est pas vraiment le mot approprié, je me sens plus chez moi ici que là-bas. Je sais que ça peut avoir l'air bizarre, mais j'ai bien plus d'amis ici qu'en France et je ne suis pas certain que mon retour enchanterait forcément ma famille. » Renan haussa les épaules comme si ça l'indifférait. « Ce n'est pas bien grave, ce sont des choses qui arrivent. » Son regard se détourna brièvement sur la salle avant d'en revenir à Luka. « Vous avez parlé d'un ami prénommé Felice ? C'est plutôt Italien que français comme prénom il me semble ? C'est un joli pays je ne le nie pas, très différent de l'Amérique et tout dépend où vous vivez. Vous pourrez toujours y passer si vous rentrez une fois chez vous. »

Les yeux du français se portèrent sur son café qui avait au moins l'aspect normal d'un café – dans une tasse et pas un gobelet en plastique en somme – c'était bon signe. Il le laissa toutefois posé devant lui sans y toucher, Renan prenant toujours son temps pour les choses du quotidien histoire de ne pas avoir l'air pressant. Ce n'était pas seulement visible dans le discours, mais aussi dans l'attitude. Calmement, bien que curieux, le jeune homme enchaîna.

« Et vous avez prévu de retourner en Allemagne ? » Après son accouchement il songeait surtout. « Les couples d'expatriés que j'ai rencontré avaient toujours tendance à vouloir que leurs enfants naissent dans leur pays natal. Ce n'est pas votre cas ? » Après tout, elle avait parlé du fait que son époux était aussi allemand. « Enfin c'est une bonne chose de savoir que même en étant originaire d'un autre pays, vous arrivez à accéder à un tel métier. Je vais songer à surveiller les journaux dorénavant, peut-être que je vous verrai en première page un de ces jours ? » Le ton était badin, mais il était parfaitement sérieux. « Vous aspirez à la popularité ou c'est par simple habitude de côtoyer les célébrités que vous en parlez ? »

Il stoppa ses questions ici, peu désireux d'avoir l'air trop curieux, il l'avait déjà été bien assez, bien plus que la prudence ne le voudrait. Mais Renan avait bien le droit de temps en temps à quelques discussions moins ciblées SHADOW et quand bien même ne le pourrait-il pas, il le ferait tout de même. Après tout, ce que l'Ombre ne sait pas ne peut pas lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 15 Oct 2013 - 12:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Glace à la pastèque, thé la framboise et conversation chaleureuse, le moment lui mettait du baume au cœur. Sol’ukah aimait tant nouer de nouveau lien. Renan était en plus un homme bien patient et généreux de son temps. Une personne rare en somme dans ce monde ci. Tandis qu’il lui répondait et posait de nouvelle question l’hyperboréenne grignotait son en cas.  Le mélange chaud froid de ce quatre heures malmenait ses papilles, mais comblait sa gourmandise. L’explication sur la famille de Renan la laisse un brin mélancolique, pourquoi les familles était-elle ainsi ici ? Certes elle ne s’entendait pas toujours très bien avec son père, mais depuis qu’elle ne pouvait plus le voir, il lui manquait horriblement. Elle mourait chaque jour un peu plus d’envie de revoir les siens.

- C’est triste tout de même, même si ça arrive comme vous le dîtes, finit-elle par répondre. Oui Felice est italien, mais il possède un château en France qu’il m’a dit.  Il y’a des chanceux dans la vie, s’esclaffa-t-elle pour ne pas en dire plus sur son ami.

Son conjoint, lui et cette superbe blonde (heureusement que Luka la soupçonnait d’être intime avec Felice) étaient si secrets au sujet de leur alliance magique que l’Ultime se doutait qu’il tentait d’être discret. Parfois tout ce mystère l’agaçait un peu, elle n’aimait pas que son conjoint lui cache des choses, pas du tout.

- J’espère vraiment passer en France surtout à Paris…

On disait que c’était la ville des amoureux, elle avait drôlement envie d’y passer un moment avec Dieter. Elle s’était un peu refroidie avec lui depuis la mort de Klaus. Elle avait besoin de donner un renouveau à leur histoire, un voyage romantique pouvait y contribuer. Ils pourraient par exemple poser un cadenas sur le pont des amoureux, c’était une coutume de son monde, elle l’avait lu sur internet. Renan lui posa de nouvelles questions, sans broncher Luka y répondit.

- L’Ecole de mon mari coûte très cher et vu qu’il n’y a que moi qui travaille, je ne pense pas qu’on y retournera de suite, peut-être quand mon mari aura terminé ses études probablement au moins pour les vacances, que notre fils découvre ses racines…

Ou au moins celle de son père, puisqu’elle était bannie à jamais de sa terre de naissance. Luka s’empêcha d’avoir un sourire triste à cette pensée. Ce n’était pas logique qu’elle soit triste, elle porta la tasse à sa bouche pour cacher son expression.  La suite des propos de Renan l fit rire un peu.

- Non je n’aspire pas à être célèbres, pas du tout, pour vivre heureux vivons caché j’ai lu ça une fois et c’est absolument la philosophie de vie de mon conjoint. Moi je veux juste être quelqu’un de bien, quelqu’un d’utile. Pour ce voyage je me suis éloigné de ma famille, nous étions très proche, je ne veux pas avoir fait ça pour rien. Enfin ce déménagement ce n’est pas si mauvais, j’ai rencontré plein de nouvelles personnes adorables…  Vous en faite partie.

Chez elle le compliment était vraiment sincère, ce n’était pas de la flatterie intéressée, encore moins une tentative de draguer, juste une gentillesse exprimée.  Luka eut un doux sourire. Elle glissa sa main dans sa nuque.

- Star City est une ville particulièrement fascinante, vous ne trouvez pas ? Quand on lit le Daily Star on se dit que rien n’est impossible.  Vous pensez quoi de tous ces supers ?

Beaucoup de ses proches étaient des supers et Luka se demandait franchement ce que pouvait penser des gens normaux sur tous ces pouvoirs. Au nouvel an elle avait vu la haine qu’eux les supers pouvaient inspirer, Luka espérait de tous son cœur que la majorité des gens sans pouvoir ne pensait pas comme eux.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 15 Oct 2013 - 17:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre

Afficher le profil

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4668
ϟ Nombre de Messages RP : 1539
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Jonas Cooper
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan fut un peu étonné de constater que son « histoire » avec sa famille avait l'air de toucher – si ce n’est perturber – Luka. Elle devait être de ceux qui compatissaient à tous les malheurs des autres, à moins que ce ne soit les hormones de la grossesse qui la faisaient réagir ainsi ? Peut-être bien, mais il n'allait pas s'en plaindre, au moins cela lui permettait de gagner quelques points à ajouter à son capital sympathie ! Quant à son ami qui possédait un château en France, visiblement le couple d'allemands avait des relations plutôt aisées. Certainement l'un de ces hommes d'affaire pour qui Renan travaillait en lavant les vitres de leurs beaux immeubles. Tant mieux pour lui et tant mieux pour le couple, avoir de tels amis devait certainement aider au quotidien. Il sourit légèrement.

« À qui le dites-vous. Tant mieux, c'est bien de voir des gens réussir dans la vie. »

Même s'il ne le pensait pas. Renan avait parfois du mal à admettre qu'il se retrouvait avec un travail dont personne ne voudrait alors qu'il était capable de bien plus, puis surtout qu'en face il voyait ces personnes se pavaner dans leur rôle de nouveau riche. Oui, parfois ses bonnes résolutions étaient mises à rude épreuve, heureusement le français avait l'habitude de mentir, à un point tel que c'était devenu comme une seconde nature.

Entendre Luka parler de Paris ne l'étonna pas franchement, la capitale de son pays natal avait une réputation qui n'était plus à faire, la ville des amoureux ! Combien de fois en avait-il entendu parler avec son ex-femme ? Trop pour les dénombrer. Son regard s'attarda sur la femme enceinte.

« Ah, la ville des amoureux. C'est un bel endroit, très différent d'ici, mais ça reste une ville. »

Ce n'était pas comparable à une campagne où la tranquillité valait tout l'or du monde. Parfois, Renan avait du mal à se dire qu'il avait grandi dans un village paumé dans un autre pays tellement cette ville lui semblait familière. Non, Paris ne rivalisait pas avec Star City et pour bien des raisons !

La jeune femme lui parla alors de son mari et de son école, certainement qu'il aspirait à un emploi mieux placé que celui qu'il devait avoir à ce jour ? Il avait eu droit à ce genre de discours à l'époque, un laveur de vitres ce n'était pas très reluisant et c'était toujours mieux de dire que l'on était marié à un chef d'entreprise ou à un cadre. Renan lui souhaitait bien du courage, parce que même s'il ne le connaissait pas, il imaginait sans peine que sa vie se transformerait en enfer dès la naissance du bébé. C'était souvent ce qui poussait les gens les plus débrouillards à se centrer uniquement sur leur enfant et à oublier tout le reste, ce n'était pas sans raison que Renan s'entourait de célibataires sans enfants. Il resta toutefois silencieux et n'aborda pas ce sujet qui, au final, ne le concernait pas.

Ce fut une bonne chose d'ailleurs, car elle commença à s'intéresser à ses questions au sujet des supers et expliqua ne pas vouloir devenir célèbre. Tant mieux, ça leur faisait un point commun ! Cela dit, il pourrait toujours se renseigner un peu sur elle, des allemands à l'UNISON il ne devait pas y en avoir des masses après tout. L'aveu qu'elle lui dit concernant ses rencontres « adorables » ne manqua pas de provoquer un rire amusé chez Renan. C'était bien la première fois qu'on se servait d'un tel qualificatif à son encontre. Comme quoi, il savait bien jouer son rôle au final. Sa seule réponse fut un sourire sincère en apparence, mais qui se trouvait être plus fier de lui en réalité. Il ne reprit la parole que lorsqu'elle lui posa une question.

« Je ne m'en mêle pas trop pour être franc avec vous. Je ne me sens pas trop concerné par tout ça, en France c'est bien moins médiatisé vous savez. » Il haussa légèrement les épaules. « Je n'ai rien contre eux, mais disons que je n'ai pas vu ma vie s'améliorer malgré leur présence. Peut-être que certains sont effectivement là pour le bien des habitants, mais je crois aussi que pas mal d'entre eux cherchent la célébrité et la popularité. » Son regard se glissa sur les environs avant de se reporter sur Luka. « Après tout, s'ils n'étaient là que pour protéger les gens, pensez-vous qu'ils auraient tous besoin de se faire autant mousser ? Être sous le feu des projecteurs, ça peut être mauvais, garder son anonymat parfois c'est une bonne chose. » Il en savait quelque chose ! « Puis d'un côté, se cacher derrière une identité secrète, je trouve ça étrange. Je ne sais pas trop quoi penser de toute cette affaire en vérité. »

C'était un vaste mensonge : Renan savait parfaitement ce qu'il en pensait et pour quelle raison est-ce qu'il apprécierait plus de médiatisation sur la vie privée des supers, mais c'était un autre détail.

« Vous avez l'air de partager mon avis si j'en crois votre désir de rester discrète. » Il sonda son regard un instant. « Ce n'est pas frustrant de travailler à côté de véritables célébrités qui récoltent les lauriers et d'être invisible à côté d'eux ? » Un bref silence. « Si vous étiez plus célèbre, vos proches entendraient parler de vous, ça ne vous intéresse pas ? »
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Ven 18 Oct 2013 - 14:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Un duo de jeune gens entrèrent des gros livres de science anatomique dans les bras. Luka les fixa juste un instant avant de reporter de nouveau son attention sur Renan. Il donnait son avis sur les supers et Luka l’écouta très attentive. Depuis le nouvel an elle avait vraiment peur de ce que pouvait penser les gens d’elle. L’Ultime tâtonnait toujours sur ce qu’elle pouvait dire ou ne pas dire. L’avis de Renan ne pouvait que lui être utile. D'abord il lui expliqua que ce n’était pas aussi médiatisé en France, c’est vrai qu’on lui avait dit que Star City était la ville des héros, que les américains étaient extravaguants. Pas tous le temps avait pensé Sol’ukah, parfois ils étaient incroyablement coincés.

Son avis sur les héros en général vint enfin. Il ne niait pas qu’ils fassent le bien, mais il avait l’impression qu’ils faisaient ça pour se faire mousser, juste pour être encore plus connu en gros. Luka ne connaissait pas beaucoup de héros, à vrai dire à part ses collègues Unison, elle ne connaissait personnellement aucun héro de la Légion des Etoiles. Il y avait bien Maya qui tuait les méchants, mais on ne pouvait pas dire qu’elle le faisait pour la gloire, car elle le faisait dans l’ombre. Luka ne parvenait pas à savoir si ça pouvait être vrai, mais elle savait très bien que ce n’était pas forcément faux. Personne n’échappait au péché de l’orgueil. Même en Hyperborée certain flattait l’idée d’être reconnu par tous. Luka but un peu de son thé.

La vie s’était-elle améliorée depuis son arrivée ? La plupart du temps oui il lui semblait bien, mais pas tous le temps. Il y avait par exemple le cas Johnny Allen. Johnny avait tué des gens rien que pour la kidnapper et la provoquer, si il ne l’avait pas rencontré, aurait-il tué tous ses gens ? Probablement pas, il fallait être réaliste, mais peut-être qu’il en aurait tué d’autre pour d’autre raison, il était malade. Luka grimaça, mais se reprit vite. Elle se sentit un peu mal à l’aise. Renan n’avait pas tort. Il ne semblait pas non plus à l’aise avec l’identité secrète, c’était vrai que certain personnage pouvait s’en servir pour agir impunément, au moins avec l’Unison elle ne prenait pas ce risque. Tout ce qu’elle faisait devait être rapportée et décrit dans un rapport jugé par un supérieur.

Renan lui demanda si ça ne la dérangeait pas de rester dans l’ombre d’héros, qu’elle bosse et qu’il remporte la gloire et les avantages à sa place. Depuis le temps elle avait une réponse toute prête pour ce genre de question, tournoyant distraitement sa cuillère dans son thé elle répondit avec calme.

- La gloire apporte son lot d’ennui… Au moins on se scrute pas tout ce que je fais, je ne le supporterais pas, je suis perfectionniste et je suis sensible au critique. Puis je ne veux pas que mes proches aient des ennuis. Les familles des stars sont souvent traquées, ça détruit des familles et quand on arrête régulièrement des criminels, on se fait forcément des ennemis… Ils peuvent se servir de nos proches pour nous faire du mal, fit-elle blême en songeant à l’enlèvement de son conjoint. Je ne suis pas très connue et on a déjà fait chanter une fois mon conjoint, avoua-t-elle. Je n’ose imaginer ce qu’il pourrait lui arriver si j’étais encore plus célèbre. Voilà pourquoi je préfère définitivement être discrète… Peut-être même invisible parfois, mais je préfère avoir un cadre afin de ne pas faire ce que je veux non plus. J’ai toujours apprécié la rigueur.

Elle soupira et passa une main dans ses cheveux.

- Quand ce que vous avez dit sur les super-héros… Je ne sais pas si c’est faux ou vrai, il y’a probablement du vrai, beaucoup de gens aiment attirer le regard des autres, mais d’autres ne l’ont pas souhaité. Quant au fait que l’existence des héros soit positive ou pas, c’est un peu le problème de la poule et de l’œuf. Qui en premier des supers vilains ou des supers sont apparus en premier, on ne le saura jamais. Puis quand à ceux qui cachent leur identité il y’a forcément des gens qui le font pour faire ce qu’ils veulent et il y’a ceux qui le font pour des raisons comme les miennes. En bref nous avons sensiblement le même avis sur le sujet, conclut-elle.

Son regard se porta sur les jeunes gens, probablement des étudiants en médecine. Luka avala une gorgée de son thé.

- Vous ne voulez vraiment qu’un café ? demanda-t-elle attentionnée.
Revenir en haut Aller en bas



Tout le monde ne part pas... PV Renan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Tout le monde s'en fout...
» DSL tout le monde
» bon tout le monde a joué au foot
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).
» Relations d'un tout nouveau monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-