AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Esmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_1Esmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_2bisEsmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_3
 

Esmeralda Di Vedova [100%]

 
Message posté : Mer 3 Juil 2013 - 18:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

Informations Personnelles

ϟ Nom  :  Di Vedova
ϟ Prénoms :  Esmeralda ( Leone )
ϟ Sexe :  Féminin
ϟ Âge :  31 ans
ϟ Date de Naissance :  31 mars 1981
ϟ Lieu de Naissance :  Dans une maison de campagne, en retrait volontaire de la ville pour plus de tranquillité. Pas loin de Freehold.
ϟ Nationalité :  Américaine
ϟ Orientation :  Hétérosexuelle ( même si elle n'est pas porté sur le sexe, du coup , elle n'a jamais testé autre chose, et ça ne lui manque pas. Toutes ses expériences ont été blasantes. )
ϟ Métier : PDG du Ashton Mall , le centre commercial de La Little Italy , une PDG qui a d'ailleurs récemment engagé une ascension de la surveillance de la Little Italy , afin de lutter contre les crimes en ces lieux et protéger les bonnes gens, vu que la police semble allergique à cet état de fait. Elle est aussi la propriétaire de l'orphelinat de la 40th Avenue, et directrice de ce dernier. Elle en a récemment renforcé la sécurité pour des raisons très personnelles. C'est une jeune "requin en affaires " tout juste arrivée sur le marché , comptant bien redorer le blason des Di Vedova.  

Administration

ϟ Avatar :  Jessica Louwndes
ϟ Crédits : Wy
ϟ Pseudo  :  Wy
ϟ Âge réel :  28 ans
ϟ Parlez-nous de vous :  Parlez-moi de vous ? Pas grand chose à dire si ce n'est que ça fait un moment que je suis sur le circuit du rp.
ϟ Comment avez-vous connu le forum ?  Par le biais d'un admin. D'un partenariat . Jay Lane m'a convaincu de venir.
ϟ Que pensez-vous du forum ?  Diaboliquement complet
ϟ Quelques conseils à donner ? Pas vraiment.  
Historique

Esmeralda Di Vedova [100%] 90242925vedo
Alias "La famille aux mille veuves"
La famille Di Vedova trouve ses sources il y a plusieurs siècles de cela dans une petite rue de Venise, en Italie, à l'époque où l'on commença à donner des noms aux familles. Avant cela, il n'existe aucune trace ni certitude de l'existence de cette malédiction de mère en fille, mais on se doute que ce pouvoir destructeur n'est pas apparu du jour au lendemain. Les Di Vedova était de riches tisserands très prisés dans la ville. Ils commencèrent à être connu dans l'Italie de la Renaissance parce que l'une de leurs femmes , du nom de Mohirana Di Vedova était une dame de grand charisme qui côtoyait les salons mondains de l'époque mais qui avait une passion aussi échevelée pour les araignées. Une passion morbide qui d'ailleurs ne fut pas pour plaire aux hommes les plus risqués qui se disaient qu'une passion pour une telle créature ne pouvait refléter toute la dangerosité de la dame qui abritait chez elle des dizaines d'espèces dont certaines venimeuses. Cela aurait pu faire échos à une autre légende de la veuve noire que nous connaissons tous, dont la femelle de l'espèce tue le mâle après l'accouplement, mais ce ne fut pas le cas ici. L'araignée en question fut plutôt dans la toile de rêves morbides que fit traverser la belle brune à tous ses amants qui en ressortaient fous, terrifiés ou qui n'en ressortirent pas d'ailleurs. On la traita de sorcière et elle fut rapidement condamné pour pratiques sataniques. Toutes les araignées furent brûlées et le reste de la famille mentit consciencieusement quant aux pratiques de la jeune femme. Ses deux sœurs, sa mère et sa grand mère, savaient pertinemment qu'elles avaient la même capacité, celle de générer les peurs et angoisses les plus profondes, mais aussi la fascination et il fut bientôt temps pour la famille de partir, suite au décès du grand père , puis du père quelques jours après la mort de la jeune femme. Mort qui avait généré des peurs intenses chez les femmes du reste de la famille et les hommes en avaient pâtis. Un fils mourut dans l'aventure. Depuis des siècles les femmes Di Vedova vivent avec ce lourd fardeau d'attirer les élus ou les hommes simplement pour ensuite les faire mourir et voir mourir.

Fin XVII ème siècle, les rares survivants de la famille Di Vedova prirent la direction des USA, dans l'espoir de rebâtir une vie meilleure, d'autres projets. Ils avaient déjà traversé la France et l'Espagne sans pouvoir y trouver fortune, alors ils prirent une navire au prix fort et fut accueilli dans le nouveau Monde. Les sicèles qui suivirent entre chasse aux sorcières et malédiction immuable ne furent pas de tout repos pour les Di Vedova, mais ils survécurent, sous différents noms, divisés en plusieurs petits foyers, près à changer si le besoin se faisaient savoir. Les femmes évitèrent de se marier pendant quelques temps, n'ayant d'enfants que de voyageurs qui venaient la nuit pour l'hospitalité. Certains eurent le courage d'en faire leurs épouses mais on compte sur les doigts d'une main ceux qui ont su y survivre.

Au XIX ème siècle, alors que Corizza Di Vedova épousait Andrew Keningher, un avocat qui avait fait fortune dans la cote Est des USA non loin de Hamelin, avec des parts importantes dans l'immobilier, on apprit après sa mort quelques mois plus tard dans un accident de cheval, qu'il était le 17ème époux de la dame, devenue à présent une jeune bourgeoise gonflée de fortune. Corriza reprit alors son nom de famille, et le légua à ses quatre enfants, tous de maris différents qui avaient fait sa fortune. C'était une femme naturelle, grande d'ambitions, mais absolument pas méchante. Son seul problème était l'instabilité de son pouvoir et son émotionnalité. Résultat, elle vous pétait des crises à tout bout de champ et fiout ! plus de maris! Incapable de prouver la culpabilité de la femme, les autorités ne purent l'arrêter et les medias en firent même un martyre affublé de mensonges pour débloquer des affaires criminelles sur le dos d'une pauvre veuve. La richesse de Di Vedova se refit dès lors. Les autres branches de la famille s'éteignirent peu à peu mais la sienne s'endurcit dans le milieu des affaires, de l'immobilier, et des commerces.

Puis survinrent des soucis plus importants que ces foutues chasses aux sorcières et autres accusations que le peuple se prêtaient à jouer pour s'occuper. Bien que les Di Vedova n'employèrent jamais de noirs ou d'amérindiens pour leurs entreprises, trouvant cela aussi abjectes comme soumissions que ce qu'il avaient subi depuis des siècles, voilà qu'à présents, la technologie s'envole dans les XX ème siècle. Les Etats-Unis prennent de l’ampleur et les Di Vedova , avec toutes ces histoires de guerres mondiales, de politique expansionniste, et lutte contre la ségrégation, préfèrent rester en retrait dans leur propriétaire coloniale. Le temps que les mœurs s’apaisent, les femmes Di Vedova établissent un véritable stratagème de séduction afin de gonfler la famille en fortune. Sur leur liste certains grands influents de Providence. Elles suivent également avec conviction les différentes manifestations "anormales" que ce soit par les medias ou les "on dit", les tenant aux faits des différentes apparitions de Super dans le pays et ailleurs. Les premières femmes d'affaires Di Vedova mangeuses d'hommes sont nées. Les années qui suivront, elles s'établiront des couleurs en fonction de leurs exploits et iront en secret ( du moins pour certains )  à volontairement ou non tués leur mari avec leur pouvoir jusqu'à finir elle même folles. La grand mère de Esmeralda, alias la veuve bleue avait pour don de convaincre ses maris de se tuer avec leurs propres phobies. Mais ce fut un poids trop lourd pour la mère d'Esme, Ludvia. La dernière de sa lignée est Esmeralda, unique héritière connue de la famille. Le Ashton Mall a été construit par son grand père, puis légué à sa fille, qui a géré à l'aide son mari. A son décès, ce fut Esme qui reprit les rênes, après une tentative par les deux autres femmes.  
 
ESMERALDA DI VEDOVA
Esmeralda naquit dans une maison en retrait de Star City , dans un ancien domaine colonial des Di Vedova, comme expliqué dans l'histoire de la famille. Si c'est une fille , la tradition veut que les maris ou hommes de la famille ne soient pas présents sur les lieux à la naissance. L'accouchement décharge les émotions des femmes ainsi que la transmission du nouveau pouvoir au nouveau né et les hommes présents pourraient subir plus que de la joie dans ces moments, donc par protection on les éloigne.

Ses premières années furent dans ce domaine. Rien à signaler, si ce n'est que son frère âgé de 12 ans de plus qu'elle , disparut. On ignore comment ni pourquoi, toujours est-il qu'en dépit des médias et des recherches de son beau-père, un officier militaire, Guenn resta introuvable. Bientôt sa mère abandonna. Si Esme avait été plus vieille, elle aurait d'ailleurs pris ça comme du "je m'enfoustime"... Mais Ludvia était loin d'être une mère modèle. Si elle faisait une descendance, c'était principalement pour avoir une héritière, et au fond, le plus important pour elle, c'était de transmettre pour respecter la tradition familiale et que sa propre mère lui lâche enfin la grappe. Guenn était le fils de son premier mari qu'elle avait tué par " accident " , donc au fond, qu'il disparaisse ne posait pas plus de problème que ça. Esme avait 2 ans.

L'année d'après, elle alla à l'école du village le plus proche, puis l'école primaire. Elle se révéla être bonne, aimait apprendre constamment, une véritable petite encyclopédie. Puis elle eut des troubles du sommeil, vers l'âge de 7 ans. Des cauchemars morbides, des visions trés sanguinaires qui alarmèrent le corps enseignant, parce qu'elle les exprimait aussi sur papier. On convoqua la mère, qui commençait déjà à être un peu à l'ouest, touchant à l'alcool. Son père, Winsten Malroy, vint aussi et expliqua que sa tante avait regardé un film et que la petite s'était levée en pleine nuit . Quand le lendemain, la tante leur expliqua, la petite en avait déjà trop vu. Le corps enseignant accepta l'excuse mais suivit de près la petite...
La vérité était tout autre. La tante de Esme fut envoyée à Los Angeles chez une sœur de la grand mère, pour être éloignée de l'enfant et aussi internée dans un établissement spécialisé. Cette même tante avait une capacité de communication incontrôlée de ses propres peurs dans le cerveau des autres. Sa chambre étant à coté de celle d'Esme et sa jalousie à l'encontre de l'enfant étant prononcée, c'était sur elle que s'était rabattu son exutoire.

La petite Esme en fut longtemps perturbée. Quelques mois plus tard , en lui faisant des test psychologiques et pour ne pas arranger les choses, on lui découvrit une surdouance assez poussée. Un joli petit QI qui allait lui permettre d'aller plus loin dans le niveau scolaire et sa mère bien sûr suivit sans broncher les conseils de son conjoint. Esme sauta une classe à huit ans. La même année , comme le voulait la tradition et sous l'enseignement de son père et la pression de sa grand mère, la petite brune fut inscrite à un club de Box thaï. La tradition... Quelle invention. C'est une des choses que Esme ne supporte plus. Les Di Vedova, les femmes plus particulièrement se devaient de cultiver l'esprit, mais aussi le physique autant en beauté qu'en capacité de défense. Elles ont pour habitude de ne faire aucune confiance aux hommes, ar conséquent, elle se dévait de se défendre seules, et vu le petit empire qu'elles dirigeaient , cette capacité ne serait pas de trop. On raconte que la grand mère d'Esme remplaçait tout homme de main qui n'était pas en mesure de la battre, ne voulant pas de personnel incompétent. Esme gardera plus tard ce critère de sélection, le trouvant légitime. A cette époque le ASHTON MALL, était déjà en construction, à la place d'un vieil orphelinat au passé sombre, délabré et maudit. Mais rien ne faisait peur aux veuves Di Vedova, elles voulaient ce terrain pour construire un grand centre commercial innovateur en mode et services envers les femmes et les enfants. Tous les employés pris au service des Di Vedova sont des hommes et on raconte aussi qu'aucune de ces femmes n'ont jamais été fidèles. Winsten, le père de Esme, partit plusieurs années en mission à l'étranger. Il ne revint que dix ans plus tard , blessé et traumatisé par plusieurs années de séquestration et de sales boulots... Wyna avait dix huit ans et était devenu une jeune femme magnifique, digne d'une reine , mais maudite par les veuves. Elle avait ce pouvoir, rien n'avait changé.

Le réveil de ce dernier se fit à ses treize ans, quand à l'école un garçon lui fit un bisou. Un garçon adorable, qui l'aimait bien depuis tout petit et qui habitait le quartier de la Little Italy. Esme avait déménagé avec sa mère autour de ses sept ans pour venir superviser les commerces et business en ville, en compagnie de ses grands parents. Elle, sa mère et sa grand mère habitèrent quelques temps dans la Little Italy , se faisant discrètes, même si l'appartement loué prenait toute une largeur d'immeuble, en tout dernier étage. Les Di Vedova préparaient le terrain. Le jour où ce garçon, Mateo , lui fit ce bisou, il fut ensuite pris à parti par un groupe de garçons, dont l'un d'eux était possessif avec Esme. Il fut tabassé, et finit à l’hôpital ... Il ne s'en remit pas et Esme se souvient encore de son état. Il ne voulut plus jamais la revoir. Ce jour là, elle ressentit tellement de colère et de fureur qu'elle explosa, et l'absence déjà douloureuse de son père la rendant fragile, la poussa à traumatiser dans un coin de préau les gamins responsables du massacre ....

L'évènement du garçon fit la une des journaux: un enfant tabassé par une bande de camarades. Et deux jours plus tard : Une bande de jeunes pré-adolescents, pris de psychose collective dans la cour de l'école. Aussitôt, et c'était peut être du à la Ville, on commença à chercher une explication mutante à la chose, un esprit maléfique ou une connerie de ce genre. On ne trouva rien. La petite Esme avait été portée absente mais son lien étroit avec le premier enfant blessé avait été une raison pour la faire porter pâle. Personne ne la soupçonna. Sauf que sa mère soule et défoncée n'avait pas vu la môme sortir en douce, et revenir aussi en douce... Après cela, la gamine chercha à cacher ce qu'elle était.

Elle ne pensait pas que c'était héréditaire et se prostra dans une attitude solitaire et coupable, se voyant comme un monstre. Ce fut sa grand mère qui mit le doigt dessus, quand elle vit sa petite fille se défouler un an plus tard en entrainement de box thaï sur le ring , son adversaire étant un homme. Elle vit aussi sa peur soudaine, quand la petite fut plaquée au sol d'un coup de genou dans le ventre, et  se défendit contre lui après qu'il lui ait chuchoté une chose à l'oreille. Elle la suivit ensuite, sortant avec elle, participant à son éducation à domicile. La petite Esme refusait de retourner à l'école mais les meilleurs précepteurs particuliers de la ville lui furent donnés et même sa grand mère mit la main à la patte, bien qu'elle vieillissait. Sa mère, elle, faisait ses marchés parmi les businessmen dont certains perdirent la vie de manière étrange. Elle nia toujours y être liée et personne ne put jamais prouver qu'elle en était à l'origine. Les Di Vedova possède un pouvoir puissant mais dont aucune avant sa mère n'avait abusé, parce que c'était pris comme une malédiction. Aimer et tuer celui qu'on aime par accident ... voila ce qui arrivait à chacune d'entre elles. Jamais aucune d'entre elles n'avait cherché à en faire une arme. Jamais aucune n'avait passé sa vie sans aimer. Sauf sa mère. Ludvia était une passionnée de sensations extrêmes. Elle devenait petit à petit profondément alcoolique. La grand mère de Esme essayait de laisser à l'écart sa fille pour protéger sa petite fille. Elle voyait bien que l'âge amenait avec elle la décadence de sa fille Timide et isolée, la petite Esme n'avait pas de petit copain et n'en aura pas jusqu'à son premier homme, et futur mari , qui donnera naissance à Lucian, son fils unique. Durant son adolescence, elle continua dans la box thaï mais ne fit pas de compétition. La compétition, bien qu'elle soit douée, tout comme les cours qu'elle prenait, risquait de lui endommager le corps. Il était hors de question que la petite brune s'amoche ou se fasse casser le nez pour faire carrière.

En effet , elle avait déjà un avenir tracé. Elle devait prendre la suite de la richesse familiale. Son grand père vécut assez longtemps, mais il s'imposait d'être loin de sa femme , conscient qu'il était en danger potentiel. C'était un adroit businessman qui menait à bien le Ashton Mall et quelques autres propriétés immobilières du coin, propriétés qu'a encore en sa possession la grand mère, en dehors de Star City, notamment la demeure coloniale familiale.

Ludvia, elle , depuis plusieurs années, avait presqu'oublié que sa fille. Elle se complaisait à trainer dans les bars chics, à fréquenter les clubs huppés comme le Yacht Club de Marina, et elle y emmenait bien sûr sa mère et sa fille, qui passaient souvent leur soirée à la surveiller. Sa grand mère expliquait à sa petite fille qu'il ne fallait pas être comme sa mère, à séduire tout ce qui passait et avait un pénis. Puis l'alcool ne suffit pas, et Ludvia tomba lentement dans la drogue après une rencontre au 4ème monde. Un type du Cartel Rouge qui lui mentit en beauté et même encore aujourd'hui , elle est tellement à l'ouest parfois que sa fille ignore où elle est . Il lui est déjà arrivé qu'un type pas net lui ramène sa mère, complètement bourrée et défoncée, du moins à son appartement familial. La grand mère la fit interner pendant un an en désintoxication et psychiatrie avancée.

Mais elles ne purent l'y laisser longtemps, elle commençait à faire des siennes sur le personnel avec ses pouvoirs. Esmeralda l'ignore encore aujourd'hui , mais sa mère possède la capacité de matérialiser aux yeux de tous, les phobies de l'un pour attaquer l'autre. C'est un pouvoir instable trés dangereux. Elle est aussi télépathe pour la lecture des peurs, et peut les rendre visible à l'entourage, contrairement à Esmeralda qui ne voit pas la peur de l'autre, mais peut la rendre "réelle" pour la cible sans savoir ce qu'elle fait grandir, ce qu'il voit , sent ou subit. Le pouvoir d'Esmeralda deviendra rapidement plus puissant parce qu'elle va savoir le contrôler. Sa grand mère va aussi vieillir et vers les dix sept ans de la jeune fille, alors qu'elle avait fait un parcours scolaire sans faute et qu'elle s'apprêtait à rentrer dans une université d'économie et politique avec une licence finances et études des patrimoines monétaires en doublon, dans un des établissements les plus cotés de la région , sa mère fit ses premières propositions pour l'emmener avec elle, au circus maximus. Chose à laquelle sa grand mère s'opposa encore formellement. Mais la femme ne comptait pas abandonner de si tôt.

Le grand père d'Esme mourut un soir d'engueulades entre sa grand mère et sa mère. Étant par accident dans les coins, sa grand mère péta un câble et tua son mari en le poussant à aller se jeter de la baie, sur un coup de tête, pour être tranquille avec sa fille. Ce ne fut que lorsque la crise fut passée qu'elle se rendit compte du désastre. Elle reprit alors les affaires jusque là gérées par son mari, parce qu'il fallait bien avouer une chose, elle avait la flemme des affaires, et les assuma au mieux. Esmeralda restait extérieur à tout ça. En dépit de son jeune âge, elle était bien marquée pour les femmes de la famille, ne comprenant pas d'où venait tout ce désordre et ces excès. Elle tenait plus de son père que de sa mère, obligée de se faire un équilibre par elle même avec tout ça. Contrairement aux autres femmes de la famille qui tombaient dans la folie plus ou moins, Esme avait été isolé volontairement des hommes, et elle se mit à avoir en horreur la compagnie des femmes, les trouvant fourbes, méchantes, mesquines, diablement superficielles et rancunières, faisant d'une petite chose un énorme trou noir, sans compter leur mauvaise foi et leur égo pénible.

Et ce fut sur cette note un peu amère que revint son père de plusieurs années d'armée. Esme le reçut avec une joie non dissimulée à sa grande surprise, alors que sa mère n'en avait que faire de son mari , trop occupée à s'envoyer je ne sais quel mafieux du coin. Esme expliqua tout à son père. Il s'entretint avec la grand mère qui accepta qu'il s'occupe de sa fille malgré ses années d'absence, en espérant qu'il ne meurt pas trop vite . Le pouvoir d’Esméralda n'était pas encore totalement réveillé et ne se manifestait que par accoups. Elle n'avait que 17 ans et pourtant , elle était belle, ambitieuse et ses grands yeux de biches commencèrent à attirer les jeunes étudiants de l'université où elle entra.

Les entrainements qu'elle avait commencé à seize ans, concernant ses pouvoirs, ne furent jamais connu de son père. Sa grand mère lui empruntaient chaque dimanche matin pour l'emmener dans une pièce sous le Ashton, un genre de hangar souterrain, où elle amenait à chaque fois un homme de main différent qu'elle jugeait inutile ou digne d'être puni et Esme avait ordre de s'entrainer sur lui. Elever dans un esprit de féministe conquérante, on ne lui avait jamais fait comprendre que ce qu'elle faisait était mal , bien qu'elle cautionnait difficilement les résultats de ses entrainements , les voyant devenir fous, angoisser, la regarder avec des yeux horrifiés, la traitant de démone, de femme de l'enfer, de monstre et j'en passe. Elle continua d'ailleurs ces entrainement jusqu'à ses vingt quatre ans. Age auquel elle tomba éperdument amoureuse d'un certain Harick Mangesten, un étudiant en doctorat de de politiques internationales. Un jeune homme séduisant et prometteur avec qui elle eut un enfant à pein cinq mois plus tard. Elle se maria avec lui l'année qui suivit. Une idylle dont la grand mère d'Esme lui dit de se méfier. Que ça allait mal finir. Esme ne voulut rien entendre. Elle s'entendait très bien avec son père, elle venait d'obtenir son double master et était promise à des grands desseins, pour la suite de sa vie. Elle avait un adorable petit bébé , Lucian , et un mari beau et plein de notoriété croissante, tout était parfait. Oui tout était parfait.

Mais elle était une Di Vedova. Sa mère aggravait son cas chaque jour un peu plus et un jour son père osa se manifestait contre sa femme, avec le désir de la reprendre en main , et récupérer ce qu'il en restait si du moins c'était possible. Elle n'apprécia pas. Dans un élan de violence incroyable, elle le tua sans son pouvoir en pleine nuit après une partie de jambes en l'air en mettant le feu au lit. Puis elle partit en quatrième vitesse au circus maximus pour un alibi. Sauf que dans sa folie, elle en oublia que le couple de jeunes gens, le bébé, et sa mère était présents dans les lieux. Pas chance le mari s'était levé pour aller se soulager et vit la fumée émaner de la chambre de Ludvia et de son mari. Quand il prit conscience que la chambre était en feu , il leva tout le monde et les fit sortir. Les pompiers stoppèrent l'incendie, mais l'appartement était ravagé, le toit éventré. Fort heureusement ,la fortune des Di Vedova n'était plus à prouver, et ils s'exilèrent quelques temps à la maison coloniale. La grand mère eut le fin mot de l'histoire. La police conclut à l'accident en expliquant que le père s'était endormi avec une cigarette mais Esme n'en croyait pas un mot.... Son père ne fumait qu'occasionnellement et pas au lit... Elle eut du mal à conserver son calme et l'angoisse que ce soit sa mère qui l'avait tué grandit en elle. Un jour, elle s'entraina avec elle, sur demande de sa mère , qui ne semblait pas nette. Mais pour la mettre en colère et la pousser à bout ... Elle osa dire qu'elle avait tué son père et qu'elle ne regrettait rien , que c'était le destin de chacune. Esme péta un premier câble en lui projetant une crise de flux phobiques trés violents qui rendirent sa mère à la fois terrorisée et impressionnée, avant de voir sa fille s'enfuir.

La suite n'était pas prévue... Esme disparut plusieurs heures et ce fut son mari qui la retrouva recroquevillée dans un coin mais elle lui hurla de ne pas l'approcher, chose que bien sur il ne fit pas. Ses pupilles étaient dilatées comme une toxico , elle se tenait les cheveux , ses iris étaient presque lumineux et bougeaient doucement , ses cheveux semblaient animés d'un genre de vent étrange. Son mari tenta de communiquer avec elle, mais elle lui hurla encore dessus. Cela se finit où dans un éclatement de rage incontrôlé et incompréhensible, elle tua son mari en lui faisant lâcher le cœur. Puis elle perdit connaissance. Elle ne se réveilla qu'une semaine après... Une mois plus tard ... elle décidait de quitter la maison coloniale seule... et de louer un petit appartement assez haut standing dans la Little Italy, juste elle et son fils. Les années passèrent. Esme avait amassé une fortune personnelle, grâce à ses parts en bourse et dans des affaires immobilières léguées par son grand père à son nom. Sa mère et sa grand mère s'installèrent un peu plus loin. Sa grand mère ne pouvant plus tenir les affaires, commençant à trop vieillir, finit par quitter l'appartement de sa fille, et s'installa deux mois plus tard dans une maison de repos. Esmeralda continua les entrainements de Box Thaï pour se défouler et les affaires familiales ne restèrent que six mois dans les mains de sa mère qui les fit couler. Un soir où elle était bourrée, Esmeralda lui glissa un stylo dans la main et Ludvia signa le leg de toutes les affaires à Esmeralda. Elle avait 30 ans.

Lucian lui avait grandi entre temps. Il ne jurait que par sa mère. Et Esme l'aimait de toute son âme. Qui plus est , il était sacrément mignon. Il côtoya une école de classe moyenne. Esme n'aimait pas montrer sa richesse. Elle avait repris le Ashton Mall, et avait aussi acheté à ses 28 ans un orphelinat pour le faire rénover et ce dernier obtenait des quotats surprenants qui ne faisait que croitre ses cotes auprès des établissements pour enfants. En revanche, on taisait son nom. Personne ne savait qu'elle en était la directrice, c'était mieux ainsi. Une rumeur courrut qu'elle abritait aussi pour de courtes durées des enfants ou jeunes ados mutants , en collaboration avec la police, dans des chambres spéciales, le temps qu'on trouve quelques choses d'adapter à leurs conditions ou qu'ils ne soient plus en danger.

Pour le reste de son business, elle commence à monter en fleche dans le monde des affaires, et elle a même suivi à plusieurs reprises sa mère au circus maximus pour lui éviter de faire des conneries, sous le pseudo de la veuve nacrée, généralement dissimulée sous capuche de vison noir, et silhouette divinement ceintrée, masque sur visage. On l'y accepte sans problème, parce qu'elle et sa mère n'y cause pas de grabuge, que sa mère est une cliente en drogue et pari depuis des années, et qu'il lui arrive aussi d'en faire, mais elle n'approuve pas pour autant certaines choses qu'elle voit. Elle commence aussi à connaitre les grands de la Haute, en commerçant avec eux. Elle fréquente le Yatch Club, soutient les Star City Heroes, et a envie d'étriper le gang des Centurions. C'est d'ailleurs à cause d'eux et de plusieurs jeunes femmes agressées dans la Little Italy qu'elle a décidé depuis quelques mois de s'opposer clairement à leur présence dans le quartier, en mettant en place, à ses frais, un système de video surveillance dans tout le quartier, avec les félicitations des commerçants du coin , ainsi que l'installation de permanence de nuit , d'une nouvelle unité de ses hommes qu'elle paie, de gros bras, dont certains sont des combattants accomplis ( certains d'ailleurs d'anciens taulards issus de milieux aussi étranges que le circus maximus ) , sensé faire la chasse au gang et sécurisés le quartier la journée , jusquà tard dans la nuit. Pour le moment, elle évite de les faire agir la nuit entre minuit et six heures du matin pour ne pas non plus se foutre le Cartel totalement à dos. Elle veut juste éviter la revente de drogue aux petits jeunes et le viol de jeunes filles ou la prostitutions. Le reste, elle s'en fout un peu.



Dossier Médical

ϟ  Corpulence : Esmeralda fait environ un mètre soixante dix, pour une soixante de kilos. Ses formes féminines sont moyennes, elle a la taille fine et une cambrure joliment intrigante. Elle ne supporte pas les vêtements amples donc sa silhouette est toujours détaillée et visible. Elle ne la cache pas non plus. Une poitrine au dessus de la moyenne sans être trop grosse, qui se tient joliment rebondie dans ses décolletés qu'elle n'aime pas trop plongeants non plus, des hanches présentes mais discrètes, elle a de longues jambes qui restent néanmoins musclées, et ne sous-estimez pas la force de de ses cuisses. En effet , notre petite héritière pratique la box Tai depuis ses 8 ans, sa mère lui ayant imposée par tradition, et elle s'en est prise d’intérêt. Étant d'un tempérament anxieux , elle s'en est souvent servi comme défouloir pour mieux accuser le reste de ses responsabilités. Son physique dissimule donc deux aspects, le plus sportif étant caché sous la bienséance et la prestance de l'autre. Elle a été élevé avec la mentalités de Di Vedova , les famille des Veuves, donc une mentalité très féministe où la beauté du corps et aussi son efficacité sont demandés dés la naissance, et de manière aussi strict et intransigeante que la culture de l'esprit et la force de caractère. Sachant qu'elle porte constamment des talons, et que ses fonctions et son statut social requièrent une tenue toujours impeccable, tout du moins très correcte, elle est très souvent en tailleur, jupe, corset et autres robes, bas, escarpins etc. Les autres femmes sont souvent bien plus petites, vu qu'elle frôle généralement le mètre quatre vingt. Autres détails, sa peau est douce et pâle, presqu'un bijou et elle sent le parfum Opium, un musc qui mélange le lys, et quelques épices boisées douces. Ses cheveux eux ont une odeur assez prononcés de Tilleul et de rose blanche.  
ϟ  Visage :De grands yeux verts pâles sont souvent mis en valeur par un maquillage précis et souvent présent. Ce qui ne fait d'elle une mocheté quand elle n'est pas maquillé, mais son travail et son statut implique qu'elle soit aussi impeccable de visage. Quand elle reste chez elle, ça reste léger. Des yeux de biches sur des joues creusées par un régime alimentaire pourtant aléatoire mais équilibrée, et un patrimoine génétique de belle femme à l'ossature cassée et sévère. Ses lèvres sont charnues et bien dessinées et sa langue est percée d'une seule et unique petit boule argentée en titane , à embouts plat. Une dentition blanche et nette pour une voix assez grave et qui peut autant faire peur quand elle crie que sensuelle quand elle est calme.  Ses oreilles sont discrètes, sa gorge fine et pâle souvent agrémentée de colliers serrés ou qui tombent sur le décolleté. Ses cheveux sont longs jusqu'à mi dos , voir les reins selon ses envies de rajouts ou de les laisser pousser. Ils sont généralement ondulés et en fonction de la luminosité, il passe du brun en lumière ordinaire voir pénombre, ainsi que cheveux mouillés, à châtains en plein soleil. Il lui arrive aussi de se faire des teintes momentanées . Tout dépend de ses humeurs.
ϟ  Particularités : - Un piercing à la langue.  Une petite boule de titane gris, avec un embout plat en dessous.
- Un tatouage sur la fesses gauche - 8 cm :
Esmeralda Di Vedova [100%] 333036TATTOOVIVEDOVA
- Aucune cicatrice particulière.
- Les bijoux sont une chose constante , même pour dormir. Elle ne quitte jamais deux plaques militaires qui appartenaient à son père que sa mère à froidement tué devant ses yeux. Elles sont généralement à son cou, dans son décolleté.
ϟ  Qualités et défauts : La première impression qu'on a d'elle, c'est celle d'une jeune femme stricte, intransigeante, au regard franc, qui répond bien à la réputation de veuve noire qu'on les gens des Di Vedova. La digne héritière d'une mère qui aime trop les plaisirs de la vie et qui en a oublié la société que sa fille, elle, a décidé de reprendre et d'y mettre un sacré coup de fouet , se refusant catégoriquement de voir la fortune et la notoriété de la famille, détruites par un groupes de gladiateurs toxicomanes et de mafieux en culottes courtes. Elle n'a pas de haine à leur égard, juste la vision d'une requin en affaires, qui si elle doit traiter avec pour voir son business prospérer le fera sans aucune crainte. Elle est loin d'avoir lésiné sur les hommes qui l'entourent pour sa sécurité et ses pouvoirs, qu'on lui a forcé à développer depuis leurs apparitions, ne sont pas sans être craints des autres. Elles les garde secrets , jusqu'à être en réel danger. En somme pour le moment, elle n'a pas eu le temps d'y avoir recours de manière radicale. Elle n'a peur de pas grand chose et pour cause, sa mère et son père ( militaire décédé ) lui ont inculqué une mentalité très particulière, qui implique le gout du risque , la notion de danger permanent et donc...Un conditionnement constant. Sa mère l'a très tôt amener au circus maximus  sous des pseudos particuliers. Personne n'a jamais posé plus de questions. Elle renflouait en somme conséquente les paris, on ne leur demandait pas de montrer leur visage. Esmeralda n'a jamais trop aimé ce genre de choses mais y accompagne sa mère pour qu'elle ne finisse pas à se faire chopper les jarrets dans un coin par un mafieux quelconque, ce qui est malheureusement trop de fois arrivé. La fille n'a rien à voir avec la mère. Elle méprise particulièrement ce comportement immature, qui a tué son père qui cherchait à la sauver. Maintenant qu'Esmeralda a repris les affaires, et qu'elle a aussi son business propre, elle compte bien redorer le blason dangereux de Di Vedova.

Ambitieuse, audacieuse, aux idées novatrices et décidées, son autorité fait déjà l'unanimité dans ses employés et ses hommes, qui la respectent et l'apprécient. Elle est aussi crainte et on évite d'aller à l'encontre de ce qu'elle dit. Elle a beau être tolérante, à l'écoute et accepter que l'erreur soit humaine, elle déteste le travail mal fait , les trouillards, les lâches, les paresseux et les retards. Oh bonté divine, dieu qu'elle déteste les retards. Poireauter pour rien est une chose inacceptable, sachant qu'elle est toujours à l'heure pour les autres, question de respect.

Peu conformiste, charismatique et parfois provocatrice en affaires, elle se moque bien que cela plaise à la majorité ou non. Elle estime que ses décisions sont au mieux pour ce qui doit être régler, et si cela ne plait pas, elle essaiera d'arrondir les angles mais ne changera pas pour autant de décisions. De même qu'elle ne retourne jamais sa veste, et même s'il lui arrive de péter un câble auprès d'un proche , en sortant tout ce qu'elle peut pour se soulager, il n'en reste pas moins qu'elle restera franche, directe et parfois cassante, se heurtant bien souvent aux caractères les plus forts, les plus hypocrites ou orgueilleux sans pour autant en porter le moindre scrupule. Elle accepte aussi de faire des erreurs, et à force d'en voir des vertes et des pas mures dans cette famille de dégénérés, elle en arrive à ne plus être choquée de rien , hausse les sourcils, regarde la mort avec une indifférence qui peut choquer, même si le gore gratuit n'est pas dans ses habitudes. Elle n'a encore jamais eu à tuer personne, et ne s'y est donc jamais confronter. Pas sûr qu'elle n'y arrive pas, vous devriez vous méfier. Il n'y a qu'un pas de son culot habituel à l'acte. Pour elle, une fois est renouvelable, peu importe l'acte.

Consciencieuse, maitrisée, et méthodique, vous êtes un chef si vous arrivez à lui faire péter un fusible et c'est d'ailleurs assez drôle à voir, on dirait une môme hyperactive , qui parle trop , agite les mains et grogne, et dont la spontanéité et la maladresse s'augmente soudainement. Déjà qu'elle est maladroite et spontanée de base, même si elle y travaille dessus dans le cadre du boulot, il lui arrive quand même de se vautrer un matin sur trois, parce qu'elle a oublié qu'elle avait les pieds prise dans son drap. Elle dissimule deux aspects de son existence. L'un étant la requin sèche et intransigeante, redoutable et presque sadique, l'autre étant la directrice d'un orphelinat de la 40th Av. De Star City. Si on s'y attarde , on découvre une femme très maternelle, à qui le mari manque ( elle l'a tué par accident ), confidente, gentille, affectueuse, dont la coquetterie n'a d'égal que l'amour qu'elle porte à son fils Lucian, une belle petite bouille d'ange brune aux yeux marrons foncés, âgé de 8 ans. Elle apparait alors comme une femme désintéressée de tout profit qui investit dans l'orphelinat de sa propre fortune, et rend heureux tout ces petits bouts avec un personnel très pédagogue et à l'écoute, mettant un point d'honneur à recruter uniquement des gens avec un énorme coté humain et généreux. C'est une jeune femme aimante et attentive, enthousiaste, qui recherche l'affection et qui en donne. Elle s'implique autant que possible dans les contacts avec ses petits protégés et ne loupe jamais une seule de leurs sorties. Émotive, amoureuse de la vie, et diablement protectrice, on voit apparaitre des critères étonnant sous cette forme là : la gourmandise, une joie naturelle, l'amour des plaisirs simples, la curiosité.

Énergique et sensée, elle ne laisse rien filer de ses doigts, profitant de chaque instant, comme si c'était les derniers, bien que beaucoup de ses obligations ne lui laissent pas le choix de parfois se contenir. En sommes c'est une femme entière, avec un caractère bien trempé qui n'a peur des hommes, ni des bêtes, italienne jusqu'aux bout des ongles, souvent inébranlable et bien rares sont ceux qui ont réussi à la fasciner. Cette demoiselle ayant des gouts spéciaux dû à son pouvoir.  
ϟ  Goûts et dégoûts : Ce qu'elle déteste:
Les hypocrites, les flemmards, les crétins, les abrutis dont l'immaturité peut mettre en danger celle des enfants, être en retards, et que les autres le soient, les menteurs, les orgueilleux-prétentieux prince à papa qui se contredisent et ensuite se défoulent pour revenir vers elle dans l'optique de voir le chèque versé ( en gros des types instables sur qui on ne peut pas compter ) , les lèches culs, le travail mal fait, les retourne-vestes, les insectes en essaim, la chaleur intense ( elle suffoque et fait des malaises ) , le noir total et intense où son esprit crée tout un tas de choses insoupçonnables, les hommes aristo avec des manières qui se croient au dessus de tout et surtout des femmes alors que tu leur met un coup de genou dans les bourses et ils deviennent des roquets pour grand mère à chialer comme des filles. Elle n'aime pas spécialement les légumes ni les grands restos où on ne sert que des assiettes vides. Que son lit soit froid, qu'il n'y est plus de bières dans le frigo , qu'on lui refuse un hamburger, et qu'on aille à l'encontre de ce qu'elle dit par pure mauvaise foi. Elle n'aime pas non plus être frappé, ça l'agace, ça l'énerve et elle devient horripilante, alors que c'est sensé la calmer. Si vous voulez la calmer, mieux vaut utiliser d'autres méthodes.
Et ce qu'elle déteste par dessus tout : qu'on s'en prenne à son fils, et ne pas maitriser une crise de son pouvoir généré par une colère trés profonde. En gros , si vous vous en prenez à son fils, ne vous étonnez pas de voir votre cerveau éclater sous la pression de toutes vos phobies personnelles, qu'elle va vous couler sous les yeux , vous générant une peur telle que vous en mourrez peut être. Lucian est sacré. Le premier qui y touche est mort. Et elle ne reculera devant aucune méthode.

Ce qu'elle aime: le calme, certaines solitudes, la musique en tout genre surtout la rock et metal symphonique, le vent et son odeur salée, la mer, les vagues, le sable et l'herbe sous ses plantes de pieds nues.  Les enfants, son fils Lucian. Qu'on lui obéisse, qu'on la respect. Les affaires difficiles mais réussies. Gagner sur un marché. Coincer un salopard.
Fascination: Pour les hommes-bêtes, les légendes, les sensations fortes ( hors coups, ça ça l'énerve violemment ), les spectacles qui valent le coup, le risque.  
ϟ  Rêves et peurs : Peurs: Les insectes en masse, les clowns et pantins vivants, les esprits, perdre son fils ou le voir torturer....
Rêves: redorer le blason des Di Vedova et mettre fin à cette malédiction des veuves noires , chez qui tous les maris meurent sous le pouvoir de leurs femmes.
ϟ  Quelle vision votre personnage a-t-il des autres ?  Tout dépend de qui.
D'un point de vue global, elle aime bien les gens, même si elle déplore la bêtise de beaucoup et aussi leurs manies qu'ils ont tous à se sous-estimer, à pleurer sur leurs sorts et à presque tous tomber dans cette histoire de dépression qui semble être la maladie du siècle. Elle n'a pas une bonne vision des politiciens et de la plupart des gens de la Haute qui ne sont que de grands hypocrites manipulateurs, ce qui la pousse presque à être plus proche des gens d'en bas, mais sa famille lui a interdit trop souvent. En somme, elle est entre deux feux et l'orphelinat lui a permis de trouver un point d'ancrage qui lui est propre. Elle ne juge jamais personne sauf si la situation l'oblige ou la met hors d'elle. De toute façon, elle a des avis tranchés sur tout bien qu'elle le garde souvent pour elle.
Quant à ce qu'elle pense du Cartel Rouge, du circus maximus etc , ce ne sont qu'un groupe de gladiateurs toxicomanes et de vilains sadiques en pseudo costumes qui se délectent du malheur des autres. Quoi que pour le circus maximus, ce n'est pas tant le coté guerrier, qu'elle a tendance à commencer d'apprécier depuis peu , mais leur double fonction en rapport avec la drogue, qui la gène. Bien que ce ne soit pas légion dans ce qu'en savent les autres, elle, elle est au courant. Sa mère est soigneusement bavarde et aussi toxicomane de longue date en petite dose. La seule raison qui fait qu'elle n'a pas accroché clairement au circus maximus, et c'est pourtant pas faute de s'y faire tirer par sa mère depuis plusieurs années tous les trois mois, c'est qu'aucun combattant n'a jusque là attiré son attention. Peut être ne les a-t-elle pas tous vu , mais elle a des critères très hauts en terme de fascination. (second inconvénient de son double pouvoir.)

ϟ  Où se placerait-il dans l’échelle qui va du Super-Vilain au Super-Héros ?  Au milieu. Elle n'est ni bonne ni mauvaise. Son métier l'oblige quand même à parfois manquer de scrupules par professionnalisme, et habituée du monde de la Haute et du Circus Maximus ( même si elle cache son visage et qu'elle a un pseudo ), on peut se demander si elle n'y trempe pas. Mais il y a aussi l'orphelinat et la protection de la Little Italy, qui font qu'elle est aussi du bon coté des choses. Donc en gros , divisée.

ϟ  Est-il prêt à tout pour arriver à ses fins ?  
Impossible de le dire, mais voici les choses qu'elle se refusera de faire: Sacrifier son fils, les orphelins, abandonner la Little Italy avec tous les innocents qui s'y trouvent. Soutenir les actes criminels de qui que ce soit ( ou bien il faudrait de sacrément bons arguments. ) On s'entend bien , par criminels, j'entends la haute criminalité, le cartel , ou par exemple, les magouilles d'un politicien visant à mettre à mal une partie de la population etc...
ϟ  Serait-il prêt à blesser ou tuer pour gagner un combat ?  ( avis non gladiateur mais donné pour un affrontement quelconque)
Si on l'y oblige et que quelqu'un qu'elle aime est en jeu, il est fort possible qu'elle tire une balle dans la tête de quelqu'un sans problème. C'est aussi une sportive de haut niveau en box tai. S'il faut se battre parce qu'on l'a piégé en échange de la vie de quelqu'un qu'elle aime ou pour sauver sa vie, elle le fera avec une rage peu commune. Méfiez-vous , le veuve nacrée est endormie.
ϟ  Pourra-t-il user de violence pour se sortir d'une situation de crise ?
Absolument.  
Super Dossier

ϟ Groupe et raisons :  

"INDEPENDANTS"

C'est une business woman à la tête d'un petit empire qu'elle a bien décidé de faire grossir. Vu le milieu auquel elle risque de se confronter, elle ne pourra décemment pas rester que du coté du juste. Sans compter que pour le moment, seule la réputation de sa famille rappelle que les femmes Di Vedova sont dangereuses. Même aux Circus Maximus en parieuses, on ignore qui est Esmaralda. On pense qu'un autre actionnaire à repris l'affaire. Sa mère, elle, ne se cache de personne, donc pour le moment , les Di Vedova vu par la matrone des autres se résument à des allumeuses tueuses. Esmeralda est tout le contraire et cela risque d'en surprendre plus d'un. Pour le moment, elle n'a pas convoqué de presse pour officialiser la chose, mais elle compte le faire dans les semaines à venir. Officieusement, elle dirigeait le business Di Vedova depuis une grosse année, mais le temps d'officialiser les papiers de LEG etc , ce n'est que maintenant qu'elle va être reconnu riche et unique héritière de la fortune Di Vedova, et PDG du Ashton Mall. Le sujet de l'Orphelinat n'est une chose qu'elle ne souhaite pas étendre pour le moment, sachant pertinemment qu'elle risque de mettre en danger tous ces enfants.

ϟ Pouvoirs et capacités :  

De manière imagée, en regroupant ces pouvoirs, on pourrait appeler ça "La Fascination Masochiste"
En effet, ce pouvoir en comporte deux, qui sont absolument indissociable l'un de l'autre, même s'ils sont utilisables séparément. Ils ont toujours été transmis ensemble.: la fascination incontrôlable des hommes mais aussi la génération des peurs, angoisses et phobies. Les deux étant mentales uniquement. Même si votre mère est une Di Vedova, si vous êtes un homme, vous ne pouvez pas hériter de ses pouvoirs. Ce double pouvoir, qui est aussi une malédiction, ne touche que les femmes. D'où la légende des veuves Di Vedova, chaque veuve obtenant une couleur en rapport à son tempérament et sa notoriété. Ludvia Di Vedova, la mère d'Esmeralda est la veuve noire, et Esmeralda, la veuve nacrée. Sa grand mère était la veuve bleue pour avoir noyer son mari dans une illusion aquatique, ce qui l'a poussé à le faire lui même. Chaque veuve obtient une variante du pouvoir. La grand mère d'Esme avait une capacité de conviction en plus de la fascination morbide des hommes à son égard. Elle a donc convaincu son mari de se noyer dans sa propre phobie de l'eau en se jetant à la mer. La mère d'Esme, elle, a un pouvoir relativement défectueux, à cause de son addiction à la drogue depuis plus de huit ans, ce qui l'a obligé à passer à l'acte de la mort de son mari, pour ne pas arriver par l'esprit à ce qu'avait fait sa propre mère. Esmeralda quant à elle, possède une capacité de matérialisation de phobies et angoisses, poussant les gens qui subissent le pouvoir à son maximum à se suicider, à sombrer dans la folie, ou à faire une crise cardiaque, une crise de nerfs etc...Les hommes restent juste porteurs du gène, gène s'annulant au bout de la seconde génération masculine. ( en gros , une fille, dont le père et le grand père seulement sont de Di Vedova n'aura pas de gêne actif. Esmeralda vient de la lignée directe de mère en fille, en conséquence, elle possède la capacité pure. Le pouvoir peut donc s'exercer aussi puissamment que le temps et la pratique de ce dernier peut le permettre.

Pouvoir 1: La fascination:
Un pouvoir non automatique, qui n'a pas que des avantages. Il ne fonctionne que sur les hommes ou adultes de type masculin. La relation avec les femmes est absolument normale.  Idem pour les enfants peu importe leurs sexes. Ce n'est qu'une fois la puberté atteinte que les mâles sont réceptifs. Ce pouvoir a pour effet de susciter différents effets, de la curiosité à l’obsession, l'envie physique ou juste de présence, un besoin de voir la personne, un manque qui grandit avec l'abstinence de cette présence si le don est relevé souvent sur une seule et même personne, parfois jusqu'à un besoin de contact et une envie sexuelle prononcée. C'est une notion animale ou intellectuelle,  ou les deux, qui dépassent l'entendement et qui est difficilement gérable par la cible. Fort heureusement , les femmes Di Vedova, dont le pouvoir s'est toujours manifesté entre 12 et 13 ans, aux premiers signes de puberté, ont suivi des entrainements de ce pouvoir obligatoire sur des hommes choisis comme cobaye par les  femmes de la famille. Certains cobayes ont d'ailleurs péris mais ce sont des choses qui ne sont pas officielles. Esmeralda a également subi ces épreuves pour apprendre à le gérer, et du haut de ses 31 ans, elle sait chez qui générer cette fascination ou non et à quelle dose. Mais ce n'est en rien une fascination violente et morbide comme la grand mère. Pour Esmeralda , le surnom de veuve nacrée, vient de cette fascination noble et profonde qu'elle peut générer, sans pour autant aller jusqu'aux viols incontrôlables qu'a subi sa grand mère à cause de ce foutu pouvoir qui rendait fou les plus dangereux. Il semblerait que la version que possède Esmeralda soit celle d'une vraie reine veuve. Il est impossible au fasciné de lui faire du mal, comme une fascination, impliquant aussi un genre de sacralité.

Il arrive néanmoins que ce pouvoir ne fonctionne pas aussi bien que prévu , notamment lors d'une peur soudaine, lors d'un instant de panique ou de douleur intense.

Et puis il y a aussi les élus... Ceux sur qui le pouvoir, peu importe les circonstances, sera actif automatiquement, comme si la conscience était relié à l'autre , au plus profond de l'être. Ils sont extrêmement rares. Ce sont ceux qui ont été les compagnons de ces dames. On les dénombre de deux à trois en une vie d'une veuve Di Vedova. Ils sont extrêmement peu nombreux à avoir eu la force de survivre à ce lien profond et inexplicable. La plupart ont été tués ou se sont donnés la mort à cause du second pouvoir, pas assez fort ou assez suicidaire pour aimer pleinement la relation.
Cette fascination passe par le regard , le langage du corps, les odeurs .... la démarche et tout ce qui compose Esmeralda.  

Pouvoir 2: La génération d'illusions réalistes de phobies et angoisses.


Ce pouvoir est supérieur à la fascination, et est non automatique. Et c'est bien tout le problème. Il agit avec les humeurs ou la volonté des femmes Di Vedova. Il nait aussi vers l'âge de douze, treize ans. Il fonctionne sur tout le monde. Même ceux qui pourraient avoir un bouclier télépathique étant donner que ce n'est pas de la télépathie. Esmeralda ne lit pas dans les pensées, ou le subconscient, elle génère un sentiment "pur" de peur et d'angoisses, qui va se matérialiser automatiquement chez la cible comme la pire phobie qui puisse agir sur cette personne. C'est un peu comme si le regard d'Esmeralda transperçait violemment votre conscience, pour déclencher votre phobie la plus adéquate en matérialisant cette dernière. Un peu comme Médusa peut pétrifiée ses proies du regard , Esmeralda, elle, fige votre pire phobie pour l'animer devant vos yeux par un procédé inexplicable qu'elle même ne comprend pas. Elle ne voit pas ce que vous allez voir, ce qui explique que ce soit purement psychique. Votre cerveau va la créer en illusion optique qui vous semblera réelle. Et plus elle appuiera son regard, plus vous allez vous sentir oppressé, torturé par cette phobie.

En exemple de ce pouvoir:
Si votre phobie sont les araignées, elle peut faire agir juste une araignée de votre part , en phobie légère, mais elle pousse sa concentration sur ce qu'elle va projeter comme volonté d'angoisse et de peur en vous, l'unique araignée deviendra un essaim, ou une araignée de la taille d'un boeuf.
Si vous phobie est un psychopathie avec une tronçonneuse, il y en a aura un dans l'ombre qui jouera avec vous, et si elle pousse, il est fort possible que vous vous retrouviez avec un mec qui essaie de vous découper.
De manière plus psychologique. Si votre angoisse la plus profonde est de perdre votre enfant, elle vous fera soit assister à des plaintes de sa part dans l'ombre, soit à sa torture ou sa mort en direct...
Mais elle, elle ne verra rien de tout ça. Elle verra juste votre état et si elle est en satisfaction de cet état , elle stoppera sa pression d'angoisse et de génération de phobie. Sinon, elle peut la continuer.
Sachant qu'Esmeralda n'est pas une sadique de nature, elle n'use que très peu de ces pouvoirs en dehors des entrainements. Elle a même subi les pouvoirs de sa propre mère, qui aimait l'affronter jusqu'à ce que sa fille devienne plus forte qu'elle.

Quand vous êtes dans cet état de possession de peur et d'angoisse psychiques, il est très dur d'en sortir. Il faut avoir soit un goût prononcé pour les sensations très fortes, la simulation de la douleur, l’adrénaline générée par les peurs, soit une volonté farouche de vouloir combattre cet état de fait en se disant que ce n'est pas vrai. Malheureusement le pouvoir de la demoiselle seulement agé de trente et un an évolue, et certaines de ses crises de perte de contrôle ont apparemment aussi le don de générer la simulation de la douleur et des sensations de la phobie qui a pris vie sur la cible en question. En exemple, si un type vous découpe une main, vous aurez l'illusion de ne plus l'avoir visuellement avec tous les sang que ça génère, mais aussi la douleur de la torture. Pour les araignées si elle vous grimpe dessus, vous aurez la sensation de les sentir etc... Puis tout s'atténue une fois l'action du pouvoir passée. Esmeralda l'a appris de sa mère qui l'a trop poussé à bout et qui en a pâti. D'où le fait que maintenant , Ludvia craigne sa fille. Elle lui a tout raconté, c'est pour cette raison qu'Esme sait qu'elle en est capable.

Cette option de perte de contrôle est un processus normal à une évolution de pouvoir, mais c'est aussi là que la personne en face peut en ressortir perturbée à vie ( démence, paranoia accrue, crise cardiaque, crise d'angoisse, de nerfs etc ... ) . C'est arrivé 3 fois ces 5 dernières années, donc rien d'alarmant et la jeune femme avait été poussé à bout ou était dans un état émotionnel extrêmement fragile. A la mort de son mari après une fausse couche de d'Esme, après la mort de son père et quand sa mère l'a provoquée. Ces crises aussi rares et violentes soient-elles ont des conséquences aussi violentes sur Esme qui met généralement deux jours a récupérer physiquement. Personne n'a jamais réussi à la faire sortir d'une crise avant le désastre, parce que personne n'a su lui résister. Cela demanderait un gout très prononcé pour le masochisme volontaire, et une obstination de fer. Tous les hommes de la famille sont morts à cause de ça. L'envie irrémédiable et la fascination pour leurs femmes s'infligeant eux même des supplices psychiques constants de leur propre volonté. Ce qui pour ceux qui n'ont pas les couilles en béton comme on dit, est mortel. C'est la raison pour laquelle , toutes les femmes de la famille sont au moins une fois veuve.
Lors du début de la génération de cette oppression psychique, on note environ deux trois secondes avant , le regard de la veuve qui s'allume doucement, les pupilles se dilatant comme celles d'un gros chat dans le noir. Un seul regard croisé suffit pour l'emprise. Même si vous ne la regardez pas ensuite, c'est comme si elle avait branché un câble sur vous.
Vous pouvez tenter de rompre l'emprise en la blesser, mais elle ne perd pas non plus ses réflexes.

Les avantages : Il est très dur de canaliser son attention sur autre chose quand on est déjà pris dans l'engrenage des angoisses, donc dur de se concentrer sur elle. Elle reste connectée à la réalité, sauf quand elle est en crise où là elle est en transe totale, et l'énergie qu'elle dégage est même visible à l’œil nu , faisant bouger au moins ses cheveux. C'est un pouvoir utilisable à distance comme au corps à corps, idéal pour pour déstabiliser quelques secondes, qui couplé à son haut niveau en box thai pourrait vous donner bien du fil à retordre. Sachant qu'elle n'utilise ses pouvoirs d'angoisses que de manière défensives ou en cas d’extrêmes urgences, ils ne sont jamais vides, donc elle ne connait pas ses limites bien qu'elle en ait bien évidemment.
Le pouvoir de fascination a le don d’apaiser les hommes si elle le désire , voir de les rendre complètement niais et inutiles. Mais elle ne l'utilise généralement pas cette manière. Elle considère cette version sans aucun intérêt et humiliante.

Les inconvénients pour elle: Elle subit aussi le besoin de fascination. En gros, elle ne pourra tomber amoureuse ou s'attacher à quelqu'un que s'il la fascine totalement, suscite sa curiosité et résiste à ce qu'elle est malgré elle. La perte de son premier mari la rend d'autant plus exigeante.

Les inconvénients pour l'autre: Ils finissent par mourir. Double tranchant. Comme évoquer au dessus, c'est un peu comme mettre une baffe à un mec et qu'il y revienne pour en prendre une seconde etc. Il existe ces fameux élus qui arrivent à ne plus trop en prendre ou aime presque ça de par les sensations que ça procure. Les autres... finissent par péter un câble. Soit ils disparaissent loin , soit ils en finissent ou deviennent fous.

ϟ Surnom et costume :
Elle n'en a pas.  
Informations Complémentaires


Esmeralda Di Vedova [100%] 213534ahstonEn Bordure de la Little Italy, c'est le centre commercial en vogue dans cette zone de la ville, se focalisant sur les commerces destinés aux enfants et aussi aux femmes. Magasin de jouets, boutiques pour momes, énorme garderie, mais aussi boutique huppées pour les dames, salon de beauté, de coiffure, de manucures, de relaxation, café, salon de thé, boutiques de musiques, de livres, vêtements pour femmes du basique au plus haut standing , Le Ashton s'étale sur plusieurs étages avec une surveillance vidéo poussée, garantissant la sécurité de ces dames et de leurs marmots.
Jusque là , personne n'a trouvé bon d'y causé des problèmes, et ceux parce que des gardes plutôt baraqués sillonnent les lieux nuits et jours. Tout en haut du Ashton Mall, sur la totalité de la surface, sous un plafond en béton armé et plaques blindés, constituant un toit de plus d'un mètre d'épaisseur, on y trouve l'appartement de la dernière héritière et actuelle patronne, Esmeralda Di Vedova et de son fils Lucian. C'est un endroit hautement sécurisé et gardé d'une dizaine de gros bras, avec système de sécurité poussé. Il y a une court centrale version équatoriale, très végétale et un bassin d'eau centrale. La surface de l'appartement est de 230 m² sans compter la cour.
Esmeralda Di Vedova [100%] 423046indexLUCIAN DI VEDOVA
Il a huit ans. Son père est mort à ses deux trois ans, il ne s'en souvient pas. Il est resté seul avec sa mère Esme depuis le début. Il n'aime pas sa grand mère, la trouve cinglée et violente. Pour lui c'est juste une alcoolique qui sent la vieille et le whisky. C'est un gamin extrêmement direct , et qui aime profondément sa mère. Un père lui manque mais sa mère fait en sorte de faire des trucs de mec avec lui , donc il s'en satisfait.
  

 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 13 Juil 2013 - 12:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Voilà. Petit up que vous pouvez supprimer.
Juste pour signaler que la fiche est complète. Esmeralda Di Vedova [100%] 4093421268 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 23 Juil 2013 - 16:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

La Maire
Maître du Jeu

Personnage
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Joueur
Madame la Maire

ϟ Âge : 51
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 05/05/1968
ϟ Arrivée à Star City : 22/03/2012
ϟ Nombre de Messages : 12274
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Crédits : Renan
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Bienvenue à toi sur le forum !

Avant tout, malgré quelques petites fautes, je trouve ton personnage très intéressant et je n'ai absolument rien à redire sur son dossier médical, si ce n'est qu'elle va faire des étincelles ! Concernant l'histoire, celle de ta famille est très originale et j'aime beaucoup. Je n'ai rien à redire non plus sur ton histoire personnelle qui est très complète et qui va dans le sens de tout le reste.
Au niveau des pouvoirs, je n'ai rien à redire sur le premier. Par contre, pour le second, il faut noter qu'il ne peut pas faire effet si la "cible" possède un bouclier mental. En effet, ce type de bouclier ne protège pas uniquement contre les incursions télépathiques mais il protège généralement contre toutes les tentatives de pénétration mentale. De ce fait, même ton pouvoir ne pourrait pas faire effet ^^ Il faudrait aussi noter que ce pouvoir ne peut pas fonctionner sur tous les individus puisque je pense qu'un dieu, par exemple, ne subirait pas ces effets. De la même manière, un fou pourrait réagir différemment de la normale vu son esprit perturbé.

Tu commences avec un niveau 2, je te l'ajoute à ton profil. Tu pourras le faire augmenter en gagnant des points de réputation, alors n'hésite pas à te lancer immédiatement dans l'aventure.

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Ensuite tu pourras débuter le jeu, tu peux regarder si une des demandes de ce sujet t'intéresse, sinon tu peux toujours poster la tienne ou demander directement à un membre. Enfin, si tu en as l'utilité, n'hésite pas à aller faire certaines des demandes disponibles ici. En tous les cas si tu as des questions les administrateurs sont à ta disposition !

Bon courage pour réussir à mener ta vie malgré cette malédiction !
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Esmeralda Di Vedova [100%]
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Esmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_6Esmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_8


Esmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_1Esmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_2bisEsmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Esmeralda Di Vedova [100%]
» Be yourself ▲ Esmeralda
» Les gitans jamais ne durent derrière les murs ! ⊱ Esmeralda.
» Esmeralda (en cours)
» The Gypsy - Esmeralda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_6Esmeralda Di Vedova [100%] Cadre_cat_8
Sauter vers: