AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Sujet Général : " La Réunion "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 24 Juin - 22:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 318
ϟ Nombre de Messages RP : 234
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
      Les six derniers mois n'ont pas été cléments pour le crime de Star City. Poussant un pic de tension à son apogée, de nombreuse petites attaques et prises de contact entre les différents groupes qui régnaient sur les bas-fonds avaient en effet violé le plus simplement le fragile équilibre de non agression qui s'était instauré de lui-même entre les grands. Tout avait commencé en janvier pour quelques actes des plus banals. En effet la Kaltech Construction, entreprise de bâtiment spécialisé dans les fondations dangereuses même improbables, s'est vu déposséder de plusieurs tonnes de matériaux rares et chers - allant de la poutre d'alliage dit indestructible à cette forme de béton qui ne fige que par effet électromagnétique - sur des chantiers bien particuliers.

      Ces quelques actes dérangeaient dans les rues, la vérité étant que Kaltech n'est autre qu'une des faces visibles de Shadow à Star City dont le groupe se servait pour construire ses infrastructures à risque et voilà que la plupart de leurs projets se trouvaient bien ralentis, le pire était, malgré la puissance du groupe, qu'il était impossible de savoir qui avait perpétré les vols.
Personne ne savait qui était vraiment Shadow, mais tout bon criminel connaissait les rumeurs sur la puissante organisation de l'ombre et personne ne voulait se voir accuser. Le Cartel lui observait, s'innocentait de tout acte préjudiciable, la preuve en était là DeCosta Construction qui leur était liée et qui se faisait aussi largement piller.
Puis plus rien. Silence absolu pendant près d'un mois.
Et tout recommença. Au mois de mars.

      La gravité des actes prit un sacré coup. Les dealeurs de Cartel disparaissait ou changeaient de camp, les interrogatoires musclés ne donnaient rien, tant les interrogés semblaient terrifiés et ceux qui parlaient ne savaient au final pas grand-chose. Des traîtres se cachaient dans les vols, les cambriolages et autres braquages. Tuant leurs coéquipiers et ramassant le butin. Les trafics, les crimes de l'ensemble du syndicat se brisèrent, la peur et les tensions régnaient dans les rangs du Cartel et chacun se méfiaient de l'autre alors que la puissante organisation se trouvait bousculer et branlante. Il y avait du nouveau sur la scène du mal, les tridents noirs qui se taguaient à travers la ville le prouvaient bien.

      Shadow observait ça de loin. Le retard provoqué en janvier réussit à être comblé et loin des affaires de la rue, il gardait tout de même un oeil sur ce qui se déroulait dans le Cartel. Une guerre des gangs ne leur serait pas enviable. Mais à partir mi-mai, voilà que les terroristes se trouvèrent de nouveau attaqués. Leurs projets phares, Alberich, Ragnarok et Skidbladnir étaient à nouveau court-circuité par des vols de matériaux spécifiques. Hautes technologies construites dans des laboratoires de couvertures, matériel spatial et même projet militaire sur lequel Renan avait des vues. Tout disparaissaient avant même que Shadow n'est le temps de s'organiser pour s'en emparer.

      Le monde du mal paniquait. Les fautifs étaient toujours introuvables et certains commençaient à se demander si ce n'étaient pas pour la simple et bonne raison qu'ils n'existaient pas. Ou plutôt qu'ils se cachaient sous leur nez. La méfiance grimpa d'un niveau, devenant presque critique. C'est alors qu'on entendit parlé de « La Réunion ». Personne ne savait qui, personne ne savait où, mais il paraissait que les grandes pontes des mondes souterrains allaient se rencontrer pour mettre les choses au clair.


-------


Date 24 juin 2013


      La Réunion devait avoir lieu ce soir là. Décidés à régler le tout sur un terrain neutre, tous décidèrent qu'elle se déroulerait sur le Судьба un vieux porte-conteneur des années 80 flottant pavillon russe, bien connu pour être lieu de trafic et de contrebande mais tout de même indépendant. Ainsi au grand large, loin de regards indiscrets et dans les eaux internationales, le plus beau panel de criminel que l'on avait vu depuis longtemps s'était regroupé.

      Tout avait été aménagé dans le simple et l'efficace. L'immense cale du navire était encore gorgée des milliers de caisses métalliques colorées et imposantes. Empilées côte à côté ou les une sur les autres, elles formaient ensemble un immense labyrinthe enfermé dans une cathédrale de métal et seulement éclairé par des néons grésillant vieillissant.
Au milieu, encadrée par les immenses murs de conteneurs, une petite zone avait été dégagée et dans la semi pénombre, une grande table avait été installée. Autours étaient assis pas moins d'une dizaine de personnes. Les chefs d'organisations … Ceux qui avaient été le plus durement touchés par cette histoire et qui dans le même temps représentaient le plus de voix. Tous se dévisageaient, personne n'avait confiance en personne. Toute cette histoire pouvait et même serait sûrement l’œuvre de l'un d'eux tentant de doubler les autres.


      Atia siégeait au bout de la table, décidée à mettre les choses au clair.
A sa droite calme et toujours impassible, le Mandarin patientait pour les prises de paroles.
A sa gauche l'homme masqué, chef d'une cellule puissante et inconnue, le dénommé Tesla s'était lui aussi présenté. Personne ne savait qui il était, personne savait ce qu'il représentait réellement. Atia l'avait convié et il avait accepté, la hargne de savoir qui entravait ses plans au ventre.


      La dite table mal éclairée était elle même encerclée par une masse imposante de monde. Formant un rond autour, une petite foule s'était présentée pour la Réunion. Membres solitaires du Cartel, lieutenants et responsables des organisations. On pouvait notamment y compter Livia César et son bras droit Clélia Castelli. Wallace Lumek, le mystérieux assassin qui avait vu ses affaires bien dérangées ces derniers temps ou encore Evey Shapley directrice des opérations de Shadow. Chacun avait été invité pour démêler cette histoire. Car ici bas, dans les méandres du Cartel, tout le monde avait droit à la parole. Dû moins, essayer de la faire entendre.


Notes


Pour commencer, comme cela a déjà été indiqué, ces sujets ne sont pas des sujets d'intrigue, mais des sujets d'évolution ! Cela signifie que contrairement aux intrigues et aux enquêtes, ils ne seront pas intégralement scénarisés mais ils n'avanceront que grâce à vos actions ! Il n'est pas interdit que le Maître du Jeu fasse des interventions impromptues mais vous ne devez pas attendre et compter dessus !

Vous débutez en un point fixe en compagnie d'autres joueurs lorsque la situation se dégrade. Libre à vous de jouer en solitaire ou de faire équipe, c'est à vous de décider ! Interagissez donc entre PJ et décidez de la marche à suivre. Le Cartel et le Shadow sont en crise, c'est impossible de savoir qui est derrière toute cette histoire. Tout le monde soupçonne tout le monde et le syndicat est sur le point de s'auto-déchirer dans une guerre qui n'arrangerait personne. A vous de débattre pour tirer le vrai du faux.

En dehors de cela, quelques petites indications :

- Aucun membre du Cartel Rouge ne connaît Shadow ou même l'identité de Renan. Personne ne le connaît et la seule chose connue est qu'il est le chef d'une organisation très puissante dont on ne sait rien.

- Vous postez donc librement pour faire avancer votre personnage. Noter que la situation de départ est très tendue et que tout le monde est sous pression. Un simple mot peut tout faire chavirer. A noter aussi que ce sujet subira plus de réactions de Mj que les autres, car possède un trame de fond.

- Vous avez été répartis en trois sujets distincts :
La Réunion : Atia César, Livia César, Clélia Castelli, Tzin Ming, Wallace Lumek, Renan Le Guerec, Evey Shapley.

La Zone 21 : Nick Fox, Keiko Danger, Liam Archer, Narcyz Sienkiewicz, Dana Taylor, Andrea Parker, Dioni Kâ.
 
Menace à Port-Royal : Dieter Feuerbach, Lucrèce Feuerbach, Hannah Skasgård, Felice Medicis, Melissande Beaudrie, Jaina Stindell, Chloé Hillman, Némésis Harkness, Seth Shadow, Amos Hillman.

Bon jeu à vous tous ! En cas de questions, contactez Gregory Williams!
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mar 25 Juin - 13:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Les ennuis de SHADOW étaient aussi nombreux que variés et Renan avait appris à faire avec, mais il fallait avouer que les récents événements avaient le don de contrarier l'officier de la pénombre. Ces vols empêchaient des projets importants de progresser et beaucoup de choses dépendaient de tout cela. Que se passerait-il si les trois projets stagnaient pendant des mois à cause de voleurs trop bravaches ? L'Ombre pourrait finir par s'impatienter et demander des comptes. Sachant que le français avait toujours veillé à ce que son travail soit effectué avec brio et sérieux, il ne pouvait envisager que ces échecs viennent entacher son habit de « parfait dirigeant ». Sa fierté était très prononcée et il comptait bien ne pas se laisser faire par ces rigolos.

La seule chose qui pouvait consoler le Breton était bien que SHADOW n'était pas la seule concernée par tous ces ennuis, le Cartel Rouge – entre-autre – était aussi en proie à de pareilles contrariétés. Lot de consolation comme un autre, mais au moins Renan voyait-il un « allié » se profiler à l'horizon, même si le mot était assez mal adapté à la situation. L'officier de la pénombre n'avait aucune confiance à l'égard des membres du Cartel, mais faute de grives, on mange des merles : il devait s'allier avec quelqu'un alors autant aller vers les plus touchés par la situation.

----------------------------

Il y avait beaucoup de monde à cette réunion – trop du goût du français – mais personne ne pouvait le reconnaître, Evey mise à part bien entendu. Les lieux ressemblaient au stéréotype du repère des « vilains » et pour peu, Renan en aurait été amusé, mais la situation ne s'y prêtait guère. Plusieurs membres importants du Cartel étaient présents, l'officier de la pénombre ne les connaissait pas personnellement, mais s'ils étaient ici, c'était qu'ils étaient capables d'apporter leur aide et c'était tout ce qui comptait. Les présentations avaient été faites, juste ce qui était nécessaire sans s'étendre davantage. SHADOW était un organisme secret et personne – mis à part ses membres – ne savait quel était cet organisme qu'il était censé diriger. Renan connaissait bien la nature humaine et espérait simplement que les autres ne seraient pas trop concentrés sur ce manque d'informations, mais bel et bien sur le sujet de leur réunion.

Fidèle à lui-même, le jeune homme décida finalement de lancer l'offensive. Directement. Le mieux pour cerner la sincérité des gens, c'était de les provoquer. La colère faisait perdre tous ses moyens et ainsi, le français verrait si ses « alliés » étaient ou non responsables de tout ceci. Profitant d'un silence qui s'était installé, le français lança quelques mots d'un ton qui se voulait neutre. Ses paroles étaient suffisamment hostiles pour ne pas en rajouter.

« Et quelles sont exactement les pertes subies par le Cartel ? C'est bien beau de nous parler de difficultés, mais sans preuves rien ne nous prouve que ce n'est pas vous les responsables. »

Nul doute que cela n'allait pas plaire à beaucoup de personnes présentes ici, tant mieux ! C'était le but de Renan, il voulait vérifier l'état de contrariété de ses comparses, la colère sincère se remarquait vite et ils éviteraient donc de perdre de précieuses minutes à essayer de savoir s'ils pouvaient se faire confiance. Méthode assez brutale il est vrai, mais le français n'était pas là pour jouer à la dînette.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 25 Juin - 16:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
C'était tout naturellement qu'Atia avait convié Livia à la réunion extraordinaire qui se tenait ce soir-là. Elle voulait que sa fille apprenne d'avantage de choses concernant la politique et la façon de diriger une organisation telle que le Cartel. En formation, voila ce qu'était la jeune César depuis sa naissance. Elle avait accepté, bien qu'elle ai d'autres sujets de préoccupations à l'esprit.
Cela faisait deux semaines qu'elle était entré en possession du talisman qui pendait à son cou. C'était une sphère dont l'intérieur, brumeux, oscillait entre des nuances allant du rosé au noir profond. Il était entouré par une délicate construction en argent stylisé, comme autant de bras qui semblaient l'encercler. Elle avait pris l'habitude de le triturer sans arrêt, car elle seule savait ce qu'il renfermait véritablement. Ca n'avait pas de consistance, c'était principalement une voix dans sa tête qui lui chuchotait des conseils ou des informations. Sur son épaule reposait un petit diablotin. Il devait faire maximum vingt centimètre de haut mais était capable de grandir. Il avait une petite queue fourchue, des cornes et il était entièrement rouge, comme une sorte de parodie. Elle l'avait appelé Salem, et il avait toujours un avis sur toutes les questions. Elle était la seule à l'entendre et à le voir, mais était capable de le rendre perceptible aux autres. Comme elle n'avait pas encore rencontré de sorciers ou de sensibles, elle ignorait qu'eux aussi étaient capable de le percevoir.

Elle était arrivée très tôt en compagnie de sa mère mais avait été reléguée un peu plus loin d'elle. A sa droite trônait bien évidemment le Mandarin. Livia lui laissait sans problème cette place, mais avait convoité celle de gauche, occupée par une personne qu'elle n'avait jamais vue, masquée, qui dégageait quelque chose de désagréable. Elle lui avait lancé un regard noir, sans se rendre compte que depuis deux semaines elle était à fleur de peau, ses émotions souvent amplifiées. C'était la raison pour laquelle elle jouait avec une petite flamme noire au creux de sa paume. Elle avait découvert qu'observer le feu, même le feu démoniaque, la calmait.
Clélia était à côté d'elle, ainsi que Jayce. Elle avait préféré que Tomas ne se mêle pas de cette histoire et il avait semblé satisfait. La politique, le blabla, ça le faisait chier.
Elle aussi.

Tout le monde discutait à voix basse, en petits groupes, quand soudain le gars masqué perdit patience et lança une accusation. Livia répondit au tac au tac, sans même attendre l'approbation de sa mère -c'était pas elle qui voulait qu'elle prenne les choses en main à dix sept ans? « Si vous le pensiez vraiment vous auriez déjà tenté quelque chose et ne perdriez pas votre temps sur ce bateau. Tout le monde est dans la même merde, mais perso si on est la pour tous se soupçonner et se lancer la balle toute la soirée à savoir qui a fais quoi mais sans la moindre putain de preuve...Je trouverais un truc plus marrant à faire. » Atia était au courant de la condition de sa fille, quoi que pas dans les détails. Elle n'avait rien dis à personne concernant Malphas lui-même, inventant une histoire approximative pour expliquer son état, arguant que la magie influait parfois sur son humeur, et l'amplifiait. Ceci explique cela, personne dans son entourage n'y connaissant rien, ils n'avaient pas posé de questions.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 25 Juin - 18:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Clélia demeurait sagement assise, calme, silencieuse. Son regard observateur balaya la salle depuis son arrivée. Il y avait des visages qu’elle connaissait, d’autres qu’elle arrivait à poser sur un nom et une réputation, ainsi que d’autres qui lui étaient totalement inconnus. S’il n’était pas à nier que l’adolescente avait commencé à prendre de l’importance dans les affaires des Centurions et, par extension, du Cartel lui-même, c’était la première fois qu’elle assistait un tel rassemblement sans la présence de son père, ou d’un de ses frères. Elle était un peu comme le pauvre gladiateur que l’on envoi pour la toute première fois au cœur des sables enragés du Colisée. Toutefois, ce n’est pas pour autant qu’elle en perdrait sa contenance, son calme et sa certaine jugeote. Être présente était tant un honneur face auquel elle se devait de se montrer que reconnaissante, qu’une logique pure et simple pour avoir été indirectement touché par les évènements de ces derniers jours. Car, oui, pour Clélia, il n’était pas question d’entreprises, de bâtiments, de projets de grandes envergures ou autres. Mais les nombreuses disparitions de dealers étaient parvenues à l’affecter. Autre que le bras droit de Livia, elle était l’un de ses nombreux revendeurs ‘polluant’ les rues de Star City de différents produits illicites. Et la réalité de ce qui se passait dans les rues, chez les dealers ne lui avaient nullement échappé, sans qu’elle n’en trouve de quelconques réponses. Pourtant, ce n’était pas faute d’avoir cherché ou même enquêté.

Un masque, un visage, les traits d'un faciès qu'elle eut la sensation de reconnaître. Cette tignasse blonde étrangement vêtue ressemblait, à coup sûr, à une femme que Clélia connaissait sous une toute autre nature, un tout autre rôle. Non, ce n'était pas possible. Dans l'esprit de la jeune Castelli, cette mystérieuse blonde lui donnait un sentiment de déjà vu, un sentiment de connaissance, comme si elle lui avait d'ores et déjà été présentée. Sous son allure de membre criminelle, cette personne masquée dessinait involontairement la silhouette du professeur de sport de Clélia. Non, autant ne pas se centrer sur ce détail, sur ce semblant de ressemblance. Ce n'était pas possible. Et puis, de toute façon, Clélia n'était pas venue ici pour commencer à faire du copinage ou à discuter chiffon avec une éventuelle connaissance. Peut-être que la tension de la situation présente ou l'image marquante de la blonde dans son esprit lui faisait voir son professeur partout. Après tout, c'est bien connu qu'on a le cerveau en vrac quand on est adolescent !

Une cigarette coincée entre ses lèvres, Clélia laissa les murmures s’échanger à droite et à gauche tout en glissant de discrets regards à l’attention de Livia. Depuis près d’une semaine, la jeune Castelli avait eu vent de nouveaux ‘pouvoirs’ possédés par son amie. Mais elle n’en savait pas plus. De quelle nature ? De quelle forme ? De quelle puissance ? Elle l’ignorait, et cela n’était pas pour la rassurer. Si Clélia avait toujours eu confiance et foi en Livia, sa manière de faire des mystères au sujet de ce nouveau don la mettait particulièrement mal à l’aise. Tentant de percevoir de quelconques changements, elle n’avait eu l’occasion d’en discuter réellement avec sa ‘supérieure’ mais se ferait un point d’honneur à mettre ça au clair dès que possible. C’est alors qu’une voix surpassa celle de tous, qu’une voix se fit entendre et que la véritable discussion fut amenée. Clélia ne dit rien, Clélia demeura silencieuse et s’attendait, très sincèrement, à ce que ce soit Atia qui prenne la parole en premier lieu. A l’inverse, c’est son amie, assise à ses côtés qui réagit au quart de tour. Si elle laissa Livia s’exprimer sans l’interrompre, Clélia eut pour réflexe de venir poser une main sur la cuisse de son amie afin de veiller à ce qu’elle garde un certain ‘calme’.

« Ce que Livia veut dire, c’est que nous sommes tous touchés par les étranges évènements qui se passent actuellement. Et je la rejoins sur le fait qu’il serait peut-être temps de réagir ensemble au lieu de se chamailler pour un rien. Etant personnellement au cœur de la rue et des reventes du Cartel, je peux vous dire que nous avons perdus bons nombres de bons dealers et, avec eux, produits. Une perte qui s’élèvent en une somme assez importante dans son ensemble. »

Commenta-t-elle la réaction de son amie tout en venant écraser sa cigarette. Elle tenta de demeurer aussi calme que possible et, ce, même si l’ambiance actuelle avait un petit côté oppressant sur ses épaules.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 25 Juin - 21:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Atia était directement touchée par les évènements des derniers mois. La situation prenait une ampleur démesurée et il était certain que si les problèmes n’étaient pas rapidement résolus, le Cartel serait touché directement. Et elle vivante, elle ne permettrait jamais que l’œuvre de son père parte en fumée aussi facilement. Gérer une telle organisation était le travail d’une vie, celle de son père, tout comme la sienne désormais. Et dans un futur qu’elle espérait lointain, ce serait à sa fille de prendre son flambeau. Elle avait conscience qu’elle avait beaucoup à apprendre encore mais son avancée était plus que satisfaisante. Mais est-ce suffisant pour Atia, cette femme ne laissant que très peu de place à l’erreur ? Elle n’était pas en mesure d’y répondre elle-même, partagée entre l’amour d’une mère et l’ambition d’une dirigeante d’une organisation criminelle mondiale.

Le pillage de la DeCosta n’arrangeait rien à cette tension ambiante entre les deux organisations. Il fallait savoir qu’Atia était une des rares personnes hors de SHADOW à connaitre son existence. Et encore, elle ne le connaissait pas réellement comme telle, ne songeant pas un instant que cette organisation n’avait pas été détruite comme tout laisser à le croire. Pour elle, tout comme son ami le Mandarin, il s’agissait d’une organisation secrète qui avait sa place dans la ville et ce n’était pas au Cartel de se lancer contre lui avec le peu d’éléments qu’ils avaient sur celle-ci. Il était donc essentiel de préserver le semblable de paix qui était de mise entre les deux groupes criminels. C’était d’ailleurs pour ça qu’elle s’était recueillie avec son ami Tzin pour avoir son avis sur la manière de prendre les choses en main. Ses précieux conseils l’ avaient poussé à organisation une réunion entre eux. Il fallait aussi savoir que la mère qu’elle était n’était pas rassurée : les disparitions de dealeurs ne lui disaient rien qui vaille et savoir sa fille dans les rues pour faire ce commerce ne la rassurait pas. Évidemment, elle n’interdit rien à sa fille, gardant seulement un œil sur elle.

Peu à peu les choses se mettaient en place et la criminelle avait jugé utile de convier qui voulait bien venir, elle n’avait pas à rendre secret un problème de cet ampleur. Elle demanda même directement à sa fille de se présenter à cette dite réunion. Il était important qu’elle soit de plus en plus présente dans les entrevues officielles, qu’elle prenne peu à peu une place importante dans le C artel. Et c’était ainsi qu’on commençait.

L’homme masqué à coté d’elle était le représentant, surement même le dirigeant de SHADOW. Elle avait conscience d’avoir quelqu’un d’influent à Star City, une ombre était plus redoutable qu’un ennemi bel et bien visible. Exposant les faits elle fut coupée quand il lança une offensive qu’elle dut se forcer à ne pas prendre directement pour elle. Ravalant un instant sa salive, elle ferma les yeux quand sa fille prit la parole. Il était inutile de perdre son sang froid dès le début, et Livia devrait apprendre un jour ou l’autre que rester à sa place, parfois ça avait du bon. Mais elle était satisfaite de voir que sa fille pouvait compter sur des personnes plus raisonnables. Clélia tenta aussitôt de rendre les paroles de son amie moins agressive. Peut être cette jeune fille réussirait un jour à calmer son enfant. Sans le moindre sourire ou signe de sympathie, Atia reprit la parole calmement :

- Si deux jeunes femmes tout justes sorties de l’adolescence sont capables  de voir les choses ainsi, je vous conseille de prendre exemple sur elles au lieu d’envoyer des accusations à tort. Je ne vois pas pourquoi le Cartel vous aurez convié à cette réunion si nous ne jugions pas que nous sommes tous dans la même situation à l’heure qu’il est. Et n’y voyait aucun stratagème pour faire diversion, nous ne sommes plus dans une cours de récré mais bel et bien dans le monde réel. Par contre si vous doutez de nous, je vous  recommande de partir et de tenter d’arranger vous-même la situation même si je ne suis pas certaine que vous puissiez le faire sans nous… Tout comme nous sans vous.

Les choses étaient dites, elle n’avait rien à ajouter et avait parfaitement conscience que son discours pouvait faire fuir une aide précieuse. Elle espérait simplement que le bon sens de cet homme prenne le dessus sur une quelconque fierté, quoiqu’elle jugeait qu’il n’en fallait pas énormément pour se cacher ainsi derrière un masque. Avec un regard toujours aussi glacial, elle reprit :

- Continuons, et pour répondre à votre question une des entreprises travaillant avec nous subit des vols récurrents sur lesquels nous n’avons pas de réelles informations. Tout comme la disparition de  nos dealeurs qui ne cesse de s’aggraver. Êtes-vous satisfait de ma réponse ?  Je ne veux pas continuer si nous ne partons pas sur de bonnes bases, mon but est de sortir mon organisation d’une crise et je vous vois comme un allié pas comme un ennemi.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 26 Juin - 0:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Ainsi, même lui répondait à l’appel. Le Mandarin avait salué chaque nouvel arrivant d’un signe de tête, distinct selon la classe et le rang que la personne occupait dans son organisation respective, mais l’homme masqué que la César installa à sa gauche eut en prime droit, lui, à un sourire incisif. Il en avait douté, à vrai dire, et ce n’était le meilleur signe qu’ils pouvaient espérer. Le SHADOW ne se mêlait jamais aux autres à moins d’en avoir vraiment besoin… comme il y a quelques mois quand il les avait associés à l’exploration de l’OVNI en échange d’un moyen de transport. Deux fois en moins d’un an, alors qu’il pouvait se passer des années sans qu’ils éveillent le moindre soupçon. L’homme n’avait pas la même corpulence que le dernier représentant qu’il avait connu, c’était tout dire. Serait-ce la crise pour tout le monde ? Il se garderait bien, pour sa part, de soulever la moindre question à ce sujet.

Les hommes et les femmes entraient, se saluaient, s’installaient, s’observaient. Il manquait bien encore quelques têtes mais des sous-fifres étaient là pour les suppléer. C’était bien. Même l’héritière César avait amené avec elle sa garde rapprochée. Il jaugea la jeune fille d’un regard bref mais appuyé. Son comportement avait souvent laissé à désirer, mais ces derniers temps cela avait pris une tournure pour le moins inquiétante… dont il n’avait malheureusement pas le temps de s’occuper pour l’heure. Il porta plutôt son attention sur la mère, pour lui faire discrètement signe qu’ils n’attendaient plus personne, quand leur invité-mystère ouvrit les hostilités de façon pour le moins… abrupte. On croirait un animal blessé, songea-t-il, en plus grossier. Ses yeux perçants ne mordirent pas à l’hameçon, mais la benjamine des grands criminels manquait encore de recul sur ces piques et s’enfonçait tête baissée. S’il la rejoignait sur le fond, le coup d’œil réprobateur marqua toute la déception qu’il pouvait ressentir à ne pas y avoir mis les formes. Même son chien de garde, pourtant un brin plus jeune, avait l’air plus sage dans toute la maladresse de sa candeur. Il aurait préféré qu’elles se taisent, l’une comme l’autre, mais ce qui était fait ne pouvait être changé et ils perdraient beaucoup de crédit à gronder leurs enfants en public. Si on les avait laissées venir, c’était qu’elles avaient droit à la parole. Atia prenait le bon choix en les hissant en exemple. Il doutait plus de sa décision de montrer patte blanche pour mieux les détourner des véritables questions.

« Il me paraît bien peu prudent, souffla le vieil homme avant que la ruée des doléances n’embraie, de poser une question à laquelle on serait réticent à répondre si elle nous était retournée… (Connaissant la bête, il doutait que son homme-mystère révèle en toute transparence l’étendue des dégâts que les siens ont subis. Ce serait trop en dire sur la nature de leurs projets en cours.) Nous ne sommes pas là pour élire la plus grande victime mais bien réagir à ce qui semble être une agression généralisée. Tous ici peuvent fournir la preuve d’une perte grave et nous vivons depuis assez longtemps dans ce monde pour savoir qu’il y a des faux plus convaincants que les vrais. À votre place j’en appellerais plutôt à un vieux principe de droit : d’après vous, y en a-t-il un seul à cette table à qui cette situation profite ? »

Si un seul d’entre eux doutait de ses convives, il préférait crever d’emblée l’abcès avant qu’il ne s’enflamme. Pour sa part son jugement n’était pas encore fait.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://kolmen-kirosi.forumactif.com/
Message posté : Mer 26 Juin - 1:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Officier de la Pénombre

avatar
Officier de la Pénombre
Afficher le profil
Tesla

ϟ Âge : 29
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 4385
ϟ Nombre de Messages RP : 1415
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Adrian Pennington
ϟ Âge du Personnage : 32 ans
ϟ Statut : Divorcé
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Les réactions ne se firent pas attendre, comme toujours les moins futés fonçaient dans le pièges tête baissée. Comme un buffle la fille d'Atia riposta aussitôt, ne prenant même pas la peine de réfléchir avant de lâcher ce qu'elle avait sur le cœur. Pourvu qu'Atia ait une autre fille, celle-ci ne semblait pas très dégourdie, du moins pas pour devenir la future dirigeante du Cartel. Fidèle à lui-même, Renan resta silencieux, la laissant déverser sa bile sans ciller. Après elle, ce fut une autre gamine qui prit la parole, se montrant bien plus sage que celle qui semblait être sa patronne, comme quoi l'âge n'excusait pas la bêtise. Bientôt ce fut les deux autres dirigeants qui prirent la parole, Atia pour commencer qui n'hésita pas à le remettre à sa place en sous-entendant clairement qu'il était moins capable que deux gamines, de comprendre une évidence. Mais quelle évidence ? Ils ne vivaient pas dans le même monde. Le silence s'installa brièvement après les dires de la César, puis ce fut le plus sage de la salle qui prit la parole et ses mots furent bien les seuls qui n'éveillèrent pas en Renan, le désir de s'en-aller devant tant d'aveuglement. Le français lui laissa le temps de tout dire, patientant ce qu'il fallait jusqu'à ce que le silence retombe enfin et qu'il puisse parler. D'un ton calme, il commença par répondre aux deux plus gradés.

« L'honneur de poser la première question, l'on peut attendre une réponse sans être obligé de la retourner. » Parlait-il sérieusement ou était-ce de la simple provocation ? « À qui profite cette situation ? J'ai mon idée justement, d'où ma question. »

Il n'en dit pas davantage cependant, son attention se glissa vers Atia qui avait fait preuve d'un calme et d'une froideur qui laissait penser qu'elle ne devait pas avoir approuvé l'impulsivité de sa fille. Prenant son temps, il formula une réponse tout aussi nébuleuse qu'au Mandarin.

« Je trouve votre aveuglement charmant. Le Cartel ne se borne pas au Circus et à quelques autres organismes César, j'ai cru comprendre que certains individus moins bien placés que vous avaient déjà tenté de prendre votre place. Être persuadée que cela n'arrivera plus est davantage de l'aveuglement que de la confiance à mes yeux. » Son ton était parfaitement calme, comme s'il parlait de la pluie et du beau temps. « Si vous souhaitez mon départ il suffit de le dire clairement, je suis venu ici par curiosité, mais si vous êtes tous aussi aveugles, je pense qu'en effet ma présence ne servira à rien. Je préfère chercher du bon côté plutôt que d'errer sans savoir où je vais. »

Il secoua légèrement la tête alors que son attention se porta sur Livia, une gamine à peine sortie de l'adolescence qui s'adressait à lui comme s'il était le dernier des demeurés. N'avait-elle pas de plomb dans la cervelle ? Provoquer le chef d'un organisme inconnu était le meilleur moyen de s'attirer ses foudres et vu la situation dans laquelle le Cartel se trouvait, ce n'était pas le plus intelligent. Son ton se fit plus sec.

« C'est étrange, mais je pensais que les dirigeants siégeaient aux côtés d'Atia, j'ignorais que les gamins avaient leur mot à dire. » Il ne lui laissa guère le temps de répondre. « Personne n'est ici pour « se marrer » alors si tu est venue ici pour jouer ta rebelle, tu ferais peut-être mieux d'aller au parc pour « te marrer ». » Il insistait sur les termes. « Ne prétends pas savoir ce que je pense, si je suis ici ce n'est pas parce que je ne peux rien tenter. » Argumentant, il leva la main et usa de son don pour faire grincer la structure du bateau avant d'arrêter. « Un conseil : ne provoque pas quelqu'un qui t'es supérieur si tu n'es pas capable de rivaliser. »

Il soupira légèrement, retrouvant son calme et posant sa main face à lui.

« Si votre fille a le don de se mettre à dos les dirigeants d'autres organismes, je ne suis pas étonné que le Cartel ait autant d'ennuis. » Son ton redevint neutre alors qu'il considérait ce passage comme oublié. « Je suis ici pour découvrir qui est le responsable de ces vols et non pour jouer avec des enfants. Dois-je comprendre que vous avez une totale confiance en vos hommes ? »

La question s'adressait aux deux autres individus présents à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 26 Juin - 9:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Evey observait tout ce petit monde agglutiné autour de la table de réunion, son regard s’attardant sur chacun des « invités », les bras croisés et peu loquace, contrairement à son habitude. Si elle n’en avait cure en temps normal, elle se savait tout de même un sens peu aigu de la diplomatie, pour ne pas dire une absence totale lorsqu’elle faisait sa tête de mule, et la jeune femme se doutait que si elle disait ce qui lui passait par la tête, il y avait de fortes chances que ce soit tout autre chose qui lui passe brusquement au travers de cette petite caboche blonde qui était la sienne et elle tenait trop à sa petite vie pour pousser le bouchon trop loin. Dans l’immédiat en tout cas.

Ses traits dissimulés derrière un loup noir qu’elle avait exceptionnellement adopté pour l’occasion, n’était pas membre d’une organisation officiellement dissoute depuis des années qui voulait et elle ne voulait pas soulever des questions qui n’auraient pas leur place ici dans le cas hautement improbable où quelqu’un l’aurait reconnue, elle écoutait avec l’attention d’un chien de garde, d’un pitbull ou d’un rottweiler aurait probablement précisé celui qui siégeait autour de la table et dont elle était probablement la seule à connaitre l’identité. Le sourire qui lui vint spontanément à l’esprit en voyant Renan entrer dans le vif sans le moindre préambule se fana quand elle reconnut les silhouettes de deux gamines qu’elle croisait régulièrement.

Autant la présence de Livia ne la surprenait guère, mais l’autre, c’était plus inattendu et un rien plus fâcheux. Détournant rapidement son regard de Clélia après l’avoir fixée un peu trop longtemps pour que ce soit totalement naturel et essayant sans être pleinement convaincue de ne pas lui laisser l’occasion de la reconnaitre, Evey préféra se concentrer sur les différentes interventions, secouant la tête, un rien dépitée par les réponses des deux demoiselles. Aux propos du Mandarin, elle haussa un sourcil et ne put s’empêcher de répondre, d’une voix tranquille.

« Il est tout aussi peu prudent de laisser des adolescentes s’exprimer de la sorte, même si leur présence ici atteste de leur confiance que vous devez avoir en elles. Une petite pointe d’agressivité ne fait certes pas de mal et peut pimenter des discussions, mais elle peut parfois être mal interprétée, surtout en de telles circonstances… »

Voyant que Renan semblait quant à lui considérer le sujet comme clos ou pas assez intéressant pour s'éterniser dessus, elle laissa filer un silence avant de reprendre, toujours sans hausser le ton.

« Bien, le sujet des pertes de chacun semble avoir été éclairci on dirait ou en tout cas, tout le monde semble prêt à dire que tout ça le met dans une sacré panade. C’est super, on aura pas besoin de jouer à savoir qui a la plus grosse et ça fera gagner un temps précieux à tout le monde alors. »

La question du Mandarin n’était pas anodine et le regard de la jeune femme s’attarda sur chacune des personnes attablées. En dehors de quelques rares personnes, Evey n’accordait jamais sa confiance et il était peu probable qu’elle commence maintenant, surtout avec ces personnes-là. Mais elle était curieuse d’entendre la réponse à la question de Renan.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 26 Juin - 9:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Les propos de Livia furent repris par chacun. D'abord par Clélia, qui essayait de temporiser. Après par sa mère, qui voulait sauver les meubles. Ensuite par le Mandarin, qui manifestement n'approuvait pas la manière qu'elle avait d'ouvrir la bouche sans arrêt. Livia était une fille franche et n'avait jamais eu un caractère très passif. C'était d'autant plus vrai qu'on lui avait clairement fais comprendre qu'elle n'aurait pas le droit de fumer autre chose qu'une cigarette sur le bateau, mettant ainsi ses nerfs à vif vu qu'elle était la depuis plus d'une heure. Le tout formant un joyeux mélange, elle savait qu'elle risquait de gaffer. Clélia le savait aussi, Jayce encore plus, et tous d'eux étaient aux aguets, cherchant le moindre signe d'une modification de comportement chez la jeune César pour la contrer immédiatement.
Le problème était que Livia avait dit exactement la même chose que la fille au masque de loup, seulement elle avait utilisé des termes plus cru. Le mec assit à côté de sa mère, qui avait prit la place qui lui revenait, ne la connaissait pas et la considérait comme une adolescente stupide.
Mauvaise idée. Surtout depuis deux semaines.
 
« Le soucis étant que madame César n'a qu'un côté droit et qu'un côté gauche, et qu'on a voulu se montrer poli. » rétorqua-t-elle, froide mais plus polie, cherchant à s'éloigner du langage de la rue qu'elle avait l'habitude d'employer. Puis elle préférait dire madame César que "ma mère", histoire de bien se détacher de ce lien et de ne pas se cacher dans ses jupes. « Et si je suis présente ici, ce n'est pas pour jouer ma « rebelle » pour employer tes termes. » Comme il était passé au tutoiement elle n'allait pas se gêner. « Mais parce que mes dealers disparaissent, ma marchandise avec, comme le souligne si bien Clélia. Je suis consciente que des matériaux de construction pour je ne sais pas vraiment quoi, ça coûte cher, mais essaye de remplacer des personnes fidèles et de la bonne drogue. L'investissement non seulement en temps mais également en argent est énorme. Je crois que c'est le point le plus important, et qui doit être éclaircit au plus vite, raison pour laquelle perdre son temps en querelle n'arrangerait rien -et me ferait grandement chier. Mais bon, je crois qu'on est tous d'accord la dessus. » Comme elle avait parlé juste après l'inconnu, Livia se devait de continuer et de ne pas la fermer quand on s'adressait à elle, surtout d'une façon aussi désagréable. Si elle se taisait, elle donnait l'impression d'être effectivement une enfant qu'on pouvait contrôler. Elle bâtissait avec soin depuis deux ans maintenant une réputation qui pouvait s'écrouler à tout moment de part son âge et son sexe. Le fait d'avoir le sang chaud n'était pas le véritable problème de l'histoire, elle soupçonnait plutôt son interlocuteur d'être un con qui ne regardait pas plus loin que le bout de son nez et se fiait aux apparences. « Et au passage, tu ne fais pas partie du Cartel. Je ne te connais pas, tu ne me connais pas. Il n'y a rien qui fasse de toi mon supérieur, alors tu es prié de montrer un minimum de respect. » Condescendante. Livia était toujours en colère, mais elle connaissait la nécessité de contrôler ses émotions. Sa mère n'imaginait pas les conséquences que son interdiction pourrait avoir.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 26 Juin - 12:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Les César étaient décidément trop bavardes pour leur propre bien, Tesla avait obtenu d’elles tout ce qu’il voulait et bien plus encore. Le Dr. Ming regrettait pour le coup de n’avoir pas réagi plus vite pour mettre fin à la fuite d’information. Qui savait ce que le SHADOW pourrait faire de ces informations à première vue si anodines qu’on les lui jetait en pâture sans y prendre garde ? Lui-même pourrait en user de bien des façons, si seulement il voulait leur nuire. Ce n’était pas son cas, mais ce pouvait être celui de beaucoup d’autres à cette table. L’arrogance de la gamine n’en méritait que d’autant plus quelques remises au point, car quoi qu’elle en dise elle manquait encore singulièrement de recul pour saisir tous les enjeux de la rencontre.

« Peut-être voudriez-vous qu’un vieil homme se lève, observa-t-il, moqueur, pour que la jeunesse s’installe ? Jeune fille, il n’y a peut-être que trois places d’honneur mais dix chaises autour de la table. Vous occupez aujourd’hui au mieux la onzième position, en tant que représentante des jeunes dealers de Star City (et non l’héritière du Circus Maximus, soulignait son regard perçant, ne te brûle pas les ailes). Je ne comprends pas moins votre trouble et il doit être partagé par des confrères plus âgés à qui le temps a appris qu’un œil alerte et un soupçon de patience apportent plus de réponse qu’un cri du cœur. Prenez exemple sur eux. »

Son regard coula alors vers l’homme masqué, le mystérieux individu que tous lorgnaient depuis le début sans trop savoir à quoi s’en tenir. Nul ne le connaissait et il occupait pourtant l’une des meilleures places. Cela soulevait des questions mais si on l’avait invité c’était qu’on espérait qu’il y réponde à d’autres. Il était temps d’entrer dans le vif du sujet.

« L’impertinence de la jeunesse a parlé rude, Tesla, mais j’ose espérer que vous êtes au-dessus de ces considérations. Relayé dans les lèvres d’un vieil homme, la question est la suivante : pourquoi être venu ? parce que vous avez reçu une invitation et que cela a attisé votre… curiosité ? (Son sourire, à peine perceptible jusque là, s’élargit pour se faire féroce.) Un peu de sérieux, vous êtes un homme trop occupé pour vous égarer en curiosité touristique. Personne ici n’a jamais eu affaire à vous, et pourtant vous voilà face à moi, à la gauche de madame César. Que vous le vouliez ou non, cela répond déjà à une question primordiale. Une de ces questions qui en appellent une autre… »

Ses deux mains se posèrent sur la table, l’une sur l’autre, lentement, pendant qu’il savourait le silence intrigué provoqué par sa petite démonstration. Ses yeux noisette n’avaient pas quitté le mystérieux homme masqué.

« Si le but de ces exactions était, comme vous l’avez si judicieusement suggéré, de déstabiliser la position des César, pourquoi Tesla l’Inconnu au bataillon se sent-il concerné ? vos liens avec le Cartel Rouge sont à peu de choses près inexistants. »

Le peu de choses tenait à l’emprunt d’un sous-marin qui n’était pas revenu dans le meilleur état qui soit. Voilà qui limitait considérablement la liste de suspects.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 26 Juin - 23:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Une chose était certaine : du beau monde se battait autour de cette table qui n'avait pourtant rien demander en se retrouvant dans le coin. Être au milieu des deux têtes d'affiches du Cartel n'était pas vraiment l'endroit rêvé pour tout objet. Encore qu'un objet n'était pas censé ressentir un quelconque désir. Cette métaphore idiote n'est là que pour illustrer le désarroi que ressentait Lumek... Il était bien là, assistant sereinement à une pseudo-querelle qui le dépassait. Bien entendu, il connaissait la plupart des membres présents. Atia, pour commencer, siégeait là telle une lionne agacée de discuter avec ce qui ressemblait plus à des proies qu'à des fauves. A ses côtés pouvait-on retrouver le vieux singe à qui on ne faisait pas de grimaces - Le Mandarin, un véritable ténor du Cartel qui inspirait autant de respect que de peur. Il y avait aussi l'étoile montante... Livia, qui était bien trop longtemps restée dans l'ombre de sa mère et qui, aujourd'hui, se révélait être plus maline qu'aux premiers abords. Mais celui qui avait immédiatement attiré l'attention du cuirassé était bien évidemment le masqué. Si la salle était composé, dans l'essentiel, de félins rugissant, miaulant et parfois aboyant, celui-ci s'affichait comme un rapace.

Ce tableau dressé, Lumek ne voulait absolument pas s'y aventurer. La peinture lui paraissait passer trop vite du fade au vif et il n'était pas de taille face à ceux qu'ils avaient longtemps servi. Depuis le début, il n'avait été qu'agent du Cartel. Il tuait pour servir, sous une carapace qu'il avait abandonné. Dawn, l'appelait-elle ; et l'appelait-on. Alors que diable faisait-il dans une conversation dont il ne connaissait ni les avenants ni les aboutissants ? Était-il juste compté parmi un public qui constatait la complexité du jeu afin de ne jamais y entrer ? Ou était-il là par pure erreur, servant au cas où de dommage collatéral au cas où le rapace se fâcherait. Et là, un dilemme se posait : s'il y avait bien une chose que l'intermédiaire ne voulait pas, c'était assister à une telle dégénérescence tout en demeurant impuissant. Alors qu'il redoutait tout autant une quelconque intervention malvenue de sa part.

Grommelant dans son coin, il tentait tout de même de mettre l'ensemble des points sur les bons i. Les faits étaient donc que quelqu'un jouait avec le Cartel sans se soucier des conséquences. Et que le Cartel n'était pas le seul à devoir s'inquiéter de tels actes. Il semblerait, en effet, qu'un cousin y ait laissé quelques dents. Un tas de noms circulait jusqu'au bureau de Lumek mais il fallait se refuser à toute hâte. En l'occurrence, l'ombre qui planait autour de la table était peut-être une rumeur fondée. Disons que je n'en savais rien et que je ne voulais pas savoir, jusqu'à me retrouver devant le fait accompli. Croisant les bras, caressant son menton, l'intermédiaire faisait au mieux pour cacher sa nervosité. Mais très vite, elle s'était transformée en quelque chose d’incontrôlable.

Les sages paroles du Mandarin avait été suivies d'un soupire qui avait légèrement embrasé la réunion improvisée. Le silence pesant poussait Lumek à reconsidérer son désir de non-intervention. Il était, qu'il le veuille ou non, déjà intervenu.

"Oh, pardonnez-moi." s'excusa t-il, gêné. "Je ne tenais pas à interrompre un si divertissant débat."

Il haussa un sourcil avant d'enchainer.

"Quel était votre conseil déjà ?" adressa t-il à l'inconnu du bataillon. "Ne provoque pas quelqu'un qui t'es supérieur si tu n'es pas capable de rivaliser. Ce sont des paroles pleines de sens. Surtout autour de cette table. Qui irait vous provoquer... Tesla ? Ou vous, vieil homme ? Ou encore vous, Atia ?"

Clairement, il ne tenait pas à entrer dans le jeu des questions rhétoriques. Cela pouvait s'avérer dangereux en ces temps et si le plaisir de rester discret était devenu vite obsolète, il valait mieux se grouiller et balancer son idée. Le sourire innocent, il se devait alors de continuer.

"Oui, bon. Si vous connaissiez la réponse, je suppose que l'on ne serait pas là. Cependant, si par la même occasion nous nous trouvons ici, c'est que quelqu'un s'amuse à vous provoquer. Et je crois que si j'étais cette personne, je m'amuserai encore plus en vous voyant vous entredéchirer. Une scission serait donc dans l'intérêt du provocateur..."

Avant de conclure, Lumek jeta un regard respectueux au Mandarin qui venait d'émettre cette idée. Idée déjà émise plus tôt dans la conversation mais jamais exploité.

"En conséquence, le Cartel serait visé. Mais nous ne sommes pas le gros poisson de l'affaire, je me trompe ? Ce ne serait que pure spéculation que de penser que la chute éventuelle d'Atia ne vous profiterait qu'à moitié à notre mystérieux invité ?" souffla t-il. "Auquel cas tout ceci ne serait qu'une mascarade et une énième question se doit d'être posé : qui est capable de rivaliser avec vous, Tesla ?"

Respirant un bon coup, il se rendit vite compte qu'il n'avait fait qu'aller dans le sens de l'interlocuteur précédent. Toutefois, même un simple homme de main en aurait eu marre de les voir tourner autour de pot sans se demander les choses adéquates. Ceci étant dit, l'intermédiaire n'était pas plus concerné par l'affaire. Lui était vraiment là en tant que curieux touriste.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 27 Juin - 1:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Même si elle avait eu pour but de tempérer la réaction de sa ‘supérieure’ et amie, Clélia se sentit quelque peu gênée de sa réaction et de celle de sa comparse après coup. Certains miseront peut-être ça sur le fait qu’elle était jeune, qu’elle pouvait être facilement influençable ou manipulable. Pour sa part, Clélia préférait considérer qu’il s’agissait tout simplement de savoir où était sa place. Et sa place était celle d’une invité qui, touchée d’une certaine manière par les évènements récents, n’en n’avait pas pour autant plus de poids et d’importance face à de grandes pointures du Cartel. Le fait est qu’elle s’était surtout mise en tête de minimiser les dégâts du naturel et de la franchise de Livia. Une franchise dont elle faisait naturellement preuve elle-même lorsqu’elles étaient dans leur ‘repère’, dans leur ‘monde’. Sauf qu’ici le contexte était différent, même totalement à l’opposé de retrouvailles entre amies pour parler affaires de rue. Puis, si elle voulait faire preuve d’un minimum de respect et en recevoir un minimum en retour, son travail actuel et sa concentration devait se centraliser sur le fait de respecter la place qu’était la sienne. Tels étaient des enseignements sur lesquels son père et son frère Enzo avaient tous deux souvent insistés. Autant leur faire honneur en ce sens… Même si la gestion de Livia complexifiait la situation. Elle la connaissait, suffisamment pour ressentir sa nervosité, son manque de substance… Et cet étrange état beaucoup plus vif et réactif depuis qu’elle lui avait parlé de ses nouveaux dons.

Le regard parcourant tour à tour les interlocuteurs prenant la parole. Son visage ne cilla pas sous les propos d’Atia. Toutefois, sa tête effectua un fin mouvement de haut en bas sous les propos de celui que l’on nommait le Mandarin. Clélia ne le connaissait pas personnellement mais sa réputation n’était plus à faire ou à prouver. Le criminel dont le côté redoutable et dangereux n’égalait que sa profonde réflexion et son sens de la sagesse extrêmement aigu. Elle trouvait surtout que son calme plus qu’apparent renforçait le sens de ses mots, de son propos et, de ce fait, toute l’attention qu’on devait y accorder. Mais ce ressentiment respectueux fit rapidement place à celui de l’interrogation mélangé autant à de la méfiance qu’à de la véritable crainte. Ce Tesla, cet homme masqué… Un simple haussement de main. Le bruit qui résonne et les vibrations qui se font ressentir jusque dans les membres de la jeune adolescente. Ses yeux s’écarquillèrent aussitôt d’un certain effroi alors qu’elle fixa ledit Tesla de ses prunelles brunes. Que venait-il de faire ? Que venait-il de réaliser ? Non, elle n’avait pas rêvé, ça ne pouvait pas être son imagination qui lui jouait des tours.

« T’as senti ? »

Ne put-elle s’empêcher de venir glisser à l’oreille de Livia de façon discrète et murmurée. Demeurant cependant silencieuse, Clélia laissa les propos reprendre et s’échanger à nouveau, non sans revoir une réaction assez spontanée de Livia. Quel paradoxe ! Dire que c’est ce qui lui plaisait tant chez son amie. Dire que c’est ce qu’elle approuvait en temps normal. Et dire que c’était un de ces attraits qui parvenait à séduire sans mal notre petite Clélia. Et pourtant, la seule chose que désirait le bras droit de la fille César, était que son caractère évite une catastrophe… Surtout après la secousse qu’elle venait de ressentir par le biais de ce Tesla. Mais, cette fois-ci, elle ne releva pas publiquement, se contentant de raffermir le contact de sa main présente sur la cuisse de Livia.

Prête à demeurer dans le mutisme pendant un certain moment désormais, Clélia ne put toutefois s’empêcher de tiquer aux paroles du dernier intervenant qu’elle ne connaissait tout simplement pas. Elle n’était pas réellement en accord avec la question qu’il jugea bon de se poser et, de par son naturel, se retrouva à rebondir sur de tels propos.

« Sans vouloir vous interrompre, se demander qui est assez puissant pour rivaliser avec Tesla serait directement l’incriminer alors que, de mon côté, je pense plutôt qu’il faudrait se demander qui peut rivaliser autant avec Monsieur Tesla et ses acolytes, tout en s’en prenant également au Cartel sans laisser la moindre trace ? Car, à nouveau, si nous sommes tous ici, c’est qu’on s’est tous fait doublé à un moment ou l’autre au final… »

Sans doute que sa remarque n’était peut-être pas la plus pertinente existant. Mais cette réflexion avait obéit à l’instinct, au naturel et, l’espérait-elle, sous une forme suffisamment respectable pour ne pas se faire foudroyer du regard ou être remise à sa place. Non pas qu’elle craignait pour sa propre réputation mais, surtout, pour celle d’Atia !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 28 Juin - 14:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
La répartie du Mandarin cloua le bec à Livia. Elle respectait profondément cet homme qu'elle considérait comme un oncle et comme la figure paternelle qu'elle n'avait jamais eu. Même s'ils avaient des différences, même s'il n'approuvait pas la façon qu'elle avait de vivre sa vie et de canaliser son trop plein de colère, même si elle détestait qu'il essaie de l'emmener sur une autre voie, peut-être plus saine à ses yeux mais dont elle ne voulait pas.
Il n'avait pas compris qu'elle ne demandait pas sa place, mais bien celle de Tesla. Elle n'allait pas le corriger, elle se contenta simplement de baisser les yeux. « Je prendrais exemple sur vous. Je ne voulais pas vous offenser, jamais. » déclara-t-elle, en insistant bien sur sa dernière phrase. Elle décida aussi d'ignorer désormais le plus superbement possible le mystérieux Tesla. Ils n'étaient pas fais pour s'entendre, peut-être parce que leurs caractères étaient trop semblables, en ce sens qu'ils avaient envie de tout contrôler, de tout savoir, et que ce soit rapide. Ou peut-être pour d'autres raisons. Livia se méfiait naturellement de lui, et la petite voix dans sa tête lui disait que c'était une bonne idée. Si elle était d'avantage à fleur de peau, elle savait très bien où était sa place par rapport à celle de Tzin Ming, et elle n'en bougerait pas. Pas...Pour le moment.
Mais elle n'y pensait pas consciemment.
 
Il posa la question que Livia avait formulé précédemment, mais d'une autre manière, qui devait mieux passer. Elle n'avait jamais aimé chipoter sur les formules et c'était sans doute une erreur. Son intervention fut suivie par celle de Wallace, aka l'Intermédiaire. Livia le connaissait, elle l'avait vu bon nombre de fois et elle savait qu'il valait vraiment quelque chose. Lui aussi, elle n'avait aucun problème à le respecter. Surtout qu'il avait mis le doigt sur quelque chose de très intéressant. Elle tourna son regard vers Tesla, en attente de la réponse qu'il avait à formuler. Tout le monde était très à cran ici, car tous étaient conscients des enjeux. Quand Clélia lui posa une question à l'oreille, elle se contenta d'hausser les épaules, sans vraiment comprendre. Senti quoi, exactement? L'atmosphère était suffisamment étouffante comme ça. Elle sentait tout un tas de choses nouvelles, tout un tas d'énergies nouvelles, et ces perceptions la troublaient, l'agaçaient même. Elle n'avait vraiment pas eu assez de temps pour se faire à ses pouvoirs. Elle aurait du rester à terre, mais sa mère avait insisté. Elle ne pouvait pas refuser, elle ne pouvait pas lire la déception dans son regard.
Son amie pointa également quelque chose d'intéressant. « A priori la réponse serait: personne. Ce qui ne nous avance pas vraiment, car cela signifie que la menace est inconnue et pourrait frapper n'importe quand, sous n'importe quelle forme. » se permit-elle de répondre, faisant mine de ne s'adresser qu'à son amie car elle avait l'impression de devoir, désormais, choisir chaque virgule avec grand soin. Elle paierait sa fougue plus tard, elle le savait, mais ce qui était fais l'était. Elle n'allait pas s'excuser, ce serait trop hypocrite.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 29 Juin - 14:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Les paroles du Mandarin étaient une fois de plus à son image, sages et réfléchies. La demoiselle arrivait encore à se demander comment son père Auguste avait pu battre aux échecs un homme tel que lui. C’était un exploit dont elle ne pouvait qu’être fière pour son père mais ça n’enlevait rien à la considération qu’elle avait pour le chinois. C’était un réel homme d’honneur et sa confiance en lui n’était plus à prouver. La criminelle écoutait attentivement tout ce qui se disait autour d’elle, se demandant si enfin allait suivre les conseils de Tzin qui restait le plus censé de tous. À une nouvelle intervention de sa fille, elle ne put que se résoudre à devoir intervenir rapidement si elle ne voulait pas qu’une de ses meilleures chances de sortir de cette mauvaise passe ne parte pas de la Réunion. L’homme masqué était ici car elle connaissait l’étendue de son influence en ville. Quand celui-ci montra aux yeux de tous qu’il pouvait manipuler le navire, quasiment attirement conçu en métaux, elle sentit un frisson lui parcourir le corps. S’il était capable de telles prouesses avec un bateau aussi grand, qu’arriverait-il à son sabre s’ils venaient à s’affronter mutuellement. Elle ne voulait pas l’imaginer et se promit une nouvelle fois de ne pas en arriver là. Il fallait savoir voir les personnes plus fortes que soi même et si Madame César ne voulait pas perdre la face devant tous, elle devait à tout prix éviter un affrontement direct contre Tesla.

- Livia, si tu veux un jour ta place à cette table, tu devrais t'arrêter maintenant, une menace simple qui se voulait efficace après le discours sage du Mandarin, elle ne pouvait pas se permettre que sa fille pousse Tesla à devenir un danger pour le Circus ou quiconque du Cartel et elle craignait que son comportement le conduise de suite à de telles choses. Ecoutant les autres échangeaient, elle ne pouvait qu'approuver intérieurement la bonne volonté de chacun sans pour autant les trouver tous censés. Attendant un moment de calme, elle dit enfin :Arrêtons de tourner en rond, je pense que nous savons tous désormais que quelqu’un ou même une organisation a assez d’influence pour poser problème à certains organismes du Cartel mais aussi à Tesla et ce n’est pas en envoyant des accusations sans preuve que nous allons avancer. Je rejoins mon intermédiaire, qui est capable de rivaliser contre vous tout en causant du tort à une partie du Cartel ?

Elle ne releva pas les remarques de l’homme masqué qui restait cependant pertinente. Il était déjà arrivé dans le passé qu’on tente de prendre la place d’un César  à la tête de l’organisme et le monde criminel regorgeait de personnalités à retourner leur veste à tout moment pour avoir de meilleure place dans la hiérarchie. La place d’Atia restait un rôle convoité et ses ennemis pouvaient très bien être de la même organisation qu’elle. Son père avait déjà perdu une fois sa place à la tête du Cartel, elle ne se permettrait pas de faire de même.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 29 Juin - 16:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 318
ϟ Nombre de Messages RP : 234
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
      Anubis était un dieu. Mais un dieu plongé dans le monde des humains.
Il s'était toujours senti trop bien, trop supérieur, trop divin - pour faire court -  pour se retrouver parmi ces êtres sans importances. Il les avait toujours observé de loin depuis son royaume. Lorgnant depuis ses yeux canins sur ces innombrables âmes qui parcouraient les  vastes étendues du domaine de Râ. Les hommes …. Ils avaient toujours été foutrement ennuyeux et même temps si intéressant, si différent.
Il était comme un enfant devant une fourmilière, occupé à regarder et à  tenter de comprendre ces petits êtres sans finalement grand intérêt.

Le destin lui joua un tour et les événements le poussèrent à finalement se retrouver au milieu d'eux. Depuis son arrivé, il avait toujours naturellement pris ses distances. Les mortels étaient belliqueux, envieux et jaloux. La crainte du temps qui passait les rongeait à un point qu'un dieu de la mort ne pouvait concevoir. Après tout qu'est ce que le trépas avait de si horrible alors que lui ne rêvait que de retourner en son domaine.
Leurs histoires ne le regardaient pas. Il ne s'en mêlait que dans de rares cas. Ceux qui mettaient ses propres objectifs en avant. Ceux où il marchandait ses talents au plus offrant.
La César l'avait bien compris, plus d'une fois et échange d'infos et de promesse concernant Horus, Anubis l'avait aidé à trouver taupe et autre homme de peu de foi dans son entourage.

Hors, lui qui à la base avait bien dis à Atia qu'il ne ferait qu'acte de présence ce coup là, se plut à regarder la zizanie apparaître du chaos et de la peur. Ils s’entre-déchiraient à chercher une réponse qu'ils ne pourraient jamais avoir. Et dire que lui savait. Cette pensée lui arracha un rictus de crocs et de bave.
Et là où il n'avait pensé voir qu'un de ces classiques règlements de compte entre insectes. Il avait découvert que l'homme pouvait – si la menace se montrait trop tenace pour lui – d'un seul coup se montrer plein de ressources.

Il quitta le conteneur contre lequel il était accoudé, fit quelques pas le sortant de l'ombre et d'un jappement il rappela sa présence. Aux lumières tamisées, ses yeux tournèrent au rouge sang et de nouveau face à lui, l'âme des présents s’ouvrirent à son regard de magistrat et dans la situation actuelle, l'une brilla d'un noir tellement plus éclatant que les autres qu'elle était un phare dans cet océan de mal.


« Il est assis à votre table votre traître. »
Souffla t-il. « Une âme rongée par l'ambition mais aussi par la peur. Un animal blessé et prêt à tout. Une âme puissante et flamboyante qui vous dévorera dans vos querelles. Il vous aura tous, un par un. » Dit il commençant à pointer un par un les dix chefs d'organisations d'un coup de museau. « … César, Mandarin. Vous tout les loups aussi solitaire que faussement protégés vous les petites frappes qui sont sur son chemin …. Et même toi le masqué. Ton temps viendra. Il vous aura un par un. ». Il grogna légèrement. Son ton était sec, menaçant. Un ton on ne peut plus clair et sincère. Il le voyait, aucun d'eux n'était de taille face à ce qui se tramait dans les tréfonds de l'âme et de l'esprit de cette personne. « Je peux vous dire qui il est bien sûr. Mais pourquoi ferais je ça ? »


Notes


Voilà la partie "intro" peut donc se clore là dessus puisque je vois à quel point vous avez été mis dans l'ambiance. ( Dans le genre discussion des forces du mal, ça se place là ) Rentrons donc un peu plus dans le sujet afin que vous ne tourniez pas en rond. Qui et quoi peut bien se cacher derrière tout ça ? Apparemment vous avez enfin une solution pour le savoir.

Anubis est mon personnage, mais je le joue surtout pour le fun de le jouer. Son intervention ici est purement pour le scénario puisque son pouvoir convient. Ce qui se passe à la Réunion ne sera bien sûr pas utilisé par mes soins hors de ses lieux. Vous aurez le droit après ce message à encore au moins une relance.

A savoir qu'Anubis à déjà usé de ce pouvoir avec Atia pour qui il trouvait les ennemis qui se cachaient près d'elle lorsqu'elle avait un doute. Anubis ne s'est jamais trompé. Ses pouvoirs et ses dires sont donc prouvés ne serait ce que pour Atia.

Bon jeu et surtout merci de le jouer ( le jeu )

- Vous avez été répartis en trois sujets distincts :
La Réunion : Atia César, Livia César, Clélia Castelli, Tzin Ming, Wallace Lumek, Renan Le Guerec, Evey Shapley.

La Zone 21 : Nick Fox, Keiko Danger, Liam Archer, Narcyz Sienkiewicz, Dana Taylor, Andrea Parker, Dioni Kâ.

Menace à Port-Royal : Dieter Feuerbach, Lucrèce Feuerbach, Hannah Skasgård, Felice Medicis, Melissande Beaudrie, Jaina Stindell, Chloé Hillman, Némésis Harkness, Seth Shadow, Amos Hillman.

Bon jeu à vous tous ! En cas de questions, contactez Gregory Williams!
Revenir en haut Aller en bas



Sujet Général : " La Réunion "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» L'union fait la force |Part. I - Pv Oli'Keegan|
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» 02. Crying shame [sujet terminé]
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-