AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_1Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_2_bisUne vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_3
 

Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 5 Mai 2013 - 15:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Il y avait la vie privée et le boulot, deux choses très différentes qui se mêlaient pourtant toujours en raison du rôle de Renan dans l'organisme. Devoir mener une vie parfaitement normale et jouer au voisin idéal avait le don de l'épuiser mentalement, mais c'était un mal pour un bien. Le bien de SHADOW. Qui se douterait que ce laveur de vitre sans ambition dissimulait en réalité un caractère beaucoup plus arrogant qu'il ne le laissait penser ? Personne, enfin, c'était du moins ce qu'il espérait.

Tout ceci pour dire que Renan avait toujours veillé à ne jamais mélanger sa vie civile aux opérations de SHADOW, justement pour préserver cette sécurité. Mais les habitudes étaient faites pour être bousculées, n'est-ce pas ? C'était ce que le français pensa lorsqu'un soir, un agent de liaison de l'organisme arriva dans son bureau à Mannheim pour lui signaler que la trace d'un super qu'il surveillait depuis longtemps, avait été localisée. Apparemment ils avaient même le nom de sa prochaine cible ce qui permettrait aisément de savoir où il se trouverait le soir-même. Cet individu c'était un dénommé « Nightingale » un assassin qui non seulement était responsable de la mort de l'ancien officier de la pénombre – l'oncle de Renan donc – mais aussi de celle de son second. Cet homme, puisqu’il savait de source sûr que s'en était un, avait fait preuve de beaucoup d'habilité pour réussir à se débarrasser aussi aisément de deux hommes sur-entraînés, il était donc devenu une priorité à Mannheim. Même si bien évidemment, l'assassin ignorait à quel organisme ses deux victimes appartenaient, il représentait un risque pour SHADOW.

C'était du moins ce que Renan prétendait. La réalité était légèrement différente, le calme et l'impassible français avait surtout beaucoup de mal à supporter qu'un homme seul puisse avoir eu raison des deux individus les plus impressionnants qu'il connaissait à ce jour. Il avait besoin de le voir, de se rendre compte que finalement, cet homme n'était rien de plus qu'un humain qui avait eu beaucoup de chances, mais certainement pas un super capable de mettre à mal tout ce que Renan connaissait. C'était un sentiment étrange que la vengeance, mais l'officier de la pénombre ne baisserait pas les bras aussi facilement. Maintenant qu'il avait sa trace, les choses allaient changer. Définitivement.

-------------------------------------

Le soir était tombé, le Breton patientait là depuis longtemps. La prochaine cible de Nightingale se trouvait dans un immeuble au dix-huitième étage, l'administrateur d'une société écran qui dissimulait en réalité un fabriquant d'armes particulièrement peu scrupuleux. La cible idéale pour un vengeur masqué en somme. Le français s'était installé bien des heures plus tôt dans un immeuble en face. L'appartement était en travaux ce qui permettait à l'officier de la pénombre de se dissimuler ici tout en observant la cible de sa cible en face. Il était masqué, mais n'usait pas de sa tenue habituelle de manière à ne faire aucun lien entre lui et SHADOW. Ce soir, il était là pour ses intérêts privés et non pour le compte de l'organisme, la différence était subtile, mais bien présente.

La nuit avançait doucement, le chef d'entreprise était dans son appartement en train de s'occuper comme le faisait n'importe quelle personne normalement constituée à une heure pareille. Puis tout à coup, la lumière se coupa. Le noir se fit dans le studio et Renan se prépara. Il ne comptait pas sauver l'homme, au fond sa vie lui importait peu, ce qu'il désirait c'était mettre la main sur l'assassin. Quelqu'un – son oncle – lui avait dit un jour que le meilleur moyen d'attraper un prédateur était d'attendre qu'il dévore sa proie et c'était ce que Renan comptait faire. Il patienta, difficilement, jusqu'à ce qu'une autre silhouette se dessine dans l'appartement. Il lui laissa le temps de s'approcher de sa cible avant que lui ne se hisse sur le balcon de sa planque pour user de son don et parcourir la légère distance qui le séparait de l'autre immeuble. Aussi silencieusement que possible, le Breton se débrouilla pour atterrir sur le balcon du chef d'entreprise avant de patienter. Des bruits se firent entendre à l'intérieur de la pièce, puis un choc sourd et un léger gémissement. Considérant que l'assassin était en train de s'occuper de sa cible, Renan agit aussitôt. Glissant sa main dans sa poche, il en tira une poignée de petites billes de métal qu'il lança dans les airs avant de se servir de son don pour les projeter à travers la vitre en direction de Nightingale. Celui-ci l'entendrait venir et se protégerait certainement, mais Renan ne voulait pas le tuer aussi facile. La vengeance était un place qui se mangeait froid et très lentement.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 6 Mai 2013 - 22:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Nouvelle nuit, nouvelle cible. Comme à chaque fois oncle Ted me téléphone et me donne les infos nécessaires sur mon prochain contrat, l’homme en question est l’administrateur d’une société qui, après quelques recherches de ma part, s’avère être en fait un fabriquant d’armes peu recommandable. Si quelqu’un souhaite sa mort, c’est qu’il le mérite. L’homme n’est pas difficile à trouver, et encore moins l’endroit où il loge, un appartement au dix-huitième étage d’un immeuble se trouvant sur la 64th Avenue, l’endroit n’est pas spécialement facile d’accès mais après quelques repérages, l’itinéraire m’apparaît être plus simple que ce que je m’étais imaginée.

Il me faut deux semaines pour préparer ce coup, rien de bien compliqué, en plus de ça l’immeuble et l’étage qui m’intéressent ne sont pas gardés par des hommes de main armés jusqu’au dent, juste une simple équipe de sécurité et un concierge, rien de bien méchant en somme. Vêtue de mon costume de Nightingale, je m’infiltre dans le bâtiment et tout se passe sans le moindre accroc, comme je m’en étais doutée, le service de sécurité effectue ses rondes à des heures bien fixes et le concierge est sûrement en train de cuver son whisky dans le local d’entretien ; en clair j’ai un magnifique tapis rouge à mes pieds pour me rendre chez ma victime. J’emprunte les escaliers de service après avoir crocheté la porte y donnant accès, il n’y a aucune caméra dans cette partie de l’immeuble et c’est plutôt bon signe, je peux entrer et sortir de cet endroit en tout discrétion.

Me voilà enfin au dix-huitième étage, j’entrouvre la porte donnant sur le couloir, personne à gauche, personne à droite, je tends mon bras jusqu’à atteindre l’interrupteur, éteignant les lampes afin de pouvoir progresser sans être vue par la caméra se trouvant un peu plus loin sur ma droite. Je m’approche de la porte de l’appart du fabricant d’arme et inspecte la serrure, rien de compliqué, une serrure toute bête que l’on retrouve sur la majeure partie des portes de ce pays, il ne me faut pas plus de trente secondes pour parvenir à l’ouvrir dans le plus grand silence ; j’entre alors à pas de loups dans la tanière du malheureux qui, devant sa télévision, ne se doute pas une seconde de ma présence chez lui. Grâce aux plans que j’ai trouvé en fouinant un peu, je sais où trouver la boîte de fusibles de l’appartement, je m’y rends d’ailleurs comme si de rien n’était, ma cible trop concentrée sur son film pour me remarquer.
J’ouvre le boîtier métallique et actionne l’interrupteur principal de ce dernier, privant le lieu d’électricité, le plongeant dans la pénombre et dans un silence oppressant. La réaction ne se fait pas attendre de la part de notre aficionados des films en noir et blanc, je souris en l’entendant râler.

-Putain, saloperie de coupure de courant, je vais louper la moitié du film !

Il se lève de son fauteuil, je l’entends, mais il ne semble pas venir dans ma direction ; je jette un coup d’œil et remarque qu’il se dirige vers son bar afin de se servir un verre, parfait, voilà l’occasion rêvée. Silencieusement je me faufile dans le salon alors qu’il me fait dos, en train de se servir un bon vieux cognac sans doute. Je m’approche de lui tout en me saisissant d’une de mes dagues, il boit sa première gorgée et ne voit pas la lame venir se placer devant sa gorge. Un geste vif, un seul. Il s’immobilise, son verre lui échappe des mains et tombe sur la moquette, imprégnant cette dernière de son contenu coûteux. Il porte ses mains à sa gorge alors que je me recule d’un pas, il se retourne et me regarde, les yeux écarquillés, le sang commence à tâcher de rouge sa chemise qui était encore d’un blanc immaculé il y a quelques instants.

Je le regarde mourir sans ciller, il s’écroule mollement sur le sol, sa gorge émettant un gargouilli répugnant alors qu’enfin il cesse de bouger. Encore un contrat remplit dans les règles de l’art. Je m’approche du corps afin d’essuyer ma lame sur sa chemise et ainsi ne pas emporter avec moi d’éventuelles preuves qui pourraient me mettre dans l’embarra, après quoi je m’en irai par les escaliers de service et je regagnerai mon appartement. Mais un bruit inattendu et soudain vient changer mes plans ; en entendant le verre se briser, je me jette au sol derrière le large canapé en cuir se trouvant près de moi. De justesse car je vois plusieurs projectiles venir percuter le mur assez violemment, il y a quelqu’un d’autre et on dirait qu’il m’en veut. Est-ce que je me suis faite piéger ? Il semblerait en effet que j’étais attendue ; car si c’était l’administrateur la cible, je l’aurai trouvé mort en arrivant ici, hors il était encore bel et bien en vie lorsque je suis entrée dans son appartement.

Me voilà dans un sacré pétrin, une personne dont je ne sais absolument rien se trouve à l’extérieur de la pièce, sans doute au niveau du balcon, et possède sans doute une arme à feu au vu des projectiles qui ont bien faillis me trouer la peau. Je ne peux pas me permettre de rester immobile trop longtemps, mais si je bouge je me ferai sans doute allumer comme un lapin, mes options pour me tirer de ce merdier sont assez minces, d’autant que je ne possède rien d’autre que mes dagues pour m’en sortir. Je vais devoir faire preuve d’imagination et improviser avec ce qui me tombera sous la main. Je remarque un cendrier en verre plein posé sur l’accoudoir du canapé, je m’en saisis rapidement, espérant ne pas avoir été vue, avant de le lancer en direction de la vitre du balcon, si mon agresseur s’y trouve il sera quelque peu gêné par les débris de verre ; je profite du bruit causé par la destruction de la vitre pour quitter ma cachette et sortir du salon, me retrouvant alors dans la cuisine de ma victime. Je reprends mon souffle et guette en silence les bruits en provenance du salon.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 7 Mai 2013 - 14:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Aucun cri ne se fit entendre, comme Renan s'y attendait, Nightingale avait réussi à se cacher avant d'être touché. Loin de le contrarier, cette idée l'enchante plutôt, si l'homme qu'il traquait depuis si longtemps avait réussi à se dissimuler et se protéger d'une attaque surprise, c'était le signe qu'il était bien aussi fort que le français le pensait. Savoir que son oncle avait été tué par un assassin était très difficile, mais si celui-ci était extrêmement dangereux ou encore capable de se défendre contre n'importe quelle attaque, ce serait plus acceptable que si ce n'était qu'un simple super sans intérêt.

Fort de cette constatation, le muté risqua un coup d’œil par la fenêtre dont la vitre était brouillée en raison des trous faits par les billes de métal. Aucun signe de vie. Malgré son réseau d'informateur, le jeune homme n'avait pas réussi à connaître la nature des pouvoirs de sa cible. En avait-il ? N'était-ce qu'un homme entraîné au combat comme son oncle l'avait été ? Renan savait parfaitement que ces individus n'étaient pas moins doués que les mutés, Evey sa collègue en était la preuve vivante. Aucun bruit ne provenait de l'appartement, mais il fallait bien bouger. Regagnant sa position initiale, le Breton tendait l'oreille et fut prit par surprise lorsque la vitre à ses côtés explosa soudain. Il porta son bras au niveau de son visage qui, bien que dissimulé sous un cagoule, risquait gros. Hors de question de devoir aller à l'hôpital avec le visage plein de morceaux de verre, son identité civile devait rester vierge du moindre problème. Une fois que les débris furent retombés, Renan porta son attention sur la fenêtre pour constater qu'un cendrier en morceaux traînait par terre. Certainement que sa cible avait décidé de détourner son attention le temps de se cacher ? C'était probable. Que faire désormais ?

Fidèle à lui-même, il prit la peine de réfléchir sérieusement avant de se lancer sur un coup de tête. Renan ignorait quels étaient les pouvoirs de son adversaire ou même s'il était armé. Il devait donc faire attention à lui et se montrer d'une grande prudence, mais à moins d'user de son don pour se glisser par une fenêtre sur le côté, il n'y avait pas grand-chose à faire pour entrer dans la pièce. L'alarme ne s'était pas déclenchée lorsque la vitre avait été brisée, ce qui laissait penser qu'elle ne le ferait pas non plus s'il passait par une fenêtre, mais ces dernières étaient toujours verrouillées et il lui faudrait les briser pour entrer. Au final, la situation reviendrait à l'actuelle.

Il se décolla donc du mur contre lequel il était appuyé, avant de se glisser par l'ouverture faite dans la porte vitrée. La lumière était bien évidemment éteinte, mais heureusement la pénombre de la nuit ne permettait pas de le voir très clairement se dessiner dans le cadre de la porte. Son attention se promenait sur la pièce sans qu'il ne puisse localiser qui que ce soit, Renan essayait de veiller à ne pas faire trop de bruit. Heureusement pour lui, le cendrier avait brisé la vitre vers l'extérieur et les débris sur le sol étaient donc très rares à l'intérieur de l'appartement. Il progressa jusqu'à se retrouver au milieu du salon, puis usa de son don pour faire revenir les billes de métal jusqu'à sa main. Question de sécurité, histoire d'avoir de quoi riposter si jamais sa cible décidait de devenir agressive. Le français se glissa jusqu'à un mur pour y coller son dos histoire de ne pas trop s'exposer. Où était son adversaire ? Autant l'inviter à le rejoindre. Tentant de moduler sa voix autant que possible, le Breton lança quelques mots à l'attention de sa cible.

« Tu te caches ? Tu as trop peur pour venir me voir directement ? » Il rigola légèrement, sa patience légendaire s'étiolait doucement. « Un assassin qui a peur de mourir, c'est ironique. Vraiment. »

La provocation marchait-elle avec lui ? Peut-être bien. Portant son attention sur ses billes, Renan les divisa en deux parties, n'en conservant qu'une sur lui et utilisant l'autre pour les projeter une fois de plus à travers la pièce, les envoyant se planter dans divers meubles, miroirs et autres objets, mais sans toucher personne. Tant mieux, ce n'était pas le but de la manœuvre, Renan était venu ici pour se venger oui, mais il voulait voir l'homme avant de le tuer. Le meilleur moyen de terminer cet épisode était donc de le pousser à se montrer.

« Sors de ta cachette, sauf si tu préfères que je passe tout au crible en tirant au hasard pour te toucher. Si tu te montres, je te promets un affrontement honorable. Enfin, si un assassin peut avoir de l'honneur bien sûr. »

Il insistait beaucoup sur ce point, sa cible allait certainement deviner qu'il lui en voulait à cause d'une personne qu'il devait avoir tuée. Mais allait-il comprendre que cette fois-ci, il s'était attaqué à la mauvaise personne ? Tuer un individu pouvait être très risqué lorsque celui-ci se trouvait à la tête d'un organisme terroriste. Nightingale allait bientôt l'apprendre à ses dépends.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 13 Mai 2013 - 19:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un long moment s’écoule sans qu’aucun bruit ne vienne briser le silence ambiant de l’appartement, cela ne me rassure pas pour autant, que du contraire. En effet, il y a très peu de chances pour que mon agresseur ait quitté les lieux, non, je pense plutôt qu’il est en train de réfléchir à premièrement comment entrer dans le salon et ensuite deuxièmement à comment me trouver et me mettre hors d’état de nuire, cela ne m’enchante absolument pas. Je déteste être surprise en plein contrat, cela n’arrive pas souvent mais c’est excessivement énervant, car ça me fait comprendre que, à un moment où un autre, j’ai merdé, j’ai oublié un détail ou que sais-je encore ! La plupart du temps, ce sont des super qui débarquent, mais là, mon ennemi n’est pas un super, du moins je ne le pense pas. J’en veux pour preuve le fait qu’il soit passé à l’attaque avant même de se présenter. J’ai affaire à du sérieux là.

Il me semble percevoir un léger, très léger son, comme si quelqu’un marchait avec milles précautions sur la moquette du salon dans le but de ne faire aucun bruit. Si oncle Ted ne m’avait pas forcée et entraînée à affûter un minimum mes sens, jamais je ne l’aurai entendu entrer. Pourquoi se donner la peine d’entrer en silence dans l’appartement, si c’est pour ensuite prendre la parole à voix haute, dévoilant ainsi sa position et me donnant par la même occasion une idée approximative de l’endroit où il se trouve ? Mais peut-être cela est-il voulu ? Sans doute, vu le ton moqueur et les mots provocants employés, sûrement choisis avec soin dans le but de me faire bondir hors de ma cachette. Dans ce genre de boulot, il faut avoir un minimum de self-contrôle, et bien que l’envie d’aller à sa rencontre et de lui coller une mandale dans les gencives me démange plus que tout, je préfère garder le silence et ne pas bouger un cil. Si je ne réagis pas, il finira par s’impatienter et faire une erreur. Oui, IL, car bien que la voix soit modulée, il est clair et net que j’ai affaire à un homme ; un coup d’un soir déçu de ne pas avoir eu de mes nouvelles ? J’en doute fortement.

Soudain, de nouveau le bruit de divers impacts dans le salon. Aux différents sons produits, j’imagine aisément les meubles, les murs et même quelques vitres se retrouver affublés de trous de la taille d’un pouce. Par contre, pas la moindre détonation, ni même le bruit étouffé d’une arme à feu à laquelle on aurai mis un silencieux. Voilà qui est curieux, comment dans ce cas propulser quoi que ce soit à grande vitesse ? Cela attise tout de même ma curiosité mais également mon instinct de survie, il serait en effet dangereux pour moi de m’exposer franchement face à cet homme qui semble être armé et dangereux pour ma santé.

Voilà qu’il prend à nouveau la parole, me menaçant de passer l’entièreté de l’appartement au crible afin de me faire sortir de ma cachette. Il me promets ensuite un affrontement honorable et tente enfin une dernière pique pour me motiver un peu. Puis-je espérer un affrontement honorable de la part d’un type qui, quelques instants plus tôt, a tenté de me changer en passoire ? J’en doute fortement, d’autant qu’il semble assez déterminé à me faire la peau, que je me montre ou pas. Ses paroles me laissent penser qu’il m’en veut personnellement, mais pourquoi ? Pour ma part je ne me rappelle pas m’être faite des ennemis, que ce soit récemment ou non. Dernière possibilité, mais vraiment improbable, ce type se trompe complètement de personne et c’est un gros malentendu… Si seulement c’était possible, mais là je me berce d’illusions, ce genre d’embuscade ça se prépare, et on s’assure au moins de l’identité de sa cible, donc manque de pot, c’est bien moi qu’il veut, bien que je ne sache toujours pas pourquoi.

Est-ce que je bouge ou non ? Dans les deux cas je finirai par me retrouver devant lui quoi qu’il arrive, que ce soit de ma propre volonté ou bien en esquivant ses tirs le résultat sera le même. Je pousse un soupir presque inaudible, me demandant pourquoi ce genre de choses m’arrivent à moi ? C’est vrai quoi, je sais que je suis loin d’être une sainte mais de là à ce que tous les tarés du coin s’en prennent à ma petite personne, y’a des limites ! Bon, faut que je bouge, mais sûrement pas les mains vides ; j’attrape une bouteille de vin à moitié vide traînant sur le plan de travail de la cuisine et la tiens fermement par le goulot, m’approchant lentement et en silence de la porte. Ce que je m’apprête à faire est sans doute une belle connerie, mais je n’ai pas d’autres options.

-La moindre des choses lorsque l’on s’en prend à quelqu’un, c’est au minimum de s’annoncer et au mieux de se présenter. Je suppose que vous savez comment je me fais appeler, je n’ai par contre pas cette chance en ce qui vous concerne. De plus, rien ne m’assure que vous n’allez pas me transformer en gruyère lorsque je serai face à vous.

Bien qu’étouffée par mon masque facial, on entend et on remarque sans aucun mal que ma voix est celle d’une femme. Est-ce que cela va jouer en ma faveur ? J’en doute, si ce type est déterminé à me faire rendre mon dernier soupir, je pourrai encore être la reine d’Angleterre que le résultat serait le même. Bon, j’ai fait la bêtise de dévoiler ma position, je dois à présent bouger et le faire rapidement. J’avise la bouteille de vin et décide de la lancer au hasard dans le salon, histoire que cela fasse un peu de bruit et que mon adversaire focalise son attention sur elle plutôt que sur moi, même si cela ne dure que quelques secondes cela me sera suffisant. Voilà donc la bouteille qui file dans les airs traversant le salon avant de s’écraser un peu plus loin ; j’en profites pour me faufiler hors de la cuisine en m’accroupissant, me dirigeant vers une grande table toute proche derrière laquelle je me cache et tente, le plus discrètement qu’il me soit possible de l’être, de chercher du regard l’odieux individu qui me prend pour cible.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 13 Mai 2013 - 21:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Aucun bruit ne répondit aux paroles de Renan, l'espace d'un instant il se demanda même si l'autre est encore là. Peut-être s'était-il envolé par une sortie dissimulée dont le français n'avait pas connaissance ? C'était peu probable, l'officier de la pénombre avait prit grand soin de se renseigner sur l'appartement de la victime de sa cible, il n'y avait aucune autre solution que d'emprunter l'ascenseur ou de passer par une fenêtre. Sachant que Nightingale n'avait normalement pas le don de voler, il n'y avait donc pas énormément de solutions pour qu'il puisse s'enfuir discrètement. Le Breton se montra prudent, il restait collé dos au mur en attendant un signe, une parole, n'importe quoi venant de son interlocuteur et lui permettant de le situer.

Ce moment arriva enfin, une voix s’éleva pour lui reprocher son manque de politesse et pour mettre en doute sa parole. Renan fut perturbé, mais pas autant pas ce qu'il venait d'entendre que par l'intonation de la voix qui venait de prononcer ces paroles : il s'agit d'une femme. Sous sa cagoule, le Breton fronça les sourcils, ne comprenant pas vraiment comment l'homme qui avait tué son oncle pouvait avoir une voix de femme. S'agissait-il d'un gadget destiné à le tromper ? Certains hommes rechignaient à l'idée de frapper une femme. Pas Renan, il ne faisait pas de distinction entre les sexes, autant en bien qu'en mal et par conséquent, si Nightingale était une femme, la résolution du français n'aurait pas changé d'un iota. Mais les rapports de l'époque étaient formels sur ce point, l'assassin de Jack Talley et de son ami était un homme. Pas une femme. Il y avait donc un problème.

Ces pensées venaient de défiler dans l'esprit du français à une vitesse hallucinante, il avait l'habitude de traiter les informations rapidement pour en tirer parti au maximum. Autant dire qu'il ne lui fallut pas bien longtemps avant de comprendre qu'il s'était certainement fourvoyé, peut-être que cette femme n'était pas Nightingale ? Peut-être qu'il ne s'agissait que d'une vulgaire copieuse qui voulait s'attirer la gloire d'un nom qui ne lui appartenait pas ? Les possibilités étaient nombreuses et Renan devait en apprendre plus avant de se lancer dans sa quête de vengeance : il voulait la vie de l'assassin de son oncle et de personne d'autre. De manière personnelle du moins, s'il s'agissait d'une mission pour le compte de SHADOW, les choses auraient été différentes.

Renan fut alors tiré de ses pensées par un bruit qui éclata non loin de lui. Le français bougea aussitôt sur le côté pour changer de position et ne pas offrir une cible fixe, son regard se promena sur la pièce en quête d'une silhouette, mais rien. Il s'immobilisa finalement une fois qu'il fut collé contre un autre mur distant de plusieurs mètres de la zone d'où provenait le bruit. Ses yeux se portèrent sur le centre de la pièce et il localisa rapidement de débris de verre, une bouteille, un gros verre ou quelque chose de ce genre. Ce n'était pas lui. Ou plutôt elle. Sa contrariété refit surface, il n'avait plus parlé depuis que la femme s'était adressée à lui. Renan décida finalement de briser le silence, détournant son attention des débris brisés pour se concentrer sur les environs, essayant de distinguer une silhouette ou quoi que ce soit qui lui indiquerait ou était sa cible.

« Je n'ai pas de nom, pas de surnom plutôt. Je ne vais pas te donner mon véritable prénom, je ne suis pas assez fou pour confier une telle information à un assassin. » Son ton était légèrement amusé, comme s'il se montrait plus joyeux que contrarié à l'idée qu'elle le prenne pour un idiot. « Je ne m'amuse pas à faire ma propre justice en temps normal, mais là c'est un cas exceptionnel, je fais un écart juste pour toi. » Le ton était caressant, presque comme s'il était en train de la complimenter. Il disait la vérité, c'était Tesla le super, l'officier de la pénombre, pas Renan. Et ce soir il était là en tant que Renan. « Je croyais savoir qui tu étais.... Mais Nightingale n'est pas une femme et toi il semblerait que si. Tu n'es certainement qu'une vulgaire copieuse qui use de ce surnom pour attirer les clients. Tu devrais faire attention, beaucoup de personnes ont des comptes à régler avec lui. » Dont lui par exemple. Comment la pousser à sortir de là ? Il marqua une brève pause avant de reprendre. « Si j'avais voulu te transformer en gruyère, je n'aurais pas fait exprès de te rater lorsque je t'ai attaquée avant. Si j'avais juste voulu te tuer j'aurais engagé quelqu'un pour s'en occuper, je ne veux pas expédier ça rapidement, j'ai attendu trop longtemps. »

Dans un sens, c'était encourageant pour elle : il ne voulait pas la tuer aussi facilement, il voulait prendre son temps et pouvoir lui soutirer un maximum d'informations. En somme, elle pouvait se montrer sans qu'il ne la tue, mais était-ce suffisant pour la convaincre ? Le Breton avait de l'honneur, mais ce n'était pas forcément visible, de plus il ignorait beaucoup trop de choses au sujet de cette femme pour prendre le risque de se montrer sans aucune protection. Soupirant doucement, Renan exécuta un geste de la main destiné à rappeler à lui les billes de métal, il les récupéra pour les tenir en main avant de sortir de sa cachette. Mais pas totalement, juste pour qu'elle puisse le voir et comprendre qu'il n'allait pas attaquer tout de suite.

« Tu vois, je fais preuve de bonne volonté. Je veux trouver Nightingale, toi tu n'es pas celle que je cherche alors dis-moi pourquoi tu utilises ce surnom et je te laisserai tranquille. »

Si sa réponse lui convenait uniquement bien entendu. Mais inutile de préciser une telle chose, il ne voulait pas la décourager de parler.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 13 Mai 2013 - 22:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cachée derrière la grande table, je scrute la pénombre à la recherche de la silhouette de l’individu qui depuis un moment m’empêche de rentrer chez moi. C’est assez compliqué de parvenir à le distinguer mais je ne perds pas espoir, après tout, je ne m’appelle pas Nightingale pour rien ! Je me suis déjà tirée de situations similaires, je peux donc réitérer l’exploit une fois encore ; il me faut juste un peu de temps avant de passer à l’action. Je suis sûre d’une chose, je ne quitterai pas cette endroit sans soit parler franchement avec ce type, soit en l’affrontant. Evidemment je préfèrerai la première solution, mais c’est généralement celle qui arrive le moins souvent, allez savoir pourquoi.

Et là, la providence pose sa délicate main sur mon épaule ! Il vient de parler à nouveau ! Il ne se doute sûrement pas que je suis plus proche de lui qu’il ne le pense, ce qui va peut-être jouer en ma faveur lors de l’instant décisif. Evidemment donner son véritable nom à un assassin est la dernière des âneries à faire, mais ce n’est pas ça que je lui demande ; enfin, s’il décide de rester anonyme, c’est son choix après tout, je ne peux rien faire par rapport à cela, même si je dois avouer que ça m’agace de me battre contre un parfait inconnu, j’aime avoir un nom à mettre sur les visages que je croise lors de mes petites virées nocturnes. Un écart juste pour moi ? C’est que je me sentirai presque flattée par une telle attention, mais je n’oublie tout de même pas que ma vie est en jeu.

Tiens tiens, intéressant tout ça. Alors comme ça Nightingale n’est pas une femme ? Pourtant je ne me rappelle pas avoir vu de service trois-pièces entre mes jambes ce matin lors de ma douche. Ses informations sont donc totalement fausses ; à moins que… Je pense avoir mis le doigt sur quelque chose, ce n’est pas après moi qu’il court, mais après oncle Ted ! Ce type est donc assez bien informé mais pas assez, il ignore totalement que le surnom de Nightingale se transmet de génération en génération et qu’actuellement il est mien. Ce qui, contrairement à ce qu’il pense et avance, fait de moi la seule et véritable Nightingale à StarCity, chose que je vais me faire un plaisir de lui apprendre.

Me traiter de copieuse se servant de ce nom, juste pour profiter de la renommée de ce dernier, ne va pas me faire sortir de mes gonds, maintenant que je sais qu’il ne sait pas grand-chose. Mais qu’il continue de parler, ça m’arrange. Et tout en me focalisant sur sa voix, je parviens à définir clairement sa position dans l’appartement. Le voilà qui reprend la parole, c’est de mieux en mieux ! Forcément, j’aurai dû me douter qu’il avait fait en sorte de ne pas me toucher, je l’en remercie d’ailleurs. Voilà, je parviens enfin à le discerner dans l’obscurité, silhouette humaine noire contre le mur ; je te vois mais toi, tu ne me vois pas, du moins pour le moment.

D’après ce qu’il me raconte, il cherche à se débarrasser d’oncle Ted, sans savoir que ce dernier a raccroché depuis quelques années déjà. Malgré le fait qu’il ne m’en veuille pas personnellement, il n’en restait pas moins dangereux, d’autant que la vie de mon oncle était un peu en jeu pour le coup ; il faudra que je pense à le prévenir que quelqu’un est sur sa piste. Soudain, je remarque de petites formes rondes converger dans la direction de mon interlocuteur, voilà donc l’origine des impacts, et une information non négligeable, ce type possède des pouvoirs ; ce qui est assez ennuyeux au final.

Le voilà qui se dévoile alors, pensant sans doute que je me trouve encore dans la cuisine. Parfait. Lentement je longe la table pour en faire le tour afin de me retrouver dans le dos de mon agresseur, ce dernier regardant toujours dans la direction de l’endroit où je me trouvais avant de balancer la bouteille. Garde le cap coco, c’est tout bon. Maintenant derrière lui, je m’approche en faisant gaffe de ne rien bousculer, il serait idiot que je fasse tomber un truc par terre et qu’il se retourne, je serai dans une merde noire si cela devait arriver. Continuant de m’approcher, je me redresse lentement tout en dégainant une de mes dagues dans le même mouvement et là, plus question de prendre des gants.
D’un geste rapide et vif, je viens poser la lame contre sa gorge, posant ma main libre sur son front afin de l’immobiliser, j’espère qu’il sera assez surpris et assez malin pour ne pas trop remuer, c’est que ça coupe plutôt bien ces petites choses-là.

-Vous vouliez parler avec moi ? Me voilà, alors discutons.

Je me colle contre lui afin d’éviter tout mouvement agressif de sa part, un coup de coude est si vite arrivé, et en plein dans les côtes ça fait vachement mal. Je remarque que lui aussi prend soin de son identité, avec sa cagoule et sa tenue, mais je me moque totalement de qui il est, ce que je veux savoir c’est pourquoi il en a après oncle Ted. Et ça, je compte bien le lui faire dire.

-Alors, pour répondre à votre question sur le pourquoi de l’utilisation de ce surnom, c’est tout simple…

J’esquisse un petit sourire sous mon masque, il ne va plus rien comprendre du tout et ça me fait marrer intérieurement.

-Je suis Nightingale, la seule et l'unique; pas une pâle copie.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 14 Mai 2013 - 0:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le regard dans le vague, Renan essayait de repérer une silhouette. Il aurait pu tricher, il aurait pu se servir de son don pour « scanner » la zone et mettre la main sur elle. Mais il ne le fit pas. Pour quelle raison ? Impossible de le savoir, quelque chose lui disait qu'il devait régler cette affaire sans trop se servir de ce qui le liait à SHADOW, juste agir en tant que Renan et non que Tesla. C'était pourtant idiot, son adversaire lui ne rechignerait pas à l'idée d'utiliser ses dons, même si d'après les renseignements du Breton, ce n'était que de l'entraînement et des équipements, tout comme Evey par exemple. Le jeune homme était bien placé pour savoir qu'il n'y avait pas forcément besoin d'être doté de pouvoir pour se révéler dangereux : SHADOW était essentiellement composée d'individus purement humains qui s'entraînaient durement pour devenir de bons agents. Ils étaient tous de précieux atouts et sous-estimer Nightingale serait une mauvaise chose. C'était pourquoi le français se montrait particulièrement attentif à ce qui se passait dans la pièce, scrutant le moindre mouvement sans repérer quoi que ce soit d'étrange. C'était assez gênant sachant que l'autre était un assassin mortellement dangereux, peut-être bien qu'elle était en train de le viser et de se préparer à lui régler son compte ? L'officier de la pénombre n'entendait pas son adversaire approcher, il ne soupçonnait pas qu'elle soit juste derrière lui.

Lorsqu'un contact froid se fit sentir sur sa gorge, Renan compris qu'elle venait de le prendre par surprise, il s'immobilisa et se tendit imperceptiblement. La technique habituelle des assassins était bien de briser la nuque de leur cible, mais apparemment celle-ci non plus ne voulait pas le tuer. Il resta silencieux, ne cherchant pas à se débattre en sachant parfaitement que cela risquait surtout de lui coûter la vie, attendant de voir si la copieuse de Nightingale avait quelque chose à dire. Et ce fut le cas. Elle était donc ouverte à la discussion, commençant par annoncer la couleur en prétendant être la seule Nightingale. Très bien, si cette femme disait la vérité c'était certainement qu'elle devait avoir remplacé l'ancien. Était-il mort ? Lui avait-elle volé ses possessions en même temps que son nom ? Peut-être bien. Le français resta d'abord muet, ne bougeant pas et ne cherchant même pas à retenir la lame avec son don, inutile de trop lui en dévoiler pour le moment. Restant aussi calme qu'à l'accoutumée, le jeune homme répondit finalement.

« Je n'ai pas pour habitude de parler lorsque quelqu'un me colle une arme contre la gorge. Tuez-moi ou relâchez-moi, vous n'aurez rien de plus de ma part dans cette situation. »

Il se tut, bien décidé à ne plus rien dire tant qu'elle conserverait cette arme contre sa gorge. Apparemment l'idée fit son chemin dans l'esprit de la femme puisqu'elle retira l'arme après quelques instants. Renan ne prit pas la peine de s'éloigner beaucoup, il fit simplement un pas en avant puis pivota sur lui-même pour faire face à sa cible et son agresseur en même temps. Le jeune homme tenait à lui faire comprendre qu'il n'avait pas peur d'elle, il lui suffisait de tendre un bras pour qu'elle puisse le tuer, mais cela n'arriverait pas. Le français veillait à concentrer son don sur la lame de la demoiselle de manière à pouvoir la bloquer si elle essayait de lui porter un coup. Question de prudence, la confiance ne s'accordait pas facilement avec lui.

« La seule ? Est-ce que je dois comprendre que le Nightingale homme que je cherche est mort ? C'est dommage, j'avais des comptes à régler avec lui et je doute que tu puisses m'être d'une aide quelconque. »

Il ne la dénigrait pas, mais c'était ce qu'il pensait. SHADOW se procurait des armes et des artefacts en tuant ou lobotomisant les propriétaires, ils ne les obtenaient pas d'une manière très recommandable en somme. L'idée que la femme face à lui puisse être l'héritière de Nightingale ne l'effleura pas une seule seconde. En devenant officie de la pénombre il avait renoncé à l'idée d'avoir une vie de famille et une descendance, la simple hypothèse qu'un assassin puisse avoir des héritiers était donc incompatible avec sa vision des super possédant une identité cachée. Son regard scrutait le masque de la femme alors qu'il enchaînait.

« Ce n'est pas après toi que j'en ai, dis-moi tout sur ton prédécesseur et je te laisserai tranquille. Je n'ai aucune raison de m'attaquer à toi, mais je veux savoir à qui j'ai affaire. As-tu tué l'ancien Nightingale pour lui prendre son costume ? Est-ce qu'il t'as légué son identité cachée ? »

Le ton était posé et très calme, un peu comme s'ils étaient en train de discuter de la pluie et du beau temps. Renan n'était pas homme à s'emporter facilement et même si pour le coup il était beaucoup plus nerveux qu'à l'accoutumée, ce n'était pas pour autant qu'il se laissait dépasser par ses émotions. Le français retomba dans le silence l'espace d'un instant, son accent ne s'entendait pas trop logiquement, il avait pris soin de transformer sa voix. Concluant sur une note plus provocatrice, Renan reprit.

« Si tu es amie avec lui, bien évidemment ça change la donne. Je n'ai pas envie que tu lui annonces ma visite, j'aime avoir l'effet de surprise. »

Menace voilée ? Non, menace pure et simple, tuer pouvait être acceptable s'il avait besoin de cela pour mener à bien sa vengeance.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 14 Mai 2013 - 20:25 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Après cette révélation, le silence redevient roi dans l’appartement, mon interlocuteur d’un soir semble d’un calme olympien malgré la lame affûtée posée contre sa gorge. Un seul mouvement de sa part et son sang se mettra à couler avant qu’il n’ait le temps de dire ouf. Je sens pourtant au fond de moi qu’il n’y aura pas d’effusion de sang, du moins pas tout de suite. Le tuer ou le relâcher, voilà un sacré dilemme ; si je le tue maintenant, je n’aurai plus à me soucier de lui et de son envie de retrouver oncle Ted, ce qui simplifierait beaucoup de choses. Mais ce n’est pas comme ça que je fonctionne ; certes il m’a attaquée mais je suis toujours vivante et en un seul morceau, et aucun contrat ne me force à le tuer. Comme me le dirait certainement oncle Ted s’il était là, ne tue pas gratuitement, essaye d’abord d’en savoir plus sur ses intentions et ses motivations. C’est donc pourquoi après un court instant de réflexion, j’ôte délicatement la lame de la gorge de cet homme, lui accordant une sorte de sursis.

Il s’éloigne alors de moi, mais pas trop loin, il se trouve encore à ma portée, l’idéal si jamais il se montre trop menaçant, ça m’arrange. Il me fait alors face, je le scrute ; à cause de sa cagoule je ne peux voir son visage, c’est peut-être mieux ainsi, si jamais je découvre son identité il risque de vouloir me faire taire à tout jamais. Des comptes à régler avec l’ancien Nightingale ? Tiens tiens, comme c’est intéressant tout cela. D’après mon oncle, jamais une seule de ses cibles ne lui avait échappé, j’en conclu donc rapidement que cet homme est un proche de l’un des contrats que Ted avait exécuté avec brio, comme à son habitude. Mais il s’était par la même occasion attiré les foudres de quelqu’un qui avait la rancune tenace et qui voulait à tout prix lui mettre la main dessus ; et dire que j’ai repris le flambeau depuis maintenant six ans, si seulement il savait.

-Des comptes à régler avec mon prédécesseur ? Vu la manière avec laquelle tu voulais te confronter à lui, je doute qu’il te doive juste quelques billets.

Je le fixe tout en lui parlant, il semble calme et sa voix ne trahit aucun empressement, ce qui est plutôt une bonne chose pour le moment, pas d’affrontement en vue actuellement, pourvu que ça dure. Bon, si je veux me débarrasser de lui sans qu’il n’y ait de casse, il faut que je lui réponde, que je lui dise ce qu’il souhaite entendre, quitte à lui mentir, ce ne sera pas la première personne à qui je raconterai des conneries.

-Est-il mort ou non ? Voilà une question fort intéressante !

J’esquisse un petit sourire sous mon masque à nouveau, il est temps de lui sortir une histoire abracadabrante afin qu’il y trouve son compte et qu’il me fiche la paix rapidement, le tout en évitant soigneusement de vendre la mèche au sujet d’oncle Ted, ça me ferait mal d’apprendre sa mort, surtout si c’est de ma faute. Dans un tel cas de figure je deviendrai à mon tour un prédateur ivre de vengeance, et cet homme en face en moi sera ma proie, ma priorité. Mais nous n’en sommes pas encore là, et nous n’en arriverons pas à de telles extrémités, du moins je l’espère. Il m’assure qu’il me laissera tranquille lorsque je lui aurai donné quelques infos sur mon prédécesseur, eh bien soit, je vais lui en donner.

-Puisque tu y tiens tant, je vais éclairer ta lanterne. Non je n’ai pas tué l’ancien Nightingale et oui, il m’a légué cette identité secrète. Et avant que tu ne me demande où tu pourrais le trouver, je te réponds d’avance que je n’en ai aucune idée ; depuis que j’ai endossé ce costume il s’est volatilisé, et ça doit faire cinq ans au bas mot. Alors est-il mort ? Peut-être ! Ou alors se prélasse t’il sur une plage de sable fin sur une ile du pacifique, les doigts de pieds en éventail tout en sirotant un cocktail exotique ? Possible !

Heureusement pour moi que mon nez ne s’allonge pas lorsque je raconte un gros mensonge, sinon il y a belle lurette que mon masque aurait laissé dépasser mon appendice nasal. J’espère sincèrement qu’il va gober toute cette histoire, bien que cela me semble peu plausible. Plus c’est gros mieux ça passe avait l’habitude de dire un de mes amis, mais pas sûr que le type en face de moi soit aussi crédule que je ne l’espère. Evidemment, je me doute qu’il ne me laissera pas partir si facilement si je lui dis clairement que je m’entends super bien avec mon mentor, ce qui est le cas pour tout dire, mais ça il n’est pas forcé de le savoir ; je ne tiens pas à me faire trucider ici et maintenant et ensuite qu’un espèce de psychopathe se lance à la poursuite de Ted, il faut que je l’aiguille vers une fausse piste.

-Amie avec lui ? Le mot est peut-être un peu fort je pense. J’ignore beaucoup de choses sur lui, même sa véritable identité m’est inconnue ; il n’était pas du genre à tomber le masque facilement.

Voilà, répondre le plus simplement possible, lui faire comprendre que je ne possède pas autant d’informations qu’il le désire, qu’au final il perd son temps avec moi et que plus vite il repartira, plus vite il pourra se remettre en chasse si ça l’amuse, je lui souhaite bien du plaisir en tout cas !

-Mais dis-moi, qu’a-t-il bien pu faire pour que tu sois à sa poursuite ? Aurait-il tué quelqu’un qui t’étais cher ? Un ami, un collègue ?

Moi et ma curiosité éternellement insatisfaite ! J’aime savoir à qui j’ai affaire et le cuisiner est encore la meilleure manière de me faire une idée sur le personnage. Je me tiens néanmoins prête à réagir au cas où mes questions le feraient sortir de ses gonds. Certes il peu à loisir observer et surveiller la dague que je tiens dans ma main, mais il ignore peut-être que j’en possède une seconde, attachée dans le bas de mon dos, cachée à son regard.

-Ou peut-être un membre de ta famille, qui sait ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 14 Mai 2013 - 22:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Elle n'était pas idiote, même si cette femme se doutait qu'il ne se déplacerait pas de la sorte juste pour régler quelques affaires d'argent, elle savait aussi parfaitement que Nightingale ne s'amusait pas à faire des affaires aussi légères. Un assassin tuait, point barre. S'il était ici pour se venger, c'était soit qu'il était une ancienne cible ratée par Nightingale, mais c'était peu probable étant donné que cet assassin était réputé pour ne jamais avoir laissé filer personne. Est-ce que c'était la vérité ? Il n'en avait aucune idée, disons simplement que c'était une rumeur rapportée par les espions de SHADOW, personne n'était parfait et il existait certainement des cibles encore en vie, mais passons. L'autre solution qu'il y avait à sa présence ici, c'était que l'une de ses connaissances avait été tuée par l'assassin. Si cette femme était réellement l'héritière de Nightingale, elle le savait. Inutile de mentir.

Il ne répondit rien à sa remarque, considérant qu'il n'y avait guère besoin d'user sa salive pour si peu. Mieux valait éviter de trop parler au risque de lui donner trop d'informations – même s'il ne disait jamais rien sans y réfléchir mûrement – et elle pouvait éventuellement retenir le son de sa voix. Trop de risques, il ne pouvait pas s'accorder un tel luxe alors que sa vengeance n'était finalement pas prête d'aboutir. Un sentiment de frustration l'envahit l'espace de quelques instants, mais il se reprit rapidement.

La femme reprit alors la parole, déclarant qu'elle n'avait pas tué l'ancien Nightingale et que c'était lui qui lui avait légué son identité. Cela confirmait ce que Renan pensait, elle le connaissait bien. Un tel individu ne donnerait jamais ce qui avait fait sa réputation à une inconnue, ce serait comme s'imaginer que Jack – son oncle – puisse avoir cédé la gestion de SHADOW à un homme rencontré la veille. Non, un nom était associé à une idéologie et il fallait être certain que le prochain la respecterait. Ce n'était donc pas envisageable de le faire avec un inconnu. La suite de ce petit discours laissa le français de marbre, il se contentait de l'écouter et la fixait, même s'il ne voyait rien à travers ce masque. Lorsque la jeune femme retomba dans le silence après avoir posé une multitude de questions, Renan resta muet. Quelques instants, le temps d'ordonner ses pensées simplement. Lorsqu'il se décida à répondre, ce fut sur un ton calme et posé, pas vraiment troublé par les aveux de la femme.

« Tu poses beaucoup de questions, je pensais les assassins plus silencieux. Mais ce n'est pas très étonnant, tu es une femme, les femmes parlent toujours trop. » Le ton était accusateur, il mentait comme un arracheur de dent. Renan n'était pas misogyne, au contraire, mais il souhaitait voir la réaction de l'inconnue face à cette déclaration. « Et en plus tu me prends pour un imbécile, j'espère que tu ne croyais pas que j'allais gober ce que tu me racontes. »

Il secoua légèrement la tête, ses bras pendant toujours le long de son corps comme pour lui montrer qu'il n'avait pas l'intention de s'en prendre à elle. Savait-elle qu'elle avait affaire à un mutant ? Si oui, c'était qu'elle devait parfaitement se douter qu'il était aussi dangereux maintenant qu'armé d'un revolver. Un silence s'installa entre eux, opposition parfaite avec l'agitation qu'il y avait quelques minutes plus tôt dans cette même pièce. Sa patience était toujours bien présente, mais Renan commençait à s'énerver. Comment faire parler cette femme ? Il était peu probable qu'elle soit sensible à la torture, mais tout le monde avait son point faible. Soupirant légèrement, le Breton reprit finalement la parole.

« Un homme comme lui ne confierait pas son nom et son costume à quelqu'un qu'il ne connaît pas intimement. Pas plus qu'il ne laisserait son successeur voler de ses propres ailes sans lui donner le moyen de le contacter. Je n'ai peut-être rien à voir avec les super, mais je m'y connais un peu. » Le ton était presque déçu alors qu'il persistait sur cette voie. « Il te connaît et tu le connais. Sinon c'est que ce Nightingale n'est qu'un rigolo et selon la rumeur, c'est pourtant loin d'être le cas. » Son ton se fit plus dur. « Je sais que tu ne me dis pas ce que tu sais de lui. J'essaye d'être pacifiste avec toi, mais il semblerait que tu insistes pour que ça se passe mal entre nous. C'est la dernière fois que je pose cette question : qui est-il et où est-il ? Si tu ne réponds pas, je crains de devoir me montrer plus convainquant. »

Il avait l'air un peu ridicule à parler de la sorte avec son costume qui était clairement improvisé, mais libre à elle de ne pas le prendre au sérieux. Les gens le prenaient rarement au sérieux lorsqu'il parlait en tant que Renan, avec Tesla c'était bien différent. Décidant de faire un dernier effort, il ajouta quelques mots.

« On peut faire un accord : une réponse de ta part contre une de la mienne. Comme ça tu pourras courir lui dire ce que tu sais de moi dès que nous nous serons quittés. »

S'ils se quittaient en vie bien entendu.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 15 Mai 2013 - 0:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Toujours devant cet homme, j’attends sa réplique avec une certaine appréhension ; il faudrait qu’il soit débile pour gober ce que je venais de dire à l’instant et je m’en rends bien compte, une histoire aussi décousue ne satisferai personne ; mais c’était à essayer. Me répondant sur un ton calme, il tente une petite pique sexiste afin sans doute de me pousser à réagir sans réfléchir ; bien tenté je l’admets mais tout aussi efficace que ma précédente idée. Par contre pour le reste, il n’a pas tort, je l’ai vraiment pris pour un idiot en lui déblatérant mes âneries.

-On ne sait jamais, avec un peu de chance ça aurait pu fonctionner.

Bien qu’apparemment déçu de ma réponse, ce qui pourrait s’avérer fort ennuyeux pour moi par la suite, il reprit la parole de la même manière, tout aussi calme qu’auparavant, mon dieu cet homme possède un seuil de patience infini ! N’importe qui d’autre m’aurait déjà pointé un flingue sur le front, notez que je ne m’en plaints absolument pas, que du contraire. Il ne va donc pas se lancer sur moi tout de suite, c’est déjà une bonne chose de prise, encore quelques instants de repos et de calme avant la tempête qui s’annonce petit à petit. Si je m’en sors ce soir, c’est décidé, demain je prends congé.

Et voilà qu’arrive le moment que je redoutais ; l’instant où mon interlocuteur me prouve par A + B que tout mon discours n’était que de la vaste couillonnade, en argumentant par le biais de l’étalage de tout ce qu’il sait/pense savoir sur Nightingale. Je remarque que, dans son raisonnement, il n’y a rien de faux, juste quelques données absentes. Effectivement, jamais oncle Ted n’aurait passé le flambeau à quelqu’un d’étranger à notre famille et oui je suis toujours en contact avec lui, étant donné qu’il me sert d’intermédiaire avec mes clients. Jusque-là je lui tire mon chapeau. Cet homme est effrayant, cette aisance qu’il a de dresser un profil… Il change soudainement de ton, est-ce là un signe annonçant qu’il commence à perdre patience ? Peut-être, mais peut-être pas ! Je préfère imaginer le pire, c’est-à-dire qu’il passe à l’assaut d’ici quelques instants ; afin de me tenir prête à réagir je fais glisser, le plus lentement qu’il me soit possible de le faire, ma main libre dans mon dos, toute proche de la jumelle de ma dague qui ne demande qu’à sortir pour entamer son chant macabre.

Bien que son costume n’inspire pas vraiment de crainte, mais plutôt un sourire, il m’est impossible de le sous-estimer. Un homme capable de me tendre une embuscade, de me surprendre, de rassembler de nombreuses informations sur oncle Ted tout ça sans que mon mentor ou moi-même ne s’en soit rendu compte, un homme comme ça, on s’en méfie comme de la peste. Tout comme je me méfie du petit deal qu’il me propose ; une réponse contre une réponse. Au premier abord c’est un marché plutôt alléchant, il faut l’admettre, mais le risque qu’il me pose LA question qu’il ne faut pas et c’en est fini d’oncle Ted, et sans doute de Maya Sloan par la même occasion. Le plus amusant et le moins crédible dans tout ça, c’est l’assurance qu’il me laissera partir une fois que notre petite discussion sera terminée. C’est à son tour de me prendre pour une cruche on dirait ; bah, c’est de bonne guerre après tout.

-Bravo, tu as vu clair dans mon jeu ; et par ailleurs tu as réalisé un portrait assez proche de la réalité en ce qui concerne mon mentor. Vu que tu sembles en savoir long sur le sujet, tu dois te douter que jamais je ne te révèlerai quoi que ce soit sur lui, que ce soit de gré ou de force.

La couleur est annoncée et je ne pense pas qu’il le comprendra autrement ; affrontement il y aura et je doute en sortir indemne cette fois.

-L’idéal, maintenant, serait que tu te fasses une raison ; oui mon mentor t’a causé du tort d’une manière ou d’une autre, mais pas de son propre chef, après tout, il a été payé pour faire ça ; mais tu n’auras pas la moindre information de ma part alors autant t’en aller et continuer tes recherches, qui sais si elles ne porteront pas leur fruit un jour ? Malheureusement…

Le moment est idéal pour prendre les devants ; d’un geste vif je lance ma main armée en direction de sa gorge, il faut que ça passe.

-… Nous savons tous les deux que ça ne se passera pas comme ça.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 15 Mai 2013 - 13:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Apparemment elle se doutait que les choses n'allaient pas se passer aussi facilement, ce qui n'avait rien de très surprenant. Tous les deux étaient parfaitement au courant du fait qu'ils n'allaient jamais pouvoir s'entendre sur ce point, ils avaient des projets bien trop opposés pour parvenir à s'accorder correctement. Renan avait tout de même tenté de voir ce que cela pouvait donner, peut-être qu'elle aurait pu décider de lui donner quelques informations secondaires ? Le commun des mortels n'avait pas les contacts d'un officier de la pénombre et elle aurait pu lui donner un simple lieu sans se douter que ce serait suffisant pour qu'il parvienne à localiser le Nightingale qui l'intéressait. Mais ce n'était pas arrivé, au moins le Breton n'aurait-il rien à regretter : il aurait tenté.

Elle reprit la parole pour déclarer qu'il avait brossé un portrait assez proche de la réalité : c'était une bonne chose, il était donc sur une piste. Si le français avait réussi à cerner un minimum sa relation avec son mentor, c'était peut-être qu'il parviendrait à la localiser encore une fois ? Pour le moment rien ne servait de soliloquer, Renan tendait juste l'oreille pour écouter ce qu'elle disait et tenter de réunir un maximum d'informations pouvant lui servir. Il n'était pas idiot et se doutait que la torture resterait inefficace sur elle. Connerie de loyauté, pourquoi les assassins n'étaient-ils pas simplement des tueurs sans foi ni loi ?

Le pire fut certainement lorsqu'elle émit l'hypothèse qu'il puisse arrêter de se soucier du passé. Pour qui se prenait-elle ? Pensait-elle réellement que parce qu'elle lui conseillait cela, il allait cesser de poursuivre Nightingale ? C'était idiot, il avait été payé, mais rien ne l'obligeait à accepter. Dans deux minutes elle allait lui servir l'excuse du « c'est son arme qui a tué, pas lui » ? La patience du Breton avait ses limites et là, il était arrivé à saturation. Ce n'était pas souvent que l'officier de la pénombre perdait son calme, mais justement, il n'était que Renan ce soir-là. Celui-ci n'eut cependant pas le temps de riposter verbalement que déjà la femme s'en prenait à lui. Une chance qu'il s'y soit attendu et qu'il avait prévu le coup ! Usant de son contrôle magnétique pour bloquer la lame de la femme, le jeune homme en profita pour lever la main au même moment et envoyer un rayon magnétique en direction de son assaillante. Ce rayon n'était pas mortel, il ne s'agissait que d'une charge magnétique invisible qui permettait de projeter des cibles à une certaine distance. Le but de Renan étant bien entendu de la faire percuter un mur pour la neutraliser provisoirement.

« Et ça ne se passera pas comme tu le veux non plus. »

Ce n'était pas une menace, simplement une constatation. Comme il ne connaissait pas le niveau de résistance de sa cible, le français n'attendit pas longtemps avant de s'éclipser, s'éloignant de la zone pour tenter de se mettre hors de portée des armes de Nightingale. Il recula jusqu'à se retrouver derrière un demi-mur qui ne le protégerait pas énormément, mais il fallait qu'il puisse aussi la cibler et pour y parvenir, Renan devait en partie se montrer. Inspirant profondément, il enchaîna.

« Les assassins ont aussi un droit de décision, si tu tues une personne c'est que tu le veux, payée ou non. Sauf si ton mentor est un imbécile incapable de prendre des décisions seul, je le considère comme coupable au même titre que le commanditaire. »

Au moins ça c'était clair. Histoire de ne pas se laisser localiser trop facilement, le français se déplaça sur le côté, tenant toujours ses billes métalliques dans la main. L'essentiel était désormais de la trouver et de la blesser suffisamment pour qu'elle ne soit pas capable de se déplacer rapidement. Il devait la laisser filer en vie, d'une part parce qu'il saurait ainsi si son mentor était en ville – si elle était gravement blessée elle n'irait pas bien loin et si il se manifesterait lus ou moins rapidement s'il était là. Puis ensuite, parce qu'il avait envie de faire culpabiliser Nightingale, que ce soit elle ou l'autre. Renan avait décidé de s'occuper d'elle plus tard, ils n'en avaient certainement pas fini et se reverraient fréquemment à l'avenir, mais ils n'en étaient pas encore là. Pour le moment, il devait la blesser et s'assurer qu'elle n'allait pas l'ennuyer dans ses recherches, du moins dans les semaines à venir.

Déportant son attention sur les murs de la pièce, il localisa rapidement une espèce de lustre métallique accroché au plafond. Celui-ci n'était pas très imposant, mais suffisamment pour faire du bruit en tombant et ainsi détourner l'attention de sa cible. Un peu comme sa bouteille en gros. Se concentrant dessus, le français se débrouilla pour le faire bouger de ses attaches de manière à ce qu'il s'écrase sur le sol.

HP:
 
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 15 Mai 2013 - 18:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Moi qui pensais que tout allait être réglé rapidement… On peut dire que je me suis mise le doigt dans l’œil. Mon geste qui se sent comme bloqué par une force invisible, j’ai beau faire ce que je veux, impossible d’approcher ma dague d’un centimètre de cet homme. Il ne peut y avoir qu’une seule réponse à pareil situation ; ce type possède bel et bien des pouvoirs. Mais est-ce que son pouvoir m’empêche tout mouvement ? Non, je ne crois pas, je ne ressens aucune entrave au niveau de mon corps. Ainsi donc ma dague est inutilisable, qu’à cela ne tienne, je vais vite fais lui planter l’autre dans les tripes, je pense qu’il fera moins le malin après ça. Mais c’était sans compter sur la réponse à ma tentative d’agression. Il tend sa main vers moi, paume ouverte, mais il est déjà trop tard pour réagir.

D’un coup d’un seul je me sens projetée en arrière, pourtant il ne m’a pas frappée. Je traverse la pièce assez rapidement pour finalement venir percuter le mur de manière assez brutale. Je retombe lourdement sur le sol mais tente tout de même de me relever assez vite, devant pareil adversaire il n’est pas bon d’être vulnérable. Une fois de nouveaux sur pieds, je regarde dans la pièce et remarque bien vite qu’il n’est plus là ; je doute fortement qu’il ait quitté l’appartement, ça serait trop beau. Non, il doit se trouver quelque part, attendant le moment propice pour agir. Il faut que je le retrouve la première et que je lui règle son compte, je ne peux pas laisser quelqu’un d’aussi dangereux sur la piste d’oncle Ted. Il parle à nouveau, ce qui me permet de me faire une idée de l’endroit où il se trouve.
Je m’avance lentement pendant qu’il parle, me repérant au son de sa voix. Puis soudain le silence, plus un mot, rien. Cela ne m’arrange pas du tout, il doit parler, que je puisse le situer. Comment vais-je m’y prendre. En le provoquant bien sûr !

-Et la décision de mon mentor a été de ne jamais s’en prendre à des innocents, uniquement des criminels. J’en conclus donc que tu ne dois pas mener une vie de saint et que la personne qui t’a été enlevée n’était pas du genre fréquentable… Au final je pense qu’elle n’a eu que ce qu’elle méritait.

Si avec ça il ne me saute pas à la gorge pour m’étrangler, je ne comprends plus rien. Soudainement, un grand fracas se fait entendre non loin de moi, comme un objet s’étant lourdement écrasé au sol. Je me tourne dans la direction du bruit, dégainant ma deuxième lame. Précautionneusement je me dirige vers la source de ce vacarme, me cachant derrière les meubles se trouvant sur mon chemin. Il ne me sera pas facile de le déloger, d’autant que lui possède des pouvoirs contrairement à moi ; ce qui lui donne un certain avantage.

Il me vient soudain une petite idée qui pourrait s’avérer salvatrice si je ne perds pas de temps à la mettre en marche. Mon ennemi ne se trouve actuellement plus dans le salon de l’appartement, hors c’est par la fenêtre de ce même salon qu’il est entré dans l’immeuble. En me dépêchant un minimum tout en restant discrète, je devrai être capable de sortir par la fenêtre et de trouver par après un moyen de filer à l’anglaise. Je pense que c’est jouable, mais entre moi et la fenêtre, il y a une sacrée distance à découvert qu’il me faut parcourir ; je vais être une magnifique cible mobile pour ce type mais je n’ai malheureusement pas le choix. D’autant qu’avec tout le bruit causé par notre rencontre, je ne serai pas étonnée qu’un voisin ai déjà composé le 911 et avertit la police ; pas de temps à perdre donc.

Avant de me lancer, je soulève une chaise et la balance un peu au pif dans l’appartement, avant de me mettre à courir vers la fenêtre. Je suis sur le point d’y arriver, encore deux pas et je pourrai sortir d’ici. Pourtant je n’y parviens pas, pire même je tombe au sol sans comprendre pourquoi, comme si mes jambes ne me portaient plus ; dans ma chute je bouscule un grande lampe qui se brise dans un bruit de verre volant en éclats. C’est au moment où je tente de me relever que la sent, cette douleur qui part de ma cuisse gauche pour se propager dans toute ma jambe ; que m’est-il arrivé ? Je pose ma main à l’endroit où la douleur est la plus forte avant de la porter à mon visage, je vois alors sur mon gant un peu de liquide brillant légèrement dû au peu de lumière extérieur qui entre dans l’appartement, du sang, mon sang.

Me voilà en bien mauvaise posture, allongée au sol et blessée par mon adversaire ; et dire que je pensais que la situation ne pouvait pas empirer. M’agrippant à un lourd fauteuil, je parviens tant bien que mal à me relever, scrutant avec appréhension l’appartement ; le deuxième round commence.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 16 Mai 2013 - 12:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
La provocation fut mouche. Non parce qu'elle sous-entendait que son oncle était un criminel – après tout, c'était le cas – mais bel et bien parce qu'elle prétendait qu'il méritait de mourir. Personne ne méritait la mort, même les pires vermines, même ce Nightingale. Et pourtant, dieu savait à quel point le français lui en voulait ! Cette personne lui avait enlevé son mentor et même si Renan avait hérité de la base de Mannheim avec le décès de son oncle, il aurait préféré avoir encore quelques années de « liberté » en laissant son oncle aux rênes de SHADOW. Son rythme cardiaque s'accéléra alors qu'il sentait des envies de meurtre naître dans son esprit. Ce n'était pas fréquent qu'il se sente aussi contrarié, mais elle avait touché un point sensible. Que dis-je, pas touché, trituré, elle insistait et semblait persuadée de s'en tirer à bon compte. Naïve assassin, elle allait rapidement comprendre qu'il était préférable de ne pas provoquer quelqu'un venu chercher sa vengeance.

Le bruit du lustre qui s'écrasait au sol tira le jeune homme de ses pensées, elle devait certainement s'être concentrée sur cette zone et le Breton en profita pour passer par-dessus le muret de manière à se retrouver caché derrière un imposant canapé de velours. Il ne se refusait rien ce chef d'entreprise, dommage que sa vie se soit écourtée si rapidement. Le souvenir de cet homme lui fit d'ailleurs penser aux autorités, avec tout le bruit qu'ils faisaient il n'était pas exclus que les voisins puissent avoir prévenus les policiers. Mieux valait se presser s'il voulait avoir quelques réponses !

Relevant la tête pour jeter un coup d’œil par-dessus le canapé, Renan n’aperçut rien, mais un bruit sourd se fit à nouveau entendre, une chaise roula au sol avant de s'immobiliser à quelques mètres de lui. Le visait-elle ? C'était peu probable, certainement qu'elle devait essayer de détourne une fois de plus son attention pour prendre la fuite. Lâche. Bien décidé à ne pas la laisser filer aussi facilement, l'officier de la pénombre se redressa légèrement avant d'envoyer ses billes métallisées en l'air, puis de les propulser à l'aide de son pouvoir. Les projectiles filèrent aussitôt à la vitesse d'une balle, il cibla la zone où la jeune femme devait se trouver, croisant les doigts pour la toucher. Un bruit de corps qui chute l'informa qu'il avait visiblement fait mouche. Elle avait été blessée ou simplement frôlée ? Il devait vérifier, mais c'était risqué, peut-être qu'elle essayait de le prendre au piège ? Ce ne fut que lorsqu'un bruit semblant indiquer qu'elle avait du mal à se mouvoir, lui arriva aux oreilles qu'il décida de risquer un coup d’œil, accompagnant le tout de quelques paroles.

« Tu as tué, tu es autant une criminelle que les gens que tu assassines. Tu te donnes simplement bonne conscience en pensant que tu débarrasses la Terre de mauvaises personnes, mais qui es-tu pour décide de qui doit vivre et qui doit mourir ? Tu te prends pour Dieu ? Moi aussi je décide dans ce cas et toi tu ne mérites pas de vivre selon mes critères. »

Au son de sa voix, elle pouvait entendre qu'il se déplaçait. Finalement, Renan décida de se redresser une dernière fois pour jeter un coup d’œil dans l'appartement. Elle était visible, pas autant qu'il l'aurait souhaité, mais suffisamment pour qu'il constate qu'elle était touchée. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Normalement le français ne prenait pas vraiment de plaisir à arracher la vie d'une personne, c'était un devoir comme un autre, mais cette fois-ci, la victime changeait la donne. Il comptait bien prendre tout son temps pour profiter de cette action.

D'un geste de la main, il força les billes métallisées à revenir jusqu'à lui, déclenchant certainement une nouvelle vague de douleur dans les membres de Nightingale qui avaient été touchés. Les billes vinrent se reposer dans sa main, teintées d'un rouge qui montrait clairement qu'il n'avait pas totalement raté sa cible. Alors qu'il s'apprêtait à lui parler une dernière fois, des bruits leurs arrivèrent de la rue par la vitre brisée : les sirènes de police qui approchaient rapidement, certainement pour s'occuper d'eux.

« Le cadavre du tueur à côté de celui de sa victime, je fais comme toi au final, je tue les méchants. Tu aurais dû m'ouvrir la gorge lorsque tu en avais l'occasion. »

D'un pas leste, il fit mine de s'approcher d'elle. C'était risqué, très risqué, mais peu lui importait. Handicapée elle ne pourrait pas se mouvoir avec autant d'aisance qu'auparavant. Il leva une fois de plus la main pour déplacer les billes qui flottèrent dans les airs, ce qui était bien avec ça, c'était qu'il n'y avait jamais de traces. Renan comptait lui expédier la totalité dans le corps histoire de s'assurer qu'elle ne s'en sortirait pas, mais un tintement provenant de l'ascenseur attira son attention. Apparemment la police allait les rejoindre rapidement, il devait expédier cela rapidement. Reportant son regard sur Nightingale, il eut la surprise de constater qu'elle n'était plus à sa place, apparemment il avait manqué de sérieux. Aussitôt, le français se recula pour échapper à une éventuelle attaque, s'était-elle éclipsée ou comptait-elle l'attaquer une dernière fois ?
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 16 Mai 2013 - 22:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il faut absolument que je me sorte de là, mais avec une jambe fortement amoindrie ça ne va pas être très simple. Peu importe, je vais serrer les dents et mordre sur ma chique, tant pis si ça fait mal, je peux pas me permettre de rester ici avec ce psychopathe, trop dangereux. Je l’entends à nouveau parler, et apparemment il se déplace. Encore ce foutu refrain sur le fait que je suis autant coupable que les gens que j’assassine… Si j’avais reçu un dollar à chaque fois que j’avais entendu cette rengaine, je serai presque milliardaire à l’heure qu’il est. Mais le problème n’est pas là, il approche et je n’aime vraiment pas ça. Je dois gagner du temps comme je le peux.

-Je rends justice aux gens qui ne peuvent le faire eux-mêmes ! Je débarrasse cette ville des pourritures qui font du tort aux innocents ; tu auras beau dire ce que tu veux, tu ne cherches que des prétextes fallacieux pour me faire culpabiliser, ça ne marche pas avec moi. J’aide la ville à se sentir mieux, à ma manière.

Je le vois, il est en face de moi ; je devine sans mal sa silhouette dans la pièce. Il est en position de force par rapport à moi, lui n’a subi aucune blessure, moi par contre je dois m’appuyer sur le fauteuil pour rester debout, le combat semble inégal et gagné d’avance pour lui. Est-ce que ça va se terminer comme ça ? Ma carrière de justicière-assassin va-t-elle prendre fin ce soir, ici dans cet appartement de la 64th Avenue ? Je me doutais que cette vie ne serait pas facile, que j’allais en baver par moments, voire même risquer ma vie à plusieurs reprises, mais jamais au grand jamais je n’aurai imaginé que cela se finisse de la sorte. Je me suis faite prendre au piège comme une débutante, et si j’y reste ce soir, il ne faudra pas longtemps à ce type pour faire le lien entre oncle Ted et moi, il le retrouvera et lui réservera sans doute un sort pire que la mort… Non, je ne peux pas baisser les bras et le laisser gagner.

Je le fixe silencieusement et je vois sa main bouger, tout de suite après je ressens une vive douleur dans la jambe, juste à l’endroit où il m’a blessée. La douleur se fait plus forte, je sens quelque chose bouger dans ma chair, c’est presque insoutenable ; je chancelle et m’agrippe de plus belle à l’accoudoir du fauteuil. Je me retiens de pousser un cri de douleur, ça lui ferait sans doute trop plaisir de me voir subir ça alors je ne lui accorderai pas cette faveur. Finalement les projectiles quittent ma jambe, et je pense voir qu’il s’agit de billes métalliques, il possède donc un certain contrôle sur les objets de métal, voilà qui explique pourquoi ma lame ne l’a pas atteint. J’entends des sirènes au loin, la police ne va plus tarder à arriver, le temps joue contre moi. Il se fiche de moi, me lance une pique que j’avoue avoir méritée.

-Ne t’en fais pas, si je m’en sors, la prochaine fois qu’on se rencontrera tu n’auras même pas le temps de te rendre compte de ma présence que tu seras déjà en train de te vider de ton sang.

Le voilà qui approche encore, prêt à attaquer ; je vois les billes s’élever dans les airs, bientôt elles vont filer dans ma direction et me transpercer. Un tintement retentit alors, celui caractéristique d’un ascenseur arrivant à destination ; cela aurait pu être totalement anodin si il n’avait pas été distrait par ce bruit. C’est ma chance, ma dernière chance et je dois la saisir. Tandis qu’il regarde vers la porte, je fais quelques pas sur le côté en faisant mon possible pour supporter la douleur qui me lance toujours. Vite, je ne dois pas perdre une seconde. Je ramasse ce qu’il reste de la grande lampe, ça fera une bonne arme de fortune ; maintenant prête à me défendre bec et ongles, je regarde à nouveau dans sa direction. Il a reculé de quelques pas, il s’attend à ce que je passe à l’assaut, eh bien je ne vais pas le décevoir.

Après avoir pris une grande inspiration, je me lance vers lui, tenant le manche de la lampe fermement dans mes mains ; j’arme mon coup et abat ensuite violemment mon arme improvisée au niveau de son visage, sa mâchoire pour être précise ; un magnifique coup partant de la droite vers la gauche, un coup qui fait but ! Ah il la ramène moins maintenant ! Mais moi aussi, car la douleur refait surface et je dois me servir de la lampe pour tenir debout, comme une canne. Je ne dois pourtant pas faiblir un seul instant, sinon c’est la mort. Je lance un nouveau coup, un coup d’estoc cette fois, au niveau de son torse, ça devrait le calmer pour un moment. Mais au moment même où je vais le toucher, je ressens une autre douleur, au niveau de mon épaule droit ; je recule suite au choc et tombe à la renverse dans le salon, une nouvelle fois à sa merci.

-POLICE !! OUVREZ !!!

La voix de l’officier s’élève au travers de la porte d’entrée de l’appartement, ils ont étés plus rapides que je ne l’aurai pensé. Plus le temps de se battre, il faut que je foute le camp d’ici ; tant pis pour mon adversaire, il passe au second plan. Est-ce que c’est à cause de l’adrénaline ? Je l’ignore mais le fait est que je me relève d’un geste sans sourciller et bondit au travers de la vitre donnant sur l’escalier de secours qui grimpe le long du mur de l’immeuble. Je descends les marches quatre à quatre sans me soucier d’entendre la porte céder sous les coups de coude incessant des forces de l’ordre. J’arrive bien vite au niveau du deuxième étage de l’immeuble, mais voilà que je marche sur une canette qui traine là, et je me retrouve à dégringoler le reste des escaliers jusqu’à me retrouver par terre dans la ruelle jouxtant le bâtiment. Allongée sur le dos, mon regard se porte sur le dix-huitième étage, de l’appartement dans lequel je me trouvais il y a encore quelques instants. Je vois le faisceau des lampes torches illuminer les vitres par saccades. Bon, ce n’est pas le moment de s’extasier inutilement, je ne suis pas encore tirée d’affaire.

Péniblement je parviens à me remettre debout, j’entends déjà d’autres sirènes se rapprochant, les renforts de l’équipe déjà en place sans doute. C’est en prenant appui sur le mur et en boitant que je m’enfonce au plus profond de la ruelle, m’éloignant de toute l’agitation de la scène de crime toute fraîche. Est-ce que cet homme s’en est tiré ? Au vu de l’absence de coups de feu, je mettrai ma main à couper qu’il est déjà bien loin. Le reverrais-je ? Cela ne fait aucun doute ; à moi de me tenir prête à le recevoir comme il le mérite. Mais je penserai à tout cela plus tard, pour l’heure je dois rentrer chez moi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 17 Mai 2013 - 12:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya RangPseudo

ϟ Âge : 31
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5144
ϟ Nombre de Messages RP : 1753
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : Moi (kit) ; Noélie (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino, Jay Lane
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Le français la cherchait du regard au moment où il sentit sa présence très près de lui. Renan tenta de la freiner, persuader qu'elle allait le planter avec sa dague, mais son don ne rencontra rien et rapidement, un violent coup lui arriva en pleine mâchoire. Inutile de dire que le Breton fut totalement étourdit pendant un petit moment, le bas de son visage l'élançait douloureusement et il se dit – un peu bêtement – qu'il risquait d'avoir une belle marque lorsqu'il enlèverait sa cagoule. C'était embêtant. Très embêtant. Comment justifier cela au boulot ou même auprès des autres personnes qu'il rencontrait quotidiennement ? Oh, il pouvait mentir en disant qu'il s'était battu – chose véridique – dans un bar par exemple. Mais cela gênait grandement l'officier de la pénombre : il n'aimait pas mentir sur des détails alors qu'il bernait sans arrêt son patron. Mais bon, il était temps de penser à autre chose !

Ces pensées venaient de défiler en une fraction de seconde dans l'esprit du français, il n'eut pas le temps de sentir venir l'autre attaque qui, heureusement pour lui, fut atténuée par la douleur de son assaillante. Le choc se fit tout de même assez fortement et Renan eut le souffle coupé l'espace d'un instant. Les billes s'étaient à nouveau fichées dans l'épaule de l'assassin et il eut beaucoup de peine à les maîtriser sous le coup du choc avec la lampe.

Ce fut à ce moment que la police débarqua. La voix d'un flic se fit entendre à travers la porte, mais cette fois-ci le Breton ne détourna pas son attention de la femme : une fois, mais pas deux ! Sa main s'était portée à sa mâchoire qui le faisait souffrir, l'empêchant certainement de parler pendant un petit moment. Il était temps de partir sinon il risquait de se faire chopper. Avec un cadavre dans la pièce, ce n'était vraiment pas conseillé, sinon adieu sa belle couverture de citoyen parfait ! Le temps que l'officier de la pénombre se remette sur pied et que son étourdissement soit passé, Nightingale s'était déjà enfuie en direction de la porte-fenêtre pour emprunter l'escalier et s'éclipser de la zone. Il avait intérêt à l'imiter avant que ce ne soit trop tard !

Sans se faire prier davantage, le français se dirigea lui aussi vers la porte-fenêtre, mais contrairement à son adversaire il n'opta pas pour l'escalier et sauta simplement dans le vide. Son don lui permettait d'utiliser les objets métalliques qu'il portait – et il en avait toujours en quantité bien évidemment – pour se déplacer dans les airs. Alors qu'il était en train de se diriger vers l'immeuble en face, celui-là même où il attendait l'arrivée de l'assassin, Renan put entendre des bruits de voix derrière lui. Visiblement les policiers venaient d'entrer dans l'appartement, mais qui aurait l'idée de jeter un coup d’œil par la fenêtre pour regarder si le tueur s'enfuyait en volant ? Pas grand monde, ce qui permit à Renan de regagner l'autre appartement en construction avant de se retourner pour jeter un coup d’œil à la zone de combat qu'il venait de quitter. Des faisceaux de lampes torches étaient clairement visibles, apparemment les policiers regardaient dans tous les recoins, certainement pour tenter de retrouver le coupable du meurtre. Soupirant, le jeune homme se détourna pour de bon avant de se diriger vers la sortie de l'appartement histoire de regagner le sien. Mieux valait faire un crochet par chez lui avant de se rendre à la base de Mannheim, il devait voir les dégâts et surtout, débriefer un peu de cet échec. Car oui, il s'agissait d'un échec : il n'avait pas tué Nightingale !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



 
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_6Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_8


Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_1Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_2_bisUne vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Jeux vraiment trop drole!!!
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» Trop long l'hiver...
» "Un peu (trop) curieux..." [Derek Hale & Adriel Vladislova]
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_6Une vengeance trop prompte n'est plus une vengeance ; c'est une riposte ▬ Maya Categorie_8
Sauter vers: